Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Villes rattachées, villes reconfigurées

 | 
Denise Turrel

Introduction

Denise Turrel

Texte intégral

1En 2001, la France a célébré le quatrième centenaire du traité de Lyon par lequel Henri IV, en 1601, rattacha à la France la Bresse, le Bugey et le pays de Gex. L’épisode prend sa place dans un temps de renforcement des États nationaux, d’exaspération aussi des rivalités, qui conduisent à des changements territoriaux. Plus largement, les époques moderne et contemporaine, entre le xvie et le xxe siècle, sont celles de la constitution puis du démembrement de vastes empires –ainsi de l’Empire ottoman, ou encore des empires coloniaux français et britannique.

2De la célébration du quatrième centenaire du traité de Lyon est née l’idée de ce colloque. L’intention était d’étudier aussi bien les ruptures que les processus d’intégration et de renouvellement, dans les sociétés urbaines qui ont vécu le passage d’une souveraineté à une autre. Il s’agissait d’étudier les adaptations par lesquelles les acteurs sociaux ont tenté de maîtriser ces bouleversements. Dans la perspective qui a été retenue, les aspects diplomatiques et militaires n’avaient pas de part : le rattachement est vécu comme un fait.

3Trois axes de recherche ont été privilégiés, dans une perspective comparatiste, chacun étant construit autour d’une série de questionnements.

4La première série concerne la reconfiguration des réseaux sociaux urbains. La recomposition du maillage social doit être analysée à différentes échelles ; au niveau de la famille, y a-t-il eu réorganisation – ou non – des champs matrimoniaux ? Les réseaux de sociabilité ont-ils – ou non – été renouvelés par l’implantation d’antennes de cercles culturels, de sociétés savantes, d’associations, de partis politiques ? Pour l’administration, dans quelle mesure y eut-il réorientation géographique de la carrière des fonctionnaires vers les nouvelles capitales, tant régionales que nationales ?

5L’interrogation porte aussi sur la part des nouveaux venus, originaires du pays de rattachement, dans l’adaptation à la nouvelle situation des villes rattachées. Quel a été le nombre de ces immigrants ? Quels étaient leurs professions, leur niveau d’éducation et de richesse ? L’État de rattachement a-t-il adopté une politique volontariste, favorable à l’immigration vers les villes nouvellement rattachées ? Les élites dominantes ont-elles connu un changement brutal, ou discerne-t-on au contraire un renouvellement progressif du personnel au niveau des pouvoirs locaux ? Quels sont les rapports entre les anciennes et les nouvelles élites ? Y eut-il conflits, ou intégration ? Dans ce dernier cas, par quels moyens et sur quelle durée s’est fait le rapprochement au sein des groupes dominants ?

6Le second axe s’attache à l’analyse de la réorganisation des espaces et des activités urbaines : reconversion de certaines activités, nouvelles appropriations de l’espace urbain, transferts culturels.

7Pour les entreprises, la nouvelle situation se traduit par une transformation des circuits de production – qu’il s’agisse de l’approvisionnement ou de la fabrication – et des réseaux de commercialisation, marchés et clients ; il peut en résulter un nouvel élan, ou au contraire un appauvrissement de l’économie urbaine. Quels changements la presse connaît-elle – changements de patrons, de journalistes, de lecteurs – et quelles conversions doit-elle opérer ? Quelles modifications de titres et de contenus est-il possible de repérer ?

8L’espace de la ville est le lieu de reconstructions, de fortifications, d’extensions : la création de quartiers nouveaux, de villes jumelles –ou de villes satellites – ne révèle-t-elle pas l’apparition d’autres usages, qui affirment des repères culturels exogènes ? Ces extensions peuvent être investies autant par des populations nouvelles que par les habitants de l’ancienne ville, et modifient progressivement le nouvel espace urbain.

9Les transferts culturels ne pourraient-ils pourtant aboutir à des situations diverses ? On pense bien sûr soit à une politique d’acculturation brutale des villes annexées, qui imposerait un nouveau cadre éducatif et linguistique, avec la recherche d’une exemplarité culturelle à travers des institutions de prestige ; soit à une politique d’acculturation qui intégrerait certaines données culturelles de l’ancienne puissance politique, mais réinterprétées par les les agents intellectuels de la puissance victorieuse.

10Cependant, il faut aussi s’interroger sur les possibilités de « fertilisation croisée » et d’emprunts réciproques, et surtout sur la longue durée et les permanences des cultures locales traditionnelles.

11Le troisième axe se rapporte à la gestion et au renouvellement de la mémoire de la ville. Comment est géré le patrimoine urbain, produit et témoin d’une autre histoire ? Par quelles modalités une culture nationale intègre-t-elle à sa mémoire un espace urbain qui a été construit dans un contexte politique autre que le sien ? L’on recherchera comment sont vécues, en revanche, la démolition ou la transformation des édifices représentatifs de l’ancienne souveraineté ; la réutilisation de bâtiments civils, administratifs, ou d’édifices militaires, voire religieux ; la destruction, ou bien la transformation des lieux de mémoire, plaques commémoratives, noms de rue ; enfin, la construction de nouveaux bâtiments représentatifs, et l’érection de statues.

12Quelles continuités – ou quelles discontinuités – observe-t-on dans la mémoire de la ville ? Commémore-t-on encore les dates principales de l’histoire et des grandes figures du passé urbain, ou bien instaure-t-on un nouveau calendrier et de nouveaux lieux festifs et cérémoniels, qui célèbrent le rattachement ?

13Pour toutes ces interrogations communes, le nombre des variables se révèle considérable :

  • selon la date, au long des cinq siècles considérés ;
  • les aires géographiques – Occident, ou monde arabe – et les appartenancesculturelles–selonqueleslanguesetreligionssontsemblablesoudifférentes ;
  • l’ampleur des changements territoriaux : ville seule, ville amputée d’une partie de son arrière-pays, ville et sa région … ;
  • la taille et le niveau hiérarchique de la ville, selon que le transfert de souveraineté la reclasse ou la déclasse ;
  • les conditions du rattachement : selon qu’il intervient à l’issue d’un conflit militaire qui a fait des vainqueurs et des vaincus, ou qu’il résulte d’un consensus exprimé par un plébiscite.

14Au total, pendant ces trois journées, le colloque a offert aux participants un espace de discussion très riche, favorisée par le croisement des regards et les apportsd’intervenantsvenusd’horizonsgéographiquesetscientifiquesvariés : historiens, historiens d’art, urbanistes et architectes. Le volume qui en est le résultat (auquel a été joint deux textes issus de la journée préparatoire au colloque) s’articule selon les trois thèmes proposés : reconfiguration des réseaux sociaux, recomposition des espaces, enfin mémoires, intégrations, réinventions.

15Nos remerciements vont à tous ceux qui ont permis la réalisation de ce colloqueetsapublication :toutd’abordMonsieurSergeThibault,directeurdela Maison des sciences de l’homme « Villes et Territoires », grâce à qui deux centres de recherches de l’université de Tours, le CEHVI et URBAMA, ont pu mener à bien cette recherche commune, au sein de l’axe multidisciplinaire de la M.S.H. ; ainsi que Messieurs Pierre-Robert Baduel, directeur du Centre d’études et de recherche sur l’urbanisation du monde arabe, et Philippe Chassaigne, directeur du Centre d’histoire de la ville moderne et contemporaine.

16De nombreuses institutions nous ont apporté leur soutien : le ministère de la Recherche, le conseil régional de la région Centre, le conseil général d’Indre-et-Loire, la direction des Affaires culturelles de la région Centre, le ministère des Affaires étrangères, le conseil scientifique de l’université François-Rabelais, et le musée des Beaux-Arts de Chartres.

17Nous remercions également les personnalités scientifiques qui, en acceptant de présider et d’animer les séances, ont contribué à la réussite de cette rencontre: Messieurs Pierre-Robert Baduel et Philippe Chassaigne (Université de Tours), Daniel Nordman (CNRS), Claude Petitfrère (Université de Tours), Daniel Rabreau (Université de Paris I), ainsi que Monsieur Dominique Poulo (Université de Paris I) qui a présenté les conclusions du colloque dont il avait, en tant que directeur du CEHVI, été le bienveillant promoteur.

18Enfin, ce livre est le premier sorti des toutes nouvelles Presses universitaires : que leur directeur, Monsieur Maurice Sartre, trouve ici l’expression de nos remerciements pour avoir rendu possible cet ouvrage, et avoir suivi les différentes étapes de sa confection, avec l’aide précieuse de Claire Lorillard, technicienne en P.A.O., qui en a assuré la réalisation matérielle. Et merci enfin à Mercedes Volait pour sa participation constante à l’organisation du colloque, ainsi que pour son attentive et amicale relecture des textes.

Le comité scientifique était composé de :

19Gérard Chastagnaret, Professeur d’histoire contemporaine à l’université d’Aix Marseille I

20Philippe Guignet, Professeur d’histoire moderne à l’université de Lille III

21Daniel Nordman, Directeur de recherches au CNRS

22Jean Luc Pinol, Professeur d’histoire contemporaine à l’université de Tours

23Daniel Rabreau, Professeur d’histoire de l’art à l’université de Paris I

24Jean-François Troin, Professeur émérite à l’université de Tours

25Olivier Zeller, Professeur d’histoire moderne à l’université de Lyon II

Le comité d’organisation était composé de :

26Robert Beck, CEHVI, université de Tours

27Pascal Liévaux, CEHVI, université de Tours

28Denise Turrel, CEHVI, université de Tours

29Mercedes Volait, URBAMA, CNRS /université de Tours

Responsable scientifique :

30Denise Turrel, CEHVI, université de Tours.

Auteur

Maître de conférences au département d’histoire de l’université de Tours. Après une thèse sur une province « rattachée » (Bourg-en-Bresse au xvie siècle, Paris, Société de démographie historique, 1986), elle a coordonné un numéro spécial des Cahiers d’Histoire (n° 2-2001) sur la commémoration du quatrième centenaire du traité de Lyon. Ses recherches actuelles portent sur la construction des signes identitaires dans la France des xvie et xviie siècles, en particulier les usages sociaux des couleurs. Dernière publication : Du blanc des huguenots au blanc de France, Droz, à paraître en 2003.

© Presses universitaires François-Rabelais, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540