Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Coriolan de William Shakespeare

 | 
Richard Hillman

De Méléagre à Coriolan, ou Diane vengée et ses pintades

Gilles Bertheau

Résumé

Whereas Chapman used the figures of Achilles and Hercules to promote his heroes in Bussy D’Ambois and his Byron plays, Shakespeare presents the deadly facet of the Herculean model through the much-debated character of Volumnia, who is analogous to Hercules’ fateful wife, Deianira. Volumnia’s indirect responsibility for the death of a son compared with Hercules enhances the ambivalence of Coriolanus’ heroism. As neither Plutarch nor Livy developed the personage of Volumnia, it is in the Greek legend of Meleager – as reported by Homer and Ovid – that one can trace Shakespeare’s other source, in which Althæa, Meleager’s mother, causes the death of her son before committing suicide, like Alexandre Hardy’s Volomnie in Coriolan.

Texte intégral

  • 1 Je renvoie à ce que dit à ce sujet Parker, Introd., p. 2.
  • 2 L’édition utilisée est celle de Margeson.
  • 3 L’édition utilisée (version de 1607) est celle de Smith publiée dans l’édition complète des tragédi (...)

1Malgré un fâcheux épisode de peste, la vie théâtrale et littéraire des années 1608-1609 à Londres ne manque pas d’intérêt. Tandis qu’en 1608 William Shakespeare écrit son Coriolan1, le monde littéraire et diplomatique est agité par l’énorme scandale causé par celui qui a parfois été identifié avec le « poète rival » des Sonnets de Shakespeare, à savoir George Chapman. Avant la fermeture des théâtres imposée par l’épidémie, se jouait aux Blackfriars The Tragedy and Conspiracy of Charles Duke of Byron2 (La conspiration et la tragédie de Charles duc de Biron), double pièce sur le destin du maréchal qu’Henri IV fit condamner à mort et exécuter à Paris, en juillet 1602, pour crime de haute trahison. Suite à une gifle malheureuse donnée en scène par la reine Marie de Médicis à la maîtresse de son royal époux, l’ambassadeur de France adresse à Lord Salisbury une protestation officielle en date du 8 avril 1608 qui a pour conséquence l’interdiction immédiate de la pièce. L’affaire Biron n’avait pas manqué, à l’époque, d’être rapprochée de la fin tragique du comte d’Essex, exécuté à Londres pour un crime similaire en février 1601. Samuel Daniel s’en était déjà fait l’écho dans sa Tragédie de Philotas, jouée aux Blackfriars, en 1605. L’année probable de la composition de Coriolan voit également la réédition de La tragédie de Bussy d’Amboise, que Chapman avait publiée en 16073. L’histoire de ce duelliste invétéré qui se rêvait comme un nouvel Hercule ouvrait la voie à une étude de l’héroïsme que Chapman devait poursuivre dans ses autres tragédies et que Shakespeare partageait aussi, de Jules César à Coriolan, également jouée aux Blackfriars en 1609, année de la parution des douze premiers livres de l’Iliade d’Homère, traduits par Chapman et dédiés au prince Henri de Galles.

  • 4 Ide, p. 170.

2Cette tranche d’histoire littéraire, qui met l’héroïsme au centre des préoccupations des auteurs cités, suggère l’existence d’un débat sur cette question entre Shakespeare et Chapman. Dans Possessed with Greatness : The Heroic Tragedies of Shakespeare and Chapman, Richard Ide avance l’hypothèse que Coriolan serait la réponse de Shakespeare au Biron de Chapman4. De fait, la valeur des références mythologiques et antiques varie d’un dramaturge à l’autre : adhésion aux valeurs achilléennes chez Chapman, méfiance du modèle herculéen chez Shakespeare. Loin d’être idéalisé, l’héroïsme de Coriolan est au contraire présenté comme essentiellement mortifère, Shakespeare opposant délibérément le modèle héroïque de l’Iliade à celui de l’Odyssée, qui, dans la pièce, n’a pas droit de cité. Cette différence par rapport à Chapman est en particulier développée grâce au personnage de Volumnia, dont la complexité ne saurait être recherchée chez Plutarque, une des sources de Shakespeare. Et c’est précisément en se concentrant sur le personnage de Volumnia que l’on peut trouver une autre source, qui rend compte à la fois de certains traits du personnage de Coriolan et surtout de celui de sa mère. Cette source est l’histoire de Méléagre, narrée par Homère et Ovide.

Le modèle herculéen

  • 5 Voir Braden, p. 147.

3Ce qui rapproche Biron et Coriolan c’est leur inépuisable colère, passion héroïque par excellence5, et qui est, comme l’explique Chapman, le moteur de toute l’Iliade d’Homère (Chapman’s Homer : The Odyssey, p. 4). Toutefois, si Chapman bâtit son héros sur le modèle d’Achille, dont il reconnaît les qualités en Essex, Shakespeare exclut totalement celui-ci de son horizon dramatique, consentant à peine à comparer Coriolan à Hercule. Ainsi, la figure du comte d’Essex ne joue pas le même rôle pour les deux dramaturges.

  • 6 Neale, p. 362, mes italiques.

4Le comte d’Essex n’a jamais fait partie des protecteurs de Shakespeare, dont le patron était le comte de Southampton, mais Chapman aurait bien aimé obtenir sa protection et des subsides de sa part, ce qui explique qu’en 1598 il lui ait dédié ses premières traductions d’Homère (Seaven Bookes of the Iliades). L’épître dédicatoire qu’il lui adresse est un dithyrambe extravagant mais sincère, dont la clef est l’identification d’Essex à un nouvel Achille, comme en témoigne l’en-tête : « To the Most Honored now living Instance of the Achilleian vertues eternized by divine Homere, the Earle of Essexe, Earle Marshall &c. » (Chapman’s Homer : The Iliad, p. 503). Je n’entrerai pas dans le détail de l’épître, mais il est clair que pour le poète, Essex représentait le soldat vraiment valeureux, noble, honorable et savant (p. 504), modèle épique qu’il s’attachera ensuite à reproduire dans les personnages de ses tragédies, c’est-à-dire Bussy d’Amboise et Biron pour la période qui nous intéresse. Si Essex est un précédent magnifique, c’est donc seulement pour Chapman, qui fait de son Biron à la fois un Achille et un Hercule. En revanche, le Coriolan de Shakespeare n’est en rien inspiré d’Essex, malgré une passion commune à Biron et à Coriolan – la colère – comme le célèbre épisode du soufflet vient le rappeler. En juillet 1598, une vive discussion oppose la reine Élisabeth au comte à propos de la révolte d’Irlande. La reine refusant d’accéder à une requête d’Essex, celui-ci s’emporte et lui tourne délibérément le dos, insulte que la reine ne sauraittolérer. Élisabeth, furieuse, le gifle. J. E. Neale rapporte la suite de l’incident: « His hand leapt to his sword, and as Nottingham hastily stepped between them, he swore a great oath that he neither could nor would put up with such an affront and indignity […]. In a tearing rage he left the Court »6.

  • 7 Voir Heuer, p. 51.

5Cette même colère semble être le ressort principal de Biron et de Coriolan7. La qualité épique de cette passion ne fait aucun doute. Voici ce qu’en dit Chapman: « the first word of his Iliads is μηνιν, wrath », qu’il glose ainsi: « Predominant Perturbation […]; the Bodie’s fervour and fashion of outward Fortitude to all possible height of Heroicall Action » (Chapman’s Homer: The Odyssey, p. 4). L’ambivalence intrinsèque de cette passion héroïque apparaît ici : à la fois ferveur du corps, courage physique et moral qui permettent d’accomplir des exploits, elle est aussi trouble et agitation de l’âme et du corps.

  • 8 Il declare ainsi: « I am vp / Heere like a Roman Statue; I will stand / Till death hath made me mar (...)

6Cette ambivalence n’a pas échappé au dramaturge qui a voulu hisser ses héros au niveau épique d’Achille et d’Hercule. Bussy d’Amboise, qui se définit lui-même comme poète et soldat (I.1.183), à peine introduit à la cour par son protecteur – Monsieur frère du roi – engage une querelle avec le duc de Guise en courtisant sa femme et laisse ensuite libre cours à sa colère quand les mignons du duc se moquent de son nouvel accoutrement. Il s’ensuit un duel trois à trois, dont seul le héros réchappe, et qui est narré au roi par Nuncius sur le mode épique (II.1.25-104). À la fin de la pièce, la mort du personnage est présentée comme une apothéose par le dramaturge. C’est à ce moment que le moine Comolet compare Bussy à Hercule, le demi-dieu : « Looke vp and see thy spirit made a star, / Ioine flames with Hercules » (V.3.265-66). Mais cette fin héroïque d’un Bussy qui se voit mourir en Romain8 n’est pas univoque, puisqu’il a conscience de la tension existant entre sa condition humaine et son héroïsme :

O fraile condition of strength, valure: virtue
In me (like warning fire vpon the top
Of some steepe Beakon, on a steeper hill)
Made to expresse it: like a falling starre
Silently glanc’t, that like a thunderbolt,
Lookt to haue stucke and shooke the firmament.
[Moritur.] (V.3.184-89)

  • 9 Jacquot explique que « Bussy se compare à un météore qui retombe, alors qu’il espérait devenir une (...)
  • 10 Voici le passage, traduit par Amyot (Plutarque, Œuvres morales, « Que l’on ne saurait vivre joyeuse (...)

7L’image de l’étoile filante9 – empruntée à Plutarque10 – qui ne parvient pas à rejoindre le firmament fait penser à un désastre au sens propre du terme.

  • 11 Alcide est l’autre nom grec d’Héraklès, Hercule pour les Romains.

8Chez Biron le soldat valeureux, la colère est encore plus présente. À la fin de La conspiration, Biron est furieux car le roi lui a refusé un poste stratégique. Henri se moque alors de lui et Biron s’exclame: « What’s grave in earth, what awful, what abhorred / If my rage be ridiculous? » (V.2.2-3). Il décide alors d’ériger sa fureur en règle de conduite: « I will make it / The law and rule of all things serious » (3-4). Cette passion convient bien à celui qui est décrit tantôt comme un Hercule, tantôt comme un Achille, dont la colère est légendaire. Le duc de Savoie, par exemple, compare les exploits du maréchal à ceux d’Hercule, quand il dit : « Fortune to him was Juno to Alcides »11 (The Conspiracy, II.2.93) ; et Biron lui-même s’attribue un mérite herculéen, en l’occurrence celui d’avoir sauvé la France : « I have Alcides-like gone under th’earth / And on my shoulders borne the weight of France » (The Tragedy, III.1.151-52).

9Les deux références à Achille dans la double pièce de Chapman méritent d’être commentées. Henry, au début de La tragédie, refuse de croire à une nouvelle trahison du duc et explique au ministre Janin comment Biron – c’est un fait historique – avait su résister aux premières tentations espagnoles :

The Spaniards […] found him still
As an unmatched Achilles in the wars,
So a most wise Ulysses to their words,
Stopping his ears at their enchanted sounds.
(I.1.77-80)

10Ainsi, à côté des vertus « achilléennes » de son maréchal sur les champs de bataille, il veut aussi rappeler sa sagesse, dont le parangon se nomme Ulysse. Henri sera pourtant démenti par les faits, puisque Biron finit par mordre aux appâts qu’on lui tend pour satisfaire une insatiable ambition – ce en quoi Coriolan se distingue de lui –, allant jusqu’à jurer la perte de l’État dans l’autre allusion à Achille, nommé ici Pélidès :

I am put off from this dull shore of ease,
Into industrious and high-going seas;
Where, like Pelides in Scamander’s flood,
Up to the ears in surges I will fight,
And pluck French Ilion underneath the waves.
(The Conspiracy, II.1.149-53)

  • 12 Savoie déclare: « He’s the capital soldier / That lives this day in holy Christendom » (The Conspir (...)

11Ici, l’héroïsme épique se fait menace politique pour la France, comparée à Troie, puisqu’elle est vouée à la destruction par celui qui se dit être son sauveur. Chapman à aucun moment n’abandonne le registre de l’ambiguïté pour dresser le portrait héroïque de Biron. Il est clair que dans la pièce, Biron le soldat12 se fait très mal à la nouvelle donne politique que constitue la paix : « sensual peace confounds / Valour and cowardice, fame and infamy », déclare-t-il à ses complices (The Tragedy, I.2.1416).

12Ce topos de la paix efféminée est aussi entonné dans Coriolan par un serviteur d’Aufidius : « This peace is nothing but to rust iron, increase tailors, and breed ballad-makers » (IV.5.224-25). Comme Biron, Coriolan est bien moins habile dans les luttes politiques que sur les champs de batailles sanglants. Pourtant, à aucun moment Shakespeare ne le compare au héros de l’Iliade, le guerrier Achille. En revanche, il est comparé à Hercule, mais dans un contexte bien particulier. À l’annonce d’une probable attaque conjointe d’Aufidius et de Coriolan, Cominius et Menenius s’en prennent aux tribuns, accusés d’être responsables de cet état de fait :

COMINIUS: He’ll shake your Rome about your ears.
MENENIUS: As Hercules did shake down mellow fruit.
You have made fair work!
(IV.6.103-5)

  • 13 Ce passage ne figure pas dans l’analyse de Waith sur Coriolan dans The Herculean Hero.

13Ainsi, comme dans Byron, Coriolan comparé à Hercule est une menace pour sa patrie, puisqu’un de ses douze travaux serait de détruire Rome13. L’allusion aux « fruits mûrs » renvoie en effet à la onzième tâche d’Hercule, qui consiste à rapporter les pommes d’or du Jardin des Hespérides.

Les dérives du modèle herculéen

14Cette mise en question de la notion d’héroïsme par Shakespeare – déjà fort développée dans Troïle et Cresside, écrite vers 1602 – s’enrichit dans Coriolan de la relation qu’entretient le héros avec sa mère, point qui n’est guère développé par Plutarque. C’est chez elle, et plus généralement dans le milieu patricien qu’elle fréquente, qu’on trouve un exposé brutal de ce qu’est l’honneur et la nature du héros romain. À travers elle et le personnage de Valeria, Shakespeare procède à une critique de l’héroïsme – tel qu’il est conçu par Chapman – en opposant le modèle herculéen (sous lequel Hector est compris) au modèle ulysséen.

15Pour saisir la différence entre les deux modèles, il est utile de se reporter à ce qu’en dit Chapman, qui définit le modèle de l’Odyssée ainsi : « the first word of his Odysses [is] ανδρα, Man – contracting in [this] word […] over-ruling Wisedome; […] the Mind’s inward, constant and unconquered Empire, unbroken, unaltered with any most insolent and tyrannous infliction » (Chapman’s Homer: The Odyssey, p. 4). L’esprit opposé au corps, l’exploit extérieur opposé à l’empire de soi sur soi, voilà ce qui, pour Chapman, distingue l’Iliade de l’Odyssée et Achille d’Ulysse, sans que le premier soit nécessairement supérieur au second. Cette distinction entre les deux poèmes homériques se retrouve dans Coriolan, et – est-ce un hasard ? – dans les propos de la mère du héros. Dans la scène qui présente à la fois la mère et l’épouse de Martius, Shakespeare fait tenir à Volumnia un discours sur l’honneur dont la brutalité contraste crûment avec l’attitude de Virgilia, qui, naturellement, craint que son mari ne soit blessé dans la bataille qui l’oppose aux Volsques. Son exclamation « O Jupiter, no blood ! » (I.3.39) ne manque pas de lui attirer aussitôt cette célèbre et cinglante réplique de Volumnia :

Away, you fool! It more becomes a man
Than gilt his trophy. The breasts of Hecuba
When she did suckle Hector looked not lovelier
Than Hector’s forehead when it spit forth blood
At Grecian sword, contemning.
(I.3.40-44)

  • 14 Il ne vient pas de Plutarque. Voir les articles de Sprengnether, de Lowe, et d’Adelman.
  • 15 Le frontispice gravé par William Hole dans l’édition de 1609 de l’Iliade d’Homère traduite par Chap (...)
  • 16 Voir l’article de Frédérique Fouassier dans ce même volume : « La violence du corps dans Coriolan »
  • 17 À ses juges, Biron déclare:
    […] ye all know, my lords,
    This body, gashed with five and thirty wounds,
    (...)
  • 18 « View, view this wounded bosom » (The Tragedy, V.4.210), dit-il au capitaine Vitry et aux autres t (...)

16De ce passage abondamment commenté14, je ne retiendrai que l’essentiel, l’identification de Coriolan à Hector, l’autre héros de l’Iliade, ennemi d’Achille15, et fils préféré d’Hécube, à laquelle Volumnia est assimilée. Cette double comparaison implique aussi que Rome est identifiée à Troie. C’est donc bien sur un modèle épique tiré de l’Iliade que Volumnia a fondé l’éducation de celui qu’elle appelle à juste titre : « my warrior » (V.3.62). Les blessures éventuellement reçues par son fils au combat16 et le sang qui les accompagne ne sont pas de plus beaux signes d’héroïsme dans ce qu’il implique de mépris de son intégrité physique et de sa vie même quand il s’agit du service de la patrie. Cette attitude est portée à un paroxysme burlesque dans le passage (II.1.139-52) où Menenius et Volumnia font le décompte des vingt-sept cicatrices de Coriolan, Shakespeare voulant sans nul doute se moquer de l’obsession de Biron pour ses trente-cinq blessures, lui qui – dans le but naïf de sauver sa tête (The Tragedy, V.2.206-11)17 – en rappelle sans cesse l’existence, les compte, voire les exhibe18. Cette exhibition des blessures a d’ailleurs un précédent homérique en la personne d’Ulysse, au moment où il est en compétition avec Ajax pour obtenir les armes d’Achille. Ovide raconte la scène au livre XIII des Métamorphoses, que je cite dans la traduction d’Arthur Golding (1567): « There also are (O countrymen) about mee woundings, which / The place of them make beawtyfull. See heere (his hand did twich / His shirt asyde) and credit not vayne woordes » (XIII, 321-23). Le refus de Coriolan de s’abaisser à montrer au peuple ses blessures, renforce donc son identification avec Hector, ce qui permet à Aufidius le sarcasme suivant: « Wert thou the Hector / That was the whip of your bragged progeny, / Thou shouldst not’scape me here » (I.9.11-13).

  • 19 Ce passage et les paroles de Valeria ne viennent pas de Plutarque.

17Ayant posé le modèle de ce que doit être l’héroïsme du point de vue patricien, Shakespeare oppose ensuite le contre-modèle, toujours selon le même point de vue, désormais exprimé par Valeria, une amie de la famille. À l’acte I, elle rend visite aux deux femmes et demande à Virgilia de l’accompagner dehors pour aller à la rencontre de son mari19. Mais Virgilia préfère l’attendre chez elle: « I will not out of doors » (I.3.74), dit-elle. « You would be another Penelope », Valeria lui répond alors, « Yet they say all the yarn she spun in Ulysses’ absence did but fill Ithaca full of moths » (85-87).

  • 20 Valeria enjoint à Virgilia de laisser ses travaux d’aiguille : « Come, lay aside your stitchery » ( (...)
  • 21 On pourra comparer ces paroles à celle d’Atalante dans la tragédie d’Alexandre Hardy, Méléagre :
    Com (...)

18Le mépris qui affleure dans cette réplique est représentatif de cette opposition entre les deux modèles offerts par l’Iliade et l’Odyssée. Pour Valeria, ressembler à Pénélope en gardant le foyer jusqu’au retour du mari ne peut être une ambition valable pour une patricienne20. Au contraire, l’ouvrage de tapisserie effectué par l’épouse d’Ulysse ne fait qu’attirer les mites, insectes nuisibles dont la mention dérisoire dément automatiquement le caractère épique de toute l’Odyssée. La patricienne rejette ainsi clairement un modèle qui ne correspond pas aux valeurs de sa classe : celui de Pénélope pour les femmes, et celui d’Ulysse pour les hommes, en l’occurrence Coriolan21.

19Un dernier exemple – qui n’est pas dans Plutarque non plus – permettra de montrer comment Shakespeare démonte la notion d’héroïsme et en signale le danger et le trouble. Il s’agit de la seule autre référence à Hercule dans la pièce. Là encore, au lieu d’associer directement Coriolan au demi-dieu, Shakespeare fait intervenir sa mère. Coriolan, avant de quitter sa famille pour l’exil, essaie de raviver chez Volumnia l’esprit héroïque qu’elle affichait autrefois :

Nay, mother,
Resume that spirit when you were wont to say,
If you had been the wife of Hercules
Six of his labours you’d have done, and saved
Your husband so much sweat.
(IV.1.16-20)

  • 22 Ce passage ne figure pas non plus dans le livre de Waith.
  • 23 Voir Grimal, p. 119.
  • 24 On notera que Chapman s’est inspiré de la mort d’Hercule dans cette tragédie de Sénèque pour celle (...)

20C’est donc une nouvelle fois Volumnia – femme sans mari – qui est au centre de la comparaison, Hercule devenant son époux. Au-delà de l’outrance homérique de la prétention maternelle, au-delà du fait que Shakespeare continue d’entretenir un trouble quant aux relations symboliquement incestueuses entre un fils et une mère, qui, à l’acte I, commençait une phrase en disant « If my son were my husband » (I.3.2-3), ces vers font implicitement de Volumnia une Déjanire, puisque c’était la femme d’Hercule22. On sait que le centaure Nessos (Nessus en latin) tenta de violer Déjanire mais qu’il fut tué par Hercule. En mourant, il donna à la jeune femme une drogue, faite avec son sang, qu’il décrivit comme un philtre d’amour. Aussi, lorsque Hercule tomba amoureux d’Iole, Déjanire utilisa la potion pour ramener son mari à elle. Elle envoya une tunique teinte de la drogue que Nessos lui avait donnée, et, dès que celle-ci toucha la peau du héros, il fut dévoré par une brûlure insupportable et s’immola sur le Mont Oeta. Déjanire, se rendant compte de son erreur, se suicida23. Shakespeare semble indiquer que Coriolan pressent le sort qui l’attend car l’aspiration héroïque de Volumnia porte en soi un germe de mort et la comparaison du héros à Hercule quelques scènes plus loin confirme cette menace maternelle. Cette idée est confirmée par les paroles de Cominius à un Martius enveloppé dans son propre sang comme dans une tunique : « Ay, if you come not in the blood of others, / But mantled in your own » (I.7.28-29), comme si Shakespeare, se rappelant l’Hercule sur l’Oeta de Sénèque24, voulait montrer que le destin du héros était scellé d’avance.

Des pintades et autres considérations sur Coriolan

  • 25 Voir l’édition d’Allott, Introd., p. viii.

21Ni Les vies parallèles de Plutarque (44-125) ni le récit de Tite-Live (– 59-17) au livre II de son Histoire de Rome (Ab urbe condita), ne sauraient rendre compte de la place prépondérante du personnage de Volumnia dans Coriolan. On peut comprendre quelles possibilités dramaturgiques ce personnage offrait à Shakespeare, qui intègre ainsi une dimension psychologique particulièrement saillante dans un contexte politique. C’est sans doute pour cette raison qu’Alexandre Hardy a fait de cette héroïne un des quatre acteurs principaux de son Coriolan, paru en 1625, et probablement composé entre les années 1605-161025. Or, il est une histoire, forcément connue de Shakespeare, et encore plus de Hardy, qui permet d’éclairer d’un jour nouveau la relation Coriolan-Volumnia. C’est l’histoire de Méléagre, auquel Coriolan ressemble par certains aspects et dont la mère, Althæa, a prêté bien des traits à la Volumnia de Shakespeare et à la Volomnie de Hardy.

22Lorsque vient le moment crucial de la pièce, à la scène 3 de l’acte V, où Coriolan doit choisir entre Rome et Corioles, le rôle de Volumnia est décisif. En accédant aux prières de sa mère et de sa famille entière, et donc en acceptant de sauver Rome, Coriolan sait qu’il se perd lui-même :

O my mother, mother, O!
You have won a happy victory to Rome;
But for your son, believe it, O believe it,
Most dangerously you have with him prevailed,
If not most mortal to him.
(V.3.186-90)

  • 26 Voir Howatson, p. 269. Biron lui-même se compare à ce héros légendaire (The Conspiracy, III.2.65-73 (...)

23Par la répétition des « O » exclamatifs, Shakespeare ne figure-t-il pas le gouffre dans lequel périt le héros, tel le Romain Curtius, dont la légende était implicitement évoquée par sa mère quelques scènes auparavant : « I know thou hadst rather / Follow thine enemy in a fiery gulf / Than flatter him in a bower » (III.2.9294). Cette légende raconte qu’en 362 avant J.-C. « une crevasse s’était ouverte dans le Forum […] et un oracle déclara qu’il fallait y jeter la force principale de Rome pour qu’elle se referme » à moins d’une catastrophe imminente ; Marcus Curtius, jeune noble romain, se porta volontaire et se jeta dans la fosse26.

  • 27 Voir Heuer, p. 52.
  • 28 Cf. Coriolan: « If any think brave death outweighs bad life, / [...] / Let him […] follow Martius » (...)

24La fin de la tragédie confirme le début en ce sens que Shakespeare conclut une démonstration qui tend à montrer combien l’héroïsme, tel qu’il est conçu par Volumnia, est mortifère. Cette association entre la mort et l’héroïsme est justement exposée par elle à l’acte I. Quand Volumnia déclare : « To a cruel war I sent him » (I.3.13-14), Virgilia ne peut s’empêcher d’être choquée par de tels propos. La question qu’elle pose alors (« But had he died in the business, madam, how then? » [18-19]), pour innocente qu’elle paraisse, renvoie en fait à la question de la nature maternelle de Volumnia et laisse paraître que ce personnage est une mère contre nature27. La réponse de Volumnia semble d’ailleurs confirmer ce sentiment diffus: « Then his good report should have been my son. […] had I a dozen sons, each in my love alike, and none less dear than thine and my good Martius, I had rather had eleven die nobly for their country than one voluptuously surfeit out of action » (2025). En disant cela, elle ne fait qu’exprimer un code de l’honneur en vigueur, non seulement à Rome, mais dans une Angleterre jacobéenne qui devait lutter contre le fléau du duel, même s’il n’atteignait pas les sommets tragiques qu’il avait atteint en France, et selon lequel « la vie précieuse de [la] renommée […] / est au-dessus de la vie », comme le déclare Monsieur au roi dans Bussy d’Amboise, traduit par Jacquot (II.1.174-75)28. Mais ici, non seulement Volumnia place la vie en dessous de la renommée, mais aussi et surtout les liens du sang : c’est précisément le conflit qui est au cœur de la légende de Méléagre.

25Au livre IX de l’Iliade, Homère donne une première version de l’histoire de Méléagre, racontée par Phoenix à Achille pour le convaincre de prendre part au combat. Œnus, père de Méléagre, manquant d’honorer Diane des sacrifices rituels, celle-ci envoya en pays de Calydon un sanglier monstrueux, que Méléagre tua, après quoi il quitta la cour (IX, 521-22) pour rejoindre son épouse Cléopâtre. Mais au cours de cette chasse, le héros tua aussi les deux frères de sa mère, qui n’eut alors de cesse d’être vengée contre son propre fils. Homère, par la voix de Chapman, rapporte ainsi:

  • 29 On notera que le vers 529 est étrangement proche de la célèbre déclaration de Volumnia à Menenius : (...)
  • 30 Les vers suivants sont empreints de plus de violence encore et insistent sur l’impiété de la reine  (...)

In Cleopatra’s armes
Lay Meleager, feeding on his anger
29 for the harmes
His mother praid might fall on him, who for her brother slaine
By Meleager griev’d and praid the Gods to wreake her paine
With all the horror could be pour’d upon her furious birth.
(Chapman’s Homer : The Iliad, IX, 528-32)30

  • 31 Ces ambassades sont rapportées ainsi par Briquel :
    Mais, alors qu’il [Coriolan] s’avançait victorieu (...)

26La suite du récit homérique concerne la guerre entre les Étoliens et les Curètes et les ambassades envoyées auprès de Méléagre pour ramener la paix. À lire le récit d’Homère, on est frappé par la similitude entre elles et celles de Plutarque, reprises par Shakespeare. Homère commence ainsi par celle des seigneurs étoliens, puis vient celle des prêtres, qui lui proposent des parcelles de terre en échange (IX, 540-46), ce que Méléagre refuse, tout comme Coriolan refuse le butin que lui propose Cominius chez Plutarque, et donc chez Shakespeare (I.10.36-40). Son père ensuite vient le supplier (« his Royall Sire », tout comme Menenius, qui se compare à son père en V.2.62 et 6770), puis sa mère et enfin sa femme, qui réussit à calmer sa colère31. Dans cette version, ni Méléagre, ni sa mère ne meurent.

  • 32 Contemporain et ami d’Ovide, Hygin (– 67-17) narra brièvement la légende de Méléagre dans la 174e d (...)
  • 33 York y declare:
    Methinks the realms of England, France, and Ireland
    Bear that proportion to my flesh
    (...)
  • 34 « Then do you as once did Meleager and the boar – break comely out before him », declare le maître (...)

27Si on ne peut être certain que Shakespeare ait lu la traduction de Chapman, il est en revanche de notoriété publique qu’il connaissait parfaitement bien les Métamorphoses d’Ovide (– 4317), dans la traduction d’Arthur Golding parue à Londres en 1567, et rendue en heptamètres, comme l’Iliade de Chapman32. On est également sûr que le dramaturge connaissait particulièrement l’histoire de Méléagre, puisqu’il y fait référence dans 2 Henry VI 33 et dans The Two Noble Kinsmen34. Au livre VIII des Métamorphoses, on apprend qu’après avoir tué le monstre, Méléagre voulut en offrir la peau et la hure à Atalante, dont il était amoureux. Mais comme les oncles du héros s’y opposèrent, Méléagre les tua sur le champ :

He could not brooke
This wrong: but gnashing with his teeth for anger that did boyle
Within, said fiersly: learne ye you that other folkes dispoyle
Of honor given, what difference is betweene your threats, and deedes.
And therewithall Plexippus brest (who no such matter dreedes)
With wicked weapon he did pierce. As Toxey doubting stood
What way to take, desiring both t’ advenge his brothers blood,
And fearing to be murthered as his brother was before,
Meleager (to dispatch all doubts of musing any more)
Did heate his sword for companie in bloud of him againe,
Before Plexippus bloud was cold that did thereon remaine.
(VIII, 575-85)

28Althée, la mère de Méléagre, furieuse de ce double deuil, promit de se venger et c’est là que le récit change par rapport à Homère. À la naissance du héros, un oracle avait déclaré que sa vie s’arrêterait lorsque le tison de bois qui se trouvait dans l’âtre serait consumé. Aussitôt Althée l’en ôta et le cacha. Aussi, pour se venger de son fils, à l’issue d’un long monologue dans lequel Ovide décrit les tourments intérieurs et les déchirements de la conscience d’une mère et d’une sœur, elle jette le tison dans les flammes :

Meleager being absent and not knowing ought at all
Was burned with this flame: and felt his bowels to appall
With secret fire. He bare out long the paine with courage stout.
But yet it grieved him to die so cowardly without
The shedding of his bloud. He thought Anceus for to be
A happie man that dide of wound. […]

………........
His paine encreased with the fire, and fell therewith againe:
And at the selfe same instant quight extingisht were both twaine.
(VIII, 669-74 ; 677-78)

  • 35 Voir Ide: « Shakespeare’s stress clearly falls on the unnaturalness of the Roman heroic ideal » (p. (...)

29C’est donc ici que se trouve la figure d’une Althée qui commet l’infanticide. Mais à ce point de mon analyse, il ne s’agit pas tant d’affirmer que la Volumnia de Shakespeare, comme l’Althée d’Ovide, est coupable de la mort de son fils, et qu’elle ait donc commis, telle Médée, un infanticide, que de montrer comment les deux poètes font passer l’accomplissement du destin tragique de leur héros respectif par l’action maternelle, ce qui est une autre manière de mettre en évidence le caractère contre nature d’une telle attitude et qui permet à Shakespeare d’articuler sa condamnation d’un héroïsme conçu hors de toute borne chrétienne35. Dans l’un et l’autre cas, la mère du héros est aussi l’instrument de son destin. Althée, en jetant le tison au feu, accomplit sciemment la prédiction de l’oracle. Volumnia, quant à elle, renverse son propre précepte selon lequel « Action is eloquence » (III.2.78), puisque son éloquence fait céder son fils et provoque la catastrophe finale. On remarquera aussi qu’elle se compare à Junon, la mère de Mars et l’ennemie jurée d’Hercule : « Leave this faint puling and lament as I do, / In anger, Junolike » (IV.2.55-56).

  • 36 Ide, p. 193.

30Mais, comme l’écrit Ide, la mort du héros n’est pas alors nécessaire : « Aufidius’s victory in no way necessitates Coriolanus’s death »36. Pourtant, le héros ne peut survivre à ce renoncement héroïque à son héroïsme. S’il est vrai qu’il aurait pu sauver le citoyen romain Caius Martius en retournant à Rome, la mort de Coriolanus, le vainqueur de Corioles, est, elle, inévitable. Aussi, ce dont Volumnia est responsable est la mort du héros Coriolan, du fils qu’elle a rêvé, du fantasme héroïque qu’elle a élevé jusqu’à la gloire et pour la gloire.

31L’analyse du texte d’Ovide révèle un autre détail intéressant. L’animal désigné comme un sanglier est caractérisé tout le long du poème par le feu. On peut lire chez Golding : « His eies did glister blud and fire » (VIII, 376), « Such lightning flashed from his chappes, as seared up the grasse » (VIII, 385) ou encore, au moment de la lutte entre les chasseurs et la bête :

  • 37 On peut également citer ces vers: « From hence the Bore was rowzed out, and fiersly forth he flies (...)

But yet the moodie beast thereby was set the more on fire
And chafing like the lightning swift he uttreth forth his ire.
The fire did sparkle from his eyes: and from his boyling brest
He breathed flaming flakes of fire conceyved in his chest. (VIII, 476-79)37

  • 38 Cf. Parker, Introd., p. 113.
  • 39 On notera que Shakespeare utilise l’image de l’écorchement pour Coriolan. Cominius, le voyant arriv (...)

32Dans le même temps, le poète rapporte, à propos de Méléagre: « The secret flames of fire / He haling inward still did say: O happy man is he […] » (VIII, 439-40). Même s’il s’agit ici du feu de l’amour que le héros porte à Atalante, la métaphore mérite d’être notée. En effet, ce sanglier crachant le feu par tous les trous de son corps ressemble à s’y méprendre à un dragon, sans les ailes. Or, parmi tout le nombreux bestiaire dont Shakespeare a peuplé sa tragédie, il est significatif que Coriolan se compare à un dragon: « I go alone, / Like to a lonely dragon that his fen / Makes feared and talked of more than seen » (IV.1.30-32). Plus tard, Menenius déclarera: « This Martius is grown from man to dragon. He has wings, he’s more than a creeping thing » (V.4.1214). Coriolan est mis à mort sauvagement par une horde de mercenaires volsques, après qu’Aufidius ait mis en cause son identité héroïque par l’appellation provocatrice de « boy of tears » (V.6.103), et ait ainsi provoqué un dernier et fatal soubresaut d’héroïsme. L’image du chef volsque, piétinant le cadavre de Coriolan (« Aufidius stands on him » [V.6.131.2]), rappelle celle d’un chasseur posant le pied sur le gros gibier convoité et abattu38. Coriolan tient à la fois de Méléagre et du sanglier de Calydon39.

33Enfin, je terminerai mon propos en ajoutant trois détails. Premièrement, Méléagre a pour sœur la Déjanire d’Hercule, celle à laquelle Shakespeare compare Volumnia en IV.1.16-20. On voit ainsi comment le héros est pour ainsi dire cerné par les figures féminines de la nécessité. Deuxièmement, le récit ovidien ne s’arrête pas à la mort du héros, puisque Althée se suicide : « his mothers giltie hand had for that cursed crime / Done execution on hir selfe by sword before hir time » (VIII, 686-87). Ce n’est pas le cas chez Shakespeare, inspiré de Plutarque, même si Volumnia menace: « thou shalt no sooner / March to assault thy country than to tread […] / […] on thy mother’s womb » (V.3.123-25).

34En revanche, il est probable que ce soit ce qui explique le suicide de Volomnie chez Hardy, à l’issue d’une tirade magnifique dont la substance est de toute évidence tirée d’Ovide, en ce qu’elle ressemble beaucoup à celle d’Althée prise de remords d’avoir tué son fils :

O deuil insupportable ! ô rage de douleur !
O Mere parricide ! ô Mere criminelle !
De ton sang innocent execrable bourelle !
O Dieux ! ô dieux cruels ! que vous avez produit
De ma peine pieuse un detestable fruict ! (V, 1324-28)

35Aussi, ses dernières paroles et le dernier vers de la pièce sont : « En un coup genereux je trouveray la mort » (V, 1352). Cette hypothèse me semble d’autant plus plausible que dans le Méléagre de Hardy, Althée suit dans la tombe son fils et ses frères :

Or la victime offerte à vos manes heureux,
Reposez sous le frais des Myrthes odoreux,
Receuez-la propice, ô venerable ombres,
Compagne, m’attendant dans les campagnes sombres,
Où dans peu, votre düeil precipite mes pas,
Car de viure sans vous, m’est pis que le trepas. (V.3)

  • 40 Cet épisode est rapporté ainsi par Ovide :
    At length Diana satisfide with slaughter brought upon
    The
    (...)

36Troisièmement, si Déjanire a pu épouser Hercule, c’est qu’elle a échappé au sort jeté par Diane sur les autres sœurs de Méléagre, qui acheva sa vengeance en les transformant en pintades40, ultime épisode cocasse d’une légende plutôt noire qui donna son nom scientifique à la famille taxonomique à laquelle appartiennent les pintades, c’est-à-dire les méléagrides.

  • 41 « The action of drawing a conclusion from premisses; hence, an inference, deduction, or conclusion  (...)

37Dans la dédicace de l’Odyssée au comte de Somerset, Chapman écrit : « Nor is this all-comprising Poesie phantastique, or meere fictive, but the most material and doctrinall illations41 of Truth, both for all manly information of Manners in the yong, all prescription of Justice, and even Christian pietie, in the most grave and high-governd » (Chapman’s Homer: The Odyssey, p. 5). Or, précisément, en écrivant Coriolan, et en situant son action dans la Rome païenne de l’Antiquité, Shakespeare a écrit une pièce d’où par définition toute piété chrétienne était absente. Mais, à la différence de Chapman, il ne fait pas de son héros un exemplum ni de sa tragédie une œuvre didactique. Au contraire, en développant considérablement la relation Coriolan-Volumnia sur un modèle qu’il connaissait bien, celui de Méléagre, l’histoire d’un infanticide, il met l’accent sur les implications mortifères et socialement destructrices d’un héroïsme dépassé, dont Biron et Essex étaient, à ses yeux les emblèmes. Ultime ironie de l’histoire, c’est ce même héros antique qui fournit en 1582 le sujet d’une tragédie latine à William Gager, Meleager, A New Tragedy Twice Publicly Acted at Christ Church, Oxford, qu’il dédia, en 1593 à un certain « Robert, in view of your most excellent reputation, your illustrious pedigree, humanity, magnificence, wit, learning, magnanimity, military science, and every form of heroic virtue both private and public », qui n’était autre que Robert Devereux, deuxième comte d’Essex, évidemment !

Bibliographie

RÉFÉRENCES

Sources primaires

CHAPMAN, George, Bussy D’Ambois : A Tragedie [version de 1607], éd. John Hazel Smith, dans The Tragedies, with Sir Gyles Goosecappe, éd. Allan Holaday, The Plays of George Chapman, 2 vols (1970-1987), vol. II, Cambridge, D. S. Brewer, 1987.

—, Bussy d’Amboise, éd. et trad. Jean Jacquot, Collection bilingue des classiques étrangers, Paris, Aubier-Montaigne, 1960.

—, The Conspiracy and Tragedy of Charles Duke of Byron, éd. John Margeson, The Revels Plays, Manchester, Manchester University Press, 1988.

CHAPMAN, George, trad., Chapman’s Homer: The Iliad, éd. Allardyce Nicoll, Bollingen Series, 41, Princeton, NJ, Princeton University Press, 1998.

—, Chapman’s Homer: The Odyssey, éd. Allardyce Nicoll, Bollingen Series, 41, Princeton, NJ, Princeton University Press, 2000.

GAGER, William, Meleager, A New Tragedy Twice Publicly Acted at Christ Church, Oxford, 1582, éd. et trad. Dana F. Sutton, The Philological Museum, The Shakespeare Institute, University of Birmingham, 2005, <http://www.philological.bham.ac.uk/gager/plays/meleager/act1eng.html>, 1er novembre 2006.

HARDY, Alexandre, Coriolan, éd. Terence Allott, Textes littéraires, 28, Exeter, University of Exeter Press, 1978.

—, Méléagre, dans Le théâtre d’Alexandre Hardy, Parisien, 5 vols (1624-1628), vol. I, Paris, J. Quesnel, 1624.

OVIDE, The Fifteen Books of Ovid’s Metamorphoses, trad. Arthur Golding, Londres, 1567, Elizabethan Authors, éd. Robert Brazil et Barboura Flues, 2005, <http://www.elizabethanauthors.com/ovid08.htm>, 1er novembre 2006.

PLUTARQUE, Les Œuvres morales et meslees de Plutarque, traduictes de Grec en François, reueuës et corrigees en plusieurs passages par Maistre Iaques Amiot Conseiller du Roy et grand Aumosnier de France. Divisees en devx tomes, et enrichies en ceste edition de Annotations en marge, auec deux Indices. Le premier des traités, Le Second des choses memorables mentionnees esdites Œuvres, trad. Jacques Amyot, Paris, Barthélémy Macé, 1587.

SHAKESPEARE, William, 2 Henry VI, éd. Michael Hattaway, Cambridge, Cambridge University Press, 1991.

SHAKESPEARE, William, et John FLETCHER, The Two Noble Kinsmen, éd. Eugene M. Waith, The Oxford Shakespeare, Oxford, Oxford University Press, 1989.

Sources secondaires

ADELMAN, Janet, « “Anger’s my meat”: Feeding, Dependency and Agression in Coriolanus », dans Shakespeare, Pattern of Excelling Nature, éd. David Bevington et Jay Halio, Newark, University of Delaware Press, 1978, pp. 108-24.

BRADEN, Gordon, Renaissance Tragedy and the Senecan Tradition, Anger’s Privilege, New Haven, CT, Yale University Press, 1985.

BRIQUEL, Dominique, « La nuit du Ve siècle », Histoire romaine, éd. François Hinard, 2 vols, vol. I (Des origines à Auguste), Paris, Fayard, 2000, chap. 5, pp. 164-202.

GRIMAL, Pierre, Dictionnaire de la mythologie grecque et romaine, 1951, 7e éd., Paris, Presses Universitaires de France, 1982.

HEUER, Hermann, « From Plutarch to Shakespeare: A Study of Coriolanus », Shakespeare Survey, 1957, t. X, pp. 50-59.

HOWATSON, Margaret C., Dictionnaire de l’Antiquité, mythologie, littérature, civilisation, 1937, rééd. Paris, Robert Laffont (« Bouquins »), 1993.

IDE, Richard S., Possessed with Greatness: The Heroic Tragedies of Chapman and Shakespeare, Chapel Hill, University of North Carolina Press, 1980.

LOWE, Lisa, « “Say I play the man I am”: Gender and Politics in Coriolanus », Kenyon Review, 1986, n.s. t. VIII, pp. 86-95.

NEALE, J. E., Queen Elizabeth I, 1934, rééd. Chicago, Academy Chicago Publishers, 1952.

SPRENGNETHER, Madelon, « Annihilating Intimacy in Coriolanus », dans Women in the Middle Ages and the Renaissance: Literary and Historical Perspectives, éd. Mary Beth Rose, Syracuse, NY, Syracuse University Press, 1986, pp. 89-111.

WAITH, Eugene M., The Herculean Hero in Marlowe, Chapman, Shakespeare and Dryden, Londres, Chatto and Windus, 1962.

Notes

1 Je renvoie à ce que dit à ce sujet Parker, Introd., p. 2.

2 L’édition utilisée est celle de Margeson.

3 L’édition utilisée (version de 1607) est celle de Smith publiée dans l’édition complète des tragédies de Chapman.

4 Ide, p. 170.

5 Voir Braden, p. 147.

6 Neale, p. 362, mes italiques.

7 Voir Heuer, p. 51.

8 Il declare ainsi: « I am vp / Heere like a Roman Statue; I will stand / Till death hath made me marble » (V.3.138-41).

9 Jacquot explique que « Bussy se compare à un météore qui retombe, alors qu’il espérait devenir une étoile fixe […] au firmament » (p. 202, note des vers 147-53).

10 Voici le passage, traduit par Amyot (Plutarque, Œuvres morales, « Que l’on ne saurait vivre joyeusement selon la doctrine d’Épicure », en latin « Disputatio qua docetur ne suaviter quidem vivi posse secundum Epicuri decreta », 1090 C) :
Car c’est chose perilleuse, ce dit Hippocrates, que la bonne disposition
quand elle est arriuee à son dernier poinct.
Qui florissait n’agueres en beau taint
Soudainement est demourée estainct,
Comme du ciel vne estoille tombee :
Ainsi que dit Euripide.

11 Alcide est l’autre nom grec d’Héraklès, Hercule pour les Romains.

12 Savoie déclare: « He’s the capital soldier / That lives this day in holy Christendom » (The Conspiracy, II.2.211-12).

13 Ce passage ne figure pas dans l’analyse de Waith sur Coriolan dans The Herculean Hero.

14 Il ne vient pas de Plutarque. Voir les articles de Sprengnether, de Lowe, et d’Adelman.

15 Le frontispice gravé par William Hole dans l’édition de 1609 de l’Iliade d’Homère traduite par Chapman représente Hector aux côtés d’Achille.

16 Voir l’article de Frédérique Fouassier dans ce même volume : « La violence du corps dans Coriolan ».

17 À ses juges, Biron déclare:
[…] ye all know, my lords,
This body, gashed with five and thirty wounds,
Whose life and death you have in your award,
Holds not a vein that hath not opened been,
And which I would not open yet again
For you and yours […]. (
The Tragedy, V.2.206-11)

18 « View, view this wounded bosom » (The Tragedy, V.4.210), dit-il au capitaine Vitry et aux autres témoins de son exécution.

19 Ce passage et les paroles de Valeria ne viennent pas de Plutarque.

20 Valeria enjoint à Virgilia de laisser ses travaux d’aiguille : « Come, lay aside your stitchery » (I.3.72).

21 On pourra comparer ces paroles à celle d’Atalante dans la tragédie d’Alexandre Hardy, Méléagre :
Compagnes, n’estimez qu’où la gloire conuie,
Ie refuse iamais de prodiguer ma vie,
Atalante chez elle a pris son élément,
L’aiguille, & le fuseau, feminins exercices,
Où comme d’autres font courtiser les delices,
Non, certes, notre humeur n’y scauroit consentir. (II.1)

22 Ce passage ne figure pas non plus dans le livre de Waith.

23 Voir Grimal, p. 119.

24 On notera que Chapman s’est inspiré de la mort d’Hercule dans cette tragédie de Sénèque pour celle de Bussy (V.3.265-70).

25 Voir l’édition d’Allott, Introd., p. viii.

26 Voir Howatson, p. 269. Biron lui-même se compare à ce héros légendaire (The Conspiracy, III.2.65-73).

27 Voir Heuer, p. 52.

28 Cf. Coriolan: « If any think brave death outweighs bad life, / [...] / Let him […] follow Martius » (1.7.72-76).

29 On notera que le vers 529 est étrangement proche de la célèbre déclaration de Volumnia à Menenius : « Anger’s my meat : I sup upon myself » (IV.2.53).

30 Les vers suivants sont empreints de plus de violence encore et insistent sur l’impiété de la reine :
Still knockt she with her impious hands the many-feeding earth, To urge sterne Pluto and his Queene t’incline their vengefull eares, Fell on her knees and all her breast dewd with her fierie teares To make them massacre her sonne, whose wrath enrag’d her thus. (IX, 533-36)

31 Ces ambassades sont rapportées ainsi par Briquel :
Mais, alors qu’il [Coriolan] s’avançait victorieux jusqu’aux environs de Rome, et après qu’il eut repoussé les demandes que venaient lui faire des ambassades officielles, composées des sénateurs puis de prêtres, ce fut, assurent nos textes, la troupe des femmes romaines, guidée par sa mère et sa femme, qui parvint, à force de prières, à la dissuader de mener le siège de l’Vrbs et à le persuader de se retirer. Il y a là une histoire démarquée de la légende grecque de Méléagre. (p. 179)

32 Contemporain et ami d’Ovide, Hygin (– 67-17) narra brièvement la légende de Méléagre dans la 174e de ses Fables, dont des éditions latines (Fabularum liber) circulaient en Europe, comme celle de Lyon, publiée en 1608.

33 York y declare:
Methinks the realms of England, France, and Ireland
Bear that proportion to my flesh and blood
As did the fatal brand Althaea burnt
Unto the prince’s heart of Calydon. (I.1.229-32)

34 « Then do you as once did Meleager and the boar – break comely out before him », declare le maître d’école à un paysan (III.5.14-16).

35 Voir Ide: « Shakespeare’s stress clearly falls on the unnaturalness of the Roman heroic ideal » (p. 175).

36 Ide, p. 193.

37 On peut également citer ces vers: « From hence the Bore was rowzed out, and fiersly forth he flies / Among the thickest of his foes like thunder from the Skies, / When Clouds in meeting force the fire to burst by violence out » (VIII, 455-57).

38 Cf. Parker, Introd., p. 113.

39 On notera que Shakespeare utilise l’image de l’écorchement pour Coriolan. Cominius, le voyant arrivé ensanglanté, s’écrie: « Who’s yonder, / That does appear as he were flayed? » (I.7.21-22); ou encore on trouve: « Let them pronounce the steep Tarpeian death, / Vagabond exile, flaying […] » (III.3.8990), tout comme le sanglier de Calydon est écorché.

40 Cet épisode est rapporté ainsi par Ovide :
At length Diana satisfide with slaughter brought upon
The house of Oenie, lifts them up with fethers everichone,
(Save Gorgee and the daughtrinlaw of noble Alcmene) and
Makes wings to stretch along their sides, and horned nebs to stand
Upon their mouthes. And finally she altring quight their faire
And native shape, in shape of Birds dooth send them through the
Aire. (VIII, 700-5)

41 « The action of drawing a conclusion from premisses; hence, an inference, deduction, or conclusion » (OED).

Auteur

Gilles Bertheau est depuis 2003 Maître de Conférences à l’Université François-Rabelais de Tours et membre du CESR. Il a consacré sa thèse aux tragédies françaises du poète et dramaturge anglais George Chapman (1559 ?-1634) et publie régulièrement des articles dans lesquels il met en regard Chapman et d’autres auteurs anglais (Shakespeare, Marlowe, Heywood) ou français (Pierre Matthieu) et où il aborde les œuvres dramatiques d’un point de vue historique et politique. Il a édité le texte anglais de Sir Thomas More, d’Anthony Munday, William Shakespeare et al., pour le volume des Histoires des Œuvres complètes de William Shakespeare, éditées par Jean-Michel Déprats et Gisèle Venet dans la Bibliothèque de la Pléiade.

© Presses universitaires François-Rabelais, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540