Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

René Boylesve

 | 
François Trémouilloux

Chapitre VII. Des débuts en littérature sous influence (1892-1896)

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

René et Georges sont devenus très rapidement amis, il n’a pas fallu 24 heures, dit É. Gérard-Gailly1. Qu’est-ce donc qui a bien pu les rapprocher de telle façon ?

Non le physique certes, l’un est élégant et fin, l’autre plutôt mal dégrossi et boulot. Rebell : « C’était un gros garçon blond et rose, rasé comme un jeune Lord ». Ainsi le décrira Albalat2.

La solitude sans doute. Il s’agit de deux provinciaux récemment montés à Paris, mal à l’aise encore au milieu de l’effervescence de la jeunesse et de l’intelligentsia qu’ils fréquentent. Il est à noter d’ailleurs que, parmi le cercle rapproché d’amis et de connaissances de Boylesve, tout au long de sa vie, le parisianisme de ces célébrités n’est que de raccroc.

Jacques des Gachons, déjà son ami en 1892, berrichon d’adoption, est né dans la Sarthe.

Henri de Régnier est normand de Honfleur ; Charles Guérin lorrain de Lunéville ; Maurice Barrès de Charmes-sur-Moselle dans les Vosges.

Puis voici les méditerranéens : Edmond Jaloux de Marseille,...

© Presses universitaires François-Rabelais, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540