Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

René Boylesve

 | 
François Trémouilloux

Chapitre XII. Les années difficiles

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

28 juin 1914. À Sarajevo l’Archiduc d’Autriche-Hongrie François Ferdinand, héritier du trône et son épouse sont assassinés. Par le jeu des alliances ce geste aura des conséquences d’une importance incalculable pour l’ensemble des pays d’Europe et pour le siècle à venir.

Le 1er août, Boylesve n’est pas sans remarquer les affiches ornées de deux drapeaux tricolores qui décrètent dans tout le pays la mobilisation générale. Âgé de 47 ans, il n’est pas visé par cet ordre.

Le 3 août, l’Allemagne déclare la guerre à la France. On peut facilement se faire une idée de l’état d’âme qui est alors le sien.

Jamais il n’a aimé les Allemands, leur brutalité ni leur exécrable langage. Souvenons-nous de ces passages du Voyage aux Iles Borromées où Boylesve décrit « l’assourdissant charivari de […] douze Teutons […] C’était véritablement des conquérants qui prenaient possession de l’Île »1. Pas davantage il n’appréciait leur « sale gueule »2.

Rien, non rien pour lui ne vaut la race latine : « Latins, nou...

© Presses universitaires François-Rabelais, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540