Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Villes rattachées, villes reconfigurées

 | 
Denise Turrel

I. Reconfiguration des réseaux sociaux

L’intégration des villes bretonnes au royaume de France xve-xvie siècles

Dominique Le Page

Texte intégral

  • 1 Dominique Le Page, Finances et politique en Bretagne au début des temps modernes, 1491-1547, Paris, (...)

1En 1532, par l’édit d’union promulgué au Plessis-Macé, la Bretagne fit son entrée définitive dans le royaume de France. Cet acte couronnait un processus d’intégration commencé dans la seconde moitié du xve siècle et qui vit, suite à une série de campagnes militaires, de 1487 à 1491, trois rois de France successifs épouser l’héritière du duché. Il mit fin aussi à l’une des principautés qui s’était affirmée au cours des xive et xve siècles sous l’égide des princes de la famille Montfort. Ceux-ci avaient su poser les bases d’un État autonome en créant une fiscalité permanente, en développant des institutions judiciaires et militaires, en cherchant à définir une politique étrangère originale, en menant enfin un intense effort de propagande. La mise en place de ces structures entraîna le développement, lors de l’entrée de la Bretagne dans le royaume, d’une politique d’intégration dont nous avons eu l’occasion, dans un travail précédent, de restituer les étapes dans le domaine financier1. Fort des acquits de cette recherche, il était possible de s’intéresser à l’aspect urbain, question qui n’a pas fait l’objet d’étude, du moins dans cette perspective, au cours de la période récente. Pour cela, deux temps seront privilégiés : nous chercherons tout d’abord à définir la politique des Montfort à l’égard des villes du duché jusqu’en 1491, nous tenterons ensuite de décrire la stratégie suivie par les rois de France à l’intention des élites urbaines des années 1490 à la fin du règne de François Ier.

LA POLITIQUE URBAINE DES MONTFORT

  • 2 Soit 70 000 à 80 000 habitants sur un total de 1 250 000 habitants, Jean-Pierre Leguay, Un Réseau u (...)
  • 3 Comme Rouen, Lyon, Bordeaux qui comptaient environ 30 000 habitants et bien entendu Paris.
  • 4 À la fin du xve siècle, 36 % de la population vivait dans les villes en Flandre, 46 % en Hollande. (...)

2Contrairement à d’autres secteurs comme les finances, la défense ou la diplomatie où ils menèrent une œuvre méthodique, les Montfort semblent avoir tardé à bâtir une politique à destination des villes de leur duché. On ne rencontre pas en Bretagne de stratégie comparable à celle des ducs de Bourgogne qui, particulièrement dans les pays de « par deçà », surent par une politique de séduction mais aussi de répression parfois féroce, imposer leur domination aux cités de leur principauté. Aux xive et xve siècles, les Montfort négligèrent longtemps les villes. Ce désintérêt peut s’expliquer par le faible poids démographique de celles-ci : elles ne représentaient en effet, à la fin du xve siècle, que 6,5 % de la population totale2. Les deux plus grandes villes, à savoir Rennes et Nantes, avec respectivement 13 000 habitants et 14 000 habitants, si elles étaient comparables à Dijon ou Reims, se situaient loin derrière les villes françaises les plus importantes3 et les cités de Flandre4.

  • 5 Ce qui n’empêchait pas le développement d’une intense activité de cabotage qui voyait les marins br (...)

3À l’image des villes, les bourgeoisies étaient peu puissantes et engagées dans des activités diverses qui ne permettaient que des enrichissements médiocres5. Les quelques noms de bourgeois connus, que l’on retrouve à des postes importants dans l’appareil ducal sous François II – comme les Thierry de Rennes ou Pierre Landais de Vitré – ont acquis une célébrité, au moins provinciale, d’autant plus forte qu’ils constituaient des exceptions dans un univers dominé par des marchands petits ou moyens évoluant dans une société majoritairement rurale.

4Du fait de ces éléments, les villes eurent du mal à se dégager de la domination seigneuriale et à affirmer leur autonomie. Si le principal seigneur était le duc – il contrôlait en totalité vingt-cinq villes et exerçait une tutelle sur la majeure partie du territoire des trois plus grandes d’entre elles, à savoir Nantes, Rennes et Vannes –, il devait cependant tenir compte de l’influence concurrente des grands seigneurs du duché – les Laval, les Rohan, les Rieux – qui, du fait de l’importance de leurs possessions, contrôlaient un certain nombre de cités placées souvent en position stratégique sur les frontières de Bretagne comme Châteaubriant, La Guerche, Vitré (possessions des Laval), sur les principales voies de communication comme Ancenis (possession des Rieux) ou au cœur même de la principauté comme Pontivy, Josselin (possessions des Rohan). Si le duc avait le droit d’y nommer des capitaines, il devait cependant avoir l’agrément des autorités locales, civiles ou religieuses, ce qui constituait une source de faiblesse, particulièrement en période de tension.

  • 6 Jean-Christophe Cassard, « Les villes dans la guerre de Succession », Mémoires de la Société d’Hist (...)
  • 7 Dans le cas de Nantes, les bourgeois avaient été associés dès le 16 octobre 1344 à la levée des imp (...)
  • 8 La fuite du duc en 1373 s’explique en partie par la certitude qu’il avait de ne pas être soutenu pa (...)

5L’autre élément qui retarda la mise en place d’une politique urbaine de la part des Montfort, c’est le ralliement de la plupart des villes à Charles de Blois lors de la guerre de Succession de Bretagne de 1341 à 1365. À l’exception de quelques cités méridionales comme Auray, Hennebont ou Quimper qui, pour des raisons économiques, soutinrent très tôt Jean de Montfort puis son fils, les autres villes – dont Nantes et Rennes – apportèrent leur appui au candidat soutenu par le roi de France qui leur paraissait, du fait de son mariage avec Jeanne de Penthièvre, comme le prétendant légitime à la couronne ducale6. Cet engagement des élites urbaines en faveur de son adversaire fit naître chez Jean IV une méfiance à leur encontre : après la victoire d’Auray en 1364, il ne les associa pas à la signature du premier traité de Guérande en 1365 et il remit en cause les privilèges qui avaient été accordés par son rival7. Il renonça enfin, jusqu’à son exil en1373, à convoquer les États où les villes auraient pu faire entendre leur voix8.

6Ce n’est qu’après son retour d’Angleterre en 1379, retour qui fut favorisé par le ralliement à sa cause des principaux nobles mais aussi des élites urbaines excédées par les exactions commises par les capitaines français en charge des principales places fortes, que sa politique subit une inflexion importante et qu’il accorda aux villes plusieurs faveurs, ouvrant ainsi la voie à une politique urbaine plus active qui fut approfondie par ses successeurs.

  • 9 Jean Kerhervé, L’État breton aux 14e et 15e siècles : Les ducs, l’argent et les hommes, Paris, Malo (...)
  • 10 Les bourgeois surent par ailleurs étendre le champ de leurs privilèges en obtenant dans quelques ci (...)

7Cela se traduisit d’abord par la distribution d’exemptions de fouage, le principal impôt direct qui avait été mis en place en 1365. De vingt-sept villes exemptes en 1427, le nombre passa à quarante sous le règne du duc François Ier avant de se stabiliser à trente-deux sous François II9. En lieu et place du fouage, les Montfort contraignirent les villes à payer des aides qui devinrent annuelles à partir des années 1420 ; mais elles restèrent toujours à un niveau modeste et ne remirent pas en cause le statut privilégié des urbains, d’autant qu’une partie des sommes prélevées leur revinrent soit sous forme de contribution de l’État au financement des fortifications urbaines, soit sous forme de dépenses à caractère somptuaire10. Les ducs cédèrent par ailleurs aux villes le droit de prélever des taxes afin de faire face aux frais d’entretien des murailles mais aussi pour mener les grands travaux d’aménagement des ponts et des rues : apparues au moins dès le xive siècle à Rennes ou à Nantes, elles s’étendirent à la plupart des cités dans la première moitié du xve siècle sous des noms divers comme les droits de cloison, de ménage, le denier pour livre ou encore le billot. Engagés dans une politique de renforcement de leur autonomie, les ducs furent ainsi progressivement contraints de s’appuyer sur les élites bourgeoises pour mettre les villes en état de défense et renforcer les structures militaires de leur principauté.

  • 11 Celles-ci s’inspirèrent du modèle administratif développé dans les fabriques paroissiales : Arthur (...)
  • 12 À Nantes, ce ne fut véritablement qu’au début des années 1540 que le miseur fut effectivement élu p (...)
  • 13 Jean-Pierre Leguay, op. cit., p. 84-87.

8Fortifications et prélèvements fiscaux favorisèrent la structuration des institutions urbaines11 et la désignation de responsables pour les animer. Parmi eux, il faut mentionner les miseurs nommés pour gérer les impôts urbains12 puis les conseils de notables réunis pour s’occuper des questions d’ordre général. L’évolution sur ce point fut accélérée par le soutien apporté par la majeure partie des villes bretonnes à Jean V lors de son enlèvement par les Penthièvre en 1420. La même année, en signe de remerciement, il autorisa les bourgeois nantais à élire un conseil des douze doté d’importantes prérogatives puisqu’il reçut le pouvoir d’élire un procureur pour représenter la communauté urbaine et qu’il eut pour tâche d’administrer les finances urbaines, d’établir un budget annuel et de surveiller les fortifications. Des institutions identiques furent mises en place au même moment dans d’autres villes comme Guingamp ou Rennes où le pouvoir ducal chercha là aussi à s’appuyer sur une minorité de notables enrichis et à en faire le relais de son autorité13.

  • 14 Jean V choisit de se faire inhumer dans la cathédrale de Tréguier alors que Jean IV, Arthur III et (...)
  • 15 La cour ducale s’installa à Nantes dans les années 1460, permettant l’épanouissement d’un mécénat a (...)

9Parallèlement, les villes furent associées aux délibérations des États de la principauté : sous le règne de François II (1458-1488), vingt-cinq d’entre-elles furent régulièrement convoquées pour, aux côtés des représentants des nobles et du clergé, approuver le montant des impôts, donner leur avis sur les réformes en matière d’institutions, approuver les traités signés. Quelques cités enfin furent choisies comme points d’ancrage du pouvoir, soit par l’édification de châteaux princiers – le château de l’Hermine à Vannes, la Tour Neuve à Nantes – soit par l’implantation d’institutions centrales – la chambre des comptes et le parlement, à partir de 1485, à Vannes –, soit par leur implication dans des cérémonies visant à exalter la puissance souveraine des ducs – Rennes devint ainsi la ville du couronnement ducal alors que Nantes et Tréguier étaient choisies comme lieux d’inhumation de plusieurs ducs14 –, soit encore15 sur le plan culturel. Le développement de l’État offrit par ailleurs aux bourgeois des occasions de s’employer dans les services de l’administration centrale ou dans les différentes recettes mises en place pour la perception de l’impôt.

  • 16 Il n’y a jamais eu de véritable commune en Bretagne sauf peut-être à Saint-Malo.
  • 17 Il en existait une à Dinan dans la tour de l’Horloge. À Nantes, les bourgeois se réunissaient soit (...)
  • 18 Le seul cas véritablement attesté est celui de Guingamp mais les descriptions que l’on en conserve (...)

10Grâce à toutes ces avancées, un dialogue se noua au fil du xve siècle entre le pouvoir ducal et les principales cités bretonnes qui s’apparentèrent ainsi, si l’on reprend la terminologie employée pour les cités du royaume de France, à de « bonnes villes ». Certes les structures urbaines étaient encore mal dégagées de l’emprise seigneuriale et du cadre paroissial16, les corps de ville souffraient d’une certaine immaturité qui était symbolisée par la rareté des maisons communes17 et l’absence de véritable justice bourgeoise18, mais des progrès certains avaient été accomplis par rapport aux débuts de l’administration des Montfort.

  • 19 À la différence des villes flamandes.

11À l’exception notable de Saint-Malo dont les élites avaient à plusieurs reprises cherché la protection de la papauté et des rois de France, l’émancipation des villes n’avait pas suscité de conflit19 avec l’autorité ducale. Dans une principauté largement dominée par la noblesse, où les structures marchandes restaient fragiles, une certaine entente s’était créée entre la bourgeoisie et les ducs. Celle-ci se manifesta en 1486, quand les procureurs des villes aux États de Bretagne approuvèrent la demande formulée par François II, en l’absence d’héritier mâle, de pouvoir transmettre à sa mort la couronne ducale à sa fille Anne, condition qui devait permettre de garantir la pérennité d’un duché autonome.

  • 20 On peut leur adjoindre les villes dépendantes du vicomte de Rohan – comme Landerneau, Josselin, Pon (...)
  • 21 Le scénario se répéta de 1488 à 1491 quand les villes dépendantes du comte de Laval rejoignirent en (...)
  • 22 Il faut mentionner le cas particulier de Brest qui se rendit sans résistance à la fin du mois de ja (...)

12Le véritable test de la solidité des liens entre les ducs et les villes fut cependant fourni par les guerres de Bretagne entre 1488 et 1491 : à l’exception, notable et décisive, de la bataille de Saint-Aubin-du-Cormier en juillet 1488, elles s’apparentèrent à une guerre de siège. Sans entrer dans le détail des péripéties militaires, on constate que les villes connurent globalement trois évolutions. La première concerne les cités qui se rendirent aux armées royales sans opposer de résistance20. Ce fut le cas d’Ancenis, Châteaubriant, La Guerche, Redon et Vitré en 148721 : toutes ces villes eurent une attitude en tout point conforme à celle de leur principal seigneur qui soutint très tôt Charles VIII à l’instar du comte de Laval, ou qui favorisa dans un premier temps son action comme le maréchal de Rieux. Dans ces cas, c’est la domination seigneuriale qui joua un rôle prédominant, révélant la fragilité des liens de fidélité avec les Montfort et le faible impact de leur politique urbaine dans les domaines des grands nobles de la principauté22.

  • 23 À la fin de l’année 1487, celle-ci avait victorieusement résisté aux troupes de Pierre de Rohan qui (...)
  • 24 Après le traité du Verger en août 1488, le roi garda le contrôle de Saint-Malo, Dinan, Fougères, Sa (...)

13Un deuxième groupe réunit des villes – ce fut la majorité – qui tentèrent de résister aux troupes du roi : elles ne purent que supporter des sièges brefs du fait de la supériorité de l’artillerie française, du fait aussi de l’insuffisance de leurs fortifications, du fait enfin de la lassitude qui ne tarda pas à s’installer au sein de leur population, mais leur résistance, aussi brève fut-elle, manifesta de leur part un attachement au pouvoir ducal. Situées un peu partout dans la principauté – avec une prédominance toutefois pour la Basse-Bretagne –, elles furent le plus souvent victimes de politiques de représailles sévères à l’exemple de Ploërmel qui fut systématiquement pillée en 1487 ou de Guingamp23 qui fut rançonnée pas moins de trois fois entre 1489 et 149124. Prises rapidement, elles changèrent facilement de camp quand l’opportunité se présenta : ainsi toutes les villes dont les troupes royales s’étaient emparées sans trop de difficulté, au début de l’année 1489, repassèrent dans le camp ducal à la fin du printemps quand le maréchal de Rieux lança une vigoureuse offensive.

  • 25 Elle ne subit pas de véritable siège en 1488 en raison de la défaite prématurée des armées bretonne (...)
  • 26 Rennais et Cornouaillais principalement : un marchand quimpérois, Michel Marion, entra dans la lége (...)

14Un dernier groupe enfin comprit les deux « capitales » du duché, à savoir Rennes et Nantes. La première ne fut jamais prise par les troupes royales25 et servit d’ultime refuge à Anne de Bretagne en 1491. La seconde eut une évolution plus contrastée. En 1487, sous la direction du duc d’Orléans et de Dunois, elle offrit – du 19 juin au 6 août – une résistance opiniâtre à l’armée royale qui dut renoncer à s’en emparer. Cette résistance s’explique par l’importance de la garnison – environ 4 000 hommes –, par la qualité des défenses et de l’armement mais aussi par une mobilisation incontestable de la population. Ainsi les Nantais participèrent massivement aux opérations de défense de leur ville et ils reçurent le soutien des habitants des cités voisines comme Guérande mais aussi du reste de la Bretagne26. La défense de Nantes permit l’expression d’un certain « sentiment national » puisque les combattants se regroupèrent derrière les bannières herminées qui étaient devenues l’emblème des ducs au fil du xve siècle et qu’ils se placèrent sous la protection des principaux saints de Bretagne, notamment saint Yves qui apparaissait comme le saint patron du duché depuis le xive siècle.

  • 27 Dont Anne n’avait pas voulu pour époux, ce qui entraîna son départ pour Redon puis Rennes. En prena (...)

15De 1488 à 1491, les choses furent plus complexes du fait que Nantes échappa très vite au contrôle de la duchesse Anne. Victime des différends qui existaient à la cour bretonne au sujet du mariage de cette dernière, elle tombadès 1488 entre les mains du maréchal de Rieux et d’Alain d’Albret27 : mécontent d’avoir été éconduit par la duchesse, celui-ci livra le château au roi dans la nuit du 19 au 20 mars 1491, rendant ainsi toute résistance impossible. Avant même le début du siège de Rennes, la prise de Nantes signifia pour le roi un atout de taille puisque c’est de là qu’il commença à gouverner le duché, marquant ainsi le début de la politique d’intégration de la Bretagne au royaume. Nantes fut donc tour à tour le symbole d’un attachement des populations urbaines aux Montfort et celui d’une soumission au pouvoir royal du fait tout à la fois de la versatilité de ceux qui la contrôlaient et de la lassitude d’une partie des habitants désireuse de voir revenir la paix. Son comportement montre tout à la fois que la politique urbaine des Montfort avait rencontré un écho favorable chez les élites, mais que les villes éprouvaient encore des difficultés pour s’affirmer comme des acteurs à part entière sur la scène politique et qu’une grande partie d’entre elles aspiraient à la paix. Ces éléments conditionnèrent la politique d’intégration adoptée par les rois de France à leur égard à partir de 1491, deuxième point que nous aimerions maintenant traiter.

LA POLITIQUE D’INTÉGRATION SOUS LES ROIS DE FRANCE (1491-ANNÉES 1540)

L’apparent immobilisme de la première moitié du xvie siècle

  • 28 Jean-Pierre Leguay, « La duchesse Anne et ses bonnes villes », dans Actes du colloque, 1491, La Bre (...)
  • 29 Rappelons qu’Anne de Bretagne, après la mort de Charles VIII, épousa son successeur Louis XII en 14 (...)

16La diversité d’attitude des villes de 1488 à 1491 aurait pu inciter le roi à moduler sa politique à partir de son mariage avec Anne de Bretagne, mais dans la pratique il n’en fut rien. On ne relève en effet ni politique de représailles ni politique de favoritisme à l’égard de certaines villes à partir de 1491. Tout semble continuer comme avant, sans rupture apparente. Il est vrai que nombre de cités avaient été profondément marquées par les guerres28, que leur principal souci était de panser leurs plaies et que l’heure n’était donc pas pour elle à la révolte et ce d’autant plus que par son mariage avec la fille de François II, Charles VIII était devenu duc de Bretagne. En tant que tel, il apparaissait comme le seigneur légitime de la majeure partie des cités et n’avait qu’à substituer son autorité à celle des Montfort. S’appuyant sur cette réalité, Charles VIII, ainsi que ses deux successeurs29, n’eurent pas d’autre d’ambition, en premier lieu, que de maintenir le statu quo. Cette volonté se lit d’abord dans la confirmation des privilèges urbains, qu’il s’agisse des exemptions de fouages, du droit de percevoir des taxes ou de disposer d’une administration autonome. À Nantes, Charles VIII reconnut ainsi, dès son entrée dans la ville en mars 1491, la constitution accordée aux bourgeois par Jean V. Il y ordonna même la construction d’une maison commune « comme il est de coutume dans les bonnes villes de France ».

  • 30 Un soin plus grand semble même être apporté à la tenue des registres et à la conservation des archi (...)

17L’examen des archives conservées révèle que les conseils des bourgeois continuèrent à se réunir normalement à la fin du xve et au début du xvie siècle à Nantes mais aussi dans les autres villes du duché30. Les hommes qui les animaient furent les mêmes que ceux que l’on rencontrait à la fin de la période ducale : ainsi à Rennes, on trouve les Champion, descendants d’une famille de monnayeurs au temps des ducs ou encore les Thierry, héritiers d’un trésorier général de François II. Les rois s’appuyèrent sur les notables sans se préoccuper de leurs engagements passés et confortèrent leur prééminence en leur accordant des faveurs dont les effets profitèrent à une majorité de citadins.

  • 31 En 1493, Charles VIII transféra de Nantes à Lyon la foire de « l’apparition ».
  • 32 Les Malouins reprochaient à l’évêque d’avoir confisqué et détruit une partie des archives municipal (...)

18Cela se vérifie sur le plan économique dans le maintien des foires existantes ou dans l’installation de nouvelles qui permirent de stimuler l’activité économique31 ; cela se remarque également dans le domaine statutaire avec le renforcement du statut de bourgeois. Ainsi à Nantes, les habitants virent confirmé leur droit à être jugé par la juridiction ordinaire de la cité et celui d’acquérir des fiefs nobles. Dans un seul cas, les rois intervinrent activement dans la vie interne d’une ville et encore l’affaire fut-elle menée par Anne de Bretagne en 1513, c’est-à-dire à un moment où elle disposait de larges prérogatives dans l’administration de la Bretagne : c’est celui de Saint-Malo où les bourgeois, toujours à la pointe du mouvement d’émancipation, entrèrent en rébellion ouverte contre l’évêque, principal seigneur de la ville, en lui reprochant d’augmenter exagérément les taxes qu’il percevait et de ne pas respecter les libertés municipales32. Après la confrontation des points de vue, la reine, dont on peut deviner qu’elle n’était pas mécontente d’intervenir dans les querelles d’une cité qui avait toujours mal accepté l’autorité des Montfort, interdit au clergé de se mêler des affaires judiciaires des citadins et confirma les institutions urbaines. Ce cas mis à part, il ne semble pas y avoir eu de changement significatif dans les institutions urbaines au cours de la première moitié du xvie siècle, institutions qui conservèrent de ce fait, comme sous les Montfort, une certaine immaturité qui put, dans l’immédiat, servir les intérêts de la politique royale.

  • 33 Qui soulignait, comme aux temps des Montfort, la prééminence de la Bretagne orientale sur la partie (...)
  • 34 Sous Charles VIII, la chancellerie perdit une grande partie de ses prérogatives et fut réduite à un (...)

19Le même souci de maintenir le statu quo se retrouve dans la répartition des institutions au sein de la province. Certes la chambre des comptes, cour « souveraine » la plus ancienne de Bretagne, fut-elle, dès le règne de Charles VIII, transférée de Vannes à Nantes, après qu’une commission royale dirigée par le maître des comptes parisien Olivier Le Roux eut formulé un avis en ce sens, en soutenant l’idée que les archives y seraient plus en sécurité et plus proches des centres nerveux du pouvoir royal qui restait alors fidèle aux rivages de la Loire. Le transfert semblait donc découler d’une volonté de mieux contrôler la province. Un examen plus attentif des faits montre qu’il pouvait apparaître aussi comme une mesure de compensation pour Nantes qui subissait de plein fouet, avec l’intégration de la Bretagne au royaume, les effets de la disparition de la cour ducale et du mécénat que sa présence entraînait. En plus de la chambre des comptes, Nantes fut d’ailleurs choisie, dès 1491, comme lieu d’établissement du général des finances et confortée dans son rôle de capitale financière de la Bretagne. Pour Vannes, la perte ne fut pas totale puisqu’elle eut pour mission d’accueillir, à partir de1495, les séances annuelles des Grands Jours qui avaient été eux aussi confirmés, après un temps d’hésitation, par le roi. Rennes enfin ne fut pas oubliée dans cette attribution de fonctions33 et eut pour mission de recevoir, en alternance avec Nantes, les séances de la chancellerie34 .En faisant de Rennes, Vannes et Nantes les relais privilégiés de son autorité, la monarchie affirmait la prééminence « institutionnelle » de la partie orientale de la Bretagne, mais il n’y avait pas là rupture puisque les ducs de la famille Montfort n’avaient pas procédé autrement tout au long du xve siècle.

  • 35 Le montant des aides versées par les villes bretonnes fluctua ainsi entre 3 000 et 4 000 livres dan (...)

20Dans l’adoption de toutes ces décisions, on peut deviner que le pouvoir royal fut sensible à la pression des notables des différentes cités. L’intégration des villes bretonnes ne fut pas un processus unilatéral dont la monarchie aurait contrôlé tous les aspects ; elle fut aussi le produit d’un dialogue entre les représentants du roi et ceux des villes qui acceptèrent de ce fait de développer leur action dans le nouveau contexte politique. Ce dialogue put être informel grâce aux relais – membres du haut clergé et de la noblesse, personnel des hôtels royaux... – dont pouvaient disposer les citadins ; il prit aussi un caractère institutionnel par le biais de la présence des délégués urbains lors des États provinciaux. Ceux-ci furent convoqués régulièrement chaque année et c’est dans ce cadre que les demandes fiscales de la monarchie, notamment en ce qui concerne les aides ou les impôts et billots, continuèrent à être discutées. Là aussi les privilèges furent confirmés et permirent le maintien d’une pression fiscale modérée35 facilitant l’acceptation par les populations urbaines de l’entrée de la Bretagne dans le royaume.

  • 36 Notamment par le biais des lettres remises aux commissaires du roi aux États provinciaux.
  • 37 Les villes contribuèrent aussi au paiement de la rançon du roi en 1529.
  • 38 Pierre Marec, sénéchal de Rennes en 1536 et en 1538, Julien Bourgneuf, maître des requêtes, toujour (...)

21Quand des exigences supplémentaires furent présentées, le pouvoir veilla à respecter les formes, c’est-à-dire à expliquer sa politique36 et à obtenir un certain consentement des élites. Cela se remarque sous Charles VIII quand il ordonna, en 1495, la construction de deux navires de 1 000 tonneaux pour la campagne d’Italie et plus encore sous François Ier qui, à partir des années 1520, pressé par l’urgence financière, eut recours à toutes les formes de prélèvement extraordinaire sur les villes, qu’il s’agisse de contributions au paiement de la solde des gens d’armes – 1523, 1537, 1538, 1544 –, de la saisie des deniers communs en 1527-1528, ou encore de la souscription à des emprunts obligatoires37 en 1536, en 1542, 1547-1548. La recherche du consentement des villes passa par l’envoi, à plusieurs reprises, de commissaires pour expliquer les demandes royales : en 1495, ce furent l’ancien chancelier de Bretagne, Philippe de Montauban, et le maréchal de Gié qui furent choisis ; sous François Ier, on eut davantage recours à des sénéchaux ou à des conseillers du parlement de Bretagne38 en association parfois avec des membres du Grand Conseil comme Nicolas Corbin en 1538. Dans tous les cas, on veilla à bien répartir la charge entre les cités : en 1523, la somme à payer par chacune d’entre elles – sur les 12 000 livres demandées – fut déterminée à la suite de la réunion à Rennes de l’ensemble des procureurs et une procédure identique fut adoptée pour l’emprunt de 1547-1548. Des garanties furent également accordées en matière de remboursement des emprunts : en 1536, le roi assura qu’il avait déjà fait délivrer les acquits permettant au trésorier de l’Épargne de restituer les sommes demandées. De même en 1545, il autorisa les habitants de Rennes à lever des droits sur les cidres et les vins pour pourvoir au remboursement de ceux qui avaient cotisé à l’emprunt de 1543. Dialogue, respect des privilèges, absence de prélèvements abusifs semblent donc être les maîtres mots de la politique royale fin xve, début xvie siècle. Cette politique ne fut sans doute pas différente de celle qui était menée dans les villes des autres provinces du royaume au même moment mais dans le cas breton, en l’absence de révoltes, elle fut un succès indéniable.

Un contrôle maintenu sur les villes

  • 39 J. Vailhen, op. cit., p. 431.

22Le respect des usages ne saurait pourtant masquer la réalité de la prise de contrôle ni les évolutions dans la politique suivie. Sur ces deux plans, on retrouve les rythmes que nous avions mis en évidence dans notre thèse en analysant la politique d’intégration dans le domaine financier. Pour les villes, trois temps peuvent être également distingués qui correspondent globalement aux règnes de la période. Sous Charles VIII, on assista à une politique sans ambiguïté de prise de contrôle qui conduisit symboliquement, dès mars 1491, le maréchal de La Trémoille à prendre des otages parmi la noblesse et les bourgeois de la ville de Nantes et à les incarcérer temporairement au château pour éviter tout mouvement de rébellion. Il fit changer dans le même temps toutes les serrures des portes et confia la fabrication de nouvelles à des « claveures » venus d’Angers39.

  • 40 Ce sont ces villes que Charles VIII avait gardées sous son contrôle après la signature du traité du (...)

23Charles VIII nomma ensuite des capitaines fiables dans une série de places stratégiques comme Nantes où il institua La Trémoille en 1491, Concarneau – dont le receveur, en la personne de Nicolas Duval, fut l’un des rares officiers domaniaux choisis en dehors de la province –, Dinan – qui fut abandonnée aux agents du vicomte de Rohan –,Saint-Malo voire Fougères40. Poursuivant la stratégie adoptée après l’adoption du traité du Verger en août 1488, le roi tint à garder de solides points d’appui dans le duché afin de parer à toute éventualité. Dans le droit fil de cette politique, des précautions furent prises, au début des guerres d’Italie en 1494-1495, pour assurer tout à la fois la sécurité de la province et sa fidélité. Des dépenses importantes furent consacrées à des travaux de fortification et l’on note un peu partout une augmentation des garnisons : à Saint-Malo, le nombre de mortes-payes fut ainsi doublé et porté à 200. Dans la plupart des cas, le paiement de ces soldats dépendit d’officiers choisis en dehors de la province.

  • 41 J. Vailhen, op. cit., p. 213. Cette somme fut jugée insuffisante par les édiles nantais qui tournèr (...)

24À partir de 1492, le roi exerça par ailleurs un contrôle plus étroit sur les finances urbaines en rappelant, comme dans le cas de Nantes, que le conseil des bourgeois devait affecter les ressources à « l’œuvre de la ville et non ailleurs », en établissant une différence entre mises ordinaires et mises extraordinaires et en décidant que seules les premières seraient laissées à l’appréciation de l’assemblée qui disposerait pour y faire face d’une somme de 1 500 livres à 2 000 livres41.

  • 42 Elle fit notamment don à la population du deuxième terme du fouage pour l’année 1498 et fit émettre (...)
  • 43 La reine Anne confia dans le même temps à des gens de confiance les portions importantes du domaine (...)

25Cette évolution connut cependant un arrêt brutal avec le décès du roi en avril 1498 qui permit à Anne de Bretagne de retrouver ses pouvoirs de duchesse et de procéder à un mouvement de restauration qui fit sentir ses effets jusqu’à son décès en 1514. Il se manifesta, à l’intention des villes, par une opération de séduction de l’opinion qui commença aussitôt après la mort de Charles VIII et donna lieu à une politique d’information des bourgeois bretons des tractations en cours à propos de son projet de mariage avec Louis XII, à la mise en place à la tête des villes de conseils réunissant les membres des trois ordres qui furent chargés de faire connaître au roi leur attachement à la duchesse. Elle se poursuivit, toujours en cette année 1498, par la venue de celle-ci en Bretagne au cours du mois d’octobre. Elle séjourna à cette occasion dans les deux capitales, Rennes et Nantes, et y adopta une série de mesures symboliques42 destinées à réaffirmer son autorité. Parallèlement, une politique de prise en main fut engagée qui se traduisit par le remplacement des capitaines hérités du règne de Charles VIII et la nomination de gens qui avaient fait la preuve de leur dévouement avant 1491 : Jean de Mondragon remplaça La Trémoille à Nantes, le chancelier Philippe de Montauban fut nommé à Ploërmel et le prince d’Orange à Rennes43.

26Forte des positions acquises, Anne fit célébrer son second mariage à Nantes en 1499, y fit reconnaître par le roi Louis XII un traité par lequel elle imposait le principe d’une double administration de la Bretagne et celui d’une dévolution du duché au second enfant qui naîtrait de leur union. Jusqu’à sa mort en 1514, elle put ainsi intervenir activement dans les affaires du duché. Dans le domaine urbain, elle poursuivit les travaux de fortification dans les places stratégiques comme à Saint-Malo ou à Nantes (dont les remparts furent achevés). Elle conforta le statut de capitale de cette dernière en y maintenant la chambre des comptes et en y rétablissant une trésorerie de l’Épargne. Ville facilement accessible par la Loire, Nantes eut ainsi pour vocation de servir tout à la fois de lieu de résidence lors des séjours de la reine dans la province et d’éventuel refuge en cas de mort prématurée du roi.

27L’échec des projets de mariage pour sa fille Claude ne mit pas fin à ses ambitions : en 1505 elle accomplit un tour de Bretagne au cours duquel elle visita les principales villes. L’entrée dans chacune d’entre elles donna lieu à un cérémonial étudié : le plus fameux se déroula à Morlaix où un arbre généalogique « vivant » fut élaboré afin de rappeler les origines prestigieuses – et mythiques – de sa famille. Elle confirma dans le même temps tous les dons et privilèges qui avaient été accordés par ses prédécesseurs. Pendant le voyage et dans les années suivantes, elle intervint pour assurer un fonctionnement régulier des institutions ducales à Rennes et à Nantes et garantir la survie du gouvernement breton. Tout au long de son second règne, Anne manifesta donc la volonté de maintenir une Bretagne distincte du royaume en faisant des élites urbaines, au même titre que de la petite et moyenne noblesse, des relais privilégiés de son autorité.

28Cette politique échoua du fait de l’absence d’héritier mâle capable de maintenir une direction autonome de l’ancienne principauté, du fait aussi d’un refus des élites urbaines de suivre la reine jusqu’au bout de ses projets, refus qui fut symbolisé par leur ratification du projet de mariage entre Claude et François d’Angoulême en 1506. Par cette approbation, il apparaissait que les villes bretonnes avaient fait leur deuil de l’idée d’indépendance de la principauté de Bretagne et qu’elles étaient surtout attachées à trois éléments : la paix qui créait les conditions d’une reconstruction économique et évitait des prélèvements financiers trop élevés, les privilèges qui leur avaient été concédés par les Montfort et confirmés par les rois et qui leur permettaient de se gouverner assez librement, la présence enfin au sommet de l’État d’une autorité qui pût leur servir d’interlocuteur privilégié et de garantie des positions acquises. Le mariage de François d’Angoulême et de Claude garantissait ces trois points : il n’y avait donc pas pour elles de raison majeure de s’y opposer.

  • 44 Dans les lettres adressées au roi par les édiles nantais, les reines Anne et Claude étaient qualifi (...)
  • 45 A.M. Nantes, CC 110, folio1.

29À partir de son avènement, François Ier jouit de ce fait d’une marge de manœuvre assez grande et ce d’autant plus que la reine Claude lui abandonna l’administration de la Bretagne dès 1515. Il ne put cependant faire ce qu’il voulait. Les responsables des villes manifestèrent à plusieurs reprises leur attachement à la tradition. Dans les registres de délibérations de la ville de Nantes, François Ier n’était qualifié que « d‘usufruitaire du pays et duché et légitime administrateur du dauphin, duc propriétaire »44. De la même façon, les édiles nantais protestèrent en 1517 contre les clauses du projet de mariage de la première fille de François Ier, Louise, avec le futur Charles Quint, arguant du fait qu’il pourrait entraîner une violation des traités passés concernant la Bretagne et qu’il permettrait la dévolution de cette dernière à quelqu’un d’autre qu’à l’héritier légitime d’Anne ou de Claude. Ils tenaient à préciser en l’occasion que le lien d’allégeance qui existait entre la Bretagne et le roi – qui était lien « par droit de justice et de raison » – ne pouvait être rompu que du consentement des deux parties et que si le serment des habitants ne pouvait être reporté sur un autre prince, le roi ne pouvait, quant à lui, transférer les droits qu’il avait sur le duché à quelqu’un d’autre. Les bourgeois manifestèrent enfin un attachement répété aux franchises de la ville : ainsi quand l’opération de contrôle des finances urbaines se tint à plusieurs reprises dans le château, en lieu et place de la maison commune, les bourgeois demandèrent à chaque fois des lettres de non-préjudice45 afin de préserver une certaine autonomie en matière financière.

  • 46 L’enterrement du cœur à Nantes constituerait ainsi sur le plan symbolique la fin de la période qui (...)

30Cet attachement à la tradition amena le roi à procéder avec prudence dans la prise en main de la province et à manifester, sur le plan symbolique, son souci de se placer dans la continuité des anciens ducs de Bretagne. En 1514, fut organisée à Nantes une cérémonie solennelle pour l’enterrement du cœur de la reine Anne. Elle revêtit une double signification : pour la monarchie qui finançait, elle marquait la fin de l’État breton46 et constituait le prolongement local des funérailles royales qui avaient eu lieu quelque temps auparavant à Saint-Denis, au cours desquelles un message semblable avait été délivré ; pour les Nantais qui y assistaient, elle constituait tout à la fois un hommage rendu par l’État à celle qui avait été deux fois reine de France et qui avait permis, finalement, l’intégration de la Bretagne au royaume et la reconnaissance d’une singularité de la province (dont le respect se manifestait par la présence sur le trône de sa fille). Dans la même perspective, François Ier accomplit en 1518, dans le cadre d’une opération de découverte du royaume, un tour de la Bretagne qui reprit presque point par point l’itinéraire suivi par la duchesse Anne en 1505. Là aussi le souci de rencontrer les élites urbaines et de s’assurer de leur fidélité se combina avec la volonté d’apparaître, aux yeux des populations, comme le continuateur, comme l’héritier légitime de la souveraine précédente.

  • 47 A.M. Nantes, BB 113.
  • 48 Bertrand d’Argentré, Histoire de Bretagne, édition de 1582, livre XII, p. 1171.

31Renforcer l’intégration sans rompre avec la tradition, tels furent les maîtres mots de la politique de François Ier jusqu’en1524, c’est-à-dire jusqu’à la mort de la reine Claude. A cette date, le régime d’union personnelle prit fin et imposa la nécessité d’une redéfinition des liens existant entre Bretagne et France. Aussitôt après le décès de Claude, François Ier exigea des procureurs des villes la prestation d’un serment de foi et hommage47. Il lui fallut ensuite préparer les conditions de l’union définitive au royaume de France. Faute de sources, il est impossible de savoir les tractations qui eurent lieu en l’occasion entre les villes et le pouvoir royal. Les réticences exprimées par le procureur des bourgeois de Nantes, Julien Le Bosec, lors de la tenue des États à Vannes en août 1532 au cours de laquelle les membres des trois ordres furent invités à solliciter l’union de leur province au royaume, sur les modalités du processus48 et sur ses implications éventuelles, révèlent à tout le moins que l’opération n’avait pas été précédée d’une campagne d’information systématique des autorités urbaines et que sa mise au point avait été, pour l’essentiel, décidée par les cercles de pouvoir. Ces maladresses expliquent peut-être pourquoi le roi prit un soin particulier à s’engager à respecter les privilèges de la Bretagne d’abord à Vannes puis à Nantes et qu’il accepta aussi de faire procéder au couronnement de son fils aîné comme duc de Bretagne le 14 août 1532 à Rennes. La cérémonie s’inspira du modèle du couronnement des ducs de la famille Montfort au xve siècle et connut un succès certain. Les frais alors engagés par la municipalité rennaise manifestèrent une adhésion au processus encours. Pour les bourgeois qui défilèrent dans les rues en cette journée, il ne faisait pas de doute que le dauphin, en tant que fils de la reine Claude et descendant de la duchesse Anne, était l’héritier légitime de la Bretagne ; ils acceptaient de ce fait l’idée, à plus ou moins long terme, de la réunion en une même personne des couronnes de Bretagne et de France, cela dans la mesure où leurs privilèges étaient garantis. Ce couronnement ducal fut le dernier et quand François Ier remit en 1540 l’administration de la Bretagne au dauphin Henri, le pouvoir ne songea à aucun moment à renouveler la cérémonie. La principauté bretonne appartenait ainsi définitivement au passé et les villes, qui en avaient constitué un temps l’une des bases, devenaient, au même titre que les autres unités qui composaient le royaume, un corps privilégié placé sous la tutelle et sous la protection du roi.

  • 49 Sous Henri II on doubla le nombre des receveurs du fouage et des grands officiers de finances. Cham (...)

32Dans l’immédiat, l’édit d’union donna à la monarchie une liberté de manœuvre dont elle n’avait jamais disposé jusque là. Contrastant avec le calme des règnes de Louis XII et de François Ier, la seconde moitié du xvie siècle vit s’épanouir des réformes dont les conséquences pour les villes furent importantes. Ainsi les rois modifièrent la carte administrative de la province, d’abord par la création des présidiaux qui conforta la prééminence de Nantes, Rennes, Vannes et à un moindre degré de Quimper, et surtout par la mise en place d’un parlement permanent en 1554. En liaison avec ces modifications institutionnelles, l’État accrut peu à peu le nombre de ses agents dans la province49.

  • 50 Les villes de Rennes – en 1548 –et de Vitré –en 1557 –avaient été dotées plus tôt de statuts mais c (...)

33Il dota ensuite les villes de statuts plus précis. Nantes et Morlaix furent ainsi les premières cités à être pourvues d’une municipalité en 156150. Par ces faveurs, la monarchie voulut sans nul doute améliorer l’administration de la province et des cités ; elle chercha très certainement aussi, dans un contexte de plus en plus difficile, à se procurer de nouvelles ressources pour financer les guerres auxquelles elle était confrontée, les villes, particulièrement celles qui connaissaient un important développement économique, devant servir, contre la garantie de leurs privilèges, de bailleurs de fonds à la trésorerie royale.

  • 51 Ce qui confirme cela, c’est qu’un grand nombre de cités se rallia à Henri IV aussitôt après sa conv (...)
  • 52 À la suite de sa venue à Nantes en 1565, Charles IX, dans le cadre de son grand tour de France, ord (...)
  • 53 Dans le cas nantais, la mise en place de la municipalité fut retardée de 1559 à 1564 par l’oppositi (...)
  • 54 Non contents d’avoir obtenu le parlement, les Rennais cherchèrent, jusque dans les années 1580 au m (...)

34Le résultat de ces multiples initiatives fut la révolte de la majeure partie des villes contre le pouvoir royal en 1589 à la suite du gouverneur Mercœur. À l’exception de Brest, Vitré et Rennes, la majeure partie des cités accordèrent leur soutien au mouvement ligueur. On peut voir dans cette rébellion un refus massif d’un roi protestant dans une province où la Réforme n’avait obtenu que peu d’adeptes51. Ne considérer la révolte que sous cet aspect serait pourtant réducteur : le mécontentement urbain fut certainement aussi le fruit de l‘accroissement de la pression fiscale – dont les effets précis restent à mesurer –qui tranchait avec le calme de la première moitié du xvie siècle ; il fut aussi le résultat de la politique brouillonne de la monarchie qui multiplia les réformes et suscita des mécontentements. Ainsi dans le même temps où elle dotait les municipalités d’institutions stables, signes d’une reconnaissance de leur personnalité, tenta-t-elle d’établir un contrôle plus étroit sur leurs finances et de limiter leur marge de manœuvre52. De la même façon, elle eut beaucoup de mal à contrôler ses propres agents – capitaines de villes, officiers des différentes cours de justice –qui, sur place, firent tout ce qui était en leur pouvoir pour limiter l’action des autorités urbaines, provoquant là encore des frustrations53. Elle ne sut pas enfin mesurer les conséquences des modifications qu’elle avait introduites dans la géographie institutionnelle de la province : le meilleur exemple est fourni par le parlement dont les membres siégèrent d’abord en alternance entre Rennes et Nantes, puis s’établirent dans cette dernière ville à partir de 1557, avant de s’installer, définitivement cette fois, à Rennes à partir de 1561. Ces hésitations nourrirent la rivalité entre les deux capitales de la province et provoquèrent très certainement un sentiment de rancœur au sein des élites nantaises54. Au vu de ces éléments, il n’est pas étonnant que Nantes fût, en Bretagne, à la pointe du combat ligueur et servît de capitale au duc de Mercœur jusqu’en 1598. Quand Henri IV y vint cette année-là, il octroya son pardon à ceux qui avaient contesté son pouvoir mais décida que désormais la monarchie désignerait le maire de la ville sur une liste de trois noms que lui proposerait l’assemblée générale des chefs de famille. Le retour au calme se traduisait donc par une réduction de la liberté électorale et liait la confirmation des privilèges à la mise en place d’une plus grande tutelle royale.

CONCLUSION

35Au terme de cette étude, on peut donc retenir qu’en Bretagne, les villes, malgré leur dimension réduite, servirent aux xive et xve siècles de relais au pouvoir des ducs de la famille Montfort et de points d’appui dans leur politique d’émancipation par rapport au royaume de France. En contre partie des privilèges qui leur furent accordés, elles acceptèrent de soutenir François II puis Anne de Bretagne lors des guerres qui se déroulèrent de 1487 à 1491. Malgré cette résistance, leur intégration au royaume ne posa pas de problèmes majeurs. Les rois évitèrent, au cours de la période de transition que constitua le passage de l’union personnelle à l’union définitive, toute réforme intempestive et ils obtinrent le soutien de notables urbains qui voulaient le maintien de la paix et la confirmation des avantages acquis. Les guerres de Religion vinrent là comme ailleurs perturber les équilibres et précipitèrent les villes dans la rébellion : si celle-ci ne constitua pas de la part des autorités urbaines l’expression d’un sentiment de nostalgie par rapport à l’ancienne principauté bretonne dont Mercœur aurait pu être le nouveau dirigeant, elle révéla cependant un attachement aux privilèges urbains, à un mode de fonctionnement relativement autonome qui avaient été mis en place par les Montfort, respectés par les rois de la première moitié du xvie siècle mais remis en cause pendant les guerres de Religion. En cela les mesures adoptées par Henri IV, à tout le moins dans le cas nantais, mirent fin à un cycle de l’histoire urbaine bretonne, faisant évoluer désormais celle-ci au rythme du royaume.

Notes

1 Dominique Le Page, Finances et politique en Bretagne au début des temps modernes, 1491-1547, Paris, C.H.E.F.F., 1997.

2 Soit 70 000 à 80 000 habitants sur un total de 1 250 000 habitants, Jean-Pierre Leguay, Un Réseau urbain au Moyen Âge : les villes du duché de Bretagne aux xive et xve siècles, Paris, Maloine, 1981, p. 385.

3 Comme Rouen, Lyon, Bordeaux qui comptaient environ 30 000 habitants et bien entendu Paris.

4 À la fin du xve siècle, 36 % de la population vivait dans les villes en Flandre, 46 % en Hollande. Gand comptait 45 000 habitants, Bruges près de 40 000, Amiens, Bruxelles plus de 20 000, Bertrand Schnerb, L’État bourguignon, 1363-1477, Perrin, 1999.

5 Ce qui n’empêchait pas le développement d’une intense activité de cabotage qui voyait les marins bretons fréquenter les principales routes maritimes du Portugal à la Zélande. Ces trafics se faisaient pourtant essentiellement avec des bateaux de faible tonnage et n’entraînaient pas de concentration de capitaux, Henri Touchard, Le commerce maritime breton à la fin du Moyen Âge, Paris, les Belles lettres, 1967.

6 Jean-Christophe Cassard, « Les villes dans la guerre de Succession », Mémoires de la Société d’Histoire et d’Archéologie de Bretagne, tome LXXVI, 1998, p. 85-109.

7 Dans le cas de Nantes, les bourgeois avaient été associés dès le 16 octobre 1344 à la levée des impôts par Charles de Blois. Ce droit fut remis en cause par Jean IV dès 1365 et ce n’est qu’en 1393 qu’il revint sur sa décision.

8 La fuite du duc en 1373 s’explique en partie par la certitude qu’il avait de ne pas être soutenu par les élites urbaines.

9 Jean Kerhervé, L’État breton aux 14e et 15e siècles : Les ducs, l’argent et les hommes, Paris, Maloine, 1987, t. 1, p. 9397.

10 Les bourgeois surent par ailleurs étendre le champ de leurs privilèges en obtenant dans quelques cités comme Nantes le droit d’acquérir des fiefs nobles (sous François II), l’exonération des droits de lods et ventes sur les acquisitions faites dans le cadre du fief ducal. De façon plus générale, les ducs distribuèrent des privilèges économiques comme les foires et marchés, associèrent les notables à la police des denrées et à la surveillance des poids et mesures et des prix. Ils accordèrent aussi de nombreuses franchises portuaires.

11 Celles-ci s’inspirèrent du modèle administratif développé dans les fabriques paroissiales : Arthur de La Borderie, Notes sur l’origine des institutions municipales en Bretagne, Rennes, 1853, 12 p.

12 À Nantes, ce ne fut véritablement qu’au début des années 1540 que le miseur fut effectivement élu par le conseil des bourgeois, J. Vailhen, Le conseil des bourgeois de Nantes. Contribution à l’étude du droit municipal en Bretagne, D.E.S., dactyl., 2 vol., Rennes, 1965, t. 1, p. 103.

13 Jean-Pierre Leguay, op. cit., p. 84-87.

14 Jean V choisit de se faire inhumer dans la cathédrale de Tréguier alors que Jean IV, Arthur III et François II privilégièrent des églises de Nantes.

15 La cour ducale s’installa à Nantes dans les années 1460, permettant l’épanouissement d’un mécénat artistique. La même ville bénéficia de la création d’une université en 1460.

16 Il n’y a jamais eu de véritable commune en Bretagne sauf peut-être à Saint-Malo.

17 Il en existait une à Dinan dans la tour de l’Horloge. À Nantes, les bourgeois se réunissaient soit dans la maison de la prévôté soit dans un hôtel de la place du Bouffay.

18 Le seul cas véritablement attesté est celui de Guingamp mais les descriptions que l’on en conserve relèvent plus du « folklore » que de l’exercice d’une véritable justice. Cette immaturité sur le plan judiciaire n’empêchait pas les villes d’avoir une personnalité juridique reconnue.

19 À la différence des villes flamandes.

20 On peut leur adjoindre les villes dépendantes du vicomte de Rohan – comme Landerneau, Josselin, Pontivy qui, sans passer sous le contrôle direct du roi, soutinrent leur seigneur dans sa campagne contre les forces ducales. Dans le cas de Vannes, c’est le départ du duc pour Nantes qui provoqua la reddition de la ville le 5 juin 1487.

21 Le scénario se répéta de 1488 à 1491 quand les villes dépendantes du comte de Laval rejoignirent encore une fois le camp du roi.

22 Il faut mentionner le cas particulier de Brest qui se rendit sans résistance à la fin du mois de janvier 1489 en raison de la présence dans ses murs d’un fortcourant francophile, Jean-Pierre Leguay, op. cit., p. 313.

23 À la fin de l’année 1487, celle-ci avait victorieusement résisté aux troupes de Pierre de Rohan qui cherchaient à s’en emparer.

24 Après le traité du Verger en août 1488, le roi garda le contrôle de Saint-Malo, Dinan, Fougères, Saint-Aubin : ces villes servirent de base à ses troupes durant les opérations militaires de 1489 à 1491.

25 Elle ne subit pas de véritable siège en 1488 en raison de la défaite prématurée des armées bretonnes à Saint-Aubin-du-Cormier en juillet.

26 Rennais et Cornouaillais principalement : un marchand quimpérois, Michel Marion, entra dans la légende en armant à ses frais un navire pour venir secourir les Nantais.

27 Dont Anne n’avait pas voulu pour époux, ce qui entraîna son départ pour Redon puis Rennes. En prenant Nantes, Rieux et d’Albret se rendaient maîtres par la même occasion du trésor ducal et de l’essentiel des archives de la principauté.

28 Jean-Pierre Leguay, « La duchesse Anne et ses bonnes villes », dans Actes du colloque, 1491, La Bretagne terre d’Europe, Brest, 1992, p. 425-444.

29 Rappelons qu’Anne de Bretagne, après la mort de Charles VIII, épousa son successeur Louis XII en 1499 et que François Ier se maria avec leur fille Claude en 1514.

30 Un soin plus grand semble même être apporté à la tenue des registres et à la conservation des archives. Comme dans d’autres secteurs, les institutions poursuivirent leur évolution sous l’influence des modèles venus du royaume.

31 En 1493, Charles VIII transféra de Nantes à Lyon la foire de « l’apparition ».

32 Les Malouins reprochaient à l’évêque d’avoir confisqué et détruit une partie des archives municipales, d’avoir saisi les deniers communs et d’avoir procédé à la nomination autoritaire d’une partie des agents municipaux, Jean-Pierre Leguay, Un réseau urbain..., op. cit., p. 377.

33 Qui soulignait, comme aux temps des Montfort, la prééminence de la Bretagne orientale sur la partie occidentale.

34 Sous Charles VIII, la chancellerie perdit une grande partie de ses prérogatives et fut réduite à un rôle judiciaire. Rétablie théoriquement dans la plénitude de ses fonctions par Annede Bretagne en 1498, elle demeura longtemps itinérante et tendit à suivre les déplacements du chancelier, ce qui amena la reine à intervenir plusieurs fois pour appeler au respect des règlements.

35 Le montant des aides versées par les villes bretonnes fluctua ainsi entre 3 000 et 4 000 livres dans la première moitié du xvie siècle.

36 Notamment par le biais des lettres remises aux commissaires du roi aux États provinciaux.

37 Les villes contribuèrent aussi au paiement de la rançon du roi en 1529.

38 Pierre Marec, sénéchal de Rennes en 1536 et en 1538, Julien Bourgneuf, maître des requêtes, toujours en 1538.

39 J. Vailhen, op. cit., p. 431.

40 Ce sont ces villes que Charles VIII avait gardées sous son contrôle après la signature du traité du Verger en août 1488.

41 J. Vailhen, op. cit., p. 213. Cette somme fut jugée insuffisante par les édiles nantais qui tournèrent la règle édictée en incorporant aux dépenses extraordinaires des sommes diverses comme les présents offerts au gouverneur de Bretagne, qui figuraient jusque là dans les dépenses ordinaires, A.M. Nantes, BB 2, délibération du 12 février 1519.

42 Elle fit notamment don à la population du deuxième terme du fouage pour l’année 1498 et fit émettre des monnaies d’or à son effigie.

43 La reine Anne confia dans le même temps à des gens de confiance les portions importantes du domaine qui avoisinaient les places fortes stratégiques.

44 Dans les lettres adressées au roi par les édiles nantais, les reines Anne et Claude étaient qualifiées significativement de « souveraine dame » alors que le roi était appelé « notre sire ».

45 A.M. Nantes, CC 110, folio1.

46 L’enterrement du cœur à Nantes constituerait ainsi sur le plan symbolique la fin de la période qui s’était ouverte par la cérémonie du mariage célébrée en 1499 et qui avait imposé le principe d’une double administration de la Bretagne.

47 A.M. Nantes, BB 113.

48 Bertrand d’Argentré, Histoire de Bretagne, édition de 1582, livre XII, p. 1171.

49 Sous Henri II on doubla le nombre des receveurs du fouage et des grands officiers de finances. Chambre des comptes et parlement virent leur personnel régulièrement s’accroître particulièrement sous les règnes de Charles IX – avec un doublement du nombre des gens des comptes en 1572 – et de Henri III.

50 Les villes de Rennes – en 1548 –et de Vitré –en 1557 –avaient été dotées plus tôt de statuts mais contrairement à Nantes et Morlaix, ils n’avaient pas été appliqués. Saint-Malo dut attendre 1594 et le règlement des tensions provoquées par les guerres de la Ligue pour qu’une municipalité, fonctionnant sur le modèle nantais, puisse vraiment y voir le jour.

51 Ce qui confirme cela, c’est qu’un grand nombre de cités se rallia à Henri IV aussitôt après sa conversion au catholicisme.

52 À la suite de sa venue à Nantes en 1565, Charles IX, dans le cadre de son grand tour de France, ordonna la saisie des papiers de la municipalité afin de connaître l’usage des deniers qui avaient été prélevés par cette dernière. Il voulut aussi contraindre les villes à justifier devant la chambre des comptes de l’emploi fait des deniers d’octroi, Dominique Le Page, « De la difficulté de réformer au xvie siècle, l’échec du projet de suppression de la Chambre des comptes de Bretagne sous Charles IX », Annales de Bretagne, tome 108, 2001, p. 111-135.

53 Dans le cas nantais, la mise en place de la municipalité fut retardée de 1559 à 1564 par l’opposition du capitaine du château, René de Sanzay, et des cours de justice de la ville qui voyaient leur échapper la police municipale. La lutte contre ces différentes instances contribua à forger une conscience urbaine.

54 Non contents d’avoir obtenu le parlement, les Rennais cherchèrent, jusque dans les années 1580 au moins, à obtenir le transfert dans leur ville de la chambre des comptes afin d’affirmer leur tutelle sur l’appareil judiciaire de la province.

Auteur

Maître de conférences en histoire à l’université de Nantes, il travaille actuellement sur une histoire de la chambre des comptes de Bretagne du xvie au xviiie siècle.
Publication : Finances et politique en Bretagne au début des temps modernes, 1491-1547, Paris, C.H.E.F.F., 1997.

© Presses universitaires François-Rabelais, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540