Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Villes rattachées, villes reconfigurées

 | 
Denise Turrel

III. Mémoires, intégration, réinventions

Villes et colonisation aux xixe-xxe siècles : approches et problématiques d’un avatar urbain depuis la seconde guerre mondiale

Hélène Vacher

Texte intégral

  • 1 O. Zunz, « Histoire urbaine », dans A. Burguière (dir.), Dictionnaire des sciences historiques, Pa (...)

1L’examen de la production scientifique consacrée à l’étude des villes depuis la seconde guerre mondiale révèle que les villes coloniales occupent une place très marginale dans le champ des sciences humaines ou sociales. En première remarque, nous constatons, comme une sorte d’évidence, que cet état renvoie à l’histoire de la colonisation et à son emprise sur les disciplines. Aussi les villes coloniales ont-elles émergé de façon sensible comme sujets de recherche depuis une vingtaine d’années. Elles constituent de nouvelles « provinces » où les sciences sociales mènent des incursions nombreuses. En nous demandant quelle terre d’accueil ces villes trouvent aujourd’hui dans l’histoire urbaine en France ainsi que dans le monde anglo-saxon, nous ne pouvions que rencontrer la complexité des rapports que noue un domaine aux contours flous avec les questions et les objets de la géographie, de la sociologie ou de l’anthropologie, et notre parcours s’efforce d’en rendre compte1. À partir de cette réflexion, se profile une ville, née de la colonisation ou développée par elle aux xixe-xxe siècles, dont le caractère prédominant tient à sa dimension de greffe en territoire dominé et à ses liens avec la métropole.

  • 2 Cet article s’appuie sur une recherche bibliographique consacrée au thème de la ville coloniale co (...)

2Les phénomènes d’urbanisation dans les colonies ont procédé systématiquement de stratégies visant à rattacher et à reconfigurer du territoire, même si les modalités sont très variées selon les lieux et les circonstances. Dans cette perspective, nous adoptons une démarche historiographique pour étudier comment plusieurs champs disciplinaires ont considéré les villes coloniales, avec toutes les limites d’un tel exercice. Nous envisagerons successivement la période de la décolonisation, celle des années soixante-dix qui redécouvre la ville coloniale en amont des « mégapoles du tiers monde », avant d’interroger l’état des recherches de ces deux dernières décennies à partir d’un choix de thématiques2.

UN ANGLE MORT DE L’HISTOIRE URBAINE

  • 3 Cette croissance est mise en évidence au début des années cinquante dans des travaux suscités par (...)
  • 4 Parmi les travaux effectués autour de la conférence « Habitats humains » de Vancouver en 1976, on (...)
  • 5 Ces lieux sont désignés comme creusets d’une « confrontation infernale », de « désintégration soci (...)

3L’intérêt manifesté pour l’histoire des villes coloniales dans les années 1970 est directement lié à la profusion d’analyses et de controverses, qu’ont polarisée les théories du développement à cette époque. Les sciences économiques et politiques qui s’intéressaient à un tiers monde fraîchement dénommé comme tel privilégiaient alors les problématiques issues de la décolonisation. De la construction des nouveaux États en passant par les effets des réformes agraires et de la « révolution verte » ou des stratégies d’industrialisation, leurs analyses s’attachèrent à l’examen d’une croissance urbaine exceptionnelle déjà mise en relief par plusieurs travaux au cours des années cinquante3. À partir de la perspective dominante qui tendit d’abord à montrer un modèle urbain « en voie d’industrialisation », surgit bientôt la question de « l’hypertrophie urbaine » à mesure que se renforçaient les concentrations démographiques et l’extension des nappes d’urbanisation4, certaine expertise urbaine recourant volontiers à la métaphore de « l’explosion »5.

  • 6 P. Claval, La logique des villes, Essai d'urbanologie, Paris, Litec, 1981, p. 410.

4En évoquant ce moment particulier d’interrogations, il s’agit seulement de souligner qu’elles ont proposé des traits propres à ces pays pour en dégager une certaine unité. Ainsi, les géographes se sont-ils interrogés sur un modèle atypique de croissance des villes du tiers monde. Observant l’ampleur de la prolifération des « habitats sous-intégrés », ils ont souligné le « biais urbain » des nouvelles élites nationales exacerbant les disparités sociales et spatiales héritées de la colonisation. Le développement des équipements ne suffirait plus à contrecarrer une dynamique cumulative jugée irréversible : « Il est clair que les pays du Tiers monde ne reproduiront pas, dans la trajectoire de leur développement, l’évolution géographique de l’Occident, avec l’émergence de réseaux régulièrement structurés et hiérarchisés. Il est évident aussi que le gigantisme se heurte tôt ou tard à des limites »6.

  • 7 A. Southall, The City in Time and Space, Cambridge, Cambridge University Press, 1998, p. 7.
  • 8 Voir G. Massiah et J.-F. Tribillon, Villes en développement, Paris, La Découverte, 1988.

5C’est durant la période contemporaine de la cité industrielle occidentale que la ville coloniale aurait constitué certains traits spécifiques préparant une « bifurcation », là où une convergence était attendue. Finalement, c’est la singularité de son inscription dans l’espace monde de la modernité qui en aura fait un phénomène original, produit d’une histoire particulière, un « pont dynamique » entre les cités médiévales et la ville de l’ère capitaliste selon A. Southall7. Dans les années 1980, l’idée d’un modèle urbain colonial se fait jour comme objet d’étude avec la perspective que le tiers monde est désormais justiciable d’une histoire de la colonisation8.

  • 9 Voir M. Weber, La ville, Paris, Aubier, 1982, dont la conception et ses prolongements sont notamme (...)
  • 10 D. J. Sherman remarque que les colonies ont occupé, jusqu’à très récemment, une place subalterne d (...)
  • 11 Sur les sociétés de géographie, voir D. Lejeune, Les sociétés de géographie en France et l’expansi (...)
  • 12 C. Coquery-Vidrovitch, « Histoire coloniale », dans A. Burguière (sous la dir.), Dictionnaire…, op (...)
  • 13 Sur ce point, voir J.-L. Pinol, « La ville des historiens », dans T. Paquot, M. Lussault, S. Body-(...)
  • 14 D. Calabi, Marcel Poëte et le Paris des années vingt : aux origines de « l’histoire des villes », (...)

6La corrélation entre la croissance urbaine et l’émergence d’une histoire des villes a été soulignée, et le décalage temporel entre le phénomène d’urbanisation dans les aires colonisées et les études faisant de lui leur objet d’analyse en ressort d’autant plus. Certes, le développement de la ville coloniale a été observé et commenté de longue date par des historiens ou par des géographes ; il a également été étudié par des agents directement impliqués dans la construction des villes dans les territoires coloniaux. Toutefois, cette ville du « troisième type » échappa pour l’essentiel au champ des études urbaines. Implant d’artefacts techniques pour organiser les ruptures de charges entre les métropoles et leurs colonies, la ville coloniale du xixe-xxe siècle ne semblait pas pouvoir être ramenée dans le cortège de ces entités dénommées villes. Garnison, entrepôt ou escale, centre minier ou station administrative, ce « rassemblement de populations en un même endroit » ne trouva pas sa place dans les grandes catégories à travers lesquelles ont été étudiées les villes, qu’elles soient « préindustrielles », « modernes » ou « orientales ». La tradition urbanophile occidentale, voyant dans le milieu citadin la source essentielle de civilisation, a fondé sa représentation de la ville à partir de la commune libre de la fin du Moyen Âge. En se prolongeant à travers l’idéal type wéberien de la « communauté urbaine », lieu d’épanouissement de richesses économiques, de savoirs et d’innovations sociales9, cette perception contribua à laisser subsister un angle mort dans l’histoire de l’urbanisation. Toutefois, la prégnance d’une représentation et sa circulation dans les sciences humaines n’est qu’un aspect. Les positionnements des domaines disciplinaires vis-à-vis de l’entreprise coloniale et, de façon générale, la part congrue qu’ils lui ont réservée font écho à la mise en place tardive d’un enseignement supérieur dans les possessions françaises outre-mer10. D’autre part, si les écoles de géographie ont adopté des points de vue variés vis-à-vis de la colonisation, elles ont généralement marqué un intérêt secondaire pour les phénomènes d’urbanisation11. Quand la mise en valeur succéda à la « course au clocher », les ingénieurs topographes et les sociétés de géographie se sont tout d’abord consacrés à une mise en carte des nouveaux territoires. Les écoles historiques, qui n’avaient ni les mêmes motivations ni la même compulsion en faveur de l’expansion coloniale, ont volontiers laissé la chronique de l’implantation à « l’historien administrateur »12, et l’histoire des villes a forgé ses outils conceptuels et ses objets à distance de ces horizons. En Angleterre comme en France, elle fut le domaine des médiévistes qui, férus d’archivistique municipale, ont privilégié les études locales à partir de la topographie historique et de la toponymie13. La mince pellicule du terrain colonial n’avait qu’un médiocre attrait pour ces spécialistes de la stratification de la culture. D’un autre côté, les premiers cadres théoriques, porteurs d’une forte conception organiciste, s’adaptaient difficilement à l’étude de la ville « immédiate » d’outre-mer14.

  • 15 W. Marçais, « L’Islamisme et la vie urbaine », Académie des inscriptions et belles-lettres, Compte (...)

7Si la ville coloniale était triviale par sa contemporanéité au yeux de l’historien, préoccupé de faire accepter « l’histoire moderne » dans le complexe de l’enseignement supérieur, la ville arabo-musulmane, introduite par les travaux de William Marçais, suscitait un vif intérêt dans l’entre-deux-guerres. Il s’en suivit un débat durable sur le bien-fondé d’un modèle « islamique » et « radioconcentrique », ainsi que sur l’existence d’institutions urbaines spécifiques pouvant lui être liées15. Il contournait la ville coloniale.

VILLES TRONQUÉES ET VILLES MIXTES

  • 16 Deux architectes ont souligné la dimension projective des villes coloniales dans un article voulan (...)

8La ville coloniale, conçue comme œuvre planifiée face à « l’habitation successive », fut tôt reconnue dans son altérité radicale16. Au début du xixe siècle, Edward G. Wakefield en faisait un point d’ancrage essentiel, contrepoint des atavismes du colonat rural dans son système de colonisation. À la fin du xixe siècle, Élisée Reclus et Halford J. Mackinder, qui s’interrogeaient sur la cohésion des empires coloniaux, ont noté l’importance des « points vitaux », des stations navales en particulier et des réseaux. Dans les traités de colonisation et les congrès coloniaux, l’intérêt pour les phénomènes urbains restait superficiel, du moins avant la première guerre mondiale.

  • 17 Les fondements de la démarche sont exposés par R. Blanchard, « Une méthode de géographie urbaine »(...)
  • 18 R. Lespès, Alger, Étude de géographie et d'histoire urbaine, Paris, Alcan, 1930.
  • 19 M. Clerget, Le Caire : Étude de géographie urbaine et d'histoire économique, 2 vol., Le Caire, Sch (...)
  • 20 G. Rambert, La formation d’une grande cité moderne. Étude de géographie urbaine, Marseille, SA du (...)

9La revue La Vie urbaine, créée en 1919, a rendu compte de bien des travaux qui s’attachaient à l’histoire juridique et politique de la ville à partir d’une méthodologie puisée dans la sociologie et la géographie humaine17. Les villes coloniales font alors l’objet de plusieurs monographies, par exemple celles de René Lespès et de Marcel Clerget, placées respectivement sous le signe de la « géographie et de l’histoire urbaines » et de la « géographie urbaine et de l’histoire économique ». Pour l’étude de Bône et d’Alger, R. Lespès a privilégié l’analyse topographique, l’évolution morphologique et l’identification des fonctions urbaines à partir d’abondants matériaux historiques et cartographiques. L’auteur a également laissé une bonne place aux projets d’aménagement qui s’étaient succédés à Alger depuis l’occupation française18. En précisant que « la géographie urbaine cherche sa voie et ses limites », M. Clerget pour sa monographie du Caire s’est placé sous la double autorité de Jean Brunhes et de Lucien Febvre19. Il met en avant la cause des géographes et des historiens dans le projet urbain et émaille son ouvrage de réflexions aménagistes en exposant une analyse approfondie des modes constructifs de l’habitat et des structures morphologiques sédimentées par les occupations successives. La capitale égyptienne des années 1930 est caractérisée comme un ensemble « d’agrégats artificiels d’unités fort disparates » qu’aucune véritable politique urbaine ne se préoccupe de mettre en liaison. L’espace urbain est perçu comme instable, fluctuant. Des prescriptions sont alors fréquemment associées à ces analyses esquissant les contours d’une géographie urbaine appliquée. Ainsi Gaston Rambert, autre collaborateur de La Vie urbaine, avança le vocable « d’urbanisme colonial »20. La formule connut un court succès dans les années 1930, tandis que les techniques de planification urbaine entreprises outre-mer irriguaient l’urbanisme français.

  • 21 G. Montigny souligne « l’amnésie » liée à la seconde guerre mondiale, cf. G. Montigny, De la ville (...)
  • 22 J. Dresh, « Villes d´Afrique occidentale » (1950), reproduit dans M. Roncayolo et T. Paquot (sous (...)

10En associant le processus d’urbanisation à celui d’occidentalisation du monde, les études consacrées aux villes coloniales ont participé à l’élaboration et à l’élargissement de la géographie urbaine et historique, dans ses méthodes et ses sujets de recherche21. Dans l’après-guerre, les travaux de Jean Dresch dressent un portrait incisif des villes africaines, dans une perspective de « géographie urbaine et sociale »22. Trois types d’ensembles y sont définis : les centres pré-coloniaux moribonds, ceux qui sont parvenus à conserver leurs fonctions administratives et commerciales, enfin les fondations modernes. Les modalités des interactions entre la formation du réseau colonial et les centres préexistants ne sont pas précisées, la question étant renvoyée aux caractéristiques des économies de traite. À partir d’un schéma descriptif d’apparence sommaire, qui juxtapose les caractéristiques respectives des villes blanches et villes noires, J. Dresch cumule des observations sociologiques et morphologiques pour proposer une grande variété de typologies. Les villes blanches sont des centres d’affaires, des villes commerçantes ou des places administratives et militaires. Il s’agit de villes tronquées, pauvres en fonctions industrielles et culturelles, d’enclaves rattachées plus ou moins fermement à un réseau, mais faiblement intégrées au territoire environnant. Elles sont analysées comme des lieux de ségrégation, non pas nécessairement « légale, mais de fait », dont les plans expriment « un quadrillage sans grâce » que compensent souvent la variété des sites et le jeu contrasté des éléments liquides. Pour ce qui est des villes noires, qui ne sont des « villes que par la masse et la densité de leurs habitants », ce ne sont que des successions de lotissements, des « résidences tassées et confondues dans une commune misère » dans l’ombre des villes blanches. Les mobiles et les stratégies d’aménagement déployés par la colonisation ne sont qu’effleurés, mais la méthode de « description épaisse » fait ressortir les caractères d’un espace urbain spécifique. L’expérience de cet espace est aussi particulière : « le temps [y] passe plus vite [...] qu’à la métropole ». Les repères sont instables, cadre bâti et infrastructures se renouvellent rapidement.

  • 23 P. George, La ville, le fait urbain à travers le monde, Paris, PUF, 1952.

11Durant les mêmes années, Pierre George regroupe les « villes de colonisation » en une catégorie au côté de quatre autres pour constituer une classification des faits urbains à l’échelle mondiale23. Ces villes sont le produit de transferts métropolitains donnant naissance à des « villes neuves » fondées sur « le même type structural que celles produites par la révolution industrielle en Europe » et à des « villes mixtes », ou « polygéniques », à partir « d’adjonction d'organismes spécifiques » à des villes existantes. La création des « villes coloniales hétérogènes » au xixe siècle se moule dans « une tradition de juxtaposition de communautés » pour produire des villes mixtes « composées de plusieurs masses urbaines », par exemple Tunis et Casablanca. L’opposition entre des espaces organisés par l’économie et la technique capitaliste d’une part et ceux imprégnés par un « archaïsme formel » d’autre part constitue un caractère commun pour une grande variété de villes en Afrique et en Asie. Par ailleurs, la ville coloniale se déploie comme un phénomène à la fois durable et complexe, et il s’agirait donc de tout autre chose que d’un simple sous-produit exporté ou d’un artefact transitoire. La démarche délaisse l’étude morphologique affinée choisie par les premiers géographes urbains. Ainsi, les médinas sont représentées comme une suite de « panoramas confus » face aux plans orthogonaux portant les « beaux immeubles de la ville européenne ». À la veille de la décolonisation française, la ville qui en est le produit est reconnue comme un espace de ruptures morphologiques et sociales. Elle est par contre faiblement saisie dans son épaisseur historique et ses acteurs locaux sont notablement absents.

  • 24 R. Redfield et M. S. Singer, « The Cultural Role of Cities », Economic Development and Cultural Ch (...)
  • 25 R. J. Horvath, « In Search of a Theory of Urbanization, Notes on the Colonial City », East Lakes G (...)

12Dans le monde anglo-saxon de l’après-guerre, les interrogations sur un éventuel modèle colonial émanent souvent d’une approche anthropologique. À partir du modèle de Robert Redfield et Milton Singer24, Ronald J. Horvath inscrit la ville coloniale dans une théorie générale de l’urbanisation et il propose l’emploi du terme dans tous les cas où une domination externe s’est stabilisée, avec ou sans une installation importante de colons25. Définie comme un « entrepôt, politique, militaire, économique, religieux, social et intellectuel entre les colonisateurs et les colonisés », ce type urbain est un conglomérat de trois types de groupements caractérisés par leur statut social et leur horizon culturel : une élite allogène, une population locale d’origine rurale et des groupes « d’intervenants » qui sont principalement des migrants non issus de la métropole. Cette ville entrepôt constitue un jalon essentiel dans le processus de contrôle du territoire et de subjugation de la population. Elle se distingue des modèles urbains préindustriels et industriels.

ÉMERGENCE D’UNE VILLE DU « TROISIÈME TYPE »

  • 26 Rappelons deux conférences importantes, celle tenue en 1976 à Santa-Cruz et, l’année suivante, la (...)
  • 27 G. J. Telkamp, Urban History and European Expansion, a review of recent literature concerning colo (...)
  • 28 Nous empruntons l’expression du géographe Terrence Mac Gee.

13Dans le contexte précédemment évoqué, les théories de la dépendance et de l’économie monde ont suscité un renouvellement des questionnements sur la période coloniale et ses formes urbaines26. Gerard J. Telkamp en a présenté une synthèse, à la fin des années soixante-dix sous le titre Urban History and European Expansion, dont le propos explicite est d’appeler à une histoire des villes coloniales27. Si la notion de ville coloniale mérite d’être employée, cela ne doit pas pour autant réduire l’extrême variabilité de ses caractères, souligne G. J. Telkamp. Les fondations du Nouveau Monde et le modèle de ville « dupliquée » qui leur est attaché sont laissés hors champ28. Les configurations multiples, tant du point de vue des dispositions spatiales que des degrés d’intégration et de refoulement des populations colonisées ou encore des fonctions dans le réseau tissé par les métropoles, sont ici exposées suivant deux grandes périodes : celle du colonialisme mercantile et celle contemporaine à l’industrialisation du monde occidental. La Renaissance a projeté des fondations urbaines, faisant table rase des sites existants. Ainsi, les Portugais ont-ils brisé les formes d’urbanisation qu’ils ont rencontrées en Afrique. Par contre, les Européens ont tenté de capter les flux commerciaux intra-asiatiques en s’installant aux côtés des établissements existants, chinois, arabes et indiens principalement.

  • 29 Ainsi en est-il de Calcutta au xviiie siècle, où les communautés n’avaient pas de fortes tradition (...)

14Les agglomérations ainsi générées ont pris un caractère pseudo-urbain, selon les critères occidentaux, le provisoire étant de règle et les institutions urbaines peu développées29. Aussi a-t-on pu mettre l’accent sur les échanges et les arbitrages que les Européens ont négociés avec les pouvoirs territoriaux en place de même qu’avec les communautés marchandes asiatiques.

  • 30 Sur les phases de colonisation, voir P. J. Taylor, Political Geography, World Economy, Nation-Stat (...)
  • 31 T. Mac Gee, The urbanization process in the Third World : explorations in search of a theory, Lond (...)

15Durant la colonisation contemporaine de l’industrialisation des pays européens, l’éradication des centres urbains tend à devenir un cas d’espèce. Généralement, la domination des territoires s’accompagne d’une forte concentration des pôles urbains tandis que dépérissent les villes non rattachées aux implantations des lignes de transports mécanisées30. On n’en déduira pas pour autant un quelconque réductionnisme déterministe géographique ou technique car l’ancrage des villes coloniales, « liens d’interactions entre deux civilisations »31, tient à un cumul de circonstances historiques. On constate ainsi que les mauvais mouillages faisant de « grands ports » sont légions, Calcutta étant un cas d’école.

  • 32 T. Mac Gee, The Southeast Asian City : a social geography of the primate cities of South East Asia(...)

16Si, pour cerner les villes, on retient un ensemble de critères renvoyant à la fois à la taille, la spécialisation du travail, la concentration de fonctions sociales et économiques, la diversité sociale et culturelle et un fort potentiel d’interaction avec une population extérieure, il semble que les villes coloniales aient seulement émergé dans la seconde partie du xixe siècle. Selon T. Mac Gee, c’est notamment le cas de quelques cités portuaires en Asie du Sud-Est qui ont alors acquis leur primauté32. Concentrant forces militaires et fonctions de ravitaillement, ces villes ports deviennent les bases d’appui pour la mise en valeur de l’hinterland et les pivots sur lesquels bascule l’équilibre proto-colonial entre les puissances maritimes et continentales.

  • 33 Ces travaux doivent beaucoup à ceux de G. Balandier, publiés dans les années 1950, dont Sociologie (...)

17L’ouvrage d’Anthony D. King, Colonial Urban Development, souligne aussi « l’angle mort » des perspectives disciplinaires33. Avec le concept « d’urbanisation dépendante », l’auteur expose les conséquences d’une marginalisation des fonctions productives. Il privilégie l’analyse culturelle pour étudier la formalisation des dispositifs spatiaux du contrôle qui génère et reproduit des « catégorisations ». L'hypothèse selon laquelle l’urbanisation aurait des propriétés socialisantes, potentiellement émancipatrices est questionnée. À une différenciation urbaine, à la fois sociale et spatiale, répondent des processus de hiérarchisation symbolique et d’identification communautaire qui stabilisent un « système colonial global ». Les villes coloniales apparaissent comme des matrices de stéréotypes ethniques et raciaux qui sont « exportées » en Europe dans le premier vingtième siècle.

  • 34 R. Ross and G. J. Telkamp (éds.), Colonial Cities…, op. cit.
  • 35 A. D. King, « Colonial Cities, Global Pivots of Change », dans R. Ross, G. J. Telkamp (éds.), op. (...)

18Des contributions réunies dans Colonial Cities se dégage l’ambiguïté des villes coloniales34. Du point de vue métropolitain, leur rôle de relais et de contrôle apparaît essentiel à la consolidation de l’infrastructure impériale. Mais les villes parasitent l’économie rurale, car elles entrent en compétition avec le colonat dans la mobilisation des ressources et leur mise en valeur. De là, le peu de cas qu’en ont fait les traités et les sociétés de colonisation. Le concept de ville coloniale est critiqué pour son caractère substantialiste, et il est préconisé d’analyser des villes dans le contexte d’un territoire et d’une société colonisés en considérant plusieurs emboîtements d’échelles allant de l’intra-urbain à « l’espace monde »35. Les caractères généraux des villes demeurent toutefois largement déterminés par l’exercice d’une domination reposant sur la force, à travers deux groupes, celui des métropolitains résidents et celui des communautés privilégiées par le pouvoir colonial. Les auteurs observent une évolution vers une gestion plus technique du territoire et de sa population qu’accompagnent des cadres juridiques renforcés.

19De l’ensemble de ces travaux appelant de différentes façons à l’intégration des villes coloniales dans les perspectives de l’histoire urbaine, il ressort que les fondations et, le plus fréquemment, les agglomérations constituées à partir d’une combinaison de destructions et d’opérations de reconfiguration, ont été bien autre chose que des relais ou des places de commandement et de contrôle. Instruments du processus de colonisation, les villes qui en ont été issues furent également des lieux d’innovation, de transformation et d’adaptation, tant techniques que sociales et culturelles. Elles ont exercé leur influence sur les sociétés colonisées de même que sur les sociétés métropolitaines. Avec leurs caractères propres, ces villes s’inscrivent désormais dans l'ensemble du cortège de villes comme autant de pivots de la modernité ouverte par l’ère industrielle.

DES CONFIGURATIONS DU RATTACHEMENT ET DE LA DISSOCIATION

  • 36 N. Al-Sa yyad (éd.), Forms of Dominance : on the architecture and urbanism of the colonial enterpr (...)

20Les configurations d’un rattachement territorial se profilent dans l’horizon que ses acteurs dessinent et produisent tout à la fois. Dans l’Europe de l’ère industrielle, la perspective se serait construite dans un projet d’inclusion et d’absorption visant à effacer les discontinuités ou les ruptures, quand bien même les réinventions, les destructions et les reconstructions auraient été convoquées. En terre coloniale, les tensions spatiales apparaissent irréductibles. L’état de « dominance » aura borné l’horizon des acteurs en présence, marquant ainsi la plupart des aspects de l’organisation et des caractères urbains36.

  • 37 R. K. Home, Of Planting and Planning. The making of British colonial cities, London, Spon, 1997.
  • 38 Sur les villes du génie militaire, voir X. Malverti et P. Pinon (dir.), La ville régulière, Modèle (...)
  • 39 Expression empruntée à J. Archer à propos de Calcutta, papier de la conférence « Imported-Exported (...)
  • 40 V. T. Oldenburg, The making of colonial Lucknow, 1856-1877, Princeton, Princeton University Press, (...)
  • 41 N. Gupta, Delhi between two Empires, 1803-1931, Society, Government and Urban Growth, Delhi, Oxfor (...)

21Villes de concessionnaires, ou tout simplement d’oiseaux de passage, ces centres urbains sont d’abord des lieux de rotation des marchandises et de maximalisation des gains que marquent le recours aux expédients et l’obsolescence rapide. Villes de « surplomb », elles ont des caractères propres à un « instrument de colonisation »37. La conception et la réalisation d’un tel appareil puisent dans l’héritage des modèles qui ont présidé à l’établissement des villes régulières, avec leurs techniques de castramétation, leurs principes d’efficacité et d’économie et le savoir-faire des ingénieurs militaires mettant en contexte règles et conventions38. Ainsi l’art du levé topographique a-t-il souvent servi à mettre en forme des politiques optant pour la construction d’un réseau urbain colonial dont la fonction première était le contrôle territorial. Le modèle de la trame, renvoyant plus ou moins aux référents savants et militaires, s’est prolongé dans les ordonnancements d’un « sol quadrillé et mécanisé » inscrivant une rupture morphologique des ordres urbains39. Cet agencement normalisé repose sur une transformation radicale de l’assiette foncière et du parcellaire pour composer un espace voulu homogène, régi par des règles sanitaires et des systèmes techniques le détachant de son environnement. La discontinuité est souvent accentuée par des dispositifs de distanciation spatiale, généralement à partir de mesures stratégiques et punitives. Ainsi Lucknow fut-elle traitée « comme un champ de bataille » au lendemain de la mutinerie de 1857 et les deux cinquièmes de son bâti furent-ils détruits40. Delhi a vu raser les résidences patriciennes construites sous Shâh Jahân en vue du dégagement du Fort rouge41, les Britanniques renonçant finalement au projet de destruction de la ville. Ces modes de reconfiguration urbaine construisant la ville à coups de ruptures morphologiques ont donc été largement soumis aux circonstances politiques de la colonisation.

  • 42 Selon la terminologie de H. Lyautey qui voulait justifier la juxtaposition des villes indigène et (...)
  • 43 Pour une réflexion sur le traitement des discontinuités, voir B. Taylor, « Discontinuité planifiée (...)
  • 44 J. Hosagrahar, « City as durbar, theatre and power in Imperial Delhi », dans N. Al-Sayyad, Forms…, (...)

22C’est dans l’aménagement de ces ruptures que se sera forgée l’expertise des premiers urbanistes. Toutefois la mise en place d’un discours à partir d’une démarche réflexive se voulant systématique et mettant en forme la notion « d’ordre de ville »42 comme traduction spatiale d’une formule « d’association » ne se manifeste qu’au début du xxe siècle. Cette volonté de traitement de formes urbaines fragmentées renvoie aux modes de juxtaposition de ces ordres43 : ainsi celui devant figurer l’éternel du « théâtre de domination » symbolique au centre des grandes villes coloniales44, mais aussi l’ordre ostensible et durable des habitations pucka, et encore l’ordre soumis à maintenance régulière des bâtis vernaculaires et celui éphémère des « villages indigènes » ou des « quartiers flottants ».

  • 45 D. Headrick, The Tools of Empire, Oxford, Oxford University Press, 1981, et du même auteur, The Te (...)
  • 46 Idem, p. 147. Les effets de la distorsion des finances municipales sont particulièrement traités p (...)
  • 47 C. Janson-Jabeur, « Modèles urbains et modes de transport au Maghreb », dans C. Coquery-Vidrovitch(...)

23Les composantes technologiques des implantations coloniales permettraient aussi de préciser les distorsions des faits urbains dans les territoires investis. D. Headrick montre comment l’expansion impériale s’appuya sur une série d’innovations techniques dans la seconde moitié du xixe siècle, alors que le débat sur le bien-fondé de l’aventure coloniale s’amplifiait en Angleterre. Selon cette approche, les villes coloniales sont considérées d’abord comme des « terminaux ou points de branchement » des réseaux impériaux, militaires et commerciaux45. Ce rattachement technique intervient aussi à l’échelle intra-urbaine. La disposition sélective des systèmes techniques, si elle homogénéise « une plate-forme coloniale », renforce l’hétérogénéité de l’urbanisation46. Le développement des opérations de génie civil affectées à certaines zones de la ville aura assigné aux communautés urbaines des espaces spécifiques, renforçant par là même leur processus d’identification. Les systèmes de transports urbains, tout autant sélectifs, contribuent au modelage de ces ruptures urbaines et à la différenciation des populations47.

  • 48 La formule du « laboratoire » apparaît souvent sous la plume d’E. du Vivier de Streel, héraut du p (...)
  • 49 Sur ces aspects, cf. R. K. Home, Of planting…, op. cit., et H. Vacher, Projection coloniale et vil (...)

24Dans une autre perspective, l’idée selon laquelle les colonies ont été des lieux d’incubation d’innovations rallie de nombreux travaux. En reprenant la métaphore du « laboratoire », ils s’attachent à l’élaboration de techniques sociales productrices de « normes et de formes » et aux projets d’élites métropolitaines, à la fois technophiles et modernisatrices48. Le déploiement d’un urbanisme opérationnel dans les colonies met aussi à jour l’importance de ces territoires dans la formation technique et l’organisation professionnelle des aménageurs, de même que dans la mise en place des assises de la planification en métropole49.

  • 50 K. Lynch a formulé une synthèse des caractères de la forme urbaine coloniale qui intègre le marqua (...)
  • 51 Ainsi le plan de Lanchester pour Zanzibar en 1922 : voirW. Cunningham Bissel, « Conservation and C (...)
  • 52 Voir le compte rendu de la conférence « Imported or exported urbanism ? », Beyrouth, décembre 1998 (...)
  • 53 Le corpus de l’urbanisme métropolitain est riche en commentaires sur l’aménagement des quartiers r (...)

25Lieu de concentration des édifices participant d’un « art urbain colonial », les capitales, sièges des pouvoirs politiques, administratifs, économiques et centres des dispositifs de rattachement aux métropoles, sont généralement les premières à être étudiées50. Plus récemment, l’attention s’est portée sur les modalités de réception de projets urbains importés dans les colonies ou les périphéries. Nonobstant les objectifs « exportés », qui n’étaient certes pas univoques, compromis et médiations au niveau local sont aussi à prendre en considération de même que l’incapacité ou le manque de volonté des autorités à la mise en œuvre des plans51. Sous l’action des « locaux » les projets étaient adaptés ou infléchis. Parfois était organisé leur enlisement52. Il importe ici de distinguer la phase de formalisation d’un urbanisme colonial, dont la fonction démonstrative et confortative en métropole – qu’il s’agisse de la France ou de l’Empire britannique – ne fait guère de doute, de l’impact de sa mise en œuvre dont les limites précises restent aujourd’hui à apprécier. La rationalité d’un aménagement urbain aux colonies ne correspondait que très partiellement aux questions posées au champ professionnel en métropole. En effet, si le modèle colonial fut porté haut par l’urbanisme naissant en métropole, il n’en était pas moins délié des problématiques qui nourrissaient le renouvellement des dispositifs d’intervention, au nombre desquels l’industrialisation dans l’urbanisation, « l’invention » du logement social et le développement des institutions municipales. Les emprunts, les transferts et les influences entre métropoles et colonies s’effectuèrent selon des circuits plus ou moins directs suivant les conjonctures de l’aménagement et les parcours des acteurs de la planification53.

  • 54 La diffusion du modèle des cités jardins est analysée par R. K. Home, « Town planning and garden c (...)

26On observe généralement des opérations de configuration et de reconfiguration spatiales qui aboutissent à la constitution de formes urbaines polycentriques, mosaïques d’espaces rattachés ou dissociés. Ceux-ci ont pu être à la fois démarqués et reliés par le recours à la spectacularisation de certaines cités « héritées », l’utilisation des reliefs et espaces naturels intégrés à des « systèmes de parcs ». Plusieurs caractères de ces villes coloniales ont laissé de fortes traces. On pense à celles des emprises militaires, mais aussi à la structuration fortement différenciée des densités de zones d’habitation, à l’importance des friches urbaines. La consommation d’espace, et d’énergie, liée à de vastes quartiers résidentiels de faible densité, qui ne sont pas sans évoquer le modèle des cités jardins, apparaît également comme un des traits distinctifs de ces villes54. La réussite de ce modèle « dilaté » ne s’est-elle pas mesurée aussi à la capacité des experts aménageurs de donner, du point de vue d’une clientèle coloniale de « majorés », une cohérence fonctionnelle et esthétique à des fragments urbains tout en cherchant à substituer progressivement une logique de gestion à celle de l’occupation et du contrôle ?

  • 55 Voir J. M. Offner et D. Pumain (sous la dir.), Réseaux et territoires. Significations croisées, La (...)

27Ces éléments de formalisation des configurations urbaines coloniales ne constituent pas nécessairement un modèle. Grandes sont les différences de caractères selon les lieux et les phases de colonisation. Toutefois, il semble qu’un trait général des villes « de dominance » tienne a un fort découplage entre les fonctions de nodalité propres aux réseaux et celles d’agglomération liées au territoire55. Les premières rattachent du territoire « technique » et « utile » à la métropole tandis que les secondes tiennent, au contraire, du territoire à distance. Ce phénomène se manifeste notamment à l’échelle des villes « sous dominance ». Il serait propre à une gestion différentielle de l’espace, de ses ressources et de ses populations, qui vise à optimiser le fonctionnement des flux entre les colonies et les métropoles et à réduire les charges pesant sur les budgets impartis à ces territoires.

  • 56 Cf. D. Gilmartin, Empire and Islam, Punjab and the making of Pakistan, London, I. B. Tauris & Co, (...)
  • 57 C’est avec un dispositif comparable que les « syndicats d’amélioration » ont été utilisés pour ent (...)

28L’organisation et la gestion de la ville coloniale renvoient aussi à des dispositifs politiques et institutionnels particuliers. Ainsi, en Inde, après la Grande Mutinerie, furent cooptés des notables locaux dans des comités municipaux, qui devinrent « des figures clefs de l’administration urbaine britannique »56. À la fin du xixe siècle, ces comités sont en majorité composés de membres élus tout en demeurant sous l’étroit contrôle des commissaires britanniques. Ce système de patronage et de clientélisme urbains a nourri et orienté les revendications nationalistes. Au moment où s’effectuait l’ancrage de ces municipalités dans le milieu urbain, la gestion des ports passait sous la tutelle de syndicats portuaires dominés par des membres cooptés par le gouvernement central57. Les cantonments constituaient aussi d’importantes enclaves socio-économiques régies par un code spécial. L’hétérogénéité des statuts administratifs traduit et affirme un découplage territorial systématique. En 1911, lorsque la capitale des Indes britanniques fut transférée à Delhi, c’est le modèle du cantonment qui est appliqué à la Nouvelle-Delhi pour en faire, en quelque sorte, une ville impériale « détachée » du territoire indien.

ARCHITECTURES DE VILLE, SYNCRÉTISME ET DOMINANCE

  • 58 F. Beguin, Arabisances, décor architectural et tracé urbain en Afrique du Nord, 1830-1950, Paris, (...)
  • 59 Pour une exploration critique du concept d’hybridation, voir Nezar Al-Sayyad (éd.), Hybrid Urbanis (...)
  • 60 Cf. J. -L. Cohen, M. Eleb, Casablanca, Mythes et figures d’une aventure urbaine, Paris, Hazan, 199 (...)
  • 61 La pluralité des approches coloniales ressort de l’ouvrage coordonné par C. Bruant, S. Leprun, M. (...)

29Une dimension particulièrement fertile des recherches récentes concerne l’architecture urbaine. Dans le domaine français, on s’est d’abord intéressé aux formes de l’« arabisance » qui auraient marqué le passage d’un « style vainqueur » à un « style protecteur »58. Des études portent plutôt sur le traitement des formes urbaines héritées et des référents utilisés pour la production de nouveaux lieux outre-mer. D’autres convergent sur les hybrides que représentent les habitations, depuis les tentatives militaires ou civiles d’architecture néomauresque jusqu’aux créations d’un style « localiste » en Indochine et en Afrique du Nord durant l’entre-deux-guerres59. Ces travaux ont pu mettre à jour un « protocole expérimental » qui, dans certaines villes, a pu susciter « la constitution d’un répertoire de formes et d’espaces d’une extraordinaire variété »60. Pour rendre compte de la diversité des expressions architecturales coloniales qui se sont inscrites dans une « lutte des places » continue, mais dans des conditions toujours particulières, un écueil serait de les catégoriser dans un schème évolutif ou de fétichiser des « moments instaurateurs », même si les apports des écoles méritent d’être connus et reconnus. On peut ainsi remarquer la prudence de corps constitués, en particulier celui du génie militaire, vis-à-vis des choix d’intervention sur les « médinas » en Algérie dans les années 1840 et, parfois, leur considération pour les qualités de ces cités61.

  • 62 « It was techno-logical in that its operations were scientifically arrived at and could be specifi (...)
  • 63 C. Pédelahore, « Hanoï. Miroir de l’architecture indochinoise », dans M. Culot, J. -M. Thiveaud (s (...)

30Dans l’ordre symbolique, le rattachement, à travers un « art urbain colonial » se déclinerait à partir des thèmes de « l’alliance », de la « conciliation » et, peut-être, de la quête d’un territoire à la fois invisible et promis, toujours dérobé. Dans l’horizon français, il semble que le protectorat sur le Maroc en ait remontré à la métropole dans l’entre-deux de la tradition et de la modernité avec l’ébauche d’une politique patrimoniale avant la lettre. Sans oublier les contraintes édictées par les ententes des puissances qui ont dessiné pour une large part les modalités d’affectation du territoire marocain, les choix conservatoires ont aussi relevé d’un projet « technique et cosmopolite » qui parvint à mobiliser les valeurs opératoires d’une société, de son histoire et de sa culture62. On peut néanmoins s’interroger sur les effets dérivés et éventuellement différés des courants historicistes européens du xixe siècle. L’exemple marocain ne serait d’ailleurs pas tout à fait un cas d’espèce. À l’autre bout de l’Empire, d’importantes opérations de sauvegarde des typologies et des morphologies des villes historiques ont également eu lieu63.

  • 64 Voir T. R. Metcalf, An Imperial Vision : Indian Architecture and Britain’s Raj, Berkeley, Universi (...)
  • 65 R. Fuchs & G. Herbert, « Representing Mandatory Palestine : Austen St. Barbe Harrisson and the Rep (...)

31Une démarche syncrétique qui rompt avec l’ornemental, tout en ne dédaignant pas l’apport décoratif, renvoie à un double discours. Celui qui, au-delà de la protection apportée par la domination, articule la « renaissance » à la « décadence ». Par ailleurs, il énonce « une libre inspiration », affranchie des codes et canons de l’académisme, grâce au réservoir de formes offert, duquel peut naître une dynamique « régénératrice ». Mais il n’est pas montré si ce programme colonial de transculturation a constitué un référent suffisamment stable pour proposer un « rattachement symbolique ». En Grande-Bretagne, la réflexion sur les phénomènes d’hybridation des formes architecturales et artistiques et sur la symbolique des lieux fait l’objet de nombreux travaux64. T. Metcalf s’attache à la construction au xixe siècle de l’histoire de l’architecture indienne et à ses effets sur les productions de style indo-sarrasin. Il y reconnaît un exercice d’assertion du pouvoir colonial, et surtout une démonstration du rôle qu’aura eu l’expertise de la culture architecturale musulmane en Inde du Nord sur le substrat d’une esthétique coloniale. Les Britanniques auraient sélectionné des formes laissées par les élites de la dynastie moghole, non pour renouveler une tradition héritée ainsi que l’avaient fait les conquérants précédents, mais pour donner à voir les traces figées d’un passé révolu et passé au filtre du travail scientifique. D’autres auteurs distinguent les formes « paternalistes » d’un « régionalisme colonial » de celles affirmant les principes « universaux et éternels » d’un modernisme néo-classique. Ainsi l’œuvre d’E. Luytens aurait recherché « une solution parfaite au dilemme de la représentation coloniale » en recourant notamment au médium géométrique pour mettre en forme une stratégie « de la transcendance65 ».

  • 66 Voir J. M. Jacobs, Edge of Empire : Postcolonialism and the City, Londres, Routledge, 1996.
  • 67 L’impact des conquêtes coloniales sur le cadre construit des métropoles a fait l’objet de nombreus (...)
  • 68 Cf. I. S. Black, « Rebuilding “The Heart of Empire” : Bank Headquarters in the City of London, 191 (...)
  • 69 On note le succès de l’exposition mais aussi l’échec de son effet d’entraînement sur les opération (...)
  • 70 L. Ranieri, Leopold II Urbaniste, Bruxelles, Hayez, 1973.

32Le courant des études postcoloniales, attaché à la déconstruction des discours laissés par la colonisation, a pour beaucoup contribué à poser la question, jusqu’ici relativement négligée, des représentations symboliques du rattachement au cœur des métropoles66. Les effets de l’expansion coloniale sur la reconfiguration des villes métropolitaines accédant au statut de « ville monde » avaient déjà été questionnés sans nourrir toutefois d’études approfondies67. Mais les représentations proprement impériales et leurs significations restent encore un terrain à explorer. Ainsi, la reconstruction du centre financier de Londres dans l’entre-deux-guerres aurait marqué un adieu à l’atmosphère cosmopolite prédominante pendant l’ère victorienne. Les bâtiments de la Midlands Bank réalisés par Edwin Luytens et ceux de la Banque d’Angleterre reconstruite par Herbert Baker renvoient à une tradition architecturale impériale par leurs échelles et leurs référents. Les deux maîtres d’œuvre de New Delhi auraient répondu à un souci d’affirmation de puissance dans une phase de repli sur l’Empire. Par leurs styles, ces bâtiments sont certes originaux, mais ils sont « dépassés » au niveau constructif par ceux que commandent alors les banquiers de New York qui affichent volontiers l’emploi des forces constellantes68. Dans le cadre français, l’Empire fut-il représentable et représenté dans la République ? L’expérience tentée par Albert Laprade et Léon Jaussely semble indiquer une difficulté intrinsèque. Elle rappelle aussi le legs des grandes expositions coloniales sur le paysage urbain69. Pour sa part Léopold II parvint à imposer à Tervuren avec les bâtiments de Charles L. Girault une représentation de son « empire privé » du Congo, juxtaposée à la capitale du royaume. Il figurait ainsi le noyau d’une « cité coloniale » composée au cœur de la métropole, même si le projet léopoldien d’« École Mondiale » ne devait pas survivre à son concepteur70.

  • 71 A. D. King, « Reworlding the city », Bulletin of the International Planning History Society, vol. (...)
  • 72 Au sujet des nouvelles conditions circonscrivant le développement d’une ville postindustrielle, vo (...)
  • 73 Sur ce constat, M. Dogan et J. D. Kasarda (éd.), A World of Giant City, The Metropolis Era, N.Y., (...)
  • 74 Voir T. Paquot, M. Lussault, S. Body-Gendrot, La ville…, op. cit., p. 6-7.

33Le large éventail de thématiques ouvert ces deux dernières décennies embrasse aussi bien les aspects fonctionnels, organisationnels, formels et symboliques des processus d’urbanisation dans les territoires colonisés que la construction de dynamiques qui modèlent un phénomène urbain « global »71. Longtemps face obscure de la diversification des types urbains à l’époque industrielle, plusieurs traits de la ville coloniale ne sont pas sans préfigurer des tendances actuelles, telles que flexibilité, adaptabilité, ou gestion différentielle des espaces, dans les territoires du « Nord »72. La vision d’une convergence des modèles urbains, misant sur les processus diffusionnistes de l’industrialisation qui auraient finalement effacé les caractères hérités de la colonisation, est venue buter sur le mouvement « atypique » des « cités géantes »73. Par ailleurs, la désindustrialisation relative des villes d’Europe, mais aussi la désaffection vis-à-vis des paradigmes d’une planification urbaine d’inspiration fonctionnaliste, accompagnent la réflexion sur le règne de l’urbain qui efface les « villes »74. L’étude de l’histoire des villes que nous appelons aujourd’hui du « Sud », participe désormais à une série de questionnements qui renouvellent l’interrogation sur les phénomènes qui ont façonné l’urbanisation de la modernité occidentale aux xixe et xxe siècles.

Notes

1 O. Zunz, « Histoire urbaine », dans A. Burguière (dir.), Dictionnaire des sciences historiques, Paris, PUF, 1986, p. 681. Cette appréciation rejoint celle qu’avait formulée H. Dyos : « Urban History is not a discipline […]. It has to be regarded as a kind of strategy, an operational strategy », cité dans D. Fraser et A. Sutcliffe, The pursuit of urban history, London, E. Arnold, 1983, p. 421.

2 Cet article s’appuie sur une recherche bibliographique consacrée au thème de la ville coloniale considérant les sources anglo-saxonnes et francophones, travail inscrit dans un axe de recherche développé au sein de l’équipe d’URBAMA à Tours.

3 Cette croissance est mise en évidence au début des années cinquante dans des travaux suscités par des forums placés sous l’égide d’agences des Nations-Unies, tel celui animé par l’UNESCO à Bangkok en 1956 ; cf. P. Bairoch, De Jéricho à Mexico, villes et économie dans l’histoire, Paris, Gallimard, 1985, p. 585.

4 Parmi les travaux effectués autour de la conférence « Habitats humains » de Vancouver en 1976, on retient la contribution de B. Ward, « The Intolerability of Topsy », dans P. Wilsher et R. Righter (éd.), The Exploding Cities, London, A. Deutsch, 1975, p. 209-223. Sur la même question, voir J. Abu-Lughod, R. Hay (éds.), Third World Urbanization, Chicago, Maroufa Press, 1977.

5 Ces lieux sont désignés comme creusets d’une « confrontation infernale », de « désintégration sociale » et de « désastre technologique » : cf. B. Ward, « The Intolerability… », art. cité, p. 223. À cette image répondit celle de l’implosion qui a mis l’accent sur les politiques d’acquisitions foncières comprimant les zones « d’habitat spontané », cf. Y. Lacoste, « L’Implosion urbaine », Hérodote, n° 4, 1983, p. 3-8.

6 P. Claval, La logique des villes, Essai d'urbanologie, Paris, Litec, 1981, p. 410.

7 A. Southall, The City in Time and Space, Cambridge, Cambridge University Press, 1998, p. 7.

8 Voir G. Massiah et J.-F. Tribillon, Villes en développement, Paris, La Découverte, 1988.

9 Voir M. Weber, La ville, Paris, Aubier, 1982, dont la conception et ses prolongements sont notamment discutés par D. Martindale, « Theory of the City », et N. Iverson, « Theoretical Challenge of World Urbanisation », dans N. Iverson (éd.), Urbanism and Urbanization : Views, Aspects and Dimensions, Leiden, E. J. Brill, 1984, p. 9-32 et p. 225-248. Les auteurs soulignent le caractère transitoire de cette ville dont l’autonomie s’efface devant l’affermissement de l’État nation.

10 D. J. Sherman remarque que les colonies ont occupé, jusqu’à très récemment, une place subalterne dans l’histoire française, cf. « The Arts and Sciences of Colonialism », French Historical Studies, n° 4, 2000, p. 708. Rappelons que les écoles supérieures d’Alger constituées à la fin du xixe siècle furent intégrées en 1909 à l’Université d’Alger et que l’Université d’Hanoï fut créée en 1917.

11 Sur les sociétés de géographie, voir D. Lejeune, Les sociétés de géographie en France et l’expansion coloniale au xixe siècle, Paris, Albin Michel, 1993. Sur les débats disciplinaires de la géographie, voir V. Berdoulay, La formation de l’École française de géographie (1870-1914), Paris, Comité des travaux historiques et scientifiques, 1995, ainsi que M. Bruneau et D. Dory (sous la dir.), Géographies des colonisations xve-xxe siècles, Paris, L’Harmattan, 1994, et G. Baudelle, M. V. Ozouf-Marignier, M. C. Robic (sous la dir.), Géographes en pratiques 1870-1945 : Le terrain, le livre, la cité, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2001.

12 C. Coquery-Vidrovitch, « Histoire coloniale », dans A. Burguière (sous la dir.), Dictionnaire…, op. cit., p. 141.

13 Sur ce point, voir J.-L. Pinol, « La ville des historiens », dans T. Paquot, M. Lussault, S. Body-Gendrot (sous la dir.), La ville et l’urbain, l’état des savoirs, Paris, La Découverte, 2000, p. 36-44, ainsi que A. Sutcliffe, « Great Britain », dans C. Engeli et H. Matzerath (éds.), Modern Urban History Research in Europe, USA and Japan, Oxford, Berg, 1989, p. 88-109.

14 D. Calabi, Marcel Poëte et le Paris des années vingt : aux origines de « l’histoire des villes », Paris, L’Harmattan, 1997.

15 W. Marçais, « L’Islamisme et la vie urbaine », Académie des inscriptions et belles-lettres, Comptes Rendus, Paris, janvier-mars 1928, p. 86-100. Sur la construction de cette histoire urbaine « orientaliste », voir J. Abu-Lughod, « The Islamic City-Historic Myth, Islamic Essence, and Contemporary Relevance », International Journal of Middle East Studies, 19, 1987, p. 155-176.

16 Deux architectes ont souligné la dimension projective des villes coloniales dans un article voulant « formuler des lois qui devraient présider à la création et au développement des cités modernes », cf. A. Lenoir et P. Landry, « Théorie des villes - comment les villes se sont formées », Revue Générale de l’Architecture et des Travaux Publics, t. XII, 1854, p. 292-298.

17 Les fondements de la démarche sont exposés par R. Blanchard, « Une méthode de géographie urbaine », La Vie urbaine, n° 16, 1922. Voir aussi G. Montigny, De la ville à l’urbanisation, Paris, L’Harmattan, 1992.

18 R. Lespès, Alger, Étude de géographie et d'histoire urbaine, Paris, Alcan, 1930.

19 M. Clerget, Le Caire : Étude de géographie urbaine et d'histoire économique, 2 vol., Le Caire, Schindler, 1934. Marcel Clerget publia quatre ans plus tard un manuel de géographie économique en collaboration avec Pierre Clerget auquel est attribué l’invention du néologisme « urbanisme » en 1910.

20 G. Rambert, La formation d’une grande cité moderne. Étude de géographie urbaine, Marseille, SA du Sémaphore, 1934. Dans le cadre de l'exposition coloniale tenue à Marseille en 1922, G. Rambert participa à la promotion des premières réalisations d’urbanisme aux colonies.

21 G. Montigny souligne « l’amnésie » liée à la seconde guerre mondiale, cf. G. Montigny, De la ville…, op. cit., p. 16-17.

22 J. Dresh, « Villes d´Afrique occidentale » (1950), reproduit dans M. Roncayolo et T. Paquot (sous la dir.), Villes et civilisation urbaine, xviiiexxe siècle, Paris, Larousse, 1992, p. 610-632.

23 P. George, La ville, le fait urbain à travers le monde, Paris, PUF, 1952.

24 R. Redfield et M. S. Singer, « The Cultural Role of Cities », Economic Development and Cultural Change, octobre 1954, p. 53-73. L’analyse fut développée par G. Sjoberg, The Preindustrial City, Past and Present, Glencoe, The Free Press, 1960.

25 R. J. Horvath, « In Search of a Theory of Urbanization, Notes on the Colonial City », East Lakes Geographer, n° 5, 1969, p. 69-82.

26 Rappelons deux conférences importantes, celle tenue en 1976 à Santa-Cruz et, l’année suivante, la première conférence internationale sur l’histoire de la planification urbaine et régionale qui eut lieu à Londres.

27 G. J. Telkamp, Urban History and European Expansion, a review of recent literature concerning colonial cities and a preliminary bibliography, Leiden, Centre for the History of European Expansion, 1978, p. 3. Les travaux de la conférence de Santa-Cruz, publiés en 1979, ont été réédités par D. K. Basu, The Rise and Growth of the Colonial Port Cities in Asia, New York, University Press of America, 1985.

28 Nous empruntons l’expression du géographe Terrence Mac Gee.

29 Ainsi en est-il de Calcutta au xviiie siècle, où les communautés n’avaient pas de fortes traditions urbaines, cf. P. J. Marshall, « Eighteenth Century Calcutta », dans R. J. Ross, G. J. Telkamp (éds.), Colonial Cities : Essays on Urbanism in a Colonial Context, Leiden, Martinus Nijhoff Publ., 1985, p. 91.

30 Sur les phases de colonisation, voir P. J. Taylor, Political Geography, World Economy, Nation-State, and Locality, London /New York, Longman, 1985, p. 67-93.

31 T. Mac Gee, The urbanization process in the Third World : explorations in search of a theory, London, Bell, 1971, p. 50.

32 T. Mac Gee, The Southeast Asian City : a social geography of the primate cities of South East Asia, London, Bell, 1967.

33 Ces travaux doivent beaucoup à ceux de G. Balandier, publiés dans les années 1950, dont Sociologie des Brazzavilles noires, Paris, A. Colin, 1961. Voir A. D. King, Colonial Urban Development, Culture, Social Power and Environment, Londres, Routledge et P. Kegan, 1976.

34 R. Ross and G. J. Telkamp (éds.), Colonial Cities…, op. cit.

35 A. D. King, « Colonial Cities, Global Pivots of Change », dans R. Ross, G. J. Telkamp (éds.), op. cit., p. 7-32, envisage les rapports de la société colonisée à son territoire, ceux de la ville vis-à-vis du pouvoir métropolitain, notamment comme relais de l'économie monde, enfin la dynamique sociale et économique intra-urbaine.

36 N. Al-Sa yyad (éd.), Forms of Dominance : on the architecture and urbanism of the colonial enterprise, Aldershot, Avebury, 1992.

37 R. K. Home, Of Planting and Planning. The making of British colonial cities, London, Spon, 1997.

38 Sur les villes du génie militaire, voir X. Malverti et P. Pinon (dir.), La ville régulière, Modèles et tracés, Paris, Picard, 1997. Sur les fondations des « vieilles colonies », cf. L. Vidal et E. dOrgeix, Les villes françaises du Nouveau Monde : des premiers fondateurs aux ingénieurs du roi (xvie-xviiie siècles), La Rochelle, Université de La Rochelle et Rochefort, Centre international de la mer, 1999.

39 Expression empruntée à J. Archer à propos de Calcutta, papier de la conférence « Imported-Exported Urbanism », Beyrouth, 20-22 décembre 1998. La démarcation, parfois marquée par des remparts, se stratifie aussi dans les formes successives d’agrégations urbaines. Les limites sont cependant fréquemment brouillées et le dualisme se manifeste surtout dans une tension entre des polarités urbaines. Voir S. Chattopadhyay, « Blurring Boundaries : the Limits of “White Town” in Colonial Calcutta », Journal of the Society of Architectural Historians, n° 59, 2000, p. 154-179.

40 V. T. Oldenburg, The making of colonial Lucknow, 1856-1877, Princeton, Princeton University Press, 1984, p. 4-26.

41 N. Gupta, Delhi between two Empires, 1803-1931, Society, Government and Urban Growth, Delhi, Oxford University Press, 1981, p. 27-28.

42 Selon la terminologie de H. Lyautey qui voulait justifier la juxtaposition des villes indigène et européenne : Paroles d’action : Madagascar, Sud-Oranais, Oran, Maroc (1900-1926), Paris, A. Colin, 1926, p. 444-457.

43 Pour une réflexion sur le traitement des discontinuités, voir B. Taylor, « Discontinuité planifiée, villes coloniales modernes au Maroc », Cahiers de la Recherche Architecturale, n° 9, janvier 1982, p. 45-61.

44 J. Hosagrahar, « City as durbar, theatre and power in Imperial Delhi », dans N. Al-Sayyad, Forms…, op. cit., p. 83-106.

45 D. Headrick, The Tools of Empire, Oxford, Oxford University Press, 1981, et du même auteur, The Tentacles of Progress, Technology Transfer in the Age of Imperialism (1850-1940), Oxford, Oxford University Press, 1988, p. 146.

46 Idem, p. 147. Les effets de la distorsion des finances municipales sont particulièrement traités par J. Abu-Lughod, Rabat, Urban Apartheid in Morocco, Princeton, Princeton University Press, 1980.

47 C. Janson-Jabeur, « Modèles urbains et modes de transport au Maghreb », dans C. Coquery-Vidrovitch, O. Goerg (dir.), La ville européenne outre mers, un modèle conquérant : xve-xxe siècles, Paris, l’Harmattan, 1996, p. 203-212.

48 La formule du « laboratoire » apparaît souvent sous la plume d’E. du Vivier de Streel, héraut du parti colonial en France dans les années 1930. Pour une problématique de l’expérimentation coloniale, voir P. Rabinow, French Modern, Norms and Forms of the Social Environment, Cambridge-Massachusetts, The MIT Press, 1989, ainsi que P. Rabinow, G. Wright, « Savoir et pouvoir dans l’urbanisme moderne colonial d’Ernest Hébrard », Cahiers de la Recherche Architecturale, n° 9, 1982, p. 27-31, et G. Wright, The Politics of Design in French Colonial Urbanism, Chicago, The University of Chicago Press, 1991.

49 Sur ces aspects, cf. R. K. Home, Of planting…, op. cit., et H. Vacher, Projection coloniale et ville rationalisée, le rôle de l’espace colonial dans la constitution de l’urbanisme en France (1900-1931), Aalborg, Aalborg University Press, 2001.

50 K. Lynch a formulé une synthèse des caractères de la forme urbaine coloniale qui intègre le marquage symbolique des barrières spatiales, le contrôle visuel, la hiérarchie distributive des volumes, le contraste entre l’ostensible et le caché, cf. A theory of good city form, Cambridge-Massachusetts, The MIT Press, 1981, p. 21.

51 Ainsi le plan de Lanchester pour Zanzibar en 1922 : voirW. Cunningham Bissel, « Conservation and Colonial Past. Urban planning, Space and Power in Zanzibar », dans D. M. Anderson et R. Rathbone (éds.), Africa Urban Past, Oxford, James Currey, 2000, p. 246-261. Pour une analyse d’ensemble de l’urbanisation enAfrique, voir C. Coquery-Vidrovitch (sous la dir.), Processus d’urbanisation en Afrique, 2 vol., Paris, L’Harmattan, 1988.

52 Voir le compte rendu de la conférence « Imported or exported urbanism ? », Beyrouth, décembre 1998, présenté par S. V. Ward, « Reports », Bulletin of the International Planning History Society, n° 1, 1999, p. 39-42. Voir aussi B. Yeoh, Contesting Space : Power Relations and the Urban Built Environment in Colonial Singapore, Oxford, Oxford University Press, 1997. Sur la problématique de la ville « exportée », voir également Ch. Robin, La ville européenne exportée (fin XIXe-début XXe siècle) : Reconnaissance de territoires, 2 vol., Paris, éd. de la Villette, 1995.

53 Le corpus de l’urbanisme métropolitain est riche en commentaires sur l’aménagement des quartiers résidentiels, de même que sur les échelles d’intervention, les questions logistiques et les dimensions socio-culturelles dans les colonies. Pour un examen des modalités de transfert à partir d’une analyse biographique, cf. J. L. Cobban, « Exporting planning : the work of Thomas Karsten in colonial Indonesia », Planning Perspectives, n° 7, 1992, p. 329-344. Sur la permanence d’une filière coloniale dans l’urbanisme français, voir H. Vacher, « Building the modern city : planners and planning expertise at Léon Eyrolles’ Ecole Spéciale des Travaux Publics, 1898-1939 », Planning Perspectives, n° 17, 2002, p. 41-59.

54 La diffusion du modèle des cités jardins est analysée par R. K. Home, « Town planning and garden cities in the British colonial empire 1910-1940 », Planning Perspectives, n° 1, 1990, p. 23-37. On note aussi l’impact du développement de l’automobile sur le marché colonial, cf. J. Marseille, Empire colonial et capitalisme français, histoire d’un divorce, Paris, Seuil, 1984, p. 49-57.

55 Voir J. M. Offner et D. Pumain (sous la dir.), Réseaux et territoires. Significations croisées, La Tour d’Aigues, L’Aube, 1996.

56 Cf. D. Gilmartin, Empire and Islam, Punjab and the making of Pakistan, London, I. B. Tauris & Co, 1988, p. 75. Voir aussi les contributions d’O. Goerg portant sur la transposition des organisations municipales en contexte colonial avec une approche comparative, O. Goerg, Pouvoir colonial, municipalités et espaces urbains : Conakry-Freetown des années 1880 à 1914, 2 vol., Paris, L’Harmattan, 1997.

57 C’est avec un dispositif comparable que les « syndicats d’amélioration » ont été utilisés pour entreprendre des opérations de rénovations urbaines intenses dans les ports coloniaux, cf. R. K. Home, Of planting…, op. cit., p. 73-74.

58 F. Beguin, Arabisances, décor architectural et tracé urbain en Afrique du Nord, 1830-1950, Paris, Dunod, 1983.

59 Pour une exploration critique du concept d’hybridation, voir Nezar Al-Sayyad (éd.), Hybrid Urbanism, On the Identity Discourse and the Built Environment, Londres, Praeger, 2001.

60 Cf. J. -L. Cohen, M. Eleb, Casablanca, Mythes et figures d’une aventure urbaine, Paris, Hazan, 1998, p. 442-443.

61 La pluralité des approches coloniales ressort de l’ouvrage coordonné par C. Bruant, S. Leprun, M. Volait, Figures de l’orientalisme en architecture, Revue du monde musulman et de la Méditerranée, n° spécial 73-74, Aix-en-Provence, Edisud, 1996. Dans ce volume, A. Picard souligne l’attitude circonspecte du génie militaire, cf. A. Picard, « Architecture et urbanisme en Algérie, D’une rive à l’autre (1830-1962) », p. 122-125. Voir également les « expropriations et démolitions rampantes » de la casbah d’Alger dans Z. Çelik, Urban Forms and Colonial Confrontations, Algers under French Rule, Berkeley/London, University of California Press, 1997, p. 26-38.

62 « It was techno-logical in that its operations were scientifically arrived at and could be specified ; it was cosmopolitan in that these operations were applied to specific customs, cultures and countries », cf. P. Rabinow, « Colonialism, Modernity, The French in Morocco », dans N. Al-Sayyad, Forms of dominance…, op. cit., p. 167.

63 C. Pédelahore, « Hanoï. Miroir de l’architecture indochinoise », dans M. Culot, J. -M. Thiveaud (sous la dir.), Architectures Françaises Outre-Mer, Liège, Mardaga, 1992, p. 293-318.

64 Voir T. R. Metcalf, An Imperial Vision : Indian Architecture and Britain’s Raj, Berkeley, University of California Press, 1989, ainsi que G. H. R. Tillotson, The Tradition of Indian Architecture : Continuity, Controversy and Change since 1850, New Haven, Yale University Press, 1989.

65 R. Fuchs & G. Herbert, « Representing Mandatory Palestine : Austen St. Barbe Harrisson and the Representational Buildings of the British Mandate in Palestine, 1922-37 », Architectural History, Journal of the Society of Architectural Historians of Great Britain, vol. 43, 2000, p. 283. Sur les contradictions de l’architecture monumentale en Afrique du Sud, voir D. Bunns, « Whited Sepulchres : on the Reluctance of Monuments », dans H. Judin & I. Vladislavic, Blank, Architecture, Apartheid and after, partie C.4 (sans pagination).

66 Voir J. M. Jacobs, Edge of Empire : Postcolonialism and the City, Londres, Routledge, 1996.

67 L’impact des conquêtes coloniales sur le cadre construit des métropoles a fait l’objet de nombreuses remarques de F. Braudel. A. D. King appelle à l’étude des formes urbaines « impériales » en territoire métropolitain, cf. Urbanism, Colonialism and the World Economy, Cultural and Spatial Foundations of the World Urban System, Londres, Routledge, 1990. Sur cette question voir aussi J. Schneer, London 1900 : The Imperial Metropolis, New Haven, Yale University Press, 1999.

68 Cf. I. S. Black, « Rebuilding “The Heart of Empire” : Bank Headquarters in the City of London, 1919-1939 », dans D. Arnold (dir.), The Metropolis and its Image, Constructing Identities for London c. 1750-1950, Londres, B. Blackwell, 1999, p. 127-150.

69 On note le succès de l’exposition mais aussi l’échec de son effet d’entraînement sur les opérations d’aménagement envisagées pour l’Est parisien. Cf. C. Hodeir, M. Pierre, L’Exposition coloniale : 1931, Bruxelles, Éditions Complexe (coll. « Mémoire du siècle »), 1991. Également, Le livre des expositions universelles : 1851-1989, Paris, Musée des Arts Décoratifs/Herscher, 1983.

70 L. Ranieri, Leopold II Urbaniste, Bruxelles, Hayez, 1973.

71 A. D. King, « Reworlding the city », Bulletin of the International Planning History Society, vol. 22, n° 3, 2000, p. 5-16.

72 Au sujet des nouvelles conditions circonscrivant le développement d’une ville postindustrielle, voir J. W. Konvitz, The Urban Millenium. The City Building Process from the Early Middle Ages to the Present, Carbondale & Edwardsville, Southern Illinois University Press, 1985, p. 186-195.

73 Sur ce constat, M. Dogan et J. D. Kasarda (éd.), A World of Giant City, The Metropolis Era, N.Y., Sages, 1988.

74 Voir T. Paquot, M. Lussault, S. Body-Gendrot, La ville…, op. cit., p. 6-7.

Auteur

Enseignant chercheur à l'université d'Aalborg (Danemark), elle est aussi chercheur à URBAMA (Tours) et associée au CDHT (Paris).
Depuis sa thèse de Ph. D. sur l'urbanisme colonial français au xxe siècle, elle a poursuivi ses recherches sur l'histoire de l'aménagement urbain. Ses travaux portent sur les réseaux et les parcours professionnels des acteurs de la transformation des territoires durant la période coloniale, ainsi que sur les formations techniques et les innovations dans les domaines de la construction et de l'urbanisme en France et en Scandinavie.

© Presses universitaires François-Rabelais, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540