Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Villes et projets urbains en Méditerranée

 | 
Jean-Paul Carrière

Projet urbain et espace public à Alger. De la ville programmée à la ville revendiquée

Nassima Dris

Texte intégral

  • 1 Sociologue et urbaniste. Maître de conférences à l’Université de Rouen.

1Note portant sur l’auteur1

2L’expression « la ville à l’œuvre » prend à Alger toute sa signification. La ville d’Alger apparaît comme une réalité malléable et façonnable où s’expriment à la fois les pratiques spécifiques liées à la culture local et des modes de comportement induits soit par la forme du bâti soit par les effets de la mondialisation, cette sorte de « machine folle » qui poursuit son chemin à l’insu de la volonté de chacun (Giddens, 1994). Dans la rencontre du local et du global, les interférences de modèles se cristallisent aussi bien dans les formes spatiales que les pratiques sociales. Toutefois, si les implications de réminiscences du passé sur le vécu présent sont à considérer à leur juste valeur, il convient de noter le risque que comporte une approche qui opposerait deux modes d’existence appelés communément « moderne » et « traditionnel ». C’est ainsi que la simple transposition des pratiques dans le temps est à exclure. En revanche, la prise en compte de la temporalité permet de saisir des formes sociales spécifiques où le temps présent et le temps passé s’entremêlent, se tolèrent ou s’opposent. De même qu’il serait hasardeux de préjuger de l’homogénéité des pratiques et leur cohérence culturelle. C’est à ce titre que l’urbanisme en tant qu’outil de développement se doit de tenir compte de la richesse et de la complexité d’une réalité sociale en formation.

3L’intérêt de considérer la notion de projet urbain dans son rapport à l’espace public permet justement d’en préciser la portée et de mesurer son efficience. La notion d’espace public rend intelligible les multiples formes d’usage où s’entremêlent les types idéaux de la cité. Force est de constater qu’aux nouvelles conceptions de l’espace (voies piétonnières, espace de loisirs, centres commerciaux, etc.), les usagers répondent par leur capacité à produire leur propre langage et mettent en lumière les insuffisances d’un projet urbain peu enclin à une pratique urbanistique réelle, celle qui tiendrait compte non pas de l’image gratifiante que le projet urbain est supposé produire mais des contextes socio-anthropologiques.

4La notion d’espace public en Algérie et au Maghreb de façon générale est liée à la notion d’Etat. L’espace public est perçu généralement comme un bien appartenant non pas à la collectivité mais à l’Etat. Ce statut étatique de l’espace rend l’appropriation éphémère. En revanche, l’espace non balisé est considéré comme libre et en tant que tel se prête à la privatisation. De nombreux exemples d’occupations illicites des espaces publics subsistent malgré les interventions musclées des pouvoirs publics. Ceci permet d’observer que l’Etat ne contrôle réellement les espaces publics que lorsqu’il s’agit d’une action politique manifeste ou symbolique : il y eut ce qu’on a désigné par « la bataille des mosquées » et l’occupation des places centrales par les islamistes dans une forme violente de l’appropriation. Il y a aujourd’hui, la « bataille » que mène le « trabendo » en tant que forme spécifique de l’échange et du négoce pour une appropriation commerciale des lieux centraux. Le trabendo, cadre d’une sociabilité du négoce s’impose comme innovation (stratégie défensive face à la détérioration du pouvoir d’achat) et comme résurgence de valeurs dans l’espace public. Or, malgré la multiplicité des formes d’usage, l’adoption de stéréotypes dans le projet urbain sans cesse réactivés apparaît comme une sorte de fatalité qui restreint les initiatives de manière globale et confine la ville dans ses multiples dysfonctionnements.

PASSAGES OBLIGÉS ET ENJEUX

5La question qui s’impose est celle de savoir quelle est la nature du projet urbain pour une société en recomposition. La nouvelle politique urbaine (1997) prône une restauration de la gestion administrative et la mise en œuvre d’une « communauté urbaine » fondée sur des liens étroits entre les instances chargées de la gestion de la cité et les habitants. Pour ce faire, une réforme territoriale et administrative est engagée pour pallier les nombreux dysfonctionnements de la ville et mettre en place «une politique intégrée des villes et de la ville » [Demain l’Algérie, 1995]. Cette réforme des institutions se fonde sur deux points essentiels : une densification du maillage administratif dans le but de « rapprocher l’administration des administrés » et une intégration du mouvement associatif à la gestion des problèmes urbains.

6Dans ce cadre, est-il nécessaire de s’interroger sur le poids d’un quelconque déterminisme topographique dans les orientations de l’aménagement de l’agglomération algéroise ? Il est généralement admis que le site accidenté, difficile à construire et à viabiliser, a joué et joue encore un rôle non négligeable dans l’orientation du développement de la ville. Il a imposé des passages obligés que chaque plan a intégré à sa façon. Mais faut-il négliger pour autant les effets des dimensions historiques, sociale et culturelle sur l’aménagement urbain ?

7Les premières années de l’indépendance furent celles de l’occupation de la ville coloniale et de la reconduction pure et simple de la législation française en matière d’urbanisme. De ce fait, et jusqu’à la fin de la décennie 1970, l’aménagement urbain fut balbutiant, fragmentaire et insuffisant. Plus qu’une simple utilisation de l’espace, l’occupation de la ville au lendemain de l’Indépendance avait un sens symbolique profond, c’était « la prise du pouvoir » à travers « la prise de la ville ». Or, cette forme d’occupation de la ville qui, au départ ignorait la hiérarchisation socio-spatiale, a vite rallié l’ordre urbain préexistant. En effet, une redistribution sociale dans l’espace urbain consacrera le centre-ville et les « hauteurs » comme lieu de l’élite détentrice d’un certain pouvoir de décision et/ou celui de l’argent [F. Benatia, 1980]. Toutefois, ce constat de réajustement socio-spatial n’est pas clairement accompli. A. Hydra, l’un des quartiers les plus « chics » de la capitale, des familles vivent encore dans des bidonvilles qui sont régulièrement démolis par décision autoritaire et réapparaissent le plus souvent aux mêmes endroits. De plus, le déplacement de la population aisée vers le sud-ouest, une zone résidentielle aux habitations cossues, reconduit le schéma urbain ségrégatif, c’est-à-dire l’est de la ville occupée par les couches sociales moyennes voire défavorisées, et le sud-ouest et les hauteurs, par les couches les plus aisées [F. Younsi, 1987]. Plus qu’une simple remise en ordre, la mobilité apparaît ici comme un processus de désorganisation sociale [R.E. Park, 1926] et un critère explicatif des phénomènes sociaux plus larges.

8Tous les plans d’urbanisme [Plan d’Urbanisme Directeur (PUD), Plan Directeur d’Aménagement et d’Urbanisme (PDAU), Grand Projet Urbain (GPU) pour ne citer que les derniers en date] mettent en avant la symbolique monumentale et la modernité qui influeraient, semble-t-il, sur le comportement des individus et sur leur mode de vie. On constate dès lors la pérennité d’une approche utopiste selon laquelle un changement du cadre bâti modifierait implicitement le mode comportemental de l’habitant. Cette approche est soutenue par un discours politique prônant de façon concomitante l’authenticité et la modernité. L’Etat se projette ainsi dans la ville et inscrit sa propre idéologie dans l’organisation urbaine. Toutefois, le discours politique en vigueur a toujours manifesté la volonté d’améliorer le cadre de vie de l’ensemble de la population en renforçant son appartenance identitaire. Or, cette volonté ne manquera pas de se concrétiser sur le terrain par la réalisation en priorité de projets prestigieux à l’architecture « moderniste », situés essentiellement sur les crêtes et dans le Hamma, dont l’effet sur le tissu urbain induira nécessairement des transformations de tout l’espace environnant. Il semble donc que l’aménagement de l’agglomération n’est abordé qu’en termes de concentration d’équipements de pouvoir et de projets d’envergure. Pourtant, il est reconnu que la qualité d’un espace urbain ne relève pas uniquement de l’importance des équipements qui y sont implantés mais plus de la qualité du lieu au travers de laquelle une population donnée s’y reconnaît et s’y inscrit volontairement. Cela étant dit, on ne peut faire l’économie d’un plan d’aménagement général, c’est-à-dire un projet urbain qui prenne en compte tous les types d’échanges qui s’opèrent dans la ville. Ce projet concernerait aussi bien l’accessibilité au centre que les niveaux économiques et politiques. Il s’agit là d’un véritable projet de développement dont la nécessaire adhésion des habitants garantirait son efficacité et sa pérennité.

UN NOUVEAU DÉCOUPAGE ADMINISTRATIF EN 1997

9Sur le plan urbanistique, la capitale connaît des problèmes sérieux d’organisation. Son enclavement résulte de ses possibilités d’extension limitées, de son urbanisme désordonné et difficilement contrôlable et de la concentration extrême de ses activités (économiques, sociales et politiques). Le mitage des terres agricoles s’y est intensifié sans que la crise du logement soit résorbée pour autant. Le prix du foncier y est exorbitant et la vétusté de son tissu est spectaculaire. La paupérisation continue des populations engendre de nombreux fléaux. Pour résoudre ces problèmes cruciaux, deux ordonnances datant du 31 mai 1997 portant respectivement organisation territoriale de la wilaya d’Alger et statut du Gouvernorat du Grand-Alger, accordent à la capitale la désignation de « Gouvernorat du Grand-Alger ». Ce statut introduit un nouveau découpage administratif dont l’exposé des motifs se fonde, encore une fois, sur le constat d’un territoire étriqué à l’origine des dysfonctionnements de la capitale, l’inadéquation entre le territoire administratif et l’espace économique, la difficulté d’implanter des équipements indispensables (logements, infrastructures socio-culturelles, etc.) et l’empiétement abusif des constructions sur les terres agricoles de la Mitidja. Selon les promoteurs de ce projet, les dysfonctionnements et le cloisonnement des structures sont le résultat d’une prolifération d’organes de gestion administrative dont les attributs et les compétences, souvent élastiques et imprécises, sont soumises aux interférences d’opérateurs divers extérieurs à la capitale. De ce fait, si la gestion de certains équipements structurants (par exemple, le Palais des Congrès du « Club des Pins » ou l’aéroport international) présente certaines incohérences, c’est semble-t-il parce qu’ils sont implantés hors-wilaya. C’est ce constat qui a été à l’origine du rattachement à la wilaya d’Alger de 24 communes limitrophes :

  • six communes de Boumerdes : Ain-Taya, Bordj-el-Bahri, El-Marsa, H’Raoua, Rouiba, Réghaïa ;
  • quatorze communes de Tipaza : Ain-Bénian, Chéraga, Ouled Fayet, Staouali, El-Achour, Draria, Saoula, Zéradla, Rahmania, Souidania, Mahelm, Douéra, Kheraïssa, Baba Hassen ;
  • quatre communes de Blida : Birtouta, Sidi Moussa, Tassala-El-Merdja, Ouled Chebel.

10La wilaya d’Alger s’étend dès lors sur une superficie de 809,19 km2 avec une population de 2.620.000 habitants et une densité de 3.238 habitants au km2.

11La nouvelle structure administrative reconduit néanmoins l’essentiel des organes existants en leur accordant des prérogatives plus larges avec des subdivisions territoriales plus importantes en nombre et en taille. De même l’échelon supérieur de l’administration, c’est-à-dire l’Assemblée populaire de wilaya (APW), est associé aux opérations de terrain concernant l’aménagement et l’assainissement. Outre les aspects organisationnels et techniques, le nouveau découpage devra répondre aux préoccupations quotidiennes du citoyen, et rendre l’administration plus proche, plus accessible, plus efficace. Paradoxalement, ce sont ces mêmes arguments qui avaient été mis en avant pour justifier le découpage territorial de 1981 donnant naissance à d’autres wilayate (Boumerdes et Tipaza) à partir de celle d’Alger. Il apparaît ainsi que l’avènement de l’économie de marché et le passage de « l’Etat constructeur » à « l’Etat contrôleur » nécessite des ajustements administratifs et structurels qui s’avèrent difficilement applicables sur le terrain. On est en droit de se demander si cette nouvelle organisation parviendrait à resserrer les liens avec les administrés ? En d’autres termes, la dimension citoyenne sera-t-elle enfin entendue ?

VALORISER LE CADRE DE VIE ET RÉHABILITER LES ESPACES PUBLICS CENTRAUX

12Dans le programme du GPU figurent la prise en compte de l’assainissement, le développement des services et des transports comme autant de secteurs importants susceptibles d’être pris en charge. S’y ajoutent des objectifs plus délicats comme l’emploi des jeunes, l’éradication de l’habitat précaire et les « actions de valorisation du cadre de vie ». En réalité, plus qu’un plan urbain, il s’agit davantage d’un mode d’organisation et de gestion touchant tous les aspects de la vie urbaine. L’objectif est de faire participer tous les savoirs et d’intégrer les circonscriptions administratives dans le plan d’aménagement général. Cette approche se donne pour objectif de mettre en place des réformes à même de régler les nombreux problèmes du quotidien, grâce à l’implication effective de la population (le PDAU avait déjà envisagé la participation des parties civiles y compris des représentants d’usagers). Pour se faire, des « cellules de proximité » sont mises en place afin de recenser les préoccupations des habitants dans les quartiers et apporter une aide urgente si nécessaire. Dix cellules de proximité sont installées dans les quartiers périphériques depuis 1997 : grâce à une équipe pluridisciplinaire (médecins, sociologues, psychologues, ingénieurs, et autres), elles visent à traiter les poches de pauvreté et de marginalité par des actions d’assistance médicale d’urgence, de suivi psychologique des personnes en difficulté et d’aide administrative. Il apparaît que ces « cellules » correspondent plus à un programme d’urgence en réponse à une conjoncture particulière qu’à une mise en place réelle d’un dispositif de participation citoyenne. Même si cette volonté politique de rapprochement est ponctuée par les visites de terrain des responsables de wilaya, la mission semble inextricable tant les carences accumulées depuis des décennies en matière de services élémentaires (propreté, entretien des routes, transport, espaces verts, eau potable, réfection des trottoirs, etc.) sont considérables. Il n’en demeure pas moins que ce programme a pour ambition de réhabiliter Alger et principalement son centre-ville. En effet, dans cette perspective d’aménagement stratégique de la capitale, le GPU vise la réhabilitation et la reconquête des espaces centraux de la ville par la mise en place d’équipements de haut niveau. Le GPU s’appuie toutefois sur les orientations du PDAU concernant le schéma de centralité en y apportant quelques modifications. Dans ce cadre, le centre-ville existant et le Hamma accueilleront des activités tertiaires et des équipements de niveau supérieur (sociétés financières d’ingénierie et de conseil international, bureaux de services tertiaires, Centres d’affaires, moyens de communications de standing international, etc.).

13Au final, le programme du GPU se fonde sur des propositions de plans précédents pour aboutir concrètement à des actions articulées autour de cinq pôles de croissance :

14- Premier pôle : « Quartier-mémoire de la ville » dans l’axe « Marine – Basse Casbah – rue Ben M’Hidi – rue Didouche – le port » ;

15Les actions de développement dans ce premier pôle visent à la réouverture de la ville sur son port, à rendre la mer accessible aux promeneurs et à faire des quartiers de la ville Marine et la pêcherie des lieux de promenade et de détente. Il est prévu l’agencement d’un port de plaisance, la transformation des voûtes en lieux de loisirs et la réhabilitation du site Lallahoum à la Casbah. Dans cette partie du centre-ville, seront implantés également des parkings, un centre commercial, des salles de sport, des sièges de banques, des galeries commerçantes, des hôtels, etc.

16- Deuxième pôle : dans l’axe « place du 1er Mai – El Hamma -Ravin de la Femme Sauvage ».

17Ce futur centre d’affaires aura ses lieux de détente, de loisirs et d’activités culturelles. Il accueillera des tours polyfonctionnelles et un village de loisirs de 18 hectares. On prévoit également, dans ce secteur, l’installation d’un planétarium et d’un futuroscope.

18- Troisième pôle : dans l’axe « Caroubier (El-Harrach – Pins Maritimes ».

19Pour ce secteur, le programme prévoit l’aménagement du complexe sportif et de loisirs du Caroubier, la réouverture de l’hippodrome, l’aménagement des berges d’El-Harrach et l’installation aux Sablettes de salles omnisports, d’une patinoire et d’un aquarium.

20- Quatrième pôle : dans l’axe « Mohammadia – Lido – Bordj El Kiffan ».

21Cette zone côtière sera dotée d’un programme touristique : hôtels, bungalows, parkings, espaces sportifs, port de plaisance…

22- Cinquième pôle : dans l’axe « Bab-el-Oued – Cap Caxine ».

23Enfin, ce cinquième pôle accueillera surtout des actions d’assainissement. Cette zone verra aussi l’aménagement d’un complexe sportif et l’implantation d’un port de plaisance à Raïs Hamidou.

24Sur une période estimée à cinq ans, le GPU vise à faire d’Alger « une capitale du 21e siècle » ayant son importance dans le bassin méditerranéen. Pour ce faire de nouvelles coopérations internationales se dessinent. La participation italienne se renforce dans la quasi totalité des projets de réhabilitation. Des promoteurs chinois sont engagés pour la réalisation de plusieurs travaux d’aménagement, de réhabilitation et de construction : parmi ces projets figurent des centres commerciaux dans les ensembles d’habitat, vingt forages qui réduiront le déficit en eau du Grand-Alger et 1 200 logements. Certains pays arabes participent à la réalisation d’un programme de logements et d’équipements de loisirs : des fonds saoudiens pour financer 2 000 logements et des fonds quataris pour la réalisation d’un centre d’affaires international au Hamma, d’un ensemble d’habitat de standing international ainsi qu’un village de conception moderne intégrant des espaces de loisirs et d’activités culturelles (salle de cinéma, de théâtre et de création artistique…) à l’Est d’Alger.

25En définitive, hormis certains projets de détails (planétarium, futuroscope, patinoire, aquarium…), l’essentiel du programme du GPU rejoint celui du PUD élaboré en 1985 puis revu et corrigé par le PDAU en 1995. Il intègre même différents aspects des plans antérieurs, y compris ceux de la période coloniale, sans pour autant éliminer les tares de la gestion urbaine : les violations des règles d’urbanisme visibles aussi bien au centre-ville qu’à la périphérie, le laisser-faire, les détournements d’attributions de logements sociaux et des lots de terrains à bâtir, etc. Mieux, quelles peuvent être les perspectives quand la situation dégradée de l’emploi ne peut être inversée et les conditions de logements améliorées à court terme ? Sachant que l’objectif du plan d’urgence et de ramener le taux d’occupation par logement (TOL) de 7,6 à 7,0 dans la wilaya d’Alger, on s’interroge alors sur la faisabilité à court terme du programme du GPU concernant l’éradication de l’habitat précaire et la suppression des centres de transit. C’est en cela que nombreux sont ceux qui doutent d’une relance effective du projet Hamma et la résolution des problèmes du quotidien.

PROJET URBAIN ET SOCIÉTÉ EN RECOMPOSITION

26La reconsidération de l’étendue wilayale nécessite la mise en place de nouvelles structures susceptibles de prendre en charge la complexité de la gestion urbaine. Le Grand Projet Urbain (GPU) ambitionne de doter Alger des attributs d’une grande ville de services et d’en faire un pôle économique important. En d’autres termes, une « métropolisation » au sens d’une concentration croissante en son sein des populations, des activités et des richesses. Alger réunit certainement les atouts d’une métropole mais le plus impératif n’est-il pas de sortir de l’enlisement économique et social dans lequel a sombré la ville ces dernières années ? S’il est certain qu’Alger doit se doter d’infrastructures modernes d’envergure, il s’agit surtout d’analyser les problèmes posés et d’associer étroitement les habitants à la gestion. Cet objectif exige un temps plus long et un changement de mentalité pour les gestionnaires et les habitants. Tout projet est voué à l’échec et à l’enlisement si la ville est incapable de mettre en activité les habitants qui s’y rassemblent. La restructuration en profondeur de la capitale suppose non seulement la participation de spécialistes de l’urbain mais aussi la contribution des hommes de culture, des artisans… et des citoyens ordinaires. C’est ainsi que la réhabilitation de la capitale présuppose l’exercice de citoyenneté, le respect de l’Etat de droit et le retour à une cohérence urbanistique. La crise de la citoyenneté est inhérente, vraisemblablement, à la crise de la démocratie. Ceci n’a rien de surprenant. Mais comment prétendre à une grande métropole méditerranéenne où « se conjuguent beauté, convivialité intelligente et solidarité » si l’urbanisation volontariste perdure et si des problèmes élémentaires du quotidien (eau, transport, approvisionnement en produit de première nécessité…) tyrannisent le citoyen de façon durable ?

27Force est de constater que les discours politiques ne sont pas dénués de sens symbolique et se révèlent parfois comme un aveu sur la situation politique du pays. Pour la reconquête de la ville et de la rue, la politique publique déclarée revendique la volonté d’une revalorisation du centre-ville et une réhabilitation sociale de la Casbah. Or, les dispositions récurrentes de « l’Etat constructeur » demeurent la mise en œuvre de projets urbains dans la perspective d’une modernisation autoritaire qui écarte toute forme de participation citoyenne non initiée par le pouvoir. On observe donc une sorte de renouveau de l’autorité étatique par un contrôle plus rigoriste sur la ville. Dans un document récent sur la « reconquête du territoire », on y décèle une volonté d’un ordre urbain restauré : « la légalité républicaine est actuellement foulée aux pieds aussi bien par les dépassements que l’on constate vis-à-vis des réglementations de l’urbanisme que par l’incivisme généralisé que l’on constate de la même façon pour l’hygiène et le respect des espaces publics, l’entretien des constructions … ; ces phénomènes étant évidemment exacerbés dans les poches d’exclusion des villes, quasiment en marge de toute loi » [Demain l’Algérie, 1995].

28Or, il apparaît que l’échec de l’urbanisme repose surtout sur le discours normatif et rigide des technocrates et sur l’exaltation des formes modernes de construction comme si l’urbanisme se bornait à nourrir les rêves des gouvernants. Le projet urbain devient dès lors, un référent à partir duquel le politique élabore un discours légitimé par l’action avec pour objectif essentiel la production d’une image de la ville conforme aux idéaux de l’Etat. Cela ne veut pas dire que le projet urbain fasse l’unanimité au sein du pouvoir lui-même. En témoigne la notion de « gouvernorat » jugé anticonstitutionnelle et donc abandonnée alors qu’elle était censée doter la ville d’Alger d’un statut spécifique. La structure institutionnelle qui a donné naissance au Grand Projet Urbain comme projet spécifique a donc disparu. Que reste-t-il du projet lui-même ?

29L’urbanisme technocratique et bureaucratique appliqué aux villes algériennes s’érige, dans la plupart des cas, en censeur des pratiques réelles dans une volonté de modernisation autoritaire qui constitue, en réalité, une grave menace pour l’équilibre de la société et la formation de la citoyenneté. Alger est devenue ces dernières années un emblème des antagonismes sociaux et des dysfonctionnements urbains. Les mutations profondes que connaît la ville aujourd’hui exigent des réflexions ancrées dans la vie quotidienne pour aboutir enfin à des solutions adaptées aux spécificités socio-anthropologiques et aux exigences du terrain. C’est en ce sens que les problèmes de l’aménagement ne trouvent pas de solution dans une recherche exclusive de forme d’authenticité ou de modernisme, mais bien plus dans l’expression des préoccupations et des attentes des habitants d’une ville.

30Or, généralement, quand on pense Alger, c’est de sa façade dont il s’agit. Cet urbanisme de façade favorise des projets à la visibilité gratifiante, alors que les problèmes ordinaires qui rendent le quotidien invivable sont récurrents. Aujourd’hui, il apparaît à la lumière des projets qui ont été retenus puis réalisés que le marquage allégorique constitue l’essence même de l’urbanisme à Alger, tandis que la ville regorge de zones vétustes, y compris la Casbah qui demeure une plaie dans la ville et un parfait terreau pour la révolte sociale, en dépit des projets de restructuration et des nombreux discours sur la préservation du patrimoine. C’est ainsi que les contrastes entre les politiques urbaines et la réalité du terrain sont flagrants. Ils donnent à voir des projets volontaristes isolés et sans effet parce que, justement, ils ne s’inspirent en rien ou très peu de la réalité. Le discours technocratique ne peut masquer la ville réelle qui sourd au quotidien et qui surprend toujours par ses évolutions. Cette ville du quotidien nécessite à tout moment une relecture de l’espace pour rendre intelligible les représentations. « Planifier la ville, c’est à la fois penser la pluralité même du réel et donner effectivité à cette pensée du pluriel ; c’est savoir et pouvoir articuler » [M. de Certeau, 1990]. Autrement dit, l’urbanisme s’inscrit indéniablement dans un processus global de société fondé sur la recherche, la négociation et la remise en question. La ville n’est pas uniquement un processus d’urbanisation, c’est aussi un lieu où s’invente l’urbanité.

PROJET URBAIN ET PLURALITÉ DU RÉEL

31La ville d’Alger est à la fois glorifiée par de nouveaux attributs de la modernité et altérée par les pratiques quotidiennes du laisser-aller et du laxisme. Certains sociologues attribuent la dégradation de la ville à une « désobéissance civique » [M. Safar-Zitoun, 1997] sans liens avec les variables anthropologiques ni les effets démographiques. Ils l’analysent plutôt comme la résultante d’un pouvoir confisqué. Elle est pour d’autres la conséquence des mutations accélérés de la société et de l’inadéquation entre les besoins et la réalité [M. Boukhobza, 1991]. La ville apparaît ainsi comme un lieu aux représentations contrastées où se rencontrent des «fragments de système de pensées plus vastes» [B. Lepetit, 1988] et où s’entremêlent différentes stratégies du social.

32L’urbanisation n’est nullement synonyme de ville, remarque F. Choay. Elle désigne plus l’investissement des espaces par des constructions, des infrastructures de transports et d’équipements. C’est ainsi que dans la plupart des cas, les actions urbanistiques sont ponctuelles, locales et sans grande cohérence d’ensemble. En revanche, la ville est une construction qui s’enracine dans l’histoire et y puise l’essentiel de ses valeurs. La ville est, à ce titre, ce « lieu de mémoire » dont les significations profondes sont indispensables à la survie de la vie urbaine. En tant qu’acteurs sociaux, tous les êtres humains possèdent et utilisent un « haut niveau de connaissance » dans la production de leurs actions quotidiennes, et la plus grande part de ce savoir est pratique et théorique écrit Giddens (1987). Autrement dit, les sociétés produisent un savoir sur elles-mêmes auquel les individus participent par une construction réflexive organisé en fonction des risques, des circonstances et des options contingentes. Dès lors, la prise en compte des usages sociaux liés aux compétences des habitants dans l’exercice réel du « droit à la ville » contribuent à concevoir des modes d’intervention affranchis des illusions de l’urbanisme rationaliste. Il s’agit de penser la complexité et la diversité pour résister au placage autoritaire de la modernité.

33La ville apparaît dès lors comme un enchevêtrement d’espaces vécus, oubliés, superposés, réinventés … Le caractère ambigu des usages et des représentations de la rue et de l’espace public en général met en évidence la juxtaposition d’une pluralité de systèmes de référence qui apparaissent à un moment où les politiques s’efforcent de donner à la ville une image conforme à son statut de métropole autrement dit, de donner à voir l’aspect d’une ville aseptisée, où ce qui est montré appartient à la représentation qu’on se fait de la grande métropole contemporaine. Dès lors, « La ville transhumante, ou métaphorique, s’insinue dans le texte clair de la ville planifiée et lisible » [M. de Certeau, 1990]. L’homogénéité sociale et la quête de modernité cultivées par les autorités publiques pendant des décennies, dans une attitude de dénégation des valeurs réelles, n’a pas gommé toutes les formes de sociabilité de base qui continuent à être pratiquées au quotidien.

REHABILITATION DE LA MEMOIRE ET INTEGRATION DES VALEURS

34Tout porte à penser que la mainmise du pouvoir sur la ville passe par le contrôle de lieux jugés stratégiques tels que le centre-ville et Riadh-El-Feth. Or, l’ordre spatial organisé autour de l’hégémonie du centre-ville n’est pas dépourvu de normes comportementales enracinées dans la société (négoce, séparation des sexes, contrôle social…) mais aussi de pratiques nouvelles liées à la restauration de l’urbanité. De plus, cette hégémonie programmée du centre-ville n’a pas empêché l’émergence de centralités nouvelles en d’autres lieux et sous d’autres formes. C’est ainsi que les mosquées se distinguent comme lieu de la contestation politique dans une recherche d’un droit de regard et de parole dans la cité mais aussi comme lieu d’expression et de confirmation des valeurs identitaires. On observe dès lors, une sorte de dédoublement de la centralité qui avait fonctionné d’abord comme un enfermement et un verrouillage envers l’extérieur dans la recherche des semblables. Puis, la mosquée tenta une percée pour occuper les devants de la scène et imposer de nouvelles formes d’usage de la ville jusque dans les espaces les plus « policés ». L’analyse de la place de la mosquée dans la ville donne à voir les nouvelles oppositions inscrites dans les luttes politiques pour le contrôle de l’espace public. Ces espaces du sacré définis surtout comme espaces communautaires ont brisé le mythe de l’homogénéité sociale. Ils ont mis à jour les clivages, l’hétérogénéité sociale, en confirmant par là même la diversité et la pluralité de la société algérienne. En réalité, la mosquée a subi les aléas d’une urbanisation frénétique et déficiente qui ne lui accorde qu’une place marginale dont elle va en définitive tirer profit. Elle ne devient un lieu de rassemblement de masse que lorsqu’elle rompt avec l’idéologie du pouvoir et adopte de façon spectaculaire une attitude contestataire. Par ce biais, elle accorde à certaines catégories sociales, un accès possible à la centralité du sacré mais aussi et surtout à une forme de centralité politique. Elle permet donc l’irruption de la marginalité au centre de la cité. Traditionnellement communautaire, la mosquée se confond davantage dans les notions d’espace public et de centralité en s’accordant un droit de parole et de regard sur la cité. Toutefois, il convient de préciser que la vie quotidienne à Alger n’est pas circonscrite à un monde idéal où la religion seule commande les comportements. Il n’en est rien. La vie quotidienne s’accommode du religieux en tant qu’indice de l’interaction sociale et puise certains de ses aspects dans ce qui est considéré comme profane. En outre, les espaces du religieux ne sont pas les seuls à être ignorés par les projets urbains, les espaces de la mémoire subissent le même sort. C’est ainsi que la Casbah a été délaissée, marginalisée et réduite à sa plus simple expression par les effets de l’hésitation continuelle des pouvoirs publics mais aussi par l’indifférence des habitants eux-mêmes à l’égard du patrimoine. Or, la Casbah n’est pas un quartier comme les autres. Elle reste dans l’imaginaire collectif, l’essence de la ville, sa mémoire, son identité. En d’autres termes, elle constitue une centralité de la mémoire sans réalité pratique mais fortement symbolique.

35De façon générale, les espaces publics à Alger sont à la fois des espaces de mouvements, de rencontres, d’interdits, de transgressions… On y observe des « arrangements de visibilité », des évitements, des pratiques liées à la « logique du flou » … En somme des espaces à la fois ouverts et fermés, régulés par des normes sociales et culturelles qui adoptent des formes plus ou moins rigides selon les ajustements en cours. Dans cette ambivalence du quotidien, la société oscille entre ce qu’elle est réellement et ce qu’elle voudrait être en donnant à l’espace public un caractère qui réunit et tolère des oppositions. De tout ce qui précède, émane l’idée selon laquelle la réussite du projet urbain nécessite la réhabilitation de la mémoire et l’intégration des valeurs. Il s’agit donc d’une œuvre ancrée dans la réalité sociale et culturelle. Or, l’urbanisme à Alger est abordé le plus souvent comme un ensemble de « procédés et de techniques ». Mieux, il apparaît dans sa forme et dans son contenu à des distances de la vie quotidienne. C’est ainsi que les logiques urbanistiques et les formes de sociabilités se rencontrent parfois, mais s’opposent le plus souvent même si les logiques étatiques, loin d’être rejetées dans leur globalité, correspondent aussi à un besoin (par exemple les espaces tels que Riadh-El-Feth sont à la fois convoités et controversés). C’est l’ordre des priorités qui est en question mais aussi l’ordre de la participation. Les différentes logiques en acte (l’Etat, les urbanistes, les usagers) ne sont pas opposées à tout point de vue. Il manque une cohérence d’ensemble entre les actions et les acteurs de la vie sociale. Il semble évident que l’exercice de la citoyenneté permettra le rapprochement entre les pouvoirs publics et la population et implicitement un rapprochement des formes spatiales et des usages pour éviter justement le placage autoritaire de la modernité. Dès lors, le projet urbain serait porteur de la recomposition sociale et participerait à la formation d’un espace public ouvert à tous.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Ascher François (1995), Métapolis ou l’avenir des villes, Odile Jacob, Paris.

Benatia Farouk (1980), Alger : agrégat ou cité ?, SNED, Alger.

Boukhobza M’Hamed (1991), Octobre 88, évolution ou rupture ?, Bouchène, Alger.

Crepif (Les Cahiers du) n° 60, « Etude comparée du devenir des centres-villes arabes et européens », Paris, septembre 1997.

Choay Françoise et Merlin Pierre (1988), Dictionnaire de l’Urbanisme et de l’Aménagement, P.U.F., Paris.

De Certeau Michel (1990), L’Invention du quotidien, Gallimard, Paris.

Driss Nassima (1999), Espaces publics et centralités à Alger: entre logiques urbanistiques et mémoire urbaine, Thèse de Doctorat en sociologie, Université Paris X – Nanterre.

Giddens Anthony (1987), La Constitution de la société. Eléments de la théorie de la structuration, P.U.F., Paris.

Paquot Thierry (dir.) (1996), Le Monde des villes. Panorama urbain de la planète, Complexe, Paris, 1996.

Park Robert (1926), «La communauté urbaine : un modèle spatial et un ordre moral », in Yves Grafmeyer et Isaac Joseph, l’Ecole de Chicago. Naissance de l’écologie urbaine, Aubier-Montaigne, Paris, 1984.

Urbanis (1997), Alger, capitale du 21ème siècle. Le Grand Projet Urbain, ANEP, Alger.

Ministère de l’Equipement et de l’Aménagement du territoire (1995), Demain L’Algérie. Vol. II : La reconquête du territoire, OPU, Alger.

Safar-Zitoun Madani, Stratégies patrimoniales et urbanisation. Alger 1962-1992, L’Harmattan, Paris.

Younsi Farid (1987). Forme et processus d’urbanisation de la périphérie algéroise. Le cas des communes de Chéraga, Draria et Saoula. Les Cahiers de l’Aménagement de l’espace, n° 2, 3 et 4, Alger.

Notes

1 Sociologue et urbaniste. Maître de conférences à l’Université de Rouen.

Auteur

© Presses universitaires François-Rabelais, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540