Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Villes et projets urbains en Méditerranée

 | 
Jean-Paul Carrière

Le « Projet urbain » entre discours municipaux et plans d’aménagement urbain

Farid Abachi

Texte intégral

  • 1 Chercheur IRMC – Tunis.

1Note portant sur l’auteur1

  • 2 Tozeur est le chef-lieu du Gouvernorat du Jérid, de la région historique du même nom, au sud-ouest (...)

2Une lecture historique des réalisations d’aménagement urbain de la petite ville oasienne de Tozeur2, permet de constater de profondes mutations de l’environnement urbain au cours de ces dernières décennies. Ces transformations sont dues à un accroissement important des surfaces urbanisées, une forte croissance démographique, des changements dans les principales activités suite au développement volontariste du tourisme saharien… mais aussi à la mise en place de certaines politiques urbaines qui contribuent à façonner de façon notable l’aspect de la ville. Pour appréhender au mieux les multiples dimensions de ces transformations, nous avons pris en compte différents registres d’observation et d’analyse. Nous avons tenté d’établir quelques relations entre les derniers projets d’aménagement urbain, la localisation des principaux édifices publics au sein du site, mais également d’articuler ces données par rapport à la nature et à l’esthétique des bâtiments construits comme aux représentations qui en découlent chez les habitants, mais aussi par rapport aux priorités municipales affichées et la façon dont Tozeur tente de se démarquer des villes voisines.

3Nos premières hypothèses ont été que ces projets, du moins ceux dont l’architecture est présentée comme reflétant les options d’aménagement mises en place par la Municipalité, participent effectivement à la définition de différents territoires urbains et reflètent l’attention plus ou moins soutenue dont ils sont l’objet de la part des acteurs locaux. Si un Plan d’Aménagement Urbain (PAU) gère actuellement les formes d’extensions urbaines en fonction des projections et planifications des besoins pour la décennie à venir, la convergence des interventions — et leur différenciation par rapport à ce qui est entrepris dans la région — permet-elle pour autant d’évoquer un “Projet urbain”, indirectement mis en place par la Municipalité et les principaux acteurs locaux, dans le but de qualifier ces transformations urbaines et les orienter ? Dans quelle mesure ce projet de ville en cours de formulation reflète-t-il les dynamiques sociales et urbaines en cours — ou au contraire les masque-t-il en privilégiant la quête d’investissements étrangers ?

LES RÉALISATIONS ACTUELLES DES MESURES D’AMÉNAGEMENT URBAIN :

  • 3 Le schéma de principe de cette révision, lancée en 1996, a été approuvé par le Conseil municipal a (...)

4Le Conseil municipal de la ville de Tozeur étudie actuellement la seconde révision de son Plan d’Aménagement Urbain, élaborée par un bureau d’études indépendant3. La priorité est clairement donnée à l’accroissement de la surface urbanisée. Les grands axes de communication existants ont été renforcés, des tracés de voies secondaires desservent les quartiers périphériques spontanés désormais intégrés à la surface communale; de nouvelles zones d’habitations et d’activités ont été créées respectivement au nord et à l’ouest de la ville (toute extension étant limitée au sud par l’oasis), en des superficies telles que l’extension urbaine de la ville prévue pour la prochaine décennie peut être absorbée, même si elle se produit à un rythme aussi soutenu que celui des années passées. Destinées à promouvoir la ville comme capitale régionale, quelques “recommandations présidentielles” ont été incluses dans les propositions du PAU : un terrain de golf jouxtant l’extension de la zone touristique, une restauration de la “vieille ville”, un maintien de la surface agricole actuellement mise en valeur. N’apportant guère de nouveautés par rapport aux orientations des précédentes versions, l’approbation de cette révision actuelle ne souleva, aux dires des agents techniques de la municipalité, aucune discussion critique au sein du Conseil municipal.

  • 4 L’une des raisons est l’absence d’une politique de réserves foncières durable et de maîtrise munic (...)
  • 5 Des grilles déterminent la nature des équipements (lieux de culte, scolaires, sanitaires…) nécessa (...)
  • 6 Suivant les textes du Code de l’urbanisme, un PAU est un principe d’organisation de la ville, exis (...)

5Des équipements collectifs (collèges et lycées, dispensaires, annexes des services publics…), dont la programmation a été décidée au milieu de la décennie passée et qui sont soit récemment ouverts soit en cours d’achèvement, ont avec ce projet d’aménagement toute la justification de leur localisation. S’ils ont pour la majorité d’entre eux été placés en limites des zones urbanisées4 lors de leur programmation, ils sont de fait au cœur des zones d’extensions actuelles. Ils deviennent ainsi aux yeux des élus des éléments structurants de zones promises à un essor rapide. Une “bonne” viabilisation de ces zones en cours d’urbanisation rendait ces équipements de quartiers nécessaires5. Ces mesures visent la satisfaction globale des besoins des habitants qu’implique une vie urbaine. Pour les quelques membres du Conseil municipal interrogés à ce sujet, la Municipalité de Tozeur a su réserver et attribuer des emplacements adéquats pour l’ensemble des équipements projetés, en concertation avec les délégations régionales des divers ministères, alors que le PAU ne définit habituellement qu’un principe d’organisation de l’espace urbanisé en réglementant les conditions d’occupation du sol6.

  • 7 Cette dénomination fait suite à de nombreux discours commencés pendant la période coloniale qualif (...)
  • 8 Pour toute la région sud-ouest, ces services étaient jusqu’alors centralisés à Gafsa, à 100 km au (...)

6Dans le même temps, d’autres édifices à haute valeur symbolique sont édifiés en plein “centre ville”, aux abords du quartier d’El Hawadef qualifié depuis une quinzaine d’années “d’ancienne médina”7 : Tozeur abrite désormais dans son périmètre communal l’ensemble des services nécessaires au bon fonctionnement du Gouvernorat8, ce qui accroît enfin sa place administrative par rapport aux autres petites villes de la région. Mais surtout la ville dispose enfin de ses sièges de Municipalité et de délégation, la baladiya et la moctamadiya (la Ville louait jusque là plusieurs petits bâtiments épars sur le site, qui n’offraient aucune image forte d’un pouvoir municipal). La réhabilitation et l’agrandissement du marché central, édifice estimé vétuste par les acteurs locaux, car datant du Protectorat français, était également attendue, tout comme l’établissement d’un marché de gros à proximité de la voie ferrée remise en service depuis peu.

  • 9 Borg André, “l’habitat à Tozeur”, Cahiers de l’Afrique du Nord n°5, p.91-107.

7Ces mesures d’aménagement sont complétées en de nombreux endroits par des réalisations qui modifient l’aspect de nombreux lieux urbains et en changent radicalement leur perception par les habitants. Outre les candélabres, qui sont fabriqués spécifiquement pour la Municipalité de Tozeur par des forgerons locaux (ce qui contribue ainsi à démarquer la ville par rapport à ces voisines), la moindre placette est aménagée. De carrefour en carrefour, nous verrons ainsi se succéder quelques grandes sculptures, dont certaines sont inspirées de l’histoire locale (des statues de grands hommes jéridiens, reproductions démesurées d’objets traditionnels : jarres) placées en alternance avec des kiosques-buvette, des terre-pleins d’agrément… et, à une échelle moins monumentale, des “garde-corps” ouvragés bordant les trottoirs de certains parcours, des carrés d’arbres vite remarqués dans ce paysage désertique, une signalétique urbaine particulière à la ville. L’ensemble des carrefours importants de la ville sont réaménagés. Un “Programme d’Embellissement des façades” (“barnamej tahssine el ouajjihat”) est mis en place, avec l’aide du ministère du Tourisme, avec pour ambition de recouvrir à terme l’ensemble des façades donnant sur certaines grandes voies publiques (tant celles des habitations privées que celles des bâtiments civils) du “revêtement en briques très particulier et spécifique à la région du bilad Jérid”. Il s’agit d’un parement fait de petites briques de terre cuite placées en saillie et en retrait “de manière à ce que leurs ombres engendrent des décors de bandeaux, de cadres et de panneaux qui évoquent les décors d’une tenture ou d’un tapis et qui, tout en donnant un caractère spécial à [l’édifice], en égayent un peu la simplicité des grandes lignes”9.

8Ces mesures n’ont pas été les seules prises dans le courant des années 1990. Elles ont été doublées d’autres investissements municipaux, de nature totalement différente. Par exemple, de nombreuses rues et voies d’accès aux différents quartiers ont récemment été asphaltées, leurs trottoirs rehaussés et pavés. Le réseau d’éclairage public urbain est modernisé, la collecte des ordures ménagères rationalisée et étendue… De grands efforts ont également été demandés aux sociétés de distribution de l’eau, de l’assainissement, de l’électricité ou encore du téléphone, efforts qui portent sur la qualité et la systématisation du raccordement des habitations, pour peu que la construction ait été avalisée par les services techniques municipaux. Une attention particulière est portée à l’accessibilité des différents services urbains comme à leur visibilité, pour l’ensemble des quartiers. Bien qu’elles aient toutes plus ou moins développé le tourisme et que leur développement témoigne d’un grand saut quantitatif, aucune des villes voisines n’a à ce jour investi l’ensemble de ces aspects de façon aussi systématique, ou même semble s’être engagée depuis dans une voie similaire.

  • 10 La plupart de ces réalisations répondent à un programme établi à échelle nationale visant à un mei (...)
  • 11 Plusieurs séjours d’enquêtes ont été menés de 1997 à janvier 2001, pour les besoins d’une thèse EH (...)

9Si la multiplication des bâtiments civils dans un même site urbain a été durant cette décennie 1990 une tendance générale dans les petites et moyennes villes de la Tunisie10, les quelques mesures qui visent à transformer l’aspect de l’agglomération tozeroise en exploitant le caractère “régionalisant” du cachet esthétique n’ont, en revanche, guère d’équivalent ailleurs, ni dans les propositions développées ni par l’ampleur des travaux effectués. Nous avons noté qu’elles ont été mis en place progressivement, sous l’impulsion du Maire actuel élu en 1990, et appuyées en toute occasion par le Conseil municipal. Ces aménagements ont, dans une très large part, été approuvés par la population résidente : “Le Maire fait beaucoup pour sa ville” nous a-t-on répondu11, en commentant toutes ces actions par contraste avec celles menées sous les mandats précédents : aucune équipe municipale n’avait signifié une telle attention au développement de la ville. Si la réalisation des petits équipements de quartier a peu été commentée dans son ensemble, de nombreuses discussions d’habitants, très animées, ont porté sur les transformations esthétiques de la ville, leurs supposées motivations et répercussions.

10Toutes ces informations, ainsi évoquées, laisseraient entendre qu’un développement harmonieux de la ville est recherché par l’équipe municipale en poste depuis l’année 1990, développement dans le but de faire émerger la ville de Tozeur face à ces voisines et —surtout— face à Gafsa, l’ancienne capitale régionale. Or, des visites approfondies menées dans un but comparatif ont permis de constater que ces interventions, si elles nous paraissaient similaires dans leur description générale, n’étaient pas réalisées de manière identique, que leur localisation sur site était un facteur important d’appréciation. D’autre part, la réactivation chronologique de ces réalisations montre que leur programmation et le degré d’exigences évoluent au rythme de logiques indépendantes de leur durée de réalisation.

L’ORIENTATION DES MESURES D’AMÉNAGEMENT :

Un rappel historique :

  • 12 Ce plan, levé à vue par F. Gendre, est publié dans “De Gabès à Nefta”, Revue Tunisienne XV, p.514, (...)

11Le premier document “requérant l’établissement d’un programme d’aménagement de Tozeur” date du 04 novembre 1943, la Municipalité ayant été créée en juillet 1888. Les directives devaient essentiellement être pensées suivant les nécessités militaires de l’époque : par exemple, la “source américaine” (un forage encore appelé ainsi, bir llémérikaine, jouxte la gare ferroviaire) était une aire de campement, là où quelques années plus tard se sédentariseront des fractions de tribus se consacrant à l’élevage pastoral dans les alentours. Le programme détaillé nous est inconnu, mais nous avons constaté la focalisation des interventions le long de la voie interrégionale Gafsa-Nefta, par la localisation des bâtiments d’importance construits au lendemain de la seconde Guerre Mondiale, alors que le plan levé au début du xxème siècle12 indiquait au contraire des constructions groupées au pied de l’oasis. Le second document, datant du 02 février 1963, prend acte de “l’extension actuelle de la localité”, extension “qui nécessite la création d’une zone plus étendue d’étude d’aménagement”. Les quelques voies traversant les anciens quartiers sont élargies, des équipements prévus (dont la taille permet cependant d’envisager qu’ils drainent plus une échelle régionale qu’urbaine) : un lycée, l’agrandissement de l’hôpital, un marché en plein air avec une aire couverte, mais aussi un bassin de décantation des eaux pluviales pour l’assainissement de la cité… Ceux-ci sont placés en première couronne autour des anciens quartiers d’habitations, avec vocation d’anticiper les tendances et mouvements d’urbanisation en cours. Les autres édifices importants (recettes des finances, contrôle civil, tribunal de première instance, poste) sont implantés sur les lieux mêmes où s’effectuait le pouvoir à la fin du xixème siècle (le camp du Bey et le lieu de séjour de la méhalla lors de la collecte de l’impôt annuel). L’implantation de nouveaux services, pendant le Protectorat puis juste après l’indépendance, s’est faite dans un rayon très restreint autour de ces quelques bâtiments, qui synthétisent encore toutes les dimensions du “centre ville” pour l’immense majorité des tozerois. L’intérieur des quartiers anciens, fréquentés exclusivement par les résidents, n’apparaît pas concerné par ces mesures d’aménagement. Notons qu’aucun de ces deux documents ne se réfère à un plan ou ne comprend d’iconographies, aucun rappel n’est fait au relevé des voies et des quartiers de la ville dressé en 1958 par les services topographiques de l’armée.

L’introduction des documents d’urbanisme :

  • 13 Ce service deviendra plus tard la Direction générale de l’aménagement du territoire et de l’urbani (...)

12Le premier “plan d’aménagement urbain” est établi en 1975-78, par les services de l’Urbanisme du Secrétariat d’état de l’équipement et de la construction13, alors centralisés à Tunis, capitale du pays. Ce PAU fait partie de la première campagne de plans dressés sur le territoire tunisien, destinée à couvrir toutes les villes tunisiennes de plus de 10 000 habitants (et les villes voisines en ont également bénéficié à la même époque), en application de la future législation urbaine et du Code de l’Urbanisme, alors en cours d’écriture. Ce projet d’extension est similaire à celui de tous les autres sites urbains (tous les PAU sont établis par le même service). Il est tracé dans une vision planificatrice, voulant offrir les possibilités d’extension nécessaires pour les années à venir. La ville s’étend désormais vers le nord, l’oasis interdisant au sud toute possibilité d’extension. La taille de l’espace urbanisable représente pratiquement le décuple de la partie urbanisée relevée sur la couverture aérienne de 1975, que le PAU répartit en “zones industrielles et d’activités”, “d’habitat”, “touristique”… Quelques mots se détachent du rapport de présentation : “cohésion, “conformité”, “ouverture des limites de la ville”, “gestion d’espace”… Leur traduction sur site est un regroupement de toutes les activités administratives et des principales sociétés para-étatiques le long de la route Gafsa-Nefta, soit un déplacement des centres d’activités hors du “centre ville” vers un axe de passage interrégional. La systématisation comme principale typologie d’habitat du logement individuel (la “villa”, inconnue ici car limitée jusqu’alors aux quelques quartiers européens des villes portuaires) introduit de nouvelles formes d’habitat et d’occupations des sols. En deux cas extrêmes, le parcellaire de certains lotissements d’habitat est superposé sans autre forme de procédures aux quartiers périphériques spontanés existants, superbement ignorés — même si leurs constructions sont mentionnées sur les fonds de cartes.

  • 14 La plupart des terrains ont été acquis par les Tozerois dès leur viabilisation et leur mise en ven (...)

13La révision de ce PAU, entamée en 1985 et adoptée en 1990, n’entraîne aucun changement d’orientation par rapport aux directions inscrites en 1978, bien que Tozeur devenue en 1982 chef-lieu du Gouvernorat du Jérid soit appelée à accueillir de hautes fonctions administratives. Les conditions d’occupation des sols sont mieux précisées, le découpage de l’espace urbain plus précis. Si les quartiers spontanés ne sont toujours pas reconnus et intégrés à l’emprise municipale, le tracé des voies qui leurs étaient superposées suit désormais les grandes lignes données par la disposition des habitations. Bien que les densités relevées dans les “zones d’habitat” soient encore très faibles, de nouvelles extensions et zones d’habitation sont proposées14. L’axe de la voie interrégionale est confirmé comme “porteur d’équipements” et bon nombre des édifices publics prévus sont élevés : tribunaux, sièges de représentation des principales sociétés étatiques et comptoirs commerciaux, gares routières, second marché municipal couvert, stade… mais aussi les grandes agences bancaires et de voyage, les dépôts frigorifiques de dattes et les entrepôts des matériaux de construction. Cet axe représente peu à peu un endroit important de la vie tant administrative qu’économique de Tozeur et bon nombre de transactions s’y sont conclues.

  • 15 Ce “Plan de référence” résulte d’un appel d’offres lancé en 1984 par l’Agence tunisienne de Rénova (...)

14La seconde révision, lancée en 1996, s’inscrit bien, dans ces grandes lignes, dans une continuité des schémas d’intervention élaborés jusque là… si ce n’était l’inclusion des quartiers périphériques spontanés. La surface urbanisée, d’une quarantaine d’hectares en 1958, atteint les 1 000 Ha, en prévision des prévisions et planifications décennales (le PAU de 1977 l’avait établi à 450 Ha). Elle préconise en outre la multiplication des petits équipements de quartiers, en une liste non exhaustive. Il n’est nullement fait mention de leur localisation, mais le rapport laisse entendre leur répartition sur l’ensemble de la zone urbanisée. Elle semble par là rejoindre indirectement les recommandations d’un autre document, un “Plan de Références” (PdR), rédigé en 1985 hors du cadre réglementant les mesures d’aménagement urbain15 soit peu avant la première révision du PAU. Les conclusions de ce PdR sont que Tozeur “bénéficie d’un taux d’équipement satisfaisant” mais que les “problèmes [constatés sont] liés à l’amélioration de la structure urbaine déjà existante, et non ceux liés à son extension”. Ce document, que les adjoints techniques appréciaient négativement car ils disaient ne pas avoir les moyens d’en appliquer les recommandations, révélait dès 1985 toutes les difficultés de la Municipalité en tant que principal acteur, mais aussi de tous les autres intervenants, à positionner les équipements (essentiellement ceux de quartier, sources de profondes disparités à l’échelle urbaine) pour pouvoir influer sur les options de croissance de la ville, et par là-même les difficultés à se positionner de façon durable dans le développement urbain.

L’application et le suivi de ces plans d’aménagement :

15Ces différents plans d’aménagement et leurs révisions successives façonnent l’aspect de l’agglomération. Ils en tracent déjà les limites à différentes dates : des rues périphériques comme frontières (au delà desquelles aucune construction n’a lieu) aux critères du bâti et de sa densité… jusqu’à la révision suivante. Ces changements d’état restent visibles à travers les différentes transformations de l’habitat domestique que mènent les habitants. Dès le PAU de 1977, les conditions de gestion et d’occupation des sols sont clairement indiquées. Remarquons que l’emplacement et la nature des édifices publics le sont également, à charge de la Municipalité et des différents acteurs de résoudre les différentes questions foncières. A partir de 1985, ces emplacements ne seront donnés plus qu’à titre indicatif. Mais l’important était de remarquer que ces révisions du PAU, tout comme l’ont été celles des PAU des villes voisines de moyenne importance, ont été des instruments principalement orientés vers une maîtrise du développement urbain, des indicateurs d’orientation de croissance interne. Ces révisions étaient centrées sur la ville de Tozeur, et il était beaucoup plus question de répondre à des demandes que de voir comment tel ou tel développement permettait d’inscrire au mieux la ville dans un système régional équilibré, système établi par d’autres documents d’urbanisme.

16Il est certes utile de se demander si ces révisions successives ont rempli cette première tâche. Faute d’évaluation a posteriori, si la situation générée par ces documents d’urbanisme (découpages spatiaux, contraintes d’occupation des sols…) n’est à ce moment-là pas encore apparue comme critique, c’est essentiellement grâce à la faible densité urbaine de la ville. L’augmentation progressive de la superficie urbanisée n’a cependant pas permis de garder les mêmes modes opératoires ; en particulier de limiter la localisation des principaux projets aux stricts abords des grands axes de communication interrégionaux, comme il était possible de le faire jusqu’à la fin des années 1980. Jusque là, la majorité des différents services et administrations (écoles, postes, police, hôpitaux…) ont pu faire réaliser des extensions conséquentes sur les mêmes parcelles que les premiers édifices bâtis et faire bénéficier la ville d’équipements structurants à l’échelle régionale, quand cela s’est avéré nécessaire (beaucoup de ces bâtiments ayant été employés en sous-capacité durant de longues décennies). Pour cette raison, seuls des petits équipements dits de quartier, ont été récemment implantés en périphérie, et uniquement depuis une date récente. Les conflits potentiels entre les différents acteurs locaux et les intervenants du cadre bâti ont été minimisés ; conflits sur le statut juridique des terres, les pratiques quotidiennes des habitants, les non-respect des clauses d’occupation et de construction, ou encore les écarts entre une planification établie à une échelle nationale et la satisfaction des besoins locaux.

L’INTERPRÉTATION ET LA LISIBILITÉ DES MESURES D’AMÉNAGEMENT :

17Si nous avions pu noter l’absence de débats critiques autour des options ou directives engendrées par ces révisions successives. Les implications découlant de ces choix n’ont soulevées que de faibles réticences de la part des agents techniques, au cours de discussions informelles. En revanche, les appréciations globalement positives portées par les Tozerii sur ces mesures d’aménagement récemment prises indiqueraient qu’une forme de consensus est en cours d’élaboration, entre les choix d’implantation des équipements et leur programmation, les orientations générales, le travail mené par les services techniques et les besoins exprimés par les habitants. Ce consensus reléguerait au second plan quelques-unes des divergences d’opinion constatées. Quelques habitants ont relativisé certaines des disparités relevées entre quartiers, en nous faisant remarquer l’habitude gardé par les Tozerii de “porter les affaires sur la place du marché” et que, pour eux, “traverser la ville est encore chose aisée” au regard de sa faible étendue. Ils disent tout autant être sensibles aux “mesures actuelles” relatives à l’amélioration du cadre urbain et à l’aspect esthétique des constructions, mesures qui n’apparaissent dans aucun document d’urbanisme.

  • 16 Ce document, bien qu’élaboré par les Services de l’Urbanisme, n’a jamais été approuvé (le Code de (...)

18Pour les agents techniques municipaux, ces mesures ne sont pas si récentes que les différents discours relevés le laissent entendre. Elles ont un fondement réglementaire qui date de plus de trois décennies, et, à les écouter, leur travail y ferait référence depuis longtemps comme ils le font constater par exemple dans les commentaires portés aux demandes d’autorisations de bâtir. En plus des conditions d’occupation des sols (coefficients d’utilisation foncière et d’occupation des sols, les COS et CUF), la révision du PAU de 1990 recommande de “préserver le cachet architectural de la ville à l’intérieur et à l’extérieur du noyau ancien” en imposant des “contraintes architecturales”, en application des recommandations du Règlement d’urbanisme de 196916. Alors que les premiers dossiers déposés bénéficiaient d’un très faible taux de refus équivalent à celui des autres villes voisines (inférieur à 10 % sur les 500 dossiers déposés entre 1975 et 1985), les autorisations de bâtir ne sont plus accordées automatiquement dès la fin des années 1980, dès que la Municipalité de Tozeur se dote d’une service technique conséquent. Dans les zones d’habitat périphérique et irrégulier, les refus sont le plus souvent notifiés en référence à la “légitimité” de la construction, en demandant au déposant de “prouver son droit d’occupation des sols” ou à défaut son ancienneté (la demande de permis de bâtir sert alors de régularisation d’une construction élevée sans autorisation), et seul ce dernier motif se retrouve de façon récurrente dans les refus d’attribution des services techniques de villes voisines. Les réponses des agents techniques sont alors à mi-chemin entre l’interprétation d’un droit coutumier d’usage et la réglementation en vigueur. Mais une attention particulière est également portée au traitement architectural des nouveaux édifices et peut être cause de refus : il est alors demandé de “reprendre le projet en respectant le cachet architectural de la région”. Sur les 313 dossiers étudiées par les services techniques en 1992/93, 59 dossiers ont eu comme réserve ou raison de refus la non-prise en compte de “l’aspect architectural de la région” (soit 20 % du total des dossiers déposés, alors que seuls 14 % des refus portent sur les aspects fonciers). Les constructions élevées à cette époque permettent de constater que les habitants, une fois obtenue l’autorisation de bâtir, n’en respectaient pas les contraintes réglementaires. De même, comme nous l’ont confirmé certains habitants, la commission d’autorisation pouvait passer outre l’avis du service technique, qui n’est que consultatif… Cependant, ce taux de refus élevé pour un même motif (inédit dans l’histoire urbaine de la ville et sans équivalent dans la région) et sa consolidation au fil des années laisse supposer un appui constant et direct de l’équipe municipale en place, ce que personne n’a pu (voulu ?) confirmer. Nous remarquons également qu’il coïncide avec les premières phases du Programme d’Embellissement municipal. Ce taux de refus baisse très sensiblement par la suite, pour se stabiliser autour de 3 % en 1997-98. Et nous constatons que, parallèlement, les habitants eux-mêmes mettent en place des traitements esthétiques particuliers, qu’ils estiment spécifiques à la ville et à la région, en faisant une large place à l’utilisation de la “brique de Tozeur”. Ces traitements se retrouvent autant dans les réaménagements de locaux commerciaux (agences et boutiques, commerces et restaurants…) que dans les constructions neuves : la motivation touristique du “cachet local et typique” n’est pas la seule à être prise en compte par les habitants. Entre-temps, les Tozerii ont changé la perception de leur ville.

19L’évolution rapide de ces données nous a incité à mieux localiser les refus au sein du site, au cours des dix dernières années. Nous constatons qu’ils portent à parts égales sur les grands axes traversant, le “centre ville”, mais aussi les nouveaux lotissements de “villas”, c’est-à-dire dans ces zones où une nouvelle écriture de la ville se met en place, autant dans les typologies du bâti que dans la mixité des populations (les tensions et ségrégations sont encore vivaces entre anciens Tozerii et récents sédentarisés). Le choix de ces zones est révélateur : ces lotissements de “villas” jouxtent la nouvelle zone hôtelière, des cars de touristes empruntent à toute heure les grandes artères… Ces rues sont les premières vues par les étrangers, elles sont la première image que se forgent les touristes.

  • 17 Abachi Farid : “Capacités ordinaires face à une construction ordinaire”, Les compétences des citad (...)

20De même, la baisse des refus, les années suivantes, se fait de façon uniforme sur l’ensemble de la ville. L’une des premières explications avancées portait sur l’acceptation progressive des réglementations urbaines par les habitants. Si, au début de l’application des PAU, les habitants agissaient comme s’ils n’avaient pas connaissance les réglementations en vigueur, nous constatons que bon nombre de normes d’occupation des sols passent peu à peu dans la règle urbaine commune17. L’autre aspect concerne l’audience croissante du sentiment identitaire développé autour d’une manifestation esthétique, les motifs décoratifs à base de “briques de Tozeur”. Les habitants les intègrent de plus en plus en amont des réalisations d’habitat privé, et il est fréquent de les voir rajoutés sur des constructions déjà achevées. Dans les édifices publics, ce rapport à l’ornement est plus complexe, mais la trame reste identique. Il était ignoré jusque au début des années 1990, en raison des surcoûts budgétaires qu’il engendrait. En 1995, un architecte exerçant à titre libéral insistait sur la “nécessité de prévoir cette décoration dès les premières esquisses”, décoration qu’il considérait en 1991 (discussions en présence d’élus) comme une simple manifestation pouvant être rajoutée au moment du chantier et ne requérant pas l’intervention de l’architecte. L’ensemble des projets rendus ces dernières années démontre ce changement d’appréciation, avec une nette attention désormais portée à l’apparence générale et aux graphismes des traitements décoratifs à base de briques de Tozeur. Nous constatons cependant, entre les constructions privées et les édifices publics, une standardisation de cet ornement, car il apparaît traité de façon répétitive entre projets et, à une moindre échelle, entre les dessins des agences locales d’architecture et les réalisations des maîtres-maçons. Il est à l’image de celui mis en place avec le programme d’Embellissement des façades, “inspiré des modèles traditionnels mais sans les copier” comme nous l’a rappelé un agent technique.

21L’appréciation des qualités esthétiques du projet est laissée au libre jugement des agents techniques municipaux. Ainsi, pour trois projets d’hôtels : deux projets ont eu l’autorisation avec un dossier complet mais non détaillé. Les agents techniques disaient connaître les entreprises qui allaient réaliser les travaux, les dossiers étaient montés par des architectes installés de longue date et participant à la vie municipale : toute négociation ultérieure restait possible. Pour le troisième projet, élaboré dans une grande agence tunisoise, le dossier ne fut accepté que “sous réserves de tenir compte des corrections et de l’aspect architectural de la région”, après avoir été refusé une première fois, pour ces mêmes raisons. Cet exemple nous montre que le mouvement n’est pas aussi systématique qu’il n’y paraît. Les limites à partir desquelles se fait un retour au règlement restent imprécises. Nous avons pu constater d’autres entorses à la rigueur affichée, en particulier pour les projets situés aux marges de la ville actuelle. Au lycée de Helba, livré en 1997 en bordure du dernier quartier spontané de la ville, seul le panneau central surplombant l’accès principal est traité en briques de Tozeur ; il se détache de façon disproportionnée sur les murs simplement blanchis mais est visible de loin. Il reste à ce jour l’unique traitement de ce type recensé dans ce quartier, les bédouins sédentarisés préférant développer d’autres modes d’intégration à la vie de Tozeur qu’une base ornementale. Cela est valable pour d’autres collèges, un dispensaire… édifices tous placés hors des trajets fréquentés de la ville. L’une des raisons données rejoint celle avancée jusque en 1990 : “ces traitement ornementaux sont coûteux”. De même, les agents techniques n’ont jamais demandé à ces habitants un traitement complémentaire de leur façade d’habitation, axant principalement leur travail sur les aspects fonciers.

22Si les agents sont de plus en plus attentifs sur les constructions en cours, le regard qu’ils lui portent et les remarques qu’ils transmettent sont fortement influencés par la localisation du projet, leur exigence face au commanditaire. Certaines zones privilégiées se dégagent, des abords de la “vieille ville médinale” aux axes touristiques, mais celles-ci se superposent à l’ensemble des zones où sont concentrées les actions menées par la Municipalité.

“TOZEUR L’AUTHENTIQUE, TOZEUR LA MODERNE…”

  • 18 Dans la presse officielle et dans les discours des habitants, ce terme de “Tozeur” désigne indiffé (...)

23Cette manchette de journaux, parue en pleine page dans l’un des quotidiens de la presse officielle, synthétise le contenu d’une série d’articles relatant l’histoire récente de “Tozeur”18. Cette série fait suite à la visite du Président Ben Ali en août 1990, première visite du chef de l’état tunisien depuis une trentaine d’années. Alors que la ville ne bénéficiait jusqu’alors d’aucune attention du pouvoir central, cette couverture médiatique inattendue va la propulser sur le devant de la scène, en particulier en faisant état de certaines mesures d’aménagement projetées, puis des quelques réalisations abouties. Ce discours journalistique tranche nettement par rapport aux rares mentions précédentes qui, si elles ne remettaient pas en cause directement la place de la ville comme chef-lieu de Gouvernorat, n’en doutaient pas moins ouvertement du rôle que la ville pouvait jouer à échelle régionale — ou de sa valeur architecturale : “Tozeur mérite-t-elle encore son qualificatif de “perle du Désert” ?

  • 19 cf. l’article de Clifford Geertz, “Modernités à Séfrou”, in Méditerranéennes n°12, 1999, qui resti (...)

24Régulièrement rapportées par la presse, les interventions successives d’aménagement décidées par le Maire, et particulièrement le programme d’embellissement, traduisent une autre connaissance, médiatique, de “sa” ville, beaucoup plus qu’une projection à long terme de choix d’urbanisme. Les actions menées ont montré la capacité du Maire actuel à saisir les opportunités politiques et les brèches ouvertes en quelques rares occasions (dont la visite du président de la République) mais aussi sa capacité de les traduire de façon différentielle sur le terrain au niveau local, sur différents fronts (économique avec la revitalisation soutenue de certains secteurs de production, dont ceux liés aux modes de construction “traditionnels”, touristique, d’assise “électorale”…), et les potentialités dont il pouvait bénéficier en s’appuyant sur les pratiques des agents du service technique. Bien qu’étant circonstanciées, les actions décrites ici se situent à l’opposé de la radicalisation du geste politique appuyé par décrets, tel que le décrit C. Geertz19.

25Les nouveaux plans, PAU et PdR confondus, aux tracés sans cesse plus englobant, traduisent les géographies politiques successives de la ville de Tozeur. De l’inclusion première des villages oasiens voisins aux extensions périurbaines récentes, tout comme à l’intérieur même de l’espace urbanisé, y compris les fonds d’impasses des quartiers anciens et denses, ces plans incluent progressivement des zones qui échappaient jusqu’alors aux instruments de contrôle municipaux : fiscalité, règlements et modalités de constructions… Le choix sélectif des décrets pouvant être appliqués au niveau local relaye l’affinement des textes en cours d’élaboration, tout en offrant un palliatif aux normes et définitions du contrôle de l’espace urbanisé produit par les bureaux du ministère de l’Equipement de la capitale, qui n’ont que peu de connaissances de la réalité du terrain à cette échelle d’intervention et de son évolution. La mise en acte progressive de ces règlements induit une référence croissante au code légal en des endroits privilégiés, suppléant sans alternative le droit coutumier, droit que les agents municipaux ne sont ni garants ni légitimés à transcrire. En creux, nous pouvons voir apparaître les cartes des limites d’intervention que ces mêmes agents s’autorisent, et l’exception notable des lotissements récents sous contrôle constant montre bien l’attitude différentielle de l’action entreprise au niveau municipal.

26Ce projet d’aménagement de la ville de Tozeur, tel qu’il peut apparaître suite à une réactivation historique en omettant les parts précises des différents discours et modalités d’actions de chacun des acteurs institutionnels, révèle certes de nouvelles normes et procédures jusqu’alors inédites dans la gestion directe du développement urbain au niveau local, actions dont il est possible de tirer une convergence et une coordination. Il serait ainsi possible, pour une petite ville, de tirer parti avantageux des dispositifs d’aménagement urbain en vigueur, et d’en orienter le développement et les interprétations successives. Or, parce qu’elle était principalement guidée par le tourisme, cette superposition des modes d’actions n’a pas réussi à entraîner à ce jour une fédération des savoirs techniques constitués, des orientations urbaines d’une part et politiques d’autre part. Passé l’engouement touristique actuel et les contraintes qu’il entraîne, peu d’éléments invitent à croire au maintien de la dynamique constatée ces dernières années.

Notes

1 Chercheur IRMC – Tunis.

2 Tozeur est le chef-lieu du Gouvernorat du Jérid, de la région historique du même nom, au sud-ouest de la Tunisie, d’une population d’environ 40 000 habitants en 1998. Les villes de même envergure voisines sont principalement Nefta, Kébili, Métlaoui, puis El Oudiane-Deggache.

3 Le schéma de principe de cette révision, lancée en 1996, a été approuvé par le Conseil municipal au courant de l’hiver 2000, mais n’a pas encore été approuvé par décret. Cette révision est la seconde d’un Plan d’aménagement de Tozeur commencé en 1975 et approuvé en 1978. Une première révision a été lancée en 1987, à la suite du recensement partiel de 1984 et d’une couverture aérienne locale en 1985, et approuvée en 1990. la législation actuelle fixe à dix ans la validité d’un PAU.

4 L’une des raisons est l’absence d’une politique de réserves foncières durable et de maîtrise municipale du devenir de ces mêmes réserves à l’intérieur des périmètres urbains. Cf. l’article de J.C. Brulé, paru dans Politiques urbaines dans le monde arabe. Maison de l’Orient, Lyon, 1984.

5 Des grilles déterminent la nature des équipements (lieux de culte, scolaires, sanitaires…) nécessaires aux zones urbanisées et leur localisation en épicentre, en fonction du nombre d’habitants à l’hectare. Elles ont été établies vers 1980 conjointement par les ministères de l’Intérieur et celui de l’Equipement et de l’Habitat. Elles n’ont pas été révisées depuis, à notre connaissance.

6 Suivant les textes du Code de l’urbanisme, un PAU est un principe d’organisation de la ville, existante et projetée, et définit des règles et conditions d’utilisation des sols et des constructions suivant leur emplacement dans le périmètre considéré, en proposant des règles temporelles qui préfigurent les phases et l’ordre des extensions urbaines. Un PAU n’intervient pas sur les acteurs mais sur les conditions auxquelles doivent obéir les activités.

7 Cette dénomination fait suite à de nombreux discours commencés pendant la période coloniale qualifiant et caractérisant les “médinas arabo-musulmanes”. Le quartier d’El hawadef est le seul à Tozeur à pouvoir être qualifié de médinal, pour différentes raisons historiques mais surtout architecturales et urbaines (rues étroites et tortueuses à certains passages couverts, habitat dense, architectures introverties…).

8 Pour toute la région sud-ouest, ces services étaient jusqu’alors centralisés à Gafsa, à 100 km au nord, dont dépendait Tozeur jusqu’à sa promotion en chef-lieu de Gouvernorat en 1981.

9 Borg André, “l’habitat à Tozeur”, Cahiers de l’Afrique du Nord n°5, p.91-107.

10 La plupart de ces réalisations répondent à un programme établi à échelle nationale visant à un meilleur degré d’équipement des petites et moyennes villes (tel le programme des “50 lycées”). Il s’agit des recommandations générales du IXème plan quinquennal, visant une meilleure répartition des infrastructures sur l’ensemble du territoire national tunisien.

11 Plusieurs séjours d’enquêtes ont été menés de 1997 à janvier 2001, pour les besoins d’une thèse EHESS : “Construire son chez-soi, dynamique des transformations de l’habiter dans une ville oasienne à l’époque contemporaine” sous la direction de Christian Topalov. Les informations rapportées ici ont été essentiellement recueilles de novembre 1999 à février 2000, c’est-à-dire au moment des élections présidentielles et municipales.

12 Ce plan, levé à vue par F. Gendre, est publié dans “De Gabès à Nefta”, Revue Tunisienne XV, p.514, 1908.

13 Ce service deviendra plus tard la Direction générale de l’aménagement du territoire et de l’urbanisme du ministère de l’Equipement et de l’Habitat.

14 La plupart des terrains ont été acquis par les Tozerois dès leur viabilisation et leur mise en vente, mais ils ne seront bâtis que des années plus tard, ce qui faussera nombre de projections et de statistiques relatives aux réserves foncières disponibles

15 Ce “Plan de référence” résulte d’un appel d’offres lancé en 1984 par l’Agence tunisienne de Rénovation et de Réhabilitation Urbaine et remporté par le groupement italien Technosynésis-Italconsult. L’objectif était de dresser un état des lieux le plus précis possible avant de monter les opérations de réhabilitation des villages oasiens. En cas de succès, des études similaires à ces “plans de références” devaient se généraliser à d’autres sites sensibles. L’étude fut close en 1987 et est restée sans suite.

16 Ce document, bien qu’élaboré par les Services de l’Urbanisme, n’a jamais été approuvé (le Code de l’urbanisme ne le sera qu’en 1984). Dans son article 40, il stipule : “d’une manière générale, les constructions doivent répondre aux exigences de l’esthétique de la ville ou du quartier, tant en ce qui concerne les matériaux employés que pour ce qui est des lignes, des teintes ou de la décoration”.

17 Abachi Farid : “Capacités ordinaires face à une construction ordinaire”, Les compétences des citadins dans le Monde arabe, I. Berry-Chikhaoui & A. Deboulet, L’Harmatan-Irmc-Urbama, 2000.

18 Dans la presse officielle et dans les discours des habitants, ce terme de “Tozeur” désigne indifféremment deux échelles administratives et géographiques distinctes : la Municipalité et/ou le Gouvernorat. L’article est paru dans le journal La Presse daté du 12/12/1991. Dans la même veine : “Tozeur, perle du Désert” (quotidien Le Renouveau daté 04/08/1990), “Tozeur, il reste à faire…” (Le Renouveau daté 16/12/1990), “La splendeur en son jardin” (Le Renouveau daté 16712/1992).

19 cf. l’article de Clifford Geertz, “Modernités à Séfrou”, in Méditerranéennes n°12, 1999, qui restitue de façon très détaillée le contexte politique suivant la parution d’un décret ordonnant de re-peindre les maisons en une couleur crème/ qehwi.

Auteur

© Presses universitaires François-Rabelais, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540