Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

René Boylesve

 | 
François Trémouilloux

Chapitre XV. Le jardin oublié

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

L’encrier, cristal comme une conscience, avec sa goutte, au fond, de ténèbres relative à ce que quelque chose soit : puis, écarte la lampe.

S. Mallarmé, « Divagations »,
Quant au livre, NRF, Paris, 1976, p. 254.

Boylesve occupe une place singulière dans le paysage littéraire français des toutes dernières années du xixe siècle et de celles du début du xxe.

Singulière, c’est-à-dire unique et aussi en marge. La poésie l’avait tout d’abord attiré, la vraie, la classique : celle qui s’exprime en vers. Mais bientôt il s’était rendu compte combien cette forme d’expression était ingrate. Certes, elle pouvait paraître satisfaisante à qui voulait simplement trousser de jolies petites histoires, elle était idéale aussi lorsqu’il s’agissait de dérouler les flamboyants épisodes de l’épopée. Mais Boylesve ne souhaitait pas se contenter du joli, il voulait le beau ; pas davantage il ne souhaitait s’adonner à la déclaration héroïque boursouflée, il recherchait le vrai.

Le Parnasse se figeait sous un vêt...

© Presses universitaires François-Rabelais, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540