Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Villes rattachées, villes reconfigurées

 | 
Denise Turrel

III. Mémoires, intégration, réinventions

Le patrimoine dans les villes d’Allemagne de l'Est, l'ancienne République démocratique allemande

Sebastian Redecke

Texte intégral

1C'est surtout là qu'aujourd'hui il y a des découvertes à faire, et des discussions fondamentales sur la ville de grand intérêt à suivre. Je ne voudrais surtout pas généraliser, ni être polémique, mais l'importance de la prise en compte de la ville comme héritage, le rapport de proximité et de fascination avec l'élément construit, la structure urbaine, l'intérêt de repenser les caractères d'une ville souvent détruite pendant la dernière guerre mondiale, tout cela ne jouait dans les années 1960, 1970, et jusqu'au début des années 1980, aucun rôle en RDA. Le but était de réaliser une ville neuve, une ville socialiste.

2Considérons pour commencer une photo du centre historique de Dresde, le Taschenbergpalais en ruines abandonné et maçonné : cette photo n'est pas de 1946 mais de l'année 1963. Ensuite le plan de Chemnitz qui s'appelait Karl-Marx-Stadt en 1945 et au début des années soixante, et une photo du centre-ville en 1990. Le plan et cette photo montrent bien qu'en ce qui concerne le patrimoine on a systématiquement coupé les racines et les liens, on a effacé la mémoire. La structure urbaine, comme la sauvegarde de ce qui restait des villes, étaient il y a treize ans (à la date de la chute du Mur) dans une situation – j'ose le dire – désastreuse. Tout, vraiment tout dans le domaine de la construction était concentré sur une préfabrication industrialisée, le Plattenbau, pour fournir aux familles des logements convenables hors de la ville mais aussi en ville, au sein de blocs qui ne respectaient rien. On a ignoré de façon démonstrative les traces du passé. Il faut se souvenir que c'est en 1961 seulement que les ruines du château des rois de Prusse et empereurs d'Allemagne, au cœur de la ville de Berlin et à côté de la Bauakademie de Schinkel, ont été détruits à la dynamite pour faire une grande place des parades ; en 1957 c'est le château de la ville de Potsdam que l'on démolissait ; en 1968 l'église gothique de l'université de Leipzig a été également dynamitée ; comme le fut aussi, à Magdebourg, l'église Ulrich, déjà endommagée pendant la guerre. La démolition de villes déjà détruites pendant le conflit mondial continuait – avec la volonté de tout effacer, comme dans une ville de l’Union soviétique. La richesse du savoir était supprimée. Il est vrai qu’en Allemagne de l'Ouest aussi il y eut cette période de l'après-guerre où l’on voulait tout oublier et réaliser une autre ville dans les zones détruites, une ville moderne – en 1961, par exemple, furent abattues les ruines du château de Brunswick ; mais dans l'ensemble le résultat ne fut pas du tout aussi brutal qu'à l'Est, avec cette impitoyable durée de trente ans.

3Seuls restaient en RDA des îlots historiques comme Weimar, la ville de Goethe et Schiller, la Wartburg de Luther, le château de Sans-Souci à Potsdam, les centres historiques de Görlitz, Wismar, Erfurt, de même que Quedlinburg avec ses mille maisons à colombages. Tout cela, c’était un patrimoine sous contrôle étatique évidemment : le reste n’avait aucun rôle.

4En 1989, la situation des quartiers bourgeois avec leurs riches façades du xixe siècle, qui donnaient encore une structure aux villes et en constituaient le patrimoine urbain, était vraiment difficile. La plupart d'entre eux étaient à l'abandon, oubliés, et destinés à être détruits. Les démolitions par îlots, comme à Leipzig, touchèrent les grands blocs dont on estimait que les réparations ne valaient pas la peine d'être menées, parce que ces immeubles n'étaient pas assez fonctionnels, les éléments préfabriqués étant moins chers et plus faciles à monter. Sur le cliché présentant un plan de Leipzig, on voit tous les îlots qui ont disparu dans les années 1980. Mais on pourrait citer d'autres villes, même Berlin-Est, où subsistaient des zones que l'on souhaitait détruire en grande partie, comme le quartier de Prenzlauer Berg.

5C’est dans les années 1980 seulement qu’en RDA, on a commencé à comprendre qu'il fallait donner aux habitants plus que des « îlots » historiques au périmètre artificiel, et davantage que des appartements dans les Siedlungen Plattenbau. On commença à « reconstruire » la ville à l’aide d’éléments préfabriqués décoratifs avec des toits bizarres comme le Nicoleiviertel de Berlin, ou ce quartier du centre-ville de Rostock. Les autres quartiers existants restaient par contre dans une situation grave – chauffés au charbon brun (lignite), les toilettes dans l'escalier froid et humide. On était incapable de les restaurer.

6Après la chute du Mur, on a noté deux mouvements. Le premier fut un effort énorme en faveur du patrimoine, surtout l'engagement des villes de l’Ouest qui ont envoyé des spécialistes en commençant une coopération afin de sauver les quartiers historiques des villes et – je regrette de le dire pour mieux comprendre les choses – d'expliquer aux gens l'importance de la sauvegarde non seulement des îlots mais aussi de leurs abords. Car il y a quarante ans, il n'y avait presque pas de formation spécialisée, aucune formation d'architectes sauf dans le domaine de la préfabrication, le Plattenbau anti-urbain. Seuls quelques rares groupes, à Leipzig par exemple, étaient actifs, mais sans pouvoir dans une société parfaitement contrôlée. Juste à côté, en Pologne, la reconstruction remarquable des villes n'était en rien comparable à celle engagée en RDA où, à part cet exemple isolé, toute sensibilité au patrimoine faisait absolument défaut. En 1989, la chute du Mur s'est traduite par un vrai début de sauvegarde, non seulement des monuments, mais aussi et surtout des ensembles. Durant cette période, il était très émouvant, pour nous habitants de l'Ouest, de voir dans la province de l'Est des situations urbaines originales pour l’après-guerre, dans une situation grave, parfois à l’abandon, mais assurément romantiques : quelque chose en tout cas qui, dans l’Allemagne de l'Ouest cossue avec ses façades toutes parfaitement isolées, dominées par l'industrie des fenêtres en PVC, n'existait plus. En RDA, des quartiers historiques étaient morts, à l'abandon, mais paradoxalement vivaient encore puisque leurs façades parlaient de l'histoire en silence, avec par exemple leurs inscriptions, tandis que les gens habitaient à l'extérieur des centres-villes, dans des appartements en éléments de béton et bien chauffés. Telles étaient mes impressions personnelles.

7Le second mouvement, déjà amorcé quelques mois après la chute du Mur, a été le démarrage d'activités gigantesques. De grands et de petits promoteurs et aménageurs, et des investisseurs, connus ou obscurs, ont vite vu leur chance et ont expliqué aux villes ce qu’il fallait faire. Ils ont acheté des terrains et ont commis des erreurs, comme trente ans auparavant à l'Ouest, mais à une tout autre échelle et beaucoup plus rapidement. Le résultat est que les centres sont aux mains des entrepreneurs, de la vie commerciale, et du profit. Comment parler du patrimoine avec ces gens-là ? La peur des villes de perdre leur population était certes bien compréhensible.

8Pour le centre-ville douze ans après la chute du Mur, prenons l'exemple de la ville de Magdebourg à cent vingt kilomètres de Berlin. Deux plans (1940 et 1945) montrent ce qui restait de la ville. Les espaces vides au centre, entre la gare centrale et la fameuse cathédrale, sont aujourd'hui remplis par une importante activité commerciale et de loisirs. La ville d'aujourd'hui, après toutes les erreurs commises à l'Ouest, comporte un fast-food et un complexe multisalles tout à côté de la cathédrale, qui constitue un des grands héritages nationaux.

9Les subventions prévues étaient importantes. Des firmes de l'Ouest ont souvent réalisé d'extraordinaires profits avec de tels projets : dans le cas de Magdebourg, la ECE Projektmanagement GmbH et la Philipp Holzmann AG – toujours soutenues par les politiques dans le but d'une revitalisation de la cité, d’une diminution du nombre de chômeurs dans la ville et d’une limitation de l'émigration vers l'Ouest. Quand on regarde bien la ville, on remarque que de remarquables efforts de qualité avaient déjà été faits en RDA dans les années cinquante. C'était avant la période de la préfabrication industrielle, avant cette injonction de Khrouchtchev en 1954 à l'adresse des « chers camarades architectes, trop chers camarades architectes », leur enjoignant : « Travaillez plus vite, moins cher, industrialisez ». À Magdebourg, la première période de la reconstruction était terminée.

10Il y a évidemment des exemples positifs de sauvegarde, ainsi les engagements privés de sauvetage des maisons historiques. Un de ces exemples se trouve à Wittenberg : le Lucas Cranachhaus construit au début du xvie siècle sur la place centrale de la ville a été restauré parfaitement. Mais aussi la Werkssiedlung Piesteritz de Wittenberg construite de 1917 à 1923 par Otto Salvisberg pour les ouvriers d'une usine voisine. L'important est la sensibilité des interventions : le caractère de l'ensemble de ce quartier a vraiment été conservé, avec un système de financement de la Piesterizer Siedlungsgesellschaft et de la Bayernwerk, qui a aussi garanti aux familles d'y rester.

11Pour finir je vous présenterai deux « actions » dans la ville de Dresde qui caractérisent, à mon avis, le mieux la situation actuelle : d'une part la reconstruction de la Frauenkirche, l'église Notre-Dame, un chef-d'œuvre du baroque, construit par Georg Bähr entre 1726 et 1743 et soufflé par les bombes en février 1945. Ses ruines étaient un mémorial émouvant, un immense amas laissé en l’état, un lieu qui témoignait de la destruction de Dresde. En 1990, après la chute du Mur, on a commencé à en récupérer soigneusement les pierres, à les identifier et à les ranger systématiquement sur des étagères. Grâce à une association et à une fondation, la Deutsche Nationalstiftung, la reconstruction a pu démarrer en 1996. L'église sera reconstruite à l’identique et avec les matériaux d'origine. Le coût est d’environ 750 millions de francs. D'autre part, on peut voir, non loin du chantier de l'église, l'usine vitrée ultramoderne de Volkswagen, dite Gläserne Manufaktur, au Große Garten avec un tour de quarante mètres, où l'on construit sur un lieu historique des voitures luxueuses : la ville comme image pour un produit. La rupture de l'échelle urbaine ne dérange apparemment personne. D'un côté, cette église, qui témoigne d'un effort énorme, empreint de nostalgie, de recréer la ville d'hier, et de l'autre, cet élément moderne. Les deux extrêmes montrent le désir ardent de retricoter la ville, avec d’une part l'église comme un symbole isolé (et – je me permets de le dire – surtout formel) du passé, et avec d’autre part un autre symbole extrêmement subventionné, qui montre la « ville du futur ». Ce qui manque ici, c'est la ville elle-même, le tissu urbain avec de vraies valeurs assez fortes pour incorporer les projets dont j'ai parlé.

12En conclusion, je souhaiterais constater que partout à l'Est les travaux de restauration sont visibles ; beaucoup d’éléments ont été sauvés, mais la ville n'est plus un organisme homogène parce qu'elle ne s'est pas développée lentement après la guerre comme à l'Ouest. À cause de la domination des intérêts commerciaux, les abords restent souvent un lieu oublié, sans insertion. Les transformations dans ce sens, comme nous l'avons vu à Magdebourg, sont irréversibles. En RDA, il y avait les îlots historiques dans la ville, organisés par la politique dont j'ai parlé. Maintenant il y a à côté d'autres fragments, des centres commerciaux au cœur même de la cité, construits à la légère, avec un manque de compétence et souvent une absence de scrupules. Tel est, malheureusement, l'héritage que nous transmettrons aux générations à venir : la ville sans modèle. Personne cependant ne semble le remarquer ni le revendiquer. En bref il me reste à demander : à qui appartient aujourd'hui la ville ?

Fig. 1 – Dresde, la Frauenkirche en reconstruction (2000)

Fig. 2 – Projet de centre commercial dans un centre historique

Fig. 3 – Dresde, la Frauenkirche détruite en 1945

Fig. 4 – Dresde, centre commercial inauguré tout récemment au centre-ville (dans un îlot)

Fig. 5 – Magdebourg, centre-ville avec centre commercial

Fig. 6 – Wittenberg, quartier réaménagé de la Piesteritz

Fig. 7 – Ville de Zwickau en 1981. Le centre avec les immeubles historiques et les blocs préfabriqués

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – Dresde, la Frauenkirche en reconstruction (2000)
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/3081/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 839k
Légende Fig. 2 – Projet de centre commercial dans un centre historique
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/3081/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Légende Fig. 3 – Dresde, la Frauenkirche détruite en 1945
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/3081/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 278k
Légende Fig. 4 – Dresde, centre commercial inauguré tout récemment au centre-ville (dans un îlot)
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/3081/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 150k
Légende Fig. 5 – Magdebourg, centre-ville avec centre commercial
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/3081/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Légende Fig. 6 – Wittenberg, quartier réaménagé de la Piesteritz
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/3081/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 891k
Légende Fig. 7 – Ville de Zwickau en 1981. Le centre avec les immeubles historiques et les blocs préfabriqués
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/3081/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 349k

Auteur

De 1980 à 1987, il a suivi des études d’architecture à l’université de Braunschweig et à l’université de Rome. De 1987 à 1990, il a exercé la profession d’architecte à Berlin. Depuis 1990, il est rédacteur en chef de la revue d’architecture Bauwelt à Berlin. Il a écrit plusieurs ouvrages concernant l’architecture actuelle de Berlin.

© Presses universitaires François-Rabelais, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540