Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Villes rattachées, villes reconfigurées

 | 
Denise Turrel

I. Reconfiguration des réseaux sociaux

Un exemple de villes rattachées : les villes de Lorraine annexée entre 1870 et 1918

Laurent Commaille

Texte intégral

  • 1 Des changements importants sont cependant entrepris en profondeur. Pour le détail de l’organisatio (...)

1Les conséquences de la guerre de 1870 entraînent la majeure partie de l’Alsace et ce qui constitue l’actuelle Moselle dans un contexte politique nouveau et original. Le traité de Francfort du 10 mai 1871 entérine l’annexion de l’été précédent par une cession en bonne et due forme à l’Empire allemand. Mais l’Allemagne, à laquelle appartient désormais cette fraction de la Lorraine, est un tout jeune État, à structure fédérale, formé seulement depuis janvier 1871. L’intégration des ex-territoires français doit combiner cette réalité (assortie à une forte tradition d’autonomie locale) avec l’héritage, que l’on ne peut effacer d’un trait, de l’État centralisé. Héritage d’ailleurs bien pratique pour contrôler une population dont le ralliement à la cause de l’unité allemande semble manquer d’enthousiasme. Naît ainsi une entité politique particulière, nommée Reichsland (traduit habituellement par « Terre d’Empire ») ayant ses lois et règlements propres, ce qui ne pose pas de problème particulier à côté de la Saxe ou de la Bavière, mais dépendant directement de Berlin. En effet, l’organisation en départements avec une administration préfectorale est maintenue dans les grandes lignes1, le préfet devenant un Bezirkspräsident. Cependant, l’érection de Strasbourg en capitale du nouvel ensemble introduit un relais entre la Lorraine allemande, ci-devant Moselle, et le pouvoir central. C’est une sorte de régionalisation avant l’heure. Cette hiérarchie administrative, ajoutée au mode de fonctionnement du Reich et au particularisme du Reichsland, aux difficultés ou au refus de l’intégration, conduit à un investissement politique orienté vers le local. Il est d’ailleurs encouragé par les autorités allemandes qui y voient un dérivatif certain aux velléités protestataires et francophiles. Il est aisé de comprendre, dans ces conditions, que les aspects politiques retiendront notre attention. Cependant, la ville, avant même d’être un ensemble politique et administratif, est une population et un espace bâti. C’est dans cette matérialité même que se font d’abord sentir les effets du rattachement, même si la mue politique précède, est à l’origine, de la transformation visuelle et urbanistique, tout en étant elle-même générée par les changements profonds de la population. La théâtralité, voulue ou inconsciente, d’un décor urbain vigoureusement germanique, est en effet le résultat d’un processus qui passe par le biais des orientations municipales et les choix de citadins en grande partie exogènes.

2À cela doit s’ajouter la prise en compte d’une forte industrialisation qui s’accompagne d’une poussée urbaine sans précédent dans la région. Autour de vieux villages promus centres-villes, sortent du soldes cités ouvrières dont les habitants, Transalpins ou Rhénans, contribuent, nolens volens, à l’intégration dans le Reich.

3La première phase de la transformation de la population correspond au départ des autochtones ne souhaitant pas devenir citoyens allemands. Les dispositions du traité de Francfort prévoyaient en effet que les personnes désirant conserver la nationalité française devaient en faire la déclaration auprès des autorités compétentes. Cette option, comme l’on disait, impliquait l’établissement du domicile légal en France, permettant ainsi, du moins en théorie, le départ des éléments hostiles à la germanisation. L’introduction du nouveau régime administratif s’était déjà traduit par un exode important des fonctionnaires. L’application de l’option et l’annonce de la mise en place du service militaire allemand, obligatoire à partir d’octobre 1872, précipitèrent les départs. La population des villes est particulièrement touchée même si les campagnes connaissent elles aussi ce phénomène.

  • 2 Compte tenu de la fluctuation des effectifs militaires et des familles de cadres, il est assez dif (...)
  • 3 En 1874, 5 203 Altdeutschen s’installent à Metzmais 3 704 en partent (F. Roth, op. cit., p. 421).
  • 4 Les départs ont été partiellement comblés par un exode rural en provenance, en grande partie, des (...)
  • 5 François Roth, « Diedenhofen, une petite ville de l’empire allemand », dans François Roth (dir.), (...)

4Ce qui est particulièrement important dans les zones urbaines, c’est l’immigration des Allemands venus d’autres régions du Reich et que l’on appelle Altdeutschen (Vieux Allemands) par opposition aux nouveaux que sont les Alsaciens et les Lorrains. Au début des années 1870, cette immigration n’est pas encore très forte. Il ne faut pas imaginer que les habitants du nouvel État ont les yeux fixés sur le Reichsland, zone assez périphérique de la nouvelle Allemagne. Les débuts de l’annexion se traduisent donc par une baisse démographique assez remarquable, quoique variable selon les localités. Ce n’est que petit à petit que les chiffres remontent, en grande partie grâce à l’arrivée des Altdeutschen. Le cas du chef-lieu, Metz, est le plus spectaculaire. La ville comptait environ2 cinquante mille habitants en 1870, dont plusieurs milliers de soldats. Confinée dans son statut de place forte, elle voyait sa population stagner et sa place reculer dans le classement des principales villes de France. Elle était dans l’impossibilité de puiser dans ses ressources propres la capacité de compenser les départs pour la France. Dans les cinq ans qui suivirent l’annexion, environ un tiers des Messins quittèrent le pays et ne furent que partiellement remplacés par les immigrants, lesquels ne se fixaient pas toujours3. La dépression qui suivit l’euphorie de la Gründerzeit et la faiblesse des perspectives économiques de la Lorraine du moment, ajoutées à un retour toujours possible de la France, ne faisaient pas de cette partie du Reichsland une zone particulièrement attractive. Les « indigènes » sont encore majoritaires. Ce n’est plus le cas en 1890 où 19 313 Lorrains se retrouvent face à 21 000 Altdeutschen. Si le chiffre des Messins originaires de la région4 remonte à partir de 1895 (21 300 alors et 29 136 en 1910), le nombre des Allemands progresse fortement entre 1890 et 1895 (35 380) avec une certaine stabilisation ensuite (35 700). Quant à Thionville, la population double pratiquement entre 1870 et 1914 (7 155 habitants en 1871, plus de 15 000 en 1914), mais les francophones ne sont plus que 14 % des Thionvillois5. L’accroissement de population est similaire dans les autres centres urbains de la Lorraine allemande. Sarreguemines et Forbach voient également leur population doubler entre 1870 et 1914. La petite bourgade de Sarrebourg, de l’ex-Meurthe, a sa population qui triple après que la ville soit devenue un nœud ferroviaire. Si, à Sarreguemines et Forbach, l’élément indigène reste majoritaire, la position de ces cités par rapport à la ligne de partage des langues avant l’annexion les rend totalement germanophones.

5Mais un des faits majeurs reste l’industrialisation de la fin du dix-neuvième siècle et du début du vingtième avec ses conséquences démographiques et urbaines. Jusqu’aux années soixante-dix, la sidérurgie était surtout concentrée en quatre pôles qui étaient Hayange, centre de « l’empire » de Wendel, au sud-ouest de Thionville, dans la vallée de la Fensch, Moyeuvre, dans la vallée de l’Orne, à quelques kilomètres de Hayange, Stiring-Wendel, à la frontière avec la Prusse sarroise et Ars-sur-Moselle, à une quinzaine de kilomètres au sud de Metz, où deux entreprises, Karcher et Westermann, Dupont et Dreyfus, avaient développé chacune leur usine sidérurgique. Les années qui suivirent l’annexion sont difficiles ; le marché français s’est pratiquement fermé aux produits de l’Alsace-Lorraine et il faut se réorganiser par rapport à la situation allemande. À cela s’ajoute un goulot d’étranglement technique qui est l’incapacité de la sidérurgie lorraine (dans son ensemble) à répondre à la demande d’acier, en hausse permanente, du fait de la présence de phosphore dans ses fontes. La mise au point du procédé Thomas-Gilchrist, qui permet de s’affranchir de cette difficulté par un revêtement basique des convertisseurs, allait entraîner, même si les de Wendel ont l’exclusivité du brevet pour quelques années, une véritable course à la minette (le minerai lorrain). Les sidérurgistes allemands s’emparent des concessions libres et foncent dès le début des années quatre-vingts.

  • 6 N’oublions pas qu’à cette époque, l’Italie est l’alliée de l’Allemagne.

6Des usines sortent de terre. De modestes villages se transforment en villes : Algrange, dans la vallée de la Fensch, ne regroupait pas cinq cents personnes lorsque éclate la première guerre mondiale. Les Rombacher Hüttenwerke font naître, ex nihilo, une ville nouvelle dans la vallée de l’Orne : Stahlheim, la Cité de l’acier. Le développement le plus spectaculaire est sans doute celui d’Hagondange où le gros groupe sidérurgique allemand Thyssen décide de construire, vers 1910, un complexe sidérurgique intégré regroupant aussi bien les hauts-fourneaux, la fonderie que l’aciérie. En moins de quatre ans, Hagondange, petite bourgade, devient une ville. Au-delà des aspects urbanistiques que nous reprendrons plus loin, ce qui importe ici, c’est la profonde transformation de la population qu’engendre cette industrialisation. Les ressources humaines locales ne sont pas à même de fournir les bras exigés par ce développement assez brutal et le recours à l’immigration s’impose. Cette immigration a deux principales composantes : l’une germanique et l’autre italienne, et elles concourent toutes deux à la germanisation de la population. Cela va de soi quand on fait référence à l’arrivée d’ouvriers venus du Palatinat ou de l’Eifel, mais l’immigration italienne pourrait faire croire à un renforcement de la latinité face au Deutschtum. Il n’en est rien parce que les Italiens viennent travailler dans un pays qui est, pour eux, allemand6, dans des entreprises allemandes et un cadre institutionnel qui l’est tout autant. La langue utilisée dans les relations de travail est l’allemand, même chez de Wendel dont une bonne partie de la main d’œuvre lorraine vient des régions germanophones. C’est également celle des administrations. Aussi, le développement industriel est-il un puissant facteur de la germanisation, ce que ne se fait pas faute de rappeler l’industriel sarrois Röchling, responsable de l’implantation des hauts-fourneaux de la Carlshütte aux portes de Thionville. Même chose dans le bassin houiller, naturellement germanophone, où, à côté des houillères contrôlées par les de Wendel, longtemps dominants, se développent des entreprises à capitaux allemands : La Houve et « Saar und Mosel » principalement. Algrange, cette cité des mines de fer, la « cité aux quatre mines », que nous avons évoquée pour la rapidité de son développement, reçoit le surnom de « Petit Berlin », dans les années qui précèdent la guerre.

Tableau 1 – L’évolution de la population de quelques communes industrielles

Tableau 1 – L’évolution de la population de quelques communes industrielles
  • * 1 727 habitants en 1910 mais près de 5 000 au moment où éclate la guerre (et 4 800 en 1915) ! Sur (...)

Source : Brochure INSEE, Population de la Lorraine par commune à différents recensements depuis 1802 ou 1806, s.d.
Note **

  • 7 Henry Contamine, Metz et la Moselle de 1814 à 1870, Nancy, 1932, T. II, La vie administrative, p. (...)
  • 8 Cette obligation entraîne la démission de 6 conseillers municipaux à Sarrebourg dès 1871. Voir : G (...)

7Cette transformation de la substance même de la population facilite les changements politiques. En effet, un des événements majeurs de cette période est le passage du gouvernement des villes des mains de la population locale à celles des immigrés allemands. La phase de transition est assez longue car, dans un premier temps, outre le fait que la population altdeutsche n’était pas apte à prendre la relève, la conservation des lois françaises relatives au fonctionnement des municipalités permettait au pouvoir de garder un efficace moyen de pression. Outre la circulaire du 1er août 1848 qui permet au préfet de révoquer les maires « hostiles à la République » ou incapables de gérer les affaires communales, le Bezirkspräsident peut encore recourir aux lois de 1852 et 1855. La loi de 1852 permettait au préfet de dissoudre le conseil municipal et de le remplacer par une commission municipale dirigée par lui-même, celle du 5 mai 1855 offrait la possibilité de choisir le maire hors du conseil municipal, mais seulement dans les villes de plus de 25 000 habitants. Les lois françaises, convenant parfaitement à Bismarck, restèrent en vigueur jusqu’en 1895. Comme le disait le sous-préfet de Briey en septembre 1852 : « Il faut prouver aux hommes de désordre que l’autorité veille, et que partout où la bonne foi des électeurs a été trompée, on rendra au suffrage sa véritable expression en créant des commissions municipales7 ». Après les élections de juillet 1871, les autorités allemandes entérinent sans trop de problème les choix des conseils municipaux. Ce n’est que progressivement que la situation va se détériorer, quand les élus locaux vont se rendre compte que ce qu’ils croyaient passager, le rattachement à l’Allemagne, s’installe dans la durée. À la conduite « protestataire » des députés lorrains au Reichstag correspond la fronde, larvée ou ouverte, des conseils municipaux. La question de la langue sera souvent le point d’achoppement avec l’administration. L’obligation de correspondre en allemand pour le courrier officiel8, d’avoir une traduction des débats, etc., fournissent les occasions de tension menant à la démission volontaire ou à la révocation.

8La loi française de 1855 et l’habitude prussienne de recourir à des maires de métier se conjuguent pour offrir une solution parfaite pour toutes les parties si l’on veut bien voir la chose avec le recul nécessaire : l’honneur est sauf du côté des indigènes et les Allemands ont un maire qui pourra servir d’utile relais entre l’État et les administrés. Pratiquement toutes les communes de quelque importance passent par le stade du maire professionnel. À Metz, Paul Bezanson est élu en 1871 et révoqué en janvier 1877. Un Bürgermeisterei-Verwalter (mot à mot administrateur de municipalité), von Freyberg, précédemment Kreisdirektor (sous-préfet) le remplace. Le directeur de la police, Halm, lui succède en 1879. Halm entreprend de germaniser les services de la ville et sa communication (utilisation systématique des deux langues simultanément, modification de l’uniforme des pompiers dans le goût allemand…). Cette politique entraîne une nouvelle crise qui conduit 15 conseillers à démissionner en 1886. Aux élections qui suivent, les Altdeutschen créent la surprise en emportant 19 sièges contre 13 aux Alsaciens-Lorrains. Halm, qui se présentait cette fois aux électeurs, est élu et devient le premier maire allemand de la ville. Deux postes d’adjoints sont quand même offerts aux Vieux Messins.

  • 9 Archives départementales de la Moselle (A.D. Moselle), 10 AL 88-89 et 10 AL 195-197. Les maires pr (...)
  • 10 Henri Wilmin, « Les maires de Forbach de 1789 à 1945 », Les Cahiers lorrains, n° 2, 1992, p. 107-1 (...)
  • 11 Il fit notamment sonner la légendaire cloche de La Mutte, de la cathédrale, lors de la victoire de (...)
  • 12 Signalons qu’au même moment, deux maires de confession israélite, Marx Haas et Sylvain Berr, issus (...)
  • 13 Voir François Roth, « Diedenhoffen, une petite ville de l’empire allemand », dans François Roth (d (...)

9La loi de 1887, qui définit les attributions et le recours aux maires professionnels (Berufsbürgermeister)9, coïncide avec une crise grave dans les relations franco-allemandes. Cette situation amène un durcissement des positions dans les deux camps à l’intérieur du Reichsland et, outre une série d’expulsions, la révocation de nombreux maires. À Forbach, la vie municipale se complique d’une rivalité entre les familles des deux principaux industriels de la ville, les familles Adt et Couturier10. Au moment de l’annexion, Pierre Adt est maire depuis 1865 mais il démissionne le 14 juin 1871. Audebert, le précédent maire, reprend sa place mais doit démissionner pour raisons de santé en 1873. Ses successeurs, différents à bien des égards, ont cependant en commun des convictions protestataires qui irritent le Kreisdirektor. Heydinger, le dernier maire protestataire, décède en fonction en 1889. Les autorités allemandes, s’appuyant sur les succès des Altdeutschen aux élections précédentes, en profiteront pour nommer un maire de fonction, Jakob Wolter, qui exercera son mandat dans une situation de plus en plus difficile entre partisans des Adt et des Couturier. Les élections de 1902 permettent à un membre du clan Couturier, Marx Haas, de s’emparer de la mairie. Mais sa gestion contestée, la défaite de son parti en 1906, obligent l’administration à nommer un deuxième maire de métier, Wilhelm Stieb, qui restera en fonction jusqu’en 1918. À Metz, deux maires, d’origine allemande eux aussi, succéderont à Halm. Le deuxième, Franz Stroever, élu en 1900, fait partie de la première vague d’immigrés puisqu’il est arrivé à Metz en 1872. Il restera en fonction jusqu’en 1908, où, devant l’absence de candidats crédibles, l’administration se voit obligée de recourir à un maire professionnel. La mutation de ce fonctionnaire impose aux élus de trouver un maire parmi eux. Ce sera Roger Forêt. Cette élection est remarquable à plus d’un titre ; si elle est acquise avec quelques difficultés, elle marque cependant l’émergence d’un personnel politique nouveau, issu du Reichsland. Né au moment de l’annexion, sa formation et son ascension sociale (il était le fils d’un forgeron rural) se sont faites entièrement dans le système allemand. Les conditions de son élection et son attitude lors de la guerre11 ne seront pas sans lui causer quelques inquiétudes lors du retour de la Moselle à la France. Les villes de Sarrebourg et Thionville conserveront assez longtemps des maires issus de leur sein. La réélection de Sylvain Berr12 en 1908, élu une première fois en 1903, à Sarrebourg, fut contestée pour vice de forme et entraîna des dissensions à l’intérieur du conseil qui lui préféra un Berufsbürgermeister, Winzinger, qui resta en fonction jusqu’en 1918. À Thionville, se succèdent également des maires originaires de la région13. Pierre Marchal, premier magistrat de la cité, démissionne en 1886 à propos de la question linguistique. Il est remplacé par Crauser qui parle allemand et qui sait habilement éviter l’affrontement avec les autorités allemandes et gouverner un conseil municipal où les Altdeutschen jouent un rôle de plus en plus dominant. Sarreguemines, deuxième ville de la Lorraine allemande et cité dont l’influence dépasse largement son poids démographique, fut de 1888 à 1918 gouvernée par des maires de fonction.

10Ce détour par la vie politique municipale, même si elle est loin d’être traitée ici de façon exhaustive, a bien sûr son intérêt dans l’examen des villes « attachées ». Son autre justification est de permettre de comprendre comment la ville s’est transformée dans sa chair, son bâti, pendant l’époque de l’annexion, offrant au visiteur français une image dans laquelle il a du mal à retrouver la province perdue dont on entretient la nostalgie. En effet, il n’y a pas seulement un changement de population, avec l’éviction de la langue française qui en découle, mais aussi un changement de décor.

  • 14 Laurent Commaille, Fortification à Metz et dans le Pays messin, DEA, Université de Metz, 1985.

11Au sortir de la guerre de 1870, les deux principales villes de Moselle occidentale, Metz et Thionville, se présentent sous l’aspect de places fortes corsetées de remparts. Les zones de servitudes qui les enserrent en font des sortes d’îles au milieu de leur plat pays. Cette situation, bloquée depuis l’époque moderne, gèle toute extension et empêche la constitution de banlieues, de faubourgs, les villages alentour étant limités par l’armée à n’être que de lâches semis de maisons de maîtres et d’exploitations maraîchères14.

12La construction de forts détachés à la veille du conflit franco-allemand a multiplié les surfaces non aedificandi. En effet, situés à quatre ou cinq kilomètres du centre de Metz, ils sont eux aussi nantis de leurs propres zones de servitudes. N’oublions pas au passage les terrains d’exercice et autres champs de tir. L’espace intramuros subissait lui aussi l’impact de la fonction défensive : « rue militaire » le long des remparts, places d’armes, casernements, etc., sont autant de marques, et stigmates du statut de place forte.

  • 15 Même si Camillo Sitte est d’origine autrichienne.

13Dans un premier temps, pour les raisons évoquées plus haut, le tissu urbain ne subit que peu d’altérations ; quelques maisons sont remplacées ici ou là, sans plus, le bâti existant suffisant aux besoins d’une population diminuée. Mais, à partir des années 1890, il n’en va plus de même et les conseils municipaux, que l’on a vu progressivement dominés par les Allemands immigrés, exigent l’arasement des remparts et la transformation de la ville, aussi bien à Metz qu’à Thionville. Cette revendication intervient dans un contexte particulièrement porteur qui est l’urbanisation accélérée de l’Allemagne wilhelminienne. En effet, les citadins, qui composaient 36 % des Allemands en 1871, sont 60 % en 1914 dans une population elle-même en accroissement. Les innombrables difficultés qu’entraîne cette situation suscitent un questionnement qui génère en retour une profonde réflexion sur le fait urbain. D’une certaine manière, les principaux éléments de l’urbanisme du xxe siècle naissent à ce moment là en Allemagne, fruits de la nécessité. Les apports de Baumeister, Stübben et Sitte15, entre autres, sont suffisamment connus pour qu’il ne soit pas nécessaire de les commenter ici. En revanche, ce qui nous intéresse est l’application de leurs principes au cas des villes lorraines.

14D’autre part, l’opposition des militaires à l’arasement des remparts, d’un simple point de vue technique, perdait toute raison d’être. L’allongement de la portée de l’artillerie et le recours aux obus à la mélinite rendaient obsolètes des fortifications dont les éléments les plus récents, hormis quelques lunettes, remontaient à Cormontaigne. La construction d’une nouvelle ceinture de forts détachés, au tournant du siècle, nettement plus efficaces que les forts Séré de Rivières et bien plus éloignés de la ville que les précédents, enlevait tout argument aux militaires. D’autant plus que l’armée, en construisant des casernes sur les glacis de la citadelle de Metzen1893, s’était elle-même permise d’enfreindre les règles qu’elle souhaitait voir maintenues.

  • 16 L’armée – française – avait imposé cet emplacement lors de la constitution du réseau ferré. La pre (...)
  • 17 Pour ce qui est de l’application de ce dispositif au Reichsland, voir : Rolf Wittenbrock, Bauordnu (...)

15Aussi, en février 1898, Guillaume II donna son accord à l’extension de la ville en autorisant le démantèlement de l’enceinte sud. Les négociations avec l’armée furent assez laborieuses et n’aboutirent qu’en 1901 pour la partie financière des opérations. Les parcelles qui intéressaient le plus la municipalité furent vendues au prix fort : 4,78 marks le mètre carré. Cette cession de terrain était assortie à un plan d’extension, comme la plupart des grandes cités allemandes en connaissaient, dans la discussion duquel l’armée fut partie prenante et imposa souvent ses vues. Ce fut en fait une négociation serrée à trois car l’administration des chemins de fer (la gare était située sur le glacis de la citadelle16) tenait à faire entendre sa voix. La nécessité de programmer l’aménagement de la nouvelle ville entraîna la création d’un bureau d’architecture avec à sa tête le conseiller municipal Wahn. La ville de Metz entre aussi dans l’Association des villes allemandes, à la fois puissante organisation en face des autorités politiques et forum, lieu d’échange d’informations sur l’urbanisme et la gestion communale. En avril 1902, le plan d’extension est soumis à enquête publique. Le plan définitif paraît le 1er février 1903. Il est accompagné d’un « règlement sur les constructions » qui dépasse le simple établissement de normes quant au bâti mais est aussi un règlement d’urbanisme, une Zonenbauordnung. Les règlements de construction17 (Bauordnung), sans équivalent alors en France, sont des outils précieux pour les municipalités, leur permettant de maîtriser leur expansion. Les travaux de démantèlement des remparts ont commencé depuis près d’un an.

  • 18 Stübben a plusieurs fois été consulté par Wahn.
  • 19 Boulevard périphérique. Metz n’ayant pas connu dans l’entre-deux-guerres (et pour cause !) l’expan (...)
  • 20 Dominique Laburte, Jean-Jacques Cartal et Paul Maurand, Les villes pittoresques, étude sur l’archi (...)

16La nouvelle ville qui va sortir de terre s’inspire directement des théories de Baumeister (mise en place d’un zonage), de Stübben18 (gestion des flux) et Sitte (constitution d’un paysage urbain). Si elle n’a pas atteint tous ses objectifs au moment de l’entrée en guerre, elle n’en façonne pas moins une nouvelle image de Metz : réalisation d’un Ring19 pour faciliter la circulation, création de bâtiments publics quasiment surdimensionnés pour l’époque et la taille de la ville (poste, gare…). Au-delà des aspects purement techniques de la construction, qui sont déjà un progrès remarquable pour tout ce qui est des commodités des nouveaux logements, s’affichent un décor et une organisation des perspectives qui établissent une rupture totale avec la partie ancienne de Metz. Le vocabulaire architectural et l’ornementation des façades est ce qui frappe le plus, tant l’affirmation de leur caractère allemand est patent. Aujourd’hui que la patine du temps est passée par là, une certaine homogénéité se dégage de cette partie de la ville. Un examen approfondi des bâtiments fait au contraire ressortir leur diversité : variété des matériaux (grès, pierre de Jaumont, enduits, pans de bois…), parfois utilisés simultanément, variété des formes et des volumes. Villas et immeubles collectifs se répartissent en fonction du plan sans répétition. Le décor varie entre le Moyen Âge et la Renaissance allemands, le baroque d’Europe centrale et le Jugendstil, ce dernier plus important que ce qui était communément admis. Bien entendu, certains édifices ont été vus comme s’intégrant dans une politique de germanisation de l’espace urbain. Il faut faire des distinctions. Il est vrai que dans le cas des bâtiments publics, cette démarche est nettement identifiable par le choix d’éléments explicites dans le discours qu’ils transmettent. La gare, imposante par ses dimensions, visible, participe nettement de cette germanisation. C’est moins vrai quand on se penche sur l’habitat privé, proche de ce qui se construit dans bien des villes d’Allemagne au même moment. L’ensemble de la répartition des maisons et des tracés concourt à former un paysage spécifique où l’empreinte de Sitte se fait particulièrement sentir20. Chaque place, chaque coin de rue est l’occasion d’une mise en scène comme en témoigne cette description d’un des passages sous le talus de la voie ferrée :

  • 21 Idem, p. 205. L’expression « mise en scène » revient souvent sous la plume des auteurs. D’autres e (...)

17« Dans la conception énoncée ci-dessus, le talus de la voie ferrée doit jouer le même rôle visuel que l’enceinte moyenâgeuse : affirmation franche de la séparation de la ville et de son extérieur. Ainsi les tunnels d’accès peuvent-ils être regardés comme des portes de ville. Dans l’exemple suivant, le franchissement du tunnel illustre un mécanisme fréquent de mise en scène de la ville : la vue est partiellement bloquée par un immeuble, et partiellement ouverte dans une percée, vers la place Saint-Thiébault. […] La percée est barrée visuellement par l’alignement des façades de la place et en même temps la vue est possible sur les clochers de la cathédrale, construite au point culminant de la ville.21 »

  • 22 Le règlement concernant le déclassement des remparts fut signé le 27 juin 1901, à bord du yacht im (...)

18Thionville connaît, à la même époque que Metz, le même traitement. Là aussi, il fallut vaincre les réticences des militaires à détruire la vieille enceinte et remonter à Guillaume II pour obtenir le déclassement des fortifications22. Ce sésame obtenu, la municipalité s’empresse de créer un organisme chargé de gérer l’extension de la ville, le Stadtbauamt, avec à sa tête l’architecte Frorath. Le règlement de construction (Bauordnung) entre en vigueur le 15 septembre 1902. Stübben en personne va travailler sur le plan de Thionville, en reprenant les dispositions qu’il avait imaginées pour Cologne. Le noyau ancien est maintenu et englobé dans un vaste croissant qui l’entoure, l’ensemble constituant un demi-disque qui s’arrête, en schématisant, sur les berges de la Moselle. Plusieurs demi-anneaux successifs constituent, comme à Cologne, les éléments structurants des voies de communication. Les bâtiments, publics ou privés, présentent les mêmes caractéristiques qu’à Metz, mais les liaisons entre rues, places et rues, sont un peu moins bien traitées.

  • 23 Laurent Commaille, « Les cités ouvrières en Lorraine », dans François-Yves Lemoigne (dir.), Urbani (...)
  • 24 Jean-Jacques Sitek, Rombas, mémoire de la vallée de l’Orne, Thionville, Klopp, 1993.
  • 25 Les Baugenossenschaften sont les coopératives de construction. Celles qui nous intéressent ici son (...)
  • 26 A.D. Moselle, 10 AL 1027. Lettre du 30 juin 1905, de la société Glückauf.
  • 27 A.D. Moselle, 8 AL 403.

19Les autres villes de Moselle ne connaissent pas d’extensions aussi spectaculaires mais leur expansion, non négligeable, se fait dans un cadre architectural allemand souvent renforcé par la construction de bâtiments militaires à l’allure nettement germanique. Quand on passe de la bourgade à la petite ville, il va de soi que le changement des repères visuels est important car si le village était « français », la cité est « allemande ». Dans les régions industrielles, bassin houiller mais surtout région sidérurgique, trois ensembles se juxtaposent : l’ancien noyau villageois, la cité ouvrière et le nouveau centre abritant les services administratifs et les commerces générés par l’augmentation de population23. La différence d’élévation entre les maisons lorraines et les constructions nouvelles écrase les premières quand elles sont en contact. Parfois, la répartition dans l’espace liée à la topographie des côtes de Moselle entraîne la création d’une double ville comme c’est le cas à Rombas24 où la nouvelle agglomération se développe vers l’aval, vers l’usine et la voie ferrée, laissant un peu à l’écart l’ancien bourg viticole situé sur les hauteurs. Les cités ouvrières ne montrent pas de caractère très particulier jusqu’au tournant du siècle ; l’utilitarisme de la fin du xixe siècle n’est pas très différent en Lorraine allemande de ce que l’on observe dans le reste de la Lorraine. Au début du xxe siècle, des changements apparaissent à la fois dans la construction et dans le plan des cités. Alors que le caractère germanique des façades s’affirmait surtout dans les bâtiments réservés à la gestion de l’usine, il va se retrouver dans les maisons construites par les Baugenossenschaften25 et dans les cités les plus récentes comme la cité d’Hagondange. Les maisons des coopératives visent surtout le personnel allemand qu’il s’agit d’enraciner26. Il est alors naturel – et c’est aussi la tendance de l’époque – que le décor architectural s’apparente à l’historicisme allemand, comme ce que l’on peut voir à Thionville ou Metz. La cité d’Hagondange27, construite à partir de 1910 sous le nom de Waldheim (la Cité de la forêt), intègre à la fois le concept de cité-jardin, dans sa version continentale, et, comme pour la nouvelle ville de Metz, les principes de Baumeister, Stübben et Sitte. Dans un cadre élargi et verdoyant où figurent des espaces non utilitaires et des cheminements piétonniers, des rues au tracé courbe débouchent sur des « fronts » d’ilôts pris de biais : à la place de voies droites et parallèles se perdant au loin sur la silhouette des hauts-fourneaux, l’illusion du paysage urbain, des quartiers résidentiels. L’effet en est renforcé par le traitement des façades et des volumes : frontons inspirés du baroque allemand et toits à ruptures de pente renvoient plus aux grosses villas wilhelminiennes qu’aux corons traditionnels.

  • 28 Laurent Commaille, « L’urbanisation de la vallée de la Fensch », Les Cahiers lorrains, 1991, p. 30 (...)
  • 29 A.D. Moselle, 10 AL 101.

20Le développement des cités ouvrières a donné naissance à de vastes conurbations qui, si elles ne peuvent être considérées comme étant des villes, en ont néanmoins la population. Les regrouper par le système allemand des fusions de communes pouvait être la solution pour les doter des équipements collectifs qui leur manquaient. En 1905-1906, un premier projet vit le jour dans la vallée de la Fensch28. Il aurait permis de constituer un ensemble d’environ 40 000 habitants. L’opposition des de Wendel, qui contrôlent la basse Fensch avec la commune d’Hayange, et qui ne veulent pas se trouver en minorité dans une grande structure dominée par les intérêts allemands, fit échouer le projet. En 1909, un deuxième projet fut lancé par le maire de Knutange sur la base d’une fusion des communes de Knutange, Nilvange et Algrange. Ces deux dernières communes ont mines et usines sur leur ban et profitent des taxes qu’elles paient, alors que Knutange doit loger et servir une importante population ouvrière sans disposer de la même manne. Algrange et Knutange, qui ne voulaient pas partager leur pactole, s’opposèrent efficacement à la fusion29. Ce fut sans doute une occasion ratée pour la vallée usinière.

  • 30 A.D. Moselle, 10 AL 92.

21Metz, et d’autres communes encore, connurent aussi les fusions de communes. À Metz, il était question d’englober dans le territoire messin les communes du Ban-Saint-Martin, petite zone maraîchère détachée de Metz en 1790, de Devant-les-Ponts, de Plantières-Queuleu, du Sablon et de Montigny-lès-Metz30. Devant-les-Ponts, Plantières-Queuleu et le Sablon fusionnèrent avec Metz. Montigny, en pleine ascension grâce au chemin de fer et aux nouvelles casernes, défendit avec acharnement son indépendance, sous la houlette de son maire altdeutsch. À la limite des deux villes, des maisons témoignaient cependant de la tentative, sans lendemain, de créer une continuité urbaine.

  • 31 Edmond lepelletier, Aux Pays Conquis, Notes sur l’Alsace-Lorraine, Paris, Albin Michel, 1904, p. 9 (...)

22À la veille de la première guerre mondiale, les villes de la Lorraine annexée présentent pratiquement tous les aspects de villes allemandes, dès que l’on s’écarte des vieux centres où subsistent les signes du passé français. Les bâtiments affichent des façades allemandes et l’allemand s’entend presque partout. Un certain nombre de voyageurs, qui entreprennent la visite des « provinces perdues », en reviennent assez déboussolés. Nous ne pouvons manquer de citer cet extrait de l’ouvrage d’Edmond Lepelletier, Aux Pays Conquis31 ; il en dit plus que de longs discours :

« La vieille porte française est transformée, en effet, en un monument à la gloire du conquérant. En lettres d’or, cette inscription est tracée sur les deux entrées du couloir subsistant : Prinz Fredericks Karl Thor, Porte du Prince Frédéric-Charles. Les succès militaires du prince pouvaient être glorifiés autrement, et ailleurs. La porte Serpenoise appartenait à l’histoire de Metz. Il fallait la démolir tout à fait, ou lui laisser son nom. Cette débaptisation fait partie du système allemand. Ainsi les allées et la rue Serpenoise s’appellent-elles maintenant Romerallei et Romerstrasse, allées Romaines, rue Romaine, à raison de la voie passant près de Metz et construite au temps de Jules-César. Les souvenirs de l’invasion antique avaient-ils ainsi besoin d’être commémorés ?
Presque toutes les rues de Metz portent deux noms, l’un ancien, connu de tous, c’est le nom français, et l’autre, nouveau et allemand. Le plus souvent, le nom allemand n’est que la traduction de la primitive désignation française. Ainsi la rue aux Clercs se nomme actuellement Priesterstrasse. Les voies neuves ne reçoivent qu’un nom allemand. Cette question des dénominations des voies publiques est d’un haut intérêt au point de vue de la germanisation méthodique de la Lorraine. Les habitants, dans la majorité du moins, paraissent s’être soumis volontiers à la débaptisation. Ils emploient tous couramment, sauf quelques anciens Messins, de plus en plus raréfiés par le cours naturel du temps, les désignations germaniques. Cela tient, sans doute, aux exigences de la clientèle, qui est en majorité allemande, mais les vaincus auraient pu opposer une plus vive et plus opiniâtre résistance à cette submersion de leurs anciennes coutumes. C’était une digue contre le flot germain montant sans cesse. […] On parle encore français à Metz, mais bien peu, et seulement dans les habitudes commerciales, quand le client s’exprime dans cette langue.
Voilà ce qui caractérise le plus nettement l’œuvre de la conquête, et ce qui en montre le résultat. »

  • 32 Les romans de l’écrivain Ernst-Moritz Mungenast, empreints de nostalgie, se situent tous dans le c (...)

23Quand la Moselle redevint française (histoire d’un autre rattachement), les nouvelles autorités procédèrent à l’expulsion des Allemands immigrés. Beaucoup d’entre eux s’en allèrent la rage au cœur, avec le sentiment d’être chassés de ce qu’ils pensaient être devenu leur pays32.

Notes

1 Des changements importants sont cependant entrepris en profondeur. Pour le détail de l’organisation de la Lorraine allemande, et pour bien d’autres choses encore, voir cet ouvrage incontournable : François Roth, La Lorraine annexée, Nancy, Annales de l’Est, 1976. Malgré les articles parus ici ou là sur la question, l’édition de la thèse d’État de François Roth reste la référence.

2 Compte tenu de la fluctuation des effectifs militaires et des familles de cadres, il est assez difficile de chiffrer la population avec une grande précision jusque-là.

3 En 1874, 5 203 Altdeutschen s’installent à Metzmais 3 704 en partent (F. Roth, op. cit., p. 421).

4 Les départs ont été partiellement comblés par un exode rural en provenance, en grande partie, des vallées de la Seille et de la Moselle, zones francophones au sud-est et sud de Metz. À cela, il faut aussi ajouter l’arrivée d’Alsaciens et de Lorrains de l’Est mosellan qui, souvent germanophones, ont plus de facilité que les gens du Pays messin à s’insérer dans le nouveau contexte socio-politique du Reichsland.

5 François Roth, « Diedenhofen, une petite ville de l’empire allemand », dans François Roth (dir.), Histoire de Thionville, Thionville, éditions Klopp, Metz, éditions Serpenoise, 1995, p. 191-220. 14 % de francophones ne signifie pas 86 % d’Altdeutschen. Comme dans le cas de Metz, il faut tenir compte des germanophones issus de la région.

6 N’oublions pas qu’à cette époque, l’Italie est l’alliée de l’Allemagne.

7 Henry Contamine, Metz et la Moselle de 1814 à 1870, Nancy, 1932, T. II, La vie administrative, p. 142.

8 Cette obligation entraîne la démission de 6 conseillers municipaux à Sarrebourg dès 1871. Voir : Gérard Michaux, « Sarrebourg pendant l’annexion 1871-1918 », dans François-Yves Lemoigne (dir.), Histoire de Sarrebourg, Metz, 1988, p. 235-290. Les autorités allemandes feront preuve de plus de souplesse par la suite et il est encore possible de trouver une correspondance en français jusque dans les années qui précèdent la guerre, même si elle se raréfie fortement.

9 Archives départementales de la Moselle (A.D. Moselle), 10 AL 88-89 et 10 AL 195-197. Les maires professionnels sont toujours choisis dans le monde des fonctionnaires. Une partie des dossiers concerne la question de leurs émoluments, sujet délicat puisqu’ils sont payés sur les revenus de la commune et qu’il faut essayer, dans la mesure du possible, de tenir compte de leur situation matérielle antérieure.

10 Henri Wilmin, « Les maires de Forbach de 1789 à 1945 », Les Cahiers lorrains, n° 2, 1992, p. 107-133.

11 Il fit notamment sonner la légendaire cloche de La Mutte, de la cathédrale, lors de la victoire des troupes allemandes sur les Français à la bataille de Morhange.

12 Signalons qu’au même moment, deux maires de confession israélite, Marx Haas et Sylvain Berr, issus du cru, dirigent deux communes importantes de la Lorraine allemande. La même chose est-elle possible en France dans le contexte de l’époque ?

13 Voir François Roth, « Diedenhoffen, une petite ville de l’empire allemand », dans François Roth (dir.), Histoire de Thionville, op. cit., p. 191-220. Diedenhoffen est le nom allemand de Thionville. Au nord de la limite des langues qui traverse la Moselle, chaque nom de lieu possède une version allemande et une version française. Signalons quand même qu’avant la germanisation, il y eut la francisation.

14 Laurent Commaille, Fortification à Metz et dans le Pays messin, DEA, Université de Metz, 1985.

15 Même si Camillo Sitte est d’origine autrichienne.

16 L’armée – française – avait imposé cet emplacement lors de la constitution du réseau ferré. La première gare, située donc dans la première zone de servitudes, était en colombage car devant pouvoir être démontée en cas de mise en état de siège de la place. Elle fut reconstruite par les Allemands en 1878, selon des normes plus classiques, après avoir été détruite par un incendie. Les discussions portent sur l’édification d’une nouvelle – donc troisième – gare ainsi que sur l’organisation des voies que les militaires souhaitent voir desservir casernes, magasins et fortifications extérieures.

17 Pour ce qui est de l’application de ce dispositif au Reichsland, voir : Rolf Wittenbrock, Bauordnungen als Intrumente der Stadtplanung im Reichsland Elsaß-Lothringen (1870-1918), St-Ingbert, Werner J. Röhrig Verlag, 1989. Dès 1895, en prévision de la destruction des remparts, les services de la ville de Metz travaillent sur une Bauordnung.

18 Stübben a plusieurs fois été consulté par Wahn.

19 Boulevard périphérique. Metz n’ayant pas connu dans l’entre-deux-guerres (et pour cause !) l’expansion projetée avant 1914, les projets allemands sont remaniés ou abandonnés. Il faudra attendre la construction de l’autoroute à la fin des années soixante pour que celle-ci boucle le Ring et lui donne toute son efficacité.

20 Dominique Laburte, Jean-Jacques Cartal et Paul Maurand, Les villes pittoresques, étude sur l’architecture et l’urbanisme de la ville allemande de Metz entre 1870 et 1914, Nancy, CEMPA et UPA, 1981. Cet ouvrage trop rare permet une excellente approche des bases sur lesquelles s’est construite la « nouvelle ville » de Metz.

21 Idem, p. 205. L’expression « mise en scène » revient souvent sous la plume des auteurs. D’autres exemples pourraient être fournis. L’unicité de la direction de la mise en œuvre du plan d’extension, grâce au bureau d’architecture et aux compétences de la ville, explique son succès.

22 Le règlement concernant le déclassement des remparts fut signé le 27 juin 1901, à bord du yacht impérial, le Hohenzollern (François Roth, Histoire de Thionville, op. cit., p. 201).

23 Laurent Commaille, « Les cités ouvrières en Lorraine », dans François-Yves Lemoigne (dir.), Urbanisme et architecture en Lorraine 1830-1930, Paris, Denoël, Metz, éditions Serpenoise, 1982, p. 249-280.

24 Jean-Jacques Sitek, Rombas, mémoire de la vallée de l’Orne, Thionville, Klopp, 1993.

25 Les Baugenossenschaften sont les coopératives de construction. Celles qui nous intéressent ici sont les coopératives ouvrières, généralement lancées par les entreprises qui les contrôlent par le truchement de leurs cadres promus « actionnaires » et administrateurs desdites. Si les modalités diffèrent de ce que l’on observe en France, les objectifs sont les mêmes que pour les H.B.M. Comme pour les Habitations à Bon Marché, les principaux bénéficiaires en sont les employés plutôt que les ouvriers.

26 A.D. Moselle, 10 AL 1027. Lettre du 30 juin 1905, de la société Glückauf.

27 A.D. Moselle, 8 AL 403.

28 Laurent Commaille, « L’urbanisation de la vallée de la Fensch », Les Cahiers lorrains, 1991, p. 305-317.

29 A.D. Moselle, 10 AL 101.

30 A.D. Moselle, 10 AL 92.

31 Edmond lepelletier, Aux Pays Conquis, Notes sur l’Alsace-Lorraine, Paris, Albin Michel, 1904, p. 92-93. Nous avons respecté, dans la citation, l’orthographe utilisée par Lepelletier, généralement incorrecte quand il s’agit des noms allemands (Romerallei pour Römerallee par exemple).

32 Les romans de l’écrivain Ernst-Moritz Mungenast, empreints de nostalgie, se situent tous dans le cadre de la Lorraine allemande, qu’il appelle le paradis d’entre Sarre et Moselle. Trois d’entre eux sont aujourd’hui disponibles en français, aux éditions Serpenoise. Le Magicien Muzot (Der Zauberer Muzot) fut un best-seller en Allemagne.

Notes de fin

* 1 727 habitants en 1910 mais près de 5 000 au moment où éclate la guerre (et 4 800 en 1915) ! Sur le rôle de l’industrialisation, voir Michel Prosic, L’usine créatrice : L’usine de Hagondange, naissance de la vie ouvrière 1910-1938), Hagondange, 1996.

Table des illustrations

Titre Tableau 1 – L’évolution de la population de quelques communes industrielles
Légende Source : Brochure INSEE, Population de la Lorraine par commune à différents recensements depuis 1802 ou 1806, s.d.Note **
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/3050/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 121k

Auteur

Maître de conférences en histoire contemporaine, agrégé d'histoire, il est aussi diplômé de géographie de l'aménagement ; il a fait sa thèse sur la politique du logement des entreprises en Lorraine de 1850 à 1940, travail portant sur la genèse et le développement des cités ouvrières. Il a d'autre part écrit un certain nombre d'articles portant sur des problèmes d'aménagement et d'urbanisme. La dernière publication en cours (aux Cahiers du Centre de recherches en histoire de l'Europe occidentale) est consacrée à l'approche méthodologique de l'histoire des petites villes.

© Presses universitaires François-Rabelais, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540