Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Coriolan de William Shakespeare

 | 
Richard Hillman

Avant-propos

Richard Hillman

Texte intégral

1Ce bref mot surtout pour remercier ceux qui ont participé à l’organisation et à la tenue du colloque dont ce volume est issu, en commençant par son comité scientifique, dont plusieurs membres ont apporté une contribution particulière : G. Bertheau, M.-H. Besneault, M. Bitot, F. Fouassier, F. Laroque, A. Lascombes, Y. Peyré, Y. Phoenix. À l’origine du projet était, indispensablement, la Société Française Shakespeare, dont le Président, M. J.-M. Déprats, a renouvelé son soutien au moment du colloque par l’envoi d’un message d’accueil et d’encouragement aux participants. L’essentiel soutien financier et technique à été assuré conjointement par deux UFR de l’Université François-Rabelais de Tours, l’UFR Lettres et Langues (Doyen M. Heinz Raschel), ainsi que le Centre d’Études Supérieures de la Renaissance (Directrice Mme M.-L. Demonet) : que M. Raschel et Mme Demonet soient dûment remerciés, ainsi que M. Loïc Vaillant, Vice-Président de l’université chargé de la recherche. Parmi les autres collègues qui ont favorisé le projet on distinguera Mme Priscilla Morin et M. Trevor Harris, Co-directeurs du Département d’anglais, ainsi que les co-responsables des Concours au sein de ce département, M. Alexis Chommeloux et Mme Hélène Tison. Les ingénieurs d’informatique du CESR, M. Mickaël Robert et M. Sébastien Busson, ont fourni une aide notamment précieuse.

2Ce n’est pas la moindre des choses, bien sûr, d’acheminer des interventions occasionnelles vers une publication, surtout dans des délais restreints. Pour réaliser cette tâche, j’avais la chance exceptionnelle de bénéficier des services hautement compétents et bienveillants de Mme Christine Martin des Presses Universitaires François-Rabelais.

3Finalement, je tiens particulièrement à remercier M. le Professeur Brian Parker, mon ancien directeur de recherche à l’Université de Toronto et un ami de longue date, d’avoir accepté d’être parmi nous, et surtout d’avoir persisté dans des circonstances familiales difficiles. Je sais que pour beaucoup parmi l’auditoire, sa contribution a fait impression, à juste titre, comme étant la pierre angulaire de la manifestation, place qu’occupe l’article correspondant dans le présent volume.

Auteur

Richard Hillman est Professeur à l’Université François-Rabelais de Tours (Département d’anglais et CESR). Surtout spécialiste du théâtre anglais de la Renaissance, il a écrit de nombreux articles et cinq monographies sur ce sujet, dont la plus récente, Shakespeare, Marlowe and the Politics of France (Palgrave, 2002), témoigne de la concentration actuelle de ses recherches sur les liens entre la France et l’Angleterre. Il a également publié la traduction, avec introduction et notes, de L’histoire tragique de la Pucelle de Dom-Rémy, par Fronton Du Duc, et celle de La tragédie de feu Gaspard de Coligny, par François de Chantelouve, accompagnée de celle de La Guisiade, par Pierre Matthieu (Carleton Renaissance Plays in Translation, n° 39 et n° 40, Ottawa, Dovehouse Editions, 2005).

© Presses universitaires François-Rabelais, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540