Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Villes rattachées, villes reconfigurées

 | 
Denise Turrel

Conclusions

Rattachements, reconfigurations et histoire urbaine : quelques propositions pour l’avenir d’une recherche

Dominique Poulot

Texte intégral

  • 1 M. Serres, Le contrat social, Paris, Ed. Fr. Bourin, p. 35.
  • 2 Etienne Dalmasso, « Villes et mégapoles », La ville, Corps écrit 29, PUF, 1989, p. 3-5.
  • 3 Cité par Gabriel Dupuy, Bulletin de la société française d’histoire urbaine, 10, juillet 2001, p. (...)

1Dans un livre récent, Michel Serres raconte avec émotion sa découverte d'une photo de la planète prise par satellite : « De Montréal à Baltimore, une immense tache lumineuse s'étale. Tout n'est que villes, reliées les unes aux autres en un immense chapelet dont chaque grain renferme une population colorée, aux visages multiples. Le destin de l'homme serait-il de devenir urbain ? »1 Bref, c'est au moment où l'on dénonce les méfaits de la grande ville et où l'on plaide la cause des villes « à dimension humaine » que l'on assiste en fait à une mutation considérable du phénomène urbain. Car il ne s'agit plus de simples agglomérations avec une ville-centre et des banlieues, « mais plutôt des organismes comprenant un ensemble d'agglomérations reliées par un tissu suburbain. Le terme de "mégapole" proposé par Jean Gottman a fait fortune »2. Cette croissance de l'urbanisation s'avère un phénomène planétaire et accéléré : va-t-elle pour autant de pair avec l’effacement des divers rattachements que notre colloque se proposait d’étudier ? Certainement pas, de la même manière que, comme le rappelait Marcel Roncayolo, « dans la ville les réseaux historiques n’ont pas fait disparaître les territoires »3.

2Qu’est-ce qu’un rattachement ? Qu’est-ce qu’une reconfiguration ? Un défi stimulant était proposé aux auteurs des différentes communications, et il convient d’abord de les remercier de l’avoir accepté. À cette fin, certains ont d’emblée tenté la synthèse et n’ont pas hésité à embrasser toute la période, à jouer la très longue durée. Le résultat de chaque intervention est forcément tributaire, dans ces conditions, des travaux précédents, de leur qualité et de leur abondance. L’absence de travaux d’approche a pesé sur l’architecture de certaines contributions, qui ont au moins le mérite d’ouvrir le champ. D’autres participants ont préféré choisir l’étude de cas, démarche indispensable au jeu d’échelles, spatiales et chronologiques. Enfin, plusieurs types de lecture des villes ont été proposés au cours de ces journées : la ville a été décrite comme une machine ou un organisme dont on analyse le fonctionnement, comme un centre symbolique, comme une scène sur laquelle s’affrontent des stratégies, liées à l’identité et à la territorialité. Dans tous les cas, il faut saluer la hardiesse de l’entreprise proposée par Denise Turrel et les équipes du Cehvi et d’Urbama qui ont accepté de porter le projet.

3Le programme du colloque était ambitieux. Le champ offert à la prospection était vaste, peut-être démesuré parce que ses limites sont incertaines, parce que les phénomènes à cerner sont difficiles à saisir et à ausculter avec précision. Un canevas, naturellement perfectible, avait été proposé aux participants par les responsables scientifiques. Il envisageait successivement la reconfiguration des réseaux sociaux, la recomposition des espaces, enfin l’intégration et les réinventions de mémoires. Chacun de ces thèmes, inégalement travaillé par la recherche universitaire, a fait l’objet ensuite de plusieurs rubriques, certaines relevant plus spécifiquement de l’étude des phénomènes d’urbanisation, d’autres engageant des considérations plus générales mais toutes, évidemment, reliées à la ville. Il est à coup sûr impossible d’esquisser aujourd’hui une synthèse, sauf à suggérer un palmarès des rattachements réussis, entreprise bien sûr vaine. En revanche, il peut être utile, à l’issue de rencontres aussi riches et prometteuses, de dessiner quelques demandes, de poursuivre l’interrogation dans la logique des pistes ouvertes.

I

4À quoi sont dus ces rattachements et ces reconfigurations ? Aux guerres et aux conquêtes, qui ont suscité des allées et venues d’hommes, des glissements de fidélités, des changements de souveraineté. Pour la période contemporaine, ainsi, la Révolution française et l’Empire napoléonien, les mouvements nationaux, du Risorgimento à l’unification allemande, enfin la complexification de la carte de l’Europe après 1918 à l’issue de l’effacement des quatre Empires, allemand, austro-hongrois, ottoman et russe, sont responsables de l’essentiel des mutations de villes de part et d’autre de frontières nouvellement établies. Une circulation des modèles et des exemples provoque rivalités et émulations dans le traitement des villes à remanier, à intégrer, et à redessiner plus ou moins complètement. Parallèlement, un monde d’usages, de prérogatives, de privilèges, de particularismes, d’habitudes enracinées bascule ou se voit menacé.

5À un pôle, la reconfiguration d’une ville est l’affaire de l’État, et exclusivement de l’État. La physionomie de telle ou telle cité dépend alors seulement du contrôle de l’État. À l’autre pôle, la reconfiguration de la cité est l’œuvre de la société civile et l’État n’y a, volontairement ou non, que peu ou pas de part. Entre ces deux extrêmes, tous les cas de figures sont possibles. Un deuxième couple d’oppositions est celui du central et du local, du central et du régional, qui ne coïncident pas toujours. Enfin un troisième couple est celui du contrôle ou non de la mémoire et de l’histoire : jugée importante, l’histoire de la ville doit être surveillée, tenue pour inoffensive elle peut être négligée. Ni l’État, ni la société civile ne sont, à coup sûr, homogènes, et l’on doit prendre en compte la multiplicité des acteurs, des familles, des sociétés, des collectivités mises en jeu. On doit insister encore sur la différence de statut des villes par rapport à la construction des identités collectives, et en particulier nationales. Vers 1880-1900, dans certains États d’Europe, l’identité paysanne fonde la Nation, autour de valeurs territoriales et communautaires de la petite patrie, de la terre, à la différence du poids symbolique des villes cher à l’époque moderne (Jean-Claude Perrot).

6L’intitulé du colloque pouvait suggérer que la dernière instance du phénomène tenait au politique. En réalité, l’aspect proprement politique a été souvent traité en demi-teinte. Est-ce l’effet de doutes quant au volontarisme politique contemporain, la conviction, pour reprendre une formule sociologique, que la société ne change pas par décret, est-ce encore le poids de la moyenne ou de la longue durée, celui du sens de l’héritage dans l’analyse urbaine, toujours est-il que la dialectique du volontarisme reconfigurateur et de la résistance des sociétés urbaines a été plutôt illustrée par l’échec du premier et le triomphe de la seconde. La figure de la continuité a été largement mise en valeur par les études de rattachements, qui concluent volontiers à l’échec des greffes, à la longue durée des résistances. Jusque-là, on avait surtout insisté sur les ruptures, la différence entre deux états urbains : du coup, on a quelque peu tordu le bâton dans l’autre sens, probablement. La vue continuiste a désormais tendance à s’imposer.

7Il conviendrait sans doute de nuancer en soulignant le jeu des temporalités, entre le temps court de la décision politique, de la démolition, de la spéculation, bref de toutes les interventions, et le temps moyen ou long des changements démographiques, de l’histoire économique et sociale, enfin la quasi-immobilité des aires culturelles et linguistiques.

II

8Daniel Nordman avait posé lors de la journée préparatoire au colloque la question du rattachement non des villes mais des territoires : l’annexion d’un territoire engage obligatoirement celle de son centre, qui peut être une ville. La ville, avait-il rappelé, engage une constellation de droits, de liens invisibles, enracinés dans l’histoire, qu’il convient de prendre en considération dans l’histoire des rattachements. La problématique des villes rattachées et reconfigurées trouve ainsi ses limites dans le silence fait sur les campagnes. Les institutions et le droit séparent, aux époques médiévales, modernes, et partiellement contemporaines, la ville et le monde rural, par la garantie judiciaire et un certain nombre d’obligations. La société rurale a des intérêts qui ne coïncident pas forcément, voire pas du tout, avec ceux des villes. Bref, la question de l’hinterland, des interactions entre les villes et cet espace appelle, dans le cas des rattachements, une attention systématique, propre à éclairer d’un jour peut-être nouveau la dialectique de l’acceptation et de la résistance.

9Les rattachements réussis se jouent en fonction des distances et de l’insertion éventuelle dans un réseau. Le rôle des migrants, l’apport des voyageurs, l’activité des ambassadeurs à divers titres de la puissance qui rattache requièrent des études approfondies – de la peregrinatio academica, ou de ce qu’il en reste, dans ses multiples avatars, aux formes variées de pèlerinages, de voyages de formation, d’émigration de travail. Tous ces phénomènes accompagnent ou freinent le rattachement, lui donnent une spécificité le cas échéant, ou au contraire en atténuent les caractéristiques au sein de flux de nouveaux venus, d’influences diversement organisées et appréciées. Inversement, une administration ou un ensemble de services établi dans la cité comme un élément étranger, un foyer distinct de culture, peut irriguer un tissu urbain plus large, gagner en extension, acquérir un rôle moteur. L’insertion dans l’ensemble national ou régional nouveau peut être différenciée, enfin, selon les types de villes (ville de cour, ville épiscopale, ville universitaire, ville de foire, pôle commercial et financier...). La typologie des fonctions urbaines serait certainement à combiner avec une éventuelle typologie des réussites ou des échecs des rattachements-reconfigurations ; des catégorisations plus générales peuvent à cet égard être esquissées.

10À une extrémité on aurait la ville aux horizons limités, repliée sur elle-même, qui vit à l’abri de ses murs, tolère mal les minorités en son sein, et craint leurs dangers. À l’autre extrémité, certaines villes capitales, villes ports, etc. sont nécessairement ouvertes aux circulations, d’hommes et d’idées, de langues et de produits. Souvent elles sont multi-ethniques, et favorisent l’émergence de sabirs. Le relatif anonymat de la masse favorise les compromis plus ou moins discrets ou publicisés quand, ailleurs, l’assimilation passe par des alliances matrimoniales officielles. Peut-être à cet égard le concept de « distance », tel qu’on le rencontre dans la géométrie sociale de Simmel, par exemple, pourrait être utile – parmi d’autres indicateurs d’identités sociales et de partage de l’espace. Car les relations entre l’espace, le pouvoir et l’identité sont médiatisées par des symboles, des réalités matérielles, qui communiquent idées, valeurs, sentiments. Le rattachement doit se traduire par une symbolique de l’appartenance, et selon une heureuse formule proposée par Guido Zucconi ici même, faire apparaître la cité remodelée comme « un lieu de l’épiphanie du nouveau pouvoir ».

11Si la vogue récente de l’étude des documents personnels semble avoir épargné ce colloque, il y a sans aucun doute à glaner dans les mémoires, livres de raison, autobiographies et récits familiaux. L’éducation est tantôt un vecteur d’ouverture vers le rattachement et les nouveaux horizons, tantôt une source d’immobilisme, voire de résistance au nouveau cours des choses – tout comme à l’heure du mariage l’endogamie et l’homogamie sociales. Ainsi aurait-on pu envisager le rôle joué par la culture des clercs, la culture universitaire aussi, avec les modèles protestants et catholiques évoqués à plusieurs reprises dans les communications sur l’Europe. La domesticité au service d’élites rattachées, et son éventuelle reconfiguration, méritait elle aussi quelque attention. Les chansons populaires, les cris de la rue pouvaient sans doute être examinés comme autant de vecteurs des valeurs culturelles en débat, à côté de la question des langues, qui a été traitée. Plus généralement les agents du rattachement culturel, tels qu’en fournit la sociabilité maçonnique, littéraire, musicale... jusqu’aux académies et aux bibliothèques, au théâtre, pouvaient être envisagés. Les lieux de rencontre que sont les tavernes et les cafés n’ont pas été évoqués, non plus que le phénomène plus général de la circulation des nouvelles, par les journaux et les autres médias, qui assure une relative homogénéisation. Enfin on peut songer aux différentes formes de répression et à leurs résistances – à la censure, du pouvoir ecclésiastique comme du pouvoir civil, à son évolution, à la diffusion clandestine aussi. Rattachement et reconfiguration renvoient à la problématique de l’hégémonie, qui peut être envisagée de manière très diverse, gramscienne ou non, des circulations aux emprunts, du cadre de vie à la culture matérielle.

III

12Partout, dans les cas de rattachement/reconfiguration, une part non négligeable du pouvoir des autorités publiques et des institutions s’est investie dans l’aménagement ou le réaménagement d’espaces symboliques, dont la fonction est de légitimer les autorités nouvelles. Cette production conduit, le cas échéant, à une véritable monumentalisation de l’espace public avec la construction d’édifices prestigieux, l’installation de statues ou de fontaines, l’embellissement de façades ou de voies, l’établissement de parcs, etc. Ces lieux symboliques doivent être compris par tous, c’est-à-dire que leur symbolique doit n’échapper à personne, à l’intérieur voire à l’extérieur de la ville, et ils doivent instituer l’ensemble des citadins comme autant de spectateurs, dans un rapport complexe entre sphère intime et espace public (Richard Sennett). Ceci dans l’espoir, selon la formule proposée par André Raymond, que l’espace peut « pré-formater les changements ». Bien entendu, dans le détail de l’iconographie ou des représentations, se pose la question de la visibilité ou de l’invisibilité de ces reconfigurations, comme pour les « œuvres d’art sans spectateurs » dont parle Paul Veyne à propos de monumentalité publique.

13L’action symbolique de l’autorité de rattachement dans le cadre urbain peut se donner à voir dans le registre de la force et de la puissance, quand elle rase ou au contraire édifie à neuf une place forte, un château, réaménage un système défensif ou prestigieux – ou bien dans un registre davantage identitaire, celui de l’incarnation, quand elle installe les statues de ses princes ou de ses grands hommes, ou quand elle inscrit sur les frontons des édifices des valeurs et des idéaux. Les habitants de la cité peuvent alors manifester leur autonomie ou leur réticence, en mettant peu à peu en place des espaces de sociabilité ou des lieux symboliques qui échappent à l’initiative des autorités nouvelles, ou en inventant des pratiques nouvelles sous forme de réutilisations diverses, marquant parfois la ville par des parcours ou des défilés, inventant des abcès de fixation sous forme de rassemblements périodiques. Ces inscriptions spatiales sont d’échelles très variées en fonction de la taille des villes. Un autre aspect de cette reconfiguration tient à l’abandon de certains quartiers, de certains espaces, ou encore à la détermination de certaines limites posées à l’activisme urbanistique. Des quartiers peuvent être systématiquement oubliés par l’intervention publique, à la différence d’autres, remodelés ou favorisés. Certains sont purement et simplement laissés pour compte, mis à l’écart, car relevant d’anciennes configurations abandonnées, d’autres sont réappropriés ou reconfigurés à l’économie, sans volonté ostentatoire en tout cas.

14L’étude du vocabulaire du rattachement est une piste à considérer, dans le cadre d’une analyse des représentations : images, métaphores ou allégories du rattachement évoquent, du registre militant au registre touristique, du patrimonial à l’hygiéniste, les valeurs du renouveau, de la modernisation ou tout simplement de la croissance, de l’agrandissement. Les travaux de la ville sur elle-même peuvent être perçus ou présentés ici comme positifs et là comme négatifs : en effet on peut ignorer les reconfigurations sur le mode du « je sais bien mais quand même », les passer complètement sous silence, les « oublier ». Dans tous les cas s’élaborent des grilles de lecture – par exemple celle de la modernité, utilisée avec plus ou moins d’opportunité et de raideur selon l’ordre politico-idéologique, moral, généalogique ou professionnel qui fournit le mode de dénomination et de configuration.

IV

  • 4 « L'histoire après Freud », Revue de l'enseignement supérieur, 1968, p. 27-63, ici 46.

15Les débats sur la signification du passé de la ville rattachée s’inscrivent dans un cadre dont on peut isoler quelques traits. On y reconnaît d’abord la dimension d’autorité tenant aux invocations de l’origine, et les effets de garantie, de légitimité, que procure le culte d’un passé stabilisé. Ensuite l’évocation d’un passé partagé et assumé appelle l’idée de lien, de continuité, jouant sur les valeurs respectives des différents passés urbains. Par rapport à la cité première, si l’on peut dire, celle d’avant le(s) rattachement(s) et le(s) reconfiguration(s), ces différents passés, à travers leurs profondeurs, leurs continuités brisées et recousues, leurs légitimités contradictoires, s’articulent en autant de conventions (imposture, succession, écrasement, palimpseste, etc.). Dans ces figures se joue une partie du « façonnement humain de l'historique », comme l’écrivait Alphonse Dupront, « quant aux latences laborieuses de la mémoire collective, quant à l'aveu de modèles ou la proclamation de "sources", surtout quant aux besoins profonds de vivre la durée, continue ou discontinue, et selon quelle mesure d'emprise »4. Cette ville « profonde » permet de revendiquer une place dans l’histoire, de faire valoir des droits ou de s’attaquer, sous la forme d’un mythe des origines, aux maux du monde moderne.

  • 5 Barbara Kirshenblatt-Gimblett, Destination Culture : Tourism, Museums, and Heritage, Los Angeles a (...)

16Une dimension cruciale est celle du deuil, qui voit le rattachement et la reconfiguration comme la disparition d’une figure de la cité. Une présence s’effondre dans l’irreprésentable, au moins pour une fraction des habitants. Les institutions du nouveau pouvoir s’emploient, elles, à sortir du deuil pour organiser l’entrée dans l’histoire, le cas échéant en élevant des monuments, en organisant des rites de commémoration plus ou moins triomphaux, voire en organisant la patrimonialisation des parties mortes. C’est à ce moment de seuil, pour reprendre la formule de l’anthropologue Victor Turner, une fois l’ancienne communauté désintégrée, que la revendication d’un patrimoine ad hoc, fondé sur des justifications nouvelles, accompagné éventuellement de la proscription des signes anciens, est la plus évidente. Aux yeux de la communauté en cours de fondation, les objets préservés ou sauvés deviennent partie prenante d’un projet5.

17La reconstitution du sens peut se jouer par l’histoire, par l’appel à des idéaux transcendants, à une nouvelle communauté imaginée, la nation, avec toutes ses figures héroïques ou non. Le rapport traditionnel de la ville à ses enfants illustres peut être mobilisé ou au contraire nié. Comme l’a montré Benedict Anderson, la construction du patrimoine urbain, pris dans le patrimoine national, participe d’un processus plus général, qui voit la jouissance de certains biens faire figure d’expérience collective, et nourrir une identité historique, sociale, culturelle. Plus spécifiquement, toute mise en place d’un patrimoine s’accompagne de protestations (plus ou moins savantes) susceptibles de légitimer telle intervention ou de la combattre, de justifier telle restauration ou telle dérestauration, d’accompagner une mobilisation civique ou idéologique. Chaque apparition revendiquée d’un nouveau registre ou d’un type inédit de patrimoine requiert à la fois une (re)définition scientifique et un nouveau statut pour les objets considérés ; elle provoque des réactions sur les marchés spécialisés qui ne manquent pas de surgir, et suscite des revendications de nature politique, religieuse, idéologique.

  • 6 Je m’inspire de Paul Duro (éd.), The rhetoric of the frame. Essays on the boundaries of the artwor (...)

18Les patrimoines sont donc le fruit de ce qu’on pourrait appeler l’« encadrement » de certaines œuvres à tel moment de leur histoire, encadrement transmis, utilisé, déformé, oublié, de génération en génération, chacun recouvrant peu ou prou l’autre, l’absorbant, le modifiant tandis que changent parallèlement la définition et la signification des « vandalismes »6. Le découpage du vénérable est lié à une déclaration de reconnaissance, et aux formes de sa manifestation dans l’espace public. Il ne considère ni l’opacité des objets, dont la démarche herméneutique fait son principe de production, ni, à proprement parler, leur intérêt artistique, documentaire ou évocateur, mais bien leur situation. Ce qui explique des disputes ou des polémiques comme celle qui oppose régulièrement partisans et adversaires des patrimoines déplacés et des patrimoines conservés in situ.

19Tous les acteurs du mouvement – antiquaires, archivistes, bibliothécaires, conservateurs, linguistes ou folkloristes – participent eux-mêmes de la représentation sociale du vénérable : ils sont les inventeurs qui comptent de choses qui comptent. Les desseins de ces « découvreurs » d’héritages, leurs styles, les modalités des jouissances qu’ils inaugurent ou garantissent ont souvent joué un rôle déterminant. Quelques-unes des figures de la patrimonialisation sont passées à l’état de stéréotypes – comme l’antiquaire et sa ruine, le conservateur et son musée, le folkloriste et son terrain – pour avoir incarné des résonances particulières (par exemple entre esthétique et politique).

  • 7 Barbara Kirshenblatt-Gimblett, « Objects of Memory : Material Culture as Life Review », dans Ellio (...)

20Des histoires de vies aux romans familiaux, et jusqu’aux récits plus larges de l’identité et de la mémoire nationale7, la gamme des propos construit la légitimité du patrimonialisateur et explicite les règles de sa reconnaissance. Le collectionneur ou le militant de la conservation urbaine trouve à s’exprimer dans les ouvrages didactiques, les recommandations programmatiques, les catalogues – autant d’occasions d’affirmer à la fois sa singularité de porte-parole et le partage de valeurs collectives. Les différents « styles » d’inventeurs de patrimoines sont responsables d’autant de types de « trouvailles » et de mises en valeur.

  • 8 Marc Augé, Les formes de l’oubli, Paris, Payot, 1998.

21À partir du constat du deuil se pose en effet la question de la gestion de l’oubli, de ses figures d’inscription. Marc Augé a proposé de distinguer trois formes de l’oubli que l’on peut rappeler ici : celle du retour, qui veut, sur le mode de la possession, retrouver un passé perdu pour rétablir une continuité ; celle du suspens, au caractère intérimaire, donc exceptionnel, qui entend couper le présent du passé et du futur, et qui peut déboucher sur une esthétisation de l’instant présent ; celle enfin du commencement (ou du re-commencement) qui joue l’inauguration radicale, et entend trouver le futur en oubliant le passé, par exemple sur le mode de l’initiation (au présent)8. La question de la représentation de la ville oubliée paraît alors au cœur de tensions entre la singularité du souvenir, attaché à l’ancienne configuration, et capable éventuellement de la faire rejouer, et la référence à l’avenir à construire sur un mode collectif. La présence des reliques de l’ancienne cité peut contraster (fâcheusement ou positivement) avec l’abstraction d’un avenir à construire mais qui n’est guère représentable. Enfin la commémoration du rattachement peut susciter d’une manière ou d’une autre une ab-réaction, selon le vocabulaire psychanalytique, c’est-à-dire une extériorisation d’un traumatisme refoulé, en faisant périodiquement réapparaître dans la conscience collective l’événement fondateur de la nouvelle collectivité.

22On aura compris que l’un des intérêts majeurs de ce colloque est d’avoir permis le repérage d’une notion largement neuve en matière d’histoire urbaine. Il fournit un choix d’approches variées, et constitue un remarquable banc d’essai en matière de méthodes et de questionnements. On doit souhaiter que soient désormais entreprises des enquêtes systématiques et approfondies à la lumière de ces premiers résultats.

Notes

1 M. Serres, Le contrat social, Paris, Ed. Fr. Bourin, p. 35.

2 Etienne Dalmasso, « Villes et mégapoles », La ville, Corps écrit 29, PUF, 1989, p. 3-5.

3 Cité par Gabriel Dupuy, Bulletin de la société française d’histoire urbaine, 10, juillet 2001, p. 1.

4 « L'histoire après Freud », Revue de l'enseignement supérieur, 1968, p. 27-63, ici 46.

5 Barbara Kirshenblatt-Gimblett, Destination Culture : Tourism, Museums, and Heritage, Los Angeles and Berkeley, University of California Press, 1998.

6 Je m’inspire de Paul Duro (éd.), The rhetoric of the frame. Essays on the boundaries of the artwork, Cambridge, Cambridge University Press, 1996.

7 Barbara Kirshenblatt-Gimblett, « Objects of Memory : Material Culture as Life Review », dans Elliott Oring (éd.), Folk Groups and Folklore Genres : A Reader, Logan, Utah State University Press, 1989.

8 Marc Augé, Les formes de l’oubli, Paris, Payot, 1998.

Auteur

Professeur à l’université de Paris I Panthéon-Sorbonne, il a consacré sa thèse de doctorat à étudier les origines intellectuelles du patrimoine et la formation des musées, de 1774 à 1830. Ses recherches tendent à une histoire de la formation du canon historique et esthétique, à travers l’examen des institutions de la patrimonialisation. Il a notamment publié Musée, nation, patrimoine, 1789-1815 (Paris, Gallimard, 1997), Les Lumières (Paris, Puf, 2000) et Patrimoine et musées : l’institution de la culture (Paris, Hachette, 2001), ainsi qu'un ouvrage collectif sur le patrimoine et la ville (Presses Universitaires de Grenoble, 1997).

© Presses universitaires François-Rabelais, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable