Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Villes rattachées, villes reconfigurées

 | 
Denise Turrel

I. Reconfiguration des réseaux sociaux

Redéfinition des élites urbaines après un rattachement : la problématique italienne

Anna Bellavitis

Texte intégral

  • 1 Je remercie Giuseppe Del Torre, pour ses conseils et ses remarques à une première version de cet ar (...)

1La densité et l’importance du tissu urbain, la fragmentation politique de la péninsule, mais aussi le fait qu’une partie importante de son territoire se trouve incorporée, dès le xvie siècle, à la monarchie espagnole, font de l’espace italien un lieu privilégié pour l’étude des relations entre élites des capitales et élites des villes sujettes entre Moyen Âge et époque moderne. Dans cette intervention, je me propose de présenter un rapide aperçu de la bibliographie récente sur les plus importants États italiens d’Ancien Régime, en privilégiant deux moments de rupture : la crise qui suit les guerres d’Italie, dans la première moitié du xvie siècle et celle du milieu du xviie siècle, qui touche tous les États italiens, en particulier les territoires sous domination espagnole1.

  • 2 Cf. pour la république de Venise, Gian Maria Varanini, « Gli Statuti delle città della Terraferma v (...)
  • 3 Elena Fasano Guarini, « Gli statuti delle città soggette a Firenze tra ‘400 e ‘500 : riforme locali (...)

2Jecommenceraimonanalyseaveclesgrandescités-États,tellesqueVenise, Florence et Milan qui, entre xive et xvie siècles, étendent leur pouvoir non seulement sur leur contado, mais aussi sur les autres villes du territoire, jusqu’alors restées indépendantes et gouvernées par des seigneurs, et les contadi de celles-ci. Toutes les études sur cette période ont mis l’accent sur l’aspect « contractuel » de la domination : respect, plus ou moins formel, des statuts locaux2, ainsi que des privilèges fiscaux des villes sujettes sur leurs campagnes (les paysans sont les grands perdants dans la formation de ces États régionaux), des privilèges urbains des citoyens des villes sujettes et du droit de la ville sujette de créer ses propres citoyens. Des différences toutefois existent, par exemple en ce qui concerne l’acceptation, de la part de la capitale, des anciennes traditions juridiques des villes et territoires sujets. Les Statuts florentins de 1409-1415, affirme Elena Fasano Guarini, représentent une exception par rapport aux législations contemporaines des États italiens, car on y voit « le signe d’un projet politique, poursuivi par une classe dirigeante précocement intéressée au territoire et à la "territorialisation", caractérisée en somme par une volonté d’hégémonie à l’égard des groupes dirigeants des villes sujettes »3.

  • 4 Sur les privilèges des citoyens de la capitale et sur l’élaboration juridique à cet égard, cf., pou (...)
  • 5 Le conflit pour le monopole des bénéfices ecclésiastiques est un autre aspect, qu’il ne sera paspos (...)
  • 6 Sur cette problématique, cf. surtout Giorgio Chittolini, Città, comunità e feudi negli stati dell’I (...)

3D’autre part, les capitales réservent à leurs citoyens la plupart des charges au niveau du gouvernement central, c’est le cas, notamment, des patriciens et citoyens de Venise qui monopolisent, respectivement, les charges politiques et la bureaucratie. À Florence, la citoyenneté est la prémisse indispensable pour participer à la vie politique4, mais le pouvoir de facto des Médicis se fonde aussi sur un réseau de clientèle plus vaste, qui inclut les élites des villes sujettes et qui, par exemple, entre enjeu dans l’assignation de charges et bénéfices ecclésiastiques5. À Milan, un patriciat « des offices » se crée, qui monopolise les charges et qui devient l’interlocuteur privilégié de la Seigneurie. Il s’agit d’une situation quelque peu différente des autres car le gouvernement n’est pas, comme à Venise, ou, du moins formellement, à Florence, entre les mains d’un patriciat urbain, mais de la Seigneurie, des Visconti d’abord et des Sforza au xve siècle. Cette différence historique est peut-être l’une des raisons qui expliquent pourquoi, tout en laissant d’amples autonomies et privilèges aux villes sujettes, la Seigneurie joue si tôt la carte de la division et de la rivalité entre ces dernières, notamment en acceptant « l’élévation » de certaines petites villes au rang de civitas, qui était réservé aux villes sièges d’évêchés. Ce sont les « presque-villes », selon la définition de Giorgio Chittolini, qui ont, par contre, beaucoup plus de mal à changer de statut dans l’État vénitien, où le « contrat implicite » entre Venise et les anciennes Seigneuries urbaines prévoit, pour le moment, la conservation du statu quo, en ce qui concerne la hiérarchie urbaine6.

  • 7 Sur la démographie urbaine, cf. la synthèse récente de Anne Katherine Isaacs, « Les États de Toscan (...)
  • 8 Cf. surtout les travaux de Elena Fasano Guarini et, pour une synthèse récente, eadem, « “État moder (...)
  • 9 Mannori, Il sovrano tutore, op. cit., p. 93-94.

4Tout, ou presque tout, change avec le xvie siècle et la « perte de la liberté italienne », conséquence des guerres d’Italie. À Florence, la république oligarchique déjà contrôlée par les Médicis se transforme en un grand-duché, où le pouvoir est définitivement monopolisé par cette même famille. Le changement n’est pas simplement de forme, et en ce qui concerne le sujet de mon intervention, la dialectique n’est désormais plus entre le patriciat de la capitale et les élites des villes sujettes, mais entre le Prince et des élites urbaines, un peu comme c’était déjà le cas à Milan, depuis le Moyen Âge. De plus, dans l’État florentin, il n’y avait pas de villes d’une importance comparable aux villes de l’État vénitien ou milanais7 ; dans cette perspective, et partant du fait que les Médicis ouvrent certaines charges politiques à des non-Florentins, on a pu parler de « l’absolutisme des Médicis ». Si cette définition paraît aujourd’hui simplificatrice et excessive à la fois, les historiens ont mis l’accent sur une politique cohérente, de la part des Médicis, de modification des équilibres entre les villes sujettes, dont la création du nouveau port de Livourne serait la réalisation la plus parfaite8. Toutefois, « le particularisme urbain représenta, pour le pouvoir médicéen, plus un moyen de diffusion et d’enracinement qu’un obstacle [...] : en Toscane aussi, le centre ne déclara pas la guerre à la périphérie, mais essaya de réaliser ses programmes dans la collaboration et l’interaction avec la périphérie », conclut Luca Mannori9.

  • 10 Angelo Ventura, Nobiltà e popolo nella società veneta del ‘400 e ‘500, Bari, Laterza, 1964.
  • 11 Cf. Anna Bellavitis, Identité, mariage, mobilité sociale. Citoyennes et citoyens à Venise au xviesi (...)

5Le cas de la république de Venise a fait l’objet de nombreuses études. Dès les années 1960, Angelo Ventura avait dessiné un grand tableau des rapports entre « noblesses et peuples » dans la Terre ferme vénitienne, entre xive et xvie siècle, en décrivant le processus de fermeture des conseils urbains dans les villes sujettes à Venise, comme le résultat d’une adéquation des élites au modèle aristocratique vénitien, mais aussi comme le résultat de l’imposition de ce modèle par la ville capitale, en gage de stabilité10. Un « partage des pouvoirs », donc, entre élites des villes sujettes et élites de la capitale, aux dépens des nouveaux venus, des « peuples » des villes et, ici encore, des habitants du contado. Les conseils aristocratiques des villes sujettes étaient sous l’autorité du recteur patricien, assisté d’un chancelier et d’un notaire qui, selon une loi de1419, pouvaient être des citoyens vénitiens ou des citoyens des villes sujettes à Venise, mais ne devaient pas être originaires de la ville où ils allaient travailler. La carrière administrative était donc ouverte aux sujets, mais seulement aux « citoyens ». L’importance du statut juridique de « citoyen » est particulièrement évidente quand on analyse les différents degrés de » citoyenneté » vénitienne, qui symbolisent efficacement les hiérarchies politiques et sociales dans l’État vénitien. Aux citoyens des villes sujettes on n’accorde que la citoyenneté vénitienne de degré inférieur qui ne donne que des exemptions fiscales limitées dans la capitale et aucun droit politique ; les offices sont réservés aux citoyens originaires de Venise, partiellement dès le xve siècle et en totalité à partir du milieu du xvie, selon des modalités de plus en plus compliquées. Dans les villes sujettes, en revanche, le droit de citoyenneté reste réglé par les statuts locaux et n’est pas toujours nécessaire pour faire partie du conseil des nobles de la ville11.

  • 12 Cf. Giuseppe Del Torre, Venezia e la terraferma dopo la lega di Cambrai. Fiscalità e amministrazion (...)
  • 13 Claudio Povolo, « Centro e periferia nella Repubblica di Venezia. Un profilo », dans Giorgio Chitto (...)

6L’un des résultats de la crise du xvie siècle, pour l’État de Venise, est l’accentuation des hiérarchies sociales urbaines, aussi bien dans la capitale que entre la capitale et les villes sujettes et dans les villes sujettes : la bureaucratie vénitienne est désormais réservée aux citoyens originaires depuis trois générations, alors que, dans les villes sujettes, les conseils des nobles sont de plus en plus fermés. En même temps, les investissements vénitiens dans la Terre ferme, de plus en plus importants, ont aussi des conséquences sur les équilibres entre élites locales et élites vénitiennes. Les conflits juridiques, notamment en ce qui concerne l’imposition fiscale, s’accentuent, et Venise tend à favoriser les campagnes contre les villes12. La « séparation juridique » des origines est progressivement dépassée, les statuts locaux mis à jour et la présence vénitienne, surtout du patriciat, accrue dans les villes sujettes. Une des conséquences de ce conflit serait, selon Claudio Povolo, l’émergence de plus en plus nette d’une stratégie d’intégration des aristocraties des villes sujettes dans l’élite vénitienne, notamment à travers les alliances matrimoniales, jusqu’au moment où il fut possible, entre milieu du xviie siècle et première moitié du xviiie, pendant la guerre contre l’Empire ottoman, d’acheter le titre de patricien de Venise13.

  • 14 En ce qui concerne les rapports entre campagnes et villes, toutefois, le gouvernement central tend (...)
  • 15 Cf. Elena Brambilla, Giovanni Muto (dir.), La Lombardia spagnola. Nuovi indirizzi di ricerca,Milan, (...)

7Le cas de Milan est particulièrement compliqué, car, de capitale régionale d’un État fortement urbanisé, la ville devient ville sujette, dans l’empire de Charles Quint, dans un premier temps, puis dans la monarchie espagnole par la suite. Les privilèges de l’ancienne capitale et le droit exclusif de ses citoyens d’accéder aux charges sont gardés dans la nouvelle situation, mais s’ouvre un nouveau conflit entre élites des villes sujettes, patriciat milanais et représentants du gouvernement espagnol. La situation de crise du milieu du xviie siècle est à l’origine de changements importants dans la composition des élites de gouvernement. Comme il a été souligné par Gianvittorio Signorotto, les difficultés du moment historique, qui obligent la monarchie espagnole à récompenser des Aragonais en leur offrant des charges dans le sénat milanais, ouvrent aussi la voie aux Milanais qui commencent à exiger des offices dans d’autres territoires de la monarchie espagnole. La capacité de négociation des familles de l’aristocratie et du patriciat milanais est considérablement accrue par la conjoncture de guerre. Les Milanais arrivent désormais à conquérir des charges auparavant réservées au personnel espagnol, au point d’arriver à prétendre même à la charge de viceroi, qui resta, toutefois, hors de leur atteinte. Ces changements sont une des causes de la difficile définition formelle du patriciat milanais, à cette époque. Après une période d’ouverture relative, favorisée par la conjoncture de guerre, ce sont les membres mêmes du patriciat qui demandent, dès 1652, la fermeture de l’accès aux nouveaux venus. La convergence des intérêts du gouvernement espagnol et de ceux des familles les plus influentes de Milan assura une certaine stabilité à l’État milanais. Rappelons que Milan n’était pas seulement une « ville rattachée », mais aussi l’ancienne capitale d’un État constitué par le rattachement d’autres villes avec leurs territoires. Pendant la crise du milieu du xviie siècle, en même temps qu’ils réussissent à s’emparer d’une bonne partie des charges les plus importantes de l’administration espagnole dans la ville, les patriciens milanais réussissent aussi à conserver leurs privilèges fiscaux face aux requêtes des villes sujettes14. Dans la « monarchie composite » d’Espagne, le « contrat » est signé entre patriciat de l’ancienne capitale et gouvernement central, aux dépens des élites des villes sujettes15.

  • 16 Pour une lecture, intéressante et très discutée, de l’État pontifical comme « berceau de l’État mod (...)
  • 17 Cf. Bandino Giacomo Zenobi, Le « ben regolate città ». Modelli politici nel governo della-periferia (...)
  • 18 Angela De Benedictis, Repubblica per contratto. Bologna : una città europea nello Stato della Chies (...)

8L’État pontifical, tout en étant évidemment un cas unique, par d’autres aspects16, comprend aussi un ensemble de villes et contadi comparable à ceux qui constituent les États de Venise, Florence ou Milan. Sa formation est plus récente, puisque la « reconquête » commence dans la deuxième moitié du xve siècle, après la fin de la « captivité avignonnaise » et se poursuit au xvie. L’État des papes se forme à partir de grands fiefs et d’anciennes seigneuries urbaines, dont la plus importante, économiquement, politiquement et, bien sûr, culturellement, est Bologne. Mais ce qui différencie cet État des précédents est le caractère cosmopolite et le turn-over de son gouvernement, ce qui laisse, nécessairement, des espaces d’autonomie beaucoup plus grands aux élites locales. De manière générale, le pouvoir pontifical a favorisé la formation de patriciats urbains ou accepté la domination locale des patriciats en place. Étant donné que le premier pas vers l’admission au patriciat était le droit de citoyenneté, le fait d’avoir laissé une large autonomie en ce domaine a été, selon Bandino Giacomo Zenobi, un important facteur de mobilité sociale, bien plus que le service du Prince, ou, plutôt, du Pape17. Le cas de Bologne, « république par contrat », a été récemment l’objet d’une étude de Angela De Benedictis tendant à resituer son histoire dans une perspective européenne. On trouvera ici encore la notion de « contrat » entre gouvernement central et ville sujette, notion décidément incontournable dans l’histoire de tous les États italiens d’Ancien Régime. Un « contrat » dont on suit, dans le cas de Bologne, la renégociation périodique, tendant à affirmer « l’administration presque souveraine de son Sénat »18.

  • 19 Musi, « Intégration et résistance », art. cité.
  • 20 Ibidem, p. 416.
  • 21 Cf. Aurelio Musi, « Napoliela Spagna tra xvi e xvii secolo. Studi e orientamenti storiografici rece (...)

9L’État de Naples ne possède pas la même tradition urbaine et communale que l’Italie du centre et du Nord. La capitale régionale, Naples, est une ville géante, qui atteint les trois cent mille habitants au début du xviie siècle. L’on trouve encore dans les Pouilles quelques centres urbains d’une certaine importance, caractérisés par d’intenses relations avec les marchés étrangers, mais la plupart des autres villes sont des petits marchés locaux dont la population est inférieure à dix mille habitants19. Ville-marché, et place financière, Naples était aussi un « corps privilégié » dans la monarchie espagnole, la seule ville sujette dotée d’un pouvoir contractuel et exerçant un partenariat avec la Couronne. Elle bénéficiait d’une série d’immunités et prérogatives que la Couronne se devait de sauvegarder. Son statut se fondait sur un pacte constamment renégocié entre la noblesse et la monarchie espagnole, qui, jusqu’à la crise du milieu du xviie siècle, ne permit pas à d’autres groupes sociaux, sauf peut-être, pour certains historiens, à la bourgeoisie des juristes, d’exercer un quelconque pouvoir autonome. L’équilibre fut rompu par la révolte de 1647, qui trouve ses origines dans l’exclusion du pouvoir de certains groupes urbains, tels que les hommes de loi, mais aussi les artisans et la plèbe urbaine. Parmi les projets, plus ou moins « utopiques », qui virent le jour à cette occasion, Aurelio Musi signale notamment celui du Provveditore Generale, Vincenzo d’Andrea, qui propose « un nouveau type de relations entre le centre et la périphérie, avec une redéfinition des fonctions urbaines de Naples », « une solution fédérale associant la capitale et les provinces » et aussi un nouveau « modèle social qui avait pour objectif de confier à deux groupes la direction des affaires : la noblesse, qu’il chargeait d’une mission civique, celle d’assurer avec dignité la défense militaire de l’État et d’autre part la fraction productrice des villes, les marchands, les artisans etc. »20. Rappelons, à propos des conséquences sociales de la révolte, le long débat qui opposa, dans les années 1980, Giuseppe Galasso, Rosario Villari et Raffaele Ajello. Pour le premier, la révolte aurait été à l’origine d’une notable diminution du pouvoir de la grande noblesse féodale napolitaine, pour le deuxième, au contraire, elle se serait soldée par un pacte de non agression entre noblesse et monarchie espagnole, aux dépens de toutes les autres composantes de la société et, pour le troisième, elle aurait été à l’origine de l’affirmation d’un nouveau groupe social, les juristes, qui représenterait la véritable troisième force, entièrement urbaine et napolitaine, la seule gagnante dans le conflit entre anciennes élites et gouvernement central21.

  • 22 Cf. Musi, « Intégration et résistance », art. cité, Francesco Benigno, « La questione della capital (...)

10Le cas de la Sicile est plus compliqué, à cause de l’existence d’un réseau urbain bien plus important que dans la partie « continentale » du royaume, qui profita de la tradition pactiste de la monarchie aragonaise, mais aussi à cause du conflit entre Palerme et Messine pour le rôle de capitale insulaire, au xvie et au xviie siècle. Dans la crise du xviie siècle, et dans les nombreuses révoltes qui, en Sicile, la caractérisent, l’on trouve des ressemblances avec la crise napolitaine contemporaine et, notamment, la tentative d’imposer une réforme des offices municipaux, et un plus grand contrôle des ressources urbaines et de la police de la part des corporations22.

  • 23 Cf. Benigno, « Ripensare la crisi »,art. cité et l’ensemble du numéro II, 1996 de la revue Storica.
  • 24 Comme le rappelait récemment Elena Fasano Guarini, dans l’article « “État moderne” et anciens États (...)
  • 25 Pour une histoire des États européens à partir de la « périphérie », cf. Osvaldo Raggio, « Visto da (...)

11Les études sur l’Italie espagnole, et en particulier sur l’Italie du Sud, s’insèrent dans le débat, désormais ancien, mais toujours ouvert23, sur la crise du xviie siècle. La fragmentation politique de la péninsule a été longtemps considérée comme un élément de son retard historique à l’époque des grands États nationaux. La perspective a désormais complètement changé : la remise en question de la notion d’État moderne, et l’utilisation de concepts tels que » monarchies composites » pour qualifier les États européens de la première modernité24, ont permis de sortir de la perspective étroite de la « décadence italienne » et de reformuler la problématique des rapports entre centre et périphérie dans les États italiens d’Ancien Régime25.

  • 26 Giovanni Levi, Centro e periferia di uno Stato assoluto. Tre saggi su Piemonte e Liguria in età mod (...)
  • 27 Osvaldo Raggio, Faide e parentele. Lo Stato genovese visto dalla Fontanabuona, Turin, Einaudi, 1990 (...)
  • 28 Elena Fasano Guarini, « Centro e periferia, accentramento e particolarismi : dicotomia o sostanza d (...)
  • 29 Pietro Corrao, « Centri e periferie nelle monarchie meridionali del tardo Medioevo. Note sulcasosic (...)
  • 30 Cf. Giuseppe Petralia, « “Stato” e “moderno” in Italia e nel Rinascimento », Storica, 8, 1997,p. 7- (...)
  • 31 Cf. Pierangelo Schiera, « Legittimità, disciplina,istituzioni : tre presuppostiper la nascita dello (...)

12Les études sur la « périphérie » des États et sur les communautés ont été importantes aussi dans les régions où le réseau urbain était moins développé, comme le Piémont « absolutiste »26 ou la république de Gênes27, le but étant de replacer le problème du rapport entre « centre » et « périphérie » dans « un système cohérent de pouvoir à l’échelle régionale, où les communautés survivent avec des fonctions propres et autonomes », même si « l’autorité du Prince est forte et garantie par des instruments de contrôle efficaces et des relais ramifiés du gouvernement »28. Que la tâche ne soit pas aisée est démontré par l’utilisation de concepts tels que « centre diffus » et « périphérie concentrée » pour remplacer l’opposition, trop nette, entre centre et périphérie29. En même temps, l’un des apports des nombreuses recherches de ces dernières années est la tentative de dépasser ce qui a été appelé le « divorce à l’italienne entre la ville et l’État »30. C’est à partir d’une formulation renouvelée du problème de la construction de l’État que l’on a pu aller jusqu’à affirmer, en faisant référence moins au Weber sociologue de l’État moderne qu’au Weber sociologue de la ville, que les communes italiennes de la fin du Moyen Âge sont le véritable berceau de l’État moderne31.

Notes

1 Je remercie Giuseppe Del Torre, pour ses conseils et ses remarques à une première version de cet article.

2 Cf. pour la république de Venise, Gian Maria Varanini, « Gli Statuti delle città della Terraferma veneta nel Quattrocento », dans Giorgio Chittolini et Dietmar Willoweit (dir.), Statuti città territori in Italia e Germania tra medioevo ed età moderna, Bologne, Il Mulino, 1991, p. 247-318.

3 Elena Fasano Guarini, « Gli statuti delle città soggette a Firenze tra ‘400 e ‘500 : riforme locali e interventi centrali », ibidem, p. 69-124,citation à la p. 94 ;et cf. Aussi Andrea Zorzi, « Lo Stato territoriale fiorentino (secoli xiv-xv) : aspetti giurisdizionali », Società e Storia, 50, 1990, p. 799-825.

4 Sur les privilèges des citoyens de la capitale et sur l’élaboration juridique à cet égard, cf., pour Florence, Luca Mannori, Il sovrano tutore. Pluralismo istituzionale e accentramento amministrativo nel Principato dei Medici (secc. xvi-xviii), Milan,Giuffré, 1994, p. 123-136.

5 Le conflit pour le monopole des bénéfices ecclésiastiques est un autre aspect, qu’il ne sera paspossibledetraiterici.Lesétudessontpourtantnombreusesetimportantes,jesignalenotamment,pourla Toscane, Roberto Bizzocchi, Chiesa e potere nella Toscana del ‘400, Bologne, Il Mulino, 1987 et, pour la Vénétie, Anna Pizzati, Commende e politica ecclesiastica nella Repubblica di Venezia tra ‘500 e ‘600, Venise, Istituto Veneto di Scienze, Lettere ed Arti,1997.

6 Sur cette problématique, cf. surtout Giorgio Chittolini, Città, comunità e feudi negli stati dell’Italia centro-settentrionale (xiv-xvi secolo), Milan, Unicopli, 1996. Sur le problème des « presque-villes » dans la république de Venise, cf. Anna Pizzati, Conegliano. Una « quasi città » e il suo territorio nel secolo xvi, Trévise, Canova, 1994 ; pour une étude d’une « presque-ville » dans une perspective d’histoire de l’architecture, cf. Elena Svalduz, Da castello a città. Carpi e Alberto Pio (1472-1530), Rome, Officina, 2001.

7 Sur la démographie urbaine, cf. la synthèse récente de Anne Katherine Isaacs, « Les États de Toscane et de Vénétie du xiiie au xvie siècle », dans Peter Blickle (dir.), Résistance, représentation et communauté, Paris, PUF, 1998, p. 383-400 ; sur l’expansionnisme florentin au xvie siècle et sur la défense acharnée de sa propre liberté de la part d’une petite république urbaine, cf. Marino Berengo, Nobili e mercanti nella Lucca del Cinquecento, Turin, Einaudi, 1965.

8 Cf. surtout les travaux de Elena Fasano Guarini et, pour une synthèse récente, eadem, « “État moderne” et anciens États italiens. Éléments d’histoire comparée », Revue d’Histoire moderne et contemporaine, 45, 1, 1998, p. 15-41.

9 Mannori, Il sovrano tutore, op. cit., p. 93-94.

10 Angelo Ventura, Nobiltà e popolo nella società veneta del ‘400 e ‘500, Bari, Laterza, 1964.

11 Cf. Anna Bellavitis, Identité, mariage, mobilité sociale. Citoyennes et citoyens à Venise au xvie siècle, Rome, École Française de Rome, 2001, première partie.

12 Cf. Giuseppe Del Torre, Venezia e la terraferma dopo la lega di Cambrai. Fiscalità e amministrazione (1515-1530), Milan, F. Angeli, 1986 ; sur le fonctionnement de la justice dans l’État vénitien, aux xve et xvie siècles, cf. Alfredo Viggiano, Governanti e governati. Legittimità del potere ed esercizio dell’autorità sovrana nello Stato veneto della prima età moderna, Trévise, Canova, 1993.

13 Claudio Povolo, « Centro e periferia nella Repubblica di Venezia. Un profilo », dans Giorgio Chittolini,Anthony Molho, Pierangelo Schiera, Origini dello Stato. Processi di formazione statale in Italia fra medioevo ed età moderna, Bologne, Il Mulino, 1994, p. 207-221.

14 En ce qui concerne les rapports entre campagnes et villes, toutefois, le gouvernement central tend plutôt, comme dans le cas de Venise, à appuyer les requêtes des contadi face aux villes sujettes, cf. Aurelio Musi, « Intégration et résistance dans l’Italie espagnole aux xvie et xviie siècles », dans Blickle, Résistance, représentation et communauté, op. cit., p. 400-418.

15 Cf. Elena Brambilla, Giovanni Muto (dir.), La Lombardia spagnola. Nuovi indirizzi di ricerca,Milan, Unicopli, 1997,enparticulier Gianvittorio Signorotto, « Lo Stato di Milano in età spagnola. Aggiornamenti e prospetti ve di ricerca »,p. 11-27.

16 Pour une lecture, intéressante et très discutée, de l’État pontifical comme « berceau de l’État moderne », cf. Paolo Prodi, Il sovrano pontefice. Un corpo e due anime : la monarchia papale nella prima età moderna, Bologne, Il Mulino, 1982.

17 Cf. Bandino Giacomo Zenobi, Le « ben regolate città ». Modelli politici nel governo della-periferia pontificia in età moderna, Rome, Bulzoni, 1994, mais cf. aussi Andrea Gardi, Lo Stato in provincia. L’amministrazione della Legazione di Bologne durante il regno di Sisto V (1585-1590), Bologne,Istituto per la storia di Bologna,1994.

18 Angela De Benedictis, Repubblica per contratto. Bologna : una città europea nello Stato della Chiesa, Bologne, Il Mulino, 1995. Sur le droit de citoyenneté à Bologne, cf. Giancarlo Angelozzi, Cesarina Casanova, Diventare cittadini. La cittadinanza ex privilegio a Bologna (secoli xvi-xviii), Bologne, Comune di Bologna, 2000.

19 Musi, « Intégration et résistance », art. cité.

20 Ibidem, p. 416.

21 Cf. Aurelio Musi, « Napoliela Spagna tra xvi e xvii secolo. Studi e orientamenti storiografici recenti », Clio, XXI, 1995, p. 449-467 et Francesco Benigno, « Ripensare la crisi del Seicento », Storica, II, 1996, p. 7-52.

22 Cf. Musi, « Intégration et résistance », art. cité, Francesco Benigno, « La questione della capitale : lotta politica e rappresentanza degli interessi nella Sicilia del Seicento », Società e Storia, 47, 1990, p. 27-63 et cf. aussi Giovanni Muto, « Pouvoirs et territoires dans l’Italie espagnole », Revue d’Histoire moderne et contemporaine, 45, 1, 1998, p. 42-65.

23 Cf. Benigno, « Ripensare la crisi »,art. cité et l’ensemble du numéro II, 1996 de la revue Storica.

24 Comme le rappelait récemment Elena Fasano Guarini, dans l’article « “État moderne” et anciens États italiens » (art. cité), l’historien américain James Grubb avait parlé de l’État vénitien comme d’un « Composite State » déjà en 1988, alors que l’article de John H. Elliott qui a généralisé cette formule à l’ensemble des monarchies européennes date de 1992 (cf. James Grubb, Firstborn of Venice. Vicenza in the early Renaissance State, Johns Hopkins, Baltimore London, 1988 et John H. Elliott, « A Europe of composite Monarchies », Past and Present, 137, 1992, p. 48-71).

25 Pour une histoire des États européens à partir de la « périphérie », cf. Osvaldo Raggio, « Visto dalla periferia. Formazioni politiche di antico regime e Stato moderno », dans Maurice Aymard, Storia d’Europa, L’età moderna. Secoli xvi-xviii, Turin, Einaudi, 1995, p. 483-527. Pour une récente relecture critique de la problématique : villes capitales, villes sujettes, contado, cf. Marino Berengo, L’Europa delle città. Il volto della società urbana europea tra Medioevo ed Età moderna, Turin, Einaudi, 1999, en particulier les trois premiers chapitres.

26 Giovanni Levi, Centro e periferia di uno Stato assoluto. Tre saggi su Piemonte e Liguria in età moderna,Turin,Rosenberg& Sellier,1985.

27 Osvaldo Raggio, Faide e parentele. Lo Stato genovese visto dalla Fontanabuona, Turin, Einaudi, 1990 ; Edoardo Grendi, Il Cervo e la repubblica. Il modello ligure di antico regime, Turin, Einaudi, 1993.

28 Elena Fasano Guarini, « Centro e periferia, accentramento e particolarismi : dicotomia o sostanza degli stati in età moderna ? », dans Chittolini, Molho, Schiera (dir.), Origini dello stato, op. cit.,p. 147-176.

29 Pietro Corrao, « Centri e periferie nelle monarchie meridionali del tardo Medioevo. Note sulcasosiciliano », ibidem,p. 187-205,etcf. Aussi Luigi Blanco, « Genesi dello stato e penisola italiana : una prospettiva europea », Rivista Storica Italiana, II, 1997, p. 678-704. Pour un relecture récente des rapports entre villes et États dans l’Europe médiévale et moderne, cf. Anne Katherine Isaacs, Marten Praak, « Les villes, la bourgeoisie et l’État », dans Wolfgang Reinhard (dir.), Les élites du pouvoir et la construction de l’État en Europe, Paris, PUF, 1996, p. 285-321.

30 Cf. Giuseppe Petralia, « “Stato” e “moderno” in Italia e nel Rinascimento », Storica, 8, 1997,p. 7-48.

31 Cf. Pierangelo Schiera, « Legittimità, disciplina,istituzioni : tre presuppostiper la nascita dello Stato moderno », dans Chittolini, Molho, Schiera (dir.), Origini dello stato, op. cit., p. 7-48 ; John M. Najemy, « Stato, comune e universitas », Annali dell’istituto storico italo-germanico, XX, 1994, p. 245-263.

Auteur

Maître de conférences en histoire moderne à l’université de Paris X-Nanterre, elle est spécialiste d’histoire sociale de la république de Venise. Elle a publié : Perle e impiraperle. Un lavoro di donne a Venezia tra ‘800 e ‘900, Venise, 1990 (en collaboration) ; Noale. Struttura sociale e regime fondiario di una podesteria nella prima metà del ‘500, Trévise, 1994 ; Identité, mariage, mobilité sociale. Citoyennes et citoyens à Venise au xvie siècle, Rome, 2001. Elle travaille actuellement à une nouvelle recherche sur femmes, travail et famille à Venise à l’époque moderne.

© Presses universitaires François-Rabelais, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable