Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

René Boylesve

 | 
François Trémouilloux

Chapitre XI. Un équilibre fragile

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Retrouvons la chronologie et revenons à ce 15 avril 1901, date du mariage de Boylesve avec Alice Mors, de treize ans sa cadette1.

S’ouvre alors pour l’écrivain une période de contentement intérieur et, pourquoi pas, de véritable bonheur. C’est pour lui, assurément, une expérience nouvelle.

Les époux attendront avril 1902 pour effectuer ce que l’on pourrait appeler un voyage de noces. Boylesve renoue avec l’Italie qu’il n’a pas revue depuis cinq ans. Les voilà visitant la Toscane. Sienne, dont la ville lui inspire des réflexions très rogues, « de hautes maisons formant de tristes rues étroites et monotones… Jamais de jour, jamais rien d’agréable, des descentes en montagnes russes et des pissotières, une odeur de tanneries et d’urine. »2

Quelques jours plus tard c’est San Gimignano qui les accueille et, puisque c’est la Toscane et le printemps, c’est la nature enchanteresse du lieu qui fait vibrer l’esthète. C’est aussi la richesse picturale qui se laisse découvrir, ici et là :

Ô les coll...

© Presses universitaires François-Rabelais, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540