Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Villes rattachées, villes reconfigurées

 | 
Denise Turrel

III. Mémoires, intégration, réinventions

Les effets des changements de souveraineté sur l’architecture communale de la France d’Ancien Régime

Pascal Liévaux

Texte intégral

« Dans un pays, deux choses doivent être éminemment nationales, la langue et l’architecture, c’est ce qui exprime le plus nettement le caractère d’un peuple. »
Viollet-le-Duc, De l’art étranger.

1Le thème des changements de souveraineté a de multiples résonances dans l’histoire de l’architecture et des aménagements urbains, les interventions de cette journée consacrée à la recomposition des espaces nous en apportent s’il le fallait la confirmation. Nous voudrions examiner ici, pour la France d’Ancien Régime et sous cet angle d’attaque, un domaine de l’architecture publique parmi les plus riches et auquel nous avons consacré quelques recherches, celui des hôtels de ville.

  • 1 Nous laisserons de côté le domaine très riche du décor intérieur, encore plus difficile à cerner d (...)

2La construction ou la transformation d’un édifice communal, tout particulièrement d’un hôtel de ville, monument hautement symbolique et doté d’une forte charge affective, a toujours été et reste encore une entreprise éminemment politique dont les enjeux s’expriment notamment à travers l’architecture et le décor sculpté1.

3Durant la période qui nous intéresse, les changements de souveraineté qui touchèrent le royaume de France affectèrent de multiples façons l’architecture communale. Sur les hôtels des villes concernées, nous verrons que les répercussions de ces bouleversements politiques allèrent de la simple retouche faite au décor sculpté jusqu’à la confiscation, voire à la destruction du bâtiment communal bientôt remplacé par un nouvel édifice, dont l’architecture était alors chargée de matérialiser le nouveau statut de la cité.

L’APPROPRIATION DE LA MAISON COMMUNE PAR LE NOUVEAU POUVOIR

4Dans la plupart des cas, le nouveau pouvoir se contenta d’imprimer sa marque en modifiant le décor sculpté des édifices communaux dont l’iconographie se partageait depuis toujours – dans un rapport qui varia beaucoup au cours de la période moderne – entre la célébration de la ville et celle du prince souverain. D’une exécution facile et relativement peu onéreuse, ces travaux furent généralement réalisés par des sculpteurs locaux, aussi n’apparaissent-ils pas toujours dans les comptes des communes. Mal documentés, ils ne sont pas faciles à repérer et l’étude de l’édifice, quand il existe encore, est rarement d’un grand secours dans la mesure où la plupart des décors ont été profondément remaniés, en particulier lors des nombreux changements de régime qui marquèrent le xixe siècle. En outre, les sources iconographiques, pas aussi abondantes que l’on s’y attendrait s’agissant de monuments de cette importance, sont pour la plupart imprécises voire erronées et doivent être utilisées avec précaution.

  • 2 Raymond Sala, Dieu, le roi, les hommes... Perpignan et le Roussillon 1580-1830, Perpignan, 1996.

5La première modification que l’on apportait au décor, et parfois la seule, consistait à remplacer les armes de l’ancien souverain par celles du monarque français : ainsi à Perpignan, en 1463, Louis XI fit-il remplacer les pals d’Aragon qui ornaient la façade orientale de la Loge de mer par des fleurs de lis que l’on s’empressa d’effacer lors du retour de la ville à Ferdinand d’Aragon en 1493. En 1681, plus de vingt ans après l’annexion au royaume de France, alors qu’une bonne partie de la population caressait encore l’espoir d’un retour à la couronne d’Espagne, l’intendant Ramon de Trobat, en accord avec Louis XIV, modifia les armes de la ville qui se détachèrent désormais sur un champ d’azur semé de fleurs de lis d’or2.

6On voit que ces ajustements iconographiques, s’ils ne manquaient pas d’être hautement symboliques, n’affectaient que très superficiellement les édifices communaux. Il arriva cependant que dans des circonstances politiquement plus dramatiques, les changements de souveraineté aient des répercussions plus radicales comme la disparition pure et simple de l’hôtel commun qui symbolisait par trop les libertés octroyées à la ville par l’ancien maître auquel les édiles étaient bien souvent suspectés, non sans raisons, d’être restés fidèles.

  • 3 Commencé en 1655.
  • 4 Il donna très probablement le dessin du palais consulaire : Jean Boyer, L’hôtel de ville d’Aix-en- (...)
  • 5 Marché des statues de Louis XI et Charles IV par Pierre Pavillon et Jacques Fossé, pour la somme d (...)
  • 6 Plan de Coussin reproduit par Jean Boyer, op. cit., p. 22.
  • 7 Œuvre de Jean-Claude Rambot (A.M. Aix, BB 103, fol. 177 v°, 21 juin 1662).
  • 8 La première pierre en avait été posée le 25 octobre 1653.
  • 9 A.M. Marseille, DD 37, 25 octobre 1653.
  • 10 Le chantier marseillais ne rouvrit qu’en 1666 (A.M. Marseille, BB 100, fol. 69,19 mars 1666).

7C’est ce qu’il advint à Aix lors de l’occupation de la Provence par les Impériaux. La maison commune de la fin du xive siècle fut en effet incendiée en 1536 par les troupes de Charles Quint au moment de leur retraite. La paix revenue, le consulat s’empressa de relever le monument de ses ruines, mais dut attendre le milieu du xviie siècle pour être en mesure de substituer à ce bâtiment construit à l’économie, un palais communal3 à la hauteur des ambitions politiques de la capitale de la Provence. L’exceptionnelle somptuosité de l’édifice, l’importance du décor sculpté de ses élévations permirent à la ville d’exorciser définitivement le traumatisme de 1536 et de proclamer sans ambiguïté sa fidélité à la couronne de France. En effet, la plus belle part du programme iconographique commémorait avec ostentation l’heureux rattachement de la Provence au royaume de France : sur la façade principale, les statues en pied de Charles IV dernier comte de Provence, et de Louis XI, premier roi de France à porter ce titre, œuvres de Pierre Pavillon4 et de Jacques Fossé (1659), ornèrent jusqu’à la Révolution le grand balcon central5. Un plan de la ville dressé en 17536 donne une représentation maladroite mais assez complète de ce décor axial sommé d’un ample fronton triangulaire, dans le tympan duquel une niche circulaire bordée de guirlandes de laurier abritait le buste en marbre de Louis XIV7, monarque régnant. L’ensemble était dominé par deux grandes figures ailées en pierre qui présentaient sur un mode théâtral un double écu aux armes de France et de Navarre coiffé d’une couronne royale en fort relief. Réalisé au sortir de la Fronde, entre 1659 et 1662, ce décor quelque peu grandiloquent manifestait avec vigueur un loyalisme qui se voulait exemplaire au moment où Marseille, ville rebelle, voyait son consulat momentanément supprimé par Louis XIV (1660) et le chantier de son hôtel de ville8, ouvert depuis 16539, interrompu pour longtemps10.

8S’il était rare que le nouveau pouvoir aille jusqu’à détruire la maison commune, il advenait souvent, en revanche, qu’il en interdise l’usage ou qu’il investisse le bâtiment en y installant sa propre administration, quitte à cohabiter avec des institutions communales qu’il n’en contrôlait que mieux.

  • 11 P. Carel, Histoire de la ville de Caen..., Paris, Champion, 1886, p. 120. L’auteur estime les effe (...)
  • 12 Détruite en 1346 par les troupes d’Edouard III, au cours d’un précédent siège, elle avait été reco (...)
  • 13 A.D. Calvados, 615 EDT 560, DD37 (1), 25 février 1426, et Gabriel Désert (dir.), Histoire de Caen, (...)

9Ainsi en fut-il à Caen en 1417. Après un siège de près d’un mois à la défense duquel la milice bourgeoise avait joué un rôle non négligeable11, les troupes du roi Henri V investirent la cité et pillèrent la maison commune du pont Saint-Pierre. Si cet important ouvrage défensif, en forme de châtelet, échappa pour cette fois à la destruction12, il n’en fut pas moins pillé par la soldatesque qui l’occupa jusqu’en 1426. À cette date, les Anglais voyant leur pouvoir bien implanté purent se permettre de répondre favorablement à une demande de restitution du bâtiment communal que les édiles13 s’étaient hasardés à formuler. Après neuf longues années d’interdit, ce geste d’apaisement marqua le retour à une vie municipale plus normale quoique placée sous haute surveillance.

10Au cours des siècles suivants, les communautés urbaines des nombreux territoires annexés par les souverains français furent généralement traitées avec moins de brutalité. L’hôtel de ville était toujours respecté mais les édiles pouvaient être invités à en partager les locaux avec les nouvelles institutions que le roi de France s’empressait de mettre en place pour assurer son pouvoir. L’incorporation des Trois Évêchés lorrains au royaume de France fut de ce point de vue exemplaire.

  • 14 C’était l’ancien hôtel de Montaubain.
  • 15 Alain Girardot (dir.), Histoire de Verdun, Toulouse, Privat, 1982, p. 151.
  • 16 Le palais des Treize fut détruit en 1765.

11À Verdun, le bureau de ville dut accueillir dans son hôtel14 le bailliage créé par Louis XIII en 164115. À Metz, ville dont le rattachement est reconnu officiellement depuis 1648, c’est sous le règne de Louis XIV que le changement de souveraineté se manifesta concrètement par l’installation du parlement dans le « palais des Treize ». Ce monument aux allures de maison forte, dans lequel la communauté siégeait depuis le xive siècle, était le symbole des libertés particulièrement importantes dont l’ancienne ville impériale avait longtemps bénéficié. Sa nouvelle destination marqua tout à la fois la fin de la « république messine » et la naissance d’une capitale régionale désormais intégrée au royaume de France16.

12L’annexion de la Franche-Comté en 1676 eut des conséquences assez semblables pour le palais communal de Besançon, vaste édifice quadrangulaire dont le plus beau corps de bâtiment, construit au siècle précédent en fond de cour par le célèbre Hugues Sambin, fut affecté au parlement. Il abrite aujourd’hui encore le palais de justice et une rue le sépare du corps antérieur auquel l’hôtel de ville fut dès lors réduit.

LA CONSTRUCTION D’UN NOUVEL HÔTEL DE VILLE

13Au xviiie siècle, dans les agglomérations des nouveaux territoires qui n’avaient pas d’hôtel de ville ou dont la maison commune était vétuste, exiguë ou d’une architecture peu représentative, le pouvoir royal encouragea la construction de bâtiments vastes et bien distribués, pouvant abriter dans de bonnes conditions les services d’une administration communale moderne et efficace, désormais cantonnée à la gestion quotidienne de la vie urbaine. Pour le nouveau pouvoir, le style architectural « à la française » et la décoration maîtrisée de ces monuments communaux devaient contribuer, parmi d’autres « embellissements », à la célébration du bon gouvernement du Roi Très Chrétien.

14Cet intérêt que le pouvoir royal marquait à l’encontre de l’architecture communale ne saurait surprendre. Il était de tradition en France et remontait au moins à la Renaissance : dans le Val de Loire de la seconde moitié du xve et du début du xvie siècle, la présence et la protection des souverains avaient déjà permis aux « bonnes villes » ligériennes de se doter d’édifices d’une réelle qualité architecturale, dont la place dans l’histoire de l’art n’a pas encore été réellement appréciée (hôtels de ville de Tours aménagé de 1467 à 1478, d’Amboise construit en 1485, d’Orléans en 1503-1513, de Beaugency remanié vers 1526, d’Angers construit de 1527 à 1530, de Blois financé au début du xvie siècle par Louis XII et Anne de Bretagne, de Loches élevé en 1535-1543). De même le retour du roi à Paris en 1528 suscita en 1533 la construction d’un palais communal pour lequel François Ier imposa son architecte italien Dominique de Cortone qui dessina à cette occasion le premier grand édifice public de la capitale conçu dans le nouveau style de la Renaissance.

  • 17 En 1764, par exemple, Choiseul imposa l’architecte Jacques François Blondel au Magistrat de Strasb (...)

15Au xviiie siècle, à une époque où, dans l’ensemble du royaume, l’architecture publique était placée sous le contrôle direct de l’administration centrale par le biais des intendants, des architectes du roi et des ingénieurs des Ponts et Chaussées, on constate que l’administration royale à son plus haut niveau17 se préoccupa tout particulièrement de l’architecture communale des villes et des places fortes des nouveaux territoires.

  • 18 Vincennes, Service historique de l’armée de terre, archives du génie, article 8 Charlemont et Give (...)

16En 1697, les plans des petites agglomérations urbaines dessinées par Vauban, pour les places fortes de Charlemont et de Givet, ne manquèrent pas de comporter un hôtel de ville implanté sur la place centrale18. Ces édifices édilitaires ne furent cependant construits qu’en 1714, après que l’on eût réalisé la partie plus spécifiquement militaire de ces programmes architecturaux.

17Il en alla à peu près de même dans toutes les villes de la nouvelle frontière où les travaux de fortification accaparèrent longtemps les ressources avant que l’on ne puisse envisager la construction de nouveaux équipements urbains.

  • 19 Cf. la communication de François Pupil.

18À l’exception du cas particulier de Nancy19 où l’aménagement de la vaste place royale et communale imaginée en 1752 par Stanislas Leszczynski et son architecte Emmanuel Héré anticipa et prépara la réunion officielle de la Lorraine au royaume, toutes les grandes réalisations urbaines furent réalisées à des dates très postérieures aux annexions. Elles n’en portèrent cependant pas moins la marque de changements de souveraineté dont le souvenir était encore très présent à l’esprit des habitants et dont l’histoire conditionna dans une large mesure la conception de tous les projets.

19En ce qui concerne les hôtels de ville, le contrôle des programmes architecturaux et décoratifs échappait d’autant plus aux édiles que leur construction s’inscrivait dans d’importants plans d’aménagement urbain, le plus souvent articulés autour de places royales censées manifester l’attachement des populations au monarque français, attachement encore tout relatif en ces territoires récemment conquis.

20Même largement dépouillés des traditionnelles références au patriotisme local, les hôtels de ville demeuraient de puissants symboles identitaires que le nouveau pouvoir ne manqua pas de détourner à son profit. Ainsi, sur la place Royale de Nancy, la présence du palais communal derrière la statue pédestre de Louis XV devait manifester aux yeux de tous l’acceptation par la ville de son nouveau destin.

  • 20 Cf. la communication de Victoria Sanger.

21À Lille où, aussitôt la ville annexée, Vauban remodela puissamment le paysage urbain20, l’aménagement de la Grand-Place en place Royale, programmé dès 1685 à l’instigation de Louvois et de l’intendant Louis Dugué de Bagnols, achoppa. Aussi quand sous la Régence s’imposa l’idée d’une reconstruction de l’hôtel de ville, on vit dans ce projet l’occasion d’ériger enfin une statue du souverain qui célèbrerait l’intégration réussie de la ville au royaume de France.

  • 21 Cf. la communication de Philippe Guignet.

22Le Magistrat lillois, très attaché à ses prérogatives21, occupait depuis 1664 le palais Rihour, bâtiment prestigieux mais vétuste qu’un incendie avait gravement endommagé en 1700. Le monument se trouvait dans un état de délabrement qui ne lui permettait plus de prétendre représenter la capitale régionale d’un royaume moderne. Sa reconstruction in situ fut donc entreprise au début de l’année 1720 sur les plans de l’architecte Jean Vollant Deswerquains dont le père, Simon, avait beaucoup travaillé au siècle précédent avec les autorités françaises et fortement contribué à répandre à Lille le langage architectural que l’on pratiquait à Paris et à Versailles.

23Fort du soutien de l’intendant, il avait conçu un édifice dans lequel tout devait exprimer la soumission des Lillois au souverain (figure 1). On avait élaboré pour l’occasion un important programme décoratif qui, s’il avait été mis en œuvre, aurait porté à son comble l’éloge du bon gouvernement royal : une statue en pied du roi devait prendre place au centre d’une cour d’honneur entourée de bâtiments ornés de fleurs de lis partout répandues, de multiples trophées, de figures allégoriques et de portraits sculptés en médaillon représentant le roi, le Régent et la famille du gouverneur...

24Mais l’essentiel était ailleurs car le parti architectural imaginé par Vollant suffisait à lui seul à faire de cet hôtel de ville un monumental panégyrique à la gloire de la monarchie française. On voit sur le dessin de l’élévation principale que l’architecte lillois adopte, non sans maladresse, le style élaboré pour Louis XIV par Louis Le Vau et Jules Hardouin Mansart : un rez-de-chaussée à bossages et arcades forme le socle sur lequel s’appuie l’ordre colossal de pilastres et de colonnes chargé de rythmer les étages. Plus surprenant et plus original, le beffroi axial semble renouer avec la tradition septentrionale de l’architecture communale, mais prend la forme d’une coupole monumentale sur haut tambour octogonal dont le caractère éminemment royal est encore renforcé par la fleur de lis géante placée à son sommet.

  • 22 Le motif de la coupole était d’autant mieux approprié que le Magistrat lillois se distinguait alor (...)

25Dans l’architecture civile française, le motif de la coupole, emprunté comme chacun sait à l’architecture religieuse22, avait été jusque-là réservé au décor des résidences royales. Il avait fait sa première apparition en 1564 au palais des Tuileries dessiné par Philibert De L’Orme pour Catherine de Médicis, avait été repris en 1615 par Salomon de Brosse pour Marie de Médicis au palais du Luxembourg puis pour Louis XIV au Louvre dans les projets présentés dans les années 1660 par Jean Marot, François Mansart ou Carlo Rainaldi. Ce motif particulièrement monumental de la coupole et du tambour domine efficacement l’édifice de sa masse, marque l’axe de symétrie de la composition, évoque par ses lignes courbes la couronne du monarque et rappelle le caractère sacré de sa personne.

26En s’en emparant pour l’appliquer à un hôtel de ville, Vollant se livrait à un double « forfait » architectural. Il transgressait les convenances pour donner au palais du Magistrat la silhouette d’une demeure royale érigée sur les vestiges de la vieille résidence ducale, il détournait au profit de la monarchie centralisatrice le principal symbole des libertés communales : le beffroi.

27L’édifice lillois ne fut jamais construit mais dix ans plus tard, Jacques Gabriel, architecte du souverain, dessinait à son tour un beffroi plus royal que communal pour la ville de Rennes, capitale d’une province depuis longtemps rattachée au royaume mais où les particularismes étaient encore très vifs. Après le terrible incendie de 1720, les échevins avaient fait de la reconstruction de leur beffroi une priorité que l’architecte du roi avait dû prendre en compte, non sans rechigner, et qu’il intégra à l’aménagement de la nouvelle place royale. Après plusieurs projets d’un caractère assez convenu, il dessina en 1730 un beffroi inédit dont la fonction principale ne consistait plus à représenter la ville mais à former le réceptacle monumental de la statue pédestre de Louis XV autour de laquelle devait s’organiser une place bordée d’édifices publics. On ne pouvait aller plus loin dans le détournement du symbole communal. Il ne semble pourtant pas que les échevins rennais, satisfaits d’avoir retrouvé leur beffroi, aient trouvé quelque chose à redire à cet arrangement pour le moins inattendu.

28Ailleurs, l’architecture communale perdit toute originalité, tout signe vraiment distinctif. L’hôtel de ville n’était plus qu’un édifice public parmi d’autres, simple rouage d’un système qui tendait tout entier à assurer la bonne marche du royaume. Les architectes, le plus souvent étrangers à la province et nommés par le pouvoir central, déclinèrent avec plus ou moins de faste, selon l’importance de la cité et des moyens mis en œuvre, les formes architecturales du « style officiel » que Jules Hardouin Mansart avait brillamment décliné à Paris dans les années 1680, sur les chantiers de la place des Victoires et de la place des Conquêtes, actuelle place Vendôme.

29On le voit à Metz (1764) et Strasbourg (1767) qui, dans les années 1760, firent l’objet de vastes projets d’ « embellissements » confiés par l’administration royale à Jacques François Blondel. Il s’agissait de mieux organiser ces villes de garnison pour faciliter la circulation des troupes tout en créant le cadre architectural qui devait désormais distinguer les capitales provinciales du royaume. Ces aménagements urbains ne furent que très partiellement réalisés car on se heurta à d’importants problèmes financiers. Dans les deux cas, un hôtel de ville était prévu, seul celui de Metz fut construit.

  • 23 Blondel avait été appelé dans cette ville en 1761 à l’instigation du duc de Choiseul pour élever l (...)
  • 24 Il évoque assez longuement ce premier projet dans ses Cours d’architecture civile, Paris, 1771-177 (...)
  • 25 49 toises au lieu de 25.
  • 26 L’hôtel de la Princerie et un bâtiment particulier.
  • 27 Blondel, op. cit., t. IV, p. 413.

30Dans cette ville, où le maréchal d’Estrées reprenait une opération amorcée par son prédécesseur le maréchal de Belle-Isle, Blondel23 imagina de faire de la cathédrale, édifice hautement emblématique, le pivot d’un nouveau quartier officiel organisé en trois places d’un caractère architectural éminemment français ; la plus importante devait réunir l’hôtel de ville et le parlement autour d’une statue en pied de Louis XV24. Hélas, les réalités financières et les exigences militaires contraignirent l’architecte à renoncer à la place royale au profit d’une place d’armes moins prestigieuse mais plus utile. Face au flanc septentrional de la cathédrale qu’il ourla d’un écran d’arcades classiques, Blondel construisit un hôtel de ville dont il doubla artificiellement la façade25 en l’étendant aux édifices mitoyens26. Par ce procédé, il donnait à son œuvre des proportions plus en rapport avec la masse architecturale de l’édifice gothique et dotait la ville d’un palais communal vraiment représentatif qu’il aurait cependant souhaité voir mieux situé, sur une place royale, « les exercices militaires troublant [...] nécessairement les fonctions des Magistrats...27 ».

  • 28 Projet approuvé par le conseil du roi le 2 octobre 1768.
  • 29 Il s’agissait de faciliter la communication entre la place d’armes et les nouvelles casernes que l (...)

31À Strasbourg, quelques années plus tard, en dépit du soutien appuyé du ministre Choiseul et de l’approbation royale28, Blondel ne parvint pas à mettre en œuvre l’ambitieux projet de restructuration urbaine dont il avait été chargé. Cette opération dans laquelle les préoccupations militaires jouaient encore une fois un rôle déterminant29, sombra faute de moyens mais aussi du fait de tensions persistantes entre les autorités locales et les représentants du pouvoir royal, tout particulièrement l’intendant, dont le Magistrat contesta longtemps l’autorité. Bien que la vieille Pfalz municipale du xive siècle ait été détruite en 1781, on ne construisit pas même le nouvel hôtel de ville pour lequel Blondel avait dessiné une façade rythmée d’un ordre colossal ionique en rupture totale avec l’art vernaculaire dont les particularismes avaient longtemps nourri l’architecture communale alsacienne comme celle de toutes les régions. L’esthétique uniformisante issue de l’agence des premiers architectes du roi devait une fois encore exprimer l’intégration de la ville annexée au royaume de France.

  • 30 Détruit en 1918, l’édifice est connu par des relevés réalisés en 1902 à l’occasion de sa restaurat (...)

32L’efficacité visuelle, la rationalité technique de cette architecture classique et modulaire expliquent son immense succès. Élaborée à la fin du siècle précédent sur les prestigieux chantiers des places royales parisiennes, elle s’appliquait tout aussi bien à des entreprises beaucoup plus modestes. On en retrouvait par exemple tous les principes dans l’élévation simple et régulière de l’hôtel de ville de Merville (figure 2), construit en 1714-1715 sur la place principale par un ingénieur du roi de Dunkerque30. Avec son grand fronton triangulaire aux armes royales et sa silhouette résolument française, l’édifice formait le principal ornement de cette petite agglomération rattachée en 1678 et dont la vieille maison commune avait en partie brûlé en 1645.

  • 31 Édifice remanié au milieu du xviie siècle.
  • 32 Suivant le modèle du beffroi de l’hôtel de ville de Bruxelles, repris à Audenarde, Orchies ou Hesd (...)

33Quelques rares résurgences de pratiques architecturales indigènes nuancent cependant ce constat d’uniformisation des hôtels de ville. Elles témoignent de la force des traditions régionales comme au Cateau-Cambrésis où la tour du nouveau beffroi, accolée en 1705 à la maison commune du xvie siècle31, s’inscrit encore dans la plus pure tradition des beffrois monumentaux flamands32. Aux yeux des citadins, cette forme architecturale alors caduque exprimait sans doute mieux que toute autre la pérennité de leurs vieilles institutions municipales, par-delà les péripéties d’un rattachement encore récent.

34La pérennité des formes architecturales locales fut longtemps la caractéristique majeure d’une architecture communale dont les édiles souhaitaient que l’esthétique exprimât au mieux l’identité de la cité.

35Dans un premier temps, le rattachement des villes au royaume de France n’entraîna tout au plus que des modifications du décor sculpté des façades. Au xviiie siècle en revanche, les villes des territoires les plus récemment conquis bénéficièrent au premier chef de la politique de rénovation urbaine menée dans l’ensemble du royaume, et furent d’autant plus tenues d’adopter l’architecture savante du style officiel qu’elle manifestait clairement le caractère irrémédiable de leur appartenance au territoire français.

  • 33 Notons que dès le milieu du xixe siècle et pendant près d’un siècle, l’historicisme et le régional (...)

36L’architecture communale y perdit non seulement toute singularité mais fut vidée de sa substance : les hôtels de ville ne furent plus des monuments érigés à la gloire de cités qui – plus que les autres villes du royaume – avaient longtemps joui d’une réelle autonomie, mais à celle du monarque absolu dont elles acceptaient le joug unificateur33.

Fig. 1 – Hôtel de ville de Lille, projet de Jean VOLLANT DESWERQUAINS, 1720-1725. Lille, Archives municipales, Inv. 15440.

Fig. 2 – Hôtel de ville de Merville, projet de restauration, juin 1902. Archives départementales du Nord, 4Fi 12-20.

Notes

1 Nous laisserons de côté le domaine très riche du décor intérieur, encore plus difficile à cerner du fait du caractère quasi systématique des transformations et destructions.

2 Raymond Sala, Dieu, le roi, les hommes... Perpignan et le Roussillon 1580-1830, Perpignan, 1996.

3 Commencé en 1655.

4 Il donna très probablement le dessin du palais consulaire : Jean Boyer, L’hôtel de ville d’Aix-en-Provence, Aix-en-Provence, 1944.

5 Marché des statues de Louis XI et Charles IV par Pierre Pavillon et Jacques Fossé, pour la somme de 700 livres, A.M. Aix, BB 104, fol. 100, 1673.

6 Plan de Coussin reproduit par Jean Boyer, op. cit., p. 22.

7 Œuvre de Jean-Claude Rambot (A.M. Aix, BB 103, fol. 177 v°, 21 juin 1662).

8 La première pierre en avait été posée le 25 octobre 1653.

9 A.M. Marseille, DD 37, 25 octobre 1653.

10 Le chantier marseillais ne rouvrit qu’en 1666 (A.M. Marseille, BB 100, fol. 69,19 mars 1666).

11 P. Carel, Histoire de la ville de Caen..., Paris, Champion, 1886, p. 120. L’auteur estime les effectifs de la milice bourgeoise à environ 2 000 hommes sur les 5 à 6 000 combattants qui assurèrent la défense de la ville et du château.

12 Détruite en 1346 par les troupes d’Edouard III, au cours d’un précédent siège, elle avait été reconstruite peu après.

13 A.D. Calvados, 615 EDT 560, DD37 (1), 25 février 1426, et Gabriel Désert (dir.), Histoire de Caen, Toulouse, Privat, 1981, p. 99.

14 C’était l’ancien hôtel de Montaubain.

15 Alain Girardot (dir.), Histoire de Verdun, Toulouse, Privat, 1982, p. 151.

16 Le palais des Treize fut détruit en 1765.

17 En 1764, par exemple, Choiseul imposa l’architecte Jacques François Blondel au Magistrat de Strasbourg qui avait été préalablement « invité » à demander l’envoi d’un « habile architecte » pour procéder à l’embellissement de la ville.

18 Vincennes, Service historique de l’armée de terre, archives du génie, article 8 Charlemont et Givet, section 1, carton 1, novembre 1697.

19 Cf. la communication de François Pupil.

20 Cf. la communication de Victoria Sanger.

21 Cf. la communication de Philippe Guignet.

22 Le motif de la coupole était d’autant mieux approprié que le Magistrat lillois se distinguait alors par l’ardeur de son zèle religieux.

23 Blondel avait été appelé dans cette ville en 1761 à l’instigation du duc de Choiseul pour élever l’abbaye Saint-Louis.

24 Il évoque assez longuement ce premier projet dans ses Cours d’architecture civile, Paris, 1771-1777.

25 49 toises au lieu de 25.

26 L’hôtel de la Princerie et un bâtiment particulier.

27 Blondel, op. cit., t. IV, p. 413.

28 Projet approuvé par le conseil du roi le 2 octobre 1768.

29 Il s’agissait de faciliter la communication entre la place d’armes et les nouvelles casernes que l’on se proposait de construire.

30 Détruit en 1918, l’édifice est connu par des relevés réalisés en 1902 à l’occasion de sa restauration.

31 Édifice remanié au milieu du xviie siècle.

32 Suivant le modèle du beffroi de l’hôtel de ville de Bruxelles, repris à Audenarde, Orchies ou Hesdin.

33 Notons que dès le milieu du xixe siècle et pendant près d’un siècle, l’historicisme et le régionalisme aidant, quelques mairies républicaines, tout particulièrement dans le nord de la France, contribuèrent au retour en force des topiques architecturaux provinciaux. Ces architectures communales renouent avec une tradition qu’elle réinterprètent parfois avec talent comme à l’hôtel de ville de Lille construit en 1928 par Etienne Dubuisson.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – Hôtel de ville de Lille, projet de Jean VOLLANT DESWERQUAINS, 1720-1725. Lille, Archives municipales, Inv. 15440.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/3070/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 194k
Légende Fig. 2 – Hôtel de ville de Merville, projet de restauration, juin 1902. Archives départementales du Nord, 4Fi 12-20.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/3070/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 210k

Auteur

Maître de conférences au département d’histoire de l’art de l’université de Tours, il est spécialiste de l’architecture moderne. Le thème de sa thèse est l’architecture des hôtels de ville en France au xviie siècle (1992). Ses deux axes de recherches actuels sont d’une part l’architecture publique de la Renaissance à la Révolution (hôtels de ville, intendances, bourses de commerce, halles, etc.) et son inscription dans l’espace urbain, et d’autre part les jardins dans la ville à l’époque moderne.
Publication : L’hôtel de ville de Lyon, Paris, Imp. nationale, 1998.

© Presses universitaires François-Rabelais, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540