Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Femmes et villes

 | 
Sylvette Denèfle

Les femmes dans la ville

Femme et villes : note

Karine Le Sager Diouf

Texte intégral

1Les villes françaises se sont globalement développées pour répondre aux besoins de l’économie urbaine en s’appuyant sur les structures familiales traditionnelles et sur les idées généralement acceptées sur la différence de rôle entre les sexes.

2Les nombreux changements sociaux, économiques et démographiques en œuvre dans notre société ainsi que le souci de la qualité de l’environnement remettent aujourd’hui en cause bon nombre de principes sur lesquels s’est fondé l’urbanisme du 19e et du 20e siècle. Parmi ces changements majeurs :

  • l’apparition de nouvelles structures familiales ;
  • une participation accrue des femmes au marché du travail ;
  • le vieillissement général de la population, et en particulier des femmes ;
  • l’apparition de problèmes de fonctionnement et de gestion des services urbains liés à l’étalement urbain et au zoning.
  • 1 Bartelone Claude, Discours du ministre délégué à la ville, lors de la Conférence sur le temps des (...)

3Ces mutations ont permis la prise de conscience d’une diversification croissante des modes de vie. Ce cheminement vers l’acceptation de différences liées à l’âge, aux conditions physiques, au sexe, à la culture fut plus lent dans une France dominée par l’emprise du modèle républicain, où la manière de penser vise l’homogénéité et l’universalité, que dans d’autres pays européens ou nord-américains. On assiste ainsi aujourd’hui à une demande accrue de politiques urbaines plus axées sur les habitants, dans toute leur diversité, pour répondre à ce que Claude Bartelone, ministre délégué à la ville, appelle « l’émergence d’une nouvelle civilisation urbaine »1.

4C’est dans ce contexte général que l’Agence d’Urbanisme de l’agglomération de Tours a voulu replacer la réflexion sur la place de la femme dans la ville, en développant une approche « genre » partant de l’évolution générale des modes de vie (liée aux transformations de la famille, à celles du rapport des femmes au travail, au vieillissement de la population, à l’urbanisation croissante de la société) et à ses implications en terme de pratiques et de besoins urbains pour enfin déboucher sur des pistes d’actions. La finalité ultime étant de démontrer comment, en réfléchissant à une ville pour les femmes, l’on est amené à porter un autre regard sur les pratiques de gestion et de planification urbaines.

5Sur le plan méthodologique, c’est l’approche statistique qui a été privilégiée. Malheureusement, étant donné le faible développement de l’approche « genre » en France, le recours à une approche « intuitive », exploratoire a été parallèlement inévitable. Trois éléments ont guidé la réflexion :

  • un postulat à démontrer : la manière dont les femmes utilisent la ville est différente ;
  • une option : ne pas se situer dans une logique d’opposition homme/femme, mais dans une approche ambitieuse qui vise à intégrer le concept de diversité sociale dans l’action publique ;
  • au final, une ambition : démontrer que les problèmes qui concernent les femmes sont des problèmes qui concernent tout le monde et que leur résolution sera bénéfique à tous.

LA FEMME AU CŒUR DES ÉVOLUTIONS SOCIETALES

La femme face à l’évolution des structures familiales

6On assiste depuis quelques décennies à une diversification croissante des types de ménages. Ainsi, le nombre de ménages de deux adultes avec enfants, où le partenaire masculin est l’unique ou le principal apporteur de revenu a fortement diminué ces dernières années. A l’inverse, on note une très forte augmentation des personnes seules (+26 % entre 1990 et 1999) et des familles monoparentales (+22 %).

7Les femmes sont particulièrement concernées par ces mutations des structures familiales en grande partie dues au processus d’urbanisation. C’est que l’urbanisation ne se résume pas à une simple question de densité de population ou de bâti et de déplacements des habitants dans la ville ou l’agglomération, c’est aussi une question d’évolution des structures et des processus sociaux. Le mode de vie urbain s’accompagne, voire génère, une évolution des rapports entre les sexes à différents niveaux.

  • 2 Chaleix Mylène, « Recensement de la population de 1999, 7,4 millions de personnes vivent seules en (...)

8En l’espace de 30 ans, la proportion de personnes seules a doublé (6,1 % de la population en 1962, 12,6 % en 1999). Cette augmentation résulte des changements de comportements et de l’amélioration des conditions de vie, notamment en terme de logement et de santé. Si elle a affecté toutes les classes d’âges, elle est plus prononcée dans la tranche des 60 ans et plus qui constituent plus de la moitié des personnes vivant seules. Elle touche aussi plus particulièrement les femmes qui restent globalement plus nombreuses à vivre seules que les hommes (4,4 millions contre 3 millions) mais ce constat doit être nuancé selon l’âge (cf. graphique)2. Entre 30 et 50 ans les hommes sont plus nombreux que les femmes dans cette situation, puisque après divorce ou séparation, les femmes obtiennent la garde des enfants dans 85 % des cas. Au-delà, la tendance s’inverse. Ainsi, elles représentent 2/3 des adultes de 40 à 60 ans qui habitent seuls. La difficulté des femmes ayant des enfants à renouer une union après 40 ans explique le déséquilibre entre hommes et femmes. Enfin, après 60 ans, les femmes les devancent largement puisque leur durée de vie est supérieure. Ainsi sur 10 femmes vivant seules, 5 sont des veuves plutôt âgées.

9Des différenciations apparaissent aussi selon la position socioprofessionnelle. Plus une femme appartient à une catégorie sociale élevée, plus sa probabilité de vivre seule est élevée : 21 % pour les femmes cadres contre 9 % pour les ouvrières. Ces différences entre les groupes sociaux rejoignent d’ailleurs celles observées en matière de nuptialité : les femmes les plus diplômées ont moins tendance à se marier et à vivre en couple.

10Sur la même période, le deuxième phénomène marquant est le doublement de la part des familles monoparentales (4,2 % des ménages en 1968 contre 8,3 % en 1999). Au total 20 % des familles avec enfants sont monoparentales en 1999 et parmi ces dernières les femmes sont majoritaires (88 %) puisque la garde des enfants leur est le plus souvent confiée et qu’elles se remettent moins souvent en ménage que les hommes après une séparation ou un divorce.

11Enfin, l’accès généralisé des femmes au travail se traduit aussi par le recul de l’âge de la maternité. Le premier enfant apparaît en moyenne à 29,4 ans en 2001 contre 26,8 ans en 1980. Et c’est surtout après 30 ans que les femmes ont aujourd’hui plus d’enfants.

La femme face au travail

12Les chiffres du dernier recensement confirment les tendances à l’œuvre depuis plusieurs décennies avec un emploi de plus en plus féminisé (44,9 % de l’emploi total en 1999 contre 39,6 % en 1982).

  • 3 Cristofari Marie-France – Labarthe Géraldine, « Recensement de la population de 1999. Des ménages (...)

13Si en termes quantitatifs, la situation des femmes rejoint progressivement celle des hommes, en termes qualitatifs, les différences sont encore importantes. Les femmes sont beaucoup plus concernées par le travail à temps partiel que les hommes. En 1997, la part du temps partiel parmi les actifs occupés était de 30,8 % chez les femmes contre seulement 4,7 % chez les hommes. Le temps partiel est, dans plus de la moitié des cas (52 %), imposé par le type de contrat ou de poste et dans 1/3 des cas pour des raisons familiales3.

14De même, les écarts de salaires entre les hommes et les femmes sont encore importants. Cela a évidemment des conséquences en termes d’accessibilité financières aux activités, aux services urbains et au logement.

15Enfin en 1999, on compte 15 % de chômeurs chez les femmes contre 11 % chez les hommes.

La femme face au vieillissement général de la population

16Le vieillissement général de la population est un bouleversement structurel important : les personnes âgées de plus de 60 ans représentaient 16 % de la population nationale en 1946 ; elles en représentent 20 % aujourd’hui et on estime qu’elles en représenteront 27 % en 2020. La retraite est donc devenue un nouvel âge de la vie, véritable troisième âge dont la durée tend à se rapprocher des autres étapes de la vie.

17Par ailleurs, on sait aujourd’hui que l’on gagne en espérance de vie mais aussi en espérance de vie sans incapacité (EVSI) ce qui se traduit par une institutionnalisation des personnes âgées de plus en plus tardive, rarement avant 80 ans.

