Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Villes et projets urbains en Méditerranée

 | 
Jean-Paul Carrière

Espaces publics et usages multiples

Danielle Provansal

Texte intégral

  • 1 Professeure d’Anthropologie à l’Université de Barcelone. Avec la collaboration de Cécile Miquel (U (...)

1Note portant sur l’auteur1

2Les Jeux Olympiques tenus en 1992 à Barcelone représentent une année emblématique pour la ville. On peut sans exagération dire qu’il y a un “avant” et un “après” urbanistiques autour de cette date.

3En effet, au cours des années précédentes, les édiles publics commencent à “repenser” la vieille cité commerçante qui, depuis 1960, avait subi une croissance anarchique qui en avait altéré le caractère à la fois monumental et pittoresque. Des quartiers périphériques hideux qui vont rapidement se dégrader avaient fait leur apparition tout autour du pourtour de la ville, tandis que, sous la pression de la spéculation immobilière, les quartiers résidentiels subissaient une densification excessive.

4Par ailleurs, au cours de cette même période, les anciens quartiers de la vieille ville traversés de part en part par les Ramblas, étaient abandonnés à leur sort et étaient progressivement devenus le premier lieu d’installation des immigrés en provenance d’autres régions d’Espagne, puis de l’étranger. Il en allait de même pour les deux anciens noyaux maritimes, celui du vieux port et de l’ancien quartier de pêcheurs de la Barceloneta.

5Donc, dès 1989, les Jeux Olympiques servent de prétexte pour :

  • de grands aménagements urbains qui ont eu indéniablement un effet de stimulation économique certain, après une période de marasme relatif ;
  • ne mise en valeur du rôle politique de la ville et de sa capitalité au sein de la Catalogne et une réaffirmation de son importance comme deuxième ville espagnole.

6La campagne d’information et de promotion habilement menée par la municipalité parvient à faire de cette manifestation sportive une grande messe identitaire qui en appelle à plusieurs registres : en premier lieu, les retrouvailles de Barcelone avec la mer [Bergalli, 1994, pp. 34-40]. Les Barcelonais découvrent avec émerveillement la position unique de leur ville, ce littoral longtemps négligé, qui, en prolongement des quartiers du centre, s’offre désormais à leurs loisirs ; en second lieu, la projection internationale du particularisme catalan qui sait allier patrimoine historique et technologie de pointe [López, 1991, pp. 91-99] et enfin, pour les classes aisées, la réaffirmation de la vocation traditionnellement cosmopolite de Barcelone qui la place à part au sein des villes européennes.

7Sur la lancée d’une opération que l’on peut estimer en gros réussie, aussi bien économiquement que politiquement, d’autres projets sont lancés, dont la rénovation des vieux quartiers du centre et la récupération de leur patrimoine architectural, actuellement en cours, et plus récemment le projet du Forum 2004, année que la municipalité a choisie pour faire de la ville la capitale européenne de la diversité des cultures et qui sert de relais à un autre projet de plus longue haleine, encore mal défini : “la Barcelone culturelle de 2010”. Sous le couvert de faire de Barcelone “la ville de la connaissance”, de grandes opérations d’aménagement de la partie nord de l’ancien littoral industriel viennent d’être engagées.

8Ces différentes opérations s’accompagnent, toutes, d’un “nettoyage” urbanistique de la zone : les immeubles insalubres ou trop vétustes sont démolis, dégageant ainsi des terrains à bâtir ou des espaces qui serviront à modeler une place ou un square qui, dans l’esprit des planificateurs, feront office de “lieux de sociabilité”, afin de donner aux résidents l’impression de vivre dans un “vrai” quartier. Mais la sociabilité ne s’invente pas sur le papier et se planifie encore moins, comme l’exprime si bien Lapeyronnie à travers sa haine du “modernisme rationnalisateur” [Lapeyronnie, 1999].

9Cette chirurgie urbanistique s’accompagne souvent d’un nettoyage social et ethnique, dans la mesure où les personnes qui vivent dans les quartiers destinés à être rénovés sont la plupart du temps des gens à très faible pouvoir d’achat ou à revenus précaires – personnes âgées, immigrants à peine arrivés – ou encore clandestins qui recherchent l’anonymat à l’abri d’un quartier dégradé.

10“L’urbanisme moderniste a remplacé la confrontation des groupes sociaux par leur séparation. Il a transformé les conflits de classe en ségrégation urbaine” [ibid.].

11A Barcelone, toutefois, ce schéma classique de rénovation des vieux centres accompagné d’une expulsion des résidents vers la périphérie et suivi d’un processus de gentrification propre à des villes comme Paris ou Milan, est loin d’être achevé. Dans certaines rues ou places, le contraste est saisissant entre les quelques réalisations urbanistiques achevées et les multiples scénarios quotidiens qui se déroulent au sein de l’espace public. Les places “froides”, comme on les appelle, car elles sont dépourvues d’arbres, de bancs et ont tout au plus une sculpture en métal ou en béton en leur centre, pourraient être assimilées à des non-lieux. Elles sont faites pour être traversées à la hâte par les rares piétons qui s’y aventurent, voire pour être contournées, le vide qui les caractérise, n’ayant rien d’engageant. Néanmoins, elles sont parfois détournées de leur vocation première, de ce minimalisme censé représenter la Barcelone post-olympique et post-moderne, résolument engagée dans le vingt et unième siècle. Il arrive que les murs ou le monument central se couvrent d’inscriptions qui subvertissent la parole institutionnelle – ce discours sur la ville que les récents projets urbanistiques reflètent ; les patineurs et les “trottineurs” envahissent la chaussée ou les trottoirs, à la recherche d’un espace à s’approprier, et, à la tombée de la nuit, les bandes de jeunes de provenances fort diverses ont l’habitude de s’y retrouver.

SUR-MODERNITÉ, MÉMOIRE DU PASSÉ ET MARGINALITÉ

12La place qui fait face au Musée d’Art Contemporain (MACBA), au centre du quartier du Raval, un des noyaux de la vieille ville, est un exemple de ce contraste. L’édifice, d’une blancheur immaculée, surplombe une place sans âme qui s’ouvre d’un côté, sur des terrains vagues transformés en terrain de foot improvisé et de l’autre, sur des immeubles voués à la démolition. Faisant face au musée, se trouvent deux édifices qui témoignent du passé médiéval de la ville mais qui, ici, semblent s’être trompés de site. Jouxtant la partie arrière du musée, se trouvent deux édifices récemment restaurés, tous deux consacrés à des activités culturelles, le Centre de culture contemporaine (CCC) et le Centre d’études et de ressources culturelles (CERC). Le matin, les cars de touristes déversent leur contingent de photographes compulsifs sur la place du musée. Les soirs d’été, la place se peuple mais les scénarios et les acteurs y alternent selon les jours ; s’agissant d’un emplacement vaste et, de prime abord, vide de toute référence, hormis le musée lui-même, véritable temple de la post-modernité, ce lieu s’est rapidement fragmenté en usages aussi multiples qu’éphémères. Il évoque irrésistiblement la métaphore que N. Garcia Canclini utilise à propos de la ville, celle d’une succession d’images de vidéo-clips [Garcia Canclini, 1995]. A cela s’ajoute les initiatives des pouvoirs publics qui viennent contrarier ces pratiques spontanées d’occupation de l’espace. Nous n’en donnerons qu’un exemple apparemment anodin, mais qui illustre le décalage existant entre les aménagements planifiés des lieux et leurs usages quotidiens. Au printemps 1998, un groupe de femmes maghrébines venait y prendre le frais ; elles s’asseyaient face à l’esplanade du musée, de l’autre côté de la place. Tout le temps qu’a duré l’observation, elles choisissaient, soir après soir, invariablement le même endroit pour s’asseoir, tandis que leurs enfants zigzaguaient devant elles en tous sens. Des poussettes d’enfant et des cabas à roulettes leur servaient de rempart contre les intrusions éventuelles. Elles s’appropriaient donc une portion de l’espace public, mais ne laissant aucune chance aux flâneurs éventuels qui auraient voulu le partager. Elles en ont fait ainsi un lieu de privacy qui reproduisait dans une place ouverte à tous vents la classification des espaces par genre propre de l’univers maghrébin et les interdictions qui les régissent. Les quelques hommes maghrébins qui s’aventuraient à cette heure-là sur la place le savaient bien : s’écartant à une distance respectueuse et évitant même d’en briser le caractère haram (autrement dit sacré). Or, un an et demi plus tard, le mur contre lequel s’appuyaient ces femmes a été démoli, afin de créer pour les automobiles une voie d’accès à un parking souterrain, nouvellement construit. L’accès piétonnier à ce même parking se fait par une guérite en verre et en acier sise au sein de la place. Les femmes maghrébines sont donc parties.

13En revanche, les groupes de Latino-américains et de Philippins, familiers du centre même de l’esplanadade du musée qu’ils ont l’habitude d’occuper régulièrement, n’ont pas changé leurs habitudes. Le noyau formé par le réseau de petites rues qui entourent la place du musée et le marché de la Boqueria représente pour eux un lieu de centralité et, aussi, de référence : le Centre philippin est situé non loin de là, exactement au Carrer Riera Baixa, et les résidents philippins à Barcelone célèbrent les fêtes de leur communauté dans une église sise derrière le musée [Jordi Moreras 1999 p. 131]. A la sortie des premières communions et des mariages, le quartier devient pour quelques instants philippin. Ces différentes mises en scènes, dont la dramaturgie renvoie en principe à des codes culturels exotiques, donc lointains, sont autant de formes d’enracinement aux nouveaux lieux de résidence, afin de rendre ceux-ci signifiants et afin de les intégrer dans leur paysage identitaire, au même titre que leurs lieux d’origines, en somme des “ethnoscapes” selon le terme utilisé par Appadurai [1988, pp. 16-20].

14Les jours où la place du musée sert pour l’un de ces happenings contemporains qui sont désignés sous le nom de “manifestation artistique”, le public change : des gens, d’un style apparemment décontracté, mais vêtus à la dernière mode, envahissent les espaces que les autres occupants ont laissé. Parfois, une tente est dressée au milieu de la place autour de laquelle tout ce beau monde évolue, se salue, boit un verre, fume quelques cigarettes et redonne au lieu la fonction que les pouvoirs publics lui ont assignée, à laquelle contribue l’ancien couvent dels Angels, magnifique édifice récemment restauré qui sert de vis-à vis au MACBA et fait aussi office de salle d’exposition. Les montages d’avant-garde qui s’y exposent attirent généralement un public de jeunes où se mêlent fils de bonne famille, représentants de cultures alternatives et quelques paumés en rupture de classe qui, à leur tour, occupent un angle de la place, celui où les femmes maghrébines avaient coutume de placer leur landau, avant la démolition du mur. La marijuana qui y est consommée à la sortie de l’exposition, n’a rien à voir avec les drogues qui sont vendues quelques centaines de mètres plus loin.

15Nous avons donc là 1’exemple d’un décor inachevé – le terrain vague de la future faculté d’Histoire en témoigne –, où évoluent des personnes ou des groupes qui n’ont aucun lien les uns avec les autres, mais qui superposent dans le temps différentes représentations de la ville : la cité rêvée par les pouvoirs publics réunissant culture et urbanisme rénové dans le vieux centre canaille et interlope de Barcelone et le lieu de promenade artistique et mondain des élites qui, par une reconnaissance visuelle éphémère, se réapproprient un des anciens lieux de mémoire de la Barcelone bohème. En effet, tout ce quartier représentait, avant les travaux d’urbanisme, 1’avant-salle du fameux Barrio Chino, au nom puissamment évocateur et à forte connotation littéraire, puisque Francis Carco l’aurait inventé et que Jean Genêt, dans le Journal d’un Voleur, en fait le décor de son univers de mauvais garçons [Vazquez Montalban et Marco, 1999, p. 118]. Toutefois, ce quartier est en train de disparaître sous le coup des bétonneuses. Les lieux les plus célèbres, comme El Molino, ont fermé leurs portes. Les petits trafiquants et les fameux enfants de la rue, généralement immigrés clandestins, sans toit et sans famille, s’y livrent à la petite délinquance faisant désormais de l’ancien Barrio Chino, inséré dans l’ensemble plus vaste du Raval un lieu peu recommandé pour les virées nocturnes.

16Tous ces éléments se composent, se décomposent et se recomposent comme autant de figures de kaléidoscope, selon la saison, l’heure ou l’événement et contribuent à donner une image démultipliée de la ville.

CATALANITÉ ET ETHNICITÉS

17D’autres signes, en revanche, toujours dans la vieille ville, contribuent à créer un décor plus durable, dont le caractère exotique contraste fortement avec les autres quartiers de Barcelone et avec leurs manifestations périodiques de catalanité, comme les drapeaux catalans suspendus au balcon, au cours de la célébration de la fête nationale catalane, la Diada, ou le 23 avril, jour de la San Jordi au cours duquel les étals de roses et de livre inondent les rues de la ville, ou encore, à la fin septembre, pendant les fêtes de Barcelone. Ces signes énoncent – et annoncent – des transformations profondes du paysage urbain et de ses acteurs. Je prendrai l’exemple des boutiques ethniques tenues par des étrangers.

18Au cours de la dernière décennie, ce commerce s’est développé dans les principales artères de Ciutat Vella et a conquis quelques étals dans le grand marché couvert de la Boqueria qui s’ouvre sur les Ramblas [Provansal, 1992, 1999]. Même si les Pakistanais tiennent de préférence des bazars électroniques, les Chinois des restaurants et des supérettes de produits exotiques, les Maghrébins des boucheries Hallal, les Dominicains des bars, les Africaines et les Dominicains des salons de coiffure, on ne peut parler d’une stricte spécialisation ethnique. De fait, il n’est pas rare que ces boutiques transforment leur orientation afin de mieux s’adapter aux goûts de la clientèle du quartier et changent assez souvent de gérant ou de propriétaire. Ce qui, en revanche, semble progresser, c’est l’affirmation de l’appartenance ethnique à travers les enseignes qui mêlent indifféremment le catalan avec l’urdu, l’arabe ou le chinois [Monnet, 1996]. Comme c’est habituellement le cas dans d’autres lieux [Tarrius, 1995, pp. 21-52], l’installation dans le quartier passe par les liens de la parenté élargie et les réseaux communautaires. Dans l’enquête qu’elle a menée, Nadja Monnet constate ce phénomène de microconcentration par nationalité ou origine ethnique qui fait de Ciutat Vella plus une mosaïque qu’un ghetto [1999/2000 p.72]. Par ailleurs, elle fait observer que, parmi ces résidents d’origine aussi variée, les contacts sont pratiquement absents, chaque groupe veillant à ignorer les autres afin d’éviter les occasions de conflits. Elle parle en ce sens “de stratégie collective de non-ingérence dans les affaires des autres” [ibid] ; ce qui suscite immédiatement une interrogation : le tracé encore flou de la redistribution des espaces, selon 1’origine, et le caractère toujours provisoire des “spécialisations” professionnelles, de type ethnique, peuvent-ils s’accentuer à l’avenir et faire apparaître de véritables découpages de l’espace où 1’occupation d’un bout de quartier ou 1’exercice d’une prérogative commerciale, se transforme en un procès d’appropriation par communauté et débouche sur des micro-territoires à usage pratiquement exclusif ? Cela est difficile à dire. Les conflits et les tensions survenus entre différents groupes d’étrangers ou entre autochtones et étrangers [Monnet, 1996], dans le passé, comme l’indifférence actuelle peuvent s’interpréter comme autant de manières de négocier le partage d’espaces encore partiellement vacants, voire de fixer des frontières plus stables, quant à leur différents usages. Néanmoins, les interventions urbanistiques qui se poursuivent de manière constante et régulière des deux côtés des Ramblas confèrent une telle labilité aux lieux dont l’aménagement est prévu, que les pratiques d’occupation sont bien forcées de s’y modeler et que, une fois de plus, c’est la métaphore du vidéo-clip qui s’impose : la ville bouge et ses résidents – anciens et nouveaux – surimposent à ce mouvement programmé leurs propres trajectoires, elles aussi fluctuantes et souvent superposées les unes aux autres.

19A cela, il convient d’ajouter la dimension temporelle à laquelle nous renvoie les superpositions des usages quotidiens dans un même lieu, tout aussi mouvantes et, dirais-je, créatrices de la transformation constante et rythmée de la physionomie du quartier, comme une caméra qui se déplacerait, non pas dans l’espace, mais au fil du temps.

20L’observation que nous avons faite dans le secteur oriental de Ciutat Vella situé à gauche des Ramblas, quartier connu sous le nom de La Ribera, date du printemps 2000 [Provansal, Miquel, Tabakman, 2000]. Il est donc probable que beaucoup de choses ont changé, depuis lors, mais ce qui nous intéresse dans cette description, c’est l’emboîtement des pratiques quotidiennes. En semaine, le matin de bonne heure, ce sont les autochtones, généralement des personnes âgées, qui traversent le quartier pour aller faire leur marché. A remarquer que le marché de Santa Caterina était le lieu où les Barcelonais préféraient faire leurs emplettes. Il vient d’être démoli, afin d’être en principe remplacé par une halle plus moderne mais comme les opérations de démolition ont mis au jour d’importants vestiges architecturaux, les travaux de construction n’ont pas encore commencé. Un marché provisoire a été installé au bas du Passeig San Joan. Mais son emplacement, excentrique par rapport au dédale de ruelles caractéristique du quartier moyennâgeux de La Ribera, n’exerce aucunement la fonction que remplissait l’ancien marché pour les Catalans qui sont nés et ont toujours vécu dans le quartier ou y résident depuis longtemps : à la fois un endroit d’échanges, de rencontre et de resourcement identitaire.

21Un peu plus tard, les femmes maghrébines en groupe, ou plus rarement seules, accompagnent leurs enfants à l’école du quartier ou vont faire leurs achats. Leurs allées et venues sont discrètes pour ne pas dire furtives. Tandis que les rares boutiques encore tenues par des autochtones ont un horaire fixe entre huit heures du matin et trois heures de l’après-midi et entre dix-sept heures et vingt heures pour les magasins d’alimentation, et pour les autres types de commerce, entre neuf trente et treize trente, le matin, et entre seize heures trente et vingt heures, l’après-midi, par contraste, l’ouverture et la fermeture des commerces ethniques s’échelonnent dans le temps, afin de s’adapter aux horaires de leur clientèle habituelle, immigrés ou jeunes autochtones, généralement étudiants ou marginaux, aux horaires irréguliers. En fin d’après- midi, l’animation est à son comble : c’est l’heure où le découpage ethnique de l’espace se fait plus évident. La population dominicaine, principalement féminine, occupe un bout de rue, suivie à quelques centaines de mètres d’un lieu d’occupation africain, plus éphémère, puis sur la place attenante de Sant Augusti el Vell, récemment rénovée, ce sont des jeunes qui font leur apparition : de jeunes Maghrébins se retrouvent à l’extérieur d’un café tenu par un de leur compatriote, tandis que de l’autre côté de la place, se tient à d’autres heures une bande de jeunes “autochtones” (malgré les critiques faites au mot, nous ne trouvons pas de terme plus approprié pour désigner les Barcelonais de souche – catalans – et les Barcelonais d’origine espagnole non catalans) qui, par leur accoutrement et leur comportement, peuvent être classés dans la catégorie très générale de marginaux. La présence des commerçants asiatiques -Pakistanais, Hindous et Chinois- dans l’espace public du quartier est à peine perceptible. Il n’est pas rare qu’ils aient leur résidence dans un autre endroit de Barcelone.

22Le dimanche, le scénario change : après une brève animation à la sortie de la paroisse, les cafés et les restaurants ouverts deviennent les hauts lieux des rencontres ethniques, tandis que les flâneurs ou les touristes égarés s’aventurent parfois, et par mégarde, dans ces espaces.

NOUVEAUX ACTEURS ET SCÉNARIO PARALLÈLE

23Ces quelques scénarios urbains, fortement localisés dans l’espace barcelonais nous amènent à aborder la question de la représentation sociale qu’ils suscitent chez les Barcelonais de souche, représentation qui renvoie par ailleurs à la problématique identitaire, si l’on admet que la représentation de l’autre est indissociable de la représentation de soi.

24Pour faire bref, nous dirons que, à part quelques notables exceptions qui ne font aucunement la règle, ces nouveaux acteurs sur la scène barcelonaise émergent dans la perception collective, non plus comme des figurants muets au sein du décor que la ville cherche à projeter à l’extérieur, comme cela apparaissait au début de cette immigration étrangère, mais comme des acteurs en train de jouer sur une autre scène, dans un scénario parallèle et secondaire, qui ne recouperait que ponctuellement la trame principale. Le fait qu’ils soient regroupés dans certains lieux plutôt que d’autres, facilite ce type de représentation ; il en est de même en ce qui concerne les espaces partagés, puisque les usages qui en sont faits et les moments où ils sont utilisés ne sont pas toujours les mêmes. Les différentes célébrations collectives qui ont lieu pour manifester la solidarité avec les immigrés, clandestins ou non clandestins, comme les fêtes de la convivencia (cohabitation) ou de la solidaridad (solidarité), ainsi que les manifestations contre le racisme sont des actes éminemment ritualisés où autochtones et immigrés partagent un même espace revendicatif et établissent un contact qu’ils ont rarement dans la vie quotidienne. Nous pourrions désigner ces différentes manifestations, à l’importance essentiellement symbolique, par le nom de “rites ou rituels de communication” puisqu’ils régissent et ordonnent les seuls moments et les seuls lieux où la société barcelonnaise devient véritablement, quoique de manière éphémère, une société métisse.

25La (re)construction identitaire qui s’est faite pendant le franquisme, et aussi après, a renforcé une image du soi (ou du nous), constante dans la durée. Par ailleurs, à l’heure de la mondialisation, la catalanité sert à réaffirmer la force du local. En tant que revendication d’un patrimoine culturel et historique, la catalanité permet aux pouvoirs publics municipaux de faire le lien entre le passé et la ville de demain projetée dans les différents plans urbanistiques. Cette position-là ne va pas sans inconvénients, dont le principal est une cristallisation identitaire -à ne pas confondre avec une crispation identitaire-. Cette cristallisation qui incite à placer les autres acteurs de la ville “à côté” contribue également à forger une représentation des “autres”, également figée. Le discours officiel qui, parmi tous les discours institutionnels, peut être considéré comme le plus progressiste demeure toutefois insidieusement paternaliste ; il parle de leur culture et de la protection de leur culture comme d’un capital qui s’amenuiserait de jour en jour, ou pire encore, qui s’altérerait au contact d’autres modes de faire, de vivre et de penser. Or, il suffit d’observer les lieux du quotidien pour prendre conscience de la “porosité des cultures”, selon l’expression de I. Joseph [Delgado, 1997, pp. 177-187]. Selon cet auteur, l’ethnicité serait un sous- produit de la ville. Prolongeant sa pensée, nous pourrions dire que la rue constitue le laboratoire où de nouvelles identités s’élaborent. Le fait que le migrant apprenne à transiter d’un mode culturel à un autre, ne signifie pas forcément une perte identitaire. Nous pourrions dire qu’à un itinéraire nomade correspondent des identités fluides ou, mieux encore “hybrides” pour reprendre l’expression de Nestor García Canclini [1995, p. 92]. C’est donc aux autochtones à entreprendre le même chemin et à faire l’apprentissage de la mobilité des identités, de leur identité, au sein de l’espace public, mais cela, dans les circonstances actuelles, nous semble infiniment plus difficile.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

APPADURAI Ajun (1988), “Place and voice in anthropological theory”, Cultural Anthropology n° 3, p. 16-20.

BERGALLI Valeria (1994), “Escenas Metropolitanas”, Papers, n° 4, Revista de sociología de la Universitat Autónoma de Barcelona p. 34-40.

GARCÍA CANCLINI Néstor (1995), Consumidores y ciudadanos. Conflictos multiculturales de la globalización, Grijalbo, Méjico.

DELGADO Manuel (1999) El animal público, Anagrama, Barcelone.

LAPEYRONNIE Didier (1999), “La ville en miettes”, Villes bonnes à vivre, villes invivables, Revue du Mauss, n°14, La Découverte, Paris p. 19-33.

JOSEPH Isaac (1997) “Le migrant comme tout venant” in Manuel DELGADO (ed.), Ciutat i immigració, Centre de Cultura Contemporània de Barcelona, p. 177-187.

LÓPEZ Pere (1991), “Barcelona Olímpica. Objectiu de tots ?”, Revista Catalana de Geografía, n° 15, p. 91-99.

MONNET Nadja (1996), La formación del espacio público en el Casc Antic de Barcelona (una mirada etnológica), Mémoire de recherche, non publié.

MONNET Nadja (1999/2000), “Alteridad y convivencia. La imagen del Otro y las relaciones de convivencia en el Casc Antic de Barcelona”, Quaderns del Institut Català de Antropología, n° 13-14, p. 69-100.

PROVANSAL Danielle (1992), Els mercats de Barcelona, Ajuntament de Barcelona, Barcelona.

PROVANSAL Danielle (1999) “Mercados, mercadillos, golosos y curiosos”, Metrópolis, n° 46, Ajuntament de Barcelona.

PROVANSAL Danielle, MIQUEL Cécile, TABAKMAN Elisa (2000), “La ville imaginée et la ville pratiquée : l’exemple de Barcelone”, ICM/GRERBAM/ETSAB Quel projet urbain pour le bassin méditerranéen ?, Barcelone, Institut Català de la Mediterrània d’Estudis i de Cooperació, Barcelona, p 39-50.

TARRIUS Alain (1995), “Naissance d’une colonie : un comptoir commercial à Marseille”, Revue Européenne des Migrations Internationales, vol. 11, n° 1, Association pour l’Etude des Migrations Internationales (AEMI) p. 21-52.

Notes

1 Professeure d’Anthropologie à l’Université de Barcelone. Avec la collaboration de Cécile Miquel (Université de Toulouse-Le Mirail) et d’Elisa Tabakman (Université de Barcelone).

© Presses universitaires François-Rabelais, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable