Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Villes rattachées, villes reconfigurées

 | 
Denise Turrel

III. Mémoires, intégration, réinventions

Extension territoriale et stratégies de réappropriation des espaces urbains : l'État grec à la recherche d'une identité urbaine de 1828 à la première moitié du xxe siècle

Alexandra Yerolympos

Texte intégral

1La formation de l'État grec moderne date du début du xixe siècle et se prolonge jusqu'en 1922-1923 par la conquête de territoires gagnés sur les provinces européennes de l'Empire ottoman. Le rattachement des nouvelles contrées s'est fait par étapes à partir de 1828, date à laquelle, après une guerre de libération de sept ans, un nouvel État voit le jour, constitué des provinces du sud de la Grèce actuelle et dont Athènes est nommée capitale en 1834. En 1864, les sept îles Ioniennes de Corfou, Ithaque, Zante, Lefkas, Céphalonie, Paxoi et Cirigo, sous domination vénitienne jusqu'à la fin du xviiie siècle, française entre 1807 et 1814 et anglaise à partir de 1814, sont rattachées au pays. En 1878, c'est au tour de la Thessalie, au centre de la Grèce actuelle, d'être incorporée aux termes du traité de Berlin. Entre 1912 et 1922 se succèdent les guerres balkaniques, la première guerre mondiale et la guerre gréco-turque qui permettent à la Grèce de s'agrandir des provinces du Nord (Macédoine, Épire, Thrace), des îles de la mer Égée orientale et de la Crète, et d'acquérir ses frontières nord et est actuelles. Enfin, les îles du Dodécanèse (dont Rhodes, Kos, Leros, Patmos, etc.), sous domination italienne jusqu'à la deuxième guerre mondiale, sont attribuées à la Grèce en 1947.

2Dans la plupart des cas, l'effort se porte sur le réaménagement des villes nouvellement acquises et sur la reconquête de l'espace urbain, public et privé. Les transformations s'inscrivent dans le cadre de l'idéologie officielle, qui aspire à construire une continuité historique associant le nouvel État aux traditions byzantines et antiques, dont il se veut l'héritier. En même temps, par l'adoption de modèles « occidentaux », les autorités affirment leur volonté de rétablir des liens avec l'« Europe civilisée » et d'officialiser la rupture avec le monde oriental, auquel ces contrées ont appartenu pendant des siècles. En s'harmonisant avec les modèles urbanistiques de leur temps, les anciennes villes orientales balkaniques se transforment ainsi selon les tracés de l'urbanisme « militaire » français au début du xixe siècle, ou du néoclassicisme allemand plus tard, ou à la manière de l'urbanisme École des beaux-arts au début du xxe. Notons tout de même que les interventions furent mineures dans les îles Ioniennes ou dans le Dodécanèse : leurs précédents souverains les avaient dotés d'un patrimoine architectural modèle aux yeux des Grecs, qui répondait à leurs nouvelles aspirations. Ces transformations furent principalement l’œuvre des Français et des Anglais dans les îles Ioniennes, tandis que dans le Dodécanèse, les villes furent foncièrement remodelées par les Italiens quand ils l'occupèrent en vainqueurs à l'issue de la guerre italo-turque de 1911, entre 1912 et 1943.

3Il est évidemment impossible d'étudier en détail, dans le cadre de cet exposé, un sujet qui s'étend sur plus d'un siècle et qui traite de cinq expériences différentes. En revanche, il serait peut-être intéressant d'essayer de dégager un modèle de stratégie des autorités impliquées dans la reconfiguration des villes suite à un changement de souveraineté, et si modèle il y eut, de le comparer aux autres expériences présentées dans ce colloque. Avant d'emprunter cette piste, il faut toutefois prendre en compte deux particularités clés des villes en question. La première est, dans la plupart des cas, la très petite taille des villes à reconfigurer (ou même à recréer). En effet, pendant ces longs siècles de domination ottomane, les bourgeois grecs prospéraient hors de Grèce, dans les grands centres urbains de Venise, Trieste, Vienne, Odessa, dans les villes roumaines, de même que dans les grandes villes de l'Empire ottoman : Constantinople, Smyrne, Salonique, etc., qui étaient restées en dehors des frontières du jeune État (Salonique fut rattachée à la Grèce en 1912). Dans les années 1830, les populations urbaines en Grèce ne dépassaient guère 5 000 habitants par ville et en 1840, Athènes comptait 25 000 âmes à peine au moment où Constantinople dénombrait à elle seule 120 000 Grecs dans sa population !

  • 1 A. Raymond, Grandes villes arabes à l'époque ottomane, Paris, éd. Sinbad, 1985.
  • 2 A. Yerolympos, « Évolution des quartiers traditionnels de commerce dans les villes de la Méditerra (...)

4La deuxième particularité émane des caractéristiques historiquement formées de la ville, telles qu'héritées au moment de l'indépendance ou du rattachement. En général, les villes connaissaient un développement anarchique, offrant au regard un aspect rural, avec parfois même des terres agricoles incrustées dans le tissu urbain. Le manque de cohérence s'était accentué du fait de l'absence ou du mauvais état des fortifications, lesquelles, quand elles subsistaient, avaient pour unique fonction de délimiter les quartiers résidentiels des diverses communautés. La population se composait en effet de plusieurs groupes ethno-confessionnels qui se répartissaient en quartiers distincts et introvertis, chacun doté de son centre religieux et social. Il n'y avait pas de centre civique affirmé, ni de bâtiments publics imposants, même si la ville était le siège administratif de la province ; aucun service d'égout, ni d'édilité publique. Au lieu de cela, une séparation nette s'était opérée entre la partie commerçante et artisanale et la partie résidentielle. En effet, les villes présentaient une double structure urbaine : les quartiers résidentiels étaient constitués par un tissu urbain carrément accidentel et sinueux, un paysage urbain où le bâti était de faible densité (maisons en bois, entourées de jardins) et l'espace non privatif sujet aux empiètements, peu fréquenté et mal entretenu. La partie de la ville abritant le quartier des artisans et des commerçants – véritable centre fonctionnel de la ville1 – était, quant à elle, assez différente : elle présentait un grand découpage parcellaire, les constructions – toujours basses et de matériaux précaires (inflammables) – occupaient toute la parcelle, les îlots étaient petits et plutôt réguliers, et on était sûr de tomber sur une foule bruyante d'origine multiethnique2.

5Aucune trace d'intervention dans l'espace urbain traditionnel n'a été constatée qui pourrait correspondre aux transformations architecturales des villes italiennes après la Renaissance, ou aux travaux d'embellissement du xviiie siècle en Occident ; ni même de gestes de la part des particuliers qui, comme à Rouen par exemple, avaient remplacé leurs maisons en bois après 1600.

6La transformation des villes libérées ou rattachées s'opère à deux niveaux :

  • au niveau du plan global de la ville, lequel est remanié de fond en comble : pendant le xixe siècle, cette tâche est facilitée par l'état de ruines des villes et par le départ des populations musulmanes ;
  • au niveau de l'architecture urbaine, de nouveaux types d'édifices et d'espaces publics sont introduits pour permettre le fonctionnement du gouvernement, de l'administration et de la vie économique et sociale : sièges des services étatiques (un palais à Athènes, sièges des ministères et des autorités municipales, banques, cour de justice, hôpitaux, université, bibliothèques, théâtres, etc.), inexistants jusqu'alors dans les petites villes provinciales, de surcroît dévastées par la guerre.
  • 3 Une architecture que même Le Corbusier a évoquée dans son livre Le voyage d'Orient, Paris, 1966, p (...)

7L'expression architecturale suivra quelques règlements rudimentaires, mais efficaces : entre autres, une directive explicite du premier gouverneur Jean Capodistria (1828-1831) sur l'éradication de toute structure en bois débordante, rappelant le passé oriental du pays. La réussite de cette mesure fut si grande, qu'on a longtemps cru que la Grèce du Sud n'avait pas connu la tradition commune au bassin de la Méditerranée orientale de la maison à encorbellements, à la toiture débordante, construction en bois (et en pisé) aux fenêtres amples et nombreuses, située d'habitude dans un grand jardin3, une architecture très présente en Grèce du Nord... Pourtant la recherche a révélé (gravures et dessins à l'appui) que ce type d'architecture existait aussi dans le Sud (figure 1). Le style austère et dépouillé du classicisme populaire a été mis en valeur et promu comme seule tradition architecturale.

L'AVÈNEMENT DE L'URBANISME GREC

8Il date de très tôt, au cours de la guerre de libération nationale. Comme les insurgés avaient contracté de gros prêts auprès des grandes puissances de l'époque, la seule garantie qu'ils pouvaient offrir était la terre nationale qu'ils devaient rentabiliser et urbaniser afin de la vendre et financer ainsi la lutte armée. La nécessité d'économiser les capitaux pour la guerre et l'installation des Grecs de la diaspora qui tentaient un retour au pays et ne cessaient d'affluer dans les contrées libérées amenèrent les chefs de l'insurrection à s'intéresser à l'état des villes et au fonds bâti.

  • 4 Loi 32 du 16-6-1824, publiée par G. Dimakopoulos, « Le code des lois de la Révolution grecque 1822 (...)

9Dans les Archives nationales grecques, on trouve des directives incitant les autorités provisoires révolutionnaires des insurgés à procéder à l'inventaire et à l'inclusion du sol national dans les plans. La loi de 1824 définit la procédure de mise en valeur des « terres nationales », c'est-à-dire du domaine public, lesquelles une fois aliénées procureraient des fonds pour les expéditions terrestres et maritimes4 :

10« Le Ministère de l'Intérieur devait nommer un architecte expert chargé d'élaborer un plan de transformation des terres agricoles en parcelles constructibles là où se trouvaient de simples lieux d'habitations, et de régulariser les nouvelles constructions ».

11Trois années plus tard, une loi édictait que :

12« 1) Tous les chrétiens de confession orientale s'installant en Grèce avaient le droit d'y implanter des villes nouvelles, lesquelles constituaient une province lorsque la population y atteignait 15 000 âmes.

  • 5 Vote 22 de la 3e chambre de l'Assemblée nationale des Hellènes à Trizène en 1827.

132) Le parlement était chargé de déterminer l'emplacement de ces villes et leur étendue, en fonction des habitants, et sans porter atteinte aux droits des autochtones5. »

  • 6 Voir entre autres les études de Sp. Loukatos, « La reconstruction de Corinthe après la révolution  (...)

14Dès son arrivée au pouvoir en 1828, Jean Capodistria, premier gouverneur de la Grèce libre, se lançait dans la première grande campagne de reconstruction des villes grecques anciennes et nouvelles. Les écrits de divers chercheurs nous apprennent qu'il déploya une intense activité pour parvenir à la constitution d'un réseau d'établissements urbains viables et à la transformation de nombreux villages en ruine ou insignifiants en villes où se développeraient des fonctions urbaines6.

  • 7 P. Tsakopoulos, « Technique d'intervention et appropriation de l'espace traditionnel. L'urbanisme (...)

15Capodistria fit appel à la mission scientifique de la Morée, qui s'appuya sur le soutien et le savoir-faire du corps expéditionnaire français en Morée dirigé par le général Maison (1828-1833), et plus particulièrement du corps du génie militaire, pour le recensement de la population, l'édification de la carte de la Grèce et l'établissement d'un quadrillage administratif7.

16Le souvenir de l'activité urbanistique de l'armée régulière française est évoqué par l'apparition du mot Taktikoupolis, que l'on pourrait traduire en français par « Villerégulière ». La figure centrale en est Stamatis Bulgaris (prononcé en grec Voulgaris). Il est né à Corfou à la fin du xviiie siècle, citoyen français depuis 1817 et capitaine de l'armée française après avoir été formé au Collège des quatre nations et au service historique et géographique de l'armée de terre française, et avoir suivi des cours de dessin à l'atelier du peintre David. Bulgaris servit auprès du gouverneur Capodistria, auquel il était lié par une amitié fidèle. En 1832 il quittait l'armée et demeurait en Grèce où il s'éteignit en 1842. Une bonne dizaine de villes et peut-être davantage ont été redessinées à cette époque, la plupart sous sa direction : Nauplie et Patras en 1828 (figure 2), Argos, Tripoli, Pylos, Methoni, Corinthe, Aigion, Itea, Lidoriki. Dans ces plans, l'archaïsme irrégulier cède la place à une géométrie rigoureuse à l'esthétique simple et au fonctionnalisme austère. L'architecture des rares édifices publics érigés au cours des trois années du gouvernorat se caractérise par la sobriété et la pureté des lignes qui renvoient à Sparte et aux vertus du laconisme.

  • 8 Gazette Générale de Grèce, n° 3, année 4, Égine, 20 avril 1829 (en grec).

17En 1829, le vote n° 10927 de l'État hellénique ordonnait « d'accélérer les travaux de rénovation régulière de toutes les villes en général » et poursuivait en précisant que « tous ceux qui voulaient construire sur l'emplacement d'immeubles anciens, publics ou privés, ou sur des terrains vides sur lesquels ils avaient un droit légal, devaient respecter les alignements et le plan prescrits par l'architecte de la ville »8.

  • 9 Vote 25725, Nauplie, 3 juin 1831, publié par Loukatos en 1978, op. cit., (en grec).
  • 10 M. Kardamitsis Adamis (éd.), Stamatis Bulgaris, le premier urbaniste grec, Athènes, éd. Libro, 199 (...)

18Deux ans plus tard, en 1831, un acte officiel9 formulait les termes par lesquels il était entrepris d'une part de renforcer l'intérêt pour la « construction de villes », et d'autre part de ressusciter les villes grecques anciennes et les sites historiques (comme Sparte et la ville ancienne des Doriens à Lidoriki, mentionnées plus haut, ainsi que Krissa et Vrachori), et de planifier et étendre les villes existantes ou nouvelles sur la base du plan orthogonal, en règle générale conseillé mais pas exclusivement appliqué. Étaient appelés à participer à cet effort les autochtones eux-mêmes, lesquels à vrai dire en ont souvent l'initiative (comme par exemple dans le cas de la création de Sparte ou de Lidoriki), les intendants de ces départements, un service spécial de l'armée incluant des ingénieurs et topographes grecs et étrangers, et bien entendu « les architectes du gouvernement » Stamatis Kleanthis et Eduard Schaubert, ainsi que d'autres ingénieurs. Capodistria lui-même, comme nous l'indiquent sa volumineuse correspondance et ses échanges de documents, plans et budgets financiers (notamment avec Bulgaris), suivait directement, très souvent par des visites sur les lieux, l'effort de résurrection des villes10.

19L'assassinat de Capodistria en 1831 et l'arrivée du roi Otto flanqué d'une armée de conseillers, militaires et techniciens bavarois ouvre un nouveau chapitre dans cette période de reconstruction des villes. Tout comme l'urbanisme militaire renvoie à Hippodamus et aux grandes traditions de l'urbanisme antique, le néoclassicisme tardif importé par les Bavarois s'inscrit sans difficultés dans le paysage urbain grec. L'exemple majeur en est fourni par le nouveau plan d'Athènes, appelée à devenir la capitale du jeune royaume : pourtant un nombre significatif de plans pour des villes mineures ont été conçus dans le même esprit par les architectes sur place.

  • 11 A. Papageorgiou-Venetas, Hauptstadt Athen. Ein Stadtgedanke des Klassizismus, Berlin, 1994 et Y. T (...)

20Le plan d'Athènes, dernière œuvre de caractère monumental de l'absolutisme éclairé, selon d'éminents chercheurs11, aux formes purement néoclassiques, ne devait pas prendre uniquement en compte les exigences d'une capitale moderne, mais également la grande valeur culturelle de son patrimoine architectural antique. De nombreux avis ont été donnés, sans différence substantielle cependant. S'est imposé le plan le plus élaboré de tous, qu'avaient signé les architectes Stamatis Cleanthis – grec – et Eduard Schaubert – allemand –, tous deux formés à Berlin et élèves de Karl Friedrich Schinkel (figures 3a et 3b). Malgré de profondes modifications apportées d'abord par Leo von Klenze, avant même sa mise en œuvre, puis par Friedrich von Gaertner, le plan gardait ses qualités initiales : la petite ville orientale s'ouvrait, respirait et s'étendait dans le paysage environnant, en respectant l'héritage de l'Antiquité.

  • 12 Voir les remarques pertinentes de K. Kafkoula, L'urbanisme grec, 1828-1940, notes de cours à l'Éco (...)

21L'architecture des bâtiments civils et privés a suivi le caractère du plan, contribuant à enrichir le paysage urbain d'une esthétique austère et gracieuse, digne des monuments antiques12. À côté des bâtiments d'architecture savante, œuvres d'architectes allemands, français et grecs, s'élevèrent des constructions populaires assimilant avec intelligence l'esprit néoclassique et le répandant sur l'ensemble du territoire national de l'époque. Le fait que l'espace urbain fût loti en très petites parcelles, chacune construite par son propriétaire avec peu de moyens, rendait l'ensemble cohérent, mais pas répétitif, comme il rendait possible une multitude d'interprétations du néoclassicisme qui se mêlait aux formes de l'architecture traditionnelle dans l'esprit de la création populaire.

  • 13 Ainsi naît le « classicisme de tout le peuple » (Pandemos classikismos) selon les termes de M. Bir (...)

22Un équilibre était atteint où la spiritualité de l'élément classique remportait l'adhésion générale, principalement par l'intermédiaire de l'architecture privée13 (figure 4).

23Stamatis et Schaubert tracèrent les plans des villes nouvelles du Pirée et d'Eretria, sur les ruines des cités antiques, suivant ces mêmes principes. En même temps, après une pléiade de plans pour Sparte, Corinthe, Thèbes, Nafpaktos, Kalamata et autres, les nouvelles villes grecques étaient érigées avec une sobriété d'expression et d'harmonie qui étonnent encore dans les quartiers ayant survécu jusqu'à ce jour.

LE CAS DES ÎLES IONIENNES

  • 14 A. Birbili, « Kerkyra », dans D. Filippidis éd., Architecture traditionnelle grecque, vol. 1 : Ile (...)
  • 15 M. Kardamitsis Adamis, A. Papanicolaou Christensen, Ernst Ziller, Souvenirs, Athènes, éd. Libro, 1 (...)

24Dans ces îles (Corfou, Zante, etc.), très imprégnées de leur passé vénitien et de la présence brève mais forte des Français (de 1807 à 1814), suivie de celle prolongée des Anglais (de 1814 à 1864), les Grecs se sont abstenus de toute intervention d'envergure. Les îles, qui avaient presque totalement échappé à la domination ottomane et étaient restées sous celle des Vénitiens pratiquement sans discontinuer à partir du xiiie siècle, se composaient de populations à dominante grecque orthodoxe, mais aussi de communautés juive et catholique. Leur bâti présentait un aspect urbain très marqué : héritage de fortifications imposantes, forte densité de construction avec des édifices de plusieurs étages en front continu sur rues, belles places aménagées et ornées de fontaines et de statues, théâtres et autres infrastructures culturelles entourées d'espaces publics bien organisés (figure 5). Lors de l'occupation française, une place centrale imposante fut construite sur l'espace vide de la place d'Armes, bordée d'immeubles à arcades qui reprenaient le style de la rue de Rivoli. Plus tard, les Anglais érigèrent une armature de bâtiments civils de style géorgien, qui renvoyait au classicisme et apaisait les angoisses de la population grecque des îles14. L'administration grecque continua dans le même esprit, complétant l'ensemble par des infrastructures indispensables : des écoles, des théâtres, conçus dans le style néoclassique. Certains sont signés d'Ernst Ziller, architecte allemand très actif à Athènes où il était installé depuis les années 186015 (figure 6).

LA THESSALIE

25Son rattachement en 1880, considéré comme une grande victoire de la politique extérieure de la Grèce, intervint au cours d'une période très intéressante de l'histoire du pays. Le sentiment d'euphorie qui accompagna l'essor économique et les grands travaux d'infrastructure (construction d'un réseau de chemins de fer, percement du canal de Corinthe, routes et ports), se traduisait aussi par un mouvement d'urbanisation de ce pays jusqu'alors agricole. Les villes grecques se peuplaient et s'embourgeoisaient.

26Avant son rattachement, la Thessalie, grand réservoir agricole pour le pays, avait un fort pourcentage de population musulmane. L'Empire ottoman y avait établi très tôt des sièges administratifs dans les villes de Larissa, Trikkala, Karditsa (quoiqu'à un moindre degré), ainsi qu'à Volos qui était le port principal. Les villes, de taille moyenne, comptaient de 5 000 à 20 000 habitants. La métamorphose de l'espace urbain fut facilitée par le départ des populations turques, qui vendirent leurs biens immobiliers dans les deux années qui précédèrent le rattachement.

27Dans les années 1880, le discours tenu en Thessalie était toujours modernisant, tourné vers l'avenir, cependant le paradigme n'était plus l'Antiquité mais Athènes, devenue le centre incontesté du pays et désormais la principale source d'inspiration. On ne visait plus à créer un style, mais à généraliser et étendre le style national déjà établi. Les villes thessaliennes de Larissa, Volos et Karditsa étaient considérées comme les maillons d'un système qui devait relayer la réforme agraire, la modernisation, le progrès, la civilisation, vers le nord (toujours sous occupation ottomane)... Les villes étaient aménagées par l'application d'un modèle orthogonal, rationnel, les gestes grandioses d'Athènes ou ceux plus raffinés d'Eretria en moins... (figure 7).

  • 16 Texte datant de 1892, publié par M. Avramopoulos, A. Voutsilas, Larissa, Larissa, 1962 (en grec), (...)

28Les extraits du texte qui suit sont révélateurs de l'esprit de l'époque et des visions investies dans le réaménagement de la capitale de la province, Larissa16 :

« Nous sommes arrivés à Larissa. Du côté de la gare, la vue était une véritable fantasmagorie. La plaine, les maisons, la rivière, les arbres, les minarets et, en arrière-plan, le Mont Olympe. Le tableau d'ensemble était incomparable [...] ».
« Deux mille édifices et 20 à 25 minarets confèrent à Larissa cette poésie et ce caractère glorieux et pittoresque que peu de villes possèdent. Otez les minarets et vous avez Larissa. La nouvelle Larissa, aux artères ouvertes, urbanisée, aux lignes spacieuses, audacieuses, une ville véritablement éventrée par la suppression de tout signe d'occupation turque, Larissa face à un avenir prometteur, trait d'union avec l'Europe, plate-forme de progrès pour la Macédoine, carrefour de la culture de toute la Thessalie, capitale de la révolution agricole, de la réorganisation sociale [...] ».
« Larissa a été effroyablement éventrée, elle est béante, elle a fait de ses rues de véritables boulevards parisiens, elle a réglé les alignements, façonné les places, coupé, cousu, brûlé, abattu, tout cela avec un emprunt municipal de 500 000 drachmes dont il reste 250 000. L'argent dépensé a servi d'une part à payer les frais afférents au plan d'urbanisme et d'autre part à dédommager et bâtir des quartiers entiers, des boutiques municipales, un hôtel municipal car la ville traversée par le Pinios manquait d'hôtels décents ».
« [Larissa] intéressante de par la variété de ses races, la grande vie qu'on y mène, son mouvement source de création, le paradoxe de son image, la vitesse de son développement, son avenir rempli d'espoir. C'est une ville en fermentation. Qui veut voir une ville enceinte doit la pénétrer. [...] Tout y est en chantier : les rues, les places, les boutiques, les immeubles, les hôtels, les magasins, les marchés. C'est presque pareil pour les êtres, parce que Larissa est sans Larissiens [...]. Rien n'est plus à sa place, personne n'est plus à sa place dans une ville tour à tour turque, chrétienne, juive, européenne. Les juges mêlés aux militaires, les militaires aux citoyens, les femmes turques aux femmes juives... et le fleuve navigable, mais sans bateau, les porteurs d'eau vendant l'eau à dos de chevaux dans des outres en cuir, donnant de la ville l'image d'un camp militaire aux nombreuses casernes sans armée, et à la cavalerie sans chevaux [...] ».

  • 17 V. Hastaoglou, K. Kafkoula, N. Papamihos, « Urban modernization and national renaissance. Town pla (...)

29En guise de bilan, nous dirons que depuis la libération et jusqu'en 1912, 186 villes grecques ont été recréées ou transformées, dont 10 à l'époque de Capodistria, 26 sous les Bavarois (1833-1862) et 150 après17.

LA GRÈCE DU NORD

  • 18 Le modèle urbain élaboré à l'École des beaux-arts s'avérait extrêmement attractif, parce qu'il éta (...)

30Si jusqu'à la fin du xixe siècle les gouverneurs de la Grèce s'employèrent à combler la différence qui séparait la réalité socio-économique du pays avec l'Ouest, au début du xxe siècle les ambitions avaient beaucoup progressé. Dans le cas de Salonique et des villes de la Macédoine, de l'Épire et de la Thrace (entre 1912 et 1922), gravement endommagées par les guerres (balkaniques, mondiale, gréco-turque, etc.), les considérations étaient d'ordre tout à fait autre, relevant de la reconnaissance d'une vie urbaine sur place évoluée et bien enracinée, et d'une réalité sociale complexe qui requérait une analyse approfondie et la mise en œuvre d'une approche plus subtile. Face à une population composée d'ethnies et confessions multiples (chrétiens, juifs, musulmans), les Grecs souhaitaient arborer le visage d'un État éclairé, respectueux des particularités ethniques et culturelles, laissant libre cours aux imaginaires et aux références culturelles des divers groupes ethno-confessionnels. Ainsi les dirigeants firent-ils appel à l'urbanisme international qui se formait à l'époque, en s'adressant directement à des spécialistes – français, britanniques, hollandais, belges – sur place (par le hasard de la guerre) ou invités et venus expressément18.

31La reconstruction des villes détruites de Grèce du Nord embrassa un éventail d'opérations urbanistiques impressionnant. Il y avait d'abord Thessaloniki (Salonique), grand port historique à l'activité économique intense qui aspirait à un rôle de métropole des Balkans, dont le centre avait brûlé en 1917. Il y avait Serrès, ville continentale de taille moyenne, centre commercial réputé depuis l'époque byzantine, entièrement ravagée par l'armée bulgare en 1913, qui se retrouvait au sortir des guerres avec une population décimée et un arrière-pays économique fragmenté par les nouvelles frontières. Il y avait également une constellation de petites bourgades et villages, 170 environ, incendiés par les Bulgares entre 1913 et 1918, désertés par une population tuée, déportée ou échangée.

  • 19 A. Yerolympos, Urban Transformations in the Balkans. Aspects of Balkan Town planning and the Remak (...)
  • 20 C'est exactement le temps de la formation de la discipline – le temps qui suit les grands concours (...)

32L'exemple majeur de la politique de reconstruction est la métamorphose de Salonique, ville de 170 000 habitants, dévastée par le grand incendie de 191719. La reconstruction de Salonique qui demeure la plus grande opération de réaménagement urbain jamais entreprise en Grèce a été dirigée par l'urbaniste français Ernest Hébrard20 (avec, au début, l'appui de l'architecte paysagiste britannique Thomas Mawson).

33Parallèlement à la volonté d'effacer les traces matérielles et culturelles de la période ottomane, le but était de promouvoir la restructuration économique et sociale de la ville. Les nouveaux plans devaient permettre de redistribuer dans l'espace urbain les minorités ethniques, installées jusqu'alors dans des quartiers distincts, sans que les autorités eussent recours à des mesures répressives ou policières. Le plan devait également rationaliser l'occupation des sols urbains, en réalisant un « affinage » fonctionnel et en expulsant du centre-ville tous les petits métiers peu rentables ainsi qu'un grand nombre d'institutions pieuses et religieuses non lucratives. La réorganisation du système de voirie devait permettre l'installation des réseaux d'infrastructure moderne et la circulation de l'automobile. En imposant la construction à plusieurs étages et l'emploi du béton armé, on devait également réussir à susciter une hausse des plus-values foncières dont un pourcentage serait récupéré par la ville : il était prévu d'organiser un marché foncier et la production de logements ; d'introduire l'habitat collectif et un nouveau mode de vie urbain, rompant avec l'espace urbain peu dense et occupé par des maisons unifamiliales, trait classique des villes balkaniques sous les Ottomans. Enfin, l'intervention publique musclée devait être contrebalancée par la mise en place de collectifs ou d'associations de particuliers, capables de servir d'interlocuteurs à l'État paternaliste. Il fallait donc susciter l'esprit associatif parmi une population encore en état de choc après les guerres, les calamités et les luttes ethniques. Dans le cas de Salonique, il fallait aussi attirer les grands investisseurs grecs afin de faire basculer en faveur des Grecs l'économie de la ville jusque-là aux mains des juifs, sans avoir recours à la répression et tout en protégeant impérativement les anciens petits propriétaires !

34On le voit, les choix urbanistiques des années 1920 en Macédoine témoignaient d'une grande confiance, libérée par l'émancipation nationale, dans l'avenir et la dynamique du progrès. Ils visaient en même temps à développer à l'égard de ses habitants une pédagogie de la ville, en matière de comportements économiques et sociaux, et de formulation de la mémoire de la ville.

35Les principes régissant le plan d'urbanisme de Salonique furent les suivants : l'extension urbaine se limiterait à 350 000 habitants, et la ville serait entourée d'une zone verte. La ville comporterait un seul centre civique de caractère monumental. Le zonage fonctionnel et social était introduit et quatre types de zones étaient proposés : industrielles, résidentielles (« pour les couches ouvrières, moyennes et les classes aisées »), administratives et de loisirs. Les autres activités – commerciales, culturelles, etc. – étaient implantées à l'intérieur des zones principales. Les quartiers résidentiels étaient homogènes, sans prise en compte des particularités ethniques et culturelles. La ville haute de Salonique, qui n'avait pas brûlé, serait sauvegardée. Par contre les autres quartiers épargnés par le feu seraient rasés.

  • 21 Voir la note 19.

36Le plan Hébrard est une intelligente synthèse des concepts prédominants de l'époque et des conditions particulières du site : il introduisait en Grèce les tracés classiques (axes, diagonales, ronds-points, etc.), la hiérarchie du réseau routier, la centralisation des services administratifs et de gestion autour d'un centre civique et culturel, l'articulation rationnelle des espaces de productions, d'échanges et d'habitation, la mise en valeur des monuments, la préservation des quartiers pittoresques... La ville traditionnelle était remplacée par un site urbain « moderne » qui se distinguait par son homogénéité et l'effacement des particularismes antérieurs. Le plan organisait l'espace urbain en fonction d'un élément répétitif, l'îlot, qui remplaçait les vieux quartiers irréguliers ; il imposait un style architectural uniforme au moyen d'un règlement de construction strict ; il attribuait la mémoire de la ville aux bâtiments « nobles », romains ou byzantins, seuls considérés comme dignes de représenter son passé et d'anoblir son présent21.

37Dans ce contexte, que l'architecte privé choisît l'éclectisme n'était pas surprenant ; pour les édifices officiels, on préféra une de ses variantes, le style néo-byzantin. Celui-ci était censé rappeler aussi bien le passé glorieux de Salonique, qui fut la ville byzantine par excellence après Constantinople, que la culture dominante grecque de l'Empire multiethnique byzantin.

38La reconstruction de Serrès s'inscrit dans la même problématique générale, mais présente quelques particularités : à Serrès, où le centre historique avait été incendié par l'armée bulgare en 1913 sur une superficie de soixante hectares, il n'était pas question d'attirer de nouveaux investisseurs, mais plutôt de moderniser la ville, reloger les habitants et réorganiser l'économie de la région que les frontières de 1914 avaient partagée entre trois pays (Grèce, Serbie et Bulgarie). Les habitants de Serrès intervinrent activement et proclamèrent leur volonté d'adopter la loi de Francfort de 1902 sur le remembrement urbain. La reconquête de la ville par les Bulgares en 1915 au cours de la guerre mondiale interrompit l'application du plan jusqu'en 1918, date à laquelle la Macédoine orientale fut définitivement reprise par les Grecs. À partir de ce moment, les pratiques et les modèles formels adoptés à Salonique y furent appliqués précipitamment.

  • 22 K. Kafkoula, « The replanning of the destroyed villages of Eastern Macedonia after World War I : T (...)

39En 1919, un bureau pour la Reconstruction de la Macédoine orientale fut créé pour s'occuper des villes et villages des départements de Serrès et Kilkis, détruits pendant la guerre entre la Grèce et la Bulgarie (1913-1918). Sa tâche était d'importance cruciale pour la survie des habitants aussi bien que pour l'installation des réfugiés qui affluaient déjà de Bulgarie et d'Asie Mineure et qui devaient profiter du partage des terres et de la réforme agraire. Le bureau fut immédiatement encadré par des ingénieurs grecs et des architectes de l'armée d'Orient, anglais surtout, mais également français, belges ou hollandais. Les urbanistes de la commission du plan de Salonique supervisaient les plans, lesquels étaient fortement influencés par le mouvement des villes-jardins : tracés tantôt « organiques », tantôt géométriques, création d'un centre civique occupé par la mairie, quatre hôtels, des équipements de loisirs et un marché-bazar que ceinturaient des quartiers traversés par des boulevards ( !), au long desquels étaient implantés les équipements sportifs et culturels, les écoles et les services publics, l'église paroissiale, un marché en plein air. Les lotissements privés étaient uniformes, prévus pour une maison et un potager, et le bazar témoignait du souci de préserver quelques traits traditionnels22.

40De la grande métropole au petit village, un effort impressionnant de revitalisation d'une région dévastée et arriérée a été mis en chantier en Grèce du Nord autour des années 1920, à l'appui des nouveaux discours urbanistiques. Même si les plans ont été considérablement déformés pendant leur application, même si l'esprit de réforme a souvent été contourné pour servir la spéculation, une nouvelle réalité spatiale a vu le jour et marqué le devenir des villes grecques.

LES ÎLES DU DODÉCANÈSE

41Dans ces îles, ottomanes jusqu'en avril 1912, la population essentiellement grecque a accueilli les Italiens avec un immense soulagement, au début... Leur volonté de moderniser et « désottomaniser » les îles s'est exprimée par un ensemble de stratégies vis-à-vis des populations autochtones. Il faut préciser que les musulmans étaient confinés aux îles de Rhodes et de Kos, où ils représentaient à peu près 25 % de la population urbaine.

42Dès leur arrivée, les Italiens s'efforcèrent de légitimer leur présence en revalorisant le passé historique et le patrimoine architectural très riche légué aux îles par les chevaliers du Temple qui y avaient régné en maîtres entre le xive et le xvie siècle. Il est presque amusant de suivre comment ils privilégièrent la contribution des Templiers d'origine italienne.

43Rhodes, centre de la domination italienne, Kos presque rayée de la carte par le tremblement de terre de 1933, et Leros qui voit la naissance d'une ville nouvelle, Porto Lago (Lakki), sont des exemples particulièrement intéressants de la pensée urbanistique avancée, dans le contexte évidemment bien spécial d'une nouvelle domination qui impose résolument ses propres modèles.

  • 23 Vas. Kolonas, Architecture italienne dans le Dodécanèse, Athènes, éd. Olkos, 2002 (en grec).

44Il faut souligner ici que l'urbanisme et l'architecture d'avant-garde furent utilisés de façon systématique par les Italiens pour soutenir leur présence dans le Dodécanèse, et projetés sur la scène internationale à grand renfort d'impressionnantes publications de toute sorte. La mise en valeur de l'environnement urbain au nom duquel les autochtones avaient été contraints à de lourds sacrifices (expropriations)23 permit de servir des buts idéologiques et économiques, comme le renforcement de la continuité historique depuis le Moyen Âge, le développement touristique et économique, l'évolution culturelle.

45Les Italiens classèrent les deux villes médiévales de Rhodes et de Kos qui abritaient encore des autochtones chrétiens, juifs et musulmans et construisirent des villes italiennes imposantes à côté. À Rhodes, un plan de revalorisation et d'extension de la ville fut rédigé et approuvé en 1926, mais son application fut ajournée jusqu'en 1936. L'objectif de ce plan était de planifier l'extension de la ville, en y intégrant les faubourgs existants, de réserver des terres pour l'implantation des édifices publics, et pour l'aménagement de quartiers résidentiels destinés aux colons italiens. Sa réalisation demandait des expropriations forcées massives de parcelles déjà construites, ce qui bouleversa profondément les autochtones.

46Foro Italico, le nouveau centre administratif de la ville, fut implanté le long de la côte ouest au milieu d'espaces ouverts destinés aux réunions publiques que le régime fasciste organisait de façon systématique. Parallèlement à la « Maison du fascisme » (Casa di fascio), furent érigés des immeubles comme le nouveau marché central, le palais du gouvernement, le cercle des officiers, le bureau de poste, le tribunal, les autorités maritimes, qui illustrent par une variété de styles architecturaux la forte présence de l'État italien. Au cap, où se trouve aujourd'hui l'Aquarium, une place elliptique fut aménagée autour de laquelle s'ordonnaient des bâtiments abritant des activités publiques, commerciales ou récréatives, mais également des habitations. Derrière le front de mer, se développa le quartier grec de Neochori. Les quartiers excentrés de villégiature étaient desservis par un réseau d'avenues et de places, au long desquelles se succédaient de grands complexes hôteliers. D'importantes découvertes archéologiques (fortifications anciennes, etc.) et l'installation de réseaux et équipements urbains (fontaines, etc.) parachevèrent la physionomie de la ville.

  • 24 Z. Tsirpanlis, Occupation italienne dans les îles du Dodécanèse, 1912-43, Rhodes, 1998, p. 216-230 (...)

47La ville « nouvelle » se développa ainsi le long du front de mer à côté de la cité médiévale et indépendamment de celle-ci. Dans la cité ancienne, les interventions s'étaient bornées à certains monuments du Moyen Âge et à leur environnement immédiat. En 1929, un décret législatif avait défini une zone de monuments, limitée au périmètre de la ville fortifiée, qui protégeait l'espace en réduisant au minimum les nouvelles percées, comme celles de la Nouvelle Porte et de la porte de l'Arsenal. Parallèlement, le règlement de construction spécifique à Rhodes, en vigueur depuis 1925, avait prohibé, entre autres, la construction de nouveaux bâtiments dans la cité médiévale et imposé des mesures sanitaires et des spécifications très strictes en matière d'érection de bâtiments privés, d'installations industrielles, de trouvailles archéologiques, de protection des espaces monumentaux, lesquelles faisaient l'objet de contrôles sévères24.

  • 25 S. Martinoli, E. Perotti, Architettura coloniale italiana nel Dodecaneso, 1912-1943, Torino, éd. F (...)

48Kos acquit un plan directeur en 1928, délimitant la ville sise à l'intérieur des fortifications et les quartiers ottomans anciens où, pour en préserver le caractère, la construction de nouveaux bâtiments fut interdite25. Il était prévu que le nouveau centre civique constitué de bâtiments administratifs, tribunaux, et hôtels rayonnât autour du port protégé de Mandraki à côté de la cité ancienne, alors que plus au nord seraient implantés des dépôts et zones à caractère industriel. Au sud de la cité ancienne étaient prévus des équipements d'utilité publique (écoles, hôpital, église). Le plan commençait d'être appliqué quand le 23 avril 1933 un tremblement de terre rasa pratiquement la cité ancienne et endommagea gravement de nombreux autres bâtiments.

49Un changement substantiel dans l'évolution de la ville fut opéré sous le prétexte du séisme. Toute la cité ancienne qui s'était effondrée fut déclarée parc archéologique. La ville conserva son plan en forme de rayons, mais fut divisée en trois secteurs de base : à l'ouest du port quartiers ouvriers et ateliers, à l'est du château, le long du front de mer, des habitations de couches sociales aisées, au centre des bâtiments à fonctions commerciale et administrative, des habitations destinées aux couches moyennes, le parc archéologique, le château et le quartier musulman (qui conservait son propre tissu civique). Les opérations, qui avaient débuté immédiatement, par la construction des infrastructures, le percement des rues et la plantation d'arbres, visaient à faire de Kos « plus que jamais, une parure de la mer Egée, une ville-jardin ultramoderne, qui émergerait au travers d'admirables ruines gréco-romaines, regorgeant de dattiers, lauriers et orangers ». Parallèlement, il fut procédé à des fouilles ambitionnant de faire de l'île « la Pompéi de la mer Egée ». Grâce à ces plans et malgré son extension récente, barbare et démesurée, la ville de Kos n'a pas cessé de constituer, du côté du port, un espace civique enchanteur combinant harmonieusement toutes les époques culturelles de l'histoire de l'île.

  • 26 Z. Tsirpanlis, op. cit., p. 205-214. En 1936 sur 124 137 Dodécanissiens (113 789 Grecs, 6 758 Turc (...)

50Cependant, par-delà la réussite de l'urbanisme, la politique générale des Italiens en matière de colonisation des terres qu'ils occupaient (comme en Afrique du Nord, en Albanie ou dans le Dodécanèse) s'est accompagnée de l'expulsion des indigènes. Les sources mentionnent que 35 000 à 100 000 Dodécanissiens durent abandonner les îles et émigrer en Grèce continentale pendant l'entre-deux-guerres26.

  • 27 S. Martinoli, E. Perotti, op. cit.

51Quatre nouveaux quartiers furent fondés à Rhodes pour les immigrés italiens, deux à Kos. C'est sans conteste à Leros que les interventions furent les plus importantes : une nouvelle ville y fut planifiée, Porto Lago, également base aéronautique puissante. La base fut implantée sur des terres appartenant à un Grec résidant au Caire dont la villa avait été convertie en cercle des officiers. Les superficies nécessaires à la fondation de la nouvelle ville de Porto Lago, sur la côte en face du lieu où étaient installées la base nautique et quelques résidences secondaires, furent obtenues jusqu'en 1932 par expropriation. Le plan de Porto Lago27 incluait des équipements administratifs, culturels et sociaux, des zones pavillonnaires destinées aux officiers (maisons individuelles ou mitoyennes), aux sous-officiers (groupes de quatre habitations sur deux étages) et aux ouvriers (appartements en immeubles de deux étages), ainsi que des installations militaires. En 1936 la ville comptait déjà 7 500 habitants. Le style architectural qui s'imposa est le rationalisme et les idées intéressantes d'architectes italiens de valeur créèrent un paysage civique attractif.

52Quand les îles furent rattachées à la Grèce en 1947, leur « occidentalisation » était achevée pour ce qui était de la structure urbaine, des typologies architecturales et des considérations sur la préservation de la mémoire historique, la recherche d'une architecture régionale et l'introduction de styles modernes.

53Dire que l'urbanisme et l'architecture peuvent servir les stratégies de pacification et d'assimilation des populations dans les territoires rattachés est à la fois intéressant et banal. Ce qui ressort de l'expérience grecque – mais également de l'expérience italienne dans le Dodécanèse – est qu'en l'espace d'un siècle, les styles ont sans doute évolué, mais la typologie des stratégies urbanistiques n'a pas changé :

  • on joue sur le présent : il faut supprimer les injustices et les inégalités en mettant au point des règles, des procédures, etc., qui permettront en même temps l'émergence d'une forme nouvelle et le fonctionnement de la ville en accord avec les besoins immédiats ;
  • on fait appel à un passé historique, avec lequel on cherche à établir des liens pour justifier le discours de la continuité brisée pendant l'occupation ottomane ;
  • on promet un avenir de progrès et d'innovation pour la ville qui rapprochera le pays de l'Occident.
  • 28 Voir les actes du colloque « L'Europe des Échanges », Monuments Historiques, 180, Paris, 1992, p. (...)
  • 29 Y. Tsiomis, « L'Europe des Échanges », cité ci-dessus.

54On a longuement parlé à l'occasion d'autres colloques en Grèce, en France et ailleurs, de la circulation des idées et des modèles urbains : on a distingué l'exportation et l'imposition de modèles – surtout des métropoles vers les colonies – de leur importation volontaire et enthousiaste – dans le cas de nouveaux pays28. On a discuté les dynamiques de la réception, en essayant de situer l'échange et de le contextualiser29. Il demeure que les formes et les acquis de l'urbanisme international du xixe comme du xxe siècle, tels que mis en œuvre en Grèce, traduisent le souci des dirigeants de restructurer et moderniser les villes archaïques qui portaient l'empreinte orientale. La recherche de l'identité urbaine s'est bien accommodée de l'adoption de modèles urbanistiques plus ou moins universels et parfois même schématiques ; les caractères plus spécifiques qui formeraient la véritable spécificité de chaque lieu viendraient plus tard comme un mélange savant des expériences accumulées, des sensibilités humaines, des conditions climatiques, des hasards historiques, des ressources locales. Il leur reviendrait de modeler dans le temps la physionomie urbaine de la ville grecque moderne.

Fig. 1 – Maisons à encorbellements à Nauplie, siège du gouvernement de la Grèce libérée. Fond du tableau de Peter von Hess, commémorant l'arrivée du roi Othon au Péloponnèse en 1833.

Fig. 2 – Plan de la nouvelle ville de Patras, par S. Bulgaris, 1829.

Fig. 3a – Plan d'Athènes par Bessan, 1826 : la ville traditionnelle. Au n° 1, l'Acropole.

Fig. 3b – Athènes capitale de la Grèce. Plan par Cléanthis et Schaubert, 1834 (Papageorgiou enetas 1994).

Fig. 4 – Rues de Patras : le « classicisme de tout le peuple » (Biris, Kardamitsi Adami 2001).

Fig. 5 – Rue à Corfou en 1840.

Fig. 6a – Le théâtre municipal à Zante, œuvre d'Ernst Ziller (maquette).

Fig. 6b – Le théâtre municipal de Patras, œuvre d'Ernst Ziller (Kardamitsi Adami, Papanicolaou Christensen 1997).

Fig. 7 – Nouveau plan de Karditsa, 1890 (Yerolympos 1996). Le tissu traditionnel se distingue sous les nouveaux tracés.

Fig. 8 – Thessalonique, avant et après sa reconfiguration en 1917.

Notes

1 A. Raymond, Grandes villes arabes à l'époque ottomane, Paris, éd. Sinbad, 1985.

2 A. Yerolympos, « Évolution des quartiers traditionnels de commerce dans les villes de la Méditerranée orientale. Persistance et mutations d'une typologie urbaine », dans Petites et grandes villes du Bassin Méditerranéen. Hommages à Etienne Dalmasso, Paris, De Boccard, 1998, p. 299-317.

3 Une architecture que même Le Corbusier a évoquée dans son livre Le voyage d'Orient, Paris, 1966, p. 69-71.

4 Loi 32 du 16-6-1824, publiée par G. Dimakopoulos, « Le code des lois de la Révolution grecque 1822-1828 », Annuaire du Centre de Recherche de l'Histoire du Droit Hellénique, Athènes, 1966 (en grec).

5 Vote 22 de la 3e chambre de l'Assemblée nationale des Hellènes à Trizène en 1827.

6 Voir entre autres les études de Sp. Loukatos, « La reconstruction de Corinthe après la révolution », dans Actes du 1er Congrès des Recherches Corinthiennes, Athènes, 1975 ; « La fondation de la ville libre de Tripoli sous le gouvernorat de Capodistria », dans Actes du 1er Congrès des Études Arcadiennes, Le Péloponnèse, n° 11, Athènes, 1977 ; « La reconstruction des villes dévastées en Grèce libre sous le gouvernorat de J. Capodistria », dans L'Année Capodistria, Ministère de l'Éducation nationale et des Cultes, Athènes, 1978 ; et « Documents sur la reconstruction de l'Antique Sparte sous le gouvernorat de Capodistria », dans Actes du 1er Congrès des Études Laconiques, Athènes, 1979 (en grec). Voir aussi P. Tsakopoulos, L'urbanisme dans le Péloponnèse au xixe siècle, 2 volumes, thèse de doctorat, Université de Paris X-Nanterre, 1986, et M. Kardamitsis Adamis, « Pronoia, Le premier quartier des réfugiés de la Grèce libre », Archéologia, 51, 1994, p. 35-46 (en grec).

7 P. Tsakopoulos, « Technique d'intervention et appropriation de l'espace traditionnel. L'urbanisme militaire des expéditions françaises en Méditerranée », REMMM, 73-74, 1994, p. 209- 228. Voir aussi les études de M. Sivignon, M. Synarelli et J. Saitas dans J. Saitas éd., Mani. Témoignages sur l'espace et la société. Voyageurs et expéditions scientifiques (xve-xixe siècles), Athènes, 1996.

8 Gazette Générale de Grèce, n° 3, année 4, Égine, 20 avril 1829 (en grec).

9 Vote 25725, Nauplie, 3 juin 1831, publié par Loukatos en 1978, op. cit., (en grec).

10 M. Kardamitsis Adamis (éd.), Stamatis Bulgaris, le premier urbaniste grec, Athènes, éd. Libro, 1999 (en grec).

11 A. Papageorgiou-Venetas, Hauptstadt Athen. Ein Stadtgedanke des Klassizismus, Berlin, 1994 et Y. Tsiomis, Athènes à soi-même étrangère. Éléments de formation et de réception du modèle néoclassique urbain en Europe et en Grèce au xixe siècle, doctorat d'État, Université de Paris X-Nanterre, 1983.

12 Voir les remarques pertinentes de K. Kafkoula, L'urbanisme grec, 1828-1940, notes de cours à l'École d'architecture, Université Aristote de Thessalonique, 2002, p. 50-52 (en grec).

13 Ainsi naît le « classicisme de tout le peuple » (Pandemos classikismos) selon les termes de M. Biris : M. Kardamitsis Adamis, Architecture néoclassique en Grèce, Athènes, éd. Melissa, 2001, p. 213 (en grec).

14 A. Birbili, « Kerkyra », dans D. Filippidis éd., Architecture traditionnelle grecque, vol. 1 : Iles de la mer Égée et Iles Ioniennes, Athènes, éd. Melissa, 1989 (en grec).

15 M. Kardamitsis Adamis, A. Papanicolaou Christensen, Ernst Ziller, Souvenirs, Athènes, éd. Libro, 1997 (en grec).

16 Texte datant de 1892, publié par M. Avramopoulos, A. Voutsilas, Larissa, Larissa, 1962 (en grec), traduit en francais par D. Vivien-Zamboulis.

17 V. Hastaoglou, K. Kafkoula, N. Papamihos, « Urban modernization and national renaissance. Town planning in 19th century Greece », Planning Perspectives, vol. 8, 1993, p. 427-469.

18 Le modèle urbain élaboré à l'École des beaux-arts s'avérait extrêmement attractif, parce qu'il était considéré comme représentant l'idéal type de la ville européenne dans sa forme la plus aboutie.

19 A. Yerolympos, Urban Transformations in the Balkans. Aspects of Balkan Town planning and the Remaking of Thessaloniki, Thessaloniki, University Studio Press, 1996 ; voir aussi du même auteur, « Utopies réformistes et réalisations. La reconstruction en Grèce pendant l'entredeux- guerres. Salonique, Serrès et les villes de Macédoine Orientale », dans P. Dieudonné éd., Villes reconstruites. Du dessin au destin, 2 vol., Paris, L'Harmattan, 1994, p. 183-196.

20 C'est exactement le temps de la formation de la discipline – le temps qui suit les grands concours restés sans réalisation, le temps de l'attente pendant la Grande Guerre, quand justement D.- A. Agache, M. Aubertin et Redont rédigent – à l'incitation du Musée social – leur fameux livre, Comment reconstruire nos cités détruites (Paris, Armand Colin, 1915), afin de rassembler le savoir et expliciter les instruments pour qu'ils deviennent opérationnels. C'est aussi le temps des expérimentations de Henri Prost au Maroc.

21 Voir la note 19.

22 K. Kafkoula, « The replanning of the destroyed villages of Eastern Macedonia after World War I : The influence of the Garden City tradition on an emergency programme », Planning History, vol. 14, n° 2, 1992, p. 4-10.

23 Vas. Kolonas, Architecture italienne dans le Dodécanèse, Athènes, éd. Olkos, 2002 (en grec).

24 Z. Tsirpanlis, Occupation italienne dans les îles du Dodécanèse, 1912-43, Rhodes, 1998, p. 216-230 (en grec).

25 S. Martinoli, E. Perotti, Architettura coloniale italiana nel Dodecaneso, 1912-1943, Torino, éd. Fondazione Agnelli, 1999.

26 Z. Tsirpanlis, op. cit., p. 205-214. En 1936 sur 124 137 Dodécanissiens (113 789 Grecs, 6 758 Turcs et 3 590 Juifs), les Italiens étaient au nombre de 16 711 personnes. Dans la ville de Rhodes, ils étaient à peu près 7 000 sur un total de 28 000, constituant ainsi un quart de sa population.

27 S. Martinoli, E. Perotti, op. cit.

28 Voir les actes du colloque « L'Europe des Échanges », Monuments Historiques, 180, Paris, 1992, p. 93 ; voir aussi le catalogue de l'exposition Paris s'exporte, sous la direction de A. Lortie, Paris, éd. de l'Arsenal et Picard, 1995.

29 Y. Tsiomis, « L'Europe des Échanges », cité ci-dessus.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – Maisons à encorbellements à Nauplie, siège du gouvernement de la Grèce libérée. Fond du tableau de Peter von Hess, commémorant l'arrivée du roi Othon au Péloponnèse en 1833.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/3075/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 894k
Légende Fig. 2 – Plan de la nouvelle ville de Patras, par S. Bulgaris, 1829.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/3075/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 703k
Légende Fig. 3a – Plan d'Athènes par Bessan, 1826 : la ville traditionnelle. Au n° 1, l'Acropole.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/3075/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 555k
Légende Fig. 3b – Athènes capitale de la Grèce. Plan par Cléanthis et Schaubert, 1834 (Papageorgiou enetas 1994).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/3075/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 713k
Légende Fig. 4 – Rues de Patras : le « classicisme de tout le peuple » (Biris, Kardamitsi Adami 2001).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/3075/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 763k
Légende 4b
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/3075/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 956k
Légende 4c
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/3075/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 891k
Légende Fig. 5 – Rue à Corfou en 1840.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/3075/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 610k
Légende Fig. 6a – Le théâtre municipal à Zante, œuvre d'Ernst Ziller (maquette).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/3075/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 185k
Légende Fig. 6b – Le théâtre municipal de Patras, œuvre d'Ernst Ziller (Kardamitsi Adami, Papanicolaou Christensen 1997).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/3075/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 206k
Légende Fig. 7 – Nouveau plan de Karditsa, 1890 (Yerolympos 1996). Le tissu traditionnel se distingue sous les nouveaux tracés.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/3075/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 487k
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/3075/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 450k
Légende Fig. 8 – Thessalonique, avant et après sa reconfiguration en 1917.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/3075/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 339k

Auteur

Professeur associé d'urbanisme, Dr. architecte-ingénieur, urbaniste, elle a fait ses études en Grèce et en France, où elle a travaillé dans des agences d'architectes. Depuis 1976 elle enseigne le projet urbain et l'histoire de l'urbanisme à l'école d'architecture de l'université Aristote de Thessalonique.
Auteur de livres sur l'histoire et l'urbanisme des villes en Grèce, dans les Balkans et la Méditerranée orientale : La reconstruction de Thessalonique après l'incendie de 1917 ; Transformations in the Balkans ; Entre l'Orient et l'Occident : villes ottomanes à l'époque des réformes. Elle prépare un livre sur l'architecte Ernest Hébrard, qui sera publié en France.

© Presses universitaires François-Rabelais, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable