Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Villes rattachées, villes reconfigurées

 | 
Denise Turrel

I. Reconfiguration des réseaux sociaux

La recomposition des systèmes urbains après un rattachement : points de méthode

Olivier Zeller

Texte intégral

  • 1 Denis Menjot, Les villes frontière : Moyen Âge, époque moderne, Paris, L'Harmattan/Université des (...)
  • 2 Antoine De Roux, Perpignan de la place forte à la ville ouverte, xe-xxesiècle, Perpignan, Éditions (...)

1Incontestablement, la problématique centrée sur le rattachement de villes est du premier intérêt pour une époque moderne où des territoires entiers subirent d'importants changements de souveraineté. Le seul royaume de France en fournit les exemples du Roussillon, de la Franche-Comté, de l'Alsace, de la Bresse, du Bugey, du Valromey et du pays de Gex, des provinces limitrophes des Pays-Bas espagnols, sans oublier des annexions temporaires aux dépens de l'État savoyard. Dans le Saint Empire, la géopolitique fut on ne peut plus mouvante. Dans la péninsule ibérique, la subordination, également temporaire, du Portugal à l'Espagne, se solda par la micro-urbanisation de presidios tout autour de Lisbonne. En Italie, l'effacement de petites cités-États permit la formation de plus vastes États territoriaux, à l'exemple de l'État florentin. Aux confins des possessions des Habsbourg, la reconquête des territoires sous occupation ottomane permit la réurbanisation des territoires libérés. Et n'oublions pas les avatars de la Pologne au xviiie siècle. Les exemples de villes rattachées sont donc loin de manquer. Un colloque organisé précédemment par Denis Menjot a mis en évidence les particularités des villes-frontières : leur croissance pouvait être brutalement amplifiée, ou stoppée. Leur société pouvait correspondre à une « urbanité frontalière » d'un type particulier, tandis que l'urbanisme se trouvait fortement conditionné par les impératifs militaires1. Quant à l'impact du rôle de place frontalière, il était très variable, ainsi que les différentes communications l'ont démontré. Des exemples de blocage territorial sont connus par ailleurs2.

2Cependant, il convient de ne pas s'enfermer dans un discours étroitement monographique, producteur d'histoire de villes. L'histoire urbaine d'aujourd'hui ne se conçoit pas sans prise en compte des hiérarchies, des armatures, des systèmes et des réseaux. Le questionnement essentiel n'est donc plus : en quoi l'annexion a-t-elle influé sur la population, les fonctions ou le statut de telleville ? Il est : le déplacement de la frontière a-t-il significativement modifié les semis, bouleversé les hiérarchies, réorganisé les armatures, fragmenté les systèmes et recomposé les réseaux ? Une réponse négative soulignerait le peu de pertinence d'une problématique fondée sur la simple mouvance politique, ramènerait à peu de chose la consistance réelle de la frontière, soulignant au contraire la permanence des aires économiques et des espaces migratoires. Une réponse affirmative montrerait au contraire le lien entre destinée urbaine et insertion au sein d'un réseau.

3L'objet de ma communication d'aujourd'hui se limite à rappeler les possibilités offertes sur le plan méthodologique. Elles prennent en compte trois types de techniques. Les unes sont exclusivement basées sur l'estimation des effectifs démographiques. Les autres se fondent sur la connaissance des différents effectifs professionnels au sein de chaque ville. Les dernières, enfin, prennent pour objet la densité du maillage urbain. Entendons-nous : il ne s'agit pas de tomber dans des excès de quantitativisme. Mais la démarche consistant à étudier des ensembles de villes dans des circonstances différentes ne peut avoir de sens que dans la mesure où des critères précis sont choisis. Trop souvent, les historiens ajustent leurs catégories en fonction de leur commodité immédiate sans se soucier de comparatisme. Seuls les démographes ont travaillé avec assez de discipline pour que toutes les monographies basées sur la reconstitution de l'état civil puissent participer à la synthèse, étant toutes conçues suivant les cadres jadis posés par Fleury et Henry. Le contre-exemple est ici celui de l'histoire de la famille, où chacun a concocté son amélioration personnelle de la typologie de Peter Laslett, donnant à la confrontation des résultats un aspect qui n'est pas loin de rappeler le mythe de la tour de Babel.

4Ne posons donc pas la mutation des ensembles urbains impliqués dans un rattachement comme allant de soi. Vérifions-en la réalité en comparant l'urbanisation de la zone annexée à ce qu'elle était antérieurement à l'événement, puis recherchons systématiquement les éventuelles réorganisations survenues dans chacun des États intéressés par le déplacement de la frontière.

TECHNIQUES SE FONDANT SUR L'ESTIMATION DES EFFECTIFS DÉMOGRAPHIQUES

  • 3 Luigi Del Panta, « La croissance démographique urbaine en Toscane entre 1750 et 1850 », Annales de (...)

5Même si les estimations de l'époque moderne sont souvent sujettes à caution, et ne peuvent être admises qu'avec une fort importante marge d'incertitude, une première démarche consiste très simplement à rechercher des modifications dans le classement des villes intéressées. Dans le long terme, l'usage d'indices basés sur les niveaux de population initiaux permettra graphiquement de déterminer l'influence du rattachement et ses éventuelles temporisations. Un bel exemple est celui qu'a donné Luigi Del Panta de l'impact sur les destinées urbaines de la formation de l'État toscan entre le xve et le xviie siècle3.

Tableau 1 – La recomposition démographique de l'armature toscane (indice 100 : population de Florence)

Tableau 1 – La recomposition démographique de l'armature toscane (indice 100 : population de Florence)

Source : Luigi Del Panta, op. cit.

6Admettre que le classement d'un ensemble de villes puisse être modifié en profondeur par l'entrée ou par la sortie de plusieurs unités revient à considérer les changements de la répartition des villes par taille. Ici, l'instrument adapté consiste dans les graphes obtenus grâce à la célèbre équation de Zipf :

log Pi = log P* + q log Ri

7Pi étant la population de la ville de rang i, P* celle de la ville primatiale, Ri le rang de la ville de rang i et q un coefficient que la théorie voudrait pouvoir trouver égal à –1.

8Il est également possible de recourir à l'équation de Russel-Davis :

Pi = P* – { [1 + (√R – 1) / 10 ] / R }

  • 4 Paul Bairoch, De Jéricho à Mexico. Villes et économie dans l'histoire, Paris, Gallimard, 1985, p. (...)

9Paul Bairoch explique que cette formule suppose une réduction plus lente que dans le modèle de Zipf de la taille des villes au fil de la hiérarchie, peu sensible pour les dix premiers rangs, mais nettement marquée par la suite4. Bien évidemment, il ne s'agit pas de choir bêtement dans cette mystique du chiffre qui a quelquefois érigé en « loi » ce qui n'aurait jamais dû être davantage qu'une modélisation exploratoire. En réalité, l'intérêt du procédé est de permettre une comparaison graphique entre les distributions des villes par tailles à des moments différents. Le rattachement a-t-il modifié la distribution de la hiérarchie urbaine entre villes petites, moyennes et grandes ? Là est la seule question posée.

10Appartenir à un ensemble de villes n'exclut bien évidemment pas la possibilité de connaître des destinées particulières. Il est ici possible d'imaginer mille situations : villes devenues places-frontières ou, au contraire, perdant leur rôle de point de contact et voyant leurs fortifications rasées ; villes déchues de leur importance administrative au profit d'une autre (pensons à Dole et à Besançon) ; villes coupées de leurs aires d'approvisionnement, de recrutement démographique, de putting-out ou, au contraire, villes voyant s'ouvrir un nouvel hinterland ; villes formant doublon ou, au contraire, débarrassées de leurs rivales désormais étrangères. Il importe donc de pouvoir rapporter une destinée de ville à celle de l'ensemble des autres unités de son réseau. L'histoire urbaine d'aujourd'hui dispose de moyens d'analyse mettant en rapport destin particulier et destin collectif.

  • 5 Françoise Guerin-Pace, Deux siècles de croissance urbaine. La population des villes françaises de (...)

11En particulier, il est possible d'affiner les analyses grâce au modèle de Marchetti, qui permet de mettre en relation la trajectoire de chaque ville par rapport à l'évolution d'ensemble de la population urbaine5. Cet indice se calcule grâce à la formule :

i = ln [(V / P) / (1 – V / P)]

12où V représente la population d'une ville à l'instant t et P la population urbaine totale au même instant. Le calcul donne des indices négatifs généralement compris entre – 1 et – 3. Quand l'évolution d'un indice de ville est positive, cette ville connaît une trajectoire favorable ; inversement, quand elle est négative, il y a perte d'importance relative. Cette méthode des indices de Marchetti a pour effet général de souligner la disparité caractérisant les évolutions des principales villes par rapport à l'urbanisation générale de leur environnement. Ainsi, en Pologne, Cracovie, Wroclaw, Stettin et Poznan suivent des trajectoires absolument comparables. Dantzig se singularise par sa résistance relative au cours des xvie et xviie siècles, et Varsovie par la continuité de sa montée, à peine freinée au xviiie tandis que toutes les autres villes reculent notablement. La Pologne constitue ici un cas extrême, celui d'un ensemble urbain totalement démembré et rattaché à plusieurs de ses voisins au fil des différents partages du xviiie siècle. Manifestement, l'impact démographique surVarsovieaétéradicalementdifférentdeceluiquesubirentlesautresvilles polonaises.

  • 6 Paul Bairoch, Jean Batou, Pierre Chèvre, La Population des villes européennes : banque de données (...)

Fig. 1 – La trajectoire des principales villes polonaises : indices de Marchetti (D'après les chiffres publiés par Paul Bairoch6)

Fig. 1 – La trajectoire des principales villes polonaises : indices de Marchetti (D'après les chiffres publiés par Paul Bairoch6)

13Il importe de noter que le procédé repose entièrement sur la mesure d'effectifs humains : la population de chaque ville principale et la population urbaine totale, sans jamais considérer l'éventuelle densification ou le possible éclaircissement des semis urbains. Prendre en compte l'évolution dans une période donnée d'un système urbain en se référant à des effectifs correspondant au nombre de ses villes suppose la mise en œuvre d'une autre méthode, visant à calculer des coefficients allométriques visant à déterminer « comment la croissance se distribue au sein de la hiérarchie et se diffuse à travers le territoire ». Le coefficient, soit ß, se déduit de la formule :

ln (y) = ln (a) + ß ln (x)

  • 7 Denis Morsa, « L'urbanisation de la Belgique (1500-1800). Taille, hiérarchie et dynamique des vill (...)

14où « a » est une constante, « x » l'évolution de la taille du système urbain, « y » l'évolution de la population d'une ville ou d'un sous-ensemble du système urbain, le coefficient d'allométrie étant ß. Si ce dernier est supérieur à l'unité, la partie a connu une croissance plus vigoureuse que le système de référence ; inversement, un coefficient inférieur à l'unité montre une croissance relativement ralentie. Dans un très intéressant essai7, Denis Morsa a calculé les coefficients de 21 villes belges pour la période allant de 1500 à 1800. Deux observations essentielles peuvent en être déduites, même si la belle sophistication des techniques statistiques ne doit pas faire oublier les incertitudes intrinsèques des sources. En premier lieu, la dilatation du système urbain résulte surtout de l'apparition de petites villes au xviiie siècle. En second lieu, la cartographie des évolutions est loin de faire apparaître des zones homogènes ; les villes mosanes connaissent des destinées contradictoires, toutes ne connaissant pas l'exceptionnelle expansion de Liège, et les villes de l'espace anversois se révèlent incapables de suivre le rythme d'ensemble. On ne saurait mieux souligner qu'au sein des grandes fluctuations d'ensemble de l'urbanisation, les destinées individuelles des villes conservent leur originalité. Il est probable qu'il en était de même après un rattachement.

15Le bouleversement politique peut également modifier les écarts entre la capitale et les principales villes. On pourra se contenter de recourir à différents indices de primatie calqués sur la méthode de Jefferson, en réalisant le rapport entre la population de la capitale et celle de la ville placée au deuxième rang, ou encore en calculant le rapport entre la capitale et la somme des cinq, ou des dix premières villes de la hiérarchie. C'est la prise en compte de la spécificité de chaque distribution qui doit commander le choix de l'indice.

16Toutes ces approches présentent cependant l'inconvénient de travailler sur des ensembles urbains considérés comme formant un monde clos. Il est pourtant capital de déterminer si le rattachement d'une zone donnée à un nouvel ensemble géopolitique s'est soldé par une désurbanisation ou, au contraire, par une expansion des villes conquises. Deux techniques sont ici disponibles. La première, préconisée par Jan de Vries, vise à établir des quotients urbains. Dans un premier temps est calculée la croissance relative Centre l'instant 1 et l'instant 2 sous forme d'un premier rapport numérique entre les évolutions absolues des populations urbaines Pu et totale Pt. Présentée sous forme de pourcentage cette croissance répond à l'équation :

C = 100* (Pu2 – Pu1) / (Pt2 – Pt1)

17Dans un deuxième temps est établi le taux d'urbanisation T à l'origine de la période étudiée :

T = 100* Pu1 / Pt1

  • 8 Jan De Vries, « Problems in the measurement, description, and Analysis of Historical Urbanization  (...)

18Le quotient de C par T constitue l'indicateur recherché, dit « quotient urbain », qui compare le rythme de la croissance urbaine à celui de la croissance d'ensemble de la population, un résultat égal à l'unité signifiant une urbanisation simplement calquée sur l'évolution démographique générale (De Vries, 1990)8. L'exemple des Provinces-Unies montre que la prise d'indépendance a correspondu à une phase favorisant très nettement la croissance urbaine.

Tableau 2 – L'urbanisation des Pays-Bas d'après Jan de Vries (populations en milliers, au seuil de 2 000 habitants)

Tableau 2 – L'urbanisation des Pays-Bas d'après Jan de Vries (populations en milliers, au seuil de 2 000 habitants)

Source : Jan de Vries, op. cit.

19Beaucoup plus simple est la seconde technique, préférée par Paul Bairoch, qui a calculé des taux annuels de variation en rapportant l'évolution des taux d'urbanisation au nombre d'années écoulées durant une période donnée. Elle pourrait être précieuse pour déterminer les rythmes de recomposition démographique urbaine au fil de déplacements successifs de frontière.

TECHNIQUES SE FONDANT SUR DES CRITÈRES DE CENTRALITÉ

20On peut disserter à volonté sur la nature du lien entre le niveau de population d'une ville, sa conjoncture économique et l'évolution de ses fonctions. La difficulté peut cependant être contournée par une démarche visant non plus des effectifs, mais, d'une part, l'importance et la variété des institutions et, d'autre part, le degré de diversité et le poids en termes de main-d'œuvre de ses activités économiques.

  • 9 René Favier, Les villes du Dauphiné aux xviieet xviiiesiècles, Grenoble, Presses universitaires de (...)

21La construction de scalogrammes permet d'effectuer très rapidement des comparaisons entre les distributions des diverses fonctions entre les villes d'un même espace. À l'exemple de ce que René Favier a réalisé à l'égard des villes du Dauphiné9, il est possible d'évaluer le rayonnement de chaque unité en dénombrant ses diverses institutions judiciaires, ecclésiastiques, militaires, fiscales, économiques et culturelles, chacune se voyant attribuer une valeur numérique correspondant à son importance estimée : deux points pour une justice royale ou un évêché, un seul pour un collège, etc… Chaque ville prend donc dans la hiérarchie urbaine une place définie par le score obtenu. Instantanément vient à l'esprit une réticence liée au caractère arbitraire de cette codification. Celle-ci ne peut que tomber dès lors qu'il ne s'agit que de relever les bouleversements hiérarchiques liés à la création ou au départ d'institutions ou d'équipements.

  • 10 Bruno Blondé, dans Peter Clark (éd.), Small towns in early modern Europe, Cambridge-Paris, Cambrid (...)
  • 11 William Davies, « Centrality and the central place hierarchy », Urban Studies, vol. 4, 1967, p. 61 (...)

22Une approche très différente peut se proposer de ne plus établir des classements en fonction des seules armatures administratives, mais en prenant en compte l'envergure et la diversité des activités économiques de chaque ville. La méthode consiste dans un premier temps à dénombrer marchands et artisans : elle n'a donc de sens que dans la mesure où la réglementation du travail ne fige pas réglementairement le nombre des ateliers. En première analyse, il est possible de classer des villes en fonction du nombre d'activités différentes repérées. Dans l'exemple brabançon en 1796, 51 métiers différents étaient exercés à Louvain, contre 21 seulement à Herenthals10. Mais la méthode est trop simple pour permettre une pondération par les effectifs de chaque métier. Dès que les effectifs des métiers sont connus régionalement à un instant donné – ce que seuls peuvent livrer de bons recensements –, il est calculé pour chacun d'entre eux un coefficient C de localisation du métier égal au quotient de 100 par l'effectif T totalisé par ce métier dans l'ensemble étudié ; les métiers globalement répandus se signalent donc par une valeur de C plus faible que celle qui caractérise les métiers rares. Puis est établie, ville par ville, la série des indices de concentration des différents métiers en pondérant leur coefficient Ci par leur effectif ni. La somme Σ Ci. ni détermine le caractère de centralité de chaque unité urbaine11. Dès ce stade, un classement est possible, à l'exemple de l'étude de la centralité des villes brabançonnes qu'a réalisée Bruno Blondé. Les écarts, très marqués, composent alors une hiérarchie expressive.

Tableau 3 – La centralité des villes brabançonnes en 1796

Tableau 3 – La centralité des villes brabançonnes en 1796

Source : Bruno Blondé, op. cit.

23L'application de la méthode à des ensembles de villes rattachées s'imposent : les déplacements de frontière politique pesaient sans doute moins que la remise en cause des monopoles commerciaux sur un territoire, moins que la modification de la géographie fiscale, ou moins que la création ou la levée d'interdits frappants les flux d'hommes, de matières premières ou de marchandises.

  • 12 Gabor Sonkoly, « Les petites villes en Transylvanie moderne entre 1750 et 1787. Approche théorique (...)

24Les deux modes d'appréhension de la centralité – institutionnelle ou économique – peuvent entrer dans une démarche synthétique. Gabor Sonkoly, qui a étudié les villes de Transylvanie, a intégré le critère de centralité à une grille d'analyse prenant simultanément en compte la position administrative, l'état des privilèges urbains, le niveau de population et l'importance relative de la population non agraire. Chacun des cinq aspects ainsi étudiés fait ensuite l'objet d'un codage allant de 1 (forte intensité) à 5 (intensité faible). La somme des cinq indices constitue un « indice urbain » de 5 à 25, qui permet le classement selon quatre niveaux hiérarchiques12.

Tableau 4 – La hiérarchie des villes de Transylvanie au xviiie siècle

Tableau 4 – La hiérarchie des villes de Transylvanie au xviiie siècle

Source : Gabor Sonkoly, op. cit.

25L'intérêt d'un tel essai est d'avoir cherché à rendre objective la distinction entre la ville et le bourg, entre l'urbain et le rural. Les rattachements provoquaient-ils des franchissements du seuil d'urbanité, dans le sens de la promotion comme dans celui du déclassement ?

TECHNIQUE SE FONDANT SUR LA DENSITÉ DU SEMIS URBAIN

26Cette dernière interrogation conduit immédiatement à formuler une question essentielle : l'éventuelle recomposition urbaine liée au changement géopolitique était-elle assez marquée pour pouvoir, localement, produire assez de créations ou de destructions ou assez de franchissements du seuil d'urbanité pour que la densité du semis urbain en soit modifiée ? Il suffit ici de disposer de la superficie du territoire concerné et du nombre d'unités urbaines à différentes dates. Statistiquement, le procédé revient à calculer la distance moyenne séparant des billes lancées sur une surface donnée de manière parfaitement aléatoire. Cette distance moyenne égale le nombre n de villes multiplié par la racine carrée du rapport entre la surface s et 2n. Certes, cet indicateur présente les inconvénients de toute moyenne, et sa significativité est liée au degré de dispersion statistique de l'échantillon. Mais ce sont les évolutions seules qui importent, et ces moyennes suffisent pour déterminer si un territoire rattaché a vu ses villes se raréfier ou se multiplier.

POUR CONCLURE

27À certains, ce court rappel méthodologique aura sans doute paru bien rébarbatif. Il n'en reste pas moins vrai que la mise en place de problématiques et de méthodes nettement balisées n'interdit pas la critique à ceux qui les parcourent. Sans langage commun, l'étude de l'impact des remaniements géopolitiques sur l'urbanisation risquerait de se disperser dans le foisonnement des « études de cas » baignant dans la facilité de la description qualitative. Qu'une pensée fraternelle pour ceux d'entre nous qui seront assez hardis pour hasarder un jour une synthèse nous incite plutôt à leur fournir les matériaux d'une comparaison solide qui permette d'échapper aux simples artifices de la rhétorique.

Notes

1 Denis Menjot, Les villes frontière : Moyen Âge, époque moderne, Paris, L'Harmattan/Université des Sciences humaines de Strasbourg (coll. « Villes, histoire, culture, société »), 1997, 228 p.

2 Antoine De Roux, Perpignan de la place forte à la ville ouverte, xe-xxe siècle, Perpignan, Éditions des Archives communales de Perpignan, 1996, 499 p.

3 Luigi Del Panta, « La croissance démographique urbaine en Toscane entre 1750 et 1850 », Annales de démographie historique, 1982, p. 169-182.

4 Paul Bairoch, De Jéricho à Mexico. Villes et économie dans l'histoire, Paris, Gallimard, 1985, p. 194.

5 Françoise Guerin-Pace, Deux siècles de croissance urbaine. La population des villes françaises de 1831 à 1990, Paris, 1993.

6 Paul Bairoch, Jean Batou, Pierre Chèvre, La Population des villes européennes : banque de données et analyse sommaire des résultats, 800-1850, Genève, Droz, 1988, 337 p.

7 Denis Morsa, « L'urbanisation de la Belgique (1500-1800). Taille, hiérarchie et dynamique des villes », Revue du Nord, n° LXXIX, 1997, p. 303-330.

8 Jan De Vries, « Problems in the measurement, description, and Analysis of Historical Urbanization », dans : Ad Van Der Woude, Jan De Vries, Akira Hayami (éds), Urbanization in history : a process of dynamic interactions, New York, Oxford University Press, 1990 ; rééd. Oxford, Clarendon Press, 1995, p. 43-60.

9 René Favier, Les villes du Dauphiné aux xviie et xviiie siècles, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, 1993, p. 447-448.

10 Bruno Blondé, dans Peter Clark (éd.), Small towns in early modern Europe, Cambridge-Paris, Cambridge University Press – Maison des Sciences de l'Homme, 1995, p. 240-242.

11 William Davies, « Centrality and the central place hierarchy », Urban Studies, vol. 4, 1967, p. 61-79.

12 Gabor Sonkoly, « Les petites villes en Transylvanie moderne entre 1750 et 1787. Approche théorique », dans : Olivier Zeller (dir.), Petites villes d'Europe, Cahiers d'Histoire, 1998, n° 3-4, p. 523-546.

Table des illustrations

Titre Tableau 1 – La recomposition démographique de l'armature toscane (indice 100 : population de Florence)
Légende Source : Luigi Del Panta, op. cit.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/3052/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Fig. 1 – La trajectoire des principales villes polonaises : indices de Marchetti (D'après les chiffres publiés par Paul Bairoch6)
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/3052/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 121k
Titre Tableau 2 – L'urbanisation des Pays-Bas d'après Jan de Vries (populations en milliers, au seuil de 2 000 habitants)
Légende Source : Jan de Vries, op. cit.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/3052/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 105k
Titre Tableau 3 – La centralité des villes brabançonnes en 1796
Légende Source : Bruno Blondé, op. cit.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/3052/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 90k
Titre Tableau 4 – La hiérarchie des villes de Transylvanie au xviiie siècle
Légende Source : Gabor Sonkoly, op. cit.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/3052/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 92k

Auteur

Université de Lyon II
Professeur des universités, il dirige l'axe « histoire des villes et de leurs populations » du Centre Pierre-Léon (UMR 5599). Il est membre fondateur et trésorier de la Société française d'histoire urbaine. Ses recherches actuelles portent sur différentes problématiques de l'histoire urbaine, notamment sur les thèmes des rythmes, de l'hospitalité et de la gouvernance. Il dirige actuellement la nouvelle Histoire de Lyon (Éditions Privat), après avoir rédigé la partie concernant la période moderne dans l'Histoire de l'Europe urbaine (sous presse).

© Presses universitaires François-Rabelais, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540