  • 4 Insee Première n° 825.

18Si globalement un net recul de la mortalité est à noter, il se fait surtout au profit des femmes. L’espérance de vie moyenne à la naissance en 2001 est de 75,5 ans pour les hommes contre 83 ans pour les femmes4. D’ores et déjà la répartition par classes d’âge démontre une nette prédominance des femmes parmi les personnes âgées.

Une espérance de vie plus grande chez les femmes

Une espérance de vie plus grande chez les femmes

Source : Insee, RP 99

Mode de vies des femmes âgées (en % de la classe d’âge)

Mode de vies des femmes âgées (en % de la classe d’âge)

Source : Recensement de la population, INSEE et Statistiques de l’État Civil, INSEE

  • 5 Cristofari Marie-France – Labarthe Géraldine, op.cit, Insee Première n° 789.

19La proportion de femmes vivant en couple diminue considérablement avec l’âge (67 % à 65 ans, 16 % à 85 ans) alors qu’elle reste importante jusqu’à des âges élevés pour les hommes (80 % à 65 ans et 61 % à 85 ans)5. La durée de vie plus élevée des femmes en est la principale raison. Il en résulte un sentiment d’isolement plus fort et un rapport à la ville différent, un besoin de services plus grand.

20Ces mutations profondes génèrent de nouvelles formes de pratiques urbaines et souvent des difficultés accrues de gestion de la vie quotidienne et plus généralement d’accès à la ville chez les femmes.

LES CONSEQUENCES EN TERME DE MODE DE VIE URBAIN

Le temps de la femme, le temps de la ville

21L’intérêt en France pour le temps de la ville est assez récent. Et comme dans d’autres pays européens, ce sont les femmes qui ont porté ce sujet au devant de l’actualité. C’est en effet, lors du colloque sur « Le temps des femmes, le temps des villes » organisé en mai 2000 à Poitiers, que Claude Bartelone, ministre délégué à la ville, a mandaté Edmond Hervé, député-maire de Rennes, pour réaliser un rapport sur le temps des villes en partant du constat, partagé avec les pays européens, de l’émergence d’une nouvelle civilisation urbaine aspirant à concilier vie professionnelle, vie familiale, loisirs et vie associative. Ces nouvelles aspirations ont d’abord été identifiées chez les femmes souhaitant allier vie au travail et vie hors travail. Elles ont servi en quelques sortes de révélateur d’une problématique plus générale de gestion quotidienne de la vie urbaine.

22Conséquence de la généralisation du travail féminin et de l’augmentation du nombre de familles monoparentales, « le temps de la femme est beaucoup plus chargé d’activités diverses que celui de l’homme ; c’est ce qui, au départ, fait la différence ». Les femmes sont plus sujettes au manque de temps que les hommes surtout quand elles concilient vie familiale et vie professionnelle.

  • 6 Dumontier Françoise – Pan Ké Shon Jean-Louis, « En 13 ans, moins de temps contraints et plus de lo (...)

23L’évolution des modes de vie ne signifie pas révolution dans la répartition des tâches domestiques. La femme est toujours lésée. Il ressort d’une enquête réalisée par l’Insee en 1999 que la majorité du temps consacré à des activités reproductives qui permettent la survie des individus et des familles (tâches ménagères, cuisine, courses, gestion du ménage, démarches administratives, soins à donner aux enfants, aux personnes âgées, aux malades) pèse principalement sur les femmes adultes. En étant en couple, l’homme reporte 1/3 de son temps d’activités ménagères sur sa compagne puisque lorsqu’elle y consacre une heure lui n’y passe que dix minutes. Et même quand ils sont seuls, le temps minimum que les hommes consacrent à ces activités est bien inférieur à celui des femmes. Le rapport sexué des rôles au sein de l’univers domestique est donc intériorisé aussi bien par les hommes que par les femmes6.

24Cette somme de travail très importante socialement mais peu visible, bien que quantitativement plus importante que la somme du travail rémunéré, n’avait jusqu’alors que très rarement fait l’objet de mesures d’actions publiques. Or les conséquences pour les femmes sont multiples, cela génère :

  • un problème de choix de travail moins impliquant ;
  • des problèmes d’accès à la vie sociale publique (manque de temps) ;
  • des problèmes de déplacement dans la ville ;
  • des exigences particulières en matière d’habitat.

25De fait, les temporalités de la vie professionnelle et de la vie familiale ne sont plus articulées. On parle de « désynchronisation » entre les horaires des services privés et publics et les emplois du temps individuels. Les femmes réclament de nouveaux services de soutien familial tels que des services de garde d’enfants plus nombreux et plus flexibles, des services de nettoyage, des livraisons de repas à domicile et une adaptation des horaires des services à celui de la vie urbaine, faute de quoi, certaines femmes ne peuvent plus accéder à l’emploi par manque de services adaptés.

26Par ailleurs la ville est organisée en fonction d’un modèle dominant, celui du citadin actif et jeune. D’où de nombreux dysfonctionnements en raison d’une diversité sociale accrue. Ainsi, des études ont montré que les modalités et les horaires actuels des services de transport public ne cadrent pas avec les besoins de déplacement de nombreuses femmes. Alors qu’elles sont majoritaires parmi les usagers des transports publics et qu’elles ont le plus souvent des schémas de déplacement complexes liés à la diversité de leurs tâches quotidiennes, les horaires proposés restent calqués sur des déplacements domicile/travail. De même, en raison d’un mode de développement urbain privilégiant la voiture, le vieillissement devient problématique dans certaines communes périphériques car la sociabilité se réalisait dans le centre grâce à des déplacements en voiture et les personnes âgées (en majorité des femmes) se retrouvent avec des problèmes pour circuler d’où un risque d’isolement accru.

  • 7 Jerôme Béatrice, « Les villes tentent de s’adapter aux rythmes de vie de leurs habitants », Le Mon (...)

27Si les femmes sont les premières victimes de ce décalage, les habitants des quartiers populaires sont les plus exposés aux temps contraints7. Ce sont toujours les personnes les moins fortunées qui sont le plus éloignées de leur travail. Les inégalités sociales sont ainsi renforcées par des inégalités temporelles d’accès à la ville. Elles touchent particulièrement les personnes âgées, les femmes seules vivant dans des banlieues mal desservies, les femmes au chômage, etc.

28De manière plus générale, les nouveaux modes de vie impliquent une modification des rythmes urbains. Aujourd’hui, la tendance est à la flexibilité des horaires, à une valorisation des loisirs et au culte de son propre mode de vie avec pour conséquences l’irrégularité, la variabilité, la diversité des rythmes de vie. Cette problématique de l’inadaptation du temps de la ville à celui de ses usagers, mise en évidence pour la femme, est une réalité qui concerne tout le monde.

29Si traditionnellement le développement urbain a été régi par une vision spatiale et par la division tayloriste rigoriste du temps, avec une priorité donnée au travail, il est temps de penser une réorganisation de la vie urbaine autour de la question de la flexibilité. De nouvelles cohérences urbaines restent à inventer, à la fois spatiales et temporelles.

Sentiment de solitude et isolement relationnel plus prononcés chez les femmes

30Les conséquences des modes de vie urbains privilégiant autonomie, indépendance et individualisme ont pour conséquences, chez certaines catégories de population, une forme de « désocialisation ». Les femmes figurent parmi les plus vulnérables.

31En effet, une enquête sur les relations de la vie quotidienne réalisée par l’Insee en 1997 démontre que l’isolement relationnel et le sentiment de solitude augmentent avec l’âge, de manière plus aiguë en milieu urbain, et qu’ils sont d’autant plus ressentis que le niveau de revenu est bas. Il apparaît donc logique que les femmes montrent une plus grande vulnérabilité à la solitude.

32Les femmes âgées de plus en plus nombreuses, sont fortement exposées aux risques d’exclusion ou plus précisément de désinsertion sociale. La retraite est parfois vécue comme un retrait du monde du travail qui se traduit par une forme de « mort sociale ».

33Les familles monoparentales – à majorité féminines – sont aussi parmi les plus sensibles. Enfin, de tous les types de ménages, ce sont les personnes vivant seules qui non seulement sont les plus isolées relationnellement mais aussi les plus sensibles au sentiment de solitude ; et le veuvage touche avant tout les femmes puisque 85 % des veufs sont des veuves.

Vers une remise en cause du modèle d’habitat dominant

  • 8 Arbonville Denise, « Les choix de localisation résidentielle à l’épreuve des évolutions de société (...)

34A travers les statistiques nationales, on observe, sur la longue période, la diffusion massive d’un mode d’habitat « dominant » : il consiste, pour les couples et leurs enfants éventuels, à opter de plus en plus souvent pour un habitat en maison individuelle, achetée à crédit et localisée dans une zone périurbaine. Plus de 70 % des couples mariés de plus de 40 ans avec enfants sont propriétaires, habitent une maison individuelle située en grande majorité dans le périurbain8.

35Ce modèle dominant était calqué, à la base, sur une vision traditionaliste du modèle familial basé sur un homme actif et une femme au foyer s’occupant des enfants. Cependant, ces dernières années, avec l’émergence de nouveaux modes de vie, une diversification de la demande apparaît. Le modèle dominant montre ses limites laissant apparaître des dysfonctionnements.

36La bi-activité des couples, qui est devenue un phénomène majeur dans la société française, modifie les comportements résidentiels. Il a été montré que le choix dépend prioritairement du lieu de travail des femmes. En particulier les couples avec enfants peuvent renoncer à la maison individuelle pour privilégier un appartement mieux desservi en centre ville.

  • 9 Arbonville Denise, op.cit.

37Par ailleurs, « La rupture des unions, plus fréquente, entraîne souvent la revente du logement acheté à crédit et à deux et l’obligation de prendre une location si possible dans un lieu plus central : pour des raisons budgétaires bien sûr mais également, lorsqu‘il y a des enfants, pour assurer la proximité des gardes (par des crèches, l’autre parent, les grands-parents) ». Enfin, « L’étape post-parentale ou le veuvage prolongé induisent pour certains la revente de l’ancien logement, désormais trop grand ou trop cher à entretenir. Et l’extrême vieillissement rend nécessaire la proximité de services et d’équipements médicaux »9.

38Le rôle des mutations relatives à la position sociale de la femme dans la famille et face au travail dans l’évolution des comportements résidentiels est déterminant. Le zonage fonctionnel des agglomérations urbaines a lourdement compliqué la vie des femmes en leur rendant la gestion des tâches quotidiennes plus difficile. Les effets ségrégatifs de certains types d’habitat (banlieue pavillonnaire excentrée, quartier HLM enclavé) sont aujourd’hui fortement ressentis chez certaines femmes. D’autres optent pour de nouvelles formes d’habitat plus adaptées.

39Aujourd’hui, comparativement aux hommes, les femmes investissent davantage les zones centrales. Elles sont aussi plus présentes dans le parc locatif, plus central mais aussi plus abordable (en particulier chef de famille monoparentale, ou femmes âgées mais pas seulement) et moins dans le parc de maisons individuelles (cf. tableau). Des études plus approfondies seraient nécessaires pour déterminer ce qui relève du choix d’un mode de vie différent et ce qui relève de la contrainte dans les stratégies résidentielles féminines spécifiques.

Exemples de modes d’habitats différenciés des ménages selon l’âge, le genre et la situation matrimoniale en 1996

Exemples de modes d’habitats différenciés des ménages selon l’âge, le genre et la situation matrimoniale en 1996

Source : INSEE, Enquête Nationale Logement 1996

DES PISTES POUR L’ACTION

Vers une politique des temps plus adaptée aux nouveaux rythmes de la vie urbaine

40La prise de conscience nationale de cette « désynchronisation » des temps sociaux généralisée est récente. Suite à la remise du rapport d’Edmond Hervé sur le « Temps des villes » le 19 juin 2001, la première conférence gouvernementale des temps de la vie quotidienne s’est tenue le 20 septembre 2001. D’ores et déjà, des pistes d’action d’amélioration privilégiées soutenues par la DATAR et la DIV ont été proposées et un appel à projet lancé auprès des collectivités territoriales et des associations. Elles s’articulent autour de 5 axes :

  • la création et l’amélioration de services à la personne (gardes d’enfants, aides à domicile, médiations) ;
  • l’évolution des horaires des services (école, transports, services publics, commerces, entreprises dans le cadre de plans de régulation des horaires et de plans de déplacements urbains) ;
  • la modernisation des services publics (maisons de services publics, administration électronique) ;
  • l’articulation entre services publics et privés (accessibilité aux services, projets éducatifs locaux) ;
  • l’aménagement du territoire et la conception intégrée des espaces publics (contrats de ville, d’agglomération, de pays).

41La démarche pour y arriver repose sur un processus partagé de diagnostic de l’accessibilité temporelle de la ville, qui aboutit à une amélioration pour les femmes en premier lieu mais, au final, pour tous les habitants.

Un besoin accru de politiques publiques de renforcement des liens sociaux

42Le besoin de sociabilité plus fort chez certaines femmes et le risque d’isolement relationnel plaident pour une réflexion accrue pour proposer des aménagements d’espaces publics de qualité, des équipements collectifs, des lieux et des services favorisant le développement de nouveaux liens sociaux en fonction des besoins spécifiques des femmes, des enfants, des personnes âgées.

43En particulier, des études sont nécessaires pour répondre aux besoins spécifiques de la population du troisième âge. Il s’agit de développer une vision politique de projets de vie à construire pour cette étape de la vie et des actions publiques les accompagnant, pour que la retraite ne soit plus seulement considérée comme un temps pour se reposer et tuer le temps.

Une politique du logement et de l’habitat plus respectueuse de la diversité sociale

44La planification du logement et des quartiers doit refléter la complexité de la vie familiale contemporaine. Concernant les femmes, quelques besoins peuvent être identifiés à titre d’exemple :

  • les jeunes femmes souhaitent pouvoir accéder aisément aux transports afin de se déplacer librement dans la ville ;
  • les mères seules ont besoin de logements abordables proches de leur travail et des services de garderie d’enfants ;
  • les femmes dont les enfants sont jeunes ou adolescents ont besoin d’espaces de jeux et d’équipements pour cette tranche d’âge ainsi qu’un accès aux transports publics favorisant leur autonomie ;
  • les femmes âgées ont besoin de logements adaptés avec un accès aux services de base, à des services d’aide à domicile, de transport en commun et proches de leur réseau familial et amical ;
  • toutes ont besoin d’aménagements qui minimisent le sentiment d’insécurité.

45Dans tous les cas, les politiques de l’habitat devront répondre à la diversité des situations sociales et familiales et concevoir le logement en tenant compte du cadre plus large de l’environnement global. En attachant une importance particulière aux possibilités d’accès aux services, à l’emploi, aux transports publics, aux équipements de loisirs et aux aménités sociales et culturelles, il s’agit de permettre aux ménages de vivre et d’élever leurs enfants dans des conditions meilleures et moins stressantes. Et comme aujourd’hui encore, les femmes passent plus de temps dans leur logement que les hommes, en particulier à certains moments de leur vie, le rôle accru qu’elles sont amenées à jouer dans la conception et l’aménagement du logement et du quartier, grâce à la loi sur la parité et à leur présence au niveau des maîtrises d’ouvrage municipales, ne pourra être que bénéfique.

46Une ville plus adaptée aux besoins des femmes, c’est une ville plus à l’écoute de ses citoyens. C’est la principale conclusion du colloque « Les femmes et la ville : logements services et environnement » organisé en 1994 par l’OCDE. Dans la démarche, cela se traduit par :

  • le développement d’une planification et d’une gestion urbaines qui tiennent compte des préoccupations des diverses composantes de la population, et qui reconnaissent donc la diversité sociale ;
  • l’élargissement du rôle des usagers des services publics et de la ville avec la reconnaissance d’une maîtrise d’usage à côté des traditionnelles maîtrises d’ouvrage et d’œuvre ;
  • la réhabilitation de l’intérêt pour les questions de vie quotidienne dans l’élaboration des politiques urbaines qui permette de dépasser les logiques sectorielles pour aborder la vie urbaine de manière globale ;
  • le développement d’une connaissance et donc d’une observation plus fine de l’évolution des modes de vie et des besoins associés.

47Enfin, cette volonté d’associer les habitants concernés dans toute leur diversité à l’action publique favorisera l’exercice d’une citoyenneté active sur le territoire de la ville et plus largement de l’agglomération.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Arbonville Denise [2001], « Les choix de localisation résidentielle à l’épreuve des évolutions de société », Les Actes du Club Habitat, Villes et Territoires, INED, Journées de la FNAU, organisées par l’AUMA à Mantes-la-Jolie, les 21 et 22 Juin.

Bartelone Claude [2000], Discours du ministre délégué à la ville, lors de la Conférence sur le temps des villes, 12 décembre.

Chaleix Mylène [2001], « Recensement de la population de 1999, 7,4 millions de personnes vivent seules en 1999 », division Recensement de la population, Insee, Insee Première n° 788, juillet.

Cristofari Marie-France – Labarthe Géraldine [2001], « Recensement de la population de 1999. Des ménages de plus en plus petits », département de la Démographie, Insee, Insee Première n°789, juillet.

Collectif [1995], Les femmes et la ville, Logements, services et environnement urbain, OCDE, Paris.

Dumontier Françoise – Pan Ke Shon Jean-Louis [1999], « En 13 ans, moins de temps contraints et plus de loisirs », Division Conditions de vie des ménages, Insee, Insee Première n° 675, octobre.

Jerome Béatrice [2001], « Les villes tentent de s’adapter aux rythmes de vie de leurs habitants », Le Monde, 20 juin.

Pan Ke Shon Jean-Louis [1999], « Vivre seul, sentiment de solitude et isolement relationnel », Division Conditions de vie des ménages, Insee, Insee Première n° 678, octobre.

« Vieillesse, nouvelles vague » [2001], Agence d’urbanisme de la région grenobloise, juillet.

« Espaces, temps, modes de vie. Nouvelles cohérences urbaines », 22e Rencontres nationales des agences d’urbanisme, Nantes, 12, 13 et 14 décembre 2001, Ministère de l’Équipement, des Transports et du Logement, FNAU, Communauté Urbaine de Nantes, Agence d’Urbanisme de l’agglomération nantaise.

« Habitat et services de proximité face aux évolutions des modes de vie », Actes du Club Habitat, Villes et Territoires de la FNAU, 21 et 22 juin 2001, FNAU, Agence d’Urbanisme du Mantois.

Notes

1 Bartelone Claude, Discours du ministre délégué à la ville, lors de la Conférence sur le temps des villes, 12 décembre 2000.

2 Chaleix Mylène, « Recensement de la population de 1999, 7,4 millions de personnes vivent seules en 1999 », division Recensement de la population, Insee, Insee Première n° 788, juillet 2001.

3 Cristofari Marie-France – Labarthe Géraldine, « Recensement de la population de 1999. Des ménages de plus en plus petits », département de la Démographie, Insee, Insee Première n° 789, juillet 2001.

4 Insee Première n° 825.

5 Cristofari Marie-France – Labarthe Géraldine, op.cit, Insee Première n° 789.

6 Dumontier Françoise – Pan Ké Shon Jean-Louis, « En 13 ans, moins de temps contraints et plus de loisirs », Division Conditions de vie des ménages, Insee, Insee Première n° 675, octobre 1999.

7 Jerôme Béatrice, « Les villes tentent de s’adapter aux rythmes de vie de leurs habitants », Le Monde, 20 juin 2001.

8 Arbonville Denise, « Les choix de localisation résidentielle à l’épreuve des évolutions de société », Les Actes du Club Habitat, Villes et Territoires, INED, Journées de la FNAU, organisées par l’AUMA à Mantes-la-Jolie, les 21 et 22 Juin 2001.

9 Arbonville Denise, op.cit.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/349/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 89k
Titre Une espérance de vie plus grande chez les femmes
Légende Source : Insee, RP 99
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/349/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 58k
Titre Mode de vies des femmes âgées (en % de la classe d’âge)
Légende Source : Recensement de la population, INSEE et Statistiques de l’État Civil, INSEE
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/349/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Exemples de modes d’habitats différenciés des ménages selon l’âge, le genre et la situation matrimoniale en 1996
Légende Source : INSEE, Enquête Nationale Logement 1996
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/349/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 652k

Auteur

Agence d’Urbanisme de l’Agglomération de Tours

© Presses universitaires François-Rabelais, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable