Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Coriolan de William Shakespeare

 | 
Richard Hillman

Notes sur les auteurs

Texte intégral

1Gilles Bertheau est depuis 2003 Maître de Conférences à l’Université François-Rabelais de Tours et membre du CESR. Il a consacré sa thèse aux tragédies françaises du poète et dramaturge anglais George Chapman (1559 ?-1634) et publie régulièrement des articles dans lesquels il met en regard Chapman et d’autres auteurs anglais (Shakespeare, Marlowe, Heywood) ou français (Pierre Matthieu) et où il aborde les œuvres dramatiques d’un point de vue historique et politique. Il a édité le texte anglais de Sir Thomas More, d’Anthony Munday, William Shakespeare et al., pour le volume des Histoires des Œuvres complètes de William Shakespeare, éditées par Jean-Michel Déprats et Gisèle Venet dans la Bibliothèque de la Pléiade.

2Jean-Marc Chadelat est agrégé d’anglais et Maître de Conférences à l’IUFM de Paris. L’un de ses domaines de recherche comprend la transition de la civilisation médiévale à celle des temps modernes dans une perspective d’histoire des idées. Il s’intéresse tout particulièrement à la figuration dramatique que propose Shakespeare de cette problématique dans les pièces historiques et a publié plusieurs articles sur ce sujet.

3Pascale Drouet est Maître de Conférences à l’Université de Poitiers. Sa thèse de doctorat (Université de Paris IV – Sorbonne, 2001) a donné lieu à une publication : Le vagabond dans l’Angleterre de Shakespeare, ou l’art de contrefaire à la ville et à la scène. Elle a écrit une douzaine d’articles sur la marginalité et de la gueuserie, dont « Breaking Boundaries : Tyranny and Roguery in The Winter’s Tale » (Cahiers élisabéthains, printemps 2005, n° 67), et « Les rites de passage dans The Belman of London, ou la confrérie des gueux selon Thomas Dekker » (XVII-XVIII, juin 2006, n° 62). En janvier 2006, elle a organisé deux Journées d’Études sur les mises en scène de King Richard II.

4Frédérique Fouassier, agrégée d’anglais, chargée de cours à l’Université François-Rabelais de Tours, a été qualifiée Maître de Conférences en 2006. Sa thèse, soutenue en 2005 au CESR, porte sur les représentations de la transgression sexuelle féminine dans le théâtre anglais de la Renaissance. Elle est l’auteur de plusieurs articles, dont « Mary Magdalene on Stage : The Sinner in the City and the Persistent Remnant of Catholic Culture in an Anglican Society », paru en 2007 dans la collection THETA en ligne, et « “Neither Maid, Widow nor Wife” : The Prostitute in English Renaissance Drama : Ostracism through Negative Definition », paru dans La négation. Formes, figures, conceptualisation, publication du GRAAT, n° 35, Presses Universitaires François-Rabelais de Tours, 2006.

5Richard Hillman est Professeur à l’Université François-Rabelais de Tours (Département d’anglais et CESR). Surtout spécialiste du théâtre anglais de la Renaissance, il a écrit de nombreux articles et cinq monographies sur ce sujet, dont la plus récente, Shakespeare, Marlowe and the Politics of France (Palgrave, 2002), témoigne de la concentration actuelle de ses recherches sur les liens entre la France et l’Angleterre. Il a également publié la traduction, avec introduction et notes, de L’histoire tragique de la Pucelle de Dom-Rémy, par Fronton Du Duc, et celle de La tragédie de feu Gaspard de Coligny, par François de Chantelouve, accompagnée de celle de La Guisiade, par Pierre Matthieu (Carleton Renaissance Plays in Translation, n° 39 et n° 40, Ottawa, Dovehouse Editions, 2005).

6André Lascombes est Professeur émérite à l’Université François-Rabelais de Tours (Département d’anglais et CESR). Professeur de Première Supérieure au Lycée Joffre à Montpellier (1964-1966), puis assistant à l’Université de Tours, il a d’abord travaillé sur les rapports entre littérature dramatique et culture vernaculaire dans l’Angleterre de la prime Renaissance (sa thèse d’état fut soutenue en janvier 1980 à l’Université de Paris III). Professeur de littérature anglaise à l’Université de Tours en 1981, il a dès 1983 fondé au CESR, au sein du Groupe interdisciplinaire de recherche sur le théâtre de la Renaissance, une équipe angliciste de recherche sur le théâtre pré-shakespearien, et créé les années suivantes les rencontres internationales bisannuelles dites Tables Rondes Tudor. Celles-ci furent publiées dans la Collection THETA chez Peter Lang à Berne, puis dès la 9e (tenue en septembre 2004) en ligne sur le site du CESR. La 10e Table Ronde doit se tenir en septembre 2007. Ses recherches et publications personnelles se sont progressivement centrées sur l’étude des principes et techniques structurant la rhétorique et la poétique du spectacle théâtral dans l’Angleterre de la première modernité. Ses derniers projets visent à établir un répertoire critique relatif au théâtre de ce corpus et à terminer un ouvrage sur la poétique de ce théâtre.

7Ruth Morse est originaire des États-Unis, où, ainsi qu’à Cambridge University, elle a fait des études en littératures anglaises médiévale et renaissante. Ayant enseigné aux universités de Londres, Sussex, Leeds et Cambridge, elle est depuis 1995 Professeur à l’Université de Paris VII – Denis Diderot. Elle compte parmi ses ouvrages Truth and Convention in the Middle Ages : Rhetoric, Reality, and Representation (Cambridge, 1991) et elle a publié des articles sur une gamme de sujets, de la littérature médiévale à la littérature post-coloniale. Elle termine actuellement une monographie intitulée « Imagined Histories : Medieval Fictions of the Past, Beowulf to Shakespeare » et en projette encore une sur l’histoire de La tempête de Shakespeare. Ses articles paraissent souvent dans le Times Literary Supplement.

8Ladan Niayesh, ancienne élève de l’ENS de Fontenay-St Cloud, est Maître de Conférences à l’Université de Paris VII – Denis Diderot et éditrice associée des Cahiers élisabéthains. Elle a publié de nombreux articles sur le théâtre anglais de la Renaissance, et elle s’est notamment penchée sur la question de la représentation de la figure de l’étranger dans ce théâtre. Elle travaille actuellement à une édition critique de trois pièces élisabéthaines de voyages et de conquêtes en Orient.

9Josée Nuyts-Giornal a obtenu son doctorat en 1998 à l’Université de Montpellier III – Paul Valéry avec une thèse sur le rapport entre la gravure néerlandaise et le théâtre élisabéthain. Elle est membre du centre de recherche IRCL à Montpellier, où elle participe actuellement à deux projets collectifs. Ses articles incluent : « King Lear’s Reflection in the Mirror of Nobody : An Iconographical Question » (Cahiers élisabéthains, automne 1998, n° 54) ; « Les rapports entre le savoir moral et la littérature dramatique de la Renaissance anglaise » (Théâtres du Monde, Avignon, 2001, n° 11) ; « Les sens dessus dessous de l’Amour moralisé » (dans Autour du Songe d¹une nuit d’été de William Shakespeare, éd. Claire Gheeraert-Graffeuille et Nathalie Vienne-Guerrin, Publications de l’Université de Rouen, 2003) ; « Modernisme et tradition, Échos d’un humanisme militant » (Théâtres du Monde, Avignon, 2004, n° 14) ; « Shakespeare et la gravure morale de l’Europe du Nord » (dans Shakespeare et l’Europe de la Renaissance. Actes du congrès organisé par la Société Française Shakespeare, éd. Yves Peyré et Pierre Kapitaniak, Paris, Société Française Shakespeare, Institut du Monde Anglophone, Université Paris III – Sorbonne Nouvelle, 2004) ; et « “Who fears a sentence or an old man’s saw / Shall by a painted cloth be kept in awe” : Genreprint and Early Modern English Literature » (Cahiers élisabéthains, automne 2006, n° 70).

10R. Brian Parker, Professeur émérite à Trinity College, University of Toronto, est éditeur scientifique de Coriolan pour The Oxford Shakespeare. Outre de nombreux articles critiques, il a également préparé l’édition de Volpone, par Ben Jonson, et celle d’A Chaste Maid in Cheapside, par Thomas Middleton, pour la collection The Revels Plays. Sa recherche reste partagée entre le théâtre de la Renaissance et celui de l’époque moderne, avec une concentration depuis plusieurs années sur Tennessee Williams.

11Estelle Rivier, agrégée d’anglais, est Maître de Conférences à l’Université du Maine. Ses recherches se concentrent principalement sur les textes de la Renaissance anglaise dans leur rapport avec la mise en scène contemporaine. Sa thèse, L’espace scénographique dans les mises en scène des pièces de Shakespeare (dir. Thomas Pughe, Université d’Orléans), est publiée chez Peter Lang. Membre de la Société Française Shakespeare, elle contribue régulièrement aux Cahiers élisabéthains. En tant que comédienne, elle mène parallèlement un travail pratique d’interprétation et de mise en scène au sein de la compagnie Act’ en scène qu’elle vient de créer. Quelques publications récentes : « Pour une typologie des signes de la scène élisabéthaine de notre temps : essai d’interprétation de Titus Andronicus » (Sources, n° 19) ; « La scène de Richard II : aire de jeu et jeux de pouvoir » (Colloque CAPES/Agrégation Poitiers 2006, Presses Universitaires de Rennes, 2007) ; « Voices in The Tragedy of Coriolanus » (ouvrage sous la direction d’Henri Suhamy, Ellipses, 2006).

12Isabelle Schwartz-Gastine est Maître de Conférences en littérature anglaise à l’Université de Caen, Basse-Normandie et membre associée du Laboratoire des Arts du Spectacle du CNRS. Depuis sa thèse de doctorat « Le Coriolan de William Shakespeare mis en scène par Gabriel Garran », elle analyse principalement la représentation scénique du théâtre de la Renaissance. Elle a publié A Midsummer Night’s Dream – William Shakespeare (Paris, Armand Colin, 2002), a coordonné Richard II de William Shakespeare : une œuvre en contexte (MRSH, Presses Universitaires de Caen, 2005) et a consacré une quarantaine d’articles à l’analyse théâtrale (Société Française Shakespeare, actes de colloque en France ou à l’étranger, CNRS Éditions, Revue d’histoire du théâtre [BnF], The Oxford Companion to Shakespeare). Elle va participer à l’encyclopédie Shakespeare dirigée par Patricia Parker, The Greenwood Shakespeare Encyclopedia, Phoenix, Arizona. Par ailleurs, elle traduit de la poésie contemporaine, dont Cette femme-là..., édition bilingue de Debjani Chatterjee, I Was That Woman (Paris, L’Harmattan, avril 2000).

13Natalie Vienne-Guerrin est Maître de Conférences à l’Université de Rouen. Elle a écrit une thèse intitulée « L’injure et ses contextes dans le théâtre de Shakespeare ». Elle est l’auteur d’une vingtaine d’articles consacrés, pour la plupart, à la « mauvaise langue » dans le monde de Shakespeare. Elle a co-édité Autour du Songe d’une nuit d’été (Publications de l’Université de Rouen, 2003, en collaboration avec Claire Gheeraert-Graffeuille) ; Shakespeare on Screen : A Midsummer Night’s Dream (Publications de l’Université de Rouen, 2004, en collaboration avec Sarah Hatchuel) ; et Shakespeare on Screen : Richard III (Publications de l’Université de Rouen, 2005, en collaboration avec Sarah Hatchuel). Elle co-anime actuellement (en collaboration avec Florence Cabaret) un séminaire consacré à la « Guerre des Langues » (ERIAC, Université de Rouen).

© Presses universitaires François-Rabelais, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540