Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Villes rattachées, villes reconfigurées

 | 
Denise Turrel

II. Recomposition des espaces

Un pouvoir partagé : le projet militaire et civil de Vauban à Lille et les tensions franco-lilloises

Victoria Sanger

Texte intégral

1Le 27 août 1667, la France fait la conquête de Lille. Elle entame en 1667 et 1668 la construction d’une citadelle, d’un fort, et d’une extension de la ville. En examinant l’évolution de ces projets, nous allons essayer d’établir un parallèle entre ces travaux d’urbanisme et les relations politiques franco-lilloises.

USAGE DES CITADELLES : LE CAS DE LILLE

  • 1 Pour une étude de l’origine et des différents usages des citadelles, voir l’utile synthèse de Phili (...)

2La relation entre la citadelle et la ville dévoile tout un jeu de pouvoir entre un gouvernement et une population civile. Selon presque tous les auteurs des traités de fortification des xvie et xviie siècles, une citadelle possède la double fonction de menacer la population et de protéger la ville d’une attaque. Il en résulte un équilibre ambigu entre ces deux aspects, mais la pratique confirme qu’une des raisons d’être incontournable des citadelles réside dans leur fonction « coercitive »1. Nicolas Goldman souligne l’effet nécessaire mais toutefois indésirable des citadelles sur la population :

  • 2 Nicolas Goldman, La Nouvelle Fortification, Leide, Les Elseviers, 1645, livre III, p. 195.

« ...Ces chasteaux estoient jadis faits pour asile des affligés, mais à ceste heure on y voit plustost le throne de la Tyrannie, & de l'injustice ; de sorte qu'on les pourroit à bon droit appeller la ruine des bons citoyens. Toutesfois il y a de la distinction, si une ville prend un protecteur estant contrainte, d'y faire son recours ; & si en ceste ville il y a une partie de citoyens inclinés à revolter, alors pour sauver les innocens, on y pourra bastir telle Citadelle, pour sauver la vie des loyaux sans toutesfois ruiner les infidelles. Puis il y a aussi que si une ville est nouvellement gaignée sur l'ennemi, & la douceur du vainqueur tend à sauver la vie de ceux, qui luy seront aussi infidels aprez la victoire, on pourra bastir une Citadelle, pour sauver tousjours ceux qui sont soubs nôtre protection. Mais tousjours en l'un & l'autre cas, la Citadelle n'est pas à desappreuver, en cas qu'on ne puisse trouver de remede suffisant, pour le bien universel de ses sujects, mais les citoyens estans reduits à une loyaute desirable, ce sera bien fait de raser ces batiments »2.

  • 3 Vauban, « Etat de la Ville et Citadelle de Lille par rapport à la fortification à l'attaque et à la (...)
  • 4 Jean-Jacques Duthoy, « Architecture et urbanisme : une ville nouvelle », dans Louis Trenard, Histoi (...)

3Vauban (ingénieur militaire, gouverneur de la citadelle de Lille et de facto commissaire général des fortifications à partir de 1668), Louvois (secrétaire d’État à la Guerre) et Louis XIV se réfèrent tous à la nécessité de dominer la population de Lille (conquise le 27 août 1667) par une citadelle. Par ailleurs, Vauban remarque dans son rapport à propos de la ville et de la citadelle que « ... bien que située à l'une des extremitez de la ville il n'y a aucune des parties, qui ne soit soumise à l'effet de son canon et de ses bombes »3. Ainsi, il ne semble pas distinguer entre élites et classes populaires en tant que cibles de la citadelle. Dans le projet final, la population de la nouvelle extension qui jouxtait la citadelle était constituée en partie par les classes dirigeantes et des officiers du roi ; un second fort ou petite citadelle, le fort Saint-Sauveur, se dressait à l’autre extrémité de la ville, faisant face au quartier Saint-Sauveur, où s’entassaient artisans et ouvriers, surtout des sayetteurs4. Selon Louvois,

  • 5 Lettre de Louvois à Vauban, le 4 janvier 1673, citée par Albert Croquez, La Flandre wallonne et les (...)

« Le Roy croyant que rien n'est si important à son service que de mettre les bourgeois des villes nouvellement conquises hors d'estat de pouvoir rien entreprendre dans quelque conjoncture que ce puisse estre contre son service, Sa Majesté a resolu de faire travailler incessament à l'Isle à fermer le bastion de Saint-Sauveur, du costé de la ville et à y faire un rempart capable de porter du canon, qui puisse battre la ville, s'il estoit nécessaire [...] »5.

4Louvois semble souligner une menace potentielle provenant des bourgeois tandis que, pour Vauban, il s’agirait des « menus gens » du quartier Saint-Sauveur. En 1698 Vauban appuya cette idée dans son rapport :

« Ce fort est accommodé de tous les bâtimens nécessaires, et rempli de toutes les munitions de guerre et de bouche qui luy conviennent, ayant de plus sa petite garnison particulière et un commandant comme la citadelle. Aussi, en fait, il a l’effet de ce côté la ou il ne sert pas peu a contenir les émotions de ce quartier fort peuplé de menus gens qui n’on rien a perdre. Et qui a par conséquent toujours été le plus séditieux de la ville. Du côté de la campagne il ne fait que l’office d’un grand bastion mais très bien placé pour luy et pour les deux qui sont plus proches ».

5On remarque que ce fort n’a presque pas de fonction défensive au-delà de celle d’un bastion ordinaire.

  • 6 Philippe Guignet, Le Pouvoir dans la ville au xviiie siècle : pratiques politiques, notabilité et é (...)
  • 7 Alain Lottin, Vie et mentalité d'un Lillois sous Louis XIV, Lille, Emile Raoust, 1968 ; Chavatte, o (...)

6Si de prime abord, la relation spatiale entre ville et citadelle de Lille semble procéder d’une intention de la part des Français de dominer les dirigeants et les habitants de la ville, le contexte historique montre une gestion du pouvoir plus nuancée de la part des Français : les recherches de Philippe Guignet soulignent combien Louis XIV était plutôt respectueux envers l’autonomie politique et administrative du Magistrat, visant seulement à diminuer les obstacles au pouvoir central6. Par contre, Alain Lottin souligne que pendant les années qui suivirent la conquête, les classes plus « populaires » de Lille éprouvaient de l’hostilité envers les Français à cause des entraves à leur commerce ; ce dont elles ont témoigné par de nombreuses confrontations violentes. Mais ce ressentiment diminua considérablement après l’impopulaire conquête hollandaise de 17087. En effet, les citations ci-dessus confirment cette différenciation entre classes dirigeantes et bourgeoises d’un côté et classes populaires de l’autre. Cependant les Français ont quand même construit une citadelle à Lille.

  • 8 Vauban souligne que la mauvaise facture de certains des bastions de la vieille ville est palliée pa (...)

7Cette construction s’explique en partie par d’autres fonctions des citadelles qui les rendaient utiles à une population urbaine. Partiellement tournées vers la campagne, elles protégeaient la ville en un point vulnérable et pouvaient servir de refuge. Elles palliaient les défauts de l'ancien système de fortification8. Elles pouvaient aussi protéger une population interne loyale contre une population réfractaire. Auparavant, la pratique consistant à loger les soldats chez l’habitant donnait lieu à des conflits entre ces deux populations ; à Lille la citadelle, une des premières à être dotée de casernes, séparait les soldats de la population civile. Par ailleurs, le projet retenu pour la citadelle de Lille comportait également une extension entre citadelle et ville qui a en partie enrichi ses classes aisées par la plus-value des terres qui y ont été englobées. Si nous étudions de près l’intention des conquérants de Lille à travers les rapports militaires et si nous interrogeons les plans, une nette ambiguïté émerge entre rôle de défense, encouragement économique de la ville, et rôle de menace sur la cité.. Ainsi les relations de pouvoir ne sont jamais uniformes, et l’implantation urbaine d’une citadelle se prête à une lecture plus nuancée.

PROJET DE DESTREZ

8Les historiens ne se sont pas interrogés sur la décision de construire une extension qui était très coûteuse. Pourquoi ne pas simplement attacher une citadelle à la ville préexistante en la plaçant à cheval sur l’enceinte ?

  • 9 Julien Destrez (1631-vers 1678). Simon Vollant (1623-1699), originaire de la région, accéda au titr (...)
  • 10 Julien Destrez, « Agrandissement de la ville du coté des portes des Notre Dame de la Barre et de St (...)

9Pour répondre à ces questions, il faut entrer dans les projets proposés par Julien Destrez, maître d’œuvre des travaux municipaux sous le régime précédent des Espagnols et encore actif sous le régime français bien que supplanté par Simon Vollant9. Ses rapports écrits sont conservés aux archives municipales de Lille10.

10Nous avons fait figurer un tableau comparatif de leurs propositions en annexe I. Destrez propose une extension de la ville civile aux faubourgs de Notre-Dame-de-la-Barre et Saint-Pierre de deux cents hectares, fortifications comprises. Bien entendu, la citadelle est absente du projet de Destrez qui ne ressent pas la nécessité d’une construction coercitive dans un projet construit pour et par la ville. Il raisonne en termes de défense et de croissance économique de la ville. Pour la défense il y avait grand besoin de moderniser les fortifications par une nouvelle enceinte de quatorze ou quinze bastions en terre qui étalerait la circonvallation des forces ennemies. Cet espace abriterait les populations habitant dans les faubourgs et villages voisins, en temps de siège ferait office de refuge et permettrait à leurs bêtes de paître. Ainsi on pouvait éviter un « désastre plus grand et inhumain qu’est arrivé en l’an 1641 que lors y sont mortes plus de vingt mille personnes comme bestes sur les rues, fault de trouver place pour se loger et les assister ». Pour améliorer la qualité de vie, Destrez ajoutait « que la ville se trouve a tant tellement peuplée et construicte en bastiments, que l’on n’y sçauroit a grande peine trouver places vuides pour y bastir une seule maison, ou appartement pour le peuple qui va s’accroissant de jour en jour ». Sur ces terres pourraient aussi s’installer des habitants de la Flandre de l’Ouest et d’autres endroits cédés à la France, qui fuiraient « le joug » de leurs nouveaux maîtres. Il imaginait l’usage des terrains en temps de paix dans un premier temps comme semi-industriel, avec une densification urbaine au fil des années. L’augmentation de la population, du commerce, et de l’industrie produirait un revenu pour la ville. Il conclut : « Et estant cest dite ainsy aggrandie serait tellement puissant, qu’elle serait inassiegeable à cause de sa grandeur et pourrait subsister de sa propre force et puissance ». Le financement de la construction des fortifications et des équipements serait assuré par une perception d’impôts directs et indirects ainsi que par la récupération d’une plus-value de deux florins. Par bien des aspects, le projet de Destrez suivait le modèle des deux agrandissements précédents de la ville en 1603-1605 et 1617-1622.

  • 11 Sur ces disputes, cf. Albert Croquez, op. cit., p. 24-27 ; Paul Parent, 1925, p. 161 ; Edouard Haut (...)

11Le projet de Destrez ne fut jamais mis en œuvre. Bien avant la conquête française, il était impliqué dans un procès concernant le droit d’imposer les terres dans l’extension visée entre le Magistrat, les états, le chapitre de la collégiale Saint-Pierre, et les dominicains. Après la conquête, l’intendant Le Peletier réussit à négocier entre les contestataires pour l’imposition des terrains au détriment surtout de la collégiale Saint-Pierre, là où Destrez et le Magistrat avaient échoué11.

  • 12 « ... il n'y a point d'endroit plus propre à une augmentation que celui-ci, parce qu'il n'y en a po (...)

12La lettre d’envoi du projet de Vauban à Louvois le 21 novembre 1669 montre que son raisonnement fait d’importants emprunts à celui de Destrez. Il y a même des paraphrases qui prouvent sa familiarité avec le projet de son prédécesseur, par exemple la justification des 20 000 civils morts lors du siège de 1641. Il justifie l’extension par des raisons plus civiles que militaires : elle donnerait plus de place pour les habitants de la ville, trop à l’étroit dans leurs anciennes fortifications, elle stimulerait l’économie, et elle produirait des ressources pour financer la nouvelle enceinte urbaine12. Bien que Vauban vante les qualités défensives de l’extension dans sa lettre, il ne dit jamais qu’il la trouve indispensable pour la défense de la ville.

13Deux aspects majeurs différencient le projet de Vauban de celui de Destrez : en premier lieu le projet de Vauban, prévoyant une extension de la ville civile de seulement cent hectares, n’inclut pas le faubourg de Notre-Dame. En second lieu, le projet de Vauban inclut une citadelle, justifiée par les raisons évoquées ci-dessus.

  • 13 Pour une analyse plus détaillée de cette correspondance ainsi qu’une bibliographie plus complète, v (...)
  • 14 Tout l’argent récupéré par la perception des plus-values était destiné à payer les fortifications. (...)

14Louis XIV assuma les charges de la construction de la citadelle. Mais la ville devait payer pour les équipements et fortifications de l’extension. Les pouvoirs français cherchaient à trouver une solution pour aider la ville à financer leur projet et la correspondance entre Le Peletier, Louvois et Vauban témoigne des importants emprunts aux Lillois pour la méthode de financement (voir annexe I)13. Les dimensions plus réduites de l’extension s’expliquent par la grande taille et le coût beaucoup plus élevé de ses fortifications par rapport à celles de Destrez : ses bastions plus grands, plus élaborés, et revêtus de pierre, coûtaient dix fois plus qu’un bastion dans le projet de Destrez. En effet, la pression financière sur la ville fut plus lourde pour le projet français. De plus, les Français préféraient que le financement de l’extension s’effectue rapidement. À la différence du projet de Destrez qui pensait que la ville pouvait récupérer son investissement par des impôts perçus à long terme, le projet financier français visait à augmenter de façon appréciable la plus-value, de deux florins à une fourchette comprise entre 5,6 et 14,5 florins. Selon leur estimation du marché immobilier, ils ne pouvaient compter sur de telles hausses de valeur qu’en limitant la surface à lotir. En outre, ils devaient prévoir qu’une partie de cette hausse serait récupérée par les investisseurs lillois. La solution trouvée par les Français fut d’utiliser le système d’autofinancement perfectionné par les Lillois pour financer l’extension coûteuse dessinée par Vauban14.

15Une récente découverte de plans nous confirme que la construction d’une extension de Lille accomplissait les desseins de la ville sans apporter d’améliorations aux besoins militaires des conquérants. Cinq plans concernant les projets pour la citadelle et la ville de Lille au cabinet des estampes de la Bibliothèque nationale dans la série topographique, jusqu’alors inédits, me permettent de proposer une interprétation plus approfondie des intentions des Français après la conquête, et de l’élaboration de leur projet en collaboration avec le Magistrat et les ingénieurs lillois.

  • 15 BNF, départ. Estampes, Va 59 t. 10, microfilm H139075.
  • 16 Tels le plan vers 1618 aux archives municipales de Lille (AG c.10 n.10), ceux des réclamations de m (...)

16Dès lors, il n’est pas inutile de revenir aux années qui suivirent la conquête pour voir la genèse du projet. Le plan intitulé Plans et profil de la citadelle de Lisle fait en lannée 166815 (figure 2) contient plusieurs erreurs et imprécisions : le faubourg à l’extérieur de la porte de la Barre porte le nom de « La malade faubourg » alors qu’en réalité c'est le faubourg de la Barre. Le cartographe n’indique pas les noms propres des rivières et les chemins. Ce plan comporte deux extensions, au nord et à l’ouest, qui ne correspondent à aucun plan de la ville de la première moitié du xviie siècle16. Donc, il ne s’agit pas de la ville « ainsy qu’elle est a présent » comme le dit l’étiquette. Exécuté sur papier calque, il s’agit d’une copie par un cartographe que n’était pas familier avec la ville de Lille, à qui on a demandé de copier des plans des ingénieurs et cartographes lillois.

  • 17 « Declaration que faict Julien Destré Ingenieur, de l'estimation qu'il a faict des fraiz qu'il conv (...)

17Il me semble que ce projet correspond, par la mesure de sa circonférence, à celui fait par Julien Destrez17. Il se trouve globalement dans le même endroit de la ville, aux faubourgs Notre-Dame, de la Barre et Saint-Pierre. Cependant, il est curieusement divisé en deux parties discontinues qui n’englobent donc pas l’entier faubourg de Saint-Pierre. Le projet de Destrez, selon sa description écrite, ne fait pas mention de cette discontinuité : il comprend quatorze bastions tous de même dimension et non pas deux extensions formées en partie par des bastions réguliers et des bastions avec des tracés à redents. Un détail curieux de ce projet anonyme attire notre attention : l’enceinte n’est pas complète autour de la partie du faubourg Saint-Pierre. Seule la rivière (du Bucquet) semble clore sa partie ouest.

  • 18 BNF, départ. estampes, Va 59 t. 10 microfilm H139015.
  • 19 BNF, départ. estampes, Va 59 t. 10 microfilm H139076.
  • 20 Les bastions de la citadelle avant cette date s’appelaient : le bastion du Roy, le bastion du Dauph (...)

18Ce détail s’explique dans le contexte d’un deuxième plan daté de la même année, 1668 : Plan de la ville de Lisle en flandre avec ses vieilles et nouvelles fortiffications ainsy quelle est apresent 166818 (figure1) et d’un troisième qui ne porte pas de date : Plan de la citadelle de Lille19. Ce deuxième plan montre une citadelle dont les noms des bastions correspondent à la citadelle de Lille avant le 25 juillet 166920. Les formes des bastions sont plus ou moins celles du projet définitif. Pourtant, les bras de communication, c’est-à-dire ceux qui lient la citadelle à la ville, ont un angle beaucoup plus aigu que dans le projet définitif. Du côté de la porte de la Barre, le mur d’enceinte de la ville est pareil à celui de la version définitive : il vient se diriger vers la capitale du bastion de Turenne en s’alignant avec sa face ouest. Mais l’autre bras de la communication est dans le prolongement de la capitale du bastion du Roy, émanant directement de sa pointe. Il est probable que l’ingénieur cartographe de ce projet connaissait le premier plan que nous avons décrit, non seulement parce qu’ils portent la même date, mais aussi parce que leurs relevés topographiques sont similaires : la forme de la courbe de la haute Deûle autour d’une forme rectangulaire (une redoute ?) et celle du Bucquet qui se rapproche de la Deûle pour ensuite entrer en ville vers la porte Saint-Pierre. En rétrécissant le deuxième plan à la même échelle que le précédent et ensuite en le superposant sur ce même plan (figure 3), nous voyons qu’il s’agit d’un plan de la citadelle, liée à la ville, séparée par une esplanade de 80 à 150 toises et se reliant à la porte de la Barre et la porte Saint-Pierre. Cette esplanade est donc d’un profondeur comparable à celle qui fut construite, et un peu plus profonde que la moyenne pratiquée à l’époque (de 85 à 130 toises). Il nous manque des informations qui indiqueraient si ce projet incorporait une petite extension de la ville entre la ville préexistante et l’esplanade de la nouvelle citadelle. En tout cas ce plan souligne le fait jusqu’à maintenant ignoré que dans un premier temps, les Français ont considéré la possibilité de construire une citadelle avec peu ou pas d’extension.

19Dans le troisième plan les bras de communication sont dans la position définitive. Des éléments de ce plan nous permettent de le dater de la même époque que le second : il y a encore un bastion Vivonne et la citadelle a trois portes tout comme sur le deuxième plan (donc il date également d’avant le 25 juillet 1669). Toutefois, il est impossible de savoir si ces deux plans sont du même cartographe. Certes leurs unités de mesure sont toutes les deux de cent vingt toises, mais le papier du troisième n’a pas bruni avec le temps, il est d’une qualité nettement supérieure, sa calligraphie est plus achevée et ses lavis sont plus colorés et précis.

  • 21 Pour une chronologie des premières années des travaux, voir l’annexe II.
  • 22 Vauban, « Etat de la ville et la citadelle de Lille », 1698 ; Jean Milot, La Citadelle de Lille, «  (...)
  • 23 Charles-Guy de Valory (1655-1734), gendre et successeur de Simon Vollant.
  • 24 Valory, « Plan de Lille pour le nouveau projet d’agrandissement », « Estat de la despence générale  (...)

20Il me semble que ces deuxième et troisième plans sont des alternatives pour l’extension de Lille. Ils auraient pu être dessinés dès le début de 1668 (puisqu’il est déjà question des bras de communication à cette date) et avant l’envoi peut-être définitif du projet de Vauban le 21 novembre 1669, pour l’extension que Louvois ordonne de faire tracer le 12 décembre de la même année21. En les rapprochant du premier plan, nous voyons qu’il s’agit de deux propositions d’extension de la ville incorporant une partie du faubourg Saint-Pierre et/ou les faubourgs de la Barre et Notre-Dame. La position laissée vide entre les « deux » extensions du premier plan correspond sans doute à l’endroit le moins habité puisqu’il n’y a pas de rue de faubourg qui la traverse. C’est ici que Clerville décide de mettre la citadelle, position vantée par Vauban à cause du faible coût de ses terrains marécageux et donc peu habités, et stratégiquement inondables22. La première alternative n’avait pas ou peu de possibilité d’extension de la ville ; la seconde propose d’incorporer le faubourg Saint-Pierre. Aucune des deux n’incorpore le faubourg occidental. Maisen 1699, l’ingénieur lillois Valory23 proposera un projet d’extension au sud de la citadelle qui ajoutera l’autre moitié de la proposition d’extension de 166824.

21Ainsi nous voyons comment s’élabore le processus décisionnel des Français en rapport avec les propositions lilloises. Après la conquête, Destrez – ou quelqu’un qui connaissait son projet – avait le but de continuer les projets du Magistrat d’avant la conquête. Il dessina un plan proposant une vaste extension qui ressemblait au projet de 1661, moins les terrains nécessaires pour la construction d’une citadelle. Mais au départ, les conquérants n’étaient pas sûrs d’accepter ce projet, même en partie. La découverte de ces nouveaux plans me conduit donc à modifier une idée exprimée dans mes travaux antérieurs selon laquelle les Français auraient toujours prévu une extension de la citadelle. En effet, une citadelle seule aurait suffi pour menacer et défendre la ville. En outre, cette solution aurait été fiscalement plus conservatrice, car le roi avait prévu de financer seulement la citadelle, et de confier à la ville le financement de la fortification, ainsi que les expropriations. L’adoption du deuxième projet et la proposition par Valory en 1699 montre que l’attitude des Français s’assouplissait envers Lille. L’extension ne fut pas considérée comme une nécessité militaire mais comme une amélioration de la qualité de vie, du commerce et de l’économie de la ville.

PLAN DE L’EXTENSION

  • 25 « Contre céte derniére sorte d'entreprise intérieure, on randra la citadelle forte : 1. Si le châte (...)
  • 26 Samuel Marolois, Oeuvres Mathematicques de Samuel Marolois Traictant de la Geometrie et Fortificati (...)
  • 27 Les deux esplanades dans les dessins de Marolois cités ci-dessus créent au moins quarante toises de (...)

22La présence d’une citadelle influence le plan intérieur de la ville. Élevée par rapport à la ville basse, elle est aussi séparée par une esplanade, conformément aux exigences de la plupart des auteurs des traités (Manesson-Mallet, Marolois, Goldman, Dögen...), afin d’ôter tout abri à qui voudrait attaquer la citadelle par la ville. Dögen suggère qu’un dessin des rues de la ville basse perpendiculaires à la courtine facilite le tir sur les civils à partir d’une esplanade, en citant l’exemple des Espagnols tirant sur la ville d’Anvers à partir de son esplanade25. Les deux dessins de villes avec citadelle de Marolois montrent des rues en trame orthogonale perpendiculaires à la courtine de la citadelle, peut-être une version idéalisée de la configuration d’Anvers26. Les auteurs proposent des distances variant de trente à soixante toises pour la largeur de l’esplanade27.

  • 28 BNF, départ. estampes, Va 59 t. 10, microfilm H139022.
  • 29 Je suis donc tombée d’accord avec Philippe Prost qui a déjà remarqué ce rapport entre la citadelle (...)
  • 30 Un autre projet de rues conservé au S.H.A.T. propose de mettre la place du Marché-Neuf plus près de (...)

23Un projet non réalisé que j’ai découvert28 (figure 4) incite à se redemander si les rues contiguës à l’esplanade furent dessinées pour être prises en enfilade depuis la citadelle29. Les noms des rues correspondent aux noms des trois bastions les plus proches de la ville : la rue d’Anjou et la rue Dauphine, avec la rue Royale en perpendiculaire. Plus étonnant encore, les angles des rues dans le dessin du cabinet des estampes sont plus prononcés et les rues moins parallèles que dans la version définitive. La rue d’Anjou semble être tracée directement depuis l’angle du flanc ouest du bastion éponyme. Ensuite elle passe par la place du Marché-Neuf pour traverser le Nouveau rivage par un pont et se terminer sur le rempart opposé. Cette rue semble dessinée dans le but très militaire de menacer la ville basse par son enfilade jusqu’à l’autre côté. Elle trace une voie efficace et directe entre la citadelle, une place qui pourrait servir de lieu de rassemblement, et le rempart30. La rue d’Anjou dans ce plan est plus en biais que dans la version définitive, plus facile à flanquer depuis le bastion royal. Pourtant, la version finale l’aligne plus nettement avec la pointe de ce bastion, en en faisant ainsi une position moins facile à prendre en enfilade. Ainsi, en comparant ce projet avec des plans ultérieurs qui représentent la version finale du projet, il nous paraît que les planificateurs des rues de l’extension ont cherché, dans un second temps, à lui donner une forme plus régulière et ordonnée en abandonnant des solutions qui auraient été plus efficaces pour menacer la ville basse. Pourtant, la solution définitive ressemble aux plans idéaux de villes basses par rapport à leurs citadelles, illustrés dans les traités. Il s’agit donc d’un ingénieur qui faisait une nouvelle interprétation des principes connus. Cette réinvention signale le fait que le tracé des rues dans l’extension ne fut pas fait innocemment sans penser aux relations de pouvoir évoquées ci-dessus. L’auteur de ce projet a, cependant, cherché à offrir une belle promenade aux Lillois en dessinant trois rangées d’arbres formant un cours de quatre allées entre l’esplanade et la ville. Ce lieu d’aération et de loisirs contrebalançait l’aspect répressif d’une esplanade.

  • 31 S.H.A.T., A.8 S.1 Lille c.1 n.10, 1691, « Plan de Lille et de ses environs », signé Vollant.

24Il est possible d’attribuer ce plan à Simon Vollant en le rapprochant d’une carte qu’il a signée, conservée au S.H.A.T.31 : tous deux ont la même échelle d’une ligne pour dix toises, en donnant une unité de mesure de quatre cents toises, la lettre « T » est formée de la même façon et les moulins ont un dessin similaire. La carte la plus tardive de Vollant représente un projet de renforcement des défenses de la citadelle côté campagne par de nouvelles demi-lunes. Les lignes de flanquement de ces dernières ainsi que les lignes de tir sont soigneusement tracées mais seulement du côté extérieur. C’est comme si, ayant aidé à dessiner la ville dans la perspective d’un tir répressif depuis la citadelle, Vollant ne pouvait pas vraiment envisager de tirer contre sa propre ville.

CONCLUSION

25La citadelle de Lille obéit aux règles de l’art de fortifier selon les auteurs des traités. Sa forme est celle qui est considérée comme optimale : pentagonale avec deux bastions engagés dans la ville, et trois tournés vers la campagne. Elle est légèrement en hauteur par rapport à la ville basse. Une esplanade d’au moins quatre-vingts toises la sépare de l’extension dont les rues sont perpendiculaires.

26Pourquoi construire une citadelle à Lille ? Certes, la pratique de construire des citadelles était bien ancrée dans les usages, et sans doute perçue comme une nécessité. Mais au moins un auteur trouvait paradoxal la persistance des citadelles en France au xviie siècle. Matthias Dögen, en 1648, notait que le pouvoir français ne se comportait pas en tyran et se demandait pourquoi on en construisait toujours en France.

  • 32 Mathias Dögen, « La maniére de joindre des citadelles aux villes, ou des villes aux citadelles », d (...)

« Ce n'est pas merveille si ces conquerans & ravissans usurpateurs de Royaumes & Pronvinces, bâtissent par tout un si grand nombre de forteresses, puisque c'est le seul & unique moyen, de pourvoir à la fureur de leur injuste domination : mais il me semble étrange, qu'il i en ait tant, même au dedans des Monarchies bien réglées. En France, il i a peu de villes de remarque, qui n'aye son château, & je confesse que je n'en comprans pas la raison32 ».

27Comme nous venons de le voir, à Lille la construction d’une citadelle n’était pas un simple automatisme de conquérant, mais un geste réfléchi dans le contexte d’un équilibre délicat mais toujours en faveur d’un monarque. En dépit de certaines intentions politiques associées traditionnellement à la construction d’une citadelle, le processus décisionnel que nous venons d’analyser témoigne d’un réel échange entre Français et Lillois et d’une diminution progressive de la méfiance des premiers à l’égard des seconds. Plus encore, la construction de l’extension apparaît comme une coopération bienveillante de la part des Français.

Annexes

Annexe I – Comparaison des projets pour l’extension de Lille de Destrez et Vauban

Annexe II – Chronologie des projets de la citadelle et de l’extension de Lille33

20 novembre 1667 : le projet de la citadelle est arrêté. On demande de faire un bras de communication de la porte de la Barre34.

12 juin 1668 : la première pierre de la citadelle est posée.

15 juin 1668 : la première mention est faite d’une extension. août 1668 : Clerville envoie un projet d’extension avec six bastions, qui ne plaît pas.

21 novembre 1669 : Vauban envoie son projet d’extension.

8 décembre 1669 : Louvois demande à Vauban de ne pas commencer les fondations de la communication côté Saint-Pierre tant qu’on n’aura pas encore défini l’extension.

12 décembre 1669 : Louvois ordonne à Vauban de faire tracer le projet de rues et places selon son dernier projet (peut-être celui du 21 novembre).

15 décembre 1669 : Vauban se réfère à « la grande communication ou plutôt l’agrandissement ».

23 avril 1670 : publication des Points et Articles accordez par Sa Majesté à la ville de Lille à cause de l’agrandissement d’icelle qui se réfère à un « plan ci-joint ».

23 novembre 1670 : Vauban fait un nouveau dessin de bastions de l’extension. 3 décembre 1670 : on finit de faire la fondation de la communication Saint-Pierre.

Fig. 1 – Plan de la ville de Lisle en flandre avec ses vieilles et nouvelles fortiffications ainsy quelle est apresent 1668, (avant le 25 juillet 1669), BNF, départ. estampes, Va 59 t. 10 microfilm H139015.

Fig. 2 – Plans et profil de la citadelle de Lisle fait en lannée 1668, (avant le 25 juillet 1669), BNF, départ. estampes, Va 59 t. 10, microfilm H139075.

Fig. 3 – Superposition des figures 1 et 2.

Fig. 4 – Simon Vollant ( ?), Projet pour l’extension de Lille, (avant le 12 décembre 1669), BNF, départ. estampes, Va 59 t. 10, microfilm H139022.

Notes

1 Pour une étude de l’origine et des différents usages des citadelles, voir l’utile synthèse de Philippe Bragard, « Le concept “citadelle” du xve au xviiie siècle », dans Philippe Contamine, Nicolas Faucherre, Gilles blieck, Jean mesqui (éd.), Le château et la ville, conjonctions, oppositions, juxtapositions (XIe-XVIIIe), CTHS, Paris, 2002. Je le remercie de m’avoir communiqué sa contribution avant la publication de cette ouvrage collectif qui fera date sur ces questions.

2 Nicolas Goldman, La Nouvelle Fortification, Leide, Les Elseviers, 1645, livre III, p. 195.

3 Vauban, « Etat de la Ville et Citadelle de Lille par rapport à la fortification à l'attaque et à la défense de cette place », Vincennes, bibliothèque du service historique de l’armée de terre (S.H.A.T.), in-fol. 27, 1698, p. 1-76.

4 Jean-Jacques Duthoy, « Architecture et urbanisme : une ville nouvelle », dans Louis Trenard, Histoire de Lille, Toulouse, Privat, 1981, chap. 12, p. 369-389.

5 Lettre de Louvois à Vauban, le 4 janvier 1673, citée par Albert Croquez, La Flandre wallonne et les pays de l'intendance de Lille sous Louis XIV (1667-1708), Paris, 1912, p. 45-47.

6 Philippe Guignet, Le Pouvoir dans la ville au xviiie siècle : pratiques politiques, notabilité et éthique sociale de part et d'autre de la frontière franco-belge, Paris, Ed. de L’ehess, 1990, p. 98. Cf. l’article de M. Guignet dans les actes de ce colloque, qui développe l’idée que la monarchie a suivi une politique de « détournement » et non pas de « corruption » des pouvoirs locaux. Je tiens tout particulièrement à remercier M. Guignet dont les observations à la suite de la communication orale m’ont aidée à nuancer le présent propos.

7 Alain Lottin, Vie et mentalité d'un Lillois sous Louis XIV, Lille, Emile Raoust, 1968 ; Chavatte, ouvrier lillois, un contemporain de Louis XIV, Paris, Flammarion, 1979.

8 Vauban souligne que la mauvaise facture de certains des bastions de la vieille ville est palliée par un calcul de flanquement pris en compte dans le dessin de la citadelle et des nouvelles fortifications : « Le Corps de la place est revetu de massonnerie a parement de brique : bâti en differents temps, sur differents desseins et flanqué de 17 bastions ou equivalents. Les uns vieux et les autres modernes. Les uns beaux et grands : et les autres petits ecrasez et malfaits. Liez les uns aux autres par autant de courtines peu regulieres et assez mal figurées ; mais tout y est flanqué et il n'y a point de partie dans toute la fortification, qui ne soit bien défendue. Celles qui le sont le moins sont tellement avantagées par la difficulté des accez. Qu'elles surpassent en bonté celles qui le sont le plus » (« Etat de la ville et citadelle.... », 1698, op. cit.).

9 Julien Destrez (1631-vers 1678). Simon Vollant (1623-1699), originaire de la région, accéda au titre d’ingénieur et architecte du roi en avril 1668 et succéda à Julien Destrez au titre de maître d’œuvre après la conquête française. Il fut reconnu pour ses connaissances locales et celles des conditions de travail locales, et pour sa loyauté envers les Français.

10 Julien Destrez, « Agrandissement de la ville du coté des portes des Notre Dame de la Barre et de St. Pierre », 1661, A.M. Lille, AGC. 11D. 5. Parent a relevé la cote de ces rapports sans les citer ni les analyser : Paul Parent, L'Architecture civile à Lille au xviie siècle, Lille, Émile Raoust, 1925, p. 27. Pour une analyse d’autres aspects de ce document ainsi que du processus de lotissement de l’extension, voir mon article : « Les lotissements des ingénieurs du Roy au service de l’urbanisme : l’exemple de Lille », dans Emilie D’orgeix éd., Portefeuilles de plans : Projets et dessins d’ingénieurs militaires en Europe du xvie au xixe siècle, actes du colloque de Saint-Amand-Montrond, Bourges, Archives départementales du Cher, 2001.

11 Sur ces disputes, cf. Albert Croquez, op. cit., p. 24-27 ; Paul Parent, 1925, p. 161 ; Edouard Hautcoeur, Histoire de l’église collégiale et du chapitre de Saint-Pierre de Lille, Lille, L. Quarré, 1896-1899, t. III, chap. LXI.

12 « ... il n'y a point d'endroit plus propre à une augmentation que celui-ci, parce qu'il n'y en a point qui, avec si peu de circuit, puisse embrasser un si grand espace. Ni où la fortification puisse être si utile à la ville et à la citadelle, de qui elle serait aussi réciproquement mieux protégée qu'en aucun autre lieu. Point d'endroit mieux situé pour le commerce, d'autant que tout ce qui vient par eau passe par là et que l'une des principales portes a son chemin qui passe au milieu. Point d'endroit plus accommodé d'eau puisque, outre la rivière d'en bas, le Buquet [...] la traverse encore, qui ne manquerait pas d'attirer sur les bords force tanneurs, teinturiers et brasseurs de bières [...] », Lettre du 21 novembre 1669, citée par Maurice Sautai, L'Œuvre de Vauban à Lille, Paris, 1911, p. 24-25.

13 Pour une analyse plus détaillée de cette correspondance ainsi qu’une bibliographie plus complète, voir le chapitre de ma thèse de doctorat : « Lille », dans Military Town Planning under Louis XIV : Vauban’s Practice and Method (1668-1707), Thèse de Doctorat (Ph. D.), Columbia University, 2000, chap. 1, p. 33-118.

14 Tout l’argent récupéré par la perception des plus-values était destiné à payer les fortifications. Les Français ne visaient pas à en tirer profit.

15 BNF, départ. Estampes, Va 59 t. 10, microfilm H139075.

16 Tels le plan vers 1618 aux archives municipales de Lille (AG c.10 n.10), ceux des réclamations de mobilier par la collégiale Saint-Pierre et les dominicains montrant une fortification beaucoup moins régulière autour du faubourg Saint-Pierre (archives municipales de Lille, AG c. 13 n.5), ou encore le plan historique Lille en 1667 dans le recueil de Brun-Lavainne, Atlas topographique et historique de Lille, 1830. Ce dernier semble précis mais ne cite pas les sources cartographiques d’origine.

17 « Declaration que faict Julien Destré Ingenieur, de l'estimation qu'il a faict des fraiz qu'il conviendront expser ( ?) pour faire une ragrandissement à ceste ville de Lille, lequel comprendrat les faubourgs de notre Dame de la Barre et de St. Pierre, et contiendrat en circonverence [sic] neuf cens nonante verges courantes de vingt pieds chacune, ou debvront estre exigez quatorze bastion avec leurs courtines, une espaule contre le petit bastion de la porte de notre Dame et un ouvrage à chevron au long de la basse Deusle, le tout conformement au plan pour ce faict et tracé par ledit. Destré auquel se voit tous ce qui dessus, qu'il croit estre le meilleur ouvrage qu'il se peult faire pour le plus grand service du Roy, et bien de lad. ville, estant les frais à exposer pour ladite erection comme s'ensuict » : dans « Agrandissement de la ville du coté des portes des Notre Dame... », cité ci-dessus.

18 BNF, départ. estampes, Va 59 t. 10 microfilm H139015.

19 BNF, départ. estampes, Va 59 t. 10 microfilm H139076.

20 Les bastions de la citadelle avant cette date s’appelaient : le bastion du Roy, le bastion du Dauphin, le bastion de Turenne, le bastion d’Humières, et le bastion de Vivonne. Dans une lettre du 25 juillet 1669, Louvois approuve le choix du maréchal d’Humières de changer le nom du bastion de Vivonne en bastion d’Anjou. Cf. Albert de Rochas D'aiglun, lettres de Louvois à Vauban, ainsi que la lettre de Vauban à Louvois du 22 juillet 1669, dans Vauban : sa famille et ses écrits, ses oisivetés et sa correspondance, Genève, Slatkine, 1972 (reprint éd. 1910).

21 Pour une chronologie des premières années des travaux, voir l’annexe II.

22 Vauban, « Etat de la ville et la citadelle de Lille », 1698 ; Jean Milot, La Citadelle de Lille, « Reine des citadelles », Société de Géographie, 1967, deuxième édition, p. 16-19.

23 Charles-Guy de Valory (1655-1734), gendre et successeur de Simon Vollant.

24 Valory, « Plan de Lille pour le nouveau projet d’agrandissement », « Estat de la despence générale », « Mémoire sur la proposition de l’agrandissement de Lille et la jonction de la Hatte à la basse Deule, avec 1 lettre », Vincennes, archives du S.H.A.T., A.8 S.1 Lille c.1 n. 16.

25 « Contre céte derniére sorte d'entreprise intérieure, on randra la citadelle forte : 1. Si le château est disposé en telle sorte, que les principales rues de la ville soient exposées à la force & à l'effet des trais qui en partiront, & que l'irruption en la ville en soit aisée : comme les Espagnols en Anvers, par le moyen de la grande place qui reste vuide entre le château & la ville, d'un premier effort occupérent cinq rues, à la ruine entiére des habitans. En l'année & suivant la rélation de l'Historien, allegués ce dessus. 2. Si on laisse au dedans de la ville aux environs de la citadelle, une place vuide : autrement, si les habitans se révoltent, ayans l'avantage d'étre si proches, les voila aussi tôt attachés au chateau : mais au moyen de céte place, on pourra disposer les soldâs de la garnison, en ordre de bataille, pour les soûtenir & les repousser vivement ou mêmement si l'ennemi assiégeant nous presse les mesures, céte place vuide nous donnera lieu à de nouveaux retranchemens.... », Mathias Dögen, « La maniére de joindre des citadelles aux villes, ou des villes aux citadelles », dans L’architecture militaire moderne ou Fortification confirmée par diverses histoires tant anciennes que nouvelles & enrichie des figures des principales Forteresses qui sont en l’Europe, Amsterdam, Louys Elzevier, 1648.

26 Samuel Marolois, Oeuvres Mathematicques de Samuel Marolois Traictant de la Geometrie et Fortification, Reduictes en meilleur ordre, & corrigees d'un nombre infiny de fautes escoulees aux impressions precedentes : La Geometrie par Theodore Verbeeck Mathematicien, Amsterdam, Guillaume Jansson Caesius, 1628, figures 80-83.

27 Les deux esplanades dans les dessins de Marolois cités ci-dessus créent au moins quarante toises de distance avec la ville. Fritach propose 33 à 40 toises ; Goldman 60 toises ; Milliet de Chasles 50 à 60 toises (1 toise = 1,949 mètre).

28 BNF, départ. estampes, Va 59 t. 10, microfilm H139022.

29 Je suis donc tombée d’accord avec Philippe Prost qui a déjà remarqué ce rapport entre la citadelle et la ville dans « De l'architecture des villes de guerre aux xviie et xviiie siècles en France. Du triomphe au déclin d'un modèle », dans La ville régulière. Modèles et tracés, Paris, Picard, 1997, p. 47.

30 Un autre projet de rues conservé au S.H.A.T. propose de mettre la place du Marché-Neuf plus près de l’église Saint-Pierre à l’angle de la rue Française. Cette solution aurait été moins « militaire ». Par ailleurs je voudrais modifier la date de 1685 rajoutée sur le plan, car ce plan intramuros doit correspondre aux premiers projets intérieurs à la ville vers 1670 et a peut-être subi des modifications dues au rajout des ouvrages à corne en 1685 comme le signale son annotation. Archives du S.H.A.T., A.8 S.1 Lille c.1 n.7.

31 S.H.A.T., A.8 S.1 Lille c.1 n.10, 1691, « Plan de Lille et de ses environs », signé Vollant.

32 Mathias Dögen, « La maniére de joindre des citadelles aux villes, ou des villes aux citadelles », dans L’architecture militaire moderne, op. cit., chap. IX, p. 277-287.

33 Compilée à partir de la correspondance manuscrite des archives du S.H.A.T. (A1) et de la Correspondance de Vauban (bibliothèque du S.H.A.T., in-fol. 31), ainsi que des transcriptions par Milot, op. cit. ; Maurice Sautai, op. cit. ; Albert de Rochas D’aiglun, op. cit.

34 Je voudrais rectifier une erreur de ma communication « Les lotissements... » de Saint-Amand-Montrond (op. cit.) : il ne s’agit pas encore à cette date de parler d’une extension.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/3054/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Légende Fig. 1 – Plan de la ville de Lisle en flandre avec ses vieilles et nouvelles fortiffications ainsy quelle est apresent 1668, (avant le 25 juillet 1669), BNF, départ. estampes, Va 59 t. 10 microfilm H139015.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/3054/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 440k
Légende Fig. 2 – Plans et profil de la citadelle de Lisle fait en lannée 1668, (avant le 25 juillet 1669), BNF, départ. estampes, Va 59 t. 10, microfilm H139075.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/3054/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 472k
Légende Fig. 3 – Superposition des figures 1 et 2.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/3054/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 592k
Légende Fig. 4 – Simon Vollant ( ?), Projet pour l’extension de Lille, (avant le 12 décembre 1669), BNF, départ. estampes, Va 59 t. 10, microfilm H139022.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/3054/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 561k

Auteur

Université de Tours
Actuellement ATER à l’université François-Rabelais, elle a soutenu en 2000 à l’université de Columbia une thèse de doctorat (Ph. D.) : Military Town Planning under Louis XIV : Vauban’s Practice and Method (1668-1707). Dernières publications : « Les lotissements des ingénieurs du Roy au service de l’urbanisme : l’exemple de Lille », dans Emilie d’Orgeix éd., Portefeuilles de plans : projets et dessins d’ingénieurs militaires en Europe du xvie au xixe siècle, actes du colloque de Saint-Amand-Montrond, Bourges, 2001 ; [avec Isabelle Warmoes], « The City Gates of Louis XIV », Journal of Urban History, n° spécial « The European City », 2002.

© Presses universitaires François-Rabelais, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540