Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Villes rattachées, villes reconfigurées

 | 
Denise Turrel

II. Recomposition des espaces

Le Caire des Mamelouks aux Ottomans : les conséquences urbaines d'un changement de dynastie

André Raymond

Texte intégral

  • 1 Sur l'évolution du Caire voir : Marcel Clerget, Le Caire, Le Caire, 1934, 2vol ; Janet Abu-Lughod, (...)
  • 2 La fondation fatimide de 969 (Qâhira) occupe le quart nord-est de la ville ottomane : elle est dél (...)

1Dans les grandes villes arabes, le passage d'une dynastie à une autre a souvent été l'occasion de grands bouleversements urbains, pouvant aller d'un simple déplacement du centre du gouvernement jusqu'à un changement complet de capitale. Le caractère « dynastique » des capitales qui étaient le siège de la famille régnante explique en général la répugnance d'une dynastie nouvelle à s'installer dans les lieux qui avaient été marqués par la dynastie précédente et qui portaient son empreinte. Cette répugnance était naturellement particulièrement forte lorsque des changements d'affiliation religieuse avaient accompagné le bouleversement politique, l'orthodoxie sunnite étant remplacée par la domination d'une secte hétérodoxe ou inversement. Il s'agit d'un phénomène bien connu dans les pays du Maghreb. Le Caire avait vécu plusieurs bouleversements de cette nature1 : lors de la chute des Umayyades, en 750, l'installation du califat abbasside avait eu pour conséquence la construction, à quelque distance de la fondation arabe de Fustât (642), d'un centre politique nouveau d'où les gouverneurs abbassides de l’Égypte gouvernèrent l'Égypte : al-‘Askar. L'installation dans l’Égypte sunnite d'une dynastie ismaïlienne appartenant au grand rameau des sectes chiites, au moment de la conquête fatimide (969), se traduisit d'une manière assez naturelle par la fondation d'une nouvelle capitale, al-Qâhira2, à quelques kilomètres au nord de Fustât. La ville qui allait devenir Le Caire fut longtemps la capitale des conquérants ismaïliens dont les autochtones, d'obédience sunnite, étaient exclus.

  • 3 Voir le plan du Caire à l'époque ottomane en annexe : il est dressé d'après le plan de la Descript (...)

2Inversement lorsque Saladin devint le maître de l'Égypte, et installa dans la région la dynastie ayyoubide, une de ses premières décisions fut de marquer le retour du pays dans le sein de l'orthodoxie sunnite, en abandonnant les palais des Fatimides exécrés et en fondant, en 1174, une citadelle à trois kilomètres au sud de Qâhira d'où le pays allait être gouverné jusqu'au xixe siècle (T3)3. La transition très graduelle suivant laquelle s'opéra le passage des Ayyoubides aux Mamelouks (1250) explique sans doute que les nouveaux maîtres du pouvoir n'aient pas envisagé de revenir sur l'organisation que Saladin avait mise en place, moins d'un siècle auparavant : ils maintinrent donc dans la citadelle le centre du pouvoir politique et militaire, l'ancienne Qâhira continuant à se transformer en une ville « ordinaire » où se concentraient les activités économiques de la ville et où la population égyptienne, et les émirs qui gouvernaient le pays, achevaient de réoccuper les lieux marqués par le souvenir honni des Fatimides. La vaste région située entre l'ancienne Qâhira et la citadelle (région sud) fut, durant la période mamelouke (1250-1517), le siège d'un développement urbain qui découlait logiquement de la fondation de Saladin.

3Entre les Mamelouks et les Ottomans les éléments de continuité ne manquaient pas. L'ethnie turque qui dominait l'Empire ottoman était celle-là même qui avait façonné culturellement le personnel d'esclaves (mamelouks) qui constituait l'aristocratie politique et militaire régissant l'Empire mamelouk. Très pragmatiques, les Ottomans, après la conquête de l'Égypte par Sélim (1517), tout en renonçant à un système de protectorat qui aurait peut-être eu leurs préférences, ne détruisirent pas l'ancienne aristocratie locale des mamelouks, des esclaves recrutés dans des provinces caucasiennes suivant un système qui rappelait de près celui suivant lequel étaient recrutés les janissaires. Ils lui laissèrent en main l'administration des provinces et ces « néo-mamelouks » ne tardèrent pas à récupérer une partie de leur influence politique.

4Mais il est vrai que l’Égypte entra, à partir de 1517, dans un système politique tout à fait différent de celui qu'elle avait connu durant deux siècles et demi sous les Mamelouks. Jadis centre d'un empire puissant militairement et brillant culturellement, l'Égypte devint une simple province, parmi la trentaine que comptait l'empire. Le Caire, prestigieuse capitale d'un État qui englobait la Syrie, la Palestine et le Hedjaz, ne fut plus désormais qu'une capitale provinciale, la plus importante sans doute, mais loin derrière la métropole de 500 000 habitants qu'allait devenir Istanbul. L'organisation politique de l’Égypte, avec un gouverneur nommé par la Sublime Porte, des milices (dont la plus importante était celle des janissaires), et une organisation judiciaire coiffée par un grand qâdî envoyé d'Istanbul, était conforme au statut habituel des provinces. La ponction que faisait la trésorerie impériale sur les ressources du pays, sous la forme d'un tribut annuel (khazîna), le fait que le pacha et un certain nombre de préposés ne passaient en Égypte que pour une carrière brève et qu'ils avaient donc tendance à l'exploiter sans esprit de retour, diminuaient les ressources propres du pays, celles en particulier qui pouvaient être affectées au développement de la capitale et à son ornementation architecturale, qui avait été d'une qualité si exceptionnelle sous les Mamelouks.

5À ces éléments s'ajoutaient les conséquences d'événements qui avaient affecté l'environnement extérieur de l’Égypte. Les grandes découvertes de la fin du xve siècle (circumnavigation autour de l'Afrique et découverte des Indes) ne pouvaient qu'affecter l'Égypte dont la prospérité, durant la période antérieure, avait été largement fondée sur son rôle d'intermédiaire entre l'Orient et l'Europe. La prospérité des grands commerçants Kârimî sous les Mamelouks avait reposé sur un négoce des épices que les transformations du commerce international paraissaient menacer de disparition.

6Ces transformations annonçaient un bouleversement dans une ville dont l'histoire, durant les Mamelouks, avait été marquée par un essor urbain accompagné par une extraordinaire floraison architecturale et artistique. Le changement profond que paraissait devoir annoncer le passage de la domination mamelouke à la domination ottomane ne se produisit cependant pas : l'évolution du Caire se poursuivit avec une remarquable continuité et ce n'est que sous l'effet d'une lente évolution que Le Caire connut, mais dans le long terme, une transformation profonde de sa structure ; il fallut attendre la moitié du xviiie siècle pour que cette transformation soit pleinement réalisée.

UNE CONTINUITÉ MANIFESTE DES MAMELOUKS AUX OTTOMANS

7Le changement de dynastie, l'instauration d'un nouveau système de gouvernement dans un cadre territorial transformé ne devaient pas apporter un changement dans les grandes lignes de l'évolution urbaine du Caire de l'époque mamelouke à l'époque ottomane.

8Dans une ville comme Le Caire, le mécénat assumé par la caste dirigeante jouait naturellement un rôle décisif dans l'histoire de la ville. À l'époque mamelouke ce mécénat avait été assuré par les sultans, des mamelouks eux-mêmes, placés à la tête de l'État par leurs congénères, et par les principaux émirs, à qui leurs ressources permettaient de construire mosquées, fontaines, caravansérails, de constituer les fondations pieuses (waqf) qui étaient les moteurs de l'expansion urbaine que connut la capitale entre 1250 et 1517. Les très nombreux grands édifices construits durant cette époque, les entreprises de développement urbain organisées dans le cadre de concessions (hikr) (par exemple à l'époque du sultan Nâsir Muhammad entre 1290 et 1340), les grands waqf (voir la tentative de Azbak sur la rive gauche du canal vers 1484) (H 12) accompagnent un développement urbain qui, avec des à-coups, caractérisa, dans l'ensemble, la période mamelouke.

9Malgré les changements profonds survenus en 1517, Le Caire continua à bénéficier d'un patronage urbain actif de la part de la nouvelle élite. Les sultans jouèrent un rôle non négligeable dans cet effort. Mais ce sont surtout les gouverneurs (pachas) qui, après 1517, eurent l'initiative dans ce domaine grâce aux larges moyens que leur assuraient leurs fonctions, grâce aussi sans doute à la relative longue durée de leur commandement égyptien : entre 1517 et 1578, ils construisirent 9 des 11 mosquées édifiées dans une période pour laquelle notre documentation est assez lacunaire. Il est intéressant de noter qu'il s'agit d'édifices importants. On leur doit aussi le mérite de la construction, à Bûlâq, de caravansérails dont les vastes proportions témoignent de l'importance de l'activité commerciale de cet avant-port du Caire (deux par Sulaymân Pacha, en 1541 ; une par Sinân Pacha, vers 1571 ; une par Hasan Pacha en 1583 ; une par Ahmad Pacha, en 1591). Après les pachas dont l'éclipse reflète le déclin de l'autorité sultanienne en Égypte, les émirs mamelouks (beys) et les officiers de la milice prirent le relais et nous aurons l'occasion d'évoquer l'importance urbaine d'entreprises comme celles de Ridwân Bey, vers 1640, de Ibrâhîm Agha des janissaires, vers 1650, de 'Uthmân Katkhudâ (colonel des janissaires), vers 1734 et de 'Abd al-Rahmân Katkhudâ, entre 1744 et 1766. On doit aux militaires 29 mosquées sur les 71 construites à l'époque ottomane et 56 fontaines publiques sur 110. Au total la caste dominante est responsable de 161 édifices publics (mosquées, couvents et fontaines) sur les 222 construits dans cette période. L'establishment ottoman joua donc dans l'activité architecturale au Caire un rôle non moins actif que les Mamelouks bien que sans doute quantitativement et qualitativement moins remarquable (168 mosquées avaient été construites au Caire entre 1250 et 1517).

10Il est d'autre part nécessaire de noter que, quoiqu'on en ait dit, l'environnement démographique et économique de l'Égypte ne fut nullement défavorable à partir de 1517, ce qui peut expliquer la continuité de la dynamique urbaine qui avait caractérisé Le Caire à l'époque des Mamelouks.

  • 4 Gabriel Baer, « The beginnings of Urbanization », dans Studies in the Social History of Modern Egy (...)
  • 5 André Raymond, « La population du Caire et de l’Egypte », dans Memorial Ömer Lûtfi Barkan, R. Mant (...)

11Se fondant sur l'évaluation des savants de la Description de l'Égypte qui avaient estimé à 2,5 millions d'habitants la population de l'Égypte en 1798, on en a longtemps tiré la conclusion que le pays avait végété à l'époque ottomane et même régressé (en se fondant sur des évaluations par ailleurs trop optimistes pour l'époque mamelouke). Un certain nombre de recherches convergentes (G. Baer, J. McCarthy, D. Panzac4) ont montré que le recensement de 1798-1801 avait été élaboré sur des bases erronées et on fixe à 4 et même 4,5 millions d'habitants la population de l’Égypte en 17985. Comme on évalue à environ 3 millions d'habitants la population de l'Égypte en 1517, on doit conclure que la période ottomane a été en fait marquée par un essor démographique important durant ces trois siècles. La population du Caire lui-même serait passée de moins de 200 000 à 260 000 habitants. Dans ces conditions il n'est nullement excessif de conclure à une expansion forte de la ville, prenant la suite de la croissance mamelouke.

  • 6 Stanford J. Shaw, The Financial and Administrative Organization of Ottoman Egypt, Princeton, 1962, (...)

12Dans un domaine qui, faute de données statistiques avant l'extrême fin du xviiie siècle, reste très opaque, celui de l'économie et de la production, on est de même amené à imaginer une évolution allant au rebours de celle des schémas traditionnels qui décrivent une décadence ottomane continue. Ce que nous savons de la principale activité artisanale, la production des tissus, nous conduit à supposer qu'elle se maintint jusqu'à l'orée du xixe siècle. Dans le domaine commercial (qui nous est mieux connu grâce aux documents consulaires), nous savons que le déclin (qui fut graduel) d'activités traditionnelles, comme le commerce des épices, fut plus que compensé par l'essor d'un commerce nouveau, celui du café. Ce produit, apparu au xvie siècle, fit à partir du xviie l'objet d'un commerce de masse dont Le Caire était la plaque tournante : la moitié de la production du Yémen (200 000 quintaux) transitait par Le Caire pour être en grande partie réexportée vers les pays de l'Empire ottoman et vers l'Europe. C'est dire l'importance extrême du commerce d'un produit nouveau devenu, en quelques décennies, l'objet d'un trafic international. C'est dire aussi le poids que ce commerce avait pris dans l'activité du pays. Entre 1660 et 1760 il représentait la moitié du commerce extérieur de l'Égypte, et au Caire même, il se faisait dans 60 des 360 caravansérails (wakâla et khân) que comptait la ville. Vers 1760 le prix du café importé par l'Égypte représentait un volume global d'environ 200 millions de paras, soit presque la moitié des 411 millions qui étaient prélevés sur le produit de la terre au titre du mâl al-hurr (ensemble des sommes versées par les fellahs en sus de ce qui leur revenait de la production agricole, principale ressource économique de l'Égypte)6.

LA POURSUITE DE L'EXPANSION DU CAIRE DES MAMELOUKS AUX OTTOMANS

  • 7 Je divise Le Caire en quatre régions principales : Husayniyya, faubourg situé au nord du mur septe (...)

13Ce qui caractérise l'histoire du Caire aux xvie et xviie siècles, c'est la poursuite de l'expansion qui s'était déroulée à l'époque mamelouke à l'intérieur du cadre urbain qui avait été fixé en deux étapes : 969, au moment où les Fatimides avaient fondé Qâhira qui conserva son particularisme jusqu'au xixe siècle, et 1174, lorsque Saladin avait créé la citadelle et avait donc délimité une vaste zone, la région sud, où se déroula l'essentiel du développement du Caire sous les Mamelouks. Jusqu'au début du xviiie siècle, c'est donc la continuité qui marqua l'évolution du Caire, malgré l'énorme choc que constitua la conquête ottomane7.

14Durant cette longue période, la citadelle du Caire (T 3) conserva son rôle de centre du pouvoir politique et militaire. Au sultan mamelouk et à ses émirs succédèrent le pacha (gouverneur), son entourage et les milices, une vingtaine de milliers d'hommes au total, dont une partie logeait dans des casernes (bâb) installées au nord (caserne des janissaires) et à l'ouest (caserne des ‘azab). Aucune transformation notable ne fut apportée à l'ordonnancement architectural de la citadelle où le pacha réunissait les assemblées (dîwân) avec lesquelles il réglait les affaires du pays.

15La ville fatimide intramuros de Qâhira avait fait l'objet d'un peuplement continu depuis l'avènement des Ayyoubides qui avaient vidé les palais fatimides de leurs occupants et avaient ainsi permis l'occupation de l'ancienne ville califienne par les émirs et par les indigènes. Mais c'est surtout à l'époque mamelouke que Qâhira avait connu une densification dont le réseau des mosquées construites entre 1250 et 1517 donne une image significative : 55 mosquées construites dans cette région (sur un total de 168). On ne devait plus en construireque21 durant toute l'époque ottomane. On doit tirer de ces chiffres la conclusion que cette région avait déjà atteint, à la fin de l'époque mamelouke, une population et une densité qui ne devaient guère changer durant la période ottomane. Vers l798 cette zone de 153 hectares était peuplée par environ 100 000 habitants, sans doute guère plus qu'à la fin de l'époque mamelouke, avec une densité globale exceptionnellement élevée pour une ville arabe « traditionnelle » (près de 600 habitants à l'hectare). On ne relève dans cette région, déjà très largement dotée en édifices prestigieux, aucune construction marquant un réaménagement important de l'espace urbain. Le monument le plus important de l'époque ottomane fut la mosquée de Muhammad Bey Abû Dhahab (1774) (K 5) construite en face d'al-Azhar, demeuré le centre de la ville.

16Le réaménagement le plus important de cette région consista en l'expansion de la région vouée aux activités économiques, située, sous les Mamelouks, le long de la Qasaba (H 6), artère centrale de la ville fatimide qui demeura, de l'époque mamelouke jusqu'au xixe siècle, le cœur actif de la ville. Dans ce cas encore il n'y eut aucune « mutation », mais une extension graduelle, par construction de marchés et de caravansérails, des quarante hectares de l'époque mamelouke aux soixante hectares de la période ottomane. Cette continuité se marqua encore dans la fidélité des constructeurs ottomans aux traditions mameloukes dans la construction des wakâla/caravansérails, depuis les grands édifices de Qâytbây (1468-1496) et de Ghûrî (1501-1516), jusqu'aux imposants caravansérails de la fin du xviie siècle dont les échantillons les plus remarquables sont les wakâla de Dhûlfiqâr Katkhudâ et de Bâzar'a (G 5).

17Sous les Ottomans comme sous les Mamelouks, l'essentiel du développement urbain du Caire se déroula dans la région sud de la ville. C'est dans cette vaste région de 266 hectares, située entre le mur sud de la ville fatimide (Bâb Zuwayla) et la citadelle, espace qui avait été ouvert à l'expansion urbaine par la construction de la citadelle par Saladin, que la ville s'était surtout développée sous les Mamelouks. Un indice de cette expansion est ici encore fourni par l'activité de construction des mosquées dans cette région : 74, soit 44 % des 168 mosquées construites au Caire à l'époque mamelouke (entre 1250 et 1517).

18Durant les deux siècles qui suivirent (jusque vers l725), c'est dans cette même région que continua à se situer le principal mouvement d'urbanisation du Caire. Les flux urbains prirent fréquemment la forme de fondations religieuses (waqf) : organisant un ensemble de constructions (marchés, caravansérails, bains publics) autour d'un monument (en général une mosquée) dont leurs revenus devaient assurer l'entretien, ces fondations prenaient souvent l'allure de véritables entreprises urbanistiques fournissant un cadre pour l'expansion de la ville. On peut mentionner, dans la partie nord de cette région (aux environs de Bâb Zuwayla, M 7, et de Darb al-Ahmar, N 5), les grands waqf constitués par le pacha Iskandar (vers 1556) autour de sa mosquée, aujourd'hui disparue (M 9), par l'émir Ridwân Bey (entre 1630 et 1650) autour du grand souq couvert qui garda le nom de Qasabat Ridwân (N 6), et enfin par l'officier des janissaires Ibrâhîm Agha, autour de la mosquée « bleue », édifice mamelouk qu'il restaura vers 1650 (P 5).

  • 8 Ce document tiré des archives de Topkapi (KK 888, fol. 324 r°, n° l407, 23 juillet 1552) m'a été a (...)

19Une des conséquences les plus significatives de ce mouvement d'expansion urbaine fut le transfert des tanneries (madâbigh) qui s'étendaient sur une douzaine d'hectares au sud-ouest de Bâb al-Zuwayla (N-O 8-9), dans un emplacement dont l'expansion progressive de la ville vers le sud ne pouvait que rendre la proximité insupportable pour la population. Dès 1552 le sultan, dans une correspondance adressée au pacha et au qâdî du Caire, remarquait les nuisances que causait à la population la présence de ces malodorants ateliers et évoquait l'éventualité de leur déplacement8. Le transfert des tanneries vers Bâb al-Lûq (M15), près de la limite occidentale du Caire, fut réalisé vers 1600 et permit la construction, en 1610, de la remarquable mosquée de Malika Safiyya dont la patronne était une impératrice, épouse et mère de sultan.

  • 9 André Raymond, « The residential districts of Cairo's elite », dans T. Philipp et U. Haarmann (dir (...)

20La continuité entre la période mamelouke et la période ottomane n'est nulle part aussi patente que dans le cas de la Birkat al-Fîl (P-U 8-11), un vaste étang situé au sud-ouest de la région sud, sur les rives duquel les émirs mamelouks avaient commencé à venir s'installer dès le xive siècle : dans les années 1496-1517, près de vingt pour cent des émirs mamelouks avaient leur résidence autour de cet étang. Cette constitution d'un quartier « chic » se prolongea durant la période ottomane en se renforçant. Dans les années 1679-1700 c'étaient près de 40 % des émirs qui habitaient sur les rives de la birkat9. Dans ce cas on voit comment la caste dominante ottomane se coulait dans les traditions de luxe que lui avait léguées l'élite mamelouke dont elle avait pris la succession.

21Vers la fin du xviie siècle la région sud achevait sans doute la transformation qui avait commencé trois siècles plus tôt. L'étude des successions de « civils » égyptiens, artisans et commerçants, relevées entre les années 1679 et 1700, montre que plus d'un cinquième (20,6 %) avaient leurs activités dans la région sud et près du tiers (29,7 %) y résidaient.

  • 10 André Raymond, « Cairo's area and population », Muqarnas, 2, 1984.

22À cette époque la région ouest de la ville (au-delà du Khalîg qui formait la limite du Qâhira fatimide et de la région sud) restait peu urbanisée, exactement comme elle l'avait été jusqu'à la fin de l'époque mamelouke10. Seuls des secteurs limités, comme la région s'étendant entre Bâb al-Sha'riyya (E 8) et Bâb al-Bahr (E 11), ou la région de 'Abdîn-Nâsiriyya (P 11), étaient urbanisés. Sur les 168 mosquées construites à l'époque mamelouke, 24 seulement avaient été édifiées dans cette région. La tentative faite, in extremis, vers 1484 par l'émir Azbak pour développer la région qui allait devenir l'Azbakiyya (G-11-13) (en y construisant une mosquée et en y constituant un important waqf), avait échoué et, au xviie siècle, la birkat (étang) n'était que partiellement occupée par des résidences d'été de grands marchands du Caire. Au début du xviiie siècle on évoquait encore les « paysans » (fallâhîn) de l'Azbakiyya. La même statistique que celle qui vient d'être évoquée pour la région sud localisait dans l'ensemble de la région ouest 4,6 % seulement des activités des artisans et des commerçants et 9 % de leurs résidences. Dans cette direction aussi c'est la continuité entre l'époque mamelouke et l'époque ottomane qui était le phénomène le plus évident en ce qui concerne l'histoire de l'urbanisation du Caire.

CONCLUSION

23Tous les éléments dont nous disposons (mais il faut dire combien notre connaissance des flux urbains est lacunaire, indirecte et hypothétique) nous permettent de conclure que la conquête de l'Égypte en 1517 et le passage du sultanat mamelouk à l'Empire ottoman ne marquèrent pas un changement significatif dans l'histoire de la ville du Caire. Ce qui apparaît au contraire, c'est la remarquable continuité qui se manifeste du xive siècle à la fin du xviie dans les grandes caractéristiques des flux urbains : densification de Qâhira ; occupation progressive de la région sud où le mouvement de la population aux xvie et xviie siècles amène à son terme une évolution commencée au xive siècle ; relative stagnation de la région ouest de la ville, faute sans doute d'un mouvement démographique suffisamment affirmé pour justifier un déplacement massif de population au-delà du canal du Caire.

24C'est donc bien plus tard, dans les premières décennies du xviiie siècle, que l'accumulation des lentes transformations démographiques produisit un changement qualitatif dans l'histoire urbaine du Caire. À partir de 1725 divers éléments indiquent que, sans doute sous l'effet de la saturation progressive de la région sud, un peuplement significatif de la région ouest de la ville se produit. Le mouvement de constructions indique un changement d'équilibre entre la région sud et la région ouest : entre 1601 et 1725, 14 mosquées, 32 fontaines sont construites dans la région sud ; 5 et 2 seulement dans la région ouest ; entre 1726 et 1798 les chiffres sont respectivement de 7 et 19 (sud) et 15 et 12 (ouest). De cette urbanisation qui se développe dans la région située au-delà du canal, deux entreprises de waqf sur les rives de l'Azbakiyya paraissent donner le signal : constructions du grand commerçant en café, Qâsimal-Sharâybî, en 1727 (G 11), constructions de l'émir 'Uthmân Katkhudâen 1734 (K 13). Le déplacement progressif des membres de l'élite vers l'Azbakiyya, qui devient après 1750 le quartier chic par excellence, est sans doute une conséquence du surpeuplement relatif de la région sud. Mais il s'agit d'un mouvement général qui intéresse l'ensemble de la population. Le développement de l'Ouest imposa la construction ou la restauration de trois ponts sur le canal pour améliorer les communications avec le centre de la ville : pontal-Gadîda vers 1726 (G 8, n° 260), pont près du Muskî (I 9) vers l754, pont de 'Abd al-Rahmân Katkhudâ, vers l761 (O 9, n° 28). Et les chiffres qu'on peut tirer de l'exploitation des données concernant les artisans et commerçants du Caire traduisent bien ce changement d'équilibre : entre 1776 et 1798, 9,5 % des artisans et commerçants du Caire travaillent dans la région ouest et 26,1 % y ont leur résidence (deux et trois fois plus qu'un siècle plus tôt). Durant la même période, la part du sud s'est évidemment tassée par rapport à la fin du xviie siècle : 21,2 % des activités et 19 % des résidences.

25Selon toute vraisemblance, on doit attribuer au mouvement démographique positif qu'ont connu l'Égypte et Le Caire à l'époque ottomane une transformation qui fut cependant très lente et ne modifia les conditions urbaines héritées de l'époque mamelouke qu'au début du xviiie siècle. Mais en 1798, lorsque les savants français dressèrent le plan de la Description, un nouveau Caire avait fini par émerger du modèle légué par les Mamelouks qui avait constitué le cadre dans lequel la ville s'était développée durant deux siècles. Dans l'histoire urbaine du Caire la conquête ottomane ne représente donc pas une révolution. Durant deux siècles la ville continua à évoluer comme elle l'avait fait à l'époque mamelouke. Une évolution démographique positive en profondeur devait cependant finir par amener, mais dans le très long terme, un bouleversement de la structure générale de la ville. Dans ce cas le poids de la population avait pesé plus lourd que les vicissitudes historiques dans l'évolution de la ville.

Fig. 1 – Plan du Caire à l’époque ottomane

Notes

1 Sur l'évolution du Caire voir : Marcel Clerget, Le Caire, Le Caire, 1934, 2vol ; Janet Abu-Lughod, Cairo, Princeton, 1971 ; André Raymond, « L'activité architecturale au Caire à l'époque ottomane », Annales Islamologiques, 25, 1990 ; Le Caire, Paris, Fayard, 1993 ; « Le Caire sous les Ottomans », dans André Raymond (éd.), Le Caire, Paris, Citadelles-Mazenod, 2000 ; Jean-Claude Garcin (éd.), Grandes villes méditerranéennes du monde musulman médiéval, Rome, École Française de Rome, 2000.

2 La fondation fatimide de 969 (Qâhira) occupe le quart nord-est de la ville ottomane : elle est délimitée par le mur nord (portes de Bâb al-Futûh, E 6, et Bâb al-Nasr, E 5), le mur est, le canal (Khalîg, à l'ouest), le mur sud (porte de Bâb Zuwayla, M 6-7).

3 Voir le plan du Caire à l'époque ottomane en annexe : il est dressé d'après le plan de la Description de l'Égypte (dont il reproduit le carroyage).

4 Gabriel Baer, « The beginnings of Urbanization », dans Studies in the Social History of Modern Egypt, Chicago, 1969 ; Justin McCarthy, « Nineteenth Century Egyptian population », Middle Eastern Studies, 12, 1976 ; Daniel Panzac, « La population de l’Egypte », dans L’Egypte, Paris, CNRS, 1977.

5 André Raymond, « La population du Caire et de l’Egypte », dans Memorial Ömer Lûtfi Barkan, R. Mantran (éd.), Paris, Maisonneuve, 1980.

6 Stanford J. Shaw, The Financial and Administrative Organization of Ottoman Egypt, Princeton, 1962, p. 97.

7 Je divise Le Caire en quatre régions principales : Husayniyya, faubourg situé au nord du mur septentrional de la ville fatimide ; Qâhira, la fondation fatimide (voir la note 2) ; la région sud, limitée au nord par le mur sud de Qâhira, et à l'ouest par le Khalîg ; la région ouest, limitée au nord par le mur du Caire, et à l'est par le canal (Khalîg).

8 Ce document tiré des archives de Topkapi (KK 888, fol. 324 r°, n° l407, 23 juillet 1552) m'a été amicalement communiqué par Gilles Veinstein, que je remercie ici.

9 André Raymond, « The residential districts of Cairo's elite », dans T. Philipp et U. Haarmann (dir.), The Mamluks in Egyptian politics and society, Cambridge U. P., 1998.

10 André Raymond, « Cairo's area and population », Muqarnas, 2, 1984.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – Plan du Caire à l’époque ottomane
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/3058/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 504k

Auteur

IREMAM, Aix-en-Provence
Ses recherches actuelles portent sur l’histoire des villes arabes à l’époque ottomane.
Principales publications :
– Artisans et commerçants au Caire au xviiie siècle, I. F. Damas, 1974, 2 vol. (rééd. 1999) ;
– Grandes villes arabes à l’époque ottomane, Paris, Sindbad, 1985 ;
– Le Caire, Paris, Fayard, 1993 et Le Caire (dir.), Paris, Mazenod, 2000 ;
– La ville arabe : Alep à l’époque ottomane, I. F. Damas, 1998.

© Presses universitaires François-Rabelais, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable