Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Villes et projets urbains en Méditerranée

 | 
Jean-Paul Carrière

Les enjeux d’un projet de métropole internationale dans une ville en crise : le cas d’Alger

Karima Anouche

Texte intégral

  • 1 Urbaniste chercheur – Institut d’Urbanisme de Paris. Université de Paris XII.

1Note portant sur l’auteur1

  • 2 Le modèle de l’Amérique latine est l’exemple-type de l’insertion dans ce processus de mondialisati (...)

2L’Algérie prend conscience des enjeux que représentent des réformes en matière de politiques et de stratégies d’actions sur l’espace urbain, dans la nouvelle ère de l’économie de marché mondiale. Cette dynamique mondiale, basée essentiellement sur le marché, a permis la mise en place de grands espaces de libre-échange2, soutenus par des politiques de régionalisation et de décentralisation. De grandes métropoles sont en cours d’insertion ou d’articulation à des réseaux urbains complexes. L’Algérie ne peut rester en marge de telles constructions en raison de sa situation géostratégique dans le bassin méditerranéen.

3Alger, lieu de concentration du pouvoir central, capitale nationale, vitrine et lieu de prestige du pays, aspire à devenir une métropole internationale à l’instar d’autres métropoles méditerranéennes. Les villes, devenues le moteur du développement économique d’un pays, sont au cœur de la compétition. Il devient nécessaire pour une ville, c’est même un enjeu de taille, de posséder un “ projet fédérateur ” fort qui lui donnera une identité et lui permettra de s’affirmer en tant qu’acteur, en mobilisant des groupes sociaux, des institutions, des acteurs privés et publics, et des citoyens. Il est de plus en plus impératif de mettre en place des projets d’action d’envergure pour attirer les investisseurs. Cela consiste, dans un nouveau dispositif d’ensemble, à redéfinir l’échelle d’intervention et les structures appropriées pour une meilleure action publique.

  • 3 voir à ce sujet Marilyne Peyreffite, “ Territoire, gouvernance et évaluation ”, actes du colloque (...)

4La création du Gouvernorat du Grand Alger en 1997, suivie de celle du Grand Projet Urbain (GPU), paraît répondre a de tels desseins. Ce projet d’action stratégique est éminemment à vocation économique. Or, il est important d’identifier les conditions favorables pour assurer la viabilité d’un projet d’action et la pérennisation d’une dynamique économique3. Ces conditions sont liées, entre autres, à un processus de régulation organisationnel de l’action publique par rapport aux nouvelles donnes de la mondialisation. C’est là où l’exemple algérois est pertinent : ces conditions peuvent-elles être remplies, vu la mauvaise santé de l’état urbain de la ville ?

5La crise urbaine d’Alger se résume par l’état défectueux de la construction et de l’urbanisation suite à une absence ou à un déficit de gestion de la ville. Il est très difficile de prétendre à une gestion urbaine efficace en dehors d’institutions durables dûment constituées en fonction de réalités locales et d’échelles territoriales appropriées, comme c’est le cas à Alger. En l’absence de toute planification effective et de structures territoriales de gestion adaptées, Alger connaît un développement mitigé, alimenté aussi bien par des constructions publiques que privées, conformes ou non aux règles de la construction et de l’urbanisme.

6L’exemple de la dynamique de la politique de l’auto-construction établie en lotissement par morcellement de terres privées ou publiques est assez remarquable en Algérie en général, et à Alger en particulier. Dans un système réglementaire confus et permissif, cette dynamique a engendré des utilisations foncières anarchiques.

7L’auto-construction est suscitée, en partie, par la faiblesse de l’offre face à une demande de logements de plus en plus forte. Une crise de logements sévère secoue la ville. Les citoyens, toutes conditions sociales confondues, tentent par tous les moyens de se procurer un espace à habiter.

8Cela revient à poser le problème de la gestion urbaine de la capitale en termes de crises : crise sociale et crise institutionnelle. Une situation de crise locale face à laquelle se dresse une ambition internationale. Reste à savoir comment les deux échelles peuvent se concilier pour satisfaire les besoins des uns et les aspirations des autres ?

ALGER FACE AUX EFFETS DU NOUVEL ORDRE ÉCONOMIQUE

9Il est évident que toute politique de développement autarcique est devenue aujourd’hui irréaliste. L’Algérie doit se confronter avec ses riverains les plus proches et les plus lointains. Cependant, nous devons nous interroger sur les moyens et possibilités que détient l’Algérie en général et Alger en particulier, pour pouvoir mener une telle compétition.

10D’un point de vue économique, pour citer cet aspect déterminant dans le processus de métropolisation actuel, l’Algérie a du mal à définir et mettre en place une politique d’économie libérale, alors que l’Etat a instauré officiellement dans les réformes des années quatre-vingt-dix, l’ère de l’économie de marché. Le débat des économistes algériens tourne autour du rôle de l’Etat et du marché dans la régulation de l’économie d’une part, le degré d’ouverture de l’économie nationale sur l’extérieur et la question sociale, d’autre part. Certains, tout en dénonçant le système rentier qui a érigé en règle la primauté du politique sur l’économie, et la tendance de la bureaucratie à détourner les appareils économiques et sociaux à son profit, plaident en faveur d’une intervention de l’Etat, vue comme une nécessité économique et stratégique vitale. Ils craignent, en l’absence d’un Etat fort, le règne du marché noir et de la spéculation. Un bras de fer s’est installé entre les partisans d’une privatisation rapide débridée et les défenseurs d’une libéralisation consciente et cohérente au service de la collectivité. Cette lutte inextricable, en dehors d’une volonté politique réelle pour la concrétisation de réformes profondes et efficaces, bloque actuellement le processus de privatisation prévu ces dernières années. Conflits sur les secteurs privatisables, dysfonctionnements du système bancaire, problème de détermination des propriétés et de valorisation du patrimoine, ambiguïté et contradictions des textes, omniprésence de la bureaucratie de plus en plus forte, mauvais fonctionnement du système fiscal, sont autant de facteurs qui laissent sceptiques les investisseurs.

  • 4 Le Gouvernorat du Grand Alger est dissout depuis le mois de mars 2000.

11C’est dans un tel climat de morosité économique qu’a tenté d’exister et de se former le Gouvernorat du Grand Alger (GGA)4 créé en 1997, comme institution administrative et territoriale préalable à la construction de la métropole d’Alger. Le grand projet urbain (GPU) qui a suivi devait sceller une telle construction.

UN GRAND PROJET URBAIN : MOYEN DE CONSOLIDER LA MÉTROPOLISATION D’ALGER

12Comment peut-on concevoir une métropole internationale dans un contexte de conflits et de crise économiques, à conséquences sociales et politiques lourdes, comme c’est le cas à Alger? Le pari paraît très difficile !

  • 5 Dossiers de l’AT, MEAT, 1995, p. 294.

13Cependant, il est évident que dans le système actuel d’internationalisation des métropoles et même de régions entières, il est très difficile d’y échapper. Avec l’institution du Gouvernorat du Grand Alger, le Ministre-gouverneur d’Alger, qui jouissait des pleins pouvoirs sur son territoire, a caressé de grandes ambitions pour Alger : “ La capitale (de même que sa région) devra reconsidérer totalement son espace actuel pour l’adapter esthétiquement et fonctionnellement aux obligations qu’elle doit assumer. Capitale politique, nationale et internationale, Alger doit être également une grande place du commerce international, un grand centre de représentativité et de promotion de toute l’économie nationale et une grande place financière arabe, maghrébine et africaine5 ”.

14Des fonds considérables ont été mis à disposition du gouverneur pour relever un tel défi. Le lancement d’un projet global à l’échelle de cette nouvelle territorialité devait contribuer à mettre en place les premiers jalons de l’œuvre de “ modernisation ” et d’internationalisation d’Alger. Le projet désigné comme “ grand projet urbain ” (GPU) à l’échelle du gouvernorat, est présenté comme une stratégie d’action et d’aménagement à court terme visant à réhabiliter et reconquérir les “ espaces centraux ” du territoire et à les réaffecter à des activités et équipements de haut niveau. Ces équipements auront à contribuer au rang économique international d’Alger. L’idée du projet global s’inscrit dans la concrétisation et la mise en application d’une planification stratégique ayant comme perspective essentielle le développement économique à long terme.

15Alger s’apprête ainsi à accueillir des sièges d’entreprises nationales et internationales, des équipements financiers et socioculturels d’envergure. Cela nécessite la mise en chantier de surfaces considérables d’immobiliers. Face aux lourdes masses financières que cela va entraîner, il est fait appel à des promoteurs privés et des partenaires internationaux.

  • 6 Les fonctions de l’agence sont reconduites après la dissolution du GGA.

16La mise en œuvre et la coordination de toutes ces opérations sont assurées par l’agence d’urbanisme d’Alger instituée en mars 1997 et définie comme “ agence d’aménagement et d’urbanisme de l’aire métropolitaine d’Alger ”. Cette agence est la première du genre dans le pays, dont le pouvoir d’action qu’elle exerce en étroite relation avec les autorités du Gouvernorat d’Alger, s’étend sur tout le territoire de ce dernier6.

17Le GPU prend appui sur des pôles qui ont chacun une vocation spécifique. Il s’agit d’une revalorisation de lieux phares qui jusque là n’ont fait l’objet d’aucune considération de la part des autorités en place ou du moins n’ont pas été concrétisés. C’est le cas de l’espace portuaire, dont le projet économique répond à un souci de développer le trafic maritime insuffisamment performant au regard d’autres ports méditerranéens. Par ailleurs, le port n’a jamais été un lieu d’étude dans les plans d’urbanisme bien que le préjudice porté à la ville par sa coupure avec la zone portuaire ait toujours été manifeste. Le tracé du front de mer à la fin du xixè siècle, a été l’ouvrage monumental de cette rupture quasi irrémédiable entre le port et la ville. On tente aujourd’hui de réaménager un port de plaisance.

18Projets de réhabilitation et nouvelles fonctions commerciales et culturelles sont prévus dans le prolongement des principales artères du centre actuel. Des appels d’offres internationaux sont programmés. Le front de mer sera aménagé et équipé pour valoriser le littoral de la baie d’Alger.

19Toujours dans cette perspective d’attirer des investisseurs étrangers, on favorise des équipements d’affaires. Ainsi sur la côte ouest, zone réputée pour son caractère touristique, on prévoit de renforcer ce caractère en favorisant les équipements de loisirs et le tourisme d’affaires. Un centre d’affaires national et international est en cours de réalisation à Zeralda, à l’extrême ouest du Gouvernorat. On procède à des travaux de réhabilitation du cadre bâti des anciennes zones résidentielles, et on intervient sur les infrastructures et réseaux existants. Des équipements sportifs et de loisirs à l’échelle nationale, dont un grand stade, sont programmés sur la côte est où l’on dispose de plus de 60 hectares. La configuration du site moins accidentée que celle de l’ouest est ainsi plus propice à de telles étendues.

20On réactive d’autres projets plus anciens vu l’intérêt qu’ils présentent dans l’émergence de nouvelles centralités de la ville. Il s’agit par exemple des projets de restructuration du Hamma et celui du Ravin de la femme sauvage dans la partie est de la ville. Pour le premier, il est considéré comme stratégique car situé dans le prolongement de l’hypercentre de la ville. Quant au deuxième qui devrait sceller l’orientation de la centralité d’Alger vers les hauteurs, est repris aujourd’hui pour renforcer le caractère culturel de la zone, autour du Palais de la culture et du monument de la victoire Riadh El Feth.

21C’est là une présentation panoramique des projets ambitieux que revêt Alger dans sa quête métropolitaine. Il est pertinent d’y opposer quelques aspects de la crise urbaine qui illustrent l’autre revers de la médaille.

CONTEXTE D’ÉMERGENCE DU GRAND PROJET URBAIN

Réformes territoriales et vide institutionnel

22Les réformes territoriales et administratives qu’a connues l’Algérie depuis les années soixante étaient censées traduire le souci de doter le pays d’un ensemble institutionnel “ cohérent ”, répondant aux aspirations idéologiques du pouvoir, fondées sur un Etat centralisé et une administration plutôt déconcentrée que décentralisée.

  • 7 Benakzouh Chabane, “ La déconcentration en Algérie ”, OPU, Alger, 1984.

23Bien que sur le plan juridique et théorique la “ décentralisation ” soit largement affirmée ou proclamée, sur le plan pratique, il s’agit plus réellement d’un processus de “ déconcentration ”. De telle sorte que dans l’ensemble de ce système, selon l’analyse de Benakzouh7, la tendance centralisatrice qui obéit à une certaine rationalité l’emporte sur la tendance décentralisatrice fondée, elle, sur des “ particularismes locaux ” formellement dénoncés. Benakzouh confirme que la déconcentration, ou par extension la centralisation, prime dans ce système. Mais il faut bien voir qu’elle n’exclut théoriquement pas la décentralisation. Celle-ci est toujours présente, de façon ambiguë, dans le discours politico-juridique. L’exemple de la création du GGA et de sa dissolution trois ans après n’est-il pas assez révélateur de cette ambiguïté du discours ?

  • 8 La wilaya est l’équivalent du département en France.

24Depuis la charte de 1966, la commune est présentée comme une unité de base décentralisée, chargée de mise en œuvre directe des actions de développement. Or toute action de la commune est soumise au contrôle de l’Etat par l’intermédiaire de la circonscription hiérarchique qu’est la wilaya8. La wilaya et la commune sont les seules collectivités territoriales officiellement reconnues. Cela a constitué un des arguments utilisés dans la remise en cause de la nouvelle collectivité territoriale que représente le GGA, jugée inconstitutionnelle de ce fait. Ce dernier découpage territorial et cette nouvelle organisation en gouvernance d’Alger se voulaient une réponse à un système de gestion territorial précédent défectueux. En effet, nous ne pouvons saisir la portée d’une telle réforme aussi bien territoriale qu’institutionnelle qu’en la resituant dans les contextes de gestion qui ont prévalus depuis la souveraineté nationale de l’Algérie.

  • 9 M. Côte, l’Algérie ou l’espace retourné, Média plus, Algérie 1993, p. 189.
  • 10 M. Côte, op. cit. p. 199.

25Le maillage territorial du pays a toujours présenté un enjeu avant tout politique. Pour reprendre l’analyse de Marc Côte, le maillage territorial de l’Algérie indépendante est un des éléments d’“ intégration nationale ”, un moyen d’assurer l’unité du pays, qui a abouti à l’élimination de “ toute velléité de pouvoir régional9 ”. Cette intégration nationale à travers l’espace est qualifiée de “ jacobinisme de l’espace ”. Celui-ci est basé sur l’unité et l’égalité, et qui ne peuvent passer que par un centralisme rigoureux mettant à l’index le “ régionalisme ” par “ un gommage systématique des différences régionales et culturelles10 ”.

26La situation de l’échelle territoriale régionale se présente juridiquement et doctrinalement, de façon ambiguë, en ce qu’elle est théoriquement rejetée par le législateur alors qu’elle resurgit pratiquement dans les études menées à des échelles régionales. C’est le cas du SRAT (schéma régional de l’aménagement du territoire) institué par la loi de 1987 sur l’aménagement du territoire.

  • 11 Depuis la dissolution du GGA, il est question d’un nouveau découpage territorial dont le nombre de (...)
  • 12 On est passé de 704 à 1 541 communes et de 31 à 48 wilayate.

27L’Algérie depuis son indépendance en est presque à son quatrième découpage territorial11, alors qu’Alger en est à plusieurs réformes territoriales, près de huit en prenant en considération les remaniements territoriaux qu’elle a subis à l’intérieur même de sa limite wilayale. Cependant, c’est la réforme territoriale de 1985 qui va complètement bouleverser l’espace algérois. Ce découpage territorial avait pour objectifs de réduire les dimensions territoriales des communes, et d’augmenter leur nombre12. Les critères définis étaient basés sur la notion d’“ espace fonctionnel ”. A aucun moment, il n’est fait référence au particularisme des espaces aussi bien économique que historique.

28La wilaya d’Alger est ainsi réduite à la plus petite unité à l’échelle nationale. Ses anciennes communes ont éclaté en une multitude de communes à surfaces très réduites. Les communes du centre n’ont toutefois pas connu de grandes modifications, alors que le reste des communes de la ville d’Alger s’est fragmenté, constituant ainsi de nouvelles communes. Des fragments se sont ainsi détachés de l’ancien territoire de la ville, alors que d’autres sont venus s’y greffer. On est passé d’une wilaya d’Alger de 870 km2 avec 27 communes et une population de 1 820 000 habitants en 1977, à une wilaya de 275 km2 avec 33 communes et une population de 1 690 190 habitants en 1987. Dans cette même limite wilayale d’Alger de 1985, la population a atteint 1 906 380 habitants en 1998, alors que le GGA avec ses 57 communes en compte plus de 2 500 000.

29L’autre impact considérable qu’ont eu ces réformes territoriales et administratives de 1985 sur la structure territoriale d’Alger, est la redéfinition des limites de la “ ville d’Alger ”. Celle-ci est constituée en une “ agglomération urbaine ” composée de 15 communes. Ce périmètre de l’agglomération urbaine ainsi définie, représente à peine le tiers de la surface de la nouvelle wilaya. Ce nouveau territoire est défini en dehors de toute logique de superposition ou de prolongement de découpages précédents ayant leur histoire et leur dynamique locale. La configuration urbaine réelle de la capitale semble ne pas avoir été prise en considération dans une telle définition de périmètre urbain. On a tout simplement occulté la dynamique urbaine du terrain. Des communes connues pour leur effervescence urbaine avant même l’indépendance de l’Algérie se sont vues éjectées de la ville d’Alger. C’est le cas de l’ex-commune d’Hussein-Dey, amputée des trois quarts de sa surface. Il en est de même de l’ex-commune de Kouba. Toutefois une telle procédure pourrait s’expliquer par le fait qu’on ait intégré les parties les plus urbanisées de ces anciennes communes, jugées trop étendues.

30Par ailleurs, au-delà d’une volonté d’intégrer les localités les plus urbanisées des communes les plus limitrophes du centre, dans le périmètre de la ville d’Alger, il apparaît aussi cette volonté d’y intégrer de nouvelles, qui jusqu’à lors semblaient échapper à la dynamique urbaine en cours. C’est le cas des communes de Rais-Hamidou et de Hammamet (ex. La pointe et Bains Romains). Cela reflète la tendance à orienter la densification urbaine sur la côte ouest, tout en la limitant du côté est. L’exclusion de l’ex-commune d’El-Harrach de la ville d’Alger semble confirmer une telle orientation. Or, suffit-il d’exclure un espace ou un territoire limitrophe d’une circonscription fictive, pour que celui-ci ne soit pas affecté par le dynamisme urbain de celle-ci ! ?

31La “ ville d’Alger ” ainsi définie est administrée conjointement, dans les limites des prérogatives respectives de chaque entité, par les APC (assemblée populaire communale) et par un “ conseil intercommunal de l’agglomération urbaine de la ville d’Alger ”, dénommé CPVA (le conseil populaire de la ville d’Alger). Toutefois, le CPVA a été déjà créé auparavant en 1977. Les deux structures sont différentes par leurs attributions et de l’étendue territoriale sur laquelle elles agissent.

32Selon les attributions officielles du CPVA de 1985, en matière d’aménagement et d’urbanisme, celui-ci intervenait plutôt dans la restructuration, la restauration et la réhabilitation du tissu urbain existant, alors que ses attributions de 1977 étaient beaucoup plus larges, touchant la planification urbaine et les plans d’extension et de développement urbains. On passe de politiques de planification urbaine à tendance extensive à des politiques d’intervention sur l’espace urbain existant.

33Nous assistons ainsi à un processus de phénomène de rétrécissement sous ses différentes formes, aussi bien du territoire que des prérogatives du conseil de la ville. Un phénomène de rétrécissement assez curieux dans l’histoire de l’évolution des villes !

34En outre, les attributions officielles du CPVA de 1985 n’ont pas eu d’impact réel sur le terrain. Cet organisme s’est contenté de gérer des problèmes très techniques de la ville, tels les différents réseaux et le ramassage des ordures ménagères.

35En fin de compte, une telle organisation administrative et territoriale de la ville d’Alger est loin de répondre aux impératifs d’une véritable “ gestion urbaine ”. Il est certain qu’il est plus correct de parler de gestion administrative qu’urbaine de la ville d’Alger. La confusion de ces deux dimensions dans la gestion de l’espace algérois, quand elle n’est pas unilatérale (administrative), est très problématique, sachant qu’il n’existe aucune structure institutionnelle pour prendre en charge la gestion de l’agglomération algéroise dans son ensemble, en dehors des services administratifs de la wilaya. C’est le cas de la direction d’urbanisme, de la construction et de l’habitat (Duch), sous la tutelle “ technique ” du ministère chargé de l’urbanisme et de l’habitat, tout en restant sous la tutelle “ administrative ” du ministère chargé des collectivités locales, représenté par le wali (préfet) en l’occurrence.

  • 13 Voir à ce sujet B. Lounes, in “ Crise de l’habitat et perspectives de co-développement avec les pa (...)

36Le manque de concertation entre les divers services technico-administratifs et l’absence d’une définition précise des responsabilités, constituent une des sources de conflits entre les divers intervenants dans l’acte de bâtir. Il s’agit des principaux opérateurs des différents niveaux d’intervention dans le processus de production du cadre bâti, allant du maître d’ouvrage, tel l’Opgi (office de promotion et de gestion immobilière) concernant l’habitat promotionnel, au maître d’œuvre que sont généralement les bureaux d’études, pour arriver à l’entreprise de réalisation. L’une des prérogatives de la Duch est de conseiller et seconder les Opgi, or vu les moyens très limités de ces derniers, la Duch passe souvent d’un rôle de conseiller à celui d’opérateur direct. En outre, elle n’assure pratiquement que les tâches administratives, tout le travail de contrôle technique préalable reste insuffisant ou non accompli. Deux raisons sont présentées pour expliquer une telle situation : la première est que la Duch qui doit couvrir tout le territoire wilayal n’est que faiblement pourvue en moyens matériels et humains ; la deuxième raison est d’ordre politique, dans la mesure où la tutelle technique ne considère la Duch que comme un organisme technique, sans prérogatives ni poids opérationnel déterminés et juridiquement reconnus13.

37L’aire urbaine de l’agglomération algéroise déborde des limites de la wilaya même. De ce fait la gestion de l’urbanisation, loin d’être globale et cohérente, se fait au coup par coup. C’est ainsi que se développent des situations urbaines de moins en moins maîtrisables.

38C’est dans un tel contexte de gestion défectueuse qu’est né le GGA (Gouvernorat du Grand Alger). Il va fragmenter l’espace algérois en “ communauté urbaine ” représentée par les arrondissements urbains, et en communes périphériques. La ville d’Alger est redéfinie par cette communauté urbaine composée de 28 arrondissements. A l’exception de quelques communes, celle-ci couvre l’ensemble du dernier découpage wilayal d’Alger, dont les communes sont transformées en arrondissements. Le Gouvernorat du Grand Alger en tant que collectivité territoriale est administré par un Ministre-gouverneur et un Conseil Populaire de Gouvernorat (C. P. G.). Il est à remarquer que la communauté urbaine définie dans le GGA n’est pas pourvue d’une structure propre de gestion. Tout ce qui a trait à l’urbain et au foncier relève des prérogatives du C. P. G. en collaboration avec l’agence d’urbanisme. Les prérogatives des arrondissements sont plutôt réduites au niveau des services sociaux et publics. Il s’agit d’un système de gestion très centralisé, où le Ministre gouverneur a les pleins pouvoirs sur son territoire. On l’a même accusé d’être un Etat dans l’Etat, lors de sa remise en cause. Aujourd’hui, après dissolution du statut de Gouvernorat de la capitale, Alger, tout en conservant les limites territoriales du Gouvernorat, reprend son ancien statut de wilaya avec 57 communes.

39On assiste ainsi à l’éternel vacillement des institutions locales de gestion de la capitale au gré des humeurs politiques. Vu l’instabilité des structures, il est difficile de maintenir le cap de projets de développement à long terme. De telles situations ne font qu’accentuer l’état de crise urbaine dans lequel se débat Alger.

QUELQUES ASPECTS DE L’ÉTAT DE CRISE URBAINE D’ALGER

Une situation conjoncturelle difficile

40Aujourd’hui, suite aux événements tragiques que connaît l’Algérie, nous assistons à un retour en masse de l’exode rural, après un net ralentissement au cours des années qui ont précédées. L’insécurité des zones rurales avoisinantes et des périphéries pousse leurs populations vers les villes, et Alger en particulier. Ce phénomène ne fait qu’amplifier des situations urbaines déjà bien difficiles à gérer. Il vient se juxtaposer à d’autres facteurs qui engendrent ainsi un retour en force de types d’habitat précaire.

41Depuis 1983 où l’on a assisté à un délogement massif des habitants des “ bidonvilles ” algérois, renvoyés à leurs wilayate d’origine, cela a contribué à la disparition presque totale du phénomène au milieu des années quatre-vingt.

42Alger, comme ville capitale a toujours eu un pouvoir attractif des populations de l’arrière-pays. Le motif principal des premières migrations était la recherche d’emploi. Pendant longtemps Alger va se tailler la part du lion concernant l’offre d’emploi, principalement dans le domaine industriel. L’Algérie avait en effet opté pour une politique d’industrie lourde, une industrialisation fondée sur le principe des “ pôles de croissance ” et mise en œuvre à travers la planification centralisée des investissements. Ce processus de centralisation a eu pour conséquences spatiales, une convergence des masses et des capitaux vers la capitale. Simultanément la précarité et la pénurie de l’habitat n’ont cessé de s’amplifier sous l’effet de la dégradation du niveau de vie des habitants

  • 14 Il s’agit là de l’espace régional de la capitale, qui en plus de la limite wilayale d’Alger, englo (...)

43La capitale renferme actuellement près du dixième de la population du pays, soit près de trois millions d’habitants14. L’élément démographique a toujours été un vecteur de croissance urbaine relativement puissant par rapport à tout élément de développement économique. Quoique aujourd’hui le taux de croissance démographique soit relativement en baisse, il reste déterminant dans la vie socio-économique du pays en général et de la capitale en particulier.

Pénurie de logements et politique de l’auto-construction : le dilemme foncier

44Au début des années quatre-vingt-dix, on parlait d’un déficit de logements de plus de deux millions d’unités à l’échelle nationale. Tablant sur un taux de croissance démographique de 2,4 %, la construction de 300 000 logements par an sur une période de dix ans était prévus. Cet objectif est toutefois loin d’être atteint. La crise du logement très aiguë pousse une population aux revenus généralement insuffisants, ne lui permettant pas l’accès à la propriété privée, à l’illicite dans la conception de son espace habité. Par ailleurs, une autre catégorie de population aux revenus plus consistants, manifeste une volonté affirmée d’accéder à l’habitat individuel, soit à la propriété privée. Des politiques de lotissements d’habitat individuel sont soutenues par les pouvoirs publics. Dans une telle situation de désengagement progressif de l’Etat de la promotion du logement social, il est évident que les couches populaires les plus défavorisées sont les plus pénalisées. De plus, les programmes de réalisation des logements publics n’ont jamais été respectés. Le programme de logements de 1989-1993 pour Alger prévoyait la réalisation de près de 36 000 logements pour des besoins qualifiés d’urgents, or la proportion des réalisations a été inférieure à 1 %. Plusieurs raisons sont évoquées concernant ces retards, à savoir les problèmes financiers dûs à la hausse des prix des matériaux de construction et à la mauvaise gestion du secteur du bâtiment. Le cumul de ces retards de programmes de logements collectifs explique ainsi la persistance de la crise du logement et la prolifération de l’auto-construction.

45Le mitage des terres agricoles est une autre conséquence de cette situation. La région d’Alger détient un potentiel de terres fertiles inégalé en Algérie. Des conflits ont éclaté sur le terrain entre les acteurs de la planification urbaine et ceux du secteur de l’agriculture. Lors de la dernière décennie, près de 100 000 hectares de terres agricoles ont été détournés de leur vocation au profit de la construction privée. La relance de la promotion foncière pratiquée par le ministère chargé de l’habitat, au début des années quatre-vingt-dix, afin de faire face aux besoins des citoyens de se loger, en mettant à leur disposition des lots de terrains, en est en grande partie responsable. Cela a provoqué une hausse spectaculaire du nombre de permis de construire délivrés dans la wilaya d’Alger après un relatif ralentissement. En revanche, une telle politique n’a pas pour autant résolu le problème du logement, bien au contraire on a bradé toutes les réserves foncières disponibles en périphérie de la ville.

46Cela nous interpelle sur les disponibilités foncières existantes concernant la localisation des programmes de logements collectifs éventuels nécessaires et d’équipements prévus, vu les contraintes morphologiques que présente le site d’Alger ! A savoir un terrain accidenté difficilement accessible par endroits où seules les plaines à haute valeur agricole, comme celle de la Mitidja, restent accessibles. Les dernières réformes d’inspiration libérale des années quatre-vingt-dix ne semblent pas avoir arrangé les choses. Celles-ci vont juste asseoir et confirmer un processus déjà entamé, à savoir le renforcement de la propriété privée. La loi d’orientation foncière de 1990 qui a mis fin à la municipalisation des sols proclamée en 1974 et a instauré un marché foncier libre, en dehors de politiques de coordination et de partenariats clairement affichés, n’a fait que compliquer la situation foncière. En effet, les nouveaux acteurs, privés en l’occurrence, vont amplifier une situation de marché foncier déjà bien conflictuelle et confuse. Cette loi s’appuie sur des structures comme les agences foncières, dépourvues de moyens réels d’action, qui sont loin de pouvoir assumer des tâches de régulation et de gestion du foncier.

47Vu le manque de coordination entre les différents opérateurs, le manque de structures réellement pourvues de pouvoir d’action, dans le respect de règles bien définies, les efforts restent vains. C’est dire l’enjeu que représente aujourd’hui une politique foncière pour la capitale.

CONCLUSION

48Dans cette nouvelle idéologie de la mondialisation qui s’appuie sur des projets de développement économique à long terme et à des échelles métropolitaines ou régionales, quelle place peut occuper Alger ? Par sa position géographique stratégique, par les potentialités aussi bien humaines que économiques qu’elle possède, il est certain que cette ville a des atouts considérables, et peut jouer un rôle prépondérant aussi bien dans le bassin méditerranéen qu’en Afrique. La métropolisation d’Alger, dans un tel contexte d’émergence de compétitivité économique internationale, est forcément tributaire d’un projet de développement économique cohérent. Or nous l’avons vu l’économie algérienne est en panne.

49Par ailleurs, Alger souffre de maux profonds qui entravent son essor international. Ces maux sont les défaillances et l’instabilité des structures et des systèmes de gestion de la ville, le manque de stratégies clairement définies, l’absence de concertation et de coordination entre les différents acteurs et secteurs.

50Il est clair qu’au-delà d’une crise formelle de déficit en logements, problème crucial dans la capitale, c’est toute une problématique de fond qui est à soulever et qui concerne le choix des politiques d’actions, et des procédures législatives et institutionnelles à mettre en place pour une meilleure maîtrise des processus de construction et d’urbanisation.

51La gestion du foncier constitue, en l’absence d’une politique foncière, le point essentiel du malaise urbain qui ronge la ville d’Alger. Nous l’avons vu, cela constitue même un des obstacles à toute procédure de privatisation dans le cadre de l’économie de marché que tente vainement de mettre en place l’Algérie.

52Tous ces éléments nous amènent à nous interroger sur l’impact réel que peuvent avoir ces projets urbains de grandes dimensions, au regard d’une crise urbaine qui se vit à tous les échelons de la vie locale ; ceci d’autant plus que les responsabilités et les tâches ne sont pas clairement définies en matière de politique foncière et de gestion urbaine.

53Une période de transition est nécessaire pour parvenir à maîtriser le phénomène. Il s’agit d’assainir en priorité une situation de crise, condition sine qua non pour que l’objectif, éminemment économique de ce grand projet urbain ne soit pas voué à l’échec.

54En définitive, en l’absence d’un projet politique et économique consensuel, la perspective de faire d’Alger une ville internationale peut paraître aléatoire.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

ANOUCHE Karima (1998), Croissance d’Alger, crise de l’habitat, essais de planification urbaine, thèse de doctorat, Université Paris X.

ANOUCHE Karima (1999), “ Alger vers la construction d’une métropole internationale ”, Diagonal, Revue des équipes d’Urbanisme, Paris, n°138.

BENAKZOUH Chabane (1984), La déconcentration en Algérie, OPU, Alger.

COTE Marc(1993), L’Algérie ou l’espace retourné, Média plus, Alger.

MEAT (Ministère de l’équipement et de l’aménagement du territoire) (1995), Demain l’Algérie, Dossiers de l’AT, Alger.

Gouvernorat du grand Alger (1997), Alger, capitale du 2lème siècle, le Grand Projet Urbain, Urbanis, Alger.

LOUNES (1987), Crise de l’habitat et perspectives de co-développement avec les pays du Maghreb, Publisud, Alger.

PEYREFFITE Marilyne (2000), “ Territoire, gouvernance et évaluation ”, “ Evaluation et gouvernance ”, colloque, Rennes (15 et 16 juin).

Notes

1 Urbaniste chercheur – Institut d’Urbanisme de Paris. Université de Paris XII.

2 Le modèle de l’Amérique latine est l’exemple-type de l’insertion dans ce processus de mondialisation.

3 voir à ce sujet Marilyne Peyreffite, “ Territoire, gouvernance et évaluation ”, actes du colloque de Rennes des 15 et 16 juin 2000 sur “ Evaluation et gouvernance ”.

4 Le Gouvernorat du Grand Alger est dissout depuis le mois de mars 2000.

5 Dossiers de l’AT, MEAT, 1995, p. 294.

6 Les fonctions de l’agence sont reconduites après la dissolution du GGA.

7 Benakzouh Chabane, “ La déconcentration en Algérie ”, OPU, Alger, 1984.

8 La wilaya est l’équivalent du département en France.

9 M. Côte, l’Algérie ou l’espace retourné, Média plus, Algérie 1993, p. 189.

10 M. Côte, op. cit. p. 199.

11 Depuis la dissolution du GGA, il est question d’un nouveau découpage territorial dont le nombre de wilayate passerait à 75, alors qu’il est aujourd’hui à 48.

12 On est passé de 704 à 1 541 communes et de 31 à 48 wilayate.

13 Voir à ce sujet B. Lounes, in “ Crise de l’habitat et perspectives de co-développement avec les pays du Maghreb ” Ed. Publisud, 1987.

14 Il s’agit là de l’espace régional de la capitale, qui en plus de la limite wilayale d’Alger, englobe en partie les wilayate limitrophes de Tipaza, Boumerdès et de Blioda.

© Presses universitaires François-Rabelais, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540