Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Villes rattachées, villes reconfigurées

 | 
Denise Turrel

II. Recomposition des espaces

Changement géopolitique et aménagement urbain dans les villes en Europe au xixe siècle

Bernard Gauthiez

Texte intégral

1L’Europe a connu au xixe siècle de nombreuses modifications géopolitiques, qu’il est possible de répartir en grandes catégories : l’apparition de nouveaux États par détachement, l’intégration d’États nouveaux par réunion d’États auparavant plus ou moins indépendants, les accroissements territoriaux (ou les pertes, selon le point de vue adopté) d’États existants. Pour plus de commodité, nous appellerons « villes rattachées » toutes les villes concernées, ou créées à l’occasion de ces transformations. Souvent, les monographies historiques des villes concernées ne lient pas de façon précise les événements géopolitiques et les éventuels changements urbanistiques qu’ils ont induits. On est le plus souvent face à la mise en parallèle de deux cadres événementiels séparés, qu’il s’agit ici de connecter. Pour étudier les modifications que ces phénomènes ont pu apporter dans l’espace physique des villes, il suffit donc, en principe, de lier les évolutions politiques, bien connues, aux évolutions de l’espace urbain bâti, plus ou moins connues. La méthode se présente donc comme simple. Nous verrons cependant que, si de grandes tendances peuvent parfois être dégagées, les effets sur les villes peuvent prendre des chemins inattendus.

2Le présent essai, du fait d’une bibliographie potentielle immense, mais aussi d’une historiographie réduite quant aux villes considérées dans un contexte de rattachement, n’a pas pour objectif de dresser un tableau complet, mais plutôt de cerner la question au travers des principaux changements urbanistiques rencontrés et de leurs modes d’action. Les aspects du changement relatifs aux populations, à la gouvernance, aux pratiques techniques, ne seront abordés qu’indirectement. Pour aborder ces questions, il apparaît tout d’abord nécessaire de passer en revue quelles ont pu être les principales évolutions géopolitiques et les villes concernées.

LES VILLES DANS LES NOUVEAUX ÉTATS

L’Empire ottoman

3La désintégration de l’Empire ottoman dans sa partie européenne aboutit à la création d’au moins cinq États nouveaux, après une phase plus ou moins longue d’autonomie : Serbie en 1815, Grèce en 1829, Roumanie en 1859, Bulgarie et Monténégro en 1878. Après leur création, ces États feront l’objet d’accroissements territoriaux importants et de modifications de frontière jusqu’au début du xxe siècle. En parallèle, l’Autriche-Hongrie s’accroît aux détriments de l’Empire ottoman avec la Transylvanie, la Slovénie, la Croatie et la Bosnie-Herzégovine. Ces dernières régions seront considérées dans le cadre de l’Autriche-Hongrie. Pour ce qui est des nouveaux États des Balkans, les travaux d’Alexandra Yerolympos permettent un aperçu d’ensemble.

  • 1 Alexandra Yerolympos, Urban transformations in the Balkans (1820-1920), Thessalonique, University (...)

4La Serbie est en 1815 un pays peu urbanisé, aux villes peuplées en grande partie d’Ottomans, dont une bonne part quitte le pays après son indépendance. L’accroissement territorial de 1833, vers le sud et l’est, conduit à la création de plusieurs villes nouvelles à destination d’immigrants et de réfugiés, par déplacement sur des sites plus favorables à l’urbanisation que ceux des villes existantes (exemple de Lesnica en 1836). Il s’agit de créer de nouveaux centres pour l’administration et le commerce. Les plans emploient des tracés orthogonaux ménageant des îlots assez allongés, organisés sur des croisées d’axes pouvant conduire à une place centrale. À ces petites villes nouvelles s’ajoutent dans le courant du siècle des remodelages d’agglomérations abandonnées par les Turcs, comme Sabac. Belgrade, la capitale, connaît un sort similaire à ces dernières, selon un plan adopté en 1867. La partie la moins densément occupée est complètement réorganisée selon un plan aux rues plus ou moins orthogonales, la partie la plus dense est régularisée selon des alignements rectilignes. Les modèles urbanistiques utilisés, de même que l’architecture, font référence à une culture occidentale et particulièrement autrichienne1.

  • 2 Schinkel dessine un palais royal sur l’Acropole, qui ne sera pas réalisé : Panagiothis tournikioth (...)
  • 3 Plan en 1880 dans Mario Molini, Atlante di storia dell’urbanistica, Milan, Hoepli, 1983 (1963), fi (...)
  • 4 Alexandra Yerolympos, Urban transformations…, op. cit., p. 24-28.

5L’urbanisation de la Grèce après 1830 suit un chemin comparable. Cependant, les villes y sont créées ou recomposées suivant un objectif d’affirmation de l’identité nationale : la Grèce nouvelle est un pays occidental et elle est l’héritière d’un passé prestigieux, d’autant plus valorisé qu’on est en pleine période néoclassique dans l’architecture et l’aménagement des villes. La référence à ce passé conduit à la création de villes nouvelles sur les sites de cités de l’Antiquité, dans les années qui suivent l’indépendance : Sparte, Patras après sa destruction en 1829, Le Pirée et Erétrie en 1834. On applique des plans orthogonaux, néoclassiques, organisés par exemple autour de places à angles fermés placées à la croisée des rues principales. Les lots, d’une taille correspondant à une maison, sont attribués gratuitement, à charge pour le preneur de construire dans l’année qui suit. Athènes est désignée comme la nouvelle capitale en 1833. Le plan d’agrandissement prévoit un triplement de la superficie vers l’ouest, le nord et l’est (voir la contribution d’A. Yerolympos dans ce même volume).Au sud, le secteur de l’Acropole et ses abords sont en quelque sorte constitués en réserve archéologique. La partie nouvelle de la ville, dessinée d’abord par le Grec Stamatis Cleanthis et l’Allemand Eduard Schaubert, disciples de Karl Friedrich Schinkel2, est organisée autour d’un boulevard formé de deux branches à 90 degrés se rejoignant au nord de la ville ancienne. Autour de ce boulevard diverses figures de composition sont disposées, centrées et axées sur des monuments publics. Du point de rencontre des deux axes, où devait être localisé le palais royal, part une large avenue traversant la vieille ville vers le sud, en direction de l’Acropole. Le plan est modifié en 1834 par Leo Von Klenze qui en conserve les grands principes et une partie des percées prévues dans la vieille ville3. Il sera largement mis en œuvre par la suite. Cette effervescence urbanistique en Grèce est accompagnée en 1835 par une loi qui détermine en détail les circonstances d’implantation d’une ville nouvelle et ses caractéristiques formelles, fondées sur une grille orthogonale. Les détails techniques qu’elle inclut expriment une certaine modernité : pavage, trottoirs pour les rues majeures, localisations en périphérie pour les hôpitaux et les prisons, de même pour les activités bruyantes ou polluantes (abattoirs, tanneries, etc.). Une loi de 1836 prévoit la régularisation des rues principales des villes existantes, imposant l’alignement. Le bilan des ces pratiques est important, puisque jusqu’à 1912, 174 agglomérations ont été ainsi planifiées, dont 77 de plus de 2 000 habitants, sans compter Athènes et Le Pirée4.

  • 5 Id., p. 20-23.

6La Roumanie connaît, sur la rive gauche du Danube, une indépendance partielle dès 1829. Elle se traduit en 1831 par des « Statuts organiques », préparés notamment par les ingénieurs et architectes Baumer, Ott et Harten, et étendus plus tard à la Moldavie. Dès 1832, des plans de villes nouvelles sont adoptés, inspirés de plans de villes idéales de l’époque moderne ou de modèles néoclassiques, ainsi Mavrodin ou Turnu-Magurel en 1836. L’indépendance de fait intervient en 1859, sous forme d’un quasi-protectorat russe. Elle est officialisée en 1878. Une nouvelle législation urbaine intervient en 1864. Dans les années 1870, Bucarest et d’autres villes sont remodelées en utilisant principalement les techniques de l’alignement et de la percée, sans donc effacer les tissus urbains antérieurs5.

  • 6 Id., p. 45-49.

7Lorsque l’indépendance de la Bulgarie intervient en 1878, le pays est déjà doté d’un maillage urbain important. Entre 1878 et 1885, près de la moitié des villes bulgares sont concernées par un plan d’urbanisme, mais les réalisations se limitent généralement à des élargissements de voies. Sophia, par contraste, est traitée de façon particulière. Dès l’indépendance, 870 maisons de Turcs y sont démolies, soit près d’un quart de la ville. Le plan adopté aboutit, à la fin du siècle, à une recomposition complète, menée quartier après quartier. À l’exception de Stara Zagora, complètement reconstruite sur une trame nouvelle, parfaitement orthogonale, après un incendie en 1877, Sophia est la seule ville profondément reconfigurée après l’indépendance de 1878. De fait, une loi de 1897 paraît témoigner d’un attachement à l’héritage urbain ancien6.

L’Autriche-Hongrie

  • 7 D’après Janos Gerle, « Budapest 1890-1914, die städtebauliche entwicklung von Budapest », dans Myt (...)
  • 8 Andrea Hollo Szilvia, Budapest régi térképeken 1686-1896, Budapest, Officina Nova, 1994, p. 58-86.
  • 9 Plan de la ville en 1902 dans Karl Baedeker, Allemagne du Sud et Autriche, guide du voyageur, Leip (...)

8L’éclatement de l’Autriche-Hongrie n’intervient qu’à l’issue de la première guerre mondiale au début du xxe siècle, après un long processus d’affirmation de ses importantes minorités. Une étape majeure de ce processus est l’égalité de la Hongrie en 1867. Dès lors, Budapest est doté de tous les attributs d’une capitale et d’abord d’un parlement placé au bord du Danube. Après un premier projet en 1870 proposant principalement l’établissement de grands axes et d’une gare nouvelle à Pest (partie sur la rive gauche du Danube, où se fait le principal de l’extension urbaine), le plan général d’alignement pour les rues anciennes et de localisation des voies nouvelles fait l’objet d’un concours international en 18717, remporté par Sandor Halacsy. Il est adopté en 1872 pour Pest, suivi en 1876 par Buda (les deux villes sont réunies administrativementen1873). Il prévoit, outre les extensions, le percement de grands boulevards autour du centre de Pestet d’une avenue reliant l’hôtel de ville au parc situé au nord-est de la ville (Varosliget). Cette avenue, Andrassy Ut, deviendra l’axe cérémoniel majeur, utilisé pour l’arrivée des princes, et le long duquel est construit l’opéra8. Le développement de la ville dans le dernier tiers du xixe siècle est considérable9.

  • 10 Aleksander Laslo, « Zagreb 1880-1918, moderne Architektur und Städtebau in Zagreb », dans Mythos G (...)

9Peu après la Hongrie, la Croatie obtient une certaine autonomie en 1868. En 1880, Zagreb est frappé d’un grand tremblement de terre. La reconstruction est principalement menée selon un plan d’urbanisme adopté en 1865. Elle conduit cependant à un nouveau plan en 1887, dans une période d’intense activité immobilière (400 immeubles nouveaux dans les années 1880), encore accrue lors de la dernière décennie du siècle10.

  • 11 Voir Aleksander Laslo, Mythos Grossstadt..., op. cit.

10Les effets de l’érection au rang de capitale d’État, évidents à Budapest, sont moins clairs à Zagreb, où la reconstruction, dans un contexte économique actif, a eu des effets comparables, en dehors des édifices gouvernementaux. Dans les deux cas, la dynamique urbaine est pour beaucoup celle qu’on rencontre dans la plupart des grandes villes austro-hongroises à la fin du xixe siècle11. Il est par ailleurs intéressant de noter que le plan d’urbanisme, particulièrement à Budapest, intervient peu après l’affirmation urbanistique de Vienne comme capitale de l’Empire avec la création du Ring à la suite d’un concours en 1858.

  • 12 Paolo Sica, Storia dell’urbanistica, L’ottocento, I, Rome-Bari, Laterza, 1991, p. 327-337.
  • 13 Plan dans Karl Baedeker, Suède et Norvège, manuel du voyageur, Leipzig-Paris, 1911, p. 220.

11Parmi les nouveaux États au xixe siècle comptent aussi la Norvège, détachée du Danemark en 1814, et la Belgique séparée des Pays-Bas en 1830. Il y a peu à dire pour cette dernière. Bruxelles et Anvers ne connaissent que des interventions mineures du point de vue de l’urbanisme pendant les trente ans qui suivent l’indépendance, par exemple l’achèvement du boulevard sur l’emplacement des anciennes fortifications à Bruxelles en 1842. C’est ensuite que leur croissance s’accélère, amenant d’importantes transformations, mais on n’est plus alors dans les effets directs de l’indépendance12. En revanche, le développement d’Oslo, l’ancienne Kristiania, est très considérable tout au long du siècle, où sa population est pratiquement multipliée par vingt. Entre 1825 et 1848 est élevé le château royal, au nord-ouest de la ville ancienne. Son axe reprend celui d’une rue de cette dernière, à l’autre extrémité de laquelle est construite la gare centrale. Il sera par la suite le lieu de construction de plusieurs bâtiments publics. Le plan de la ville en 1911 montre que l’extension s’est faite surtout par quartiers réguliers juxtaposés les uns aux autres, apparemment sans plan d’ensemble, peut-être du fait des contraintes du relief13.

LES VILLES DANS LES ÉTATS EN INTÉGRATION

L’Italie

  • 14 Paolo Sica, Storia dell’urbanistica, op. cit., p. 439.
  • 15 Giovanni Fanelli, Firenze, Rome-Bari, Laterza, 1981 (1980), p. 202-219.
  • 16 Italo Insolera, Roma, Rome-Bari, Laterza, 1981 (1980), p. 366-383.
  • 17 Amelio Fara, La Spezia, Rome-Bari, Laterza, 1983, p. 52-77.

12La création du royaume d’Italie par intégration des États qui se partageaient auparavant la péninsule a des conséquences directes et rapides sur l’aménagement urbain. Après quelques années d’incertitude, pendant lesquelles un plan pour une capitale idéale est même dessiné par N. Tettamanzi14, Florence est érigée en 1865 au rang de capitale. Un grand plan d’agrandissement et d’alignement est élaboré au début de l’année par Giuseppe Poggi pour répondre aux nouvelles nécessités en matières d’administrations, de transport, d’équipements publics. Rapidement, de nombreux palais et établissements conventuels sont adaptés, en particulier pour les ministères. Le plan sera appliqué, pratiquement dans son ensemble, jusqu’aux années 1880 avec l’opération de rénovation urbaine du vieux marché15. L’enceinte est supprimée et remplacée par un boulevard qui dessert une couronne de quartiers nouveaux, aux tracés orthogonaux, dont des îlots sont réservés pour des places. Les anciennes portes sont conservées, autour desquelles des places articulent la circulation entre les quartiers nouveaux et la ville ancienne. Le plan inclut aussi le lotissement de grandes emprises restées libres dans l’intramuros et une route de corniche, lieu de promenade panoramique sur la ville, au sud-est. En 1870, la capitale est transférée à Rome. Un premier schéma directeur est élaboré en 1871, remplacé en 1873 par le plan d’Alessandro Viviani, modifié par le même ingénieur, principalement dans sa partie nord-ouest, en 1883. Le plan prévoit, pour l’essentiel à l’intérieur des murs de la ville à l’exception au nord-ouest d’un quartier en rive droite du Tibre, un ensemble de quartiers nouveaux à la logique géométrique propre, fondée sur l’orthogonalité. Il prévoit aussi plusieurs élargissements et percements de voies nouvelles dans la ville ancienne. Une bonne part en sera mise en œuvre. En 1900, la réalisation paraît en bonne voie, même si de nombreux îlots sont encore vides de constructions16. Un autre effet de l’unité italienne est le développement de la ville et du port militaire de La Spezia. Le transfert de la marine de guerre piémontaise, basée à Gênes, y est décidé en 1857, mais l’unité donne un coup de fouet aux travaux, lorsque la ville devient le principal port de guerre du nouvel État. Après la décision de créer un important arsenal, un plan régulateur est approuvé en 1862, puis repris en 1870. La ville, très modeste à l’origine, est d’abord agrandie le long de l’arsenal17.

  • 18 Paolo Sica, Storia dell’urbanistica, op. cit., p. 410-413. 1873,

13Une conséquence importante de l’unité est, en utilisant l’exemple de la législation en place dans l’ancien royaume de Piémont-Sardaigne, la mise en place d’un cadre juridique et d’une dynamique sociale qui conduisent à un développement industriel et économique accéléré du territoire. Un grand nombre de villes sont alors concernées par un accroissement rapide et considérable de leur population, impliquant une politique urbaine active. Une loi de 1865 unifie les pratiques communales et facilite l’expropriation. Elle prévoit des plans régulateurs pour les quartiers existants et des plans d’agrandissement18. La modernisation urbaine aboutit dans les années 1880 à d’importantes opérations de rénovation, à Turin, Florence, Rome, Naples, où elle est envisagée dès 1861.

L’Allemagne

14L’intégration politique de l’Allemagne se fait à la fois par une union interne et par un accroissement territorial à la suite de guerres. Après l’union douanière de 1834, la confédération de l’Allemagne du Nord, créée sous l’égide de la Prusse en 1867, précède de peu la naissance de l’Empire, annoncée à Versailles après la défaite de la France en 1871. La complexité du découpage politique en de multiples États et la progressivité de l’union interne, déjà promue par Napoléon Ier, font qu’il n’est guère aisé de discerner ce qui peut être le fruit de circonstances locales, de ce qui est directement induit par le rattachement. L’union politique a cependant complètement modifié le cadre stratégique antérieur. Du fait de la disparition d’États, de nombreuses fortifications deviennent inutiles, à la fois comme symbole d’un pouvoir particulier et militairement. Seules certaines sont conservées dans le nouveau cadre stratégique élaboré par l’État central. On peut donc penser que la suppression des fortifications est une expression de l’intégration de l’Empire, du moins jusqu’au moment où la fortification urbaine traditionnelle, à bastions, devient obsolète.

  • 19 Id., p. 299.
  • 20 Id., p. 306.
  • 21 Claire Decomps, Thionville, urbanisme et architecture 1900-1939, Nancy, Éditions Serpenoise, 1995, (...)
  • 22 La ceinture des nouvelles fortifications est concernée par un nouveau plan d’urbanisme de Fritz Sc (...)
  • 23 Les guides du voyageur édités par Karl Baedeker dans les années 1890-1900, ici sur l’Allemagne du (...)
  • 24 On conserve cependant, lorsqu’elles existent, les ceintures de forts, comme à Metz.

15Après les démantèlements napoléoniens, sur lesquels nous reviendrons, une vague importante de suppressions intervient dans les années 1860-1870, probablement pour une bonne part avant la création de l’Empire : Landau, Erfurt, Augsbourg, Wurzbourg, Lübeck, Rostock, Münster, Leipzig… À Stettin, en l’opération est l’occasion d’un grand plan d’agrandissement qui unifie ville ancienne et quartiers nouveaux en effaçant la trace de l’enceinte. La fortification est en quelques cas déplacée dans le cadre d’un agrandissement, avec construction d’une enceinte nouvelle plus vaste, à même de répondre aux besoins de terrains à construire, comme à Magdebourg en 1866. Mayence, déjà fortification d’intérêt confédéral en 1815, est fortification d’intérêt impérial en 1871, date à laquelle une vaste extension, portant la superficie protégée de 100 à 230 hectares, est mise en place, dessinée par l’architecte E. Kreyssig19. Cologne, ville fortifiée par les Prussiens en 1820, est agrandie en 1875, lorsque l’enceinte est repoussée tout autour de la ville de 600 mètres, permettant son extension de 405 à 812 hectares. La partie nouvellement enclose est l’objet d’un concours d’urbanisme en 1880, remporté par C. Henrici et J. Stübben. À Kiel, port militaire impérial sur la Baltique, des travaux de fortification sont en cours en 1893. La fin du siècle voit le démantèlement partiel ou total de la plupart des enceintes urbaines, du fait de leur obsolescence devant l’évolution des techniques militaires : Danzigen 189520, Thionville en 190221, Metz en 1903, Mayence en 1905, auxquelles il faut ajouter Cologne22, Magdebourg et d’autres villes23. Rares sont alors les enceintes jusque là conservées24.

  • 25 Daniel Wieczorek, Camillo Sitte et les débuts de l’urbanisme moderne, Bruxelles, Mardaga, 1981, p. (...)
  • 26 Id., p. 66.
  • 27 Paolo Sica, Storia dell’urbanistica, op. cit., p. 292-293.
  • 28 Voir en particulier sur ces questions Daniel Wieczorek, Camillo Sitte et les débuts…, op. cit. et (...)

16Cette approche permet de cerner l’un des effets évidents de l’intégration, qu’on peut étendre, du fait que cette dernière s’accompagne d’un essor économique et industriel considérable sans équivalent dans l’Europe contemporaine, aux extensions urbaines qui touchent la plupart des villes allemandes pendant la période. La population allemande croît de 25 millions d’habitants à 41 en 1871, 56 en 1900 et 65 en 1911, et l’essentiel de l’accroissement concerne les villes. Cela se traduit par de nombreux plans d’extension. Quelques-uns d’entre eux ont été évoqués, on peut ajouter ceux de Berlin par Hobrecht en 1862, adopté définitivement en 187325, de Francfort en 1891, à l’occasion duquel est utilisé pour la première fois explicitement le zonage26, de Munich en 1892 par C. Henrici27. Il y en a bien d’autres. Les importants besoins en matière d’aménagement urbain expliquent en bonne partie le développement d’une culture technique très complète, au travers notamment de la publication de nombreux manuels d’urbanisme, parmi lesquels ceux de R. Baumeister, C. Henrici, J. Stübben, C. Sitte28, ou avec de nouvelles lois comme celle de 1875.

  • 29 Voir Klaus Nohlen, Construire une capitale, Strasbourg impérial de 1870 à 1918, Strasbourg, Public (...)
  • 30 Id., p. 45-204.
  • 31 Claire Decomps, Thionville..., op. cit., p. 2.

17C’est dans ce cadre général qu’il faut considérer les aménagements urbains des villes concernées par un accroissement territorial de l’Empire, particulièrement celles d’Alsace et de Lorraine, annexées en 1871 (voir les contributions de L. Commaille et de K. Nohlen dans ce même volume). On assiste tout d’abord à la suppression des fortifications de Sélestat et à l’agrandissement de Strasbourg. Un premier projet y est élaboré en 1871, mais il faut attendre la cession des terrains de la partie nord et ouest de l’enceinte en 1875, permise par l’établissement d’une ceinture de forts autour de la ville, pour que les opérations puissent réellement démarrer. Le nouveau mur d’enceinte est achevé en 1880 ; deux plans d’urbanisme sont entre-temps élaborés, par A. Orth et G.Conrath. Le deuxième servira de base, reprenant quelques éléments du plan de Orth, pour le document finalement adopté en 1880. La superficie de la ville intramuros est plus que doublée (de 230 à 610 hectares). La partie est du projet sera modifiée une première fois en 1887, puis à nouveau vers la fin du siècle29. Le projet a pour objectif, outre la reconstruction de la ville, durement touchée par les combats, de l’équiper du cadre urbain adapté pour une capitale, celle du Reichsland, d’où un ensemble monumental comprenant en particulier un palais impérial et un parlement, organisés autour d’une place impériale30. Les fortifications de Thionville sont supprimées en 1902, au profit d’un plan d’agrandissement considérable, dessiné par J. Stübben31. À la même époque, mais à une moindre échelle, un quartier nouveau est créé au sud de Metz, en liaison avec une nouvelle gare monumentale, peu après 1900, avec le démantèlement partiel des fortifications de la ville (hormis la ceinture de forts).

  • 32 La situation politique du Reichsland tend d’ailleurs à la normalisation à partir de 1880, sans cep (...)
  • 33 Thomas von Joest, « Symbolique de la gare de Metz », Monuments historiques, n° 6, 1978, p. 45-49. (...)

18Dans l’ensemble, ces changements suivent l’évolution générale que connaissent les villes de l’Empire allemand pendant la période32. C’est donc surtout le contraste avec la situation antérieure, dans le cadre français, qui fait ressortir le traitement nouveau des villes d’Alsace et de Lorraine après leur rattachement de 1871. S’y ajoute une certaine affirmation du nouvel attachement géopolitique au travers de bâtiments dont l’architecture est dessinée en ce sens, particulièrement la gare de Metz33. L’absence de signification « germanique » de l’agrandissement de Thionville est peut-être l’explication du maintien du projet après 1918, dans un contexte beaucoup moins dynamique.

La Suisse

  • 34 Hans Rudolf Fuhrer, « Befestigungslinien in Rahmen des Schweizerischen Verteidigungskonzeption des (...)
  • 35 André Corboz, « La fortification urbaine après 1500 : les phases de sa mutation », dans Stadt und (...)

19L’évolution territoriale de la Suisse au xixe siècle est de peu d’importance. Elle comprend toutefois le rattachement du canton de Genève et de quelques communes de la France et du Piémont en 1814. Son intégration en une entité politique unitaire est marquée en 1830 par la définition d’une doctrine militaire commune par le général Guillaume-Henri Dufour34 et en 1848 par la constitution fédérale, qui crée une armée suisse. Ces modifications ont des conséquences directes sur les villes les plus concernées. Dans le nouveau canton de Genève, le rattachement de Carouge, ville neuve créée dans les années 1770-1780 par les Piémontais pour rivaliser avec la ville de Calvin, conduit à la disparition de la dynamique à l’origine de son développement. Carouge ne sera plus à partir de ce moment qu’une ville satellite. La doctrine Dufour de 1830 a des conséquences rapides, dont de premiers démantèlements d’enceintes certes obsolètes, à Zurich en 1833, à Genève et à Berne en 1834, à Soleure en 1835. Bâle suivra en 185935.

  • 36 Id., p. 63-65.
  • 37 Parfois appelé la « ceinture fazyste », du nom du chef du gouvernement cantonal qui en est à l’ori (...)
  • 38 Othmar Birkner et Hanspeter Rebsamen, « Basel », dans Inventaire suisse d’architecture 1850-1920, (...)

20À Genève, l’arrivée d’un gouvernement radical en 1846 accélère la réflexion sur la suppression complète de la fortification, dont l’emprise fait l’objet, après dix années d’urbanisation partielle et de propositions, d’un grand plan d’urbanisme dessiné par l’ingénieur cantonal Blotnitski, un Wurtem bourgeois d’origine polonaise36. Ce plan, complètement mis en œuvre dans les décennies suivantes, est organisé autour d’un boulevard faisant le tour de la ville ancienne et distribuant les quartiers nouveaux, dessinés selon une succession de trames orthogonales. L’originalité de ce plan réside dans la grande cohérence de ce schéma, le premier à être réalisé complètement autour d’une ville37, et dans le choix des édifices publics destinés à marquer les nouveaux quartiers : théâtre, musée et conservatoire de musique autour de la place dédiée au général Dufour (la place Neuve, centrée après sa mort sur sa statue équestre), université dans un parc public au contact de la ville ancienne au sud, lieux de culte témoignant de l’abandon du calvinisme d’État (églises anglicane et catholique, synagogue, église orthodoxe). Sur l’exemple de Genève, un projet de ring, ou d’anneau, est proposé pour Bâle en 1857, sans suite38.

LES VILLES RATTACHÉES À UN ÉTAT CONSTITUÉ

21Il reste à évoquer, en dehors des villes déjà mentionnées, le cas de celles dont l’appartenance change. Le principal pays concerné par ce phénomène est la France, lors des conquêtes révolutionnaires et napoléoniennes, puis avec le rattachement de la Savoie et du comté de Nice.

  • 39 En 1798, 1802, 1801 et 1804 : Daniel Wieczorek, Camillo Sitte et les débuts…, op. cit., p. 36, n. (...)
  • 40 Voir dans Melville C. Branch, An atlas of rare city maps, comparative urban design 1830-1842, New (...)
  • 41 Vera Comoli Mandracci, Turin, Rome-Bari, Laterza, 1983, p. 94-148.
  • 42 Paolo Sica, Storia dell’urbanistica, op. cit., p. 308-317.
  • 43 Giorgio Bellavitis et Giandomenico Romanelli, Venezia, Rome-Bari, Laterza, 1985, p. 161 et 176.
  • 44 Italo Insolera, Roma, op. cit., p. 323-335.
  • 45 Paolo Sica, Storia dell’urbanistica, op. cit., p. 508.
  • 46 Amelio Fara, La Spezia..., op. cit., p. 33-44.

22Les conquêtes napoléoniennes n’ont pas été durables, tout au plus un peu plus d’une décennie pour les villes les plus longtemps rattachées. La paix n’ayant au mieux été qu’un court répit pendant cette période, et dans le contexte du blocus continental, il n’est guère surprenant que les transformations urbaines y aient été limitées. Cependant, elles ne sont pas absentes. Elles consistent souvent dans le démantèlement des fortifications, principalement la suppression de bastions et des circonvallations, ainsi à Mannheim, Brême, Düsseldorf, Hambourg39, Francfort, Brunswick, Breslau en Allemagne, ou à Lucques et Turin en Italie, à Bruxelles et dans bien d’autres villes40. Transformées en promenades, leur emprise permettra plus tard de souder la ville ancienne à la ville extramuros, soit en ménageant une parfaite continuité du maillage des rues comme à Turin (dans le cadre d’un boulevard de ceinture établi à l’époque française41), soit avec un projet d’anneau comprenant boulevard, quartiers nouveaux et équipements publics, comme à Vienne42. Les réalisations de l’époque française comprennent aussi la construction d’un palais royal sur la place Saint-Marc à Venise, parmi d’autres nouveautés de moindre importance43, et quelques aménagements de places comme à Rome, où l’on procède aussi à des fouilles archéologiques44. Dans l’ensemble, on trouverait peu de réalisations nouvelles dans les villes conquises ou soumises. Cependant, les Français laissent un legs plus durable avec le cadastre, établi souvent bien avant les villes françaises elles-mêmes, la suppression de nombreux établissements religieux et divers textes juridiques. Ils laissent aussi des projets que les pouvoirs de la Restauration ne rejetteront pas toujours d’emblée, conservant parfois un sentiment ambivalent à leur égard, ainsi à Turin. Le projet du « Foro Bonaparte », à Milan, sera curieusement en partie repris dans les années 1880, avec l’éclatement de la place circulaire prévue autour du château au profit de deux quartiers semi-circulaires, dont l’un centré sur le château lui-même, de part et d’autre d’une vaste place carrée reprenant dans son côté le diamètre du projet45. Le projet d’un port militaire à La Spezia sera repris avec grande ampleur dans le cadre du royaume d’Italie quelques décennies plus tard46.

  • 47 Claire Tisseur, « Benoît Poncet et sa part dans les grands travaux publics de Lyon », Bulletin de (...)
  • 48 Philippe Graff, L’exception urbaine : Nice, de la Renaissance au Consiglio d’Ornato, Marseille, 20 (...)

23L’annexion de la Savoie et du comté de Nice en 1860 est d’abord marquée parla mise en place des administrations françaises et donc la construction des bâtiments nécessaires, notamment à Chambéry, ancienne ville royale. Nice connaît un sort plus dynamique, avec dès le rattachement la création du quartier du Paillon. Ce dernier est construit par une compagnie montée par Benoît Poncet, un architecte promoteur immobilier qui avait fait fortune à Lyon avec le percement de la rue de la République et de ses abords, achevé en 185847. Le rattachement est alors une opportunité d’investissement dans le contexte de l’essor touristique de cette partie de la côte méditerranéenne. Hormis cette opération hors du commun, l’urbanisme dans les régions annexées apparaît, avec le temps, comme atone si on le compare avec la politique urbaine piémontaise antérieure. La reconstruction de Cluses au milieu du siècle, le développement de Sallanches, la percée de la rue de Broigne à Chambéry dans les années 1830 témoignaient d’un urbanisme dynamique, à forte dimension esthétique. On retrouve cette dimension dans l’aménagement de nombreuses petites villes des actuels départements de Savoie et de Haute-Savoie, et de même à Nice avec le « Consiglio d’Ornato », très actif dans l’aménagement et l’embellissement de la ville48. La suppression de ce dernier en 1860 marque le passage d’un urbanisme d’aménagement volontaire à un urbanisme de gestion, dans des villes dont le développement, est, sauf à Nice du fait du tourisme, ralenti après le rattachement. Ce dernier ne place pas les villes dans une dynamique due à l’intégration d’un État et de son administration, mais dans le cadre de la simple extension territoriale d’un système bien rodé par ailleurs, celui des Ponts et Chaussées pour le principal.

  • 49 Marek Koter, « The morphological evolution of a nineteenth-century city centre : Lodz, Poland, 182 (...)

24Un autre exemple de ville rattachée à un État constitué est celui de Lodz, dans le cadre de la Pologne russe en 1814. Auparavant petite ville à caractère rural, le développement du textile à partir de capitaux juifs et allemands, pour répondre à la demande de l’armée russe, en fait à la fin du xixe siècle une métropole industrielle, l’un des plus grands centres textiles européens (500 habitants en 1820, plus de 300 000 vers 1900, près de 600 000 en 1914). L’indépendance recouvrée de la Pologne après 1918 sera pour la ville la fin de sa phase principale d’essor49.

CONCLUSION

25Ce tour d’horizon des transformations urbaines apportées par des changements géopolitiques en Europe, rapide et incomplet, et sans que les réalisations aient pu être abordées dans le détail, conduit à un certain nombre de remarques d’ensemble, comme autant de pistes de recherche.

26On peut tout d’abord remarquer que les transformations interviennent à des moments variables après les changements géopolitiques et selon des logiques différentes. Certaines interviennent après très peu de temps, quelques années tout au plus. Elles sont l’effet direct du changement : création de villes en Serbie, en Grèce, en Roumanie, projets pour des capitales comme à Athènes, Sophia, Florence, Rome, et d’une certaine manière à Berlin en 1872, à Strasbourg pour le Reichsland ou à Budapest. C’est dans cette catégorie qu’entre une bonne part des démantèlements de fortifications, ainsi à Turin, ou la construction du palais royal à Venise. Il s’agit d’affirmer et d’affermir un pouvoir nouveau. C’est aussi dans cette catégorie qu’il faut placer l’opération opportuniste du Paillon à Nice. Nul doute que d’autres exemples puissent en être trouvés. Les évolutions du droit relatif à l’aménagement urbain sont de deux ordres : extension à un nouveau territoire d’un droit existant, cas de l’Europe napoléonienne ou de la Savoie, ou droit établi dans le cadre même du rattachement, qui est souvent celui d’un nouvel État ou d’un État en cours d’intégration.

  • 50 Un exemple : l’ingénieur anglais W. Lindley, retenu pour le plan de Hambourg dans les années 1840 (...)
  • 51 On perçoit dans un certain nombre de projets réalisés, comme à Budapest, une mise en scène de l’ag (...)

27Il s’agit ici d’un temps plus long, celui de l’osmose entre la ville rattachée et son nouvel ensemble géopolitique. La dynamique d’intégration est probablement un très fort vecteur de rationalisation administrative, technique et juridique, et donc de modernisation. Dans les cas de l’Allemagne, de l’Italie et de la Suisse, c’est aussi, les choses allant de pair, un facteur puissant de développement industriel et urbain. C’est ce puissant développement urbain qui explique le rayonnement allemand en Europe centrale50 et austro-hongrois en Europe orientale. Les réseaux conduisant à cette domination restent à explorer, de même que l’évolution des partis d’aménagement51. Il semble que les grandes puissances aient été, au moins parfois, en situation de concurrence. C’est là, à l’échelle de plusieurs décennies, que l’on peut mesurer les effets d’un rattachement. A contrario, l’absence d’une dynamique d’intégration pour la Savoie, ou plus tard l’Alsace et la Lorraine après 1918, explique en partie l’atonie des villes de ces territoires réunis à la France.

28C’est selon ce temps décalé, plus long, qu’il faut aborder les transformations induites par le changement du contexte stratégique. Il faut jusqu’à trente ans pour supprimer des fortifications après l’unité allemande, de même pour la Suisse. Du fait de l’importance des emprises concernées et de leur rôle de barrière dans la croissance urbaine, les suppressions en tant que telles puis les urbanisations qu’elles permettent sont l’un des phénomènes majeurs de l’évolution urbaine au xixe siècle, jusqu’ici peu mesuré à l’échelle d’un pays. Cette considération amène à envisager d’autres suppressions de fortifications, dans un contexte géopolitique non pas de rattachement, mais d’établissement d’alliances politiques durables après de longues périodes d’hostilité latente ou déclarée. C’est sous cet angle qu’il faut prendre en compte la suppression d’enceintes comme celle du Havre dans les années 1860, justifiée certes par le transfert du port militaire en 1815 à Cherbourg, mais aussi par l’instauration à la Restauration d’une entente avec l’Angleterre qui deviendra « Cordiale » au début du xxe siècle. La suppression de l’enceinte d’Antibes en 1898préside à une belle couronne de boulevards et de quartiers nouveaux, un anneau similaire au ring genevois ou viennois : n’est-elle pas à envisager dans le cadre de la paix avec l’Italie et du changement du cadre stratégique que cela implique ?

29Ainsi, le changement de l’attachement géopolitique est en général un facteur d’aménagements urbains nouveaux. Il est aussi, par la mesure même de ses effets, absents ou considérables, un révélateur de dynamique ou de stabilité institutionnelle et administrative des États concernés, et l’une des dimensions majeures de l’histoire de l’aménagement urbain en Europe centrale et orientale au xixe siècle.

Notes

1 Alexandra Yerolympos, Urban transformations in the Balkans (1820-1920), Thessalonique, University Studio Press, 1996, p. 31-32, p. 41-43.

2 Schinkel dessine un palais royal sur l’Acropole, qui ne sera pas réalisé : Panagiothis tournikiothis, « E parousia tou Parthenona stin istoria kai ti theoria tis neoteris architechtonikis », dans O Pathenona kai i aktinobolia tou sta neotera chronia, Athènes, Melissa, 1994, p. 221.

3 Plan en 1880 dans Mario Molini, Atlante di storia dell’urbanistica, Milan, Hoepli, 1983 (1963), fig. 1369.

4 Alexandra Yerolympos, Urban transformations…, op. cit., p. 24-28.

5 Id., p. 20-23.

6 Id., p. 45-49.

7 D’après Janos Gerle, « Budapest 1890-1914, die städtebauliche entwicklung von Budapest », dans Mythos Grossstadt, Architektur und Stadtbaukunst in Zentraleuropa 1890-1937, dir. Eve Blau et Monika Platzer, Munich-Londres-New York, Prestel, 1999, p. 108.

8 Andrea Hollo Szilvia, Budapest régi térképeken 1686-1896, Budapest, Officina Nova, 1994, p. 58-86.

9 Plan de la ville en 1902 dans Karl Baedeker, Allemagne du Sud et Autriche, guide du voyageur, Leipzig-Paris, 1902, p. 356.

10 Aleksander Laslo, « Zagreb 1880-1918, moderne Architektur und Städtebau in Zagreb », dans Mythos Grossstadt..., op. cit., p. 136.

11 Voir Aleksander Laslo, Mythos Grossstadt..., op. cit.

12 Paolo Sica, Storia dell’urbanistica, L’ottocento, I, Rome-Bari, Laterza, 1991, p. 327-337.

13 Plan dans Karl Baedeker, Suède et Norvège, manuel du voyageur, Leipzig-Paris, 1911, p. 220.

14 Paolo Sica, Storia dell’urbanistica, op. cit., p. 439.

15 Giovanni Fanelli, Firenze, Rome-Bari, Laterza, 1981 (1980), p. 202-219.

16 Italo Insolera, Roma, Rome-Bari, Laterza, 1981 (1980), p. 366-383.

17 Amelio Fara, La Spezia, Rome-Bari, Laterza, 1983, p. 52-77.

18 Paolo Sica, Storia dell’urbanistica, op. cit., p. 410-413. 1873,

19 Id., p. 299.

20 Id., p. 306.

21 Claire Decomps, Thionville, urbanisme et architecture 1900-1939, Nancy, Éditions Serpenoise, 1995, p. 5.

22 La ceinture des nouvelles fortifications est concernée par un nouveau plan d’urbanisme de Fritz Schumacher en 1919-1922 : Hartmut Frank, « Fritz Schumacher (1869-1947) Hambourg et Cologne », dans La ville : art et architecture en Europe, 1870-1993, dir. Jean Dethier et Alain Guiheux, Paris, Centre Georges Pompidou, 1994, p. 144.

23 Les guides du voyageur édités par Karl Baedeker dans les années 1890-1900, ici sur l’Allemagne du Nord, l’Allemagne du Sud et l’Autriche, et les pays du Rhin, donnent de nombreuses informations.

24 On conserve cependant, lorsqu’elles existent, les ceintures de forts, comme à Metz.

25 Daniel Wieczorek, Camillo Sitte et les débuts de l’urbanisme moderne, Bruxelles, Mardaga, 1981, p. 70-77.

26 Id., p. 66.

27 Paolo Sica, Storia dell’urbanistica, op. cit., p. 292-293.

28 Voir en particulier sur ces questions Daniel Wieczorek, Camillo Sitte et les débuts…, op. cit. et Anthony Sutcliffe, « Naissance d’une discipline », dans La Ville : art et architecture…, op. cit., p. 121-122.

29 Voir Klaus Nohlen, Construire une capitale, Strasbourg impérial de 1870 à 1918, Strasbourg, Publications de la Société savante d’Alsace, 1997.

30 Id., p. 45-204.

31 Claire Decomps, Thionville..., op. cit., p. 2.

32 La situation politique du Reichsland tend d’ailleurs à la normalisation à partir de 1880, sans cependant rejoindre complètement celle des autres États allemands : Klaus Nohlen, Construire une capitale…, op. cit., p. 23-26.

33 Thomas von Joest, « Symbolique de la gare de Metz », Monuments historiques, n° 6, 1978, p. 45-49. Concours pour la gare en 1901, réalisation 1904-1908.

34 Hans Rudolf Fuhrer, « Befestigungslinien in Rahmen des Schweizerischen Verteidigungskonzeption des 19. und 20. Jahrhunderts », dans Stadt und Landmauern, band I, Zurich, ETH-Zurich, 1995, p. 155-156.

35 André Corboz, « La fortification urbaine après 1500 : les phases de sa mutation », dans Stadt und Landmauern, op. cit., p. 133-134 ; Bénédict Frommel, « Le développement urbain après la démolition des fortifications », dans Genève, Saint-Gervais, Les monuments d’art et d’histoire du canton de Genève, Tome II, coord. Anastazja Winiger-Labuda, Berne, Ed. Wiese, 2001, p. 57.

36 Id., p. 63-65.

37 Parfois appelé la « ceinture fazyste », du nom du chef du gouvernement cantonal qui en est à l’origine, il est vraisemblablement le modèle du Ring de Vienne, objet d’un concours en 1858. Le rapport entre les deux opérations d’urbanisme est cependant encore à éclaircir : André Corboz, Stadt und Landmauern…, op. cit., p. 131. Voir aussi Gilles Barbey, Armand Brulhant, Georg Germann et Jacques Gubler, « Genève », dans Inventaire suisse d’architecture 1850-1920, Villes, T. 4, Berne, Société d’Histoire de l’Art en Suisse, 1982, p. 276-283.

38 Othmar Birkner et Hanspeter Rebsamen, « Basel », dans Inventaire suisse d’architecture 1850-1920, Villes, T. 2, Berne, Société d’Histoire de l’Art en Suisse, 1986, p. 86.

39 En 1798, 1802, 1801 et 1804 : Daniel Wieczorek, Camillo Sitte et les débuts…, op. cit., p. 36, n. 28.

40 Voir dans Melville C. Branch, An atlas of rare city maps, comparative urban design 1830-1842, New York, Princeton Architectural Press, 1997 (1978) les plans de Bruxelles en 1837, p. 23 ; Vienne en 1833, p. 19 ; Francfort en 1837, p. 49 ; Hambourg en 1841, p. 51 ; Munich en 1840, p. 53 et Turin en 1833, p. 71, qui montrent le démantèlement.

41 Vera Comoli Mandracci, Turin, Rome-Bari, Laterza, 1983, p. 94-148.

42 Paolo Sica, Storia dell’urbanistica, op. cit., p. 308-317.

43 Giorgio Bellavitis et Giandomenico Romanelli, Venezia, Rome-Bari, Laterza, 1985, p. 161 et 176.

44 Italo Insolera, Roma, op. cit., p. 323-335.

45 Paolo Sica, Storia dell’urbanistica, op. cit., p. 508.

46 Amelio Fara, La Spezia..., op. cit., p. 33-44.

47 Claire Tisseur, « Benoît Poncet et sa part dans les grands travaux publics de Lyon », Bulletin de la Société Académique d’Architecture de Lyon, T. VII, 1881-1882, p. 179-180.

48 Philippe Graff, L’exception urbaine : Nice, de la Renaissance au Consiglio d’Ornato, Marseille, 2000.

49 Marek Koter, « The morphological evolution of a nineteenth-century city centre : Lodz, Poland, 1825-1973 », dans The built form of western cities, éd. T. R. Slater, Leicester et Londres, Leicester University Press, 1990, p. 109-112.

50 Un exemple : l’ingénieur anglais W. Lindley, retenu pour le plan de Hambourg dans les années 1840 après l’incendie de la ville, conçoit les égouts des villes de Düsseldorf, Chemnitz, Krefeld, Elberfeld en Allemagne, de Bâle et de Budapest à l’extérieur. Son fils W. Heerlein Lindley intervient sur les égouts de Wurzbourg, Mannheim et Prague. Son assistant J. Gordon conçoit ceux de Stuttgart, Munich et Nuremberg : Daniel Wieczorek, Camillo Sitte et les débuts…, op. cit., p. 94, n. 59. On a vu le rôle de Blotnitski à Genève, des Bavarois dans l’Athènes de 1833, dont le premier roi était prince de Bavière, et qui étaient fortement inspirés par les réalisations munichoises dans les années 1820-1830, etc.

51 On perçoit dans un certain nombre de projets réalisés, comme à Budapest, une mise en scène de l’agrandissement urbain utilisant comme arrière-plan les éléments saillants de la ville ancienne, dont le palais royal, à laquelle il est visuellement rattaché. À Athènes et à Rome, les vestiges archéologiques sont intégrés dans le nouvel urbanisme avec une dimension idéologique tout aussi évidente. À Cologne, avec la cathédrale achevée dans les années 1880, ou à Nuremberg et dans de nombreuses villes allemandes, l’architecture ancienne est réinterprétée pour affirmer une certaine germanité.

Auteur

Ministère de la Culture, Paris
Architecte et urbaniste en chef de l’État. Urbaniste, il s’est ensuite orienté vers l’étude de la ville (doctorat, HdR). Après l’école d’architecture de Lyon, il rejoint la direction de l’Architecture et du Patrimoine, où il s’occupe depuis 1999 des études urbaines. Outre divers articles et participations à des ouvrages, dont l’Atlas historique des villes de France, il a publié Entre Bellecour et Terreaux, urbanisme et architecture à Lyon au xixe siècle. Ses travaux actuels portent sur l’analyse de l’espace urbain (à paraître un Vocabulaire de l’espace urbain, aux Éditions du Patrimoine, et Pour une approche morphologique des espaces urbanisés, en co-direction).

© Presses universitaires François-Rabelais, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable