Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Villes rattachées, villes reconfigurées

 | 
Denise Turrel

II. Recomposition des espaces

Transformation de l'espace urbain par le Protectorat à travers le cas de la ville de Rabat

Abderrahmane Chorfi

Texte intégral

1Le Maroc, théâtre de deux bouleversements politiques au cours du xxe siècle, paraît être un territoire tout à fait approprié pour l'analyse des ruptures ou des processus d'intégration et de renouvellement des villes à l'occasion des changements de souveraineté. Il possédait à l'entrée du xxe siècle des villes anciennes en nombre important. Les changements politiques, Protectorat comme Indépendance, sont parfaitement datés (1912 et 1956), clairement définis et concernent des entités territoriales précises (même si le Protectorat a mis environ vingt ans pour s'installer sur l'ensemble du territoire marocain). Mais les choses sont-elles si simples ? La population des villes marocaines est passée de 600 000 habitants en 1914 à 3 390 000 en 1960, soit une multiplication par 5,6 pour une période de quarante-quatre ans. La progression des aires urbaines est encore plus importante. Les plans d'urbanisme établis par Henri Prost et son équipe dès 1914 montrent pour Rabat un territoire urbain multiplié par vingt (aujourd’hui Rabat est plus de cent fois plus grand que la médina du début du siècle). Comment poser alors la question de la reconfiguration, quand la figure initiale ne représente plus que le 1/20 de celle projetée au cours des années vingt ?

2La réponse à la question de la reconfiguration de la ville au moment du et par le Protectorat suppose aussi que l'on soit capable de séparer trois types de phénomènes :

  • des phénomènes de transformation « normaux », à caractère sinon universel du moins très courant, qui se seraient inéluctablement produits, y compris dans un Maroc resté indépendant et pour lequel le Protectorat fixe seulement la date de naissance ;
  • des phénomènes dus à la colonisation comme système économique ayant des conséquences sur le déploiement urbain ;
  • enfin, et c'est me semble-t-il le plus important, des phénomènes fortement liés au pouvoir politique colonial et aux décisions des acteurs présidant aux destinées du Maroc.

3Le choix de Rabat, nouvelle capitale du Maroc, pour illustrer la ville du Protectorat, est important parce que c'est là où les décisions du pouvoir politique vont marquer la forme urbaine de la façon la plus caractéristique.

RABAT AU DÉBUT DU SIÈCLE

4Elle est formée d’une part d’un noyau initial, la kasbah des Oudayas, fondé au xiie siècle (1150) par Abdelmoumen, souverain almohade, sur un promontoire rocheux commandant l'entrée dans l'oued Bouregreg ; d’autre part, d’une longue muraille almohade (5,2 kilomètres) réalisée à la fin du xiie siècle, avec l'intention de créer une très grande ville, enfermant sur deux côtés (sud et ouest) un territoire de forme approximativement rectangulaire (les deux autres côtés étant définis par la mer et par la falaise surplombant le Bouregreg) et d’environ 420 hectares. Ce rectangle orienté nord-sud est constitué sommairement de trois grands plans inclinés :

  • le long de la mer, une bande fortement inclinée large de 300 à 400 mètres abritant les cimetières de la ville ;
  • une légère contre-pente d'environ un kilomètre de largeur ;
  • une nouvelle inclinaison montant vers le sud et se terminant par une butte dominant l'ensemble du site compris dans la muraille almohade.

5Dans la partie nord de cette enceinte almohade prend place la médina. Elle occupe la contre-pente. Elle a été étroitement clôturée au début du xviie siècle sur sa face sud par une muraille d'environ 1,4 kilomètre de long, percée de trois portes, réalisée par de nouveaux arrivants andalous, les Hornacheros. L'essentiel de la ville traditionnelle est constitué à cette époque en dehors du mellah (quartier juif) construit en 1807 et de la zone d’El Gza réalisée tout au long du xixe siècle. Elle est structurée autour de trois axes nord-sud (rue des Consuls, Sidi Fatah, El Gza) et d'un axe est-ouest (Souika). C'est cet axe est-ouest qui est le cœur commercial de la ville au début du xxe siècle. Il représente avec la rue des Consuls la structure principale de la médina.

6Dans la partie sud-ouest de l'enceinte almohade sont réalisés à la fin du xviiie siècle, sous le règne de Sidi Mohamed Ben Abdallah, une grande mosquée, Jamaâ Es Souna (1776), et un palais impérial (1785). À la même époque est construit à l'ouest de la muraille almohade un nouveau mur long de 4,3 kilomètres dit « enceinte alaouite » et percé de trois portes (Bab Marrakech, Bab Témara, Bab Kébibat). Le palais impérial est reconstruit en 1854 et Jamaâ Es Souna est restaurée à la même époque par le sultan Moulay Abderrahmane. Ce dernier fait construire également un mur qui permet de clôturer le quartier où se trouve le palais royal, quartier appelé maintenant « Touarga ».

7À l’est, en surplomb du Bouregreg, un grand minaret datant de la fin du xiie siècle, entrepris sous le règne de Yacoub El Mansour, la tour Hassan, est le témoin de ce qui devait être la très grande mosquée d'une très grande cité ; dans un vallon à l’extérieur et au sud de la muraille almohade, est située une nécropole mérinide, le Chellah, elle-même construite sur des vestiges romains.

8De nombreux chemins relient les portes des différentes enceintes entre elles et ces portes au palais impérial, à Jamaâ Es Souna ou à la tour Hassan.

9Enfin il faut noter, pour être exhaustif, la présence en face de Rabat d'une médina, Salé, de taille comparable au début du siècle.

10Voilà très brièvement la situation de la ville au début du xxe siècle.

11Le Protectorat ? Il institue le gouvernement du pays par la France – qui d’une part prend l’initiative des lois, puis après leur visa par le roi, les approuve, les promulgue et les met en application, d’autre part assure la représentation du Maroc à l’étranger et enfin assure « la sécurité et la paix sociale » – tout en sauvegardant l’illusion d’un pouvoir marocain. C’est ainsi que le prestige du souverain est sauvegardé et la religion protégée.

L'ÉVOLUTION DE RABAT À PARTIR DE 1912

12Dès la proclamation du Protectorat, Rabat est choisie pour devenir la nouvelle capitale du Maroc. À titre provisoire d'abord, car – malgré les arguments de Lyautey, notamment politique, stratégique et économique – beaucoup aimeraient que Fès au passé prestigieux continue à jouer ce rôle. Le roi s'installe au cours de l'année 1912 à Rabat. Aussitôt le temps va s'accélérer. La population va s'accroître dans des proportions considérables.

(Les chiffres ont été reconstitués à partir des données de l’ouvrage Rabat-Salé, vingt siècles de l’oued Bouregreg.)

13Ainsi, en quatre ans environ, la population étrangère va se multiplier par huit et la population totale augmenter de plus de 50 %. Dans une ville traditionnelle présentant une offre nulle en logements pour des étrangers (ils représentent plus du quart de la population totale en 1917), la conséquence immédiate est une très forte spéculation sur les sols et le développement anarchique de constructions de qualité disparate.

14La première caserne militaire (le camp Garnier) et l'hôpital militaire (Marie- Feuillet) s'étant installés à proximité de la côte, à 1,5 kilomètre environ à l’ouest de la médina, l'axe Bab El Alou-caserne militaire va constituer le premier noyau urbain extra-muros dès 1912-1913. La place à la sortie de Bab El Alou est dénommée place de France. Un souk s'y tient. C'est en même temps la première gare routière (diligence en provenance de Casablanca). De nombreux immeubles sont construits et la zone du quartier de l'Océan connaît une grande animation.

15Mais la ville européenne franchit l'enceinte almohade et vient s'accoler à la face nord de la médina. Le boulevard El Alou est tracé à l'intérieur de l'enceinte et reçoit différents équipements : théâtre de l'Apollo, brasseries, hôtels, restaurants, hôtel du général commandant les troupes d'occupation, bureaux de la région civile, chambre d'agriculture, chambre de commerce, bureau central des postes… Il permet un accès aisé au Bouregreg (traversée vers le nord du Maroc) et a donc une valeur stratégique. Il est l'axe d'animation principal, et accueille aussi les défilés militaires (un kiosque à musique est construit). Ainsi donc dans les toutes premières années du Protectorat, à l'intérieur de l'enceinte almohade, la ville européenne vient s'accoler au tissu traditionnel. Le quartier né de cette fusion prend le nom de l'oubira (l'opéra). Nous sommes dans une logique simultanément militaire et économique.

16Cependant à partir de 1913-1914, un nouveau quartier se forme (première Résidence) au sud de la médina (autour de la Wilaya actuelle). Prost arrive en 1914 et établit le premier plan d'aménagement de Rabat. C'est toute la zone située à l'intérieur de l'enceinte almohade au sud de la médina qui est choisie, malgré les protestations de tous ceux qui voyaient le centre se développer plutôt dans le quartier de l'Océan. Après quelques velléités de destruction, la muraille andalouse est maintenue. Une zone non aedificandi de 250 mètres de large au sud de cette muraille est d'abord décrétée puis supprimée sous la pression des propriétaires étrangers. Les allées cavalières préexistantes situées dans le prolongement des portes de la médina (Bab Tben, Bab Bouiba, Bab Chellah) sont intégrées dans le nouveau centre et le structurent.

17Les nouveaux quartiers viennent en extension immédiate de la ville traditionnelle. Aucun hinterland n'a été ménagé, contrairement à la doctrine qui parle de la séparation des villes ordonnée par Lyautey. L'une est à côté de l'autre (les seules alternatives possibles sont que l'une soit éloignée de l'autre, ou que l'une soit sur l'autre).

18Proximité, prolongement des axes importants de la médina : le plan de Prost est aussi remarquable par un certain nombre d'autres aspects. Le centre urbain est disposé autour d'un axe principal, le « Dar El Maghzen », entre Bab Tben et Jamaâ Es Souna. Cet axe pratiquement terminé en 1927 est organisé en deux séquences, la première étroite à caractère commercial, la seconde plus monumentale recevant les principaux équipements à caractère central (la poste dont la réalisation est terminée en 1918, la gare, le tribunal, la trésorerie, la banque du Maroc, des hôtels...). L'axe se prolonge jusqu'à Bab Zaër et divise le territoire : à droite le palais royal dans le quartier fermé de Touarga, à gauche le quartier de la Résidence. Cette partition de l'espace en deux donne une image symbolique forte du Protectorat : d'un côté le palais royal prolongé par les bureaux où se tiennent l'ensemble des ministres, de l'autre une allée courbe le long de laquelle vont être construits les bâtiments abritant tous les services du Protectorat (direction de l'Agriculture, des Finances, des Travaux publics, des Transports, de la Santé, des Domaines, des Affaires civiles, des Affaires chérifiennes…). Cette allée aboutit en impasse à la Résidence générale inaugurée en 1922 ; celle-ci se trouve sur la partie la plus haute du plateau au sud de la médina de Rabat.

19Dans ce plan indiquant, autour de l'axe prenant sa source dans la médina, un équilibre entre le pouvoir autochtone et celui de l'occupant, la Résidence apparaît néanmoins comme un lieu dominant : une extrémité située sur un sommet. Le lieu de sa construction a été choisi par Lyautey. De ses fenêtres, il peut chaque matin contempler et méditer sur tout ce qui compte dans l'histoire de la ville : le palais royal, la médina de Rabat avec sa muraille andalouse (dont la vue est facilitée par l'aménagement du jardin du « Triangle de vue »), la médina de Salé, les Oudayas, la tour Hassan (la hauteur des constructions autour de la tour a été limitée) et le Chellah. D'une certaine manière, Lyautey donne l'impression qu'il veut s'inscrire dans l’histoire de la cité dont il peut surveiller à son aise, des baies de la Résidence, la nouvelle croissance.

20Le plan de Prost offre d’autres images intéressantes :

  • la cathédrale de Rabat est conçue au sommet du jardin du Triangle de vue : de la Résidence, la cathédrale et ses tours dominent la vue sur la médina ;
  • derrière Jamaâ Es Souna, l’état-major de l’armée est installé – intercalé – entre le palais royal, la zone de la Résidence et la ville en contrebas ;
  • une zone universitaire et de loisirs est aménagée, à l’extérieur de l’enceinte almohade, comme un quartier spécifique ;
  • l’habitat des Européens, dans des petites villas, est regroupé dans des quartiers à cette vocation : les Orangers, l’Agdal et la zone de la Résidence ;
  • la voie ferrée traverse la plus grande partie de la ville en souterrain ce qui permet d’installer la gare au centre-ville ;
  • dans la médina, outre la création du boulevard d’El Alou et son prolongement le long du Bouregreg, l’axe El Gza est renforcé et la kasbah de Moulay Rachid transformée en prison civile.

21Le nouveau centre apparaît aux yeux des Marocains comme la ville des Européens, alors même qu’il est appelé Dar El Maghzen (la maison du Maghzen), qui est aussi le nom donné au palais royal avec les bureaux ministériels qui le prolongent.

LES CARACTÉRISTIQUES DE L’ACTION SUR LA VILLE DU PROTECTORAT, COMME FORME PARTICULIÈRE DE POUVOIR

22Le Protectorat déclenche des phénomènes socio-économiques : accélération de l’urbanisation ; multiplication des communautés (musulmans et juifs marocains ; Français, Italiens, Espagnols…) ; spéculation foncière ; forts besoins en habitat ; nouvelles nécessités de circulation ; nouveaux types d’équipements (sociaux et d’infrastructure) ; enfin nouvelles questions de sécurité (entre des communautés différentes). Ces phénomènes génèrent dans les années 1912-1914 des dispositifs urbains quasi spontanés : quartier de l’Océan, création du boulevard Al Alou, installation d’équipements dans la médina.

23Le Protectorat est aussi au point de départ de nouvelles formes de conception et de création urbaine. Mais ces formes appartiennent à l’histoire générale de la ville et étaient inéluctables. Elles répondent pour l’essentiel aux phénomènes socio-économiques déclenchés par le Protectorat.

24Citons à titre d’exemple :

  • conception de la ville en ensemble important par l’intermédiaire d’un plan d’urbanisme ;
  • règles d’utilisation des sols et de construction juridiquement contraignantes (permis de construire, alignement, définition des hauteurs, ordonnancement…) ;
  • voiries de largeur importante, mises en perspective, utilisation de l’îlot comme figure urbaine principale, ouverture des bâtiments sur la rue ;
  • quartiers spécialisés : quartier administratif, zones de villas, zones industrielles, quartier universitaire et de loisirs… ; l’urbanisme moderne est déjà en marche et l’expérience marocaine est à l’avant-garde ;
  • érection de nouveaux types d’habitat quasi inconnus au Maroc à l’époque : l’immeuble d’alignement et la villa, puis un peu plus tard l’immeuble orienté et les trames sanitaires.

25Mais le Protectorat en tant que système particulier d’autorité va surtout se caractériser dans le cas de la ville de Rabat par :

  • la sauvegarde des murailles (sauf la muraille alaouite, abattue, et dont il ne subsiste qu’une porte), la restauration des portes traditionnelles même si elles ne sont pas fonctionnelles pour la circulation automobile ; elles seront doublées par des portes plus simples destinées à cette circulation ;
  • le respect général des tissus anciens et leur aménagement (voirie, lumière, égout…), en s’appuyant sur le recours à l’administration des monuments historiques ;
  • la « surfiguration » de la ville ancienne et des principaux monuments jalonnant l’histoire du site : mise en perspective par le tracé urbain, vue ouverte de la Résidence, définition de zones de recul ou de zones non altius tolendi pour augmenter la visibilité sur certains monuments ;
  • la séquentialisation de la ville et la mise en valeur d’un territoire du politique dans la partie sud de la zone comprise dans la muraille almohade. Celui-ci comprend, d’un côté, le palais et l’habitat des personnes y travaillant, et de l’autre la Résidence, les administrations qu’elle dirige et les villas des fonctionnaires. Ce territoire du politique qui semble figurer un équilibre autochtones/ occupants symbolise en fait la prédominance du pouvoir colonial.

26À l’indépendance du Maroc, la Résidence devient l’ambassade de France. Les anciennes directions du Protectorat sont transformées en siège des ministères avec bureaux des ministres, celui du Premier ministre restant dans le prolongement du palais royal. L’ambassade de France va continuer à occuper une position stratégique au cœur de l’administration marocaine jusqu’au milieu des années 1980. À sa proximité mais détaché des autres départements ministériels est réalisé le ministère des Affaires étrangères dans les années soixante, et le ministère de l’Intérieur édifie un nouveau siège dans les années soixante-dix sur un grand terrain mitoyen de l’ambassade. Celle-ci va donc se trouver insérée entre deux grands ministères de souveraineté, position illustrant la place importante de la France au Maroc. Au départ de l’ambassade, la Résidence est occupée par le ministère de l’Intérieur (extension du ministère), confirmant ainsi symboliquement le poids de ce département dans l’appareil administratif marocain.

27Le bâtiment a été récemment rendu vacant et doit être transformé en musée royal du Patrimoine et des Civilisations. En en faisant ainsi un bâtiment pour l’histoire et la mémoire, le Maroc ne veut-il pas signifier qu’il tourne la page du xxe siècle ?

Fig. 1 – Plan de Rabat (sans date), indiquant les principaux éléments (axes et équipements) structurant la nouvelle ville (source : Rabat-Salé, vingt siècles de l’oued Bou Regreg).

Fig. 2 – Premières constructions militaires en face de la médina sur ce qui va devenir le boulevard Laâlou (carte postale).

Fig. 3 – Le quartier de l’Océan entre la médina et le camp Garnier au début de la période du Protectorat (carte postale).

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE (OUVRAGES UTILISÉS)

Académie darchitecture (France), L’œuvre de Henri Prost, sous la dir. de J. Marrast, (s.l.), Impr. du Compagnonnage, 1960.

Robert Chastel, Rabat-Salé : vingt siècles de l’oued Bou Regreg, Rabat, Ed. La Porte, 1998.

M’Hammed Belefquih, Abdellatef Fadloullah, Mécanismes et formes de croissance urbaine au Maroc : cas de l’agglomération de Rabat-Salé, 3 tomes, Rabat, Librairie El Maârif, 1986.

Alain Lavaud, Rabat-Salé : années 20, (s.l.), La croisée des chemins, 1998.

Kamal Lakhdar, Laetitia Ducrot, Le temps d’une ville : Rabat, Casablanca, Eddif, 1991.

Hélène Vacher, Projection coloniale et ville rationalisée, le rôle de l’espace colonial dans la constitution de l’urbanisme en France (1900-1931), Aalborg, Aalborg University Press, 1997.

Table des illustrations

Légende (Les chiffres ont été reconstitués à partir des données de l’ouvrage Rabat-Salé, vingt siècles de l’oued Bouregreg.)
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/3067/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 101k
Légende Fig. 1 – Plan de Rabat (sans date), indiquant les principaux éléments (axes et équipements) structurant la nouvelle ville (source : Rabat-Salé, vingt siècles de l’oued Bou Regreg).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/3067/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 361k
Légende Fig. 2 – Premières constructions militaires en face de la médina sur ce qui va devenir le boulevard Laâlou (carte postale).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/3067/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 396k
Légende Fig. 3 – Le quartier de l’Océan entre la médina et le camp Garnier au début de la période du Protectorat (carte postale).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/3067/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 468k

Auteur

Architecte DESA, il est directeur de l'École nationale d'architecture de Rabat (dont il anime depuis 1984 l'atelier Patrimoine), et président du comité marocain du Conseil international des monuments et des sites (ICOMOS) depuis 1997. Il a conduit différentes études sur l'habitat urbain marocain ainsi que sur la médina de Rabat.

© Presses universitaires François-Rabelais, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540