Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Individus, groupes et politique à Athènes de Solon à Mithridate

 | 
Jean-Christophe Couvenhes
, 
Silvia Milanezi

L’entourage des Politeuomenoi : « clientèle » privée ou factions politiques ?

Claude Mossé

Texte intégral

  • 1 Mossé (Cl.), « Politeuomenoi et Idiôtai : l’affirmation d’une classe politique à Athènes au ive si (...)

1Dans les discours des orateurs athéniens du ive siècle, on distingue souvent les politeuomeno, ceux qui prennent une part active à la vie politique de la cité, des idiôtai, des simples citoyens, ceux qui assistent aux séances de rassemblée, exercent à la rigueur pendant une année les fonctions de conseillers ou de juges du tribunal populaire. Dans cette démocratie directe qu’est la démocratie athénienne, il y a donc ce que j’appellerai une « classe politique », à laquelle il n’existe aucune condition d’accès, dont les contours varient au gré des circonstances, mais dont on peut au moins tenter de voir comment elle se forme et « fonctionne »1.

  • 2 C’est le cas d’Apollodore, l’ami de Démosthène, comme il le rappelle dans le Contre Nééra (LIX). J (...)
  • 3 3Mossé (Cl.), « Les relations de « clientèle » dans le fonctionnement de la démocratie athénienne  (...)

2Les sources en effet, littéraires ou épigraphiques. nous fournissent un certain nombre de noms. Certains ne sont précisément que des noms, en particulier ceux qui figurent dans les inscriptions, magistrats ou orateurs ayant proposé le décret. D’autres en revanche apparaissent comme des personnages de premier plan, à travers les récits des historiens ou à l’occasion de procès dans lesquels ils sont impliqués, fût-ce à titre de simples témoins. Ce sont ceux-là qui, ici, m’intéressent, car c’est autour d’eux que se regroupent des personnages de second plan, le risque d’être ensuite désavoués par le démos2. Ce sont les liens qui les unissent et auxquels j’ai, dans un article déjà ancien, accolé le terme de « patronage » que je vais réexaminer ici3.

  • 4 On les connaît en particulier par les nombreux procès qui leur furent intentés.
  • 5 Mossé (Cl.), Politique et société en Grèce ancienne. Le « modèle » athénien, Paris, Aubier, 1995, (...)

3Dans un premier temps, j’examinerai les termes qui désignent ceux qui forment l’entourage des hommes politiques. Comme déjà ces « hommes illustres » du ve siècle dont nous a parlé ici même Pauline Schmitt-Pantel, ce sont encore des stratèges qui occupent le devant de la scène politique durant la première moitié du ive siècle4. En revanche, et singulièrement après l’effondrement de la Seconde Confédération maritime, les politeuomenoi sont d’abord des orateurs, mais aussi, comme en témoignent les exemples de Callistratos d’Eubule, de Lycurgue et même de Démosthène, des administrateurs financiers. Cela s’explique aisément par les difficultés grandissantes auxquelles se heurte la cité, alors que les charges, en particulier le paiement des différents misthoi et du theorikon, ne cessent de croître5.

  • 6 Sur Chabrias, Démosthène, Contre Leptine (XX), 86 ; sur Iphicrate, Démosthène, Contre Midias (XXI) (...)
  • 7 Sur le rôle des hétairies lors des deux révolutions oligarchiques de la fin du ve siècle, Sartori (...)

4Comment désigne-t-on ceux qui forment l’entourage de ces stratèges, de ces orateurs, de ces administrateurs des finances publiques ? On remarque aussitôt qu’on ne trouve pas un terme unique, mais un grand nombre de termes ou d’expressions. Deux cependant se détachent : philoi et hetairoi, qui ont une connotation élitiste incontestable, et qui cependant sont utilisés par les orateurs aussi bien pour désigner l’entourage de célèbres stratèges comme Chabrias, Iphicrate ou Charès, que celui de personnage de moindre importance tels Midias, l’adversaire de Démosthène ou Timarque, celui d’Eschine6. Une autre constatation s’impose : on emploie tantôt l’un, tantôt l’autre de ces deux termes, voire l’un et l’autre conjointement, comme s’ils avaient même signification. Ce qui implique, même si l’on est toujours prêt dans un procès à accuser l’adversaire de complot contre la démocratie, qu’hetairoi n’a plus le sens spécifique qu’on lui donnait au siècle précédent, et singulièrement lors des événements de 4117.

  • 8 Sur Alcibiade, Ps. Andocide. Contre Alcibiade (IV), 4 ; sur Midias, Démosthène, Contre Midias (XXI (...)

5Cette même neutralité de sens se retrouve dans les termes composés avec le préfixe sun : ainsi Pseudo-Andocide évoque les hetairous kai sunomotas d’Alcibiade, Démosthène les plousioi polloi sunestekotes prêts à apporter leur soutien à Midias, les sunestôtes d’Euboulidès qui s’apprêtent à exclure Euxithéos lors de la révision de la liste des démotes8. Un sens encore plus neutre se traduit par les expressions hoi péri... hoi meta..., expressions qu’on retrouve fréquemment dans les Vies de Plutarque.

  • 9 Démosthène, Contre Timocratès (XXIV). 14 et ssq. ; Eschine, Ambassade (II), 71.
  • 10 Démosthène, Sur la couronne (XVIII), 103 ; 212 ; Ps. Démosthène, Contre Nééra (LIX), 43, où c’est (...)

6D’autres termes cependant ont une connotation fortement négative : c’est le cas de misthophoroi ou misthosamenoi pour désigner ceux qui sont au service d’un homme politique comme de vulgaires misthôtoi. Ainsi Démosthène à propos de l’entourage d’Androtion, ou Eschine évoquant les misthophoroi du stratège Charès9. Si le terme misthos n’est pas employé par Démosthène lorsqu’il accuse Eschine de s’être laissé acheter par les hegemones des symmories, il apparaît en revanche dans le Contre Nééra d’Apollodore pour dénoncer ceux qui se louent comme dénonciateurs ou comme accusateurs au service de Callistratos ou d’Eubule10.

  • 11 Davies (J. K), Athenian Propertied Families 600-300 B. C. Oxford, 1971 (sera cité sous la forme Da (...)

7Cette diversité des termes employés pour désigner l’entourage des hommes politiques conduit à s’interroger sur l’origine de la formation de ces liens. Or, au ive siècle comme au siècle précédent, ceux à qui l’on prête philoi, hetairoi. sunomotai, sont des hommes riches. Une enquête à partir du catalogue de Davies est révélatrice à cet égard11. Tous se sont acquittés de liturgies, dont la plus coûteuse, la triérarchie ; ont accédé à des charges qui impliquent la possession d’une fortune personnelle : stratèges, trésoriers, administrateurs de la caisse du theorikon, membres des symmories ordinaires ou triérarchiques.

  • 12 Isocrate, Trapezitique (XVII), 31
  • 13 Voir les discours qu’il composa contre Aphobos, l’un de ses tuteurs, en particulier Contre Aphobos(...)
  • 14 Sur Pythodôros d’Acharnés, Davies, APF, n° 12413.

8En revanche, la plupart sont étrangers aux vieilles familles aristocratiques d’Athènes. Même s’il en est comme le célèbre stratège Timothée, fils de Conon le restaurateur de la marine athénienne, qui compte dans sa famille un Conon archonte en 462/1 et un Timothée qui fut vers 450 honoré d’une statue, la plupart sont les premiers de leur lignée à exercer des fonctions importantes ou à jouer un rôle comme orateurs. Et nombre d’entre eux ont des relations avec les milieux de l’artisanat et du commerce. C’est vrai d’Agyrrhios qui instaura le misthos ecclesiastikos et qui aurait été en relations étroites avec Pasion, le célèbre banquier d’origine servile, dont il facilita peut-être l’accès à la citoyenneté12 ; c’est vrai de Démosthène qui fut durant toute sa vie en relation avec le milieu des commerçants du Pirée et dont le père possédait une fortune importante reposant sur la possession de deux ateliers d’esclaves13. Seul Lycurgue qui domine la vie politique de la cité après 338 appartient à une famille aristocratique, le genos des Étéoboutades. Encore faut-il rappeler que par son mariage il était lié à la famille de Pythodôros d’Acharnes, ami d’Apollodore, le fils de Pasion et dont le grand-père avait été l’agent et le représentant14.

  • 15 Démosthène, Sur l’Ambassade (XLX), 290.
  • 16 Ps. Démosthène, Contre Timothéos (XLIX), 66.
  • 17 Davies, APF, n° 110 11907.

9Mais, et cela n’est pas fait pour surprendre, ces « nouveaux politiciens » n’en reprennent pas moins les pratiques anciennes et renforcent la formation de cette nouvelle « classe politique » par des liens familiaux ou matrimoniaux. D’une part, on voit se constituer des dynasties d’hommes politiques : Agyrrhios et son neveu Callistratos, Conon et son fils Timothée, Iphicrate et son fils Menestheus. D’autre part, ils renforcent leurs alliances par des alliances matrimoniales : ainsi, Thrasybule, le restaurateur de la démocratie en 403, marie-t-il sa fille à Nicias de Kydantidai, le petit-fils du vaincu de l’expédition de Sicile15. Timothée donne sa fille en mariage à Menestheus, le fils d’Iphicrate16. Chabrias était le gendre d’un certain Eryximachos, beau-frère de Cléomédon, le fils du célèbre démagogue Cléon : tous deux avaient épousé des filles de Polyaratos de Cholarge17. Et j’ai déjà évoqué le mariage de Lycurgue avec une femme apparentée à Pythodôros d’Acharnes, ami d’Apollodore.

  • 18 L’accusation est constamment reprise par Démosthène dans le Contre Timocratès (XXIV), dans le Cont (...)

10Il y a aussi, bien entendu, ce que certains présentent comme un fait nouveau, la corruption. Vraies ou fausses, les accusations de ce genre se multiplient dans les plaidoyers, et l’on a vu l’usage de termes dérivés de misthos pour désigner ces hommes qui, moyennant rétribution, se mettent au service de tel ou tel homme politique : ainsi Timocrate faisant adopter une loi destinée à servir les intérêts d’Androtion, Midias faisant intervenir ses misthophoroi à l’assemblée et devant les tribunaux, Eschine se laissant acheter par les hegemones des symmories pour s’opposer à la loi rétablissant l’ancien système de la triérarchie18. Et l’on connaît les accusations portées contre Démade pour expliquer que, d’origine modeste, il ait pu jouir d’une estimable fortune.

  • 19 La première attaque de Démosthène contre le theorikon est formulée dans le discours Sur l’organisa (...)

11Tous ces exemples révèlent les lieux où se manifestent ces ententes. D’abord à la tribune de l’assemblée où l’on fait déposer par un fidèle des projets dont on peut redouter qu’ils ne suscitent l’opposition du démos. L’exemple le plus précis nous est donné par Apollodore dans le Contre Nééra, lorsqu’il évoque l’amende qui lui fut infligée à la suite de l’attaque menée par Stéphanos, un ami d’Eubule, contre le projet de transfert des excédents budgétaires qui alimentaient la caisse du theorikon à la caisse militaire des Stratiotika, un projet évidemment inspiré par Démosthène19.

12Mais ces alliances se manifestaient aussi et surtout devant les tribunaux, pour dénoncer les complices de l’accusé ou témoigner de la bonne foi de l’accusateur. À cet égard, les discours parallèles de Démosthène et d’Eschine sont particulièrement éloquents.

13C’est là que se pose la question essentielle : peut-on à propos de ces groupements parler de « partis » comme on a trop souvent tendance à le faire, ou ne s’agit-il que d’hostilités personnelles internes à la classe politique ? Il n’est pas douteux en effet, à lire le Contre Ctésiphon et le discours Sur la couronne, qu’entre Démosthène et Eschine il existait bien une hostilité personnelle, comme en témoignent les attaques portant sur la vie privée. Et pourtant il est clair également que cette hostilité était liée à la politique à l’encontre de Philippe.

14Il importe donc de rappeler ce qui pouvait alors susciter des antagonismes au sein de la communauté civique, pour apprécier dans quelle mesure ces alliances plus ou moins durables découlaient de ces antagonismes et en étaient la traduction sur le plan du fonctionnement de la vie politique.

15Le premier facteur de division au sein du dèmos avait été l’acceptation ou le refus du régime établi par Clisthène, mais développé et organisé par Périclès. Deux révolutions oligarchiques avaient marqué les dernières années du siècle précédent. Si la restauration de la démocratie au lendemain des événements de 411 s’était traduite par l’adoption d’une législation particulièrement dure à l’encontre des adversaires de la démocratie, en revanche la restauration de 403 avait été placée sous le signe de l’unité retrouvée et de l’amnistie, même si cela n’empêcha pas des règlements de comptes personnels dans les années qui suivirent. Durant tout le ive siècle et jusqu’aux mesures imposées par Antipatros en 322, on ne trouve aucune tentative de rétablissement de l’oligarchie. La critique du régime démocratique ne se développe qu’au sein des écoles philosophiques, en marge par conséquent de la vie politique concrète. Et les nombreux décrets qui nous sont parvenus attestent le fonctionnement régulier des institutions.

  • 20 Il est intéressant à ce propos de rappeler la remarque de Praxagora dans l’Assemblée des femmes d’ (...)
  • 21 Ps. Démosthène, Sur le traité avec Alexandre (XVII), 15.

16Un autre antagonisme se révèle de façon plus ou moins directe, l’opposition entre « pauvres » et « riches ». C’était l’un des thèmes de l’analyse des systèmes politiques par Platon. On en trouve quelques échos dans les dernières comédies d’Aristophane, l’Assemblée des femmes et le Ploutos20. Mais on ne voit pas qu’il y ait eu à Athènes au ive siècle une revendication de partage des terres et d’abolition des dettes, si présente ailleurs dans le monde grec au point que Philippe exigera de ses alliés grecs l’engagement de ne pas y répondre21.

  • 22 22Sur les problèmes financiers d’Athènes au ive siècle, voir Brun (P.), Eisphora, Syntaxis, Strati (...)

17En fait, si cet antagonisme se manifeste, c’est sur un autre plan, celui du réveil de l’impérialisme athénien. Le développement de l’empire d’Athènes avait été l’une des conditions du bon fonctionnement de la démocratie grâce aux revenus qu’il assurait à la cité. Très vite et surtout après le retour de Conon à Athènes, on vit renaître l’espoir d’un rétablissement de l’autorité de la cité sur ses anciens alliés. Mais cela impliquait la rupture avec Sparte et le rapprochement avec certaines cités qui avaient fait partie de l’alliance péloponnésienne, comme Corinthe ou Thèbes, et qui s’inquiétaient des conséquences de la politique menée par Lysandre et reprise par Agésilas. D’où l’existence à Athènes dans les premières décennies du siècle d’un « parti » lacédémonien réunissant ceux qui voulaient respecter l’alliance avec Sparte, et d’un « parti » thébain, désireux de rompre cette alliance. Le premier était représenté par Andocide. puis par Callistratos, le second par Androtion. La prudence de la rédaction du décret d’Aristotélès créant la Seconde confédération maritime traduit la crainte de voir les difficultés financières conduire la cité aux erreurs qui lui avaient été fatales au siècle précédent. Mais en même temps, il fallait prévoir d’autres moyens d’assurer à la cité des revenus réguliers. D’où la création, sans doute à l’initiative de Callistratos, des symmories pour assurer la levée de l’eisphora, devenu un impôt permanent22.

  • 23 Isocrate. Sur la paix (VIII), 134 ; 142 ; Xénophon, Revenus, V, 5-6

18Ces réformes allaient très vite se révéler insuffisantes. D’où le retour aux pratiques anciennes, à des mesures de circonstances pour faire rentrer les arriérés, telles celles que révèle le discours de Démosthène contre Androtion, enfin la création des symmories triérarchiques pour alléger le poids que cette charge faisait peser sur les plus riches. L’effondrement peu après de la Seconde Confédération maritime allait entraîner la mise en question de l’hégémonie par le groupe formé par Eubule et ses amis, et dont on a un écho aussi bien dans le Sur la Paix d’Isocrate que dans les Poroi de Xénophon23.

19C’est donc autour de ces choix, alliance spartiate/alliance thébaine, réveil de l’impérialisme ou renoncement à l’hégémonie que se constituent ces alliances plus ou moins circonstancielles dont j’ai essayé de dégager les caractères. Ces hommes politiques que nous font connaître les discours des orateurs, qui s’entourent de groupes d’« amis » ou de « clients », ne cherchent pas seulement à assurer leur autorité dans la cité, même si ce souci n’est pas absent de leurs préoccupations, ils cherchent aussi à faire triompher devant l’assemblée ou devant les tribunaux qui sont devenus aussi des lieux du débat politique, ces choix qu’ils jugent nécessaires pour la cité. Ces choix impliquent souvent une réorganisation des finances de la cité, dont n’est assurément pas absent le souci d’alléger les charges pesant sur les plus riches, mais aussi celui de perpétuer les pratiques qui, au siècle précédent, avaient assuré le maintien de l’équilibre social, salaires et distributions publiques.

  • 24 Ce tournant dans la politique de Démosthène est sensible à partir du procès sur l’Ambassade. Voir (...)

20L’irruption de Philippe de Macédoine dans le monde égéen, au moment où ces choix s’imposaient à Athènes allait donner aux conflits politiques des aimées quarante du ive siècle une coloration particulière. Face à ceux qui préconisaient une politique d’entente avec Philippe, Démosthène se posait en défenseur non seulement de l’indépendance d’Athènes, mais même de la démocratie qu’auraient été prêts à sacrifier ceux qui s’opposaient à lui24. On sait le démenti que l’histoire lui opposa dans l’immédiat, puisque Philippe vainqueur n’imposa à la cité aucun changement de régime.

21Mais c’est là une autre histoire qui nous entraînerait loin de cette analyse des groupements politiques dans l’Athènes du ive siècle. Il faut conclure. Il est évident que, dans le fonctionnement de la vie politique, ces groupements plus ou moins circonstanciels autour de ces hommes qui apparaissent au premier plan dans l’histoire de la période ont joué un rôle important. Il est non moins évident qu’ils se constituaient à la faveur de choix politiques et avaient pour objet de convaincre le démos, seul détenteur de la souveraineté, et par conséquent seul maître de juger du bien fondé de telle ou telle décision.

22Mais il serait excessif de donner à ces choix un fondement idéologique. Encore une fois, ils étaient dictés par les circonstances qu’Athènes dût affronter au lendemain de la chute de son empire, puis, après la reconstitution partielle de celui-ci, par les difficultés matérielles, financières en premier lieu, pour maintenir une politique cohérente et assurer l’équilibre social au sein de la cité, en particulier par les distributions de salaires et d’indemnités diverses.

23Il faut donc demeurer prudent quant à la tentation de prêter à l’Athènes du ive siècle des types d’organisations politiques structurées, et se convaincre qu’une partie de la réalité du fonctionnement de la démocratie athénienne nous échappera toujours.

Notes

1 Mossé (Cl.), « Politeuomenoi et Idiôtai : l’affirmation d’une classe politique à Athènes au ive siècle », REA, 86 (1984), p. 193-200.

2 C’est le cas d’Apollodore, l’ami de Démosthène, comme il le rappelle dans le Contre Nééra (LIX). Je reviens plus loin sur cette question.

3 3Mossé (Cl.), « Les relations de « clientèle » dans le fonctionnement de la démocratie athénienne », Métis, 9-10 (1994-1995), p. 143-150.

4 On les connaît en particulier par les nombreux procès qui leur furent intentés.

5 Mossé (Cl.), Politique et société en Grèce ancienne. Le « modèle » athénien, Paris, Aubier, 1995, p. 132-137.

6 Sur Chabrias, Démosthène, Contre Leptine (XX), 86 ; sur Iphicrate, Démosthène, Contre Midias (XXI). 62 ; sur Charès, Eschine, Ambassade (II), 73 ; sur Midias, Démosthène, Contre Midias (XXI), 30 ; 139 ; sur Timarque, Eschine, Contre Timarque (I), 47.

7 Sur le rôle des hétairies lors des deux révolutions oligarchiques de la fin du ve siècle, Sartori (F.), Le eterie nella vita politica ateniese del vie v secolo a.C, Rome, 1957, p. 18 ; 30-33.

8 Sur Alcibiade, Ps. Andocide. Contre Alcibiade (IV), 4 ; sur Midias, Démosthène, Contre Midias (XXI), 213 ; sur Euboulidès, Ps. Démosthène, Contre Euboulidès (LVII), 13.

9 Démosthène, Contre Timocratès (XXIV). 14 et ssq. ; Eschine, Ambassade (II), 71.

10 Démosthène, Sur la couronne (XVIII), 103 ; 212 ; Ps. Démosthène, Contre Nééra (LIX), 43, où c’est Stéphanos, le compagnon de Nééra qui est accusé d’être au service d’Eubule

11 Davies (J. K), Athenian Propertied Families 600-300 B. C. Oxford, 1971 (sera cité sous la forme Davies, APF).

12 Isocrate, Trapezitique (XVII), 31

13 Voir les discours qu’il composa contre Aphobos, l’un de ses tuteurs, en particulier Contre Aphobos I (XXVII), 4-5 où il énumère la composition de la fortune de son père.

14 Sur Pythodôros d’Acharnés, Davies, APF, n° 12413.

15 Démosthène, Sur l’Ambassade (XLX), 290.

16 Ps. Démosthène, Contre Timothéos (XLIX), 66.

17 Davies, APF, n° 110 11907.

18 L’accusation est constamment reprise par Démosthène dans le Contre Timocratès (XXIV), dans le Contre Midias (XXI), et dans le discours Sur la couronne (XVIII).

19 La première attaque de Démosthène contre le theorikon est formulée dans le discours Sur l’organisation financière (XIII), 2. Quelques mois plus tard, Apollodore proposait un décret dans lequel il était dit que « le peuple déciderait à mains levées si le reliquat de l’exercice financier serait employé aux dépenses militaires ou à celles du théorique » (Contre Nééra (LIX), 4). Le décret fut attaqué par Stéphanos et Apollodore condamné à une forte amende. Démosthène reviendrait sur la question à la veille de la reprise de la guerre contre Philippe dans la IVe Philippique (X), 36.

20 Il est intéressant à ce propos de rappeler la remarque de Praxagora dans l’Assemblée des femmes d’Aristophane : lorsqu’il s’agissait de voter le principe d’une expédition maritime, les riches et les paysans étaient contre et les pauvres de la ville pour (v. 197).

21 Ps. Démosthène, Sur le traité avec Alexandre (XVII), 15.

22 22Sur les problèmes financiers d’Athènes au ive siècle, voir Brun (P.), Eisphora, Syntaxis, Stratiotika. Recherches sur les finances militaires d’Athènes au ive siècle, Paris, Belles Lettres, 1983, et pour les conséquences politiques de ces difficultés financières, Mossé (Cl.), Politique et société en Grèce ancienne. Le « modèle » athénien, Paris, Aubier, 1995, p. 205-223.

23 Isocrate. Sur la paix (VIII), 134 ; 142 ; Xénophon, Revenus, V, 5-6

24 Ce tournant dans la politique de Démosthène est sensible à partir du procès sur l’Ambassade. Voir Mossé (Cl.), Démosthène ou les ambiguïtés de la politique, Paris, A. Colin, 1994, p. 98-100.

Auteur

Professeur émérite, Université Paris VIII — Saint Denis

© Presses universitaires François-Rabelais, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540