Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Femmes et villes

 | 
Sylvette Denèfle

Introduction

Sylvette Denèfle

Texte intégral

1« Les villes, territoires, lieux ou reflets des pratiques sociales, peuvent-elles être pensées sans lien avec cette différenciation sociale fondamentale qu’est le sexe ?

2Hommes et femmes sont-ils des usagers indifférenciés des villes ? Sont-ils des concepteurs, des intervenants identiques ? Sont-ils des gestionnaires au même titre ? Habitent-ils les villes de manière équivalente ? Animent-ils les villes de la même façon ? Disposent-ils des mêmes droits dans les villes ?

3Si l’on se réfère aux comportements sociaux observables, la réponse est « non » à l’ensemble de ces questions.

4Hommes et femmes ne fréquentent pas les mêmes lieux, aux mêmes heures. Ils ne gèrent pas les questions publiques avec la même autorité. Leurs usages résidentiels sont très différents et leur présence dans l’espace public ne se confond nullement.

5Mais la ville n’y est pour rien... Elle n’est qu’un lieu où s’actualisent les rôles sociaux de sexe. Elle n’est que le miroir des activités sociales. »

6A peine quelques lignes esquissées pour poser la question de rapports spécifiques entre les femmes et les villes et déjà sont appelées toutes les interrogations pour cerner la notion même de ville en même temps que s’élève l’arrière-plan de toutes les organisations sociales.

7Les villes sont indissolublement liées aux activités humaines, à leurs finalités, à leurs organisations, à leurs normes. Elles en sont les émanations, les supports, les moyens, les lieux. Elles en sont l’expression, le miroir, le reflet, l’exposé.

8C’est pourquoi, on peut être fondé à réfléchir aux liens unissant toutes les activités sociales et/ou tous les groupes sociaux aux espaces urbains : la ville et le travail, la ville et les loisirs, la ville pour habiter, se déplacer, la ville des jeunes et celle des commerçants, etc. La liste est aussi importante que l’est le nombre des activités et des catégories sociales.

9Qu’est-ce qui fait donc la pertinence à considérer les rapports des femmes aux villes ?

10Outre l’importance des différences sociales entre hommes et femmes et leurs conséquences sur la vie des villes, nous pensons que la ville est spécifiquement un miroir concret des normes actualisées de genre, d’une part, et d’autre part, elle est, à travers les choix politiques, l’un des outils de la régulation sociale. Il est donc important de retourner vers la gestion urbaine les connaissances des pratiques sociales que la ville exacerbe.

11La ville, comme expression de la différenciation des sexes, donne à voir les normes qui régissent les comportements collectifs en la matière dans ce qu’elles ont de légal, d’implicite, de caché, d’interdit, de valorisé. Elle montre les archaïsmes et les évolutions, les transitions et les pérennités. Elle fonctionne comme une loupe permettant de mettre en évidence la matérialité de pratiques souvent symboliques.

12En rétro-action, cet éclairage des fonctionnements et dysfonctionnements sociaux doit pouvoir servir les politiques urbaines dans leur aspect d’interventions dans l’ordre social. Du moins, pour autant que les rôles de sexe soient porteurs de dysfonctionnement, ce sur quoi l’analyse des situations urbaines nous éclaire.

13C’est donc une réciprocité de l’étude et de l’action qui est au cœur de la réflexion sur Femmes et Villes.

14Comment la ville peut-elle informer la réflexion sur les normes sociales de sexe ?

15En quoi cela peut-il servir les politiques urbaines ?

16Voilà les deux questions autour desquelles se sont positionnées les études présentées à Tours lors du colloque « Femmes et Villes » de mars 2002, dont cet ouvrage est la restitution.

LA VILLE, REFLET DES NORMES DE SEXE

17En ville, en droit, rien ne différencie les hommes et les femmes. Mais, du point de vue des normes sociales, au contraire, tout distingue les pratiques féminines et masculines : la façon de faire les courses, l’utilisation des moyens de transport, les heures de fréquentation, les façons de se tenir, de se présenter, les lieux visités, la façon d’investir le logement, les quartiers, les rues, etc.

18Cette opposition entre ce qu’il est possible de faire et ce que les gens font en fait est un prisme intéressant d’analyse du fait social, dans son caractère coercitif et inconscient, et c’est pourquoi la ville sert la lecture des systèmes normatifs, et tout particulièrement des normes de sexe.

19Chaque univers culturel qui produit des villes différentes et porte des spécificités dans la différenciation sexuée génère des façons différentes de distinguer hommes et femmes. On verra ainsi des villes sans grande présence féminine, là où la société relègue les femmes dans la sphère privée, des heures de plus grande fréquentation masculine, et, dans d’autres contextes sociaux, des quartiers familiaux où femmes et enfants colorent la rue et des quartiers d’affaires où domine l’austérité du costume masculin, etc.

20Chacune de ces images est le reflet précis d’un ensemble de normes qui déterminent les comportements sociaux, notamment selon les sexes. C’est pourquoi, l’observation des situations urbaines sert particulièrement bien celle des normes sociales, toujours plus ou moins invisibles pour ceux qui les véhiculent. La ville où s’entrecroisent les activités professionnelles, politiques, économiques, éducatives, sanitaires, quotidiennes, etc. matérialise, en quelque sorte, les différences entre les emplois féminins et masculins, entre les loisirs des unes et des autres, entre les responsabilités collectives, etc. On y voit les femmes en mères de famille, en consommatrices, en usagères régulières des transports en commun, en utilisatrices diurnes des lieux commerciaux alors que les hommes y paraissent dans leurs occupations professionnelles, dans leurs modes de loisirs, dans une utilisation diurne mais aussi nocturne et dans un usage beaucoup plus large de l’ensemble des espaces publics.

21La plupart des textes qui suivent marquent, d’une façon ou d’une autre, ces différences entre les pratiques féminines et masculines des espaces urbains. Il y a bien là un constat de différences que l’observation urbaine souligne.

22Et ces différences qui, comme tout le système normatif dont elles sont l’expression, semblent « normales », « naturelles » à ceux qui les vivent, évoluent, changent, se modifient en reflétant les conflits sociaux, les mutations techniques ou éthiques.

23La question qui nous intéresse plus particulièrement est celle de savoir si l’agglomération humaine de dimension importante qu’est la ville est, par elle-même, porteuse de ces évolutions et si c’est le cas, dans quel sens. On sait bien sûr que le développement urbain est accéléré par la modernisation, par le développement technique, par l’industrialisation, que la ville est vecteur de mouvements, de changements par rapport à la plus grande stabilité du monde rural. Il est donc intéressant de voir si, autour des questions de la différenciation des sexes, elle favorisera, et comment éventuellement, les mutations des rôles sociaux de sexe vers plus de modernité, c’est-à-dire d’individualisme et partant d’égalité.

24Maintes fois, la ville a été présentée comme émancipatrice, comme brisant les comportements traditionnels et permettant les libérations de toute contrainte : elle est alors associée aux mutations des rôles de sexe qui brisent les relégations féminines dans la sphère privée et ouvrent aux femmes les voies du travail, de l’éducation et de l’égalité.

25Mais bien des fois aussi on a stigmatisé la violence et l’insécurité qu’elle génère et qui, au contraire, s’abat prioritairement sur les femmes et les obligent à se protéger, le plus souvent, en se cantonnant aux rôles les plus traditionnellement frileux et repliés.

  • 1 Ascher François, Les nouveaux principes de l’urbanisme, La Tour d’Aigues, éditions de l’Aube, 2001 (...)

26« Si, comme l’affirme le dicton médiéval « l’air de la ville rend libre », la contrepartie est que la ville est aussi le lieu de tous les périls, physiques et moraux »1.

27Au-delà, de ces problématiques générales qu’il nous faut dépasser, il est important d’examiner comment les pratiques urbaines relaient, modifient, confortent, transforment les normes sociales de sexe, pour l’observer sur des cas précis et aussi nombreux que possible.

28Ce qui ressort essentiellement de l’étude de ces situations concrètes dont les exposés alimentent cet ouvrage, c’est la complexité de l’intrication des systèmes normatifs.

29Dans la ville, les femmes prennent leur autonomie (elles occupent des emplois salariés, participent à la gestion publique, influent sur l’organisation spatiale, imposent les choix familiaux résidentiels, etc.) mais elles sont aussi renvoyées à leur rôle second par les violences les plus diverses, par les idéologies religieuses, par les recompositions imposées qui associent souvent rôles féminins émancipés et assistances féminines exploitées.

30Cette complexité des modèles sociaux identitaires et comportementaux dans les villes nous donne à voir ce qu’il en est des évolutions politiques et idéologiques en matière de rapports sociaux de sexe.

31La modernité égalitariste qui domine les discours occidentaux passe plus ou moins dans les pratiques collectives et l’écart est parfois grand entre ce qu’on a le droit de faire et ce qu’on peut faire effectivement quand on est une femme. La ville le montre crûment par la violence et la factualité des présences/absences dans l’espace public.

32Cependant, c’est aussi dans les villes que s’expriment les contestations, les remises en question, les mouvements révolutionnaires et on ne peut pas ne pas associer les gay pride ou autre love parade à la rébellion du mouvement queer contre le dualisme naturaliste des normes de la sexualité.

33La ville sert de miroir grossissant aux pratiques complexes liées aux mutations sociales et, pour ce qui concerne les rapports sociaux de sexe, elle met en évidence les entrecroisements touffus et subtils des avancées et des reculs de l’ensemble social vers une égalité des hommes et des femmes qui ne soit pas seulement de droit mais qui passe aussi dans les faits.

LA VILLE, PRODUITE ET GEREE, INSTRUMENT POLITIQUE DU CHANGEMENT SOCIAL

34Comme constructions humaines et sociales, les villes se sont développées autour de projets politiques et cela bien avant que la modernité ne produise, au xixe siècle, une science de ces réalités avec l’urbanisme.

35Les politiques urbaines ont toujours été à la fois des outils techniques de gestion des problèmes spécifiques et des expressions idéologiques des pouvoirs. Il n’est qu’à penser aux constructions défensives, aux réglementations les plus variées, aux démolitions ou à l’élévation de murs en tout genre pour s’en persuader.

36Mais, depuis l’apogée de la rationalisation moderne, on exprime de façon systématique et organisée les politiques de gestion des territoires et les villes occupent dans ces préoccupations la place centrale.

37La forme la plus récente de cette inscription de la gestion urbaine dans la préoccupation politique, en France, est la mise en place régulière, depuis le début des années 80, d’un ministère en charge de ces questions dans les différents gouvernements qui se sont succédés. Ce qui justifie cette forme institutionnelle est, entre autres, l’idée que, des choix urbains peuvent découler des changements sociaux. Le constat de malaises sociaux, comme ceux qui sont apparus dans les années 70, avec les profondes restructurations économiques qu’a connu l’Occident, a provoqué un interventionnisme d’État qui, du fait de l’avancée du libéralisme, ne s’est pas d’abord appliqué à l’économie mais plutôt aux effets sociaux qu’elle induit. Les politiques envisagent de gérer les difficultés sociales en intervenant sur les comportements jugés déviants et les villes en présentent un grand nombre. Partant, ils paraissent pouvoir être réglés, ou du moins aménagés, par une politique de la ville.

  • 2 Roncayolo M., La ville aujourd’hui, Paris, Seuil, 2001, p. 803.

38« Cette politique dite de la ville regarde principalement du côté curatif : colmater les brèches, réduire les fractures, établir la sécurité »2.

39Par exemple, il faut faire quelque chose contre les conséquences de la paupérisation. Mais comme on ne peut pas intervenir sur celle-ci directement, on choisit d’aménager les territoires qu’elle occupe. De la même façon, les violences dont on ne pose guère la question des origines, doivent s’estomper pour que soit rétabli l’ordre social. On va donc agir sur l’organisation spatiale de leur visibilité, notamment la rue (même si l’on sait qu’elles se déroulent le plus souvent dans la sphère privée).

40A l’évidence, chacun sait bien qu’en faisant porter l’action sur les conséquences d’une réalité sociale sans en traiter les causes, on s’expose à quelques impasses. Cependant, il est tout aussi clair que les formes de l’action peuvent modifier les comportements sociaux puisque c’est le cœur même de la justification politique. « Faire quelque chose, réformer, aménager, améliorer ce qu’on peut, là où l’on peut, quand on le peut » semble l’essence même de l’action politique.

41C’est d’ailleurs pourquoi souvent le Droit est arrivé à précéder les normes sociales, ce qui est tout à fait paradoxal mais très net en ce qui concerne les rapports sociaux de sexe.

42Cette volonté politique, qui passe par une créativité institutionnelle importante, est largement soutenue, voire portée par les logiques européennes. Et il est manifeste que les succès de ces choix politiques sont fort loin d’être insignifiants dans l’espace hétérogène des États de l’Union. En particulier, la Commission Européenne porte depuis plus de dix ans, de façon volontariste, un discours égalitariste sur les droits entre hommes et femmes. Ce choix qui commence à être soutenu par quelques incitations financières n’est pas sans influence sur les conditions de vie des populations, même s’il ne révolutionne pas les mentalités. On peut citer, à cet égard, l’exemple des villes italiennes qui ont développé des orientations politiques volontaristes sur l’organisation du temps en mettant en place des ensembles de mesures d’aménagement des horaires. Or, ces mesures ont été largement inspirées par les analyses féministes de la vie quotidienne qui avaient montré combien les femmes, et notamment celles qui travaillent et assument la charge domestique, avaient de contraintes insupportables.

43Même en tenant compte des limites sociales que comportent ces orientations, on ne peut rester insensible à l’opportunité des changements qu’elles ouvrent.

  • 3 Roncayolo M., idem.

44Dans ce sens, il est essentiel d’analyser les comportements sociaux pour informer l’action politique. Or, la ville nous donne à lire les rapports sociaux de sexe d’une façon privilégiée en accentuant les stéréotypes de sexe. Il est donc nécessaire, en retour, d’informer l’action des politiques de la ville surtout si, comme l’affirme Marcel Roncayolo, « la ville est au centre du débat politique (...) et se veut enjeu et levier »3.

ÉTUDES SUR LE GENRE ET URBANISME

45Si, donc, les deux questions qui ont été au centre de nos débats : « Comment la ville peut-elle informer la réflexion sur les normes sociales de sexe ? » et « En quoi cela peut-il servir les politiques urbaines ? » peuvent recevoir quelques réponses, il est clair qu’à la fois les études sur le genre et l’urbanisme auront beaucoup à y gagner.

46Étudier, dans les sociétés contemporaines, les implications que les changements dans les rapports sociaux de sexe peuvent avoir dans la gestion et l’organisation des territoires de l’urbain, c’est ouvrir une voie originale de recherche qui doit permettre de développer des connaissances fondamentales à la fois dans les études sur le genre et dans la planification urbaine et l’aménagement du territoire.

47Ce croisement de perspectives permet également de développer des applications importantes dans le monde socio-économique par ses liens avec toutes les formes de professionnalisation et leurs conséquences (mobilité, développement durable, répartition des services, etc.), tout comme il ouvre à des analyses de formes nouvelles de démocratie, de participation sociale et de gouvernance (politiques de parité ou de quotas, par exemple).

48Et ce ne sont que quelques exemples puisque l’observation des comportements sociaux urbains peut servir la mise en lumière des normes invisibles qui régissent les identités sexuées comme elle permet de révéler les distorsions considérables qui existent entre les discours publics, « politiquement corrects » sur la place des hommes et des femmes dans la société avec les réalités effectives.

49On voit les marques de l’assignation féminine au domestique dans les usages de la ville (horaires, modes de déplacement, lieux fréquentés, etc.), leur place dans le partage des pouvoirs (gestion ou représentation politique dans la ville, extension et diversité des territoires féminins et masculins), leurs conquêtes de l’espace public ou leur relégation dans le monde privé, leurs contraintes et leurs avancées professionnelles et quelquefois l’expression de leurs luttes et celle de leur indépendance.

50Mais, trop souvent encore, les femmes sont, dans les villes, à la fois en danger et dangereuses car elles sont presque toujours ramenées à leur rôle de reproduction, c’est-à-dire à la sexualité, ce qui leur interdit de vivre la ville de façon semblable aux hommes.

  • 4 F. Ascher caractérise « la troisième révolution urbaine moderne » par la métapolisation, la transf (...)

51A tout cela, la gestion urbaine, l’aménagement, les politiques de la ville peuvent apporter des améliorations, d’autant plus nombreuses que les analyses des rôles de sexe dans les activités urbaines seront plus fines. Et, si le nouvel urbanisme, que François Ascher voit corrélatif à « la troisième révolution urbaine moderne »4 s’ouvre au dialogue, à de nouvelles formes de gouvernance dans lesquels les individus et les collectifs interagissent, à plus de démocratie, il bénéficiera des indicateurs nouveaux proposés pour la prise en compte des intérêts des utilisatrices des villes. L’âge, les évolutions démographiques, le multiculturalisme, les aptitudes à toutes les flexibilités, les valeurs familiales, les contraintes de la conciliation entre vie privée et vie professionnelle, les valeurs de services aux personnes, etc. qui sont autant de facteurs dans lesquels la place des femmes est centrale pourront alimenter la réflexion sur la réorganisation urbaine qu’elle soit temporelle ou spatiale. Et cela d’autant mieux que ces indicateurs jouent un rôle important dans les logiques d’avenir qui sont celles du développement durable.

52Prendre en compte la dimension du genre dans les comportements urbains peut donc servir la qualité de la vie de tout un chacun, pour autant qu’on soit attentif à ce que cette prise en compte fasse place aux analyses des dysfonctionnements, qu’elle vise à les corriger dans l’ordre social plus qu’à pérenniser les modèles identitaires de sexe en en adoucissant les injustices.

53Les voies de recherche et leurs implications dans l’action politique, au sens le plus large, sont très vastes lorsqu’on confronte les études urbaines et les études sur le genre. Et les textes qui suivent amorcent un débat qui devra se poursuivre, notamment sur les liens entre l’action et la connaissance, la ville et les normes sociales, les territoires urbains et leurs significations, les réalisations de la modernité et les processus idéologiques d’individualisation et de rationalisation qui la sous-tendent et la liste n’en est pas close.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Ascher François [2001], Les nouveaux principes de l’urbanisme, La Tour d’Aigues, éditions de l’Aube.

Roncayolo M. [2001], La ville aujourd’hui, Paris, Seuil.

Coutras J. [2003], Les peurs urbaines et l’autre sexe, Paris, L’Harmattan.

Notes

1 Ascher François, Les nouveaux principes de l’urbanisme, La Tour d’Aigues, éditions de l’Aube, 2001, p. 72

2 Roncayolo M., La ville aujourd’hui, Paris, Seuil, 2001, p. 803.

3 Roncayolo M., idem.

4 F. Ascher caractérise « la troisième révolution urbaine moderne » par la métapolisation, la transformation des systèmes de mobilité, la recomposition sociale et la redéfinition des relations entre intérêts individuels, collectifs et généraux, entre autres.

Auteur

Université François-Rabelais, Tours

© Presses universitaires François-Rabelais, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540