Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Femmes et villes

 | 
Sylvette Denèfle

Préface

Jacqueline Coutras

Texte intégral

1Femmes et villes. Réunir un colloque sous ce titre est un événement à plusieurs titres.

2Il en est un d’abord par le nombre d’intervenant(e)s qu’il rassemble et la variété des thèmes abordés, par le soutien et l’intérêt que lui apportent les autorités universitaires, les élus et les administrations chargées du développement urbain.

3Il en est un aussi par la problématique que sous-entendent ces deux termes, en étant placés sur un pied d’égalité. Afficher l’objectif de rechercher les interrelations entre une catégorie de sexe et une catégorie d’espace revient à considérer qu’il n’y a plus à prouver l’inanité d’un usager asexué qui serait caractérisé seulement par son appartenance sociale, son âge, ses conditions d’habiter. La posture est nouvelle et constitue un acquis théorique important au regard des recherches urbaines. D’habitude, dans les colloques ou les manifestations consacrées à l’un ou l’autre aspect de la vie urbaine, les « Femmes » font, au mieux, l’objet d’une table ronde. Elles constituent l’unique catégorie d’usagers à être définie par le sexe biologique des personnes, et la question est de se demander comment cette catégorie agit et utilise les ressources (matérielles et symboliques) que la ville met à la disposition de tous. D’habitude, les « différences de sexe » ainsi appréhendées sont traitées comme une variable apportant des écarts à une moyenne « neutre » qui, de fait et si le raisonnement est conséquent, est celle des hommes.

4Les études cherchant à montrer la spécificité des rapports que chaque sexe noue avec la ville ont débuté, il y a une bonne vingtaine d’années en France. Elles étaient des études empiriques sectorisées, cantonnées à un champ d’activité ou à un type d’espace-temps, toujours centrées sur les pratiques quotidiennes et reliées à la vie familiale et résidentielle des individus et des couples. Les courants de recherche qu’elles ont nourris n’ont pas acquis une reconnaissance institutionnelle suffisante. Ils n’ont donc pas eu l’autorité de mettre en cause, au moins de perturber, les schémas explicatifs d’ensemble qui s’appuient sur l’étude des évolutions historiques, des statistiques, des structures spatiales et sociales.

5La dimension sexuée de l’organisation de la ville moderne : urbanistique, économique, sociale, culturelle a constamment été une de ces « dimensions cachées de l’espace » dont a parlé E.T. Hall en 1972. Dans les travaux historiques jusqu’à une date récente, « les furies de la guillotine » ont été l’archétype des actions féminines dans l’extérieur urbain. Les statistiques ont toujours été réfractaires à en tenir compte, considérant que l’offre en équipements d’une part, l’organisation de la production et du travail (cernée par la catégorie socioéconomique des individus) d’autre part, étaient les déterminants essentiels qui rendaient compte des inégalités sociales reflétées ou engendrées par la ville.

6Pendant ces trente dernières années, la sexuation de la vie urbaine a été ignorée, contrairement à ce qui s’est passé dans d’autres champs de recherche ; l’importance des rapports sociaux de sexe a été beaucoup plus reconnue, par exemple, dans la sphère de la production et du travail rémunéré, dans la famille et la vie domestique, mais aussi dans la sphère du politique. Sans doute, l’invisibilisation est restée grande pour des raisons internes aux disciplines scientifiques impliquées : urbanisme, architecture, géographie, sociologie urbaine principalement. Elle l’a été pour une autre raison plus fondamentale encore, qui ressort du statut épistémologique que nos sociétés accordent au concept d’espace, et plus globalement aux « faits de nature ».

7Dans ce domaine, les références à un « ordre des choses » emportent vite les convictions quand les raisonnements rationnels buttent. Les évidences et les enchaînements de métaphores constituent l’ultime preuve venant confirmer ou infirmer les déductions logiques. L’attitude tient à la temporalité que mettent en jeu les changements affectant les espaces (construits ou dits naturels). Une modification des caractéristiques physiques et sociales d’une aire anciennement urbanisée (un quartier résidentiel ou un quartier d’affaires par exemple) ne laisse des traces « significatives » dans le paysage et les statiques qu’au bout de plusieurs années. Or, les fortes transformations des rapports sociaux de sexe en France sont récentes ; elles sont à relier à l’introduction massive des femmes sur le marché du travail, à partir des années 1960. Quarante ans. La transformation de l’ordre spatial sexué et des normes qui le fondent n’a pas eu le temps de s’imprimer dans les formes urbaines. L’observation n’enregistre que des comportements d’individues qui sont en rupture, – en résistance ? –, avec les normes dominantes : celles qui, traditionnellement, ont caractérisé la ville moderne.

8Dans les pays anglo-saxons comme en France et dans toutes les disciplines il y a une trentaine d’années, les travaux qui ont établi des liens entre « femmes et villes » ont décrit et analysé les tâches routinières des mères et des épouses. L’objectif était de faire reconnaître que les deux sexes étaient des acteurs placés dans des positions hiérarchiques et qu’ils intervenaient inégalement dans la structuration de la ville et de la vie urbaine. Le présent ouvrage regroupe des contributions qui, elles aussi, réfèrent au quotidien et au domestique, au résidentiel et au local, à quelques exceptions près. Mais l’objectif est tout autre.

9« Rien n’est jamais gagné, rien n’est jamais perdu ». Afficher tranquillement, au travers des intitulés des chapitres, que les actions féminines les plus banales et relevant de surcroît du privé, voire de l’intime, ont la capacité de faire bouger les rapports que le masculin et le féminin entretiennent entre eux par l’intermédiaire de leurs relations à l’espace urbain est un troisième événement. Car cela revient à signifier que tous les types d’actions individuelles et d’acteurs construisent la ville et, donc, doivent être considérés également par les professionnels de la gestion urbaine et par ceux de la recherche.

10Nous avons une nouvelle fois la preuve que réfléchir aux inégalités spatiales de sexe débouche sur la nécessité de prendre en compte toutes les inégalités sociospatiales, tant elles sont interreliées.

Auteur

Université Paris X

© Presses universitaires François-Rabelais, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540