Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Villes rattachées, villes reconfigurées

 | 
Denise Turrel

III. Mémoires, intégration, réinventions

La nouvelle configuration des villes de la côte orientale de l’Adriatique et de la mer Ionienne au début du xixe siècle

Guido Zucconi

Texte intégral

UN NOUVEL ORDRE POLITIQUE ET FONCTIONNEL

  • 1 Voir mes articles, « Architettura e strategia urbana nei domini da mar dopo la caduta della Repubb (...)

1Après la chute de la république de Venise, le destin politique des villes ioniennes et de la côte orientale de l’Adriatique se différencie, pendant les années de transition antérieures à la Restauration. Au début du xixe siècle, Zara, Spalato et Corfou sont soumis à la France napoléonienne. Après 1815, avec l’Istrie et la Dalmatie, les deux premières villes passent à l’Empire des Habsbourg ; Corfou et les îles Ioniennes sont englobées dans la structure des domaines d’outre-mer britanniques1. Le point de départ est leur commune appartenance à Venise qui se transforme, en l’espace d’une vingtaine d’années, en un rattachement temporaire ou définitif à différents domaines impériaux : la France, l’Autriche, l’Angleterre et, pour quelques mois, la Russie même.

2Ce passage nous permet une confrontation réelle entre les conditions liées à l’ancienne souveraineté et le nouveau cadre associé aux nouveaux types de domination. Dans tous les centres que nous avons cités, le processus de transformation va toucher directement les nouvelles puissances appelées à gérer la transition de l’ancien régime au nouvel ordre. Si leur vision de l’État diverge, leurs motivations ne sont pas très différentes : les grands empires européens présents sur la côte méditerranéenne veulent tous dégager un embryon de ville moderne de la cité existante.

3En même temps, de nouvelles fonctions viennent s’adjoindre aux traditionnelles vocations typiques de chef-lieu local et de cité située au bord de la mer. Si Corfou devient la petite capitale du Protectorat britannique, Zara se transforme en siège administratif du Statthalteramt autrichien, c’est-à-dire de la préfecture de Dalmatie. Bien que sans aucun rôle spécifique dans l’administration de la province, Spalato met en valeur son esprit commercial, bien souligné par la présence d’une communauté juive sépharade ; en l’espace de quelques dizaines d’années, l’ancienne cité de Dioclétien devient la principale ville-entrepôt de la côte orientale de l’Adriatique. Finalement, l'évolution des trois villes aboutit à des destins politiques et à des rôles économiques différents, à partir d’un point de départ commun qui correspond au rôle d’un petit noyau administratif dans l’organisation de l’État vénitien.

4Un processus de reconfiguration urbaine accompagne la redéfinition de la fonction et, en général, la reconfiguration sera de type autant spatial qu’architectural. Bien entendu les problèmes d’administration et de civilisation sont étroitement liés à cette transformation du cadre physique, mais la question qui nous intéresse le plus dans l’œuvre de remodelage urbain, c’est la prédominance d’une dimension visuelle. En effet, la transition contribue à refaçonner l’architecture et l’organisation urbaine, à travers une série de projets focalisés notamment sur trois aspects : d’abord la redéfinition des structures militaires, ensuite la construction des bâtiments civils et finalement l’aménagement des espaces publics. Pour ce qui concerne ce dernier point, il s’agit en particulier d’intervenir dans deux catégories spatiales différentes : le front de mer, et le lieu central (c’est-à-dire la place ou l’esplanade). Avec les quais complètement remodelés, la place ou l’esplanade seront donc élevées au rang de témoin matérialisé du pouvoir politique qui a remplacé l’ancien ; ils offrent un siège à l’épiphanie du nouvel ordre.

LA MISE À MORT DU SYSTÈME DE DÉFENSE

5Le nouvel ordre politique doit être immédiatement aperçu du côté de la mer. L’iconographie enregistre le changement de perspective, en offrant une série de clichés urbains où la cité est toujours prise du point de vue de l’eau.

