Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Villes et projets urbains en Méditerranée

 | 
Jean-Paul Carrière

La ville de Rome et l'opportunité du jubilé de l'an 2000

Jacqueline Lieutaud

Résumé

Les villes méditerranéennes en raison de leur ancienneté et de la richesse de leur patrimoine ont la chance d'avoir une image mondiale. Ce sont des lieux attractifs et pour lesquels le tourisme international est une ressource essentielle. Mais, l'héritage des vieux centres historiques et leur charme désuet cache une fonctionnalité déficiente face aux besoins de l'économie moderne. Le coût de l'entretien du patrimoine et des équipements à réaliser est tel qu'il entraîne une certaine inertie qui fait perdurer les problèmes car la gestion communale ne peut les résoudre. Les villes en sont venues à rechercher des occasions exceptionnelles pour réaliser leur aménagement. Le Jubilé de l'an 2000 à Rome a-t-il eu de telles retombées dans cette cité où, en raison de sa longévité, les problèmes urbains spécifiques au milieu méditerranéen sont particulièrement nombreux ?

Note de l’auteur

Note portant sur l’auteur1

Texte intégral

1. LA DIFFICULTÉ DES AMÉNAGEMENTS URBAINS EN MILIEU MÉDITERRANÉEN

  • 2 Jacqueline Lieutaud "Les grandes manifestations internationales et l'image de la ville." Colloque " (...)

1Les grandes manifestations mondiales, comme les Expositions Universelles ou les Jeux Olympiques, apparues au xixème siècle ont toujours autant de succès. Cependant elles donnaient lieu à des constructions le plus souvent éphémères destinées à être démolies après l'événement, et il n'en reste que peu de témoignages2.

1.1. L'apparition d'un aménagement événementiel

  • 3 J. Lieutaud "Phénomène événementiel et aménagement urbain en milieu méditerranéen : l'exemple de Sé (...)

2Depuis quelques années les pays d'accueil n'entreprennent plus des constructions fastueuses et superflues et ils concrétisent à cette occasion un véritable aménagement événementiel3. Les Jeux Olympiques apportent partout des équipements sportifs de qualité. Les Expositions Universelles font l'objet d'importants projets urbains. Les manifestations de Séville et de Barcelone illustrent bien ce phénomène.

3Ainsi à Séville en 1992, le choix de la localisation de l'Exposition Universelle dans une île a permis d'importants travaux d'assainissement des berges du Guadalquivir et créé une nouvelle gare avec l'arrivée de l'AVE, le train à grande vitesse espagnol. Cette manifestation a permis la modernisation de la cité. La restructuration des infrastructures a rendu possible une nouvelle extension méridionale et la promotion technologique de cette capitale régionale qui a conservé les réseaux de fibres optiques crées à cette occasion.

4A Barcelone, les Jeux Olympiques ont recherché la promotion globale de la métropole. Les constructions ont été conçues et localisées en fonction de leur réutilisation après les jeux. Les équipements sportifs ont anticipé les besoins locaux pour plusieurs années, le littoral a été remodelé, l'aéroport amplifié et le port déplacé pour réaliser un complexe conteneurisé de taille européenne. De même, à Lisbonne en 1998 c'est sur une zone industrielle et portuaire ancienne en bordure de "la mer de Paille" qu'a été créé le "Parc des nations". Ce nouveau quartier apprécié des jeunes cadres survit à l'Exposition d'autant que le nouveau pont sur le Tage désenclave les deux rives du fond de l'estuaire. Donc, en milieu méditerranéen, ces manifestations mondiales permettent de repenser la ville et de la promouvoir grâce à aménagement direct et induit provoqué par l'événement.

5Ces travaux sont rendus possibles en raison de l'enjeu de l'espace choisi pour la manifestation. En effet, les transports aériens permettent un afflux important de visiteurs et les retransmissions télévisées par satellite amplifient la médiatisation internationale. Le succès de cet événement apparaît comme une nécessité nationale car la ville devient en quelque sorte, la vitrine du savoir-faire du pays. Le moindre dysfonctionnement risque d'être immédiatement amplifié par la forte médiatisation et d'avoir de graves conséquences non seulement localement mais sur l'image mondiale du pays. Face au danger de ces répercussions négatives, un consensus entre de multiples acteurs finit par s'établir alors qu'il serait impossible à réaliser, voire même à imaginer dans le cadre d'une gestion courante. Des crédits exceptionnels sont débloqués à tous les niveaux hiérarchiques et, la date étant irrémédiable, la ville réussit à obtenir des grands travaux qui avaient sans cesse été différés par les administrations ordinaires. C'est donc une occasion unique pour la cité de s'équiper, de se moderniser et de s'assurer ainsi une promotion à la fois régionale, nationale, voire internationale. Il y a donc bien le déclenchement et la réalisation d'un aménagement spécifiquement événementiel.

1.2. Les difficultés spécifiques des villes méditerranéennes

6Ces aménagements sont conçus par la ville elle-même, ce qui prouve la capacité locale d'aménagement et l'existence de structures à cet effet. Comment se fait-il qu'il faille attendre une occasion exceptionnelle pour matérialiser cette modernité ? Contrairement à la plupart des villes anglo–saxonnes, le centre historique conserve un rôle moteur essentiel en milieu méditerranéen. Ce sont des cités attrayantes, animées, où il fait bon se promener. Aux fonctions administratives et commerciales s'ajoute toujours un rôle résidentiel, car le phénomène de city existe peu et les tours de béton des CBD sont rares en Europe du sud. Les équipements sont vétustes, en dessous des normes, l'immobilier d'entreprise est désuet. Mais, le centre renferme souvent un bâti ancien et un patrimoine dégradé par manque d'entretien. Il n'existe pas de sols disponibles pour les constructions d'autant qu'il y a eu en général peu de destructions dues aux guerres. Les lois de protection du patrimoine figent le tissu bâti et il n'y a pas de reconstruction de la ville sur elle-même.

7Par ailleurs, l'unité nationale ou les bouleversements politiques récents des pays font que beaucoup d'agglomérations ont connu une croissance liée à un exode rural fort et tardif. De vastes périphéries formées de bourgs anciens densifiés le plus souvent illégalement et de grands immeubles mal équipés en raison de l'absence de planification entourent les centres anciens et multiplient les flux vers les emplois de l'hypercentre métropolitain provoquant la saturation de la circulation et la pollution.

8Le centre-ville concentre donc le plus de problèmes. L'aménagement du territoire est enrayé par la bureaucratie et le manque d'argent. L'industrialisation a été faible dans ces villes limitant les ressources communales au tertiaire non public et aux impôts locaux résidentiels. Enfin le FEDER joue depuis peu un rôle très important pour le renouvellement des villes en Europe du nord à travers les aides aux friches industrielles. Ici, il se limite à quelques quartiers portuaires des grandes métropoles. Enfin, dans bien des pays le réseau urbain montre une bipolarisation et des rivalités entre les régions qui n'améliorent pas une distribution équitable de l'action des administrations ordinaires.

9Voilà pourquoi l'aménagement événementiel a un rôle si important pour la modernisation des villes méditerranéennes. L'État voulant montrer une image positive du pays, débloque alors des fonds exceptionnels, comme après des catastrophes naturelles : tremblements de terre, acqua alta à Venise etc. Dans le marché des territoires cette opportunité de promotion devient de plus en plus recherchée pour des raisons internes autant qu'internationales. Il apparaît donc légitime de se demander si le Jubilé de l'an 2000 a permis ce même type d' aménagement dans la ville de Rome?

2. LES PROBLÈMES DE LA MÉTROPOLE ROMAINE

10En Italie, les villes sont nombreuses et particulièrement anciennes. Rome bénéficie d'une aura particulière en raison de son double héritage de l'Empire romain et de la Papauté. C'est sans doute la ville la plus célèbre du monde, mais sur le plan de sa gestion, elle n'est que l'une des 10 aires métropolitaines italiennes. Elle n'a pas bénéficié d'aides particulières malgré la croissance rapide de sa population.

2.1. Une ville ancienne mais une métropole récente.

11Traditionnellement on fait remonter la fondation de Rome au 8ème siècle avant J.C. Le site défensif des "7 collines" était entouré de marécages toutefois, une île facilitait la traversée du Tibre, qui est un fleuve au débit irrégulier et qui a dû être endigué. Ce n'est pas une ville littorale. Ostie, le port antique est à une vingtaine de Kilomètres et Civitavecchia, le port moderne, n'a qu'un développement modeste et loin du tissu bâti. Cette coupure provient de la longue période de déclin et du fait que les marais pontins qui la séparent de la mer ont été insalubres jusqu'au 20ème siècle.

12Noeud routier majeur, pôle politique, économique et culturel mondial sa population était estimée à un million d'habitants sous l'Empire romain. Mais après la décadence et les invasions barbares, les ruines du Forum ont longtemps servi de pâture et de carrière. La ville est réduite à un bourg médiéval modeste estimé à 17 000 personnes fin xvème siècle. Elle a gardé, toutefois, un rôle international majeur grâce à la Papauté, à l'importance de la religion catholique dans le monde et du sacre des rois. L'embellissement de la ville commencé avec les Papes bâtisseurs de l'époque moderne et l'art triomphant de la Contre Réforme s'épanouira sur le chemin entre le Vatican et le Latran, qui est la résidence du Pape en tant qu'évêque de Rome. Toutefois la cité n'a que 245 000 habitants, c'est-à-dire la moitié de Naples, lorsqu'elle devient la capitale de l'État italien en 1871. Seul le "Borgo" est alors bâti. Les "Rioni", entre le Borgo et le mur Aurélien possèdent donc un tissu de la fin du 19ème siècle. Mais la croissance radio concentrique de l'agglomération a été faite sans planification. La population atteint 1 million d'habitants en 1931 et double en 1960 avec l'extension dans les "quartieri" entre la muraille et les voies consulaires en direction du grand raccord annulaire autoroutier construit au début des années 70. La ville compte 2,9 millions d'habitants en 1979. Au-delà, l'extension est plus limitée dans les "suburbi" et les borgate de l'Agro Romano en raison des difficultés du relief ou de la malaria littorale. Étant la plus vaste commune, Rome reste aujourd'hui la ville la plus peuplée d'Italie, mais elle plafonne depuis la crise économique des années 70 à 2,8 millions d'habitants et même décroît légèrement. Sa Région, le Latium avec 5,2 millions d'habitants est par sa démographie au troisième rang national devant la Campanie (5,8) et surtout la Lombardie (8,9).

2.2. Une ville qui vit de son passé

  • 4 Jean- Bernard Charrier "Caractères originaux de la métropole romaine" in La grande ville, enjeu du (...)

13L'agglomération romaine est victime de ses flux centre-périphérie. Ses activités ont un aspect traditionnel très marqué par le tertiaire4. Or, toutes les fonctions de capitale politique et de direction administrative et ministérielle sont localisées en centre ville. De plus, il existe à Rome une double représentation diplomatique auprès de l'Italie et auprès du Vatican, pour ne pas dire une triple représentation en raison du siège mondial de la F.A.O.. Le centre historique a également conservé sa fonction résidentielle et commerciale.

14Par sa position nationale barycentrique, Rome anime un commerce de gros et des services jusque dans le sud italien. C'est une capitale intellectuelle avec La Sapienza, la plus grande université nationale, de grands services nationaux, la télévision, des centres de recherches et le journal La Republica. La cité possède surtout des témoignages de toute notre civilisation occidentale. Elle regroupe une exceptionnelle concentration de monuments, d'édifices culturels et d'oeuvres d'art. Le Vatican, diplomatiquement isolé mais inclus dans le tissu bâti, constitue également en quelque sorte le "centre directionnel mondial" de l'Église attirant certes de nombreux pèlerinages et les résidences des divers ordres, mais animant aussi des réseaux mondiaux spécifiques et pas uniquement dans le domaine religieux.

15La ville se classe au premier rang des villes touristiques italiennes. Elle possède un aéroport international qui joue un rôle important au sud de Europe d'autant que le hub de Malpensa près de Milan montre un démarrage très lent. Ce n'est pas une ville méditerranéenne "blanche" mais une cité colorée par des crépis le plus souvent ocres et roses et les touristes aiment résider dans le centre pour s'y promener à pied et découvrir les palais, les monuments, la qualité de la lumière, les fontaines… car la ville de la "dolce vita" est animée en permanence toute l'année, sauf en été …à l'heure de la sieste.

16En raison de ses fonctions, Rome est une métropole tertiaire à différents niveaux : régionale dans le Latium, mais elle est aussi la vraie capitale du Mezzogiorno, une ville cosmopolite internationale enfin une capitale nationale. Elle est peu industrialisée, malgré une croissance récente des grandes entreprises étrangères vers Latina et le développement de la technologie et de quelques laboratoires dans la "Tiburtina Valley". Il est vrai que les sièges sociaux sont assez décentralisés en Italie mais ici, ils concernent surtout des entreprises à capitaux publics et de très nombreuses P.M.E. de conseils en tout genre. Sa position est toutefois excentrée par rapport au coeur de l'Europe et son environnement est économiquement peu porteur. Si l'on utilisait uniquement des critères statistiques, la ville pourrait apparaître en voie de marginalisation car ses fonctions internationales sont liées à son patrimoine plus qu'à son économie. Certains la considèrent même comme une ville pauvre peuplée de fonctionnaires appartenant à la classe moyenne. Malgré la présence de la Banca Nazionale del Lavoro, la cinquième d'Italie, la vraie capitale financière, boursière et de la Mode est Milan. Mais ce serait une erreur de sous-estimer la manne internationale de la ville ainsi que son vrai rôle directionnel. Le jeu politique est intimement lié à la vie économique en Italie et il se fait à Rome et non à Milan. Malgré l'habitude des italiens de se déplacer continuellement pour leur travail, bien des firmes milanaises ont un pied à terre non négligeable à Rome et ce phénomène ne présente pas de réciproque. Si, vu de l'extérieur, la cité n'apparaît pas comme un point nodal rattaché géographiquement à la banane bleue, elle reste un point de passage obligé sur le plan national. Milan et Rome apparaissent actuellement complémentaires plus que rivales. Le "poids" du Mezzogiorno n'est sans doute pas la seule raison pour laquelle la Padanie cherche à s'émanciper dans le contexte régional européen.

17Les problèmes de Rome sont donc de deux ordres, prévoir la promotion de la métropole en Europe et améliorer le fonctionnement de la vie et du tissu urbain en centre ville.

2.3. L'insuffisance de l'aménagement et les mesures de Protection du Patrimoine figent le centre historique

18L'hypercentre, "le Borgo", dégradé par manque d'entretien se paupérise et se dépeuple. Il aurait perdu le tiers de ses habitants depuis 1951. Le centre traditionnel concentre les affaires, les grandes administrations et le commerce le luxe. Les flux d'une circulation automobile trop abondante polluent, saturent les rues étroites, font trembler les monuments intégrés au tissu urbain, alors que le réseau des autobus est quasiment paralysé. Tous les travaux souterrains sont ralentis par les fouilles archéologiques qui freinent le développement du métro ou la construction de parkings. Les loyers, fixés en Italie, non par appartement, mais en fonction de zones homogènes d'après la loi "d'equo canone" de 1978, n'encourageaient pas non plus l'entretien des immeubles par les propriétaires qui ne pouvaient rentabiliser leurs travaux en répercutant des hausses de loyer.

19La qualité de vie s'en ressent. L'inertie fait le charme désuet des promenades à pied attirant aussi les voleurs à la tire. La cité ne peut offrir les normes de sécurité, d'hygiène, d'espace vert etc.. qui sont en vigueur dans d'autres agglomérations et elle apparaît de plus en plus polluée, asphyxiée et déficiente face aux efforts de fonctionnalité entrepris par les autres grandes villes mondiales. Pour maintenir sa notoriété, Rome doit donc améliorer sa fonctionnalité. Mais cet aspect n'apparaît pas toujours prioritaire en milieu méditerranéen, car la ville est considérée comme un espace social, c'est à dire un lieu de vie et de rencontre, avant d'être un espace fonctionnel de travail.

2.4. L'inefficacité des PRG : les plans régulateurs généraux

20La croissance anarchique urbaine vient, non de l'absence, mais au contraire de la prolifération et de la non application des plans urbains modernes. Le premier en 1883 concernait seulement 350 ha. Celui de 1909 arrêté par la guerre a été peu concrétisé. Le nouveau plan de 1931 a été remanié sous Mussolini qui souhaitait localiser l'Exposition Universelle de 1942 dans un nouveau quartier monumental, l'EUR, au sud de la ville. Cet espace a accueilli depuis quelques décentralisations ministérielles et administratives grâce à sa desserte par une ligne de métro. Mais, de 1951 à 1971, l'agglomération a connu 20 ans de construction anarchique. Le plan de 1931 ayant connu 250 variantes jamais appliquées… Actuellement le dernier Schéma Directeur date de 1962 et est complètement dépassé. Comme souvent en milieu méditerranéen, le plan entérine d'abord le tissu existant. Il prévoyait cependant une certaine décentralisation. Celle-ci a été amplifiée en 1987 avec l'élaboration d'un Système Directionnel Oriental le long de deux axes NE et SE avec la réutilisation des terrains du petit aéroport militaire de Centocelle (carte 1 ).

21Mais la résistance a été vive d'autant que le phénomène de banlieue pavillonnaire de classe moyenne n'existe pas en Italie. Pourtant les immigrés sont peu nombreux et surtout localisés en centre ville. Les grands ensembles sont essentiellement occupés d'italiens moins favorisés. Toutefois, le rôle social et psychologique du centre ville reste primordial. Si la population vieillit, l'exode concerne surtout l'hypercentre de plus en plus asphyxié. Après un essai de circulation alternée en fonction des chiffres pairs et impairs des plaques minéralogiques des voitures, on a fini par interdire la circulation dans le centre historique. Mais des autorisations spéciales sont accordées aux résidents et pour certains actifs. Elles dépassaient, dit-on, 50 000 privilégiés.

22Pourtant, il existe une volonté de remédier au développement désordonné et de réhabiliter le centre afin de trouver un nouvel équilibre spatial et fonctionnel. Parmi les multiples variantes au PRG, le dernier, le "Plan des Certitudes" en 1997, prévoit seulement un réaménagement des espaces publics dans le centre historique touché par l'interdiction des constructions. Il souhaite accentuer la protection environnementale et archéologique en périphérie. La restructuration de l'espace intermédiaire repose sur la percée de la ville vers l'est où déjà une partie de l'Université a été décentralisée à Tor Vergata. Une base logistique serait établie au SE vers le littoral entre le port et l'aéroport Leonardo da Vinci. L'axe de l'EUR au sud serait ainsi renforcé. La liaison entre ces pôles se feraient par la boucle ferroviaire péricentrale existante qui devrait être modernisée pour permettre une gestion intégrée des flux de transports collectifs dans le grand Rome. Le tramway modernisé et mis en site propre serait davantage utilisé en centre ville.

23Ces nouvelles perspectives ont été confortées depuis 1990 par de nouveaux outils d'aménagement. L'urbanisme abusif a été stoppé et le centre historique, classé zone A, se trouve sous protection totale. Seules des zones de réhabilitation publiques ont été établies et une carte de typologie des bâtiments selon leur nature, leur date et leur état d'entretien a été réalisée par l'Office du Centre Historique. Mais les problèmes concernent aussi les équipements de base : l'eau, les égouts, la propreté, même si la pollution engendrée par le chauffage urbain est ici limitée. Le chauffage central est peu répandu et il ne fonctionne en général que d'octobre à mars. Cependant de nombreux hôtels situés en étage dans des maisons d'habitation sont peu fonctionnels et bien des bâtiments religieux et civils sont dégradés et manquent du confort. D'après le recensement de 1981, 68 % des immeubles du centre ville étaient en location et la moitié à améliorer. Or, il n'existe guère d'initiatives individuelles. Le conservatisme domine et le tourisme accentue le phénomène d'inertie, même si on est loin ici d'une ville musée.

24Devant l'ampleur et l'acuité des problèmes, une loi exceptionnelle Rome 2000 a été votée en 1990. L'État accorde à la capitale italienne un fonds de modernisation pour 7 ans. Il a été reconduit en 1997 sur la base annuelle de 300 milliards de lires. Administré par l'Office Rome Capitale ce rattrapage métropolitain est destiné à la réalisation du "Système Directionnel oriental", la conservation des biens environnementaux, la réhabilitation et le développement de la voirie et le développement d'institutions internationales.

25Vu l'existence de ces plans d'aménagement et de sauvegarde et la lenteur de leur concrétisation, le Jubilé 2000 a-t-il permis le rattrapage tant attendu ?

3. L'IMPACT DU JUBILÉ POUR L'AMÉNAGEMENT DE LA MÉTROPOLE ROMAINE

26L'origine du Jubilé vient de la Bible où il est dit qu'il doit y avoir un sabbat par semaine et une année de sabbat toutes les sept fois 7 années. Inauguré par Boniface VIII en 1300, le Jubilé est une année sainte dans la religion catholique marquée par des prières, des indulgences particulières et de pèlerinages dans les Basiliques de Rome. Il se produit tous les 25 ans.

3.1. Un aménagement privé et non public

  • 5 Les statistiques sont difficiles à établir. Il semble que Rome ait accueilli 25 millions de tourist (...)

27Rome a donc été animée pendant l'année 2000 et jusqu'au 6 janvier 2001 par des célébrations religieuses. On avait évalué à 50 millions le nombre des pèlerins attendus. Il a été ramené à 26, dont un tiers d'étrangers5, ce qui est encore fort élevé, le double des visiteurs habituels, pour une ville au bord du chaos. Car cela représente aussi 30 000 autobus et 12 millions d'automobilistes.

28Mais cette manifestation internationale, très médiatisée est avant tout religieuse. Or les acteurs politiques locaux sont essentiellement de gauche. Le maire Francesco Rutelli est un laïc convaincu et écologiste; le chef du gouvernement d'Alema, un ancien communiste. Ils ont considéré que les responsabilités étaient religieuses et que les célébrations seraient organisées uniquement par le Saint Siège et le Diocèse de Rome. Finalement un consensus a été établi, la commune acceptant de faciliter le déroulement des manifestations en assurant uniquement l'accès et la sécurité des flux des pèlerins autour du Vatican et des 4 grandes Basiliques.

3.2. Une sécurisation des flux et un nettoyage salutaire

  • 6 soit 10 milliards de francs ou 1,52 milliards d'Euros.
  • 7 Emmanuel Gorin "La protection et la valorisation du patrimoine urbain de la ville de Rome" Mémoire (...)

29Sur le plan national, une loi de financement spécial Jubileo 2000 de 3.500 milliards de lires6 a été votée pour les deux années 1998 et 1999. Elle comprend 5 objectifs7. La moitié des financements sont destinés à la gestion des flux de personnes et des transports, le reste concerne des aspects quotidiens des structures d'accueil, d'information, de santé, d'hygiène, de manutention. L'aide au patrimoine est plus limitée (16 %) mais ouverte à tous. Toutefois c'est l'Office Rome Capitale qui gère les deux fonds additionnels du Jubilé et de la loi Rome Capitale.

30Sixte V avait pour le Jubilé de 1575 construit le palais du Latran et assaini les marais de la ville. Ici l'occasion n'a pas été saisie pour appliquer un plan régulateur exceptionnel. La manifestation n'a pas donné lieu à des constructions nouvelles. L'accent a été mis sur la propreté, la sécurité et une meilleure fonctionnalité des flux afin de montrer l'efficacité de l'Italie, souvent mise en doute à l'étranger. Mais, les travaux ont traîné et la modernisation des transports n'a pas suivi les prévisions. Si les gares ont été un peu améliorées, l'interconnexion de tramway moderne n'est plus de mise, la troisième ligne de métro est inachevée et 7 lignes ferroviaires n'ont pas été construites.

31Les financements ont été éparpillés au coup par coup sans priorité et seules les procédures sont accélérées par l'existence d'un organe exécutif unique. Cet apport financier n'est toutefois pas négligeable, il a permis de concrétiser des programmes non entrepris en raison de leur coût trop élevé. Depuis deux ans, le centre de Rome connaît un véritable ravalement avec 263 chantiers dont les échafaudages simultanés et les multiples déviations ajoutent encore au chaos habituel. Toutefois ce grand nettoyage a été apprécié. Une partie des travaux sont proches du Vatican afin d'en faciliter l'accès : une station de métro a été créée pour mieux desservir l'entrée du musée, un parking pour autocars a été réalisé près de St Pierre et le tunnel sous le Janicule a été élargi. En ville de nombreuses églises ont ravalé leurs façades ou des fresques. Des fouilles ont été reprises sous le Forum, la maison de Néron a été réouverte de même que la galerie Borghese, le palais Barberini et un des palais du Capitole. Les travaux sont toujours en cours aux Thermes de Caracalla et de Dioclétien. Un musée d'art moderne, le GNAM, s'installe dans l'ancienne caserne Montello et l'auditorium de Renzo Piano pourrait être achevé en 2002. D'autres acteurs religieux ou internationaux ont également entrepris des ravalements. La France a ainsi restauré son ambassade, le Palais Farnèse, et son Académie.

3.3. Des retombées économiques limitées

32En dehors de la stricte maîtrise de la sécurité des flux, les actions ont concerné la revalorisation du Patrimoine. Les travaux sur les infrastructures sont loin d'être terminés et l'absence de plan d'ensemble a laissé toujours beaucoup de place à l'improvisation. Par ailleurs les retombées économiques locales du Jubilé ont été limitées. Il a été peu fait appel aux tours opérators car la majorité des voyages ont été organisés par les diocèses. Or, un pèlerin dépense peu d'autant qu'il n'a guère de loisirs. Les pèlerinages sont organisés dans un cadre collectif et de prières. Toutefois, le centre historique ne compte que 40 000 lits et les héberger a été une véritable manne pour les congrégations religieuses très endettées qui ont modernisé des chambres à cette occasion. Mais, les spéculations privées ont été limitées tout au moins à Rome car beaucoup de personnes sont venues en car-couchettes et des retombées plus touristiques touchent les escales comme Pise, Assise ou Florence. Par ailleurs, si les visiteurs italo – américains ont été nombreux, les flux de touristes à devises fortes de religion protestante ou non chrétiens comme les japonais ont, semble-t-il été plus modestes.

EN CONCLUSION : UN MARKETING URBAIN SANS AMÉNAGEMENT MAJEUR

33L'extension du plan de réhabilitation de la zone A avait transformé Rome de centre historique en ville historique mais sans prévoir un cadre conceptuel adéquat. L'aspect religieux de la manifestation a été un succès, il n' y a pas eu d'incidents majeurs et l'aspect médiatique a été important. Mais les aménageurs ne se sont pas sentis réellement concernés et n'ont pas, comme à Séville, Barcelone ou Lisbonne saisi cette manifestation comme une opportunité. Le Jubilé n'a pas été l'occasion d'un profond rattrapage fonctionnel qui demeure toujours indispensable. La personnalité du Pape et la médiatisation ont fait du Jubilé 2000 un succès. Du reste Rome l'avait anticipé en postulant dès 1999 pour organiser les futurs Jeux Olympiques. Il n'y a pas eu de spéculations immobilières, puisqu'aucune construction n' a été réalisée. Seuls les prix des hôteliers et des restaurateurs ont connu une flambée qui n'est pas retombée après la manifestation.

34Malgré la position officielle nationale d'abstention à cette manifestation, la forte médiatisation mondiale n'a pu laisser les acteurs politiques indifférents. Le gouvernement a obtenu la promesse d'aucune grève, ni mouvement social pendant cette année et les syndicalistes romains ont même dû renoncer à leur imposant défilé traditionnel du premier mai pour ne pas faire de l'ombre aux manifestations religieuses en cours. En effet, le bon déroulement du Jubilé apparaît comme un enjeu important pour l'Italie qui souhaite conforter sa place d'investisseur privilégié à l'étranger et gagner le leadership en Europe du sud dans le cadre d'une Europe élargie. On a souhaité que l'image du visage serein des manifestations romaines se reflète sur l'image de l'État italien. Mais de telles manifestations internationales sont rares et il faut espérer que le Jubilé ne restera pas pour la métropole romaine comme une occasion d'aménagement manqué.

L'aménagement de la métropole romaine (année 1980)

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

CHARRIER Jean-Bernard (1991), Caractères originaux de la métropole romaine, in : "la grande ville, enjeu du xxième siècle". P.U.F., Paris.

GORIN Emmanuel (1999), La protection et la valorisation du patrimoine urbain de la ville de Rome. Mémoire de DES de géographie. Université de Lille I.

LIEUTAUD Jacqueline (1996), Les grandes manifestations internationales et l'image de la ville. Colloque "Les iconographies européennes". Université de Paris IV.

LIEUTAUD Jacqueline (1998), Phénomène événementiel et aménagement urbain en milieu méditerranéen. L'exemple de Séville. In : Petites et grandes villes du bassin méditerranéen. Collection de l'Ecole de Rome, n° 246, Rome.

Notes

2 Jacqueline Lieutaud "Les grandes manifestations internationales et l'image de la ville." Colloque "les Iconographies européennes". Université de Paris IV. 1996

3 J. Lieutaud "Phénomène événementiel et aménagement urbain en milieu méditerranéen : l'exemple de Séville" in Petites et Grandes villes du bassin méditerranéen. Collection de l'Ecole de Rome n° 246. Rome. 1998.

4 Jean- Bernard Charrier "Caractères originaux de la métropole romaine" in La grande ville, enjeu du xxième siècle. PUF. Paris. 1991

5 Les statistiques sont difficiles à établir. Il semble que Rome ait accueilli 25 millions de touristes, mais les paroisses italiennes sont venues en nombre.

6 soit 10 milliards de francs ou 1,52 milliards d'Euros.

7 Emmanuel Gorin "La protection et la valorisation du patrimoine urbain de la ville de Rome" Mémoire de DEA de Géographie. Université de Lille I, 1999.

1 Professeure de géographie à l'Université de Picardie Jules Verne.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/284/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 564k

© Presses universitaires François-Rabelais, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable