Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

René Boylesve

 | 
François Trémouilloux

Chapitre XIII. Immortel…

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

13 mai 1918.

Paris s’agite à l’heure qu’il est, durant une période d’accalmie des opérations militaires, au sujet des élections académiques, son vieux joujou. Je reçois depuis huit jours lettres et dépêches suppliantes : on veut que je revienne, il semble importer au salut du monde que je sois là, parce que mes chances d’être élu sont devenues sérieuses […]
L’événement, vu de ma solitude, me paraît médiocre […] Être de l’Académie, c’est quelques jours de gloriole et des années de considération […].1

L’Académie ! En être ! Rêve de beaucoup, réalité pour peu d’élus et souvent après des semaines d’une agitation qui prête bien des fois à rire, lorsqu’elle ne trahit pas l’intrigue. On heurte en foule « à sa porte comme à celle d’une petite dame facile. »2

L’Académie ! Sujet de ridicule pour tous ceux qui en sont tenus écartés ou qui font profession d’en dédaigner les pompes. Ce qui fait Verlaine

[…] Pleurer que parmi tant d’élus
À faire, ces messieurs aient entre tous
Pris Brunetière. Ô les top...

© Presses universitaires François-Rabelais, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable