Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

René Boylesve

 | 
François Trémouilloux

Chapitre VIII. L’Italie

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

La saison des amours intermittentes n’est pas terminée. La carte du Tendre de Boylesve est parsemée de citadelles abandonnées aussitôt que prises. L’attitude n’est parfois pas très éloignée d’une forme avérée de donjuanisme. Au travers des aventures il apaise sa sensualité, leurre son cœur, excite sa sensibilité et son imagination ; en même temps il nourrit sa veine littéraire.

À noël 1895, il revoit Jane Avril, ébauche avec elle une reprise d’idylle, bientôt interrompue.

En 1896, c’est sa sœur Marie qui lui fait rencontrer l’une de ses anciennes condisciples du pensionnat de Marmoutier, Lucie, mariée à un certain monsieur David. Émile Gérard-Gailly nous avertit que « ceci n’est amour ni par les sentiments, ni par les faits. Quelque chose de bref, presque de négatif »1. La femme est belle et s’ennuie, Boylesve est, au départ assez indifférent… et Marie se prend tout à coup pour le docteur Grandier. Elle eût aimé que s’émeuve son septime de frère. Ce qui, par la force des choses et la ...

© Presses universitaires François-Rabelais, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540