Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

René Boylesve

 | 
François Trémouilloux

Chapitre IX. La petite patrie

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

À Paris depuis déjà 12 ans, Boylesve est désormais dans sa trentième année. Il peine à se faire un nom dans le milieu littéraire.

Le cercle de L’Ermitage, plus ouvert aux jeunes talents, lui fournit toutefois un certain nombre de relations, des confrères parvenus au même stade que le sien, lui ouvre aussi la porte de quelques gens installés.

L’homme est discret, sinon effacé. Aimant l’ordre et avant tout l’ordre intérieur, il n’est pas loin de penser comme le stoïcien : « Rien ne vaut pour l’homme de retraite plus tranquille ni plus débarrassée d’affaires que dans sa propre âme. » Cette suffisance intérieure « n’est qu’un autre nom de l’ordre »1. « Rien de dur, d’impudent, de violent qui puisse faire dire “il est en sueur” ; des pensées bien distinctes méditées à loisir, dans le calme, avec ordre, avec vigueur, et toujours d’accord entre elles. »2

Avec cela comment serait-il possible de raconter les détails d’une vie « ébouriffée » ou simplement audacieusement mondaine ? Le cri − intér...

© Presses universitaires François-Rabelais, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540