6En tout cas, il s’agit de villes maritimes qui sont en train de s’affranchir des contraintes matérielles représentées par les ouvrages de fortification – courtines et murailles d’enceinte, citadelles et barrages en pierre – qui, pendant l’époque de la menace turque, ont empêché un relation directe entre la ville et la mer. On ne doit pas oublier que Corfou a résisté à un terrible siège en 1716 : bien que situé plus tard, l’événement représente une sorte de pendant maritime du grand siège de Vienne. Mais ce n’est que le dernier exploit d’une « machine à défendre » condamnée à mourir lentement. Dans le nouvel ordre militaire de la Méditerranée – dominé par la Pax Britannica –, les villes-forteresses de Zara, Spalato et Corfou ne peuvent plus demeurer telles quelles. Les ouvrages de fortification ont perdu leur raison d’être ; la démolition qui suit permet de redéfinir la ville dans son ensemble. En effet, dans la même région maritime et dans la majorité des centres dominés par les deux puissances qui se mesurent, l’exigence de transformation prévaudra sur les raisons de conservation. Le processus d’ouverture correspond aussi à l’expansion des relations maritimes dans l’Adriatique et, en général, à la reprise du trafic dans la Méditerranée orientale. À partir de 1831, la compagnie maritime du Lloyd Austriaco établira des services réguliers et permanents entre Trieste et presque toutes les villes de la côte dalmate.

7Il y a aussi quelques cas de fermeture persistante et, parmi d’autres, celui de Raguse : pour des raisons opposées à celles des villes rouvertes, son exemple est intéressant. En l’absence d’une nouvelle fonction et d’un nouvel essor, l’ancienne petite capitale reste entourée par son enceinte de courtines et murailles ; la cristallisation de son image correspondra à la perte d’un rôle central dans le nouveau cadre politique et économique. C’est la vague touristique, surtout au xxe siècle, qui va récupérer son caractère typique de cité fermée resté accroché à l’imagerie de l’ancien régime. Le handicap initial se transformera à ce moment-là en un véritable atout.

8Ailleurs, dans les centres modifiés après 1806, c’est la bande fortifiée qui offrira un espace pour les nouvelles attributions urbaines : il s’agit surtout de bâtiments civils, tels que les écoles, les hôpitaux, les asiles d’aliénés et les autres destinations fonctionnelles qui vont souvent remplacer les anciennes pièces du système de défense. C’est donc l’ensemble des aires autrefois occupées par les ouvrages de fortification qui devient progressivement un des nouveaux milieux de la ville transformée.

9Dans les domaines des Habsbourg, en particulier, la déclaration de « ville libre » ouvre une nouvelle période, du point de vue du changement matériel et fonctionnel : gagner le statut de freie Stadt signifie s’affranchir des contraintes militaires qui ont opprimé la capitale même jusqu’en 1857. Si à Vienne la déclaration de l’empereur a permis de réaliser le projet de la Ringstrasse, dans les autres cités de l’empire le même acte administratif donnera lieu à une campagne de grands travaux publics qui commencera souvent du bord de la mer.

10Ce n’est pas par hasard que sur le littoral autrichien, aussi bien que dans les îles Ioniennes, les toponymes liés au nouveau milieu urbain reprennent souvent des termes d’origine militaire. À Corfou, « l’esplanade » ne correspond qu’à la transformation matérielle et sémantique de la notion vénitienne de Spianata, c’est-à-dire d’un « terrain découvert et artificiellement aplani pour permettre les tirs de l’artillerie », selon la définition indiquée dans les pages du dictionnaire Robert.

11Bien que de façon moins évidente, quelque chose de semblable arrivera au bord de la mer. Dans les centres de la Dalmatie, parmi les nombreux termes existants en italien pour définir le quai urbain, c’est l’expression plus spécifique de Riva qui va s’affirmer. Sa prédominance soulignera une action strictement réglée par l’autorité maritime : arrivare, c’est-à-dire approcher le rivage ou aborder la ville du côté de l’eau. Soixante ans séparent les deux événements qui sanctionnent, à Spalato et à Zara, la perte du rôle de ville fortifiée : l’approbation du « plan du quai » par la commission des fortifications à Spalato en 1807 et, dans l’autre cité, la déclaration de « ville libre » en 1868. Bien que prises à des moments différents par des gouvernements différents, les deux décisions aboutiront au même résultat du point du vue de la forme urbaine : la réalisation de la Riva Nuova (Nova Obala en serbo-croate ou Neues Ufer en allemand). Le terme correspondant – « nouveau rivage » – renvoie à deux significations complémentaires : d’un côté il signifie que le lieu a changé complètement de fonction et d'aspect (du militaire au civil, du fermé à l’ouvert). De l’autre côté, « nouveau » signifie aussi qu’un véritable quai n’existait pas avant la démolition des ouvrages de défense.

LES NOUVEAUX QUAIS2

  • 2 Sur la transformation des villes dalmates dans la première moitié du xixe siècle, voir Stanko Pipl (...)

12Dans le plan de 1807, le nouveau front de mer de Spalato se présente comme une suite de façades néo-classiques conçues pour des immeubles à destination résidentielle et commerciale : ils se dressent entre le quai et le mur libéré de l’ancien palais de Dioclétien. Au-delà du palais romain, à l’épaule de cette parade architecturale, sont situés des bâtiments utilitaires tels que les halles aux poissons et aux viandes ; à l’extrémité occidentale, les architectes ont dessiné une place rectangulaire dédiée au gouverneur français – le « Jardin Marmont ».

13Autour de ce carré allongé et ouvert vers la mer, l’administration autrichienne construira un ensemble de bâtiments, selon un gabarit commun et un modèle architectural clairement inspiré de la première Renaissance vénitienne : c’est la nouvelle place des Procuratie qui se forme au milieu du siècle, grâce à l’intervention du dernier maire italophone de Spalato, Antonio Baiamonti. Au début de cette entreprise, au fond de cet espace totalement retracé, s’installe le théâtre dessiné par l’architecte vénitien Meduna. À partir de 1860 environ, les agences maritimes et bancaires, la bourse et l’hôtel se situeront dans les deux ailes latérales. La séquence de bâtiments – et donc la place – ne sera complétée que dans les années qui précédent la première guerre mondiale. Une grande continuité spatiale et architecturale émerge de cette réalisation qui se caractérise, pourtant, par sa discontinuité politique : en effet, le long épisode des Procuratie traverse cent ans d’histoire, en liant la phase napoléonienne à la totalité de la période dominée par les Habsbourg.

  • 3 Voir la description minutieuse du nouveau quai et de sa construction dans l’article de Antonio De (...)

14À Zara, le nouveau quai (dit en italien Riva Nuova)3 est réalisé plus tard, à partir de la déclaration de « ville libre » en 1868, comme nous l’avons constaté. Malgré l’assonance avec le cas de Spalato, le nouveau rivage se rattache à un modèle différent ; ce n’est pas le « quai avec sa parade architecturale », mais plutôt la promenade plantée d’arbres qui donne le standard d’aménagement urbain : sur le terrain qui avait été occupé par le mur défensif, sont bâties des formes détachées – une série discontinue d’hôtels, de villas et d’hôtels particuliers. Au contraire de Spalato, les bâtiments représentatifs du nouveau gouvernement sont distribués dans le centre, grâce surtout à la réutilisation de vieux édifices religieux tels que les couvents.

  • 4 Voir mes articles, « Corcyra Britannica (1814-1864). Urban Architecture and Strategies in the Capi (...)
  • 5 Sur la réal isation de l’esplanade pendant les années de la domination anglaise, voir Giorgios Pan (...)

15C’est à Corfou4 que le passé se confronte à l’histoire récente de la manière la plus théâtrale. Dans la petite capitale du Protectorat britannique, le lieu de la mise en scène du nouveau pouvoir n’est pas le quai, mais le grand vide de l’esplanade. Situé entre la vieille forteresse vénitienne et la ville réelle, cet endroit change trois fois de rôle urbain et de configuration en l’espace d’une dizaine d’années5 : terrain vague soumis aux impératifs militaires au début, il devient le Champ-de-Mars dans la période française et il est finalement transformé en parc par les Britanniques.

16La nouvelle esplanade se présente aux yeux de l’observateur comme un espace-promenade entouré par les bâtiments les plus significatifs de Corfou : au milieu se trouve la grande pelouse aménagée à l’anglaise et parsemée de petits temples néo-classiques, de monuments, de rotondes… D’un côté, se dresse la suite de grands immeubles en maçonnerie – nommée Liston, dessinée et commencée par les Français –, de l’autre côté une série discontinue d’édifices en blocs de grès jaune, consacrés aux fonctions publiques. Siège du gouverneur anglais et de l’Assemblée ionienne, le palais de Saint-Michel-et- Saint-George se dresse sur la partie orientale ; le bâtiment de l’Université ionienne s’installe à l’opposé, sur le front occidental.

DEUX MODÈLES ARCHITECTURAUX

  • 6 Dans son guide de la ville de Corfou,William Goodisson nous introduit, en 1822, dans l’endroit le (...)
  • 7 Voir p. 34, ibidem.

17Déjà configurée vers 1825, la nouvelle esplanade constituera un des ingrédients principaux des descriptions de la ville données par les observateurs étrangers et en particulier anglais6. En cinquante ans de domination britannique, l’énumération des caractères locaux suivra un cliché interprétatif rigide : on commence par le port, où le voyageur débarque, et on monte ensuite au centre urbain où la densité, la mixité, les couleurs et les parfums rappellent l’atmosphère du Proche-Orient. Finalement, après le passage par les ruelles labyrinthiques, on débouche sur l’espace régulier de l’esplanade. Ce n’est pas seulement l’épiphanie matérialisée du nouveau gouvernement, comme les auteurs ne manquent pas de le souligner en conclusion de leur tour descriptif7 : c’est aussi la métaphore de l’ordre opposé au désordre de la ville indigène. En effet, malgré sa latitude, la culture dominante appliquera à Corfou un modèle colonial pour interpréter la juxtaposition des différentes parties de la ville. Bien plus que le passage d’une souveraineté à l’autre, telle que la France ou l’Angleterre, on veut souligner le début d’une nouvelle époque dominée par le droit et la rationalité.

  • 8 Voir à ce propos les écrits de Jordan Dimacopoulos, « George Whitmore of Corfu », The Architectura (...)

18L’architecture va donc jouer un rôle déterminant dans la transformation de la ville-capitale du Protectorat britannique. Les nouveaux bâtiments représentatifs traduisent un classicisme maniériste qui se rattache directement à la tradition antique : il s’agira, bien entendu, d’une tradition plus inventée que réelle, telle que celle qui s'exprime dans les relevés fantasmatiques du temple local d’Asclépios8. C’est surtout aux techniciens du génie militaire que le processus de construction incombera ; leur esprit novateur semble capable de célébrer la rupture avec le passé récent (l’ancien régime vénitien) et en même temps, la continuité avec le passé plus éloigné (la Grèce classique).

19D’autre part, à l’intérieur du centre ancien, la transformation ponctuelle du tissu urbain aura des caractères très différents du point de vue de l’architecture. L’essor économique de l’époque de la Restauration favorise un processus d’amélioration des immeubles existants ; bien entendu il s’agit d’un phénomène qui reste à la surface du patrimoine, car il touche surtout les façades et le gabarit des édifices. Le renouvellement est conçu en termes de continuité et démontre la permanence d’une tradition locale qui s’inspire des modèles architecturaux vénitiens : ce phénomène concernera toutes les villes principales du littoral adriatique et ionien. Mais c’est dans la cité de Corfou que le remodelage urbain est particulièrement étendu et profond : c’est là que, en effet, l’entreprise est entièrement gérée et dessinée par des architectes locaux.

20Ce n’est pas seulement dans les constructions ordinaires que le processus se rattache directement au passé récent. Situé juste à côté de l’esplanade de Corfou, le palais Capodistria représente un bel exemple de continuité avec les modèles néo-palladiens du xviiie siècle et donc avec la tradition du lieu. Sur les nouveaux rivages ou sur les esplanades transformées, toute une série de bâtiments civils et d’hôtels particuliers seront confiés aux spécialistes locaux formés dans les académies italiennes, surtout à Venise et à Rome. Dans cette filière, nous pouvons insérer des architectes autochtones tels que Vincenzo Andrich à Spalato ou Giovanni Croni à Corfou, l’auteur du projet pour le palais Capodistria. Mais des étrangers aussi s’installent dans les villes ioniennes et adriatiques ; parmi d’autres, Pietro Nobile et Basilio Mazzoli, qui a tracé le plan du quai en 1807. Le premier va s’établir à Trieste et dans l’Istrie, le deuxième à Zara.

  • 9 Voir Stanko Piplovic, « L’architetto Giannantonio Selva e il classicismo in Dalmazia », Arte Venet (...)

21Bien que d’une manière moins explicite, nous pouvons constater la même ambivalence dans tous les chefs-lieux du vieux golfe de Venise. À Zara, à Spalato et à Raguse, autant qu’à Corfou, la notion de classicisme est double : plusieurs éléments dans les façades nouvelles ou renouvelées démontrent l’émergence de deux cultures différentes, celle des architectes autochtones et celle des techniciens de l’État. D’un côté, les premiers reprennent des modèles artistiques qui viennent directement du xviie et du xviiie siècle : en ce cas, la référence littéraire à Palladio ou à Sammicheli est obligatoire9. De l’autre côté, les architectes liés à la structure administrative utilisent un vocabulaire proposant une notion de néo-hellénisme identique à celle qui est diffusée à Londres ou à Vienne à l’époque de la Restauration : c’est une maniera beaucoup plus proche des sources archéologiques, qui se base sur une relation ambiguë entre passé et présent, Antiquité et modernité.

22D’un point de vue architectural, le problème du rattachement se pose donc d’une manière subtile. Il n’y a pas de correspondance directe entre les deux termes de la question, c’est-à-dire le rattachement politique d’un côté et la reconfiguration architecturale de l’autre. On peut affirmer que, dans le cadre d’un bouleversement institutionnel et d’un renouvellement urbain, une partie prédominante de l’architecture reste attachée aux suggestions et aux modèles du passé le plus récent.

Fig. 1 – Plan de la forteresse et de la ville de Corfou à la fin du xiie siècle ; gravure imprimée aux Pays-Bas, collection privée, Corfou.

Fig. 2 – Vue de la cité de Split/Spalato prise du côté de la mer, 1802 ; gravure publiée dans l’ouvrage de L. F. Cassas, J. Lavallée, Voyage pittoresque et historique de l’Istrie et de la Dalmatie, Paris, 1802.

Fig. 3 – La Rotunda Maitland sur l’esplanade de Corfou, photo par l’auteur.

Fig. 4 – Le palais de Saint-Michel, siège du Haut-Commissariat pour l’Eptanèse britannique, sur le bord oriental de l’esplanade de Corfou, photo par l’auteur.

Notes

1 Voir mes articles, « Architettura e strategia urbana nei domini da mar dopo la caduta della Repubblica veneta », dans Filiberto Agostini (dir.), L’area alto-adriatica dal riformismo veneziano all’età napoleonica, Venezia, Marsilio, 1999, p. 591-605 ; « The Impact of the “ New Order ” on Dalmatian and Ionian Cities after 1814 », dans John Melville-jones (dir.), Studies in the Architecture of Dalmatia and Corfu, Perth, ALA Publications, University of Western Australia, 2002, p. 43-51.

2 Sur la transformation des villes dalmates dans la première moitié du xixe siècle, voir Stanko Piplovic, « Dalmatian Towns in the First Half of the 19.th Century », dans John Melville- Jones (dir.), Studies in the Architecture of Dalmatia and Corfu, op. cit., p. 33-42. En particulier sur la construction des nouveaux quais voir mon article, « I nuovi frontemare di Zara e Spalato, dopo le trasformazioni ottocentesche », Atti e memorie della Società dalmata di storia patria - Roma, n° 2, XXII (nouvelle série XI), 2000, p. 59-71.

3 Voir la description minutieuse du nouveau quai et de sa construction dans l’article de Antonio De Benvenuti, « Riva Vittorio Emanuele III », Il Dalmatino, LVIII (1934), p. 52-62.

4 Voir mes articles, « Corcyra Britannica (1814-1864). Urban Architecture and Strategies in the Capital of the Ionian State », dans Ennio Concina, Aliki Nikiforou-Testone (dir.), Corfu : History, Urban Space and Architecture 14.th-19.th Centuries, (Catalogue de l’exposition, Kerkira juin-septembre 1994), Korkyra, C.S. Korkyra, 1994, p. 95-103 ; Arcitektonikh tupologia kai oikodomikoi kanosmoi sthn Kerkura stiz arcez tou 19ou ai, dans Aliki Nikiforou-Testone (dir.), Kerkura, mia mesogeiakh sunqesh, Korkyra, C.S. Korkyra, 1998, p. 257-268 (« Modèles architecturaux et codes pour la construction à Corfou, première moitié du xixe siècle ») ; voir aussi « Corfù tra Venezia e l’Inghilterra : da città fortezza a città di guarnigione », dans Massimo Costantini (dir.), Il Mediterraneo centro-orientale tra vecchie e nuove egemonie, Roma, Bulzoni, 1998, p. 47-56.

5 Sur la réal isation de l’esplanade pendant les années de la domination anglaise, voir Giorgios Panagopoulos, « The Urban Transformation of Corfu during the Protectorate : the Role of the Esplanade », dans John Melville-Jones (dir.), Studies in the Architecture of Dalmatia and Corfu, op. cit., p. 53-64.

6 Dans son guide de la ville de Corfou,William Goodisson nous introduit, en 1822, dans l’endroit le plus représentatif du centre : « The only part of the town of Corfù worthy of description or notice is the Esplanade [...] a delightful green, which extends between the town and the ditch that separates the fortress from it. A good gravel walk with a double row of trees at each side, unites the fortress to the town. » Cf. William Goodisson, Historical and Topographical Essay upon the Islands of Corfu, Leucada, Cephalonia, Ithaca and Zante, London, 1822, p. 32.

7 Voir p. 34, ibidem.

8 Voir à ce propos les écrits de Jordan Dimacopoulos, « George Whitmore of Corfu », The Architectural Review, n° 994, 1979, p. 356-362 ; George Whitmore on Corfu. The Palace of Saint Michael and Saint George and the Maitland Monument, Athina, Pharos, 1994 ; « The Palace of Saint Michael and Saint George », dans Ennio Concina, Aliki Nikiforou-Testone (dir.), Corfu : History, Urban Space and Architecture, op. cit., p. 105-112.

9 Voir Stanko Piplovic, « L’architetto Giannantonio Selva e il classicismo in Dalmazia », Arte Veneta, XXX, 1976, p. 29-35.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – Plan de la forteresse et de la ville de Corfou à la fin du xiie siècle ; gravure imprimée aux Pays-Bas, collection privée, Corfou.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/3071/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 500k
Légende Fig. 2 – Vue de la cité de Split/Spalato prise du côté de la mer, 1802 ; gravure publiée dans l’ouvrage de L. F. Cassas, J. Lavallée, Voyage pittoresque et historique de l’Istrie et de la Dalmatie, Paris, 1802.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/3071/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 333k
Légende Fig. 3 – La Rotunda Maitland sur l’esplanade de Corfou, photo par l’auteur.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/3071/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Légende Fig. 4 – Le palais de Saint-Michel, siège du Haut-Commissariat pour l’Eptanèse britannique, sur le bord oriental de l’esplanade de Corfou, photo par l’auteur.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/3071/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 884k

Auteur

Professeur d’histoire de l’architecture et de l’urbanisme à l’université de Venise. Son domaine de recherche concerne surtout les thèmes urbains du xixe siècle, avec un intérêt particulier pour le contexte italien. Il est en train de publier un livre consacré à la ville européenne à cette époque. Parmi les livres et les articles publiés : La Città contesa, Milan, 1999, une étude des différents spécialistes de l’aménagement urbain.

© Presses universitaires François-Rabelais, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540