Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Villes rattachées, villes reconfigurées

 | 
Denise Turrel

II. Recomposition des espaces

Les détours du rattachement : Rome capitale après 1870

Denis Bocquet

Texte intégral

  • 1 Voir :Alberto Ghisalberti, « Roma capitale nel pensiero di Cavour », Studi romani, 1961, p. 271-28 (...)
  • 2 Voir Elisa Spilotros, « Problemi politici, amministrativi e tecnici del trasferimento della capita (...)
  • 3 Voir : Enrico Decleva, « Il compimento dell’unità e la politica estera », dans Giovanni Sabbatucci (...)
  • 4 Sur ce point, voir : Giovanni Battista Calogero, « Le operazioni militari per l’occupazione dello (...)

1Rome ne devient que tardivement capitale du royaume d’Italie. Ce n’est que dix ans après l’Unité que la ville pontificale est intégrée au territoire national. Entre 1860 et 1870, de nombreuses tentatives ont lieu, de la part essentiellement de Garibaldi et des siens, de conquérir l’État pontifical et la Ville Éternelle. Mais à chaque fois, pour des raisons de politique interne autant qu’internationale, tant le gouvernement italien que la France impériale, protectrice du siège pontifical, empêche le héros des deux mondes de parvenir à ses fins. L’idée de Rome capitale était pourtant un des fondements du Risorgimento. Cavour, de même, en avait fait une perspective pour l’Italie unifiée. Mais l’homme d’État avait introduit le principe de réalité dans la quête de l’achèvement de la construction nationale : Rome ne pourrait être conquise sans l’accord de la France1. En 1861, il consent à faire voter une loi proclamant Rome comme future capitale du pays. Il comptait négocier en sous-main les modalités de réalisation de ce rêve avec l’Empereur. Mais la mort l’en empêche. Ses successeurs sont moins habiles dans ce domaine, et rapidement l’idée de Rome capitale, comme à chaque fois que le Risorgimento gouvernemental ralentit son cours, redevient le thème de l’exaltation garibaldienne. À l’été 1862, Garibaldi échoue dans une tentative de conquête de Rome et de l’État pontifical. C’est l’armée italienne qui le retient et l’arrête. Deux ans plus tard, face aux pressions de la France, le gouvernement de Turin, première capitale de l’Italie unitaire, est contraint de signer une convention stipulant le transfert de la capitale à Florence2. Le but, pour l’Empereur, est de détourner les ardeurs nationalistes italiennes de la Ville Éternelle. Florence sera donc capitale de 1864 à 1870. La campagne garibaldienne reprend cependant en 1867. À la suite de la convention de 1864, la France avait en effet retiré ses troupes officielles de Rome, n’y laissant qu’une faible légion de mercenaires catholiques. C’est le gouvernement italien qui est chargé de protéger l’intégrité territoriale de l’État pontifical. Au mois d’octobre, Garibaldi tente une nouvelle expédition, mais est arrêté, cette fois à Mentana. L’épisode marque la fin de la geste garibaldienne. La France envoie de nouveau une garnison à Rome. En 1868 et 1869, avec la dégradation du climat diplomatique entre la France et la Prusse, l’Italie tente de monnayer soit sa médiation soit sa participation à une guerre aux côtés de la France contre la voie libre vers Rome. Mais les négociations échouent à plusieurs reprises. Il faut attendre l’été 1870, et la perspective d’une défaite de la France, pour que la situation se débloque3. Comme l’avait prédit Cavour, le rêve de Rome ne pouvait se réaliser tant que la France veillait sur le Pape. Comme à chaque phase principale du Risorgimento, c’est le gouvernement italien qui agit en septembre 1870, afin de ne pas laisser s’exprimer sans freins la rhétorique politique garibaldienne. Après un court siège et de brefs mais âpres combats, la ville est conquise le 20 septembre 18704.

2L’objet du présent article n’est en rien de revenir sur les éléments d’une histoire politique désormais bien connue, ni même de tenter d’interpréter de nouveau les signes de la symbolique monumentale italienne dans la ville prise au Pape. Il s’agit plutôt de proposer une lecture spatiale du processus d’assimilation de la ville au royaume, et de tenter de mettre en œuvre la démonstration de la complexité du rattachement, non seulement dans ses aspects territoriaux, mais aussi fonciers et techniques. La ville rattachée en 1870 n’appartient pas encore tout à fait à l’Italie. Trois questions principales sont à régler, qui seront examinées successivement ici : la question territoriale, autour de la négociation de l’étendue à laisser au souverain pontife ; la question foncière, la nouvelle capitale de l’État unitaire appartenant littéralement à une noblesse qui majoritairement n’en reconnaît pas la légitimité ; la question technique enfin, pour laquelle on tentera de montrer les différents biais utilisés par les services de l’État italien pour prendre pied dans un territoire urbain qui lui échappait.

3C’est ce que j’ai appelé les détours du rattachement, et qui recouvre les enjeux de souveraineté technique sur le territoire urbain. Dans le cas de Rome, le rattachement n’est pas exempt d’hésitations. Au travers de l’étude des incertitudes territoriales sur la place à laisser au souverain pontife, ou des modes d’insertion des ingénieurs des services pontificaux dans les rangs du génie civil de l’État par exemple, on peut suivre le parcours de l’intégration progressive de la nouvelle capitale aux structures de l’État. On voit aussi que le rattachement n’est en aucun cas à sens unique : la ville est rattachée à l’Italie, certes, mais l’Italie, non seulement dans sa façade romaine, mais aussi dans son destin national, est considérablement changée par l’absorption de la capitale de la Chrétienté catholique, et donc par le besoin de devoir, un jour ou l’autre, finalement composer avec l’élément catholique dans la construction de la nation. Alternent donc phases de conflit et de médiation, voire de conciliation. Mais ce qui est intéressant, au-delà des épisodes de la vie politique ou de mise en place de la rhétorique du symbole, c’est d’examiner à la fois la dimension physique du rattachement (qui contrôle quelle portion de la ville, et comment ?) et les dimensions plus souterraines : chantiers de travaux publics, carrières des fonctionnaires, ou évolution des institutions locales du pouvoir urbain.

4Après les événements du 20 septembre 1870 et la courte, mais intense, bataille de Porta Pia, où fut ouverte la brèche qui permit à l’armée italienne de prendre la ville, Rome est donc intégrée au royaume d’Italie. Elle en devient la capitale quelques semaines plus tard, à la place de Florence. Ce rattachement présente pour le gouvernement italien un certain nombre de problèmes d’ordre diplomatique, dans son rapport à la fois à ce qui devient le Vatican, sans être encore bien défini d’un point de vue territorial, et aux puissances catholiques en général. Le problème, pour le gouvernement italien, est également territorial, la question en suspens étant la place à laisser à l’ancienne autorité pontificale.

5Les premières semaines de Rome capitale sont marquées par une durable hésitation quant à l’étendue de la Città Leonina que l’on entend laisser au Pape. Tant la troupe, d’abord, que la police, ensuite, et les services administratifs, hésitent durablement dans leur prise de position sur la rive droite du Tibre. Jusqu’où va la Rome du Pape ? Où s’arrête l’Italie ? Ces questions se posent, dans un climat de tension politique et diplomatique extrême, jusqu’au cœur de l’année 1871, au moins.

6La première question qui se pose est donc est de savoir quelle ville rattacher au royaume. Le 20 septembre 1870, avec la prise de la ville par les troupes italiennes, constitue la consécration ultime du Risorgimento national. Les troupes entrent par le nord de la ville. Elle atteignent rapidement le palais pontifical du Quirinal, mais s’abstiennent d’en forcer les portes. Il faudra pour cela attendre plusieurs jours. Le souverain pontife, ainsi que les troupes défaites du général Kanzler, se sont réfugiées derrières les murailles du Vatican. On ne les poursuit point. Dans les premiers jours de la présence italienne à Rome, les troupes nationales se contentent d’occuper la rive gauche du Tibre. L’acte le plus offensif est l’enfoncement des portes du Quirinal après que Pie IX eut refusé d’en donner les clés aux conquérants. Il faut dire que le gouvernement italien entend tout faire pour éviter une fuite du Pape hors de Rome, et pour prouver au monde catholique que sa domination sur la Ville Éternelle n’est en rien une tentative d’oppression. Les principales puissances catholiques (France, Espagne, Belgique, Canada) sont attentives et prêtes à exploiter tout incident. Déjà, la conquête de la ville était une concession de la part de la génération de la droite historique post-cavourienne aux pressions de la gauche garibaldienne ; on tient donc plus que tout à éviter une confrontation trop directe avec Pie IX : le mot d’ordre est d’éviter à tout prix toute provocation. Il convient également d’éviter de donner au Pape les éléments d’une rhétorique de la persécution.

7Mais se pose rapidement la question de la rive droite du Tibre : comment passer les ponts sans donner l’impression d’une invasion militaire en direction du Vatican ? On en vient donc à un second mouvement, après la conquête militaire, autour du thème de la difficile conquête de l’espace urbain de la ville rattachée.

8C’est tout d’abord l’armée, qui hésite durablement à passer les ponts sur le Tibre. Ceci semble être fait après plusieurs jours, sauf à la hauteur du pont Saint-Ange, le plus proche de Saint-Pierre. Les archives, et les différentes narrations disponibles sur la question, montrent les interminables tergiversations des troupes sur les ponts de la ville, particulièrement à proximité du Vatican. Durant les premiers jours, voire les premières semaines, on est ainsi resté du côté gauche. Au début du mois d’octobre cependant la rive droite est peu à peu occupée, et notamment le château Saint-Ange.

  • 5 Voir : Brian Brennan, « Visiting “Peterin Chains” : French Pilgrimageto Rome, 1873-1893 », Journal (...)

9La police était saisie d’un pareil dilemme, qui rapidement cependant se déplace sur un autre terrain : se montrer ou pas. Dans ce domaine, le quartier de Trastevere servit de tête de pont : suffisamment cloisonné par rapport au Vatican pour ne pas être trop symbolique, mais déjà sur l’autre rive, il fut utilisé comme premier test d’une présence italienne en uniforme sur la rive droite. Le premier commissariat de la rive droite ouvre donc assez rapidement à Trastevere (ce qui n’empêche pas les gendarmes de l’État pontifical déchu de continuer pendant plusieurs mois leurs tournées en civil dans le quartier). Pour le reste des quartiers de la rive droite, Borgo essentiellement, la police d’État italienne patrouille d’abord en civil. Puis un commissariat est ouvert, peu avant le plébiscite devant sanctionner le rattachement de la ville au royaume. Se pose alors la question de la place Saint-Pierre et de la basilique : une fois décidé que la cité pontificale ne comprendrait ni le Borgo, ni une portion de terre jusqu’à la mer, comme cela avait été envisagé un instant, il restait à savoir si la place et la basilique seraient rattachées. Car elle ne font aucunement partie, topographiquement et historiquement parlant, du Vatican, marqué par ses puissantes murailles. La place Saint-Pierre et la basilique du même nom se situent hors du Vatican, et hors de la Città Leonina. Mais un modus vivendi s’installe progressivement, et ce pour plus de cinquante ans : on ne décide pas sur le statut territorial du lieu, mais la police italienne s’abstient d’y patrouiller en uniforme. Les provocations d’extrémistes catholiques français deviennent dès lors le cauchemar des fonctionnaires de service, qui doivent intervenir tout en tâchant de s’abstenir de toute marque symbolique de souveraineté5. L’hiver 1870-1871 est marqué par cette constante menace sur le statu quo.

10Le cas du quartier du Borgo, situé entre le Vatican et le Tibre, est resté durant de longues semaines irrésolu. Si finalement il n’est pas inclus dans le territoire pontifical, c’est essentiellement à cause de la volonté de Pie IX de constituer un État sans habitants, sans citoyens. Le souverain pontife réclame à plusieurs reprises des portions de territoire vastes, mais vides, et rejette la proposition de se voir attribuer un quartier de la ville. Le Borgo, donc, a été rattaché à l’Italie, mais tardivement : pour le plébiscite du mois de novembre, le quartier n’a ainsi pas été inclus dans la carte électorale. Des patriotes dressèrent cependant des urnes, de manière non officielle. L’administration ordinaire, et la mise en place des services de l’État ne suivirent que plusieurs semaines plus tard.

  • 6 Pour la narration de cet épisode, voir les mémoires du commissaire Manfroni : Giuseppe Manfroni, S (...)

11L’ambiguïté territoriale persiste encore au moment de la visite du roi Victor Emmanuel II, au nouvel an 1871. Bien que formellement l’ensemble de la rive droite du Tibre, excepté le Vatican défini par ses murs, soit italien, on n’ose guère y montrer des signes de souveraineté, dont une visite royale serait l’acmé. On n’ose conférer à la rive droite les attributs symboliques de l’appartenance à la nation. Le roi évite soigneusement de traverser les ponts, et sous prétexte de l’imminence du bal national du Nouvel An (dans la capitale déchue Florence), il se hâte au soir du 31 décembre de regagner la gare des Thermes de Dioclétien6.

  • 7 Tullio Aebischer, « Le ipotesi territoriali nella questione romana dal 1870 al 1929 », Rassegna St (...)
  • 8 Sur ce point : Tullio Aebischer, « La commissione tecnica italo-vaticana ed i confini del territor (...)

12La sanction légale du dessin des contours d’une Città Leonina limitée au Vatican est un phénomène très tardif. Il faut en effet attendre pour cela l’époque fasciste. On peut à ce sujet parler véritablement des avantages du flou en ce qui concerne le rattachement : aucun gouvernement italien, ni sous la droite historique, ni sous la gauche qui lui succède à partir de 1876, ni Pie IX ni Léon XIII d’autre part, n’ont intérêt à voir se cristalliser la question romaine autour d’une bataille juridique internationale. Les tentatives de définition légale du territoire laissé à la Papauté sont cependant nombreuses entre 1870 et 1929, mais jamais elles n’aboutissent. Les clauses de la capitulation du 20 septembre 1870 prévoyait que l’Italie laisse à Pie IX la Città Leonina, mais sans que l’étendue de celle-ci ne soit définie. Le décret d’annexion du 9 octobre 1870 ne précise en rien non plus la question territoriale. La loi sur les Garanties, récusée d’ailleurs par Pie IX, ne permet pas d’avancer dans la résolution d’un problème que chacun se hâte d’éviter. En 1914, puis 1919, des négociations officieuses ont lieu, mais la chute du gouvernement Orlando les interrompt7. Il faut donc attendre 1925, et le fascisme, pour que la question soit officiellement rouverte. Mais même les accords du Latran en 1929 ne sont pas précis sur le plan territorial. Ce n’est qu’en 1933 qu’une commission mixte parvient à l’établissement d’une carte8.

13Pendant de longues années, donc, les modalités territoriales du rattachement ont donné lieu à la persistance d’une imprécision. C’est que les véritables enjeux, et de l’affrontement, et de la conciliation, étaient ailleurs. Car pour le gouvernement italien un autre problème se posait : comment décider de l’avenir d’une ville qui appartenait foncièrement à ses adversaires politiques ?

  • 9 Sur ces points : Denis Bocquet, La modernisation de la ville. Rome capitale 1870-1925, thèse de do (...)
  • 10 Alberto Caracciolo, Roma capitale. Dal Risorgimento alla crisi dello Stato liberale, Rome, Editori (...)

14Rome en 1870 appartient en effet presque intégralement à la grande noblesse catholique et à l’Église catholique. À partir de cette date, la situation se complique, avec l’introduction dans ce jeu de sociétés immobilières et de prête-noms, mais le fond demeure identique. D’autant plus que la loi italienne sur les municipalités, adoptée en 1865, ne prévoit aucun statut d’exception pour la ville capitale. Celle-ci est entre les mains de ses propriétaires, grâce au système censitaire. La question foncière est donc, pour le gouvernement italien, encore plus compliquée que la question territoriale. Les instruments administratifs et politiques de transformation de l’espace urbain de la ville capitale à rattacher sont intégralement dans les mains d’une classe politique locale qui souvent récuse les fondements mêmes de la présence italienne à Rome9. La municipalité romaine, entre 1870 et 1925, est en effet contrôlée la majeure partie du temps par la droite conservatrice catholique, dominée par la grande noblesse, souvent proche du Vatican. Seules trois parenthèses progressistes interrompent cette tendance, en 1873, en 1883, puis entre 1907 et 1912. Or dans le système italien, l’instrument majeur de transformation de l’espace urbain est le plan régulateur municipal. C’est donc la mairie qui décide de la forme à donner à la ville capitale de l’État. Certes, en quarante ans, de nombreuses nuances sont apportées à cet axiome de départ : les pouvoirs municipaux sont à plusieurs reprises limités par l’introduction d’un pouvoir de tutelle de l’État, et la dichotomie elle-même entre catholiques et nationaux connaît divers assouplissements, par le biais d’une déclinaison romaine du phénomène politique que l’historiographie italienne a nommé « transformisme ». Face à l’impossibilité pour la mairie de financer intégralement les travaux d’équipement de la capitale de l’État, celle-ci doit par ailleurs céder plusieurs prérogatives. Mais la tendance générale demeure d’un État qui pour construire sa propre capitale doit en passer par les pouvoirs d’une municipalité généralement hostile. On peut dès lors parler d’un véritable rattachement par le rachat des terrains. Il y a désormais presque cinquante ans, l’historien marxiste Alberto Caracciolo a démontré comment la noblesse romaine profitait du nouveau statut de capitale d’un État que généralement elle récusait politiquement, pour réaliser de formidables plus-values sur le lotissement de ses anciennes ville urbaines10. La construction des nouveaux quartiers de la ville rattachée s’est de la sorte faite à un prix élevé, pour le plus grand bénéfice de la caste de la noblesse municipale. Les propriétaires, qui contrôlaient la mairie, ont par ailleurs orienté à leur guise l’urbanisation des nouveaux quartiers. La rive droite du Tibre, malgré le souhait de la gauche nationale et romaine, n’a ainsi jamais été construite, surtout pour le quartier des Prati di Castello, à proximité immédiate du Vatican, tant que subsistait un implicite veto catholique. La ville capitale a été construite d’abord loin de Saint-Pierre, sur les hauteurs de l’Esquilin. Ce n’est que dans les années 1880, une fois que le monde catholique consent à urbaniser la rive droite (et à dégager les formidables plus-values afférentes), que les Prati sont peu à peu construits.

15Maison peut aller plus loin dans l’appréciation du phénomène. Car non seulement la ville capitale, dans ses quartiers privés, a été construite sur les terrains de la noblesse catholique et des sociétés immobilières appartenant plus ou moins directement au Vatican, mais l’État italien a aussi payé du prix des expropriations l’implantation de ses équipements urbains. L’étude de ce processus montre qu’à chaque fois, pour les principaux chantiers, la conciliation entre propriétaires, représentés par la municipalité, et État italien, s’est faite sur le terrain d’un payement au prix fort des expropriations. Le gouvernement central a, en quelque sorte, dû acheter sa propre capitale à la noblesse catholique.

16Mais le rattachement de Rome à l’Italie connut encore d’autres détours. Face à une ville dans laquelle la loi italienne elle-même conférait l’ensemble des prérogatives en matière technique à la municipalité, l’État central, particulièrement par le biais du corps du génie civil, a peu à peu trouvé le moyen de se constituer des terrains d’exception technique, et donc de souveraineté.

17Le génie civil lui-même a été le lieu d’une précoce conciliation : dès la fin de l’année 1870, les ingénieurs d’État des services pontificaux y ont été intégrés. Insérés dans l’appareil technique et bureaucratique de l’État italien, ils ont pu y poursuivre leur vieille rivalité avec les ingénieurs de la municipalité romaine. Le mouvement se fait rapidement, mais n’est pas exempt de tensions ; ce sont paradoxalement les ingénieurs patriotes, romains d’origine, mais à peine rentrés dans leur ville, qui se plaignent : trop de place a été faite aux anciens de l’administration pontificale, et ceux qui ont donné leur jeunesse aux luttes nationales se voient oubliés. La lecture de ce mouvement d’intégration permet d’apporter un autre jour aux nombreux conflits entre services de l’État et monde catholique. Un rapprochement de fait s’effectue au sein du génie civil, par le biais des trajectoires personnelles des ingénieurs concernés. Le but principal du ministère italien fut rapidement de prendre pied dans la capitale face à l’hégémonie technique municipale.

18C’est dans ce contexte qu’est prise, au début de l’année 1871, à la suite d’une grave inondation, la décision de canaliser le cours urbain du Tibre. Au-delà des choix techniques, on peut proposer une lecture institutionnelle et spatiale du processus décisionnel. Le fleuve est utilisé en tant que portion de territoire urbain relevant de la compétence étatique, comme première base d’une implantation des services techniques de l’État dans la ville capitale à rattacher. La loi italienne confère en effet un statut domanial aux cours d’eau. Le Tibre urbain est donc sous tutelle de l’État. Cette disposition permet au génie civil de repousser les prétentions municipales à décider de l’avenir du fleuve dans la capitale. Entre 1870 et 1890, le Tibre est de plus utilisé par les services techniques de l’État italien comme une véritable tranchée de territoire étatique au sein de la capitale municipale. Le but des ingénieurs du génie est d’y concentrer le plus grand nombre de services possibles, afin d’ôter à la municipalité des parts importantes dans la compétence technique sur le territoire urbain. On peut lire de la sorte les conflits relatifs à l’emplacement des collecteurs des égouts. Un collecteur placé dans le cours du Tibre sera étatique, un collecteur placé sous une rue, municipal. En vingt ans, le génie civil de l’État parvient à obtenir compétence sur l’aménagement du fleuve et sur la construction des collecteurs des égouts. Par une telle lecture spatiale, on est donc amené à suivre les modalités du rattachement de la ville au territoire national bien au-delà des presque simples péripéties de la négociation internationale pour la définition de la limite du Vatican. C’est la ville tout entière qui est en jeu, et la capacité de l’État non seulement à contrôler l’espace de sa propre capitale, mais aussi à intégrer dans le fonctionnement national, au prix parfois d’exorbitantes expropriations, la composante catholique romaine.

19Certains épisodes de ce processus montrent également combien le Tibre a servi de lieu test pour la souveraineté territoriale gouvernementale sur la ville. Au moment de l’arrivée au pouvoir de la gauche garibaldienne en 1876, des projets sont en effet lancés de détourner le fleuve dans le quartier des Prati, afin de faire passer ce dernier sur la rive plus explicitement italienne. Même dans la temporaire exacerbation des passions politiques, le Tibre se confirme comme lieu de toutes les pressions en vue d’un achèvement du processus de rattachement. Cette lecture territoriale peut par ailleurs être reproduite jusqu’aux années 1890, avec de nombreux exemples, comme certains projets de métro.

  • 11 Sur ce point, voir : Denis Bocquet, « L’archéologie à Rome après 1870 : une lecture politique et s (...)

20Le secteur de l’archéologie constitue un autre terrain de l’application d’une volonté étatique d’emprise sur le territoire municipal. La loi italienne donne en effet compétence en matière d’antiquités classiques au ministère de l’Instruction publique. Le dessin progressif au cœur de la ville capitale d’une zone archéologique et monumentale de la part des services de l’État, conduits par Guido Baccelli, peut donc être lu comme la définition d’une zone d’exception urbaine face aux prérogatives de la municipalité romaine11. Hors de la procédure municipale du plan régulateur est ainsi peu à peu définie une vaste zone de compétence territoriale étatique dans la ville capitale. L’archéologie contribue de cette façon au rattachement. Lors de certains épisodes de conflit, elle sert aussi à contester certaines prérogatives municipales, comme par exemple lorsque le génie civil, dans les années 1880, affirme que les égouts antiques, qui drainent une bonne part de l’espace urbain, sont de propriété étatique. La municipalité parvient à ce sujet à préserver sa tutelle sur le secteur, arguant du fait qu’un égout en état de fonctionner est municipal, quelle que soit la date de sa construction.

21Les monuments ont aussi servi de lieux d’un approfondissement de l’emprise étatique sur la ville. La dimension symbolique de leur forme architecturale a déjà été étudiée. Il ne s’agit ici que de proposer un complément spatial d’interprétation. Tant le palais de justice, sis sur la rive droite du Tibre, à l’entrée des Prati, que le monument en hommage à Victor-Emmanuel II, sont construits par les services de l’État en des points névralgiques de la capitale. Ils constituent pendant les longues années que durent les chantiers, des enclaves de compétence étatique au cœur de la ville municipale. Le Vittoriano, littéralement posé sur la colline du Capitole, siège de l’administration municipale, est aussi à l’articulation de plusieurs quartiers de la ville qui connaissent de profondes modifications, sous la conduite de la municipalité. Au-delà de la construction du bâtiment, il donne lieu aussi à une véritable planification urbaine étatique, avec la mise en place progressive de ses abords.

22La ville de Rome n’est donc, en quelque sorte, rattachée que très progressivement. Dans les années 1870 et 1880 seuls l’axe fluvial, les bâtiments ministériels et de l’administration de l’État, ainsi que la zone archéologique en devenir, sont sous la tutelle des services de l’État. Le reste demeure sous l’influence très forte du pouvoir catholique. Par diverses mesures législatives, on tente dans les années 1880 de remédier à cette situation. Les lois sur la campagne romaine (et donc sur les terrains hors les murs à urbaniser) doivent être lues dans ce contexte, de même que les lois qui limitent peu à peu l’autonomie municipale dans la ville capitale.

23Mais le véritable rattachement n’est pas territorial : il réside dans la résolution politique et sociale de la question romaine. En cela, les médiations sont précoces, et parfois insérées dans les processus mêmes de conflictualité : intégration des personnels catholiques, sous-traitance à des entrepreneurs catholiques des chantiers conquis par les services de l’État, rapprochement politique entre conservateurs nationaux et conservateurs catholiques. La question romaine perd ainsi progressivement de son âpreté, et sa résolution définitive sous le fascisme n’est que l’aboutissement d’un long processus, à la fois de renforcement de la présence de l’État dans sa capitale, d’affaiblissement des pouvoirs de la municipalité, et d’intégration des catholiques dans la vie politique nationale.

Notes

1 Voir :Alberto Ghisalberti, « Roma capitale nel pensiero di Cavour », Studi romani, 1961, p. 271-283 et Ettore Passerin d’Entrèves, « Cavour e il problema di Roma capitale », Studi Romani, 1970, p. 298-306.

2 Voir Elisa Spilotros, « Problemi politici, amministrativi e tecnici del trasferimento della capitale da Torino », Storia e Restauro, 4, 1985, p. 113-143.

3 Voir : Enrico Decleva, « Il compimento dell’unità e la politica estera », dans Giovanni Sabbatucci et Vittorio Vidotto (dir.), Storia d’Italia. 2. Il nuovo stato e la società civile, Rome-Bari, Laterza, 1995, p. 150.

4 Sur ce point, voir : Giovanni Battista Calogero, « Le operazioni militari per l’occupazione dello Stato pontificio e la presa di Roma. Luglio-20 Settembre 1870 », Studi romani, 1970, p. 340-355.

5 Voir : Brian Brennan, « Visiting “Peterin Chains” : French Pilgrimageto Rome, 1873-1893 », Journal of Ecclesiastical History, vol. 51, 4, 2000, p. 741-765. Voir aussi : Giacomo Martina, « La fine del potere temporale nella coscienza religiosa e nella cultura dell’epoca in Italia », Archivium Historiae Pontificae, 1971, p. 309-375.

6 Pour la narration de cet épisode, voir les mémoires du commissaire Manfroni : Giuseppe Manfroni, Sulla soglia del Vaticano (1870-1901), Bologne, Zanichelli, 1920, 2 vol., 400-310 p.

7 Tullio Aebischer, « Le ipotesi territoriali nella questione romana dal 1870 al 1929 », Rassegna Storica del Risorgimento, Lugio-Settembre 2000, p. 411-430.Voir aussi : Pasquale Bellu, « Verso la Conciliazione (1903-1921) », Archivio della Società Romana di Storia Patria, 1959, p. 93-173.

8 Sur ce point : Tullio Aebischer, « La commissione tecnica italo-vaticana ed i confini del territorio vaticano (1929-1933) », Studi romani, 2000, 1, p. 104-117.

9 Sur ces points : Denis Bocquet, La modernisation de la ville. Rome capitale 1870-1925, thèse de doctorat, Université de Provence, Maison méditerranéenne des Sciences de l’homme, 2002, 603 p.

10 Alberto Caracciolo, Roma capitale. Dal Risorgimento alla crisi dello Stato liberale, Rome, Editori Riuniti, 1956, rééd. 1993, 334 p.

11 Sur ce point, voir : Denis Bocquet, « L’archéologie à Rome après 1870 : une lecture politique et spatiale », Mélanges de l’École française de Rome. Italie et Méditerranée (MEFRIM), 113, 2, 2001, p. 759-773.

Auteur

Université de Provence, Maison méditerranéenne des sciences de l’homme.
Ancien membre de l’École française de Rome ; il a travaillé sur la modernisation technique de Rome capitale : enjeux institutionnels, politiques et sociaux (1870-1925).
Ses recherches post-doctorales portent sur l'urbanisme italien en Méditerranée (1912-1943).
Il est editor de H-Mediterranean (H-Net, Michigan State University).

© Presses universitaires François-Rabelais, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540