Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Villes rattachées, villes reconfigurées

 | 
Denise Turrel

I. Reconfiguration des réseaux sociaux

Un transfert de souveraineté sans rupture pour les familles dirigeantes en place dans le monde urbain : le cas de la Flandre wallonne et du Hainaut dans le dernier tiers du xviie siècle

Philippe Guignet

Texte intégral

  • 1 Philippe Guignet, « Une question mal posée : les Flamands et les Hennuyers se sont-ils ralliés au R (...)

1Les traités d'Aix-la-Chapelle (1668) puis de Nimègue (1678) firent, on le sait, passer la Flandre wallonne puis la moitié méridionale du Hainaut, ainsi que le Cambrésis, sous la domination française. À l'occasion du colloque organisé en 1995 par l'Université de Bordeaux sur Les ralliements dans l'histoire1, nous nous sommes attaché à montrer que précisément ce concept de ralliement était inadéquat pour rendre compte du loyalisme des peuples conquis sur la frontière septentrionale du royaume de France. Nous entendons par là que faire serment aux Bourbons devenus « princes naturels » de la contrée n'impliquait nulle renonciation aux principes politiques constitutifs de communautés profondément particularistes et très attachées à leurs privilèges, prérogatives et usages. La thématique proposée hic et nunc par le C.E.H.V.I. est connexe de celle précédemment abordée, mais l'angle de vue est quelque peu différent. Cette fois les initiateurs de ce colloque nous convient aussi à nous demander dans quelle mesure le transfert de souveraineté s'est accompagné d'une recomposition des milieux politiques et administratifs dirigeants. Doit-on entériner pour la Flandre wallonne et le Hainaut l'idée que l'État royal, dès sa prise de possession d'un territoire, était spontanément enclin à se créer une clientèle à sa dévotion, en disloquant les forces anciennes en place ?

2Pour fournir une réponse argumentée faisant cette fois appel moins à l'analyse des cultures politiques qu'à une approche prosopographique, nous choisirons deux observatoires principaux : l'origine des membres de la cour supérieure de justice instituée à Tournai par Louis XIV en 1668 et la composition de deux grands Magistrats – ceux de Lille et de Valenciennes – ici placés sous notre microscope en gros dix ans avant et dix ans après la conquête, afin d'apprécier l'importance du renouvellement des équipes scabinales.

UNE JURIDICTION SUPÉRIEURE NOUVELLE, PEUPLÉE D'HOMMES DE LOI DU PAYS

  • 2 Six et Plouvain, Recueil des édits, déclarations, lettres patentes... enregistrés au parlement de F (...)
  • 3 Les conseils de Brabant, de Malines, de Gueldre, de Hainaut et plus tardivement du Luxembourg étaie (...)
  • 4 Édit de création reproduit par Six et Plouvain, op. cit., vol. 1, p. 1.
  • 5 En 1686, le roi déclara vouloir témoigner au conseil « la satisfaction qu'il avait des services que (...)

3Une des initiatives majeures prises par le conquérant français a consisté dans la mise en place d'une cour supérieure de justice. Le Grand Roi considérait, nul ne l'ignore, la justice comme « le plus ferme appui et le fondement le plus solide des monarchies »2. Or, les territoires de Flandre wallonne conquis en 1667 se trouvaient coupés des juridictions supérieures demeurées dans la dépendance du Roi Très Catholique3. C'est pourquoi, en avril 1668, le souverain institua un conseil supérieur à Tournai avec pouvoir de juger « souverainement et en dernier ressort conformément aux lois, ordonnances, us et coutumes des lieux »4. Ce conseil n'accéda au statut de parlement que dix-huit ans plus tard (février 1686). Sans doute Louis XIV avait-il considéré que la petitesse du ressort et le caractère longtemps restreint du volume des affaires traitées ne justifiaient pas l'institution immédiate d'un parlement. Les nouvelles acquisitions du traité de Nimègue, en étoffant l'aire de la juridiction nouvelle, imposaient de ce point de vue un changement de statut. Peut-être aussi le roi souhaitait-il que les nouveaux juges fissent leurs preuves en donnant les garanties de loyalisme attendues avant que la reconnaissance de leur mérite n'intervînt5.

  • 6 G.M.L. Pillot a publié en 1849 en deux volumes une Histoire du Parlement de Flandres qui comporte b (...)
  • 7 On se reportera notamment aux contributions réunies par Olav Moorman van Kappen pour les actes des (...)
  • 8 Pour conduire cette recherche, nous avons comme à l'accoutumée croisé les sources. Matthieu Pinault (...)

4En 1668, Louis XIV se borna à une composition minimale en créant une seule chambre peuplée de huit conseillers, d'un procureur et d'un greffier. En décembre 1670, l'accroissement de l'activité du tribunal nécessita l'institution d'une deuxième chambre, ainsi que la création de deux chevaliers d'honneur à voix délibérative, d'un substitut du procureur général et d'un deuxième greffier. Il faut attendre 1689 pour qu'une troisième chambre forte d'un président et de neuf conseillers soit formée6. Notre objet ne consiste pas ici à étudier l'introduction dans le ressort de Tournai des nouvelles lois pénales et le maintien inégal, mais bien tangible des usages locaux. Nos collègues juristes Jacques Lorgnier et Renée Martinage ont écrit il y a peu des pages décisives à ce propos7. Ce qui nous importe est le mode de recrutement des nouveaux membres de la juridiction souveraine de Tournai8.

  • 9 Notice sur Paul Barillon d'Amoncourt, dans Michel Prevost et Jean-Charles Roman d'Amat (dir.), Dict (...)
  • 10 Michel Le Peletier de Souzy ne prit possession de son intendance que le 30 juin 1668 (Albert Croque (...)
  • 11 Courte généalogie par P. Denis du Péage dans Mélanges généalogiques, t. II, p. 447. Jean-Baptiste d (...)
  • 12 Pierre Hattu (Douai 1629-Tournai 1692) devint président à mortier en octobre 1677 (P. Denis du Péag (...)

5Louis XIV n'a pas imposé la vénalité au moment de la conquête. C'est Paul Barillon d'Amoncourt9, intendant de Flandre, d'Artois, du Boulonnais et des pays conquis, qui nomma les dix premiers membres du conseil10. Il fit choix uniquement de personnalités locales connues que l'on pouvait estimer frottées de bonne science juridique. Les milieux lillois et tournaisiens furent favorisés par le choix du commissaire départi. Le bailliage de Lille fournit deux conseillers, Jean-Baptiste de Blye11 et Gaspard de Le Saux. Le Magistrat de Tournai offrit à deux de ses conseillers pensionnaires, Jean de Bargibant et Robert de Flines, la possibilité de prendre rang dans ce nouveau conseil. Douai bénéficia aussi de deux postes qui revinrent à deux professeurs de droit de l'Université, dont l'un, Pierre Hattu, était revêtu de responsabilités municipales en qualité de conseiller pensionnaire12. Les villes plus modestes de Courtrai, Ath et Audenarde ne furent pas oubliées ; une fois de plus, la fonction de conseiller pensionnaire fait figure de critère sûr de choix puisque le représentant de la cité néerlandophone d'Audenarde, François Odemaer, avait retenu l'attention en cette qualité.

  • 13 Le roi avait généralement le bon goût de pourvoir celui qui avait été proposé en première ligne (Al (...)
  • 14 Matthieu Pinault des Jaunaux, op. cit.,p. 15.

6Barillon eut l'habileté de ne pas cumuler sa fonction d'intendant avec celle de premier président du conseil souverain. Il abandonna cette fonction au Lillois J.-B. de Blye, alors que la seconde présidence revenait au Tournaisien J. de Bargibant. L'édit de décembre 1670 qui établissait une deuxième chambre accorda au conseil un droit de présentation qui n'est pas de peu de conséquences, puisque les conseillers en place proposaient au roi une liste de trois personnes en cas de vacance. Le souverain distinguait par des lettres de provision conférées à vie la personnalité jugée la plus capable parmi ces trois notables recommandés13, en gardant entière la liberté de choix pour les fonctions de président et de procureur général14. Ce dispositif demeura en vigueur jusqu’à l'édit de mars 1693 qui introduisit une vénalité jusqu'alors inconnue en Flandre.

  • 15 Par la suite, la situation se redressa quelque peu. Nous avons recensé pour Valenciennes 18 conseil (...)

7Peut-on dire que, tant que la désignation des conseillers puis des parlementaires demeura sous le régime de la nomination, les choix continuèrent à se faire selon les mêmes principes : exclusivité du recrutement dans le milieu local, équilibre entre les « bonnes villes » qui étaient autant de nœuds névralgiques dans les puissants réseaux urbains des provinces conquises ? La radiographie des origines géographiques et des fonctions antérieures assumées par l'ensemble des membres du conseil souverain puis du parlement recrutés avant l'instauration de la vénalité ne laisse planer aucun doute. Au cours des vingt-cinq premières années de la présence française, quarante personnalités furent honorées et elles furent appelées selon les mêmes lignes de force que lors de la formation du noyau initial : onze Tournaisiens, dix Lillois et quatre Douaisiens fournirent les rangs de l'institution transformée en parlement de Flandre. Pendant cette période, les villes néerlandophones de Courtrai, Furnes, Audenarde et même Gand ne furent pas oubliées, même si la correspondance de l'intendant Le Peletier de Souzy laisse entendre qu'il n'était pas facile de trouver de bons sujets dans la sanior pars de ces « bonnes villes ». Il est patent que jusqu'à l'introduction de la vénalité, les villes (annexées à Nimègue) de Cambrai et de Valenciennes furent dédaignées par les autorités locales15, tandis que de façon peu prévisible, l'Artois et singulièrement le conseil provincial d'Arras fournirent un quarteron de personnalités.

  • 16 Il s'agit de Pierre d'Aubermont, chevalier d'honneur en juin 1668, de Jean de Bargibant, deuxième p (...)
  • 17 Charles-Joseph de Pollinchove (1675-1756) fut premier président de 1710 à 1756. Quant à son fils Ga (...)
  • 18 Paul-Armand du Chastel de la Howarderie, Notices généalogiques tournaisiennes, Tournai, 1881.

8Les fonctions exercées par les nouveaux membres de la jeune juridiction souveraine dessinent les contours des viviers scabinaux et judiciaires attendus. Près du tiers des nouveaux juges (13 sur 40) peuvent se prévaloir de leurs activités de conseiller pensionnaire au service soit des villes, soit des états, soit des doyens des Arts et Métiers de Tournai. Douze autres faisaient valoir leur talent comme conseiller dans un bailliage ou une gouvernance ; six étaient désignés simplement comme avocats. L'Université de Douai valorisée par les premiers choix cesse ensuite d'être un pourvoyeur régulier de vocations pour le parlement de Flandre. Ce qui frappe surtout, c'est la fécondité des familles échevinales à fournir des représentants au tribunal couronnant la hiérarchie judiciaire des pays conquis du Nord. Les onze Tournaisiens, dont nous observons la présence au conseil souverain, sont tous issus de familles appartenant aux constellations familiales contrôlant le gouvernement municipal16. Quelques exemples empruntés à l'observatoire tournaisien éclairent l'osmose à l'évidence souhaitée par le conquérant entre le personnel du tribunal souverain et des représentants incontestables des oligarchies municipales. Pierre d'Aubermont qui devint chevalier d'honneur aux côtés de Michel-Ange de Voerden en 1668 était en sa qualité de grand prévôt l'homme fort du corps de ville tournaisien dans les dix ans précédant l'annexion. Il le demeure jusqu'à sa mort en juillet 1675 à la faveur d'un cumul auquel le conquérant ne trouve aucun désavantage politique. Jacques Martin de Pollinchove (1627-1714), petit-fils d'un marchand drapier, fils d'un docteur en médecine puissamment installé dans les rangs du Magistrat dans les années 1630-1640, est un jeune avocat de Tournai, juré de la ville peu de temps avant l'annexion, lorsque le roi le nomme substitut du procureur général en 1670.Allié à la richissime et influente famille du Chambge, il est le fondateur d'une dynastie de parlementaires puisque ses descendants sont appelés à présider longtemps le parlement de Flandres jusqu'à la Révolution17. Autre exemple hautement révélateur du fort enracinement municipal de ces juges souverains : Louis XIV fait appel en 1674 à Jean de la Hamaide pour devenir procureur général, une charge importante pour laquelle nous avons vu que le roi jouissait d'une entière liberté de choix. Ce faisant, il distingue un lignage présent presque en permanence depuis 1601, qui s'apprête à réaliser le tour de force de cumuler plus de quatre-vingt-un ans de présence dans le gouvernement municipal entre 1668 et 178918.

  • 19 Toutefois Antoine Bruneau, membre du Magistrat lillois depuis 1660 puis conseiller pensionnaire, fi (...)
  • 20 Albert Croquez, Louis XIV en Flandres, op. cit., p. 176.
  • 21 C'est ce qu'écrit par exemple Le Peletier de l'avocat courtraisien Mondet et de l'ancien conseiller (...)

9La démonstration vaut, quoique dans une moindre mesure, pour Lille. Les dix conseillers ou parlementaires originaires de Lille n'ont généralement pas siégé comme membres temporaires du Magistrat19. Les fonctions de conseiller pensionnaire et de conseiller dans une cour de justice de niveau intermédiaire comme un bailliage étaient de plus sûrs viatiques. Il est vrai que, nous allons le voir, le Magistrat de Lille était connu pour son esprit ombrageux. Il demeure une donnée essentielle : les autorités françaises se gardèrent d'enfreindre les usages garantissant aux Flamands de n'être jugés que par des « naturels » du pays et n'introduisirent pas de personnalités extérieures aux régions conquises. L'intendant Le Peletier n'eut du reste guère de raison de se plaindre de ces juges souverains dépourvus de morgue comme de réelle envergure. Le Peletier n'est pas toujours convaincu que leur capacité soit à la mesure de leur bonne volonté : « Ils se trouvaient tous les jours fort embarrassés de leur grandeur et sans vanité, je les aide autant que je puis, sans autre intérêt que celui du service du roi »20. Les notations du commissaire départi ne sont pas au demeurant débordantes d'indulgence lorsqu'elles décrivent des juges volontiers inquiets d'appointements non réglés et jugés souvent « point fort habiles »21.

  • 22 À Arras, Gand et Mons, ce type de fonctions existait. Les officiers de judicature ayant le privilèg (...)

10On a le sentiment que les autorités françaises face à une institution nouvelle, tout en respectant les usages, surent placer aux postes clés des hommes dont ils étaient assurés de la confiance. Il est jusqu'à l'institution des chevaliers d'honneur, concession apparente aux traditions locales22, qui révèle la clairvoyance des représentants du pouvoir central. Les chevaliers d'honneur choisis dans la bonne noblesse du cru prenaient rang immédiatement après les présidents. Le Peletier ne prit aucun risque en promouvant en 1668 à ces responsabilités Pierre d'Aubermont et Michel-Ange de Voerden. Il n'en prit pas davantage en octobre 1675 en accordant une chevalerie d'honneur à Cyprien de Varick, sieur de Carnin. Ce grand bailli des états de Flandre wallonne était commissaire au renouvellement de la Loi de Lille depuis la conquête et le demeura du reste jusqu'à sa mort en 1682. C'était un homme de confiance que l'intendant, grand amateur de fiches résumant la carrière et les mérites des personnalités marquantes, pouvait estimer « affectionné au service du Très Chrétien ».

  • 23 Renée Martinage, « Quelques aspects des relations... », art. cité, p. 60-63.

11Pour conclure sur la portée sociale et politique de la création de ce tribunal de recours, nous serions tenté de dire qu’il faut tenir solidement les deux bouts de la chaîne. D'une part, il va de soi que le conseil souverain puis le parlement de Tournai était par définition porté au dévouement à la monarchie, ne serait-ce que parce que ses membres pourvus jusqu'en 1693 d'un brevet viager pouvaient éprouver une légitime reconnaissance pour leur élévation à la dignité parlementaire. L'institution nouvelle n'était pas pour autant formée de simples exécutants des décisions royales. R. Martinage a décrit des parlementaires capables de résister lorsqu'il s'agissait de la défense des usages locaux, même si dans l'exercice de leurs fonctions judiciaires, ils devaient tenir compte des injonctions ministérielles allant « eu égard à la qualité des personnes concernées » aussi bien dans le sens de l'adoucissement que dans celui du durcissement23.

12Lorsqu'il s'agissait non de créer une institution nouvelle, mais de composer avec des institutions en place, la configuration politique était naturellement d’une nature différente. Au premier rang de ces institutions en place, prenaient place les grands Magistrats.

LES GRANDS MAGISTRATS DE LA FRANCE DU NORD, DES CORPS INÉGALEMENT « TRAITABLES »

  • 24 Sur les états de la France septentrionale, se reporter à la thèse récemment publiée de Marie-Laure (...)
  • 25 Le roi est seigneur de Phalempin, le comte d’Egmont seigneur de Wavrin, le duc d’Orléans seigneur d (...)
  • 26 L’excellent mémoire de maîtrise de Célia Fleury met bien en valeur la trajectoire pluriséculaire de (...)

13Il semble bien que les représentants du Très Chrétien aient d’emblée évalué les zones de résistance à leurs vues et les secteurs où la volonté du souverain pouvait le mieux se manifester. D’emblée, ils s’employèrent à mieux contrôler les instances dirigeantes des états de Flandre wallonne24 qui, d’origine ancienne (ils dataient du xive siècle), n’étaient pas constitués par la réunion du clergé, de la noblesse et du tiers état, mais comprenaient quatre membres : les baillis des quatre seigneurs haut-justiciers (Phalempin, Cysoing, Wavrinet Comines) et les Magistrats de trois villes, Lille, Douai et Orchies. En 1667, Louis XIV trouva ces états dans la corbeille et comme il avait pris l’engagement de ne pas remettre en cause les privilèges, les droits et les coutumes, il conserva les états dans leur forme traditionnelle. Il fit en revanche promulguer dès 1668 un arrêt du conseil d’État donnant la préséance aux quatre seigneurs haut-justiciers25, dont les baillis à condition d’être choisis avec clairvoyance pouvaient être des interlocuteurs fiables pour le Très Chrétien. Le roi sut ainsi se concilier l’appui de la famille Hangouart, anoblie au xvie siècle, qui grâce à Michel exerçait la responsabilité de bailli de Wavrin depuis 1640 et grâce à Wallerand celle de Comines depuis 164526. Cette préséance accordée aux baillis mortifia à l’évidence les Magistrats ; il ne faut cependant pas surestimer la portée pratique de cette décision. Si les baillis administraient le plat pays, ils ne jouaient pas de rôle dans les villes et le Magistrat de Lille, qui est représenté aux états par quatre députés (le mayeur, le cottereau, le premier conseiller pensionnaire et le procureur syndic), continua à disposer d’un poids politique considérable dans la province, au contraire d’ailleurs des Magistrats de Douai et d’Orchies qui n’intervenaient que dans les assemblées plénières. Le roi ne pouvait donc mettre que partiellement en tutelle les états de Flandre wallonne.

  • 27 Voir à ce propos notre thèse : Le Pouvoir dans la ville au xviiie siècle. Pratiques politiques, not (...)

14Il fallait bien composer avec ces grands et ombrageux Magistrats qui dans ces territoires étaient des puissances au prestige indiscutable. Leurs vastes prérogatives leur permettaient de cumuler l'exercice des pouvoirs réglementaires, exécutifs et judiciaires à l'échelle de la cité27. À Lille, chaque année traditionnellement le jour de la Toussaint, quatre commissaires procédaient au renouvellement du rewart, des douze échevins, dont le chef était nommé mayeur, des douze conseillers, tandis que le 2 novembre, les curés des quatre plus anciennes paroisses faisaient choix des huit prud'hommes. À Valenciennes, c'est le 15 mai que selon les usages, il est procédé au renouvellement du prévôt et des douze échevins, ainsi que depuis 1497 d'un second conseil, dit « conseil particulier » composé de vingt-cinq membres.

15La conquête aboutit à remodeler le groupe des commissaires au renouvellement. Au temps de la nonchalante domination espagnole, l'autorité centrale à l'évidence intervenait peu. À Valenciennes, c'était sous l'autorité du grand bailli du Hainaut, le duc d'Arenberg au milieu du xviie siècle, que le corps de ville était renouvelé. Dès le début de l'époque française lui furent substitués le gouverneur et l’intendant. À Lille, quatre personnes étaient chaque année mobilisées par une commission émanant de l'autorité souveraine pour renouveler la Loi. Le gouverneur de Lille, qui n'était autre que le comte de Bruay depuis 1655, figurait au premier rang de l'équipe des commissaires, mais il était solidement encadré par le président de la chambre des comptes, René de Vos, un conseiller et maître ordinaire de la même chambre, le chevalier Philippe-François Dennetières devenu assistant trésorier général des domaines et finances du roi, ainsi que par un noble localement de bonne surface, Philippe de Baudequin.

  • 28 « Patente pour le renouvellement de la loy de la ville de Lille de l’an 1667 » (A.M. Lille, 432). V (...)
  • 29 Le 1er novembre 1672, en l’absence d’Humières, ce fut le comte d’Artagnan, commandant des ville et (...)
  • 30 Une copie de cette liste figure aux archives municipales de Lille (A.M. Lille, Affaires générales, (...)

16Dès la Toussaint 1667, lorsque le temps du renouvellement fut venu28, le gouverneur, le maréchal d’Humières, faute d’intendant déjà en place, se vit confier la responsabilité de l’opération et tira parti de la suppression de la chambre des comptes pour ne garder de l’ancien collège des commissaires que Messire de Baudequin. Le grand bailli de Lille, Cyprien Varick de Carnin, fut intronisé avec un noble sans réel poids politique, le sieur de Carnoy. En 1668, fut enfin constituée la dyarchie des représentants du pouvoir central avec le gouverneur d’Humières en fonction jusqu’en 169429 et l’intendant Le Peletier de Souzy en place jusqu’en 1683. Le bailli de Lille et l’inévitable Philippe de Baudequin complétaient le groupe des commissaires. Naturellement, l’ascendant du gouverneur et de l’intendant ne rencontrait guère de contrepoids dans une pareille instance. N’imaginons pas au demeurant un gouverneur réduit à un rôle de figuration. Il n’est pas à ce propos indifférent qu’une « déclaration alphabétique de ceux ayant servi dans les ordres de la magistrature de Lille » de 1667 à 1693, date de sortie de charge du maréchal d’Humières, ait été minutieusement dressée et délivrée à son successeur le duc de Boufflers30.

  • 31 Il s’agit de Nicolas Imbert (1662), Jacques de Petitpas (1665), François de Petitpas (1668 et 1673) (...)
  • 32 Pour s’informer sur les constellations familiales où évoluent ces membres du Magistrat, les histori (...)

17Une fois démontrée la mainmise sur le collège des commissaires au renouvellement de l’intendant et du gouverneur, demeure à évaluer l’essentiel, c’est-à-dire l’usage, les effets concrets de cette prise de contrôle sur les élites municipales. La simple observation du listing scabinal correspondant aux cinq premiers renouvellements de l’époque française, avant même toute étude statistique systématique, confère l’impression d’une grande stabilité des équipes en place. La composition du groupe dyarchique à la tête des Magistrats de Lille et de Valenciennes démontre le poids des continuités. À Lille, au cours des cinq premiers renouvellements de l’époque moderne, huit personnalités furent rewart ou mayeur31. À la Toussaint 1667, au lendemain de la conquête, le renouvellement hisse aux fonctions de rewart Jacques de Petitpas et à celles de mayeur Nicolas Imbert, qui ont déjà exercé des fonctions analogues à l’époque espagnole. Un glissement est sensible lors des deuxième et troisième renouvellements de l’époque française, puisque trois nouveaux venus – Jacques Diedeman, François Petitpas et Jean-Baptiste de Lannoy – sont propulsés au premier plan de la scène politique municipale. Si les notables dont il est question sont frais émoulus dans ce type de responsabilité politique, ce n’est pas le cas des lignages auxquels ils appartiennent32. Jacques Diedeman est le fils du marchand Paul Diedeman, natif de Poperinghe mais bourgeois de Lille et échevin en 1648. Il avait eu le bon goût d’épouser une fille du président de la chambre des comptes que l’on sait commissaire aux renouvellements. Les Petit pas sont une famille dont la présence est attestée à Lille depuis le xive siècle. La famille de Lannoy, même si elle eut une présence à éclipses, vit le premier de ses membres promu au Magistrat en 1429 et le dernier en 1762. Les quatrième et cinquième renouvellements de l’époque française sont marqués par l’émergence d’un seul homme nouveau, Philippe Le Clément, propulsé au rang de rewart alors qu’il n’a que l’expérience d’un voir-juré nommé pour la première fois àlaToussaint1668. C'est une personnalité digne de mention. Il ne quitte quasiment pas les divers cercles du pouvoir pendant plus de quarante ans puisqu'à la Toussaint 1713, au lendemain du retour de Lille à la France, il est une dernière fois appelé au poste de mayeur.

  • 33 Le « Livre des Prévôts » déposé à la bibliothèque municipale de Valenciennes (ms.739) sert de base (...)
  • 34 Les travaux généalogiques de Casimir de Sars de Solmon sont la providence du chercheur pour cerner (...)

18À Valenciennes, huit des neuf prévôts et lieutenants prévôts mis en place par les commissaires lors des cinq premiers renouvellements de l'époque française33 appartiennent à des lignages pouvant exciper de services dans les équipes municipales de la période antérieure34. Le premier homme nouveau à ce niveau de responsabilité, Robert Dennetières, émerge seulement en 1683. Le conquérant fit choix de vieux routiers de la vie politique pour assurer la direction des gouvernements municipaux. Le premier prévôt intronisé par le gouverneur Magalotti et l'intendant Le Peletier le 7 juillet 1678 n'est autre que Jean-Ignace Delewarde qui avait accédé au Magistrat plus d'un quart de siècle plus tôt en 1652. Ce fils d'échevin devenu lieutenant prévôt et massard, petit-fils d'un échevin persévérant du début du siècle, est flanqué par un lieutenant, Jacques-Guislain Pamart, ayant accédé à l'échevinage en 1659 et dont la famille avait bénéficié de lettres d'anoblissement de Sa Majesté Catholique en 1657, au lendemain du siège victorieusement soutenu contre Turenne. Les quatre renouvellements suivants ne réservent pas davantage de surprises. On aura une idée du poids des permanences en indiquant qu'Ignace Du Gardin, prévôt en 1679 puis en 1683, avait été lieutenant prévôt en 1675 et avait épousé la fille de Pierre Desmaisières, lui-même six fois prévôt entre 1633 et 1654.

19Il apparaît par conséquent que le royaume des lys n'a pas introduit des éléments nouveaux dans l'équipe bicéphale de direction des prestigieux Magistrats de Lille et de Valenciennes. La même observation vaut-elle lorsqu'on examine l'ensemble du gouvernement municipal ?

UN APPARENT PARADOXE : UNE NORIA PLUS LENTE DES FAMILLES SIÉGEANT AU MAGISTRAT APRÈS LA CONQUÊTE

  • 35 Philippe Guignet, Le Pouvoir dans la ville au xviiie siècle..., op. cit., chap. XI, p. 318-344.

20Dans notre thèse, en étayant notre démarche sur de longs relevés nominatifs, nous avons proposé de scruter l'évolution des effectifs des familles échevinales du début du xvie siècle à la Révolution, en découpant la période en tranches égales de 25 ans correspondant chacune à une génération : 1500, 1525, 1550, 1575, 1600, 1625, 1650, 1675...35. Si nous recensons les familles scabinales nouvelles qui apparaissent dans les quatre quarts du xviie siècle ainsi dessinés, nous observons qu'à Lille, 38 familles nouvelles émergent en 1600-1624, 38 également en 1625-1649, 38 encore en 1650-1674 mais seulement 20 en 1675-1699. À Valenciennes, la même grille de lecture fait état de 47 nouvelles familles en 1600-1624, de 27 en 1625-1649, de 33 en 1650-1675, enfin de 37 dans le dernier quart de siècle. Il apparaît en conséquence que les années 1675-1699 ne reflètent pas une véritable inflexion. Si la noria du renouvellement tourne un peu plus vite dans la cité de l'Escaut, elle ralentit sensiblement dans la cité de la Deûle.

21Il va de soi que ce découpage par quarts de siècle, qui est opératoire pour tracer une ligne d'évolution pendant trois siècles, est moins probant quand il s'agit d'évaluer les effets immédiats d'un rattachement à une autre domination qui ne coïncide pas avec les césures chronologiques retenues. Pour cerner plus rigoureusement notre objet d'étude, nous avons repris les listings scabinaux en examinant les cinq équipes municipales investies dans les deux villes avant la conquête et les cinq suivant immédiatement celle-ci. Afin de donner un peu plus de profondeur de champ à notre fenêtre d'observation, nous nous sommes aussi résolu à comparer les cinq renouvellements antérieurs à l'incorporation au royaume de France aux cinq qui les précédent immédiatement. C'est ainsi que compte tenu de quelques rares infractions à la règle de renouvellement annuel, nous avons présenté sous notre microscope les années 1656-1673 pour Lille, 1664-1684 pour Valenciennes. Le tableau reproduit ci-dessous, résultant de cette décomposition analytique en trois strates, est riche d'enseignements.

Place des nouveaux venus dans les équipes municipales de Lille et de Valenciennes de part et d’autre du rattachement de ces deux villes à la France

Magistrat de Lille

Magistrat de Lille

Magistrat de Valenciennes

Magistrat de Valenciennes

22Le nombre de notables différents, quelle que soit la durée des fonctions effectivement assumées, est d'une stabilité presque impressionnante dans les deux villes. Il n'y a pas de bouleversement fondamental des équilibres. Cela étant, il y a en termes relatifs un peu moins de nouveaux venus dans les divers collèges formant le corps de ville à Lille à la faveur des cinq premiers renouvellements de l'époque française qu'à celle des cinq derniers de l'époque espagnole. À Valenciennes, le décrochage est même plus net : il y a 27 nouveaux venus en 1678-1684, il y en avait 37 dans les cinq dernières années de l'époque espagnole. Le résultat statistique auquel nous parvenons est donc antinomique de ce qu'un observateur convaincu des effets immédiats des annexions sur la composition des classes politiques municipales aurait imaginé. Aucune période d'ouverture des oligarchies municipales ne fait suite à la conquête française.

  • 36 Albert Croquez, op. cit., t. II, p. 74.
  • 37 Albert Croquez, op. cit., t. II, p. 74.
  • 38 Albert Croquez, op. cit., t. II, p. 238.

23Et pourtant, la correspondance de Le Peletier a de longue date révélé l'irritation que suscitait chez les représentants du Roi-Soleil l'entêtement de Messieurs du Magistrat de Lille. L'intendant est même intarissable sur ce chapitre : « Je trouve ce corps si déraisonnable et si mal conduit que je n'en espère rien36 ». À un autre moment, il confesse, consterné : « Voilà l'inconvénient qu'il y a d'avoir affaire à un corps composé de quarante têtes, surtout dans un pays où l'on aurait peine à trouver six personnes raisonnables »37. Le 5 janvier 1670, Le Peletier avoue à Louvois : « M. le maréchal et moi, nous ne nous faisons pas fort de gouverner ce corps. Nous en choisissons les membres à la vérité, mais il y a si peu de bons sujets en cette ville que les meilleurs ne sont ni raisonnables ni dociles ». Il ne manque pas d'intérêt d'ajouter que, soucieux de gagner la confiance des nouveaux sujets du Très Chrétien, les commissaires royaux étaient préoccupés de satisfaire l'opinion ou ce qui en tenait lieu. Déjà le vieil historien Albert Croquez s'était montré surpris de relever à l'occasion des renouvellements, dans une correspondance pourtant secrète informant le ministre, des formules comme « le public a paru satisfait », « toute la ville est dans la joie »38.

  • 39 Le texte de la capitulation de Lille a été reproduit par Paul Thomas, Textes historiques sur Lille (...)
  • 40 Simon Vollant dès le 1er mars 1671 se vit confier par Le Peletier l’arpentage des terrains du nouve (...)
  • 41 Lettre de Le Peletier à Louvois (6 septembre 1681) reproduite par A. Croquez, op. cit. (pièce justi (...)
  • 42 Nous avons été souvent frappé par le souci des conseillers pensionnaires de ne pas transiger lorsqu (...)

24Il faut bien admettre que les promesses faites par le Grand Roi lors des capitulations39, sans ligoter totalement les représentants du souverain, assignaient des limites strictes à leurs initiatives. Certes, l'intendant pouvait fonder quelque espoir dans un choix judicieux des officiers permanents du Magistrat. Ces charges étaient conférées par le Magistrat lui-même à l'époque espagnole, elles cessent de l'être dès le rattachement à la France. C'est ainsi que Le Peletier en 1670 à la mort de l'argentier Thomas Joire imposa la candidature de Simon Vollant à ce poste clé. Le Magistrat arguant de l'insuffisante ancienneté de l'intéressé dans la bourgeoisie ne songeait pourtant nullement à ce maître maçon appelé à imprimer fortement sa marque sur les fortifications et l'urbanisme de Lille40. En 1681, lorsqu'à la mort de M. Bayart, la dévolution du poste de procureur de ville fut en débat, l'intendant alla jusqu'au huitième rang sur la liste du Magistrat pour trouver le candidat idoine, M. Herreng. Comme des députés du Magistrat venaient protester contre cette nomination, l'intendant Le Peletier répondit tout uniment que l'intention du roi n'était pas de « les priver de leurs privilèges mais seulement de les mettre en état de n'en point abuser en les déterminant à faire un bon choix »41. En 1683, Louvois fit savoir que dorénavant pour toutes les charges importantes, le Magistrat proposerait trois sujets et attendrait ensuite les ordres du roi avant de pourvoir quiconque. Il est par conséquent hors de conteste que le Très Chrétien refusa de laisser la bride sur le couaux oligarchies municipales lorsqu'il s'agissait de constituer le groupe si important des officiers permanents. Encore devait-il s'en tenir au choix proposé par la liste d'aptitude dressée par la Loi de la ville. Par ailleurs, l'observation du fonctionnement politique municipal des décennies suivantes atteste que le droit de regard exercé sur les nominations par les représentants du pouvoir central ne rendit pas ces officiers moins enclins à défendre les usages traditionnels de leur ville42.

  • 43 Jacques Diedeman venait d’être anobli quand Lille changea de domination (P. Denis du Péage, Mélange (...)
  • 44 Albert Croquez, op. cit., t.,p. 85-86.
  • 45 Josse de Flandres, Petit pas de Warcoing, Philippe de Béroncités par A. Croquez sont de ce nombre. (...)

25Quelle que soit la portée des mesures prises afin de mieux encager les modes de désignation des Magistrats, il demeure une réalité incontestable : ce n'est pas en infiltrant des hommes extérieurs au milieu et entièrement dévoués à sa cause que la domination française parvint à canaliser, sinon toujours à orienter, les initiatives des milieux locaux. La voie qui demeurait ouverte pour le gouverneur et l'intendant était de gagner l'attachement de personnalités déjà bien en cour à l'époque espagnole. Il n'est pas exclu que les avantages matériels concédés aux « bons sujets » aient contribué à sceller de solides alliances. C'est ainsi que l'agrandissement de Lille, par les lucratives opérations immobilières qu'il autorisait, offrit d'alléchantes perspectives d'enrichissement à bon nombre de notables. Les exemples de ce point de vue ne manquent pas. Jacques Diedeman, sieur de la Riandrie, qui fut le rewart du Magistrat créé à la Toussaint 166843, fit l'acquisition de la charge de bailli de Phalempin. Le Peletier sollicita à ce propos la protection de Louvois, « parce qu'il est, écrit-il, extrêmement de mes amis ». Cette amitié qui se doubla aussi de l'efficace protection de la maréchale d'Humières fut récompensée par l'achat à un prix exceptionnellement bas d'un terrain près de la vieille porte de Saint-André, puis en 1673 d'un vaste héritage situé sur la prestigieuse rue Royale44. Plusieurs autres membres du Magistrat bénéficiant d'appréciations élogieuses de l'intendant Le Peletier furent également conviés aux bénéfices immobiliers de l'agrandissement45.

  • 46 Sur Michel-Ange de Voerden, on peut se reporter à l’étude de l’abbé Huguet, « Le baron Michel-Ange (...)
  • 47 Il fut mis en possession de la terre de Cysoing par le prince d’Epinoy qui révoqua M. de Milleville (...)
  • 48 Nathalie Billard,op. cit., p. 95 sqq.
  • 49 Député à la cour en 1681, Voerden défendit les intérêts du négoce (B.M. Lille, ms. Godefroy 176, re (...)

26Assurément, bon nombre de notables du cru étaient convaincus qu'un loyalisme sans faille à une domination ne pouvait se concevoir sans contrepartie tangible en termes d'influence, de fonctions ou d'enrichissement du lignage. En faisant fond sur l'ambition et le sens bien compris des intérêts, le gouverneur comme l'intendant pouvait se constituer un groupe d'hommes de confiance. Procéder à des fournées d’ » étrangers » aurait été fort impolitique. En fin de compte, l'exemple de la carrière du baron Michel-Ange de Voerden (1629-1699) nous paraît hautement révélateur des réseaux d'amitié, de patronage et de clientèle qui se tissèrent entre les conquérants français et les nouveaux administrés, sans qu'il fût nécessaire pour gagner l'adhésion de la sanior pars d'introduire des familles extérieures au pays. Voerden46, qui appartint à la clientèle de la famille de Croÿ, servit fidèlement Philippe IV aussi bien dans les armées que comme secrétaire d'ambassade. Il était bailli des états de Tournai au moment de la conquête française. Devenu ami sincère de l'intendant Le Peletier, il accéda aux responsabilités de bailli des états de Flandre wallonne47 et de chevalier d'honneur du conseil souverain de Tournai. Il fut nommé baron par lettres du roi en 1679. Voerden afficha un loyalisme indéfectible à l'égard du Grand Roi dont il fit le panégyrique dans ses écrits historiques48. Il n'avait pas pour autant le sentiment de trahir sa patrie « gallo-belge » si chérie dont il s'efforçait au demeurant de défendre les intérêts commerciaux49. C'est ainsi que Louis XIV, que l'on sait si attentif à gagner les cœurs de ses sujets flamands, procéda afin de s'assurer des relais loyaux dans les institutions locales et provinciales. Il pouvait ainsi s'abstenir de compromettre des équilibres institutionnels qu'il s'était engagé sur l'honneur à respecter lors des capitulations.

Fig. 1 – « Patente pour le renouvellement de la loy de la ville de Lille de l’an 1667 » (A.M. Lille, 432).

Fig. 2 – « Déclaration alphabétique de ceux aians servi dans les ordres de la magistrature de Lille depuis l’an 1667 jusques et compris 1693 » (A.M. Lille, Affaires générales, C 484, d.2).

Notes

1 Philippe Guignet, « Une question mal posée : les Flamands et les Hennuyers se sont-ils ralliés au Roi Très Chrétien (seconde moitié du xviie siècle-xviiie siècle) ? », Actes du Colloque tenu à la Maison des Sciences de l’Homme de l’Aquitaine sur Les ralliements. Ralliés, traîtres et opportunistes du Moyen Âge à l’époque moderne et contemporaine, Bordeaux, 1997, p. 93-109.

2 Six et Plouvain, Recueil des édits, déclarations, lettres patentes... enregistrés au parlement de Flandres, des arrêts du Conseil d'État particuliers à son ressort, Douai, 1785, vol. 1, p. 132.

3 Les conseils de Brabant, de Malines, de Gueldre, de Hainaut et plus tardivement du Luxembourg étaient des cours souveraines. Pour l'époque postérieure, le chef président du Conseil privé, Patrice-François de Nény, présente la composition des conseils dans Mémoires historiques et politiques dans les Pays-Bas autrichiens, Neuchâte l, 1784.

4 Édit de création reproduit par Six et Plouvain, op. cit., vol. 1, p. 1.

5 En 1686, le roi déclara vouloir témoigner au conseil « la satisfaction qu'il avait des services que les officiers lui avaient rendus et au public depuis sa création ». La promotion au rang de parlement avait également pour objectif de « faire respecter davantage les membres de la juridiction » (Matthieu Pinault des Jaunaux, Histoire du Parlement de Tournai, Valenciennes, 1701, p. 123).

6 G.M.L. Pillot a publié en 1849 en deux volumes une Histoire du Parlement de Flandres qui comporte beaucoup d'informations utiles, quoiqu'elles ne soient pas pourvues de références. L’absence de tables bien faites rend par ailleurs singulièrement malaisée la consultation de cette somme.

7 On se reportera notamment aux contributions réunies par Olav Moorman van Kappen pour les actes des Journées internationales tenues à Leeuwarden du 20 au 23 mai 1993 (Les juridictions supérieures, Nimègue, Gerard Noodt Instituut, 1994). Jacques Lorgnier est intervenu sur « La justice du Roi-Soleil dans les anciens Pays-Bas. Organisation de la justice dans le ressort du Conseil souverain de Tournai » (op. cit., p. 19-52) et Renée Martinage a traité de « Quelques aspects des relations du pouvoir royal et du Parlement de Tournai au début de son existence » (op. cit., p. 53-66). Ces deux auteurs ont également participé au colloque toulousain sur Les Parlements de province. Pouvoirs, justice et société du xve au xviiie siècle, J. Poumarède et J. Thomas éd., Toulouse, 1996. Jacques Lorgnier y a publié un article sur « Cour souveraine et parlement de Tournai, pièces maîtresses de l'ordre judiciaire français dans les anciens Pays-Bas » (op. cit., p. 141-164) et Renée Martinage y a communiqué sur le thème « Pouvoir royal et justice au parlement de Tournai (1686-1709) » (op. cit., p. 165-190).

8 Pour conduire cette recherche, nous avons comme à l'accoutumée croisé les sources. Matthieu Pinault des Jaunaux qui devint président à mortier du parlement de Flandres en décembre 1695 a publié une Histoire du Parlement de Tournai (Valenciennes, 1701, 214 p.) qui fait état de la nomination de chacun des membres de l'institution depuis sa création. Nous avons par ailleurs mis à contribution les Notes historiques relatives aux offices et aux officiers de la Cour de Parlement de Flandres publiées par P.A.S.J. Plouvain (Douai, 1809, 168 p.).

9 Notice sur Paul Barillon d'Amoncourt, dans Michel Prevost et Jean-Charles Roman d'Amat (dir.), Dictionnaire de biographie française, 1951, t. V, p. 470-472.

10 Michel Le Peletier de Souzy ne prit possession de son intendance que le 30 juin 1668 (Albert Croquez, Histoire politique et administrative d'une province française, la Flandre, t. II : Louis XIV en Flandres. Les institutions, les hommes et les méthodes, Lille, 1920, p. 34).

11 Courte généalogie par P. Denis du Péage dans Mélanges généalogiques, t. II, p. 447. Jean-Baptiste de Blye (1623-1699) est l'auteur de plusieurs ouvrages de jurisprudence demeurés manuscrits. Jacques Lorgnier note que le sieur de Blye, commis dans la garde des sceaux, constitua la première chancellerie du conseil souverain de Tournai (« La justice du Roi-Soleil dans les anciens Pays-Bas », art. cité, p. 23).

12 Pierre Hattu (Douai 1629-Tournai 1692) devint président à mortier en octobre 1677 (P. Denis du Péage, Mélanges généalogiques, série 4, p. 73).

13 Le roi avait généralement le bon goût de pourvoir celui qui avait été proposé en première ligne (Albert Croquez, op. cit., p. 178).

14 Matthieu Pinault des Jaunaux, op. cit.,p. 15.

15 Par la suite, la situation se redressa quelque peu. Nous avons recensé pour Valenciennes 18 conseillers jusqu'à la réforme de Maupeou. Cambrai en revanche avec seulement 9 parlementaires fait moins brillante figure.

16 Il s'agit de Pierre d'Aubermont, chevalier d'honneur en juin 1668, de Jean de Bargibant, deuxième président en juin 1668, de Michel-Baudry Jacquerye, conseiller en octobre 1689, de Nicolas-François Delevigne, conseiller en novembre 1668, de Robert de Flines, procureur général en juin 1668, de son fils Séraphin, conseiller en octobre 1689, de Jean de La Hamaide, conseiller puis procureur général en août 1674, de Guislain de Mullet, conseiller en janvier 1671, de son fils Charles-Albert de Mullet conseiller en novembre 1687, de Jacques-Martin de Pollinchove conseiller en 1674 puis procureur général en 1688, de Jacques-Joseph Visart de Ponnange, substitut du procureur général en 1674 puis conseiller en janvier 1678 (Matthieu Pinault de Jaunaux, op. cit., passim).

17 Charles-Joseph de Pollinchove (1675-1756) fut premier président de 1710 à 1756. Quant à son fils Gaspard-Félix (1737-1816), il succéda en février 1781 à Louis-Joseph-Dominique de Calonne, le père du célèbre contrôleur général des finances.

18 Paul-Armand du Chastel de la Howarderie, Notices généalogiques tournaisiennes, Tournai, 1881.

19 Toutefois Antoine Bruneau, membre du Magistrat lillois depuis 1660 puis conseiller pensionnaire, fit une brillante carrière à Tournai. Conseiller en novembre 1679, il accède aux fonctions de président à mortier en décembre 1693 et le demeure jusqu'à sa mort en 1720 (P.A.S.J. Plouvain, op. cit.,p. 18).

20 Albert Croquez, Louis XIV en Flandres, op. cit., p. 176.

21 C'est ce qu'écrit par exemple Le Peletier de l'avocat courtraisien Mondet et de l'ancien conseiller pensionnaire d'Audenarde Odemaer, tous deux nommés en 1668 (Albert Croquez, Louis XIV en Flandres, op. cit.,p. 176).

22 À Arras, Gand et Mons, ce type de fonctions existait. Les officiers de judicature ayant le privilège de porter l’épée devaient être les soutiens de l’intérêt de la noblesse (Guyot, Répertoire de jurisprudence, t. 3, verbo chevaliers d’honneur, p. 427).

23 Renée Martinage, « Quelques aspects des relations... », art. cité, p. 60-63.

24 Sur les états de la France septentrionale, se reporter à la thèse récemment publiée de Marie-Laure Legay, Les États provinciaux dans la construction de l’État moderne aux xviie et xviiie siècles, Genève, Librairie Droz, 2001, 566 p.

25 Le roi est seigneur de Phalempin, le comte d’Egmont seigneur de Wavrin, le duc d’Orléans seigneur de Comines et le prince d’Épinoybaron de Cysoing.

26 L’excellent mémoire de maîtrise de Célia Fleury met bien en valeur la trajectoire pluriséculaire de ce lignage : Les Hangouart, une famille noble lilloise aux xviie et xviiie siècles, Lille, 1999 (P. Guignet dir.).

27 Voir à ce propos notre thèse : Le Pouvoir dans la ville au xviiie siècle. Pratiques politiques, notabilité et éthique sociale de part et d’autre de la frontière franco-belge, Paris, éd. de l’EHESS, 1990, passim.

28 « Patente pour le renouvellement de la loy de la ville de Lille de l’an 1667 » (A.M. Lille, 432). Voir le fac-similé de cette patente.

29 Le 1er novembre 1672, en l’absence d’Humières, ce fut le comte d’Artagnan, commandant des ville et citadelle de Lille, qui opéra comme commissaire.

30 Une copie de cette liste figure aux archives municipales de Lille (A.M. Lille, Affaires générales, C 484,d.2).Voirlefac-similédecette » déclarationalphabétique »(figure2).

31 Il s’agit de Nicolas Imbert (1662), Jacques de Petitpas (1665), François de Petitpas (1668 et 1673), Jacques Diedeman (1668), Jean-Baptiste de Lannoy (1669), Philippe Le Clément (1671 et 1672), Séraphin du Chambge (1671) et Charles-Philippe Obert (1672). Deux d’entre eux, Jacques de Petit pas et Séraphin du Chambge, furent avec Henri de Broide les négociateurs de la reddition le 27 août 1667.

32 Pour s’informer sur les constellations familiales où évoluent ces membres du Magistrat, les historiens de Lille disposent d’un guide sûr grâce aux travaux de l’archiviste paléographe Paul Denis du Péage, « Recueil de généalogies lilloises », Mémoires de la Société d’études de la province de Cambrai, Lille, 1906-1908, passim.

33 Le « Livre des Prévôts » déposé à la bibliothèque municipale de Valenciennes (ms.739) sert de base documentaire à l’étude sérielle et prosopographique du Magistrat de Valenciennes.

34 Les travaux généalogiques de Casimir de Sars de Solmon sont la providence du chercheur pour cerner les familles notables de Valenciennes (B.M.Valenciennes, mss 809-8021).

35 Philippe Guignet, Le Pouvoir dans la ville au xviiie siècle..., op. cit., chap. XI, p. 318-344.

36 Albert Croquez, op. cit., t. II, p. 74.

37 Albert Croquez, op. cit., t. II, p. 74.

38 Albert Croquez, op. cit., t. II, p. 238.

39 Le texte de la capitulation de Lille a été reproduit par Paul Thomas, Textes historiques sur Lille et la région du Nord avant 1789, Lille, 1931, t. 1, p. 133-140. Ce texte est naturellement consultable aux A.D. Nord, Placards 8302, pièce 146 et aux A.M. Lille, Affaires Générales, C 309, d.1 et 2. La capitulation de Valenciennes se trouve aux A.D. Nord dans les placards (Placards 8180, p. 258-269).

40 Simon Vollant dès le 1er mars 1671 se vit confier par Le Peletier l’arpentage des terrains du nouveau quartier (A.M. Lille, Affaires Générales, C 14 et 15).

41 Lettre de Le Peletier à Louvois (6 septembre 1681) reproduite par A. Croquez, op. cit. (pièce justificative LXVI).

42 Nous avons été souvent frappé par le souci des conseillers pensionnaires de ne pas transiger lorsque les privilèges urbains étaient en cause. Par exemple, en 1771, lorsqu’il se démit de sa charge, le conseiller pensionnaire Pierre-Ignace Ringuier remit spontanément au Magistrat le répertoire confectionné avec soin des « principaux droits et privilèges de la cité par ordre alphabétique commencés en 1277 » (A.M. Lille, Affaires Générales, C 107, d. 10).

43 Jacques Diedeman venait d’être anobli quand Lille changea de domination (P. Denis du Péage, Mélanges généalogiques, op. cit., 1ère série, p. 32).

44 Albert Croquez, op. cit., t.,p. 85-86.

45 Josse de Flandres, Petit pas de Warcoing, Philippe de Béroncités par A. Croquez sont de ce nombre. Acheter pour revendre avec profit ne fut pas sans effet sur la situation de fortune des intéressés (A. Croquez, op. cit., t. II, p. 88).

46 Sur Michel-Ange de Voerden, on peut se reporter à l’étude de l’abbé Huguet, « Le baron Michel-Ange de Voerden, chevalier d’honneur du Conseil souverain siégeant à Tournai, baillides États de Lille », Bulletin de la société historique et littéraire de Tournai, t. 15, avril 1872, p. 181-224. Dès 1911, C. G. Picavet attira l’attention sur le « journal du baron de Voerden », Revue du Nord, t. II, 1911, p. 111-125. Un bon mémoire de maîtrise a été soutenu en 1992 à Lille III par Nathalie Billard : Michel-Ange de Voerden, témoin du Grand Siècle (1629-1699), Lille, 1992, 202 p. (L. Bély dir.).

47 Il fut mis en possession de la terre de Cysoing par le prince d’Epinoy qui révoqua M. de Milleville, bailli nommé par le prince de Ligne.

48 Nathalie Billard,op. cit., p. 95 sqq.

49 Député à la cour en 1681, Voerden défendit les intérêts du négoce (B.M. Lille, ms. Godefroy 176, relation de la négociation des monnaies prononcée aux états de Lille, le 26 octobre 1671).

Table des illustrations

Titre Magistrat de Lille
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/3042/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Magistrat de Valenciennes
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/3042/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende Fig. 1 – « Patente pour le renouvellement de la loy de la ville de Lille de l’an 1667 » (A.M. Lille, 432).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/3042/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 548k
Légende Fig. 2 – « Déclaration alphabétique de ceux aians servi dans les ordres de la magistrature de Lille depuis l’an 1667 jusques et compris 1693 » (A.M. Lille, Affaires générales, C 484, d.2).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/3042/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 436k
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/3042/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 372k

Auteur

Professeur d’histoire moderne à l’université Charles-de-Gaulle/Lille III, il est directeur de la Revue du Nord, et du Centre de recherche sur l’histoire de l’Europe du Nord-Ouest.
Ses deux thèses ont pour titre : Mines, manufactures et ouvriers du Valenciennois au xviiie siècle, New York, Arno Press, 1977 et Le Pouvoir dans la ville au xviiie siècle : pratiques politiques, notabilité et éthique sociale de part et d’autre de la frontière franco-belge, Paris, Ed. de l’EHESS, 1990.
Publication récente : Vivre à Lille sous l’Ancien Régime, Paris, Perrin, 1999.

© Presses universitaires François-Rabelais, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540