Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

René Boylesve

 | 
François Trémouilloux

Chapitre VI. Une vie de bohème. Octobre 1885 - Juin 1891

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

J’ai vu Paris, j’ai vu la vie… Paris me plaît, Paris m’enivre un peu, je l’avoue… Je me suis tant ennuyé toute ma vie que j’ai soif de joie, de gaieté.

Voilà ce qu’écrit Boylesve dans son Journal à la date du 2 août 18851.

« Je me suis ennuyé toute ma vie ! » Il a alors 18 ans. C’est une bien courte vie en vérité, mais il est vrai passée sous tutelle et bornée de hauts murs.

il vient de subir avec succès les épreuves du baccalauréat de philosophie. Son premier acte de jeune homme libre est de réaliser un rêve qui régulièrement le tenaille : monter à Paris.

Que va-t-il faire alors de sa vie ? Que veut-il en faire ? Un instant, le voilà tenté par l’école des Chartes mais, dit E. Lefort : « son peu d’érudition en Histoire […] ne l’entraînait point de ce côté »2. C’est donc à la Faculté des Lettres de la Sorbonne qu’il va s’inscrire. il n’en fréquentera cependant pas les cours.

Début août le voici à Paris, près de son oncle Albert, cherchant pour la rentrée universitaire un pied à terre bien...

© Presses universitaires François-Rabelais, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540