Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Villes rattachées, villes reconfigurées

 | 
Denise Turrel

III. Mémoires, intégration, réinventions

L'église catholique de Constantine de 1839 à 1859 : cas de l'appropriation de la mosquée Souk el Ghzel par les Français

Yasmina Boudjada

Texte intégral

  • 1 Ici ne sont pas considérés les bâtiments appartenant à l'Église catholique, tels que les séminaire (...)
  • 2 Malverti et Picard font une confusion en affirmant que la cathédrale est construite par les França (...)
  • 3 A. Pons, La nouvelle église d'Afrique ou le catholicisme en Algérie, en Tunisie et au Maroc depuis (...)
  • 4 M. Biesse-Eichelbrenner, Constantine. La conquête et le temps des pionniers, Honfleur, Imprimerie (...)

1Constantine, pendant la période coloniale, ne compta qu'une cathédrale et une église pour le culte catholique1. Pour la première, il s'agit de l'ancienne mosquée Souk el Ghzel, transformée en église catholique2 dès 1839 et qui devient la cathédrale de Constantine en 18763. Quant à la seconde, elle est construite par les Français en 19254.

2L'intérêt pour l'église catholique de Constantine se justifie pour plusieurs raisons. D'une part, parce que pendant plusieurs décennies, elle est la seule en fonction dans la ville. D'autre part elle est occupée par les Français, qui y font des travaux pour la rendre conforme à sa nouvelle destination. Le bâtiment a certes changé de fonction, mais il n'a pas changé de nature. En effet, mosquée ou église, il est resté un lieu de culte. Ce culte ayant changé, il convient de voir comment l'édifice est transformé pour être conforme à sa nouvelle fonction, avec tout ce que ces transformations portent en elles de symbolique dans une ville nouvellement prise où les édifices sont occupés par les vainqueurs.

3Or, l'église de Constantine est un bâtiment qui a été à la charge des deux autorités, militaire et civile, qui se sont disputé le pouvoir dans l'Algérie coloniale du xixe siècle. Ainsi, l'église dépend du génie militaire en 1839 puis du service des Bâtiments civils et de la Voirie vers 1845. Il faut donc analyser comment l'occupation du bâtiment se fait en fonction de chaque service et en quoi ces occupations sont différentes ou au contraire similaires.

  • 5 Il devient le service des Bâtiments civils à partir de 1850 : S. Burth-Levetto, « Le service des b (...)

4Les transformations de l'église catholique de Constantine se font en deux étapes ; la première, qui correspond à la conversion de la mosquée en église, est relativement courte ; la seconde est consacrée aux différentes corrections de l'édifice. Cette division se superpose aussi dans le temps à celle des deux services qui ont eu la charge de l'église, celui du génie militaire puis celui des Bâtiments civils et de la Voirie5.

  • 6 E. Mercier, « Constantine sous la domination française », dans Histoire de Constantine, Constantin (...)

5Dans les premières années de sa prise, Constantine est une ville de garnison, sous autorité militaire jusqu'en 1842, et des mesures administratives interdisent aux colons de s'installer, tandis que d'autres interdisent toutes opérations immobilières entre musulmans, juifs et Français6. À cette époque, l'église dépend du génie militaire.

  • 7 Aix-en-Provence, Centre des archives d’outre-mer (CAOM), GGA, carton 2N51, Constantine. Édifice de (...)
  • 8 E. Mercier, Histoire de Constantine, op. cit., et « Constantine avant la conquête française. 1837. (...)
  • 9 B. Pagand, « La Médina de Constantine (Algérie) : de la ville traditionnelle au centre de l'agglom (...)
  • 10 Elle se trouve actuellement au musée Cirta de Constantine. La maquette de Constantine porte la men (...)

6Pour apprécier les premières modifications de l'église, il semble important de restituer, dans la limite des archives disponibles7, l'état de la mosquée avant son occupation. Cette restitution se fonde aussi sur les écrits d'Ernest Mercier sur Constantine8, sur le plan établi par B. Pagand, pour la « Restitution du plan de Constantine en 1837 »9 et sur la maquette de « Constantine à l'époque arabe en 1830 », établie par Juge10, qui permet de voir l'enveloppe extérieure de la mosquée et de ses environs. Enfin cette restitution s'appuie sur nos propres observations du bâtiment, redevenu la mosquée Hassan Bey, du nom de son fondateur, après l'indépendance de l'Algérie. Le croisement de toutes ces informations révèle des contradictions, comme par exemple pour l'endroit où se situait l'ancien minaret de la mosquée.

  • 11 Pour l'année 1842, citons à titre d'exemple l'arrêté du 11 janvier, qui lève l'interdiction sur le (...)
  • 12 578 Européens en 1840, 840 en 1844, 1722 en 1845, et 12 549 en 1861, dans Ministère de la Guerre, (...)
  • 13 Créée en 1847, elle « comprend le commissaire civil comme président, le commandant du Génie, le co (...)
  • 14 CAOM, GGA, carton 1N13, « Procès-verbal de la commission chargée d'arrêter les bases d'alignements (...)
  • 15 CAOM, GGA, carton 2N51, dans son rapport qui date du 18 juin 1852, l'architecte Auber écrit : « Da (...)

7De nouveaux changements seront faits à l'époque où l'édifice passe sous la responsabilité du service des Bâtiments civils et de la Voirie. Constantine a connu entre temps les levées sur les transactions immobilières, d'abord partielle11, puis totale avec l'ordonnance du 9 juin 1844. Cette dernière crée la « cité européenne » et permet l'installation des Européens, qui ensuite, ne cessent d'affluer12. D'autre part, dès 1848, pour la commission d'alignement et de nivellement de la ville de Constantine13, il est question de construire une nouvelle église, mieux une basilique, au centre du nouveau quartier qui « marquera le paysage de la conquête française dans ce qu'elle a de plus significatif, la création d'une ville nouvelle »14. Les autorités hésitent alors à investir dans une église qui ne serait que temporaire. En effet, le premier plan d'alignement et de nivellement de Constantine de 1852 prévoit sa destruction15.

8Enfin, c'est le sort particulier de cette église qui interpelle. Condamnée à être détruite, en 1852, elle est non seulement conservée mais elle est consacrée cathédrale en 1876. Il est alors intéressant de comprendre, à la lumière des événements de l'époque, quelles conditions historiques et quels acteurs sociaux ont permis sa conservation. Pour cela, on développera le « projet de restauration et d'agrandissement de l'église catholique de Constantine » de 1859 dont les conditions d'élaboration, l'ampleur et la vocation sont très particulières pour l'époque.

LA MOSQUÉE SOUK EL GHZEL AVANT 1839

9Cette restitution insiste sur deux points importants, ceux-là mêmes qui conditionnent sa transformation future : l'organisation de la mosquée et sa situation dans son environnement. Quelques exemples d'éléments ou d'espaces architecturaux de la mosquée sont développés pour le rôle important que les architectes de l'église leur accordent dans les projets à venir, en s'en inspirant ou en les investissant différemment.

  • 16 Selon Mercier, il y avait à Constantine les djama ou mosquées et les zaouia. Mercier classe l'anci (...)
  • 17 La mosquée aurait été achevée en 1721 pour Chghib (Quassantina, oum el haouadhir bayn el madhi oua (...)
  • 18 C. Feraud, « Visite au Palais de Constantine », Le tour du monde, tome XXXIII, 849e livre, p. 225- (...)

10La mosquée Souk el Ghzel est l'une des quatre mosquées les plus importantes de la ville16. Elle se trouve à côté du palais du Bey Ahmed, devenu siège du commandement militaire français dès 1837. Les deux bâtiments, imbriqués l'un dans l'autre, ne datent pas cependant de la même époque : un siècle sépare leur construction respective. En effet, la mosquée est édifiée au xviiie siècle17 par Hassan Bey, alors que le Bey Ahmed entreprend la construction du palais en 1826 ; celle-ci est interrompue en 1837 après la prise de la ville18.

Situation de la mosquée dans son environnement

  • 19 Pour les noms de l'époque beylicale, on se réfère à l'annexe 6, concernant la « Dénomination des r (...)

11La maquette de « Constantine arabe en 1830 » de Juge montre la mosquée entourée par la rue commerçante Souk el Ghzel sur son côté oriental, par un talus dit ed Derb ou Sidi Fergane et quelques maisons sur son côté occidental, par une ruelle ou une impasse au sud, alors qu'elle s'encastre dans le palais du Bey par le nord19. Une description de cette situation complexe par M. Meurs, architecte en chef du département de Constantine, permet d'imaginer son état antérieur :

  • 20 CAOM, GGA, carton 2N51, « Avis de l'architecte en chef du département de Constantine [Meurs] sur l (...)

« Avant l'occupation, elle était entourée des maisons particulières, à l'exception de la partie postérieure qui s'étendait dans le palais et y faisait enclave20. »

12La mosquée Souk el Ghzel doit son nom au marché du même nom qui veut dire « marché de la laine filée », situé par tous les auteurs sur ed Derb. La mosquée d'autre part, en plus de son importance, s'impose par son gabarit. Sa façade orientale se développe sur environ une trentaine de mètres, avec un minaret sobre et peu élevé, signalant sa présence. Aucune indication ne permet de savoir où se trouvait son entrée. Nous pensons cependant qu'elle se situait au sud de l'édifice, desservi par une ruelle ou une impasse, d'après la maquette de la ville décrite plus haut et le « plan de reconstitution de la ville de Constantine en 1837 » établi par Pagand.

13La mosquée étant située 2,5 mètres plus bas que le palais du Bey et d'autre part enclavée dans celui-ci, nous pensons que logiquement, il devait y avoir une relation directe entre le palais et la mosquée, des escaliers ou des espaces intermédiaires, dont la conception en gradins permettait le passage entre les deux édifices.

Organisation intérieure de la mosquée

  • 21 CAOM, GGA, carton 2N51. Dans une des correspondances trouvées, il est question d'un « projet pour (...)
  • 22 CAOM, GGA, carton 2N51. Dans les projets de 1858 et de 1859, Meurs décrit un jardin qui sépare la (...)
  • 23 Le sahn est une cour intérieure où l'eau est disponible, qui peut servir comme espace d'ablution o (...)

14Dans les archives consultées, il est question d'une cour de presbytère en 185321 puis d'un jardin en 185822, situé sur le côté occidental de l'ancienne mosquée, côté justement par lequel le premier agrandissement de l'église se fait en 1843. La mosquée aurait-elle eu un sahn23 dont une partie a servi d'extension à l'édifice et l'autre a été transformée en cour de presbytère puis en jardin ? Aujourd'hui, la mosquée Souk el Ghzel ou Hassan Bey ne possède pas de cour et la question de savoir si elle en possédait ou non avant son occupation reste posée.

  • 24 Niche qui se trouve généralement dans la mosquée et qui indique la Kaaba, direction vers laquelle (...)

15Selon les architectes de l'église, la salle de prière de la mosquée était rectangulaire et plus étroite, car elle était formée de quatre nefs seulement. Sur un des côtés longs de la salle de prière, situé au sud-est, se trouvait le mihrab24, de sorte que les musulmans formaient des rangs en longueur, parallèles à ce mur pendant la prière.

  • 25 Pour conserver ce mur et son caractère, Auber le consolide en 1852, en construisant des contrefort (...)

16Un des murs intérieurs de la mosquée, celui du mihrab, sauvegardé plus tard par les architectes de l'église de Constantine25 et visible encore aujourd'hui, donne une idée de ce que pouvait être la décoration de la salle de prière. Il s'agit d'une décoration de style mauresque. Le mur est tapissé de céramique polychrome sur une certaine hauteur, relayée par une décoration géométrique et florale en stuc, très minutieuse, qui couvre la hauteur restante. Les deux surfaces sont séparées par des versets du Coran, qui courent transversalement le long du mur. En son milieu, se dresse le mihrab, en demi-cercle, dont la forme pentagonale se niche dans l'épaisseur du mur. Quatre colonnettes, en marbre noir et blanc, flanquent le mihrab, deux de chaque côté. Le même décor géométrique et floral en stuc recouvre croisées, voûtes et coupole de l'intérieur de l'édifice.

LES TRANSFORMATIONS DE 1839 À 1859

L'église sous la responsabilité du génie militaire (1839-1845)26

  • 26 CAOM, GGA, carton 2N51. Dans son rapport du 11 septembre 1858, Meurs, l'architecte en chef de l'ég (...)

17En 1839, la mosquée Souk el Ghzel est transformée en église. Pourquoi le choix des militaires français s'est-il porté sur cette mosquée précisément ? Auber, architecte en chef de l'église de Constantine, explique en 1852 ces raisons :

  • 27 CAOM, GGA, carton 2N51, « Rapport de l'architecte en chef [Auber]… », 18 juin 1852.

« Au moment de la prise de Constantine il existait en ville 77 mosquées affectées aux différentes sectes de culte musulman. Une seule fut transformée en Église catholique ; c'était la mosquée Souk el Gazel dépendante du palais du Bey. La situation de l'édifice au centre du quartier européen avait pu seule déterminer son choix entre tous les autres27. »

18En 1839, quand la mosquée devient église, le quartier européen n'existe pas encore, du moins officiellement, puisqu'il est fondé par une ordonnance royale en 1844. Cependant, si ce qu'écrit Auber est vrai, nous pensons qu'il y avait une concentration de militaires français dans cette partie de la ville : cela effectivement justifierait le choix de cette mosquée pour l'installation de l'église, puisqu’elle est une annexe du palais du Bey, devenu siège de l'autorité militaire. Il semble naturel que l'église de Constantine, dont le premier curé Suchet était, selon Mercier, ex-aumônier des troupes, soit à côté du palais, dans une ville de garnison où la majorité des fidèles sont des militaires.

19En 1839, l'église nouvellement installée prend le nom de « Notre-Dame-des-Sept-Douleurs », sur une suggestion de l'abbé Suchet, qui a laissé le plus ancien témoignage la concernant :

  • 28 M. Suchet, Constantine et l’Algérie : Extrait des lettres de M. Suchet, missionnaire en Algérie, T (...)

« Je fais arranger dans ce moment la grande et belle salle de la mosquée du Palais d'Achmed Bey, souverain détrôné de la province de Constantine, pour en faire une première Église paroissiale dont je serai le premier curé. C'est après demain Dimanche que j'aurai le bonheur de bénir cette mosquée, d'en faire un temple catholique, et d'y célébrer la première messe28. »

20Rien n'est précisé sur la façon dont le curé Suchet entreprend « d'arranger […] la mosquée du Palais ».Mais, dans une lettre adressée à un ami, il raconte comment il acquiert pour l'église une chaire provenant d'une autre mosquée de la ville ; occasion au cours de laquelle il découvre la tolérance à l’égard du christianisme des notables urbains :

  • 29 M. Suchet, op. cit., p. 23.

« ils me l'accordèrent avec des démonstrations de joie et de bonheur, d'avoir pu faire quelque chose en faveur de notre sainte religion. Ils me donnèrent aussitôt soixante Arabes pour que je fisse transporter moi-même ce magnifique objet dans notre Église catholique29. »

  • 30 Vincennes, Service historique de l’armée de terre (SHAT), archives du génie, art. 8, sect. 1, Cons (...)

21Nous pensons que pendant cette période, les transformations se font principalement par le mobilier, comme pour l'épisode de l'acquisition de la chaire. D'autre part, les archives du génie font état de travaux, principalement d'entretien. Le plus important aurait été la réfection d'un mur qui menaçait ruine30. Ce qui permet de croire que pendant les années où l'église dépend du génie militaire, ce service, par la nature des travaux entrepris, a adapté le culte catholique au plan primitif de la mosquée. Cela ne sera plus le cas dans les années qui vont suivre où l'église passe sous la responsabilité des Bâtiments civils et de la Voirie.

L'église sous la responsabilité des Bâtiments civils (1845-1859)

22Trois projets importants ponctuent cette période (projets de 1845, 1852 et 1859), à côté d'autres de moindre intérêt. On note une continuité entre eux, leur but étant de « transformer l'église en église conforme », selon l'expression de Meurs, l'architecte le plus emblématique du bâtiment. En effet, dans un souci de compléter les travaux antérieurs des uns et des autres, tout en corrigeant le plan de l'église catholique, les différents architectes ont procédé à quelques remaniements du plan, accompagnés d'une réorganisation des différents offices pour « le bon déroulement du culte catholique » et d'un réaménagement des abords de l'église.

23Le plan de la mosquée était à l’origine rectangulaire, formé de quatre nefs ; il est augmenté d’une nef supplémentaire dès 1845. Ce premier remaniement du plan vise à agrandir l'édifice tout en consolidant le mur sur lequel l'agrandissement s'est fait. Le plan de l'église offre alors cinq nefs sur sa largeur, c'est-à-dire un nombre impair, qui désormais dote le bâtiment d'une nef axiale comme c'est le cas pour n'importe quelle autre église et rapproche son plan de celui d'une basilique chrétienne.

24La seconde phase de ces remaniements importants, conçus dès le projet de 1852, porte sur deux paramètres, conséquents et complémentaires de la première transformation. Car l'existence de la nef axiale permet de corriger l'emplacement de l'entrée et du chœur, qui tous deux doivent se trouver dans le prolongement de la nef axiale, et à l'opposé l'un de l'autre. Cela exige d'une part la réfection de l'entrée de l'église, et d'autre part le déplacement du chœur qui, jusque-là désaxé, occupait l'espace de deux entrecolonnements dans la salle de prière, la rendant plus étroite. Dans ce projet de 1852, il faut souligner la volonté de l'architecte Auber de faire du chœur un espace qui se démarque de l'ensemble du plan, en le logeant à l'intérieur d'une forme polygonale et en le rehaussant par rapport au niveau de la salle – ce qui constitue une autre étape importante dans l'adaptation et l'appropriation de l'église.

25À l'opposé du chœur, la réfection de l'entrée s'impose également. Auber explique aussi que cette transformation est tout à fait dans l'esprit d'un édifice public :

  • 31 CAOM, GGA, carton 2N51, « Rapport de l'Architecte [Auber] … », 18 juin 1852.

« L'entrée actuelle de l'Église n'offre rien de monumental, l'aspect extérieur de trois chétives baies carrées ouvertes sur un mur uni n'annonce pas un établissement public, à plus forte raison est-il indigne d'une église catholique31. »

LE PROJET DE L'ÉGLISE DE 1859 : UNE PROPOSITION À L'ÉCHELLE URBAINE ET RÉGIONALE

26Dans le « projet de restauration et d'agrandissement de l'église catholique de Constantine » de 1859, précédé par celui de 1858, un paramètre nouveau apparaît. C'est le « projet de régularisation de la place du palai», qui englobe l'alignement et le nivellement des rues qui l'entourent. Meurs, architecte en chef de l'église, dans ses deux projets de 1858 et de 1859, ne s'arrête pas à l'ajustement du plan de l'église mais propose aussi la réorganisation de ses abords extérieurs, et la rénovation de ses façades, notamment la principale qui borde la place du palais dont la vocation est de donner « un style » et « un ordonnancement » à la place et donc à l'ensemble des façades des autres bâtiments publics qui l'entourent :

  • 32 CAOM, GGA, carton 2N51, « Rapport de l'architecte en chef… », 11 septembre 1858.

« L'édifice serait entièrement isolé sur ses quatre faces, question de convenance qu'il importe autant que possible de satisfaire, tant à cause du caractère de ce que l'on doit conserver à toute construction religieuse que des inconvénients que présente pour le culte, la proximité de maisons particulières. »
« Il reste donc le côté latéral en façade sur la place qui, à cause d'une différence de niveau des sols, devra être soumis à un travail préalable et de plus servira d'ordonnance pour la décoration et la disposition des autres32. »

27Par ce tournant conceptuel, Meurs introduit dans ses projets une dimension nouvelle par rapport à ceux de ses prédécesseurs. En effet, l'église est considérée comme un bâtiment religieux avec ses exigences spécifiques en raison de sa nature, mais la réflexion se porte aussi sur l'édifice situé dans son environnement urbain. Meurs donne ainsi une vocation urbaine à l'église, celle de « l'ordonnancement » de la place du palais qui en ces années-là, est une des places les plus importantes de Constantine.

  • 33 Ibidem.

28Pour Meurs, l'église doit être définitivement conservée, car « les limites naturelles de la ville n'offrant pas assez de superficie pour contenir une quantité plus grande d'habitants, cette église sera toujours la principale paroisse33. »

  • 34 Annaba aujourd'hui.
  • 35 « Constantine sera toujours le chef-lieu de la province et la résidence du général commandant. » : (...)

29Ceci explique l'ampleur de son projet qui, au-delà de sa dimension urbaine, acquiert de fait une dimension régionale. Bône34, prise en 1832, est la ville coloniale la plus importante de l'Est jusqu'à la prise de Constantine qui s'impose ensuite comme capitale de la province de l'Est35, à cause de son importance et de l'influence qu'elle exerce sur l'intérieur du pays. D'autre part Bône, ville de saint Augustin, eut très vite sa première église, contrairement à Constantine dont le relief a retardé l'exécution de la sienne. Nous pensons que le projet de 1859 de Meurs se devait d'être de ce point de vue à la hauteur de celui de Bône.

30Si Meurs ne mentionne pas Bône, Auber son prédécesseur, convaincu lui aussi de la pérennité de l'église de Constantine, écrit en 1852 :

  • 36 Skikda, aujourd'hui.
  • 37 CAOM, GGA, carton 2N51, « Rapport de l'Architecte [Auber]… », 18 juin 1852.

« ...il faudrait appliquer aux travaux de l'Église définitive une somme qu'on peut évaluer, par analogie aux édifices en construction à Bône et Philippeville36, au chiffre de 350 ou 400 mille francs. Peut-on supposer que les 23 500 Francs appliqués à l'église actuelle de Constantine seraient une dépense superflue, eu égard au délai du temps qui s'écoulera avant la réalisation de cet immense projet. Nous ne le pensons pas37. »

Projet de régularisation de la place du palais

  • 38 Il s'agit du commissariat de police et de quelques maisons militaires situées en avant-corps du pa (...)
  • 39 Le « Procès verbal de conférence relatif à un nouvel agrandissement de l'église paroissiale vers l (...)

31Depuis 1852, date du premier projet d'alignement et de nivellement de Constantine, la question de la régularisation de la place du palais se pose. Cependant, ce projet est gêné par l'existence de maisons, militaires pour la plupart, situées sur les alignements prévus38. Ce n'est qu'en 1858 que la régularisation de la place est envisagée quand les militaires libèrent enfin leurs propriétés. Dès 1858 le maire de Constantine invite toutes les autorités intéressées à donner leur avis sur les alignements en cours d'étude39. Ces avis corrigeront le plan de régularisation de la place et des rues environnantes et proposeront un plan définitif pour toute cette aire urbaine, notamment pour les bâtiments qui bordent la place, en cours de restauration comme c'est le cas pour l'église. Un problème technique se révèle en ce qui concerne la mitoyenneté entre l'église et la place : l'église est située 2,5 mètres plus bas que la place.

32Le projet de la régularisation de la place est l'occasion, pour Meurs, de suivre les propositions pour qu'elles ne soient pas préjudiciables à l'église :

  • 40 CAOM, GGA, carton 2N51, « Rapport de l'architecte en chef sur le projet de restauration et d'agran (...)

« J'ai tenu à me rendre compte par moi-même de ce que deviendrait cette église par suite de tous les travaux d'agrandissement de la place, des alignements et de nivellements ; suivre, afin de la mettre en abri de tout ce qui pourrait nuire à sa solidité et au caractère qu'elle doit conserver40. »

Critique du projet de 1858

33La commande de 1858, émise par le « grand évêque » d'Alger en accord avec le curé de l'église de Constantine, concerne l'agrandissement de l'édifice, moyennant la reconstruction du chœur, de la sacristie et des annexes. Meurs tient aussi compte des alignements arrêtés pour faire une proposition qui s'axe sur trois principes. Tout en agrandissant l'église, il la dégage des constructions qui l'entourent, redessine l'ensemble des façades et propose de combler le vide qui existe entre l'église et la place par un remblai.

  • 41 SHAT, carton 1H817, « Procès verbal de conférence relatif à un nouvel agrandissement de l'église » (...)

34Mais le projet de Meurs est critiqué : d'une part l’évêque d'Alger trouve que l'agrandissement du chœur n'est pas satisfaisant ; d'autre part, la proposition de combler le vide jusqu'à la limite de l'église est vivement critiquée par l'ensemble des services, clergé, municipalité et génie, à cause « des graves inconvénients qui résulteraient du contact immédiat entre l'église et la place41 ». Le maire propose de revenir à la solution qui consiste à ouvrir une rue entre l'église et la place. C'est l'occasion de revoir aussi le tracé de la future rue par la commission d’alignement et de nivellement : la proposition consiste à faire décrire à la rue deux coudes pour contourner le chœur de l’église.

35C'est à partir des critiques du projet de 1858, et des tracés de la commission d’alignement et de nivellement, que Meurs va proposer ses modifications pour le projet de 1859 (figure 1). La commande de l’évêque concernant l'agrandissement du chœur était maintenue, et le principe de création d’une rue séparant l'église de la place adopté ; ces deux points allaient, tous deux, dans le sens de la proposition de Meurs : dégager l'église de ce qui l'entoure et traiter les façades en conséquence.

36Concernant le chœur, Meurs le prévoit comme convenu dans la partie postérieure de l'église et lui donne la forme d'un octogone dégagé complètement par trois de ses côtés de l'édifice. Le chœur est flanqué, de part et d'autre, par les sacristies, situées dans la partie postérieure à reconstruire et pourtant intégrées, elles, au reste de l'édifice. Seul l'octogone émerge en hauteur, pour donner au chœur un caractère imposant et répondre à l'attente de l’évêque d'Alger. La forme du chœur aurait été déterminée par les futurs alignements de la rue postérieure prévue. Meurs explique comment il en est arrivé à cette forme précise :

  • 42 CAOM, GGA, carton 2N51, « Avis de l'architecte en chef du département de Constantine sur la combin (...)

« Le fond du chœur, tel qu'il est déterminé par les alignements arrêtés par la commission, présentait trois faces que j'ai considérées comme les trois côtés d'un polygone que l'on pouvait continuer en le continuant sur les faces opposées au dessus des arcades des ouvertures du chœur, lesquelles avec les côtés qui les relient formeraient un octogone régulier42. »

« Style » de l'église de Constantine et « ordonnancement » de la place du palais

  • 43 Ibidem.

37Meurs propose, dans son projet de 1859, d'isoler le bâtiment de ce qui l'entoure pour des « convenances d'ordre religieux » et redessine les façades de l'église, particulièrement la plus importante d'entre elles, la façade latérale qui donne sur la place du palais (figure 2). L'édifice ainsi dégagé doit avoir « un style », car « l'extérieur n'en avait aucun puisqu'il n'était entouré que de murs de séparation43 … ». L'architecte propose un style homogène inspiré de la décoration architecturale de la salle de prière et du mur du mihrab conservé de l'ancienne mosquée. Meurs, sensible à cette décoration, écrit :

  • 44 Ibidem.

« L'intérieur […] était orné avec goût, dans le genre mauresque. Le parement de trois murs comportait une décoration mosaïque en carreaux vernis […] arrangés d'un bon dessin jusqu'au dessous des voûtes. Des croisées d'un très bon goût et chargées d'ornements de même style éclairent l'intérieur44 ».

38Pour Meurs, il convient de conserver « tout l'intérieur de l'église car […] c'eût été un crime de détruire des œuvres qui ont une valeur comme style local », et de s'en inspirer pour l'église. Dans le rapport de 1858, il écrivait déjà :

  • 45 CAOM, GGA, carton 2N51, « Rapport de l'architecte en chef… », 11 septembre 1858.

« Sa décoration architecturale étudiée dans le même style que celle de l'ancienne mosquée mais cependant appropriée au caractère d'une église se répétera sur les faces principale et postérieure et sur le côté latéral qui lui est parallèle45. »

39Si on se rend compte que le côté latéral dont il est question est celui qui borde la place du palais et qu'à partir de cette façade, Meurs entend donner l'ordonnancement à la place du palais et donc traiter de la même façon l'ensemble des façades de tous les bâtiments militaires, municipaux ou privés qui entourent la place, on saisit la portée du projet de Meurs. En effet l'architecte, par le projet pour l'église, donne une empreinte, un style à la place du palais, inspiré du « style mauresque » ou du « style local » de l'ancienne mosquée transformée en église.

  • 46 N. Oulebsir, « La découverte des monuments de l'Algérie. Les missions d'Amable Ravoisié et d'Edmon (...)
  • 47 F. Béguin, « Les deux visages de la France : le style du vainqueur et le style du protecteur », da (...)

40Meurs, en reconnaissant la valeur esthétique de l'ancienne mosquée et en s'en inspirant aussi bien pour la décoration de l'église que pour le style du bâtiment et « l'ordonnancement » de la place du palais, est en avant-garde par rapport à la reconnaissance officielle du style mauresque, qui date des années 187046, et l'introduction de ce style qualifié de néo-mauresque dans les bâtiments officiels, qui ne viendra que bien plus tard entre les années 1900 et 193047.

  • 48 À cause des longues négociations qui ont opposé l'État, la commune, et les militaires concernant l (...)
  • 49 A. Pons, La nouvelle église d'Afrique, op. cit., (« Le diocèse de Constantine et d’Hippone, 1866-1 (...)

41Le plan d'alignement et de nivellement de la ville de 1852 a considérablement gêné les travaux de rénovation et d'agrandissement indispensables à l'église. Cependant une réalité s'imposait. La cathédrale qui devait remplacer l'église de Constantine prévue sur le Coudiat Aty dépendait de l’arasement du mamelon qui tardait à se faire48. Les doutes sur le sort de l'église de Constantine se levaient et le bâtiment devait s'imposer définitivement dans la ville. Le projet de 1859 ne sera exécuté que bien plus tard, à partir de 1867 pensons-nous, date de la création du diocèse de Constantine49.

DES TRANSFORMATIONS SYMBOLIQUES

  • 50 Dont 59 mosquées, 35 zaouias, 4 medersas et 9 marabouts : B. Pagand, « La Médina de Constantine (A (...)
  • 51 CAOM, GGA, carton 1N13, « État indicatif des Bâtiments civils affectés à divers services publics » (...)
  • 52 CAOM, GGA, carton 1N13 et SHAT, série 1H, cartons 1H817 et 1H818.
  • 53 B. Pagand, « La Médina de Constantine (Algérie) », art. cité, p. 290-293. Dans l'annexe 6, concern (...)
  • 54 Notamment, selon Suchet, « Hamouda, le hakem ou gouverneur de la ville de Constantine, et son vieu (...)

42Constantine comptait 107 édifices religieux50 avant l'arrivée des Français. Au lendemain de sa prise, elle n'en a plus que 7751. En 1852, Auber évalue le nombre restant des mosquées à une quarantaine environ. D'après les archives consultées, la plupart de ces édifices sont transformés principalement en hôpitaux, asiles pour déshérités et écoles52. D'autres lieux de culte musulman et israélite disparaissent, parce que tombés en ruine ou démolis suite à l'ouverture de rues53. On se demande alors comment les Constantinois à l'époque vivent la séquestration de ces biens, leur occupation et leur transformation. Concernant la mosquée Souk el Ghzel, seule transformée en église, les Constantinois restent des témoins muets, du moins dans les archives consultées. Le seul témoignage concernant la réaction de ces citadins vient de l'abbé Suchet, qui décrit l'accueil favorable des notables de la ville54 qui lui offrent la « chaire magnifique » qu'il avait demandée « avec des démonstrations de joie et de bonheur ».

  • 55 N'oublions pas qu'en 1837, Constantine est en majorité musulmane mais abrite une importante commun (...)

43Les projets de l'église de Constantine, en plus de la correction du plan de la mosquée, portent en eux la volonté d'affirmer la présence chrétienne à Constantine, face à la présence musulmane qui caractérise la ville55. Auber explique ainsi la nécessité de refaire l'entrée, le porche et en fait la façade principale de l'église catholique de Constantine :

  • 56 CAOM, GGA, carton 2N51, « Rapport de l'Architecte [Auber]… », 18 juin 1852.

« La reconstruction de la façade est basée sur des raisons de convenance religieuses non moins importantes. Dans une ville conquise au prix du sang d'une armée catholique, où les Musulmans possèdent encore aujourd'hui plus de 40 mosquées, dont quelques unes sont de vastes et riches monuments, ne serait-ce pas un acte de dignité nationale que de remplacer l'entrée mesquine actuelle par un frontispice accusant ostensiblement la pieuse transformation de celui-ci.56 »

44Des transformations toujours en rapport avec la nouvelle affectation de l'édifice, d'une nature tout aussi symbolique, ont lieu et sont cependant difficiles à dater. Notons par exemple la réorientation de la salle de prière vers le côté nord-est au lieu du côté sud-est où se trouve le mihrab qui lui, a été conservé. Ainsi, les fidèles catholiques formaient des rangs en largeur, parallèles au côté nord-ouest où très vite sera installé le chœur. Le mihrab conservé est investi différemment. En 1845, un des premiers projets de l'église prévoit un autel dans cet endroit très important pour l'ancienne mosquée. On ne sait pas si l'autel fut installé dès ces années-là, mais une carte postale de l'intérieur de l'église, devenue entre-temps la cathédrale de Constantine, datant du début du xxe siècle, permet d'affirmer que l'autel a effectivement pris place dans la niche de l'ancien mihrab, où désormais se superposent les arts les plus emblématiques des religions musulmane et chrétienne : des versets du Coran calligraphiés et une décoration géométrique abstraite, en même temps que toute la statuaire et les représentations des saints et des personnages bibliques (figure 3).

  • 57 Ibidem.

45On sait aussi que sur le minaret en ruine de l'ancienne mosquée, a été construit le clocher de l'église, sur lequel sont installées croix et horloge et à l'intérieur duquel se trouve une cloche57. Ainsi au minaret de la mosquée succède le clocher de l'église, et la croix chrétienne remplace le croissant de lune musulman. Quant au temps, autrefois rythmé par les appels du muezzin à la prière, cinq fois par jour, il est désormais rythmé par un son de cloche, au moins une fois par jour pour la messe. Mais sur ce temps sacré est venu se greffer un temps profane, matérialisé par l'horloge publique installée sur le clocher de l'église, qui surplombe la place du palais. C'est alors l'occasion de se demander si l'emploi de l'horloge publique existait avant l'arrivée des Français à Constantine. Pour l'instant, les sources consultées ne permettent pas de répondre à cette question. Mais si cette pratique a été introduite par les Français, cela veut dire que ces derniers ont introduit ou imposé une temporalité nouvelle aux Constantinois. Historiquement, Constantine devait connaître un temps différent.

Fig. 1 – Plan de l’église catholique de Constantine, dans le projet proposé par Meurs en 1859 (CAOM, 2N51, « Projet de restauration et d’agrandissement de l’église de Constantine »).

Fig. 2 – Élévation latérale (CAOM, 2N51, « Projet de restauration et d’agrandissement de l’église catholique de Constantine »).

Fig. 3 –Intérieur de la cathédrale de Constantine, début du xixe siècle, carte postale (coll. Y. Boudjada).
Les symboles des religions chrétienne et musulmane se superposent.

Notes

1 Ici ne sont pas considérés les bâtiments appartenant à l'Église catholique, tels que les séminaire, orphelinat, presbytère, hospice…

2 Malverti et Picard font une confusion en affirmant que la cathédrale est construite par les Français, au bord de la place du palais. Dans X. Malverti et A. Picard, Les villes coloniales fondées entre 1830-1870, Grenoble, BRA, 1988, p. 66.

3 A. Pons, La nouvelle église d'Afrique ou le catholicisme en Algérie, en Tunisie et au Maroc depuis 1830, Librairie Louis Namura, 1930, p. 184.

4 M. Biesse-Eichelbrenner, Constantine. La conquête et le temps des pionniers, Honfleur, Imprimerie Marie, 1985, p. 162. On sait par ailleurs qu'avant la construction de cette église dans le nouveau faubourg du Coudiat Aty, il y avait une salle aménagée en église dans ce quartier en expansion, dans les années 1880 : archives communales du département de Constantine, Série K1, Biens communaux, liasse n° 5, lettre n° 37, du maire Chevalier au préfet de Constantine, le 04-01-1884, concernant « le renouvellement du bail affecté à l'église du faubourg ».

5 Il devient le service des Bâtiments civils à partir de 1850 : S. Burth-Levetto, « Le service des bâtiments civils en Algérie (1843-1872). Entre discours et réalité », REMMM, n° 73-74, 1996, p. 137-152.

6 E. Mercier, « Constantine sous la domination française », dans Histoire de Constantine, Constantine, J. Marle et F. Buron, 1908, p. 441-571. Ernest Mercier a été le maire de Constantine en 1883, 1896 et 1900.

7 Aix-en-Provence, Centre des archives d’outre-mer (CAOM), GGA, carton 2N51, Constantine. Édifice de culte catholique. 1845-1862. Pour l'élaboration des projets et des rapports qui les accompagnent, les architectes de l'église ont relevé les traces de certaines parties de la mosquée et décrit d'autres, avant sa transformation.

8 E. Mercier, Histoire de Constantine, op. cit., et « Constantine avant la conquête française. 1837. Notice sur cette ville à l'époque du dernier Bey », dans Constantine. Son passé. Son Centenaire (1837-1937). Recueil des notices et mémoires de la S.A.C. (Société Archéologique de Constantine), vol. LXIV, 1937, p. 39-54.

9 B. Pagand, « La Médina de Constantine (Algérie) : de la ville traditionnelle au centre de l'agglomération contemporaine », Etudes méditerranéennes, fascicule 14, 1989, p. 167.

10 Elle se trouve actuellement au musée Cirta de Constantine. La maquette de Constantine porte la mention suivante : « Constantine à l'époque arabe 1830. Œuvre exécutée en 1940-1941 par Alphonse Elie Juge, artiste-peintre. Travail authentique et précis selon les courbes du plan de l'état major, les documents puisés dans les archives et la mémoire personnelle de l'auteur. éch 0.06 pour 100 m ».

11 Pour l'année 1842, citons à titre d'exemple l'arrêté du 11 janvier, qui lève l'interdiction sur les transactions immobilières entre musulmans, mais qui la maintient entre eux et les juifs indigènes ou européens.

12 578 Européens en 1840, 840 en 1844, 1722 en 1845, et 12 549 en 1861, dans Ministère de la Guerre, Tableaux de la Situation des Etablissements Français en Algérie, Paris, Imprimerie Royale, 1841-1862.

13 Créée en 1847, elle « comprend le commissaire civil comme président, le commandant du Génie, le conducteur chargé du service des bâtiments civils, le directeur des affaires arabes, et en voix consultatives un négociant européen et un propriétaire indigène », dans X. Malverti et A. Picard, op. cit., p. 49.

14 CAOM, GGA, carton 1N13, « Procès-verbal de la commission chargée d'arrêter les bases d'alignements et de nivellements de Constantine, en vertu de l'arrêté ministériel du 27 janvier 1846 ».

15 CAOM, GGA, carton 2N51, dans son rapport qui date du 18 juin 1852, l'architecte Auber écrit : « Dans le projet d'alignement de la ville de Constantine, l'Église actuelle de Constantine doit disparaître entièrement pour être remplacée par une cathédrale à construire dans le nouveau faubourg ».

16 Selon Mercier, il y avait à Constantine les djama ou mosquées et les zaouia. Mercier classe l'ancienne mosquée Souk el Ghzel parmi les quatre plus importantes de la ville, celles à Khotba, « c'est à dire où l'on prononce le prône du vendredi et la prière en faveur du prince », dans E. Mercier, Histoire de Constantine, op. cit., p. 439.

17 La mosquée aurait été achevée en 1721 pour Chghib (Quassantina, oum el haouadhir bayn el madhi oua el hadhir. Tarikh Quassantina [Constantine, Mère des cités entre passé et présent. Histoire de Constantine], Quassantina, el Baâth, 1980, p. 243), en 1730 pour Mercier (Histoire de Constantine, op.cit., p. 253) et du temps du règne de Hassan Bey sur la ville entre 1713 et 1737 pour Bourouiba (Quassantina, Alger, SNED, 1978, p. 98).

18 C. Feraud, « Visite au Palais de Constantine », Le tour du monde, tome XXXIII, 849e livre, p. 225-256.

19 Pour les noms de l'époque beylicale, on se réfère à l'annexe 6, concernant la « Dénomination des rues à différentes époques », B. Pagand, « La Médina de Constantine (Algérie) », art. cité, p. 290-293.

20 CAOM, GGA, carton 2N51, « Avis de l'architecte en chef du département de Constantine [Meurs] sur la combinaison proposée par la commission permanente des travaux publics pour l'élargissement de l'entrée du chœur de l'Église de Constantine », 30 décembre 1859.

21 CAOM, GGA, carton 2N51. Dans une des correspondances trouvées, il est question d'un « projet pour la construction d'un hangar dans la cour de l'église de Constantine » qui date de 1853. Il est destiné à être une salle de récréation pour les élèves des écoles installées dans les annexes de l'église. Ce projet, non dessiné, qui fait l'objet d'une lettre envoyée par l'inspection générale des Bâtiments civils au ministre de la Guerre, ne permet pas de situer la cour dont il est question ni les annexes de l'église.

22 CAOM, GGA, carton 2N51. Dans les projets de 1858 et de 1859, Meurs décrit un jardin qui sépare la place du palais de la mosquée, la place étant située à l'ouest de la mosquée et plus haut que celle-ci d'au moins 2,5 mètres.

23 Le sahn est une cour intérieure où l'eau est disponible, qui peut servir comme espace d'ablution ou comme mussalah, c'est-à-dire comme extension à la salle de prière quand celle-ci est pleine.

24 Niche qui se trouve généralement dans la mosquée et qui indique la Kaaba, direction vers laquelle les musulmans s'orientent pour la prière. La Kaaba se situe à la Mecque.

25 Pour conserver ce mur et son caractère, Auber le consolide en 1852, en construisant des contreforts. Pour lui, seul ce mur, à la valeur esthétique certaine, méritait d'être conservé.

26 CAOM, GGA, carton 2N51. Dans son rapport du 11 septembre 1858, Meurs, l'architecte en chef de l'église, date la passation de l'église de Constantine, du génie militaire au service des Bâtiments civils et de la Voirie, de 1843. Ce qui correspond à l'année de création du service comme le souligne dans son article S. Burth-Levetto, art. cité, p. 138. Cependant, les premiers documents trouvés dans les archives des Bâtiments civils et de la Voirie, concernant l'église de Constantine, datent de 1845.

27 CAOM, GGA, carton 2N51, « Rapport de l'architecte en chef [Auber]… », 18 juin 1852.

28 M. Suchet, Constantine et l’Algérie : Extrait des lettres de M. Suchet, missionnaire en Algérie, Tours, Librairie religieuse de Mlle M. Leroy, 1839, p. 13.

29 M. Suchet, op. cit., p. 23.

30 Vincennes, Service historique de l’armée de terre (SHAT), archives du génie, art. 8, sect. 1, Constantine, carton 2, « Apostilles des projets pour 1840 ».

31 CAOM, GGA, carton 2N51, « Rapport de l'Architecte [Auber] … », 18 juin 1852.

32 CAOM, GGA, carton 2N51, « Rapport de l'architecte en chef… », 11 septembre 1858.

33 Ibidem.

34 Annaba aujourd'hui.

35 « Constantine sera toujours le chef-lieu de la province et la résidence du général commandant. » : dans Tableaux de la Situation des Établissements Français en Algérie, op. cit., 1842, p. 43.

36 Skikda, aujourd'hui.

37 CAOM, GGA, carton 2N51, « Rapport de l'Architecte [Auber]… », 18 juin 1852.

38 Il s'agit du commissariat de police et de quelques maisons militaires situées en avant-corps du palais et de son entrée ; enfin accolée à la façade ouest de l'église, il y a une maison appartenant à l'État, qui est louée à un particulier et qui se trouve sur la place projetée.

39 Le « Procès verbal de conférence relatif à un nouvel agrandissement de l'église paroissiale vers le palais et au dispositif à donner à la place d'armes pour démasquer la façade qui borde cette place » est signé par l'ingénieur des Ponts et Chaussées, l'architecte des Bâtiments civils, le colonel, chef du génie, le maire de Constantine, le colonel directeur des Fortifications, l'architecte en chef de l'église et enfin le préfet. Ce document qui illustre la collaboration des autorités civiles et militaires se trouve dans les archives des deux services : SHAT, série 1H, carton 1H817 et CAOM, GGA, carton 1N13, « Procès verbal de conférence.... ».

40 CAOM, GGA, carton 2N51, « Rapport de l'architecte en chef sur le projet de restauration et d'agrandissement de l'Église actuelle installée dans une ancienne mosquée, avec indication des dispositions à adopter pour le dégagement des faces principale et postérieure, étudiés conformément aux alignements arrêtés par la place et d'après les nivellements qui amélioreraient la situation de l'édifice et faciliteraient la communication entre les chaussées autour de la place et des rues adjacentes », 11 septembre 1858.

41 SHAT, carton 1H817, « Procès verbal de conférence relatif à un nouvel agrandissement de l'église », 11 avril 1859.

42 CAOM, GGA, carton 2N51, « Avis de l'architecte en chef du département de Constantine sur la combinaison proposée par la commission permanente des travaux publics pour l'élargissement de l'entrée du chœur de l'église de Constantine », 30 décembre 1859.

43 Ibidem.

44 Ibidem.

45 CAOM, GGA, carton 2N51, « Rapport de l'architecte en chef… », 11 septembre 1858.

46 N. Oulebsir, « La découverte des monuments de l'Algérie. Les missions d'Amable Ravoisié et d'Edmond Duthoit (1840-1880) », dans C. Bruant, S. Leprun, M. Volait, Figures de l’orientalisme en architecture, Revue du monde musulman et de la Méditerranée (REMMM), n° 73-74, 1996, p. 57-76.

47 F. Béguin, « Les deux visages de la France : le style du vainqueur et le style du protecteur », dans Arabisances, décor architectural et tracé urbain en Afrique du Nord 1830-1950, Paris, Bordas, 1983, p. 11-25.

48 À cause des longues négociations qui ont opposé l'État, la commune, et les militaires concernant le financement de l’arasement du Coudiat Aty : X. Malverti et A. Picard, op. cit., p. 64.

49 A. Pons, La nouvelle église d'Afrique, op. cit., (« Le diocèse de Constantine et d’Hippone, 1866-1929 »), p. 179-204.

50 Dont 59 mosquées, 35 zaouias, 4 medersas et 9 marabouts : B. Pagand, « La Médina de Constantine (Algérie) », art. cité, p. 124.

51 CAOM, GGA, carton 1N13, « État indicatif des Bâtiments civils affectés à divers services publics », établi en décembre 1848. Sur cette liste, les bâtiments portés au nombre de 77 sont tous des mosquées et zaouias.

52 CAOM, GGA, carton 1N13 et SHAT, série 1H, cartons 1H817 et 1H818.

53 B. Pagand, « La Médina de Constantine (Algérie) », art. cité, p. 290-293. Dans l'annexe 6, concernant la « Dénomination des rues à différentes époques », l'auteur fait état des bâtiments disparus : palais, mosquées, marabouts et synagogues.

54 Notamment, selon Suchet, « Hamouda, le hakem ou gouverneur de la ville de Constantine, et son vieux père, le cheikh ou chef religieux de le province de Constantine », dans M. Suchet op. cit., p. 23.

55 N'oublions pas qu'en 1837, Constantine est en majorité musulmane mais abrite une importante communauté juive. Sur une population totale évaluée entre 25 000 et 30 000 habitants en 1837, on estimait la population juive à 3 000 personnes environ.

56 CAOM, GGA, carton 2N51, « Rapport de l'Architecte [Auber]… », 18 juin 1852.

57 Ibidem.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – Plan de l’église catholique de Constantine, dans le projet proposé par Meurs en 1859 (CAOM, 2N51, « Projet de restauration et d’agrandissement de l’église de Constantine »).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/3073/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 358k
Légende Fig. 2 – Élévation latérale (CAOM, 2N51, « Projet de restauration et d’agrandissement de l’église catholique de Constantine »).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/3073/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 373k
Légende Fig. 3 –Intérieur de la cathédrale de Constantine, début du xixe siècle, carte postale (coll. Y. Boudjada).Les symboles des religions chrétienne et musulmane se superposent.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/3073/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 699k

Auteur

Architecte, elle est diplômée de l’institut d’architecture et d’urbanisme de Constantine (IAUC), Algérie.
Sa thèse en cours à l’EHESS de Paris, sous la direction de Daniel NORDMAN, a pour thème L’urbanisation de la ville de Constantine (Algérie) de la conquête à 1871.

© Presses universitaires François-Rabelais, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540