Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Villes et projets urbains en Méditerranée

 | 
Jean-Paul Carrière

Une approche régionale de la population et de l’urbanisation en Méditerranée, rétrospective et projections à 2025

Elisabeth Coudert

Texte intégral

  • 1 Chargée de mission Prospective et Territoires, Plan d’Action pour la Méditerranée, Centre d’Activi (...)

1Note portant sur l’auteur1

PRÉAMBULE

2Le Plan Bleu est l’un des huit Centres d’Activités Régionales chargés de la mise en œuvre du programme de travail du Plan d’Action pour la Méditerranée (PAM), adopté en 1975 par seize pays riverains et l’Union européenne qui ont signé en 1976 la Convention de Barcelone pour la protection de la mer Méditerranée contre la pollution. Aujourd’hui, les Parties contractantes à la Convention de Barcelone comptent vingt pays et l’Union européenne.

3Pour répondre au mandat qui lui a été assigné en 1977 par les Parties contractantes, le Plan Bleu a développé une méthode systémique et prospective pour étudier dans le long terme les impacts du développement économique sur l’environnement et les ressources naturelles, et ce au niveau régional, national et côtier. Cette démarche se concentre principalement sur les interactions entre la population (et sa répartition spatiale), les activités économiques essentielles et la biosphère. La connaissance des données démographiques (nombre, croissance, structure par age et par sexe, répartition, etc.) constitue donc une des bases principales des travaux du Plan Bleu.

4C’est ainsi que, en 1986-87, cinq scénarios de population ont été élaborés, aux horizons 2000 et 2025 selon trois grands groupes de pays. Ces cinq scénarios reposaient sur une combinaison raisonnée des hypothèses démographiques de la Division de la population des Nations Unies et ont permis d’esquisser, en liaison avec d’autres hypothèses fondamentales notamment économiques, des futurs possibles [Grenon-Batisse, 1989] pour les pays du bassin méditerranéens.

5Les évolutions qu’ont connu les pays méditerranéens durant les dernières quinze années n’ont pas épargné le domaine démographique où une diminution rapide de la fécondité a mené à une révision constamment à la baisse des projections de population des Nations Unies et où la tendance lourde à l’urbanisation ne s’est pas démentie. C’est pourquoi le Plan Bleu, pour poursuivre ses travaux, a engagé dans l’ensemble des pays riverains et de leurs régions côtières, d’une part une analyse rétrospective de l’urbanisation [PNUE, PAM, Plan Bleu, 2001] depuis 1950, et d’autre part une actualisation complète des projections démographiques [Attané-Courbage, 2001]. Cet article présente quelques résultats de ces deux études dont les caractéristiques sont les suivantes :

  • Pour les projections de population, différentes sources ont été utilisées, à savoir :
  • les données et les projections nationales existantes pour Espagne, France, Italie, Slovénie, Yougoslavie, Grèce ;
  • les projections de la Division de la population des Nations Unies pour Monaco, Malte, Croatie, Bosnie-Herzégovine, Albanie, Chypre ;
  • des projections indépendantes récemment établies [Courbage, 1999] pour Turquie, Syrie, Liban, Israël, Territoires palestiniens, Egypte, Libye, Tunisie, Algérie, Maroc.
  • Une seule projection a été retenue par pays.
  • La rétrospective de l’urbanisation et de la population des régions côtières méditerranéennes s’appuie sur la base de données Géopolis [Moriconi-Ebrard, 1994].
  • Les résultats sont donnés selon deux groupes de pays, le Sud et l’Est d’une part, le Nord d’autre part.

LA POPULATION DES PAYS MÉDITERRANÉENS

6De 1970 à 2000, la population des pays riverains est passée de 285 à 427 millions, soit une augmentation de 142 millions d’habitants. De 2000 à 2025, les dernières projections élaborées pour le Plan Bleu donnent un accroissement de plus de 96 millions, c’est à dire que la croissance démographique en Méditerranée se fera à un rythme beaucoup moins rapide, le taux d’accroissement annuel moyen passant de 1,36 % pour les trois décennies précédentes à 0,82 % pour les 25 années à venir, avec une population totale estimée à 523,7 millions en 2025. Malgré ce ralentissement sensible, les pays du Sud et de l’Est (Turquie, Syrie, Liban, Israël, Territoires palestiniens, Chypre, Egypte, Libye, Tunisie, Algérie, Maroc) gagneront à eux seuls 92 millions d’habitants supplémentaires, alors qu’au Nord (Espagne, France, Monaco, Italie, Malte, Slovénie, Bosnie-Herzégovine, Yougoslavie, Albanie, Grèce) l’accroissement concernera 4 millions d’habitants. La rive nord, distancée en termes de population depuis la fin des années quatre-vingt, ne jouera plus à l’avenir qu’un rôle très marginal dans la dynamique démographique globale méditerranéenne.

Evolution des effectifs de population sur les rives nord et sud et est de la Méditerranée, 1970-2025.

Evolution des effectifs de population sur les rives nord et sud et est de la Méditerranée, 1970-2025.

7Ce point ne serait pas nécessairement alarmant s’il n’était dû en partie à des taux de fécondité tellement bas que certains pays du Nord vont connaître une décroissance en nombre absolu de leur population en 2025 en comparaison avec leur population actuelle. C’est le cas par exemple de l’Italie (fécondité en 2000 : 1,37 enfant par femme; 3,5 millions d’habitants en moins en 2025 par rapport à 2000), de la Croatie (respectivement 1,54 et 280 000 habitants), de la Grèce (1,59 et 165 000 habitants). L’Albanie est le seul pays du Nord où la fécondité (2,38 en 2000 et 2,1 en 2025) reste au-delà du seuil de remplacement des générations, généralement estimé à 2,1 enfants par femme en âge de procréer. Cette situation de stagnation ou de régression démographique au Nord, outre des effets redoutables aussi bien sur les retraites que sur la population active, devrait conduire à de vastes réflexions d’ordre social et culturel, pour mieux comprendre le phénomène et éventuellement proposer des actions correctives. S’agit-il de conditions défavorables aux familles (logement, garde des enfants, transport, coûts de l’éducation…) ou de conditions défavorables aux femmes (impossibilité de concilier des enfants et un travail) ou encore d’un refus de flux migratoires compensateurs ? Ne s’agit-il que d’un phénomène transitoire en réaction à des situations extrêmes passées (emprise de la religion, dictature, crise géopolitique,…) ou a contrario serait-on en présence d’une mutation profonde et durable des sociétés européennes et de leurs valeurs (individualisme, hédonisme, matérialisme,…) ? La réponse n’est sûrement pas unique et de multiples facteurs se conjuguent probablement. Encore serait-il intéressant de les approfondir et d’en tirer les conséquences à long terme.

8Malgré son volume (92 millions d’habitants supplémentaires en 2025), l’accroissement de la population des pays du Sud et de l’Est témoigne d’un ralentissement extrêmement sensible par rapport aux décennies précédentes. Si l’on examine les deux « géants » démographiques que sont la Turquie et l’Égypte, on constate en effet que leurs taux d’accroissement annuel moyen, pour les périodes 1970-2000 et 2000-2025, passent respectivement de 2,05 à 1,15 % et de 2,40 à 1,46 %. En nombre absolu, l’augmentation de population a été de 30 millions de 1970 à 2000 en Turquie et de plus de 33,5 millions en Égypte. De 2000 à 2025, les projections donnent une augmentation respectivement de 21,6 et de 28,8 millions d’habitants alors même que les populations de départ sont beaucoup plus importantes.

9Ce phénomène est dû principalement à une baisse drastique des taux de fécondité dans l’ensemble de la rive sud et est –à l’exception notable des Territoires Palestiniens (5,29 en 2000 et 2,92 en 2025) et d’Israël (respectivement 2,75 et 2,2)– qui atteindront tous le seuil d’équilibre de renouvellement des générations en 2025, voire même se situeront légèrement en dessous (Maroc, Tunisie, Chypre, Turquie).

10Cette baisse constante (sauf en Egypte où la fécondité a fluctué selon les périodes et en Algérie où la baisse de la fécondité n’est intervenue qu’à partir de la période 1980-85) et forte de la fécondité est à mettre en relation d’une part avec le niveau d’éducation des femmes, qui ne cesse d’augmenter, et d’autre part avec des influences extérieures diverses : télévisions étrangères et autres médias, contacts avec les populations migrantes revenant au pays soit temporairement (vacances) soit définitivement et véhiculant un autre genre de vie. En outre, les envois de fonds des travailleurs émigrés servent souvent à développer des services socio-culturels locaux (écoles, dispensaires, associations locales, …) susceptibles de toucher les populations les plus défavorisées. C’est ainsi qu’au Maroc la fécondité des femmes analphabètes qui atteignait 7,4 enfants par femme au début des années soixante-dix a diminué pour n’être plus que de 4,04 en 1993. Cependant, cette baisse importante de fécondité au Sud et à l’Est ne se traduit pas encore dans une stabilisation de la croissance démographique. En effet, le stock des femmes jeunes en âge de procréer induit mécaniquement une croissance qui se fera sentir bien après 2025, même si les chiffres globaux portent à l’optimisme.

11Les différences de croissance démographique au Nord et au Sud et à l’Est se traduiront par des évolutions contrastées de la structure par âge. Les deux rives connaîtront un vieillissement de leur population, mais à des rythmes différents et avec des résultats surprenants. Ainsi au Nord, la population des plus de 65 ans passera de 31,1 millions en 2000 à 43,3 millions en 2025 (soit 12,2 millions supplémentaires) représentant 22,1 % de la population à cette date. Au Sud et à l’Est, le nombre des plus de 65 ans sera multiplié par 2,5 en passant de 13,3 millions en 2000 à 33,9 millions en 2025, soit 20,6 millions supplémentaires mais seulement 10,4 % de la population à cette date. Le vieillissement global de la population méditerranéenne sera ainsi renforcé par celui des pays du Sud et de l’Est, ce qui constitue un renversement surprenant des tendances passées.

Note : la légende « Sud » signifie « Sud et Est ».

12Cependant et malgré ce vieillissement croissant, les pays du Sud et de l’Est resteront confrontés à un fort déséquilibre sur le marché de l’emploi où le nombre des entrants restera supérieur aux sortants, contrairement à ce qui se passe sur la rive nord. Bien que le poids relatif des jeunes de moins de 15 ans (de 32,2 % en 2000 à 22,2 % en 2025) soit en diminution, les entrées nettes dans la population active continueront à croître jusqu’en 2010 (4,2 millions) pour ne diminuer sensiblement qu’en fin de période (2,2 millions en 2025). C’est en Turquie et en Égypte que les entrées nettes sont et resteront les plus importantes : en 2000 respectivement 987 000 et 1 million, et encore 561 000 et 822 000 en 2025.

13Au Nord, le vieillissement et la quasi-stagnation de la population entraînent un déficit des entrées nettes dans la population d’âge actif dès 2010 (-32 000 personnes), déficit qui se creuse par la suite pour atteindre -375 000 personnes en 2025. Les problématiques sont donc diamétralement opposées entre le Sud et l’Est d’une part et le Nord d’autre part. Au Sud et à l’Est, l’enjeu est de créer chaque année les emplois nécessaires pour donner du travail aux nouveaux actifs ; au Nord, il s’agit de trouver comment pallier la diminution de la population active (immigration, allongement de la durée du travail, gain de productivité, etc.).

