Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Villes rattachées, villes reconfigurées

 | 
Denise Turrel

III. Mémoires, intégration, réinventions

La Potsdamer Platz de Berlin ou la « mégastructure critique »

Corinne Jaquand

Texte intégral

1Berlin est un grand livre ouvert qui porte la marque des régimes qui s'y sont succédés avec fracas, cinq depuis moins d'un siècle, et qui ont développé, chacun à leur manière, un discours missionnaire sur la modernité. L'Empire, la république de Weimar, le régime nazi, le régime communiste à l'Est, l'État fédéral à l'Ouest, ont laissé des témoignages architecturaux qui parfois se contredisent avec véhémence : la ville dense des « casernes à loyers » précède les banlieues vertes de Weimar issues de la tradition de la cité-jardin ; durant la guerre froide, la concurrence architecturale entre l'Est et l'Ouest s'est illustrée par l'ensemble monumental stalinien de Karl-Marx Allee et la ville-paysage du Hansaviertel ; capitalisme et communisme se rejoignent dans les années soixante-dix en construisant des grands ensembles faisant table rase de quartiers anciens.

2À Berlin, les architectes et les maîtres d'ouvrage ont traditionnellement cultivé la prise de position par le projet, l'écrit et le verbe. Le Berlin de la Réunification, aussi, a fait l'objet d'un discours très explicite qui a mis l'histoire au fondement de la démarche culturelle du projet urbain, ce qui n'a pas été sans soulever diverses polémiques sur son instrumentalisation. Le nouveau quartier de la Potsdamer Platz est ainsi à la fois le fruit d'une doctrine mettant en avant le modèle de la « ville européenne », mais aussi de pratiques devenues courantes dans le monde entier lorsque d'immenses capitaux se concentrent pour fabriquer ex-nihilo un quartier à dominante de bureaux. Le cas de la Potsdamer illustre, selon nous, le paradoxe d'une doctrine identitaire face à la mondialisation. Mais il l'illustre de façon positive par une mégastructure urbaine qui s'inscrit en continuité avec la ville historique grâce au traitement conventionnel du sol et des espaces publics. C'est du moins l'impression qui ressort lorsque l'on parcourt les rues en chantier entre la Friedrichstrasse, la Potsdamer Platz et le Kulturforum.

  • 1 Au sujet de la doctrine de la « reconstruction critique », voir Gaëlle Pinson, « La reconstruction (...)

3Pour fonder cette hypothèse, il est nécessaire de revenir sur la doctrine de la « reconstruction critique » prônée par les autorités berlinoises. Elle prétend rompre avec l'urbanisme moderne pour promouvoir la « ville européenne », c'est-à-dire l'image de la ville bourgeoise du tournant du xxe siècle en reprenant certaines de ses conventions architecturales1. Le Berlin de la Réunification se développe ainsi en référence à l'époque du Grunderzeit, où il était capitale du nouvel État-nation germanique. Cette référence n'est pas fortuite. Avec la Réunification, Berlin se devait d'être un point d'identification positive pour les Berlinois de l'Est comme de l'Ouest et pour le reste des Allemands brouillés avec l'histoire sombre du militarisme prussien et du nazisme. La doctrine de la reconstruction critique a servi à légitimer un style officiel à partir de références choisies dans le patrimoine architectural berlinois et prussien. On a puisé dans le néo-classicisme de Karl Friedrich Schinkel et d'August Stüler ; dans la première modernité du Werkbund qui s'était illustrée avec Peter Behrens, Hermann Muthesius et les œuvres de jeunesse de Mies van der Rohe ; ainsi que dans certaines expressions sobres de l'architecture du IIIe Reich et du début des années cinquante.

4En l'absence de règlement d'urbanisme, les premières opérations dans le centre de Berlin-Est durent obéir à des prescriptions minimales : se conformer, dans la mesure du possible, aux tracés et aux gabarits en vigueur avant les bombardements et la rénovation urbaine socialiste ; éviter les dominantes en hauteur inopporturnes en respectant un vélum urbain à 22 mètres à la corniche et à 35 mètres au faîtage ; restituer un front bâti continu excluant toute forme d'îlots ouverts ; promouvoir une mixité de fonctions avec un minimum de 20 % de surface en logements ; employer des matériaux durables en façade, tels que la pierre et le marbre agrafés, dessiner des fenêtres en hauteur plutôt que des bandeaux horizontaux.

5Le chantier de la Friedrichstrasse fut le laboratoire grandeur nature de ces directives. La rue fut reconstruite îlot par îlot par un système de passages commerciaux, les Friedrichstadtpassagen. Les premiers lots furent octroyés à trois promoteurs étrangers associés respectivement aux architectes allemand, américain et français Oswald Mathias Ungers, Io Ming Peï et Jean Nouvel (on doit à ce dernier l'immeuble des Galeries Lafayette). Par la suite, la ville revint sur l'échelle programmatique de l'îlot considéré comme trop grand pour refléter une véritable mixité urbaine. Les îlots suivants continuèrent certes d'être octroyés à des investisseurs uniques, mais avec l'obligation de fragmenter le programme entre plusieurs architectes. Ce découpage urbain joua sur l'alternance des façades sans transformer la typologie des immeubles, lesquels restèrent solidarisés en sous-sol par des nappes de parkings et de locaux techniques.

  • 2 En particulier : Julius Posener, Berlin : Auf dem Wege zu einer neuen Architektur 1890- 1918, Muni (...)

6Le mot d'ordre de reconstruction critique remonte en fait au milieu des années quatre-vingts. C'est le groupe d'architectes et d'édiles animant l'IBA (Internationale Bauausstellung) qui l'avait mis en exergue pour s'opposer à la rénovation spéculative qui éventrait inlassablement des îlots entiers de Mietskasernen (appellation péjorative donnée par les modernes aux immeubles de l'ère wilhelminienne). La revalorisation de ce patrimoine était alors encouragée par l'historien d'architecture Julius Posener ainsi que par les théories sur l'architecture urbaine d'Aldo Rossi2. Les « reconstructions douces » de l'IBA ne dépassaient pas en général l'échelle de l'îlot.

7Avec la chute du Mur, la reconstruction critique passa à l'échelle métropolitaine. Le discours s'élabora plus globalement. Il s'agissait de recoudre les divers éléments du passé ; de retrouver une continuité historique là où l'interprétation héroïque du mouvement moderne n'avait voulu voir que des ruptures ; de se protéger d'une architecture internationale qui menaçait de transformer la ville en une collection d'objets bâtis marqués par des individualités dissonantes comme dans les villes contemporaines américaines ou asiatiques. Ce dernier reproche avait d'ailleurs été fait à l'éclectisme post-moderne de certaines opérations de l'IBA.

8L'architecte Hans Kollhoff fut un de ceux qui revendiqua sans ambages une architecture identitaire pour le nouveau Berlin :

  • 3 Interview de Hans Kollhoff réalisée par Corinne Jaquand pour l'émission radiophonique Métropolitai (...)

« Il ne s'agit pas de trouver une réponse à la question : que vont devenir les villes dans le futur, que vont devenir les villes en Asie, en Amérique. Je crois qu'il vaut mieux discuter de ce qui va se passer dans des cas concrets. Cela concerne Paris comme Londres, New York, comme Los Angeles et Berlin. À partir du moment où l'on ne considère pas uniquement la ville comme un terrain d'expériences pour des idées audacieuses, ni comme un champ d'images architecturales, si plutôt on se pose la question de ce que va devenir une ville concrète, située dans un lieu réel, et à vrai dire de quelle manière améliorer ce lieu particulier, développer là une ville de qualité, une ville qui non seulement fonctionne, mais aussi qui laisse mesurer son développement contemporain par rapport à ce que les générations précédentes ont réalisé, c'est-à-dire, si l'on se pose la question comment ajouter quelque chose à cette ville que les générations suivantes puissent continuer d'apprécier comme une chose de valeur, c'était la question qui se posait ici3 ».

9La doctrine de la reconstruction critique a été portée par Hans Stimmann, directeur du sénat de la Construction et du Logement à partir de 1991. Il avait été un des responsables de l'IBA, une quinzaine d'années plus tôt. Pour alimenter le débat sur l'identité culturelle de Berlin et le rejet du « pluralisme international de l'architecture », Stimmann s'est entouré d'intellectuels comme le journaliste Dieter Hoffmann-Axthelm et l'historien d'architecture Fritz Neumeyer. Cer dernier valorisa dans la mentalité prussienne « une certaine sobriété, un dépouillement qui s'expriment par une élégance puritaine, l'économie et la rigueur des formes ». Stimmann s'est aussi appuyé sur le groupe d'architectes rationalistes menés par Oswald Mathias Ungers, Josef Paul Kleihues et Hans Kollhoff. D'autres architectes « Mittel Europa », représentants d'un modernisme mesuré dans la veine d'Adolf Loos, ont aussi rejoint le cénacle berlinois, comme les Suisses Diener & Diener et les Autrichiens Dudler & Dudler. On reprocha à Hans Stimmann de « boucler » les concours de la zone centrale en invitant tour à tour ces architectes soit comme participants, soit comme membres de jury. De fait, les modernistes furent relégués dans les quartiers périphériques, à l'exception des programmes fédéraux pour lesquels ont construit Norman Foster (Reichstag) et les kahniens Axel Schultes et Charlotte Frank (la Chancellerie), ainsi que de la tour de la GSW, société de logements sociaux, réalisée par Mathias Sauerbruch et Laurence Hutton.

  • 4 Boris Grésillon, Dorothée Kohler, « Berlin, capitale en attente », Hérodote, n° 101, 2001, p. 96-1 (...)
  • 5 L'implantation de Debis a généré environ mille emplois, dont 700 nouveaux postes, le reste concern (...)

10Du point de vue géo-économique, le Berlin des années quatre-vingt-dix avait pour objectif d'attirer des groupes installés en Allemagne de l'Ouest, ainsi que des sociétés étrangères qui désiraient une représentation dans l'Allemagne réunifiée. C'était le cas de Debis, qui rassemble quatre filiales de services du consortium Daimler Benz, et de la firme américano-japonaise Sony qui ont exprimé leur intérêt pour la Potsdamer dès la chute du Mur. Il ne faut pas oublier la concurrence économique que se livrent les grandes villes allemandes, en particulier dans le domaine des médias et de la production audiovisuelle. Une étude de la revue Hérodote a ainsi mis en évidence la dépendance de l'économie berlinoise qui est contrôlée à partir de Francfort, Munich, Düsseldorf et Stuttgart4. Depuis la chute du Mur, Berlin, qui avait une forte tradition industrielle à l'Est comme à l'Ouest, a perdu des pans entiers d'activités. L'industrie de transformation a pratiquement disparu à l'Est, tandis que la suppression des subventions fédérales à l'Ouest a entraîné un fort déclin, notamment dans le secteur du textile. L'arrivée de Debis et de Sony sur la Potsdamer Platz a donc représenté une aubaine pour Berlin qui ambitionnait de devenir la « capitale des services » de l'Europe centrale et de l'Est. Dix ans plus tard, Berlin est contraint de revoir ce pari à la baisse, d'autant plus que les industries de transformations locales, qui auraient pu servir de moteur au secteur des services, font défaut5.

11Trop heureux d'accueillir de prestigieux investisseurs, le Land de Berlin a fait preuve d'une certaine maladresse dans les négociations en vendant le terrain environ trois fois moins cher que les estimations du marché, ce qui lui a valu un rappel à l'ordre des autorités européennes. Le coût des infrastructures de transports, métro et autoroute souterraine, a été supporté presque entièrement par la puissance publique, Land et État fédéral confondus. Si Berlin se trouve confronté à des difficultés budgétaires, la Potsdamer Platz y a vraisemblablement pour beaucoup contribué, car elle a concentré une grande partie des investissements en infrastructures de la ville. De plus, pour encourager la mixité, la ville a imposé en cours de projet 20 % de logements, ce qui s'est traduit par une hausse proportionnelle de la densité et des hauteurs d'immeubles.

12D'une importance hautement symbolique, la reconstruction de la Potsdamer Platz s'inscrit dans le réaménagement de la zone dite « centrale » qui se prolonge en direction du nord vers le Reichstag, le complexe du Parlement et la Chancellerie jusqu'à la nouvelle gare centrale de Lehrter située sur l'autre rive de la Spree. Deux tunnels autoroutiers et d'interconnection ferroviaire traversent dans le sens nord-sud le grand parc du Tiergarten, en prenant naissance à la Potsdamer Platz où se trouve une station souterraine avec trois lignes de métro et bientôt un arrêt pour les trains régionaux. L'opération de la Potsdamer Platz s'étend sur environ cinquante hectares, dont aujourd'hui la moitié est construite, la capacité finale étant d'un peu plus d'un million de mètres carrés.

13Autrefois, le quartier avait quelque chose du Montparnasse à Paris, avec des gares, des hôtels, des restaurants, des attractions, des bureaux et un trafic automobile relativement important. Quand le mur est tombé, le site de la Potsdamer Platz était un véritable désert urbain où émergeaient quelques vestiges de l'ancien Berlin : on reconnaissait à peine la trace octogonale de la Leipziger Platz, l'allée de platanes de la Potsdamer Strasse, le monticule recouvrant le bunker de Hitler. De l'ancien hôtel Esplanade, il ne restait plus que le restaurant en rez-de-chaussée. Seul se dressait encore bien conservé un immeuble en pierre de taille, la « Weinhaus Gut », datant des années 1900. Aujourd'hui dans la morphologie urbaine, la Potsdamer Platz fait le lien entre la ville baroque en reconstruction à l'Est et à l'Ouest, le Forum de la culture (Kulturforum), une collection de superbes architectures modernes isolées, construites dans les années soixante-dix en bordure du parc du Tiergarten, et qui comptent la Philarmonie, la Grande bibliothèque (architecte Hans Scharoun) et la National Galerie (architecte Mies van der Rohe). Elle participe au rééquilibrage du centre de gravité de la ville, car elle est à mi-chemin entre l'Alexanderplatz et la Friedrichstrasse à l'est, et le Kurfürstendamm à l'ouest.

14Sur la Potsdamer Platz, le discours sur la reconstruction critique a dû être modulé en fonction des pressions des investisseurs. Au printemps 1991, la ville de Berlin a lancé un concours d'urbanisme restreint pour accueillir les propositions des quatre principaux promoteurs : Sony, Daimler Benz, les assurances ABB et le groupe Hertie, qui gère plusieurs chaînes de grands magasins et de supermarchés de proximité. Les lauréats Hilmer et Sattler, des architectes de Munich, ont proposé un maillage d'îlots « traditionnels » en justifiant ainsi leur propos :

  • 6 Hilmer et Sattler, Erläuterungen zum preisgekrönten Wettbewerbsentwurf Potsdamer Platz [Mémoire du (...)

« [Notre] projet ne repose pas sur le modèle urbain américain, fort répandu dans le monde, avec une concentration de tours groupées, mais sur l'image de la ville européenne spatialement complexe et compacte. La vie urbaine ne doit pas s'épanouir à l'intérieur de grandes structures bâties, mais sur les rues et les places [publiques]. Le projet veut éviter de donner l'impression que ce quartier n'est que le fruit de quatre grands investisseurs, mais il entend plutôt rendre tangible la diversité des locataires qui y trouveront place : donc, pas de gros objets bâtis isolés, mais au contraire un tissu urbain complexe6 ».

15Mais le concours a laissé de côté l'expression architecturale de la gare souterraine et le traitement concret des surdensités demandées par les investisseurs (Cos de 5 au lieu de 3 dans les quartiers historiques les plus denses).

16La question posée était en effet la suivante : comment répartir la densité tout en conservant l'image d'une ville européenne ? Comment établir la suture entre le tissu urbain historique et la ville-paysage du Forum de la culture ? À l'occasion du concours, Hans Kollhoff synthétisa ce débat par deux projets radicalement différents. Dans le premier, il dressait sur la Potsdamer Platz une série de tours, à la manière d'un petit Manhattan, en prolongeant jusqu'à leurs pieds la masse végétale du Tiergarten. Dans le second, il dessinait un tissu urbain en toile d'araignée, mais avec des immeubles dépassant franchement les hauteurs de la ville du xixe siècle.

17Debis fut le seul des investisseurs à prolonger la démarche urbaine initiée par la ville en lançant un deuxième concours, d'échelle intermédiaire entre l'architecture et l'urbanisme. Il fut remporté par Renzo Piano qui modifia légèrement la trame de Hilmer et Sattler en introduisant quelques dominantes en hauteur au carrefour de la Potsdamer Platz et le long du Landwerhkanal, tout en précisant la conception des îlots ouverts de quarante mètres de côté. Il recouvrit également la rue principale d'une verrière pour la transformer en passage commercial. Son projet fut accueilli favorablement, car il prenait en compte à la fois les aspects symboliques chers aux investisseurs – le siège de Debis occupe ainsi une des tours – et les préoccupations circulatoires de la ville, notamment les flux générés par l'arrivée en voiture depuis l'autoroute souterraine. Les travaux de fondation ont été spectaculaires. La nappe phréatique étant assez haute à Berlin, il a fallu construire de grandes cuvettes étanches pour accueillir les sous-sols de parkings et les infrastructures souterraines. Plusieurs mois durant, le site a ressemblé à un grand lac sur lequel flottaient des grues montées sur des péniches.

18Le résultat s'apparente sans aucun doute à une mégastructure urbaine, mais qui s'intègre au paysage urbain du reste de la ville. Une mégastructure se définit en effet comme étant une opération construite d'un seul tenant, ou presque, avec une concentration de capitaux exceptionnelle à une échelle qui dépasse largement celle de l'îlot. La maîtrise d'ouvrage concerne en général un petit nombre d'investisseurs privés ou publics qui s'associent pour développer une programmation complexe avec plusieurs usages. À cette échelle urbaine, les développeurs doivent souvent intégrer des infrastructures souterraines, transports en commun ferrés ou même des voies rapides, ce qui a pour conséquence une séparation partielle ou totale des circulations entre automobiles et piétons, entre voies de services et voies d'accès. Il s'ensuit fréquemment un recoupement entre les domaines publics et privés et de nombreuses zones de circulation dont le statut foncier et la gestion restent indéterminés. Cet urbanisme, en partie souterrain, induit un sol artificiel qui peut transformer la topographie historique de la ville par des ruptures de niveau (dalles, passerelles, etc.).

  • 7 Ce qui n'est pas le cas du complexe de Sony qui s'est différencié par un revêtement de granit poli (...)

19Dans le cas de la Potsdamer Platz, on ne rencontre pas de rupture de niveau ni de dalle apparente. Le nouveau quartier présente un sol en continuité avec le reste de la ville grâce au traitement de ses espaces publics. En particulier, sur le terrain développé par Debis, les rues publiques ou privées sont pavées de la même façon, avec de petits moellons de granit utilisés partout ailleurs à Berlin7. Le même traitement se prolonge à l'intérieur du passage commercial et de l'atrium de la tour de Debis. Qu'ils soient donc de statut foncier privé ou municipal, les espaces ouverts au public répondent à des règles d'aménagement urbain identique. Ortwin Ratei, un des responsables des services du Land, a explicité le propos du cahier des charges dont les objectifs principaux sont :

  • 8 Ortwin Ratei, dans Heinz et Jahnen, Regelwerk Potsdamer Platz/Leipziger Platz [Prescriptions urbai (...)

« la simplicité, la clarté, l'identité, l'utilisation des matériaux traditionnels de Berlin, des dispositifs minimalistes. Les aménagements de circulation [...] doivent s'harmoniser avec les principes formels [...]. La tâche de l'urbaniste consiste à intégrer de façon esthétique la circulation dans l'espace urbain, tandis que l'ingénieur des transports doit trouver les dispositifs circulatoires les plus convenables à la ville.8 »

20Renzo Piano a ainsi trouvé un moyen astucieux pour masquer la trémie de l'autoroute par des espaces publics piétons ; un système de petits bassins, qui ont aussi pour vocation de recueillir les eaux de pluie, conduit vers la place principale du quartier qui ouvre en éventail devant un multiplexe et un casino de jeux :

  • 9 Heinz et Jahnen, ibid., p. 139.

« La trémie de la rampe du tunnel - [...] nous nous la sommes représentée avec le bureau Piano/Kohlbecker avec des bordures quasi invisibles : les automobiles disparaissent dans le bassin. Cette mise en scène fonctionnera aussi bien depuis la piazza que depuis la Staatsbibliothek ; inversement les automobilistes auront l'impression de plonger dans l'eau ou d'en émerger9 ».

21Il y a une forte présence de l'eau dans ce projet, ce qui est assez métaphorique de Berlin puisque les canaux, les rivières et les lacs y sont très présents. À la belle saison, l'appropriation par le public de ces bassins en pataugeoires a été immédiate.

22À noter que la Ligue des handicapés de Berlin a été associée à la définition urbaine du projet et a veillé à l'accessibilité de plain-pied de l'ensemble des équipements culturels et commerciaux.

23Le rapport à l'histoire est multiple. Les quelques vestiges du passé ont été intégrés tantôt de façon contextuelle, tantôt comme des objets isolés par l'architecture assez élégante de Renzo Piano et des autres architectes associés au projet de Debis (Rafael Moneo, Hans Kollhoff, Arata Isozaki, Richard Rogers). Pour une des tours dominant la Potsdamer Platz, Piano s'est explicitement inspiré du gratte-ciel mythique de Mies van der Rohe pour le concours de 1922 de la Friedrichstrasse. Le bâtiment à l'entrée du passage commercial épouse une forme ronde analogue à la « Haus Deutschland », célèbre lieu de divertissement de la Potsdamer Platz disparu avec les bombardements. Le passage commercial reprend le modèle des passages couverts du siècle dernier dont Berlin comptait quelques bons exemples jusqu'à la dernière guerre :

  • 10 Ibid., p. 91. Les passages couverts sont redevenus à la mode à Berlin en partie grâce au livre de (...)

« D'après le modèle de la ville européenne selon lequel la vie urbaine s'épanouit sur les rues et les places, le passage commercial ne doit pas être conçu comme un espace intérieur mais comme un espace extérieur couvert. Les modèles historiques de nos galeries et passages commerciaux ont été conçus en conséquence avec des parois dessinées comme des façades qui pourraient très bien se trouver le long de rues. La différence avec les rues extérieures concerne la protection climatique, la qualité de l'éclairage, et l'acoustique qui renvoie aux qualités d'une architecture intérieure10 ».

24La liaison entre le passage commercial et la « Weinhaus Gut » s'est négociée par un immeuble pastiche en pierre grise agrafée que l'on pourrait dater aussi bien du IIIe Reich que du début des années cinquante.

  • 11 L'organigramme de la maîtrise d'ouvrage est complexe.
    – Les autorités municipales sont représentées (...)

25Sur la Potsdamer Platz, la maîtrise d'ouvrage urbaine est le fruit d'un partenariat complexe reposant sur des prises de décisions que l'on peut qualifier de « collégiales », bien que le Land de Berlin ait joué le rôle de coordinateur principal entre les investisseurs, les transports berlinois, la Reichsbahn et l'État fédéral. Des réunions fréquentes et régulières ont rassemblé l'ensemble des partenaires avec leurs conseillers en urbanisme, leurs agences d'architecture, leurs bureaux d'étude et d'ingénierie – ces derniers prenant de plus en plus de poids au fur et à mesure de l'avancée du chantier11. Sur le site de Debis, l'agence Renzo Piano a assuré la cohérence architecturale entre les différents concepteurs. Il en résulte un morceau de ville aux façades de céramique rouge-ocre, de texture et de couleur relativement homogènes.

26Il est intéressant de comparer la Potsdamer Platz avec un autre grand projet français au programme analogue, comme le quartier d'Euralille, produit d'une maîtrise d'ouvrage urbaine centralisée au sein d'une société d'économie mixte. Le programme comporte aussi une mixité de commerces, de bureaux, de logements ainsi que des infrastructures routières et ferroviaires. De grands noms de l'architecture internationale y ont été associés, en l'occurence, Rem Koolhaas comme urbaniste et Nouvel, Portzamparc et Vasconi comme architectes d'opération. Ce grand projet sépare les fonctions par nappes verticales. Le centre commercial repose ainsi sur un grand parking généralisé en sous-sol. Posées à cheval sur le volume, une barre de logement et plusieurs petites tours de bureaux disposent d'entrée et de lobby au niveau de la terrasse du centre commercial qui reste cependant inaccessible. L'effet ambigu en terme d'adresse est particulièrement sensible le long de la rue Willy-Brandt qui borde l'ancienne gare de Lille. Cette rue large et asphaltée est doublée en hauteur par une passerelle métallique. En limite de la ville historique, elle est traitée comme un espace de service, avec une large rampe menant au grand parking. Euralille est un avatar des outils opérationnels efficaces de type SEM ou EPA qui permettent de réaliser des morceaux de ville en un temps restreint. Mais le cadre doctrinaire sur la forme urbaine a été laissé à la définition des maîtres d'œuvre sans débats publics préalables. Le projet urbain est réduit à la résolution des flux, tandis que les architectes ont libre champ pour les questions d'images. Le manque de continuité des espaces publics et le phénomène d'« adresse » négligé ont sans doute contribué aux problèmes de commercialisation.

27Au contraire d'Euralille, sur la Potsdamer Platz la complexité des usages est limitée par un zonage vertical homogène îlot par îlot (bureaux, hôtels, résidences, loisirs, commerces) rendant l'évolution ultérieure des immeubles plus flexible, même si les sous-sols de services et de parkings forment une nappe solidaire. La nouvelle topographie urbaine s'instaure en continuité avec la ville existante, sans rupture de niveau par des dalles ou des rues surélevées. On a voulu éviter l'effet des zones piétonnes commerciales (Fußgängerzonen). Tout trafic de transit est certes interdit en surface, mais voitures et piétons cohabitent dans les rues principales. La Potsdamer Platz reste une belle adresse, même si plusieurs sociétés, parmi les premières locataires du site, ont annoncé leur déménagement vers le quartier du Kurfürstendamm aux loyers moins chers.

28La nouvelle Potsdamer Platz a été rapidement adoptée par les Berlinois. La ville, les investisseurs et la Deutsche Bahn ont cofinancé une opération de communication destinée autant au grand public qu'aux acheteurs potentiels. Dans le pavillon provisoire de l'« Infobox », une exposition, au message adapté, a permis de suivre l'évolution du chantier jusque dans les aspects techniques d'acheminement des matériaux et de gestion écologique de la nappe phréatique. La pose de la première pierre, l'inauguration définitive ont fait l'objet de fêtes auxquelles de grands noms de la culture ont été associés. Ainsi Daniel Barenboïm, directeur de l'Opéra de l'Unter den Linden, a orchestré un grand ballet de grues au son de la Symphonie héroïque de Beethoven. La campagne de communication, les événements festifs éphémères et le tourisme de chantier qui s'est développé sur le site, ont contribué à ce que les Allemands se réapproprient Berlin en tant que capitale.

29En conclusion, à la différence d'Euralille, la Potsdamer Platz présente l'aspect d'une mégastructure « intégrée » à la ville ancienne. Malgré ses paradoxes et son aspect dogmatique, les autorités municipales, en assumant la doctrine « restauratrice » de la reconstruction critique, ont proposé à la discussion publique un modèle urbain contemporain qui rompt avec l'urbanisme sur dalle héritier des principes fonctionnalistes de la charte d'Athènes et des utopies du Team X.

  • 12 Voir le livre de Colin Rowe, Fred Koetter, Collage City, Paris, Centre Georges-Pompidou (coll. « S (...)
  • 13 Voir l'article de Matthew Kennedy, « Terminal City : archittetura e ferrovia a New York », Casabel (...)

30La Potsdamer Platz représente sans doute une nouvelle génération de grande forme urbaine qui se distingue des mégastructures isolées, du type de La Défense, qui ne peuvent s'accroître qu'en « phagocytant » le tissu urbain avoisinant, ainsi que des méga-objets finis, comme Euralille, qui participent d'un collage sans rapport de continuité avec la ville historique12. En ce sens, la Potsdamer Platz s'apparente aux premières mégastructures construites au début du xxe siècle dans les métropoles américaines, comme le quartier de Grand Central Station à New York, édifié au-dessus des voies ferrées dans l'axe de Park Avenue13. À cette époque, la culture Beaux-Arts agissait comme un ciment doctrinal qui appliquait à toutes les échelles de la ville une vision unitaire d'embellissement dont on retrouve l'illustration jusque dans l'architecture des rampes pour automobiles qui contournent Central Station. Construit vingt ans plus tard, le complexe du Rockefeller Center, avec sa piazza en contrebas de la Cinquième avenue, s'inscrit encore dans cette même démarche.

31Il est cependant un domaine où ce grand projet berlinois a failli. Entre la Potsdamer Platz et le Kulturforum, la place stratégique occupée par la Staatsbibliothek a été négligée. Malgré le soin pris par les architectes pour négocier la géométrie orthogonale du nouveau quartier avec les volumes libres de Scharoun, les autorités n'ont pas pu ou su l'intégrer dans le dispositif urbain. Depuis la piazza, on accède en effet sur l'arrière de la Staatsbibliothek en passant par l'étroite fente qui sépare le multiplexe à gauche du casino de jeux à droite. La dévaluation symbolique de cette grande institution culturelle par rapport aux loisirs commerciaux est regrettable. Il faut sans doute malheureusement y voir un signe des temps...

Fig. 1 Entrée du passage commercial « Arkade » (photo C. Jaquand). On distingue à gauche l'immeuble Weinhaus Gut datant du début du siècle. Un immeuble pastiche des années 30 et 40 fait le lien avec l'architecture contemporaine.

Notes

1 Au sujet de la doctrine de la « reconstruction critique », voir Gaëlle Pinson, « La reconstruction critique à Berlin », Le Visiteur, n° 6, 2000, p. 130-155.

2 En particulier : Julius Posener, Berlin : Auf dem Wege zu einer neuen Architektur 1890- 1918, Munich, Prestel, 1979 ; Aldo Rossi, L'Architecture de la ville, Paris, L'Équerre, 1984 (1ère édition, 1966).

3 Interview de Hans Kollhoff réalisée par Corinne Jaquand pour l'émission radiophonique Métropolitain animée par François Chaslin (octobre 1999), sur France Culture.

4 Boris Grésillon, Dorothée Kohler, « Berlin, capitale en attente », Hérodote, n° 101, 2001, p. 96-121.

5 L'implantation de Debis a généré environ mille emplois, dont 700 nouveaux postes, le reste concernant des emplois berlinois que la firme a regroupés sur le site. L'effet compensatoire est relativement faible en comparaison des emplois industriels perdus depuis la chute du Mur.

6 Hilmer et Sattler, Erläuterungen zum preisgekrönten Wettbewerbsentwurf Potsdamer Platz [Mémoire du concours de la Potsdamer Platz], 1991.

7 Ce qui n'est pas le cas du complexe de Sony qui s'est différencié par un revêtement de granit poli gris sombre et différent des espaces publics traditionnels berlinois.

8 Ortwin Ratei, dans Heinz et Jahnen, Regelwerk Potsdamer Platz/Leipziger Platz [Prescriptions urbaines Potsdamer Platz/Leipziger Platz], im Auftrag der Senatsverwaltung für Bauund- Wohnungswesen Berlin, Aix-la-Chapelle/Berlin, 1993, p. 24.

9 Heinz et Jahnen, ibid., p. 139.

10 Ibid., p. 91. Les passages couverts sont redevenus à la mode à Berlin en partie grâce au livre de Ionas Geist, Le Passage : un type architectural du xixe siècle, Liège/Bruxelles, Pierre Mardaga, 1989 (1ère édition allemande 1969).

11 L'organigramme de la maîtrise d'ouvrage est complexe.
– Les autorités municipales sont représentées au travers de trois des sénats du Land (de la Construction, de l'Urbanisme et des Transports) ainsi que de trois arrondissements (Bezirk Tiergarten, Mitte et Kreuzberg). Les transports publics comprennent la BVG (Régie berlinoise des transports urbains) et la Deutsche Bahn (Société nationale des chemins de fer).
– Les quatre groupes d'investisseurs privés sont Debis, Sony, ABB, Hertie. Ils opèrent en tant que promoteurs sur leur terrain grâce au financement de fonds immobiliers ouverts ou restreints (c'est-à-dire de groupes d'épargnants achetant des parts d'immeubles ou des logements particuliers).
– La planification urbaine et les études d'ingénierie ont été déléguées à des bureaux d'étude généralistes : SNV pour les transports ; BSM pour l'urbanisme réglementaire (Beratungsgesellschaft für Stadterneuerung und Modernisierung) ; RKP pour la coordination des chantiers entre les sites de Potsdamer Platz et Leipziger Platz ; PVZB pour la conduite des travaux d'infrastructure de transport dans la zone centrale (il s'agit d'une société de droit privé émanant du Land de Berlin et de la Deutsche Bahn) ; Hilmer et Sattler, urbanistes en chef, mandatés par le Land ; Heinz et Jahnen, mandatés par le Land pour le cahier des charges architectural et des espaces publics.
– Les principaux maîtres d'œuvre en architecture et ingénierie sont : le bureau d'ingénierie BaUm, mandaté par le Land ; le groupe d'ingénierie IVZ pour les infrastructures de la zone centrale, le tunnel routier, le métro (U-Bahn) et la ligne ferroviaire grandes lignes ; le bureau EVDR pour le tunnel du métro régional (S-Bahn) ; les agences d'architecture et de projet urbain mandatées par les trois investisseurs privés.

12 Voir le livre de Colin Rowe, Fred Koetter, Collage City, Paris, Centre Georges-Pompidou (coll. « Supplémentaires »), 1993 (1ère éd. anglaise 1978).

13 Voir l'article de Matthew Kennedy, « Terminal City : archittetura e ferrovia a New York », Casabella, LIX (624), 1995, p. 22-33.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 Entrée du passage commercial « Arkade » (photo C. Jaquand). On distingue à gauche l'immeuble Weinhaus Gut datant du début du siècle. Un immeuble pastiche des années 30 et 40 fait le lien avec l'architecture contemporaine.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/3083/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 603k

Auteur

École nationale supérieure du paysage, Versailles
Maître-assistant à l'école d'architecture de Clermont-Ferrand, elle a exercé à Paris et à Berlin comme architecte-urbaniste (Atelier parisien d'urbanisme, Sénat de la construction de Berlin, Cité des médias de Babelsberg), et contribué aux programmes des concours du Spreebogen (1993) et de l'ambassade de France à Berlin (1996).
Outre des articles dans L'Architecture d'Aujourd'hui, Urbanisme et Bauwelt, elle a publié Berlin : Portrait de Ville (IFA/Datar, 1992). Thèse de doctorat en soutenance : Le Grand-Berlin et l'anticipation américaine : infrastructures, paysage et forme urbaine du IIe au IIIe Reich, sous la direction de Hubert Damisch, EHESS.

© Presses universitaires François-Rabelais, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540