Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

René Boylesve

 | 
François Trémouilloux

Chapitre V. À Tours, rue de la Bourde

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Les grands-parents maternels, Célina et Julien Boilesve, dès 1875, bien avant que l’ex-notaire devenu avocat Tardiveau s’installe rampe de la Tranchée, de l’autre côté de la Loire, avaient loué une petite maison, 8 rue de la Bourde, au cœur de la vieille ville de Tours.

Cette maison de la rue de la Bourde et son jardinet ne sont qu’un fragment d’une propriété dont l’entrée principale se trouvait rue de l’Arsenal. Un rideau de fusains et de rosiers sépare insuffisamment le jardinet […] d’avec la vaste cour de son propriétaire […] en sorte qu’on vit les yeux des uns braqués sur les autres.1

Cette description, qui est celle faite dans le roman Mademoiselle Cloque, écrit encore Gérard-Gailly, reproduit scrupuleusement « intus et extus » l’habitation de René Boylesve lycéen, y compris un catalpa, y compris une « certaine lance d’arrosage, occasion d’éternelles zizanies entre les locataires et le propriétaire mitoyens. Ce propriétaire des Boylesve s’appelait Compaing ; il était borgne, roug...

© Presses universitaires François-Rabelais, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540