Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Villes rattachées, villes reconfigurées

 | 
Denise Turrel

II. Recomposition des espaces

D'une place royale à l’autre

François Pupil

Texte intégral

1La tenue d'un colloque sur l'urbanisme, au moment où Nancy s'apprête à célébrer le 250e anniversaire de sa place Royale, fournit l'occasion d'évoquer les projets grandioses des villes au xviiie siècle. Le 18 mars 1752, Stanislas Leszczynski posait la première pierre d'une place superbe qu'il devait inaugurer trois ans plus tard, en la dédiant à son gendre Louis XV. À l'admiration suscitée par la rapidité de la construction se substitue l'étonnement quand on découvre les deux autres places somptueuses élevées à proximité et dans le même temps.

2Vingt ans plus tard, Louis XVI ayant succédé à son grand-père, un ingénieur eut même l'idée de parachever cet urbanisme remarquable et de doter la cité d'une nouvelle place Royale. François-Michel Lecreulx fit entériner sa création par un arrêt royal, en 1778. Si le projet de Stanislas fut mené à terme, le second avorta, occasion pour l'historien de rouvrir un dossier où les facteurs politiques, économiques et artistiques se mêlent.

LA VOLONTÉ D'UN SEUL

3À la différence des autres villes françaises à qui l'urbanisme des Lumières valut de notables « embellissements », Nancy dut une situation exceptionnelle à son statut d'ancienne capitale des duchés de Lorraine et de Bar. Après les guerres qui avaient ravagé ses États au xviie siècle, le duc Léopold entama une ambitieuse politique de reconstruction. Ce neveu par alliance de Louis XIV fut justement fasciné par les usages français. L'impulsion donnée aux chantiers lorrains par Jules Hardouin-Mansart, plus consultant que constructeur, se manifesta dans les travaux de son disciple Germain Boffrand et dans les œuvres de l'élève de celui-ci, Emmanuel Héré.

4En 1737, le traité de Vienne confirma l'abandon de la Lorraine par François III et prépara le rattachement définitif à la France grâce au règne de transition de l'ancien roi de Pologne, Stanislas Leszczynski. Souverain purement nominal, mais fortement doté par son gendre Louis XV, Stanislas s'installa dans les châteaux de son prédécesseur à Lunéville et à Commercy. Il rebâtit La Malgrange, aux portes de Nancy, mais renonça à habiter la ville où Léopold n'était pas parvenu à achever son « Nouveau Louvre », à l'arrière de l'ancien palais ducal, ni à transformer l'urbanisme.

5En prince chrétien, Stanislas commença par les fondations pieuses des Missions royales, destinées aux jésuites, et de Notre-Dame-de-Bon-Secours, sanctuaire reconstruit pour devenir le lieu de sa sépulture. Personne n'avait prévu que le vieux souverain vivrait jusqu'en 1766, après avoir doté la capitale de ses États d'un ensemble architectural aussi conséquent.

  • 1 Nicolas-Léopold Michel, Recueil des fondations et établissements faits par le Roi de Pologne…, Lun (...)
  • 2 Nicolas-Léopold Michel, Compte général de la dépense des Édifices et Bâtiments que le Roi de Polog (...)
  • 3 Emmanuel Héré, Plans et élévations de la place Royale de Nancy et des autres édifices qui l'enviro (...)
  • 4 Pierre Patte, Monuments érigés en France à la gloire de Louis XV…, Paris, Desaint, 1765.
  • 5 Dans ses Voyages en France, Arthur Young écrit : « Bordeaux est beaucoup plus splendide ; Bayonne (...)

6Prince des Lumières et fondateur de la bibliothèque de Nancy, Stanislas connaissait l'importance de l'écrit et savait que le livre à gravures était un formidable moyen de propagande. Aussi le Livre des fondations1 et le Compte de la dépense2 consignèrent-ils l'ampleur de la politique urbaine du prince, alors que le ferronnier Jean Lamour et l'architecte Emmanuel Héré publièrent chacun le Recueil3 de son œuvre. La somme bibliographique est admirable, d'autant que Patte cite également Nancy dans son livre des places dédiées à Louis XV4. L'Europe ne put ignorer la magnificence des transformations nancéiennes. À la veille de la Révolution, l'Anglais Young comparera Nancy à Bordeaux, en préférant l'harmonie de la première à la splendeur de la seconde : les recueils de planches l'avaient sans doute incité à faire le voyage de Nancy5.

7Il ne faudrait pourtant pas assimiler Nancy aux autres cités françaises car la ville avait gardé des habitudes de capitale indépendante. Le souvenir de l'académie de peinture et de sculpture, fondée par Léopold, était encore vivace. Le roi de Pologne accordait toujours le titre de Premier architecte et distinguait également ses peintres et ses sculpteurs. Différenciant la résidence du prince du lieu de l'administration, les Lorrains avaient à Nancy et à Lunéville le reflet atténué de Paris et de Versailles. Un seul prince commandait aux grands travaux, ce qui explique l'unité stylistique et la rapidité de l'exécution des plans : trois ans et demi !

8Conformément à l'hagiographie royale, Stanislas fut présenté comme l'artisan principal des travaux, ce qu'il est difficile de vérifier. Il était un peintre médiocre mais un réel amateur d'architecture. En arrivant en Lorraine, Stanislas avait eu la chance de trouver une équipe déjà très performante, issue des travaux de reconstruction du début du siècle. Les modèles venaient certes d'Île-de-France, où tous les architectes allaient compléter leur formation, mais la proximité de l'Empire laissait supposer d'autres influences. L'installation du sculpteur allemand Jean-Joseph Söntgen, alias Schuncken, et du musicien Jean-Paul-Gilles Martini, venu du Palatinat sous le nom de Schwarzendorf, indique des liens soutenus avec l'Allemagne et justifie les excès du rococo. La diaspora des artistes en Italie et dans l'Empire, avant et après Stanislas, témoigne en faveur d'une communauté artistique lorraine plus ouverte sur l'extérieur que nulle part ailleurs.

LE PROBLÈME D'URBANISME DES DEUX VILLES DE NANCY

9Sans avoir le pittoresque d'une ville haute et d'une ville basse, sans le tracé régulateur imposé par un fleuve, Nancy est faite de la réunion d'au moins trois ensembles urbains incohérents qui rendent encore sa topographie infernale aux visiteurs actuels. Cernées par les augmentations désordonnées des xixe et xxe siècles, la ville vieille et la ville neuve avaient chacune leur enceinte. La première ville avait rapidement éclaté de ses limites. Charles III lui avait adjoint la villeneuve, tracée au cordeau par les Italiens Citoni, Galeani et Stabili et entourée d'un autre mur d'enceinte.

10Le lien entre les deux cités était fort aléatoire, avec une sorte de no man's land, en ville neuve, correspondant à la Carrière, lieu des joutes et des tournois établi de l'autre côté, au xvie siècle. Le goulot d'étranglement entre les deux avait été maintenu par les Français, lors de l'occupation de Nancy. En 1661, le traité de Vincennes avait prévu de tout araser, mais Vauban avait rétabli la partition des deux villes qui communiquaient par la porte Royale. Jusqu'au rattachement définitif de 1766, le gouverneur militaire de Metz devait exercer son contrôle sur un ensemble défensif pourtant rongé par la ville moderne.

11Aux abords de la primatiale, promise à un avenir de cathédrale, un espace vide attendait un projet que Léopold n'était pas parvenu à conduire, tout comme la reconstruction du palais ducal, en ville vieille. Sur une idée de Mansart, développée dans les dessins de Boffrand, le « Nouveau Louvre » aurait bénéficié du dégagement de la Carrière et aurait appelé un prolongement au-delà du mur : c'est Stanislas qui devait réunir les deux villes dans la perspective monumentale actuelle.

  • 6 La plupart des renseignements directs viennent du Journal manuscrit de Nicolas Durival, lieutenant (...)

12Stanislas attendit 1751 pour avoir l'envie de « faire quelque chose » à Nancy6, en l'occurrence une place dédiée à son gendre Louis XV. Devant l'opposition des commerçants et des riverains, il renonça à en embellir l'ancienne place du Marché ; il reprit alors l'idée de Léopold pour l'espace libre entre les deux cités fortifiées. Héré fit un projet que le vieux roi dut soumettre au maréchal de Belle-Isle, à Metz. Il s'agissait d'abattre le mur entre les deux villes et de développer une grande place rectangulaire, en prolongement de la Carrière. Typiquement française dans sa force de blocage, l'administration s'opposait à la destruction d'un mur qui n'avait aucune justification militaire et qui avait déjà été diminué au siècle précédent. Il fallut gagner du temps et ne rien prévoir en face des cinq palais occupant les trois côtés libres.

  • 7 Pierre Marot, La place Royale de Nancy, image de la réunion de la Lorraine à la France, du monumen (...)

13Dans les divers documents publiés par Pierre Marot7, on constate des hésitations pour les « basses fasces » ou pavillons bas, simplement suggérées au sol, sans élévation. Le parti final fut de répéter le premier niveau des arcades des autres palais, en le couronnant de la même balustrade à pots-à-feu et groupes sculptés. Ainsi n'y a-t-il pas de masses trop élevées entre les deux places, pour respecter la hauteur maximale autorisée, et l'arc de triomphe peut-il dominer le passage.

LE PRAGMATISME ESTHÉTIQUE DE STANISLAS

14La place Royale de Nancy se distingue en fait des autres ensembles ordonnancés autour d'une statue par une intelligente utilisation de l'espace. Le problème des coins « morts », trop éloignés du monument, comme à la place des Vosges, est résolu par les arcs de triomphe et les poternes de ferronnerie que Jean Lamour a cintrés aux angles. Dramatisés au-dessus des fontaines, sur fond de feuillage, ou interrompus par des lanternes, aux quatre rues qui débouchent sur la place, ils diminuent la distance à la pyramide sculptée du centre.

  • 8 Bibliothèque municipale de Nancy, ms. n° 1257, « Pétition à la municipalité de Nancy » pour le mai (...)

15Barthélemy Guibal et Paul-Louis Cyfflé avaient dressé une statue pédestre du souverain français, cantonnée de quatre Vertus aux angles, et protégée d'une autre grille de Lamour. La statue fut hélas renversée en 1792, par une troupe de « Marseillais » qui ne tinrent pas compte des protestations des Nancéiens8. Il n'en reste plus que le socle, sommé d'une effigie de Stanislas par Jacquot, alors que la grille a été assez sottement remontée au Musée lorrain. Comme les motifs de la rocaille se développaient aux portiques et aux balcons des palais, avec des frondaisons pour atténuer l'aspect minéral, on peut dire que la place Royale de Nancy avait l'allure d'un somptueux salon rehaussé d'or.

  • 9 L'idée du centre politique, intellectuel et social a été soutenue par le professeur René Taveneaux(...)

16C'était le centre urbain de la vie politique, intellectuelle et sociale voulu par Stanislas9. N'y avait-il pas réuni son académie (la société royale des Sciences et des Belles-Lettres) et sa bibliothèque au siège du pouvoir municipal, la moitié du grand palais étant le nouvel hôtel de ville. Deux pavillons abritaient l'hôtel des Fermes et celui de l'Intendance ; en face, les chirurgiens et les comédiens se partageaient un palais, près de la fontaine de Neptune, comme pour réconcilier Molière et ses victimes de prédilection. Le quatrième pavillon était concédé à un particulier, ce qui pourrait être un bel exemple à suivre pour notre siècle où l'administration monopolise les beaux quartiers !

17La possibilité donnée à un seul de décider fait évidemment la force du projet de Stanislas. Sa rapidité d'exécution peut s'expliquer par l'âge et les moyens d'un souverain impatient de célébrer lui-même la liturgie royale et de préparer ses sujets au rattachement à la France. Différents aspects de la réalisation en font réellement une entreprise exemplaire, digne d'un prince des Lumières. Nous avons déjà consigné le message imprimé et gravé donné aux médias du temps, utiles propagateurs de la magnificence du prince.

18Le souci urbain de communication de deux quartiers s'étant imposé en premier, Stanislas permit aux Nancéiens de passer d'une ville à l'autre sans difficulté ; il anticipa la disparition des anciens boulevards de fortification qui devait s'opérer peu après. À l'est, la pépinière apporta le poumon d'oxygène qui était nécessaire à la cité, pas très loin du jardin botanique que le souverain avait également créé.

19Le souci de l'environnement architectural n'est pas le point le moins remarquable du projet : en effet, Héré respecta le tracé doublement séculaire de la Carrière et s'inspira de son bâtiment le plus neuf, l'hôtel de Beauvau dessiné par Boffrand, pour trouver l'ordonnance du nouvel espace qu'il aménageait. Sur la place Royale, un parti monumental à la française s'imposa donc selon le modèle de Boffrand et aussi d'après les élévations de Le Vauet d'Hardouin-Mansart à Versailles. Un architecte de notre temps n'aurait sans doute pas eu la même humilité.

20Pour les deux longs côtés de la Carrière, Stanislas fit dessiner une façade type et donna des subsides aux riverains afin qu'ils reconstruisent leurs maisons suivant le même modèle : cela assura l'unité de l'ensemble, mais à moindres frais. Il répéta l'hôtel de Beauvau, en face, dans une bourse de marchands, et se contenta de faire dessiner par Héré et Richard Mique les trois palais qui bordent l'Hémicycle, au bout de la perspective. Leurs élévations doivent beaucoup, dans leur noble simplicité, au second architecte : Mique avait été formé chez Jean-François Blondel, à Paris. Sans aller aussi loin que son maître ne le fera à la place d'Armes de Metz, Mique pressentait déjà le retour à l'antique.

21Enfin, l'habileté économique de Stanislas fut également un facteur d'homogénéité architecturale. Pour payer architectes, entrepreneurs et artisans, le roi de Pologne eut l'idée de leur donner des terrains appartenant à la couronne et ce fut la place d'Alliance, dont les façades sont l'œuvre de Héré. Pour cet ensemble de maisons privées, Stanislas refusa la dédicace que voulait lui en faire la ville ; il s'effaça derrière la célébration du renversement des alliances que Louis XV et Marie-Thérèse venaient d'opérer (1756). On récupéra une fontaine en obélisque, jugée trop petite pour l'Hémicycle de la Carrière. Cyfflé y adapta une inscription politique sur l'alliance qui réconciliait les deux fidélités des Lorrains : à leur ancienne famille ducale et aux Bourbons.

22Comparée aux villes françaises embellies au xviiie siècle, Nancy est assez singulière. Héré n'eut pas à dominer l'immensité de l'espace à construire et la présence de l'eau, comme les Gabriel durent le faire à Bordeaux et à Paris ; en revanche, il créa trois places assez différentes dans un quartier plus limité. Moins novateur que Jacques-François Blondel à Metz ou que Jean-Gabriel Legendre à la place Royale de Reims, Héré ne se dégagea pas vraiment de l'esthétique baroque. Les modèles donnés aux sculpteurs de Stanislas (hélas encore anonymes) et au ferronnier Jean Lamour pourraient d'ailleurs alimenter une anthologie de l'ornement rocaille. Multipliées sur la place Royale mais rappelées plus modestement à la Carrière, les dorures rococo s'apparentent au décor des lambris et font ressembler la première à un immense salon, à moins que la verdure, les fontaines et le jeu des eaux n'évoquent aussi l'art des jardins baroques.

23Subtil metteur en scène, Héré fit descendre les sculptures des balustrades pour en ponctuer le boulingrin originel de la Carrière, là où des arbres ont remplacé aujourd'hui les orangers en caisse qui conduisaient au palais de l'Intendance. Pour clore la perspective, tout en donnant aux visiteurs l'impression d'une promenade enchanteresse, l'architecte résolut de terminer le palais ducal par un somptueux bâtiment dont l'ordre à colonnes se prolonge en hémicycle et reçoit deux petits palais carrés à ses extrémités. On remarquera l'habileté du parti qui respecte la largeur de la place primitive et donne l'impression que tout a été créé d'un seul tenant, alors qu'il s'agit de contraintes ajoutées les unes aux autres pour aboutir à une solution harmonieuse. Aux abords des deux places, les restes du Moyen Âge et de la Renaissance sont assez modestes et font bien comprendre que la ville venait d'apprendre l'urbanisme moderne.

L'ŒUVRE MENACÉE

24La place Royale fut inaugurée en 1755 ; onze ans plus tard mourut Stanislas. Le maître d'œuvre disparu, l'ensemble architectural fut très vite entamé. La Carrière perdit ses arbres en caisse et certains de ses groupes sculptés. En 1768, l'inspecteur des bâtiments du Domaine, Charles-Louis de Montluisant, fit arrêter un certain nombre de dommages irréparables par le Conseil d'État. Comme aujourd'hui, l'édile ou le chef d'État entendait marquer la cité de son empreinte, sans toujours respecter l'œuvre de ses prédécesseurs.

25Avec le sempiternel prétexte de la mauvaise circulation (principal mobile du vandalisme contemporain), Montluisant voulut supprimer l'arc de triomphe qui retenait le flot des voitures et surélever les pavillons bas, afin d'avoir un peu plus d'unité avec les autres bâtiments de la place Royale. Il n'y parvint heureusement pas, le prétexte de la mauvaise construction et de la menace de ruine n'étant pas retenu ; en revanche, il supprima les deux vasques à putti qui entouraient la fontaine d'Amphitrite, pour faciliter l'accès à la nouvelle promenade de la pépinière. Nous n'avons trouvé aucune protestation à ce sujet et aucun historien n'a mis la main sur les deux fontaines : elles n'ont pourtant pas dû être détruites… !

26Le recul de la porte Sainte-Catherine et l'insertion des casernes, commencées en 1764 sur des plans de Richard Mique, sont l'aspect le plus positif de l'arrêt de 1768. En prince attentif au repos de ses sujets, Stanislas avait voulu soulager la population de la charge et des ennuis qu'entraînait le logement des troupes chez l'habitant. Il avait en outre prévu de développer un véritable quartier d'affaires dans ce secteur et d'y aménager un port pour les marchandises. Le temps lui avait manqué pour le faire, mais l'idée ne devait pas tarder à réapparaître.

LA PLACE IMPOSSIBLE

  • 10 François Pupil, « Le mouvement académique au xviiie siècle et la compagnie des architectes de Nanc (...)

27Pour comprendre la situation de l'architecture en Lorraine, après Stanislas, il faut rappeler que huit architectes de Nancy avaient tenté de s'organiser en académie en 1767, ce que Versailles avait refusé pour ne pas encourager des ferments d'indépendance10. Les meilleurs artistes avaient quitté la Lorraine, tels que Richard Mique pour Versailles, ou Nicolas de Pigage pour Düsseldorf. En 1775, François-Michel Lecreulx avait repris la charge d'ingénieur en chef des Ponts et Chaussées de Lorraine que Mique avait occupée. Il s'était fait remarquer par un discours sur le goût à l'académie royale des Sciences et Belles-Lettres de Nancy, dès 1778. La même année, il avait conçu un projet d'embellissement de Nancy, qui apparaît sur le plan de la ville de Claude Mique, comme s'il avait été entrepris : la réalité est fort différente.

  • 11 Matthieu-Prosper Morey, Richard Mique, architecte de Stanislas et de Marie-Antoinette, Nancy, Vve (...)

28Sans avoir l'ampleur des projets mégalomanes des grands architectes des Lumières, l'idée de Lecreulx était tout de même fort ambitieuse. Morey en a reconstitué le plan au sol11 ; les archives municipales conservent aussi des documents que le plan de Mique vient heureusement compléter. Il s'agissait d'une nouvelle place dédiée au souverain, face aux casernes de Richard Mique et de leurs fossés à balustrades : trois côtés étaient bordés de maisons particulières, alors qu'un « bâtiment d'apparat » (sans fonction évidente) en barrait la perspective. D'un côté, la pépinière était augmentée jusqu'à la rivière de la Meurthe ; des ponts étaient construits pour la desserte de la ville et un quartier d'affaires était prévu entre la nouvelle place et la porte Saint-Georges.

  • 12 Nous avons étudié ce projet dans une thèse de IIIe cycle, à l'Université de Nancy, 1968, Recherche (...)

29Nous avons eu la chance de retrouver les délibérations municipales et l'argumentaire des édiles pour ne pas appliquer l'édit royal de création de la nouvelle place12. Les conseillers firent d'abord remarquer qu'ils n'avaient pas été consultés ; ils condamnèrent en outre le projet d'un administrateur étranger à la province, qui ne connaissait pas leurs besoins ni leurs charges. La ville avait dû supporter beaucoup de « fondations » de Stanislas et ses derniers bienfaits n'étaient pas encore tous soldés. L'achèvement des casernes et la construction de l'université incombaient à une ville qui avait déjà une dizaine de places à entretenir et qui ne pouvait faire plus. L'administrateur ayant évoqué les exemples antiques, les Nancéiens en appelaient à la générosité royale pour renouer avec les usages des Anciens. Les difficultés financières de la fin de la monarchie n'autorisèrent évidemment aucune subvention pour ce projet un peu fou.

30L'échec de Lecreulx paraît normal, compte tenu de la situation économique d'une cité qui avait cessé d'être une capitale politique pour être ravalée au statut de ville de province. L'étroitesse de vues du corps municipal apparaît néanmoins avoir eu des répercussions lointaines assez fâcheuses. L'idée de creuser un canal entre cette zone proche du centre administratif de la ville et le quartier des affaires près de la Meurthe était intéressante. Le refus de voir grand et d'anticiper sur l'avenir est malheureusement l'un des défauts dont Nancy souffrira au siècle suivant.

31L'apport économique considérable des « optants », ou les Alsaciens-Lorrains ayant quitté la zone annexée par l'Allemagne après 1871, se traduira dans une fièvre de constructions désordonnées dont ne profitera pas le secteur de la « place Louis XVI » manquée. La solution ultime sera trouvée à la fin du xxe siècle par la construction de bâtiments officiels dans ce secteur déserté et mal commode. Signe des temps, l'École nationale d'architecture de Nancy y sera pourvue d'une façade aveugle du côté de la cité de Stanislas… comme pour nier l'échec.

Fig. 1 – Vue aérienne de la place Stanislas et de la Carrière.

Fig 2 – Vue de la place Royale au xviiie siècle, gouache anonyme, dépôt du musée des Beaux-Arts de Nancy au Musée historique lorrain.

Fig 3 – Projet de place Louis XVI pour Nancy, d'après Prosper Morey.

Notes

1 Nicolas-Léopold Michel, Recueil des fondations et établissements faits par le Roi de Pologne…, Lunéville, 1761, 1762.

2 Nicolas-Léopold Michel, Compte général de la dépense des Édifices et Bâtiments que le Roi de Pologne a fait construire pour l'embellissement de la Ville de Nancy, Lunéville, 1761.

3 Emmanuel Héré, Plans et élévations de la place Royale de Nancy et des autres édifices qui l'environnent…, Paris, François, 1753 et Recueil des plans, élévations et coupes des châteaux jardins et dépendances que le Roi de Pologne occupe en Lorraine…, Paris, François, 1756, 2t. ; selon Albert France-lanord, Emmanuel Héré architecte du roi Stanislas, Nancy, Presses Universitaires de Nancy et Éditions Serpenoise, 1984, la réimpression du Recueil par Laget (1978) est le document le plus accessible.

4 Pierre Patte, Monuments érigés en France à la gloire de Louis XV…, Paris, Desaint, 1765.

5 Dans ses Voyages en France, Arthur Young écrit : « Bordeaux est beaucoup plus splendide ; Bayonne et Nantes sont plus gais, mais dans Nancy il s'y trouve plus de conformité ; presque tout y est bon, et les édifices publics sont nombreux. »

6 La plupart des renseignements directs viennent du Journal manuscrit de Nicolas Durival, lieutenant de police de Nancy (Nancy, bibliothèque municipale, ms. n° 863).

7 Pierre Marot, La place Royale de Nancy, image de la réunion de la Lorraine à la France, du monument du Bien-Aimé à la statue du Bienfaisant, Nancy, Berger-Levrault, 1966.

8 Bibliothèque municipale de Nancy, ms. n° 1257, « Pétition à la municipalité de Nancy » pour le maintien de la statue de Louis XV ; les noms des signataires donnent une idée des élites intellectuelles et artistiques de la ville au moment de la Révolution.

9 L'idée du centre politique, intellectuel et social a été soutenue par le professeur René Taveneaux, Nancy, Colmar, 1974 et « Nancy au milieu du xviiie siècle », Le Pays Lorrain, 1952, p. 6-14.

10 François Pupil, « Le mouvement académique au xviiie siècle et la compagnie des architectes de Nancy », Annales de l'Est, 1973, n° 2, p. 103-128.

11 Matthieu-Prosper Morey, Richard Mique, architecte de Stanislas et de Marie-Antoinette, Nancy, Vve Raybois, 1868.

12 Nous avons étudié ce projet dans une thèse de IIIe cycle, à l'Université de Nancy, 1968, Recherches sur les architectes de Nancy de la mort de Héré à la Révolution, dactylographiée. Les dossiers sont aux Archives nationales : E2548 et aux archives municipales de Nancy : BB30.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – Vue aérienne de la place Stanislas et de la Carrière.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/3056/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 250k
Légende Fig 2 – Vue de la place Royale au xviiie siècle, gouache anonyme, dépôt du musée des Beaux-Arts de Nancy au Musée historique lorrain.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/3056/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Légende Fig 3 – Projet de place Louis XVI pour Nancy, d'après Prosper Morey.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/3056/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 269k

Auteur

Il est actuellement professeur d’histoire de l’art moderne et contemporain à l’université de Nancy II, fonction qu’il occupe après avoir dirigé le service de l’Inventaire de Lorraine. Il a soutenu sa première thèse sur les architectes de Nancy au xviiie siècle, puis une seconde sur les origines du style troubadour. Après des travaux sur les panoramiques, il a catalogué les miniatures de Nancy (M.H.L.) et de Colmar (Unterlinden) et prépare une exposition sur l’historicisme au musée d’histoire de la ville de Luxembourg (2002).

© Presses universitaires François-Rabelais, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540