Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

René Boylesve

 | 
François Trémouilloux

Chapitre XIV.… Et cependant, mortel

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

« Il y a des moments où la force qui relie entre elles nos cellules, semble nous manquer. C’est très sensible. Le corps est mou ; le visage se défait, il fond ; on se fait peur à soi-même. C’est l’âme déjà qui se disperse. »1 Ainsi Boylesve s’analyse-t-il bientôt.

Depuis 1922, la santé de Boylesve faiblit. Très tôt, il avait souffert de quelques ennuis, tant au cours de la dernière année chez les Pères à Poitiers, que pendant son année de philosophie à Tours où la maladie le tint deux mois durant2.

À l’été 1886, à Paris depuis un an à peine, on le persuade d’aller soigner sa gorge à Cauterets3.

Il se plaindra régulièrement de maux de gorge ou de rhume des foins.

La correspondance échangée avec A. Chauvigné fait très méticuleusement le point des périodes où il est – ou se dit – malade.

Il joue en effet de sa « faiblesse », connue de son ami, pour échapper à quelques obligations que celui-ci aurait aimé mettre à sa charge et notamment sa venue en Touraine afin d’y rencontrer et de parler à...

© Presses universitaires François-Rabelais, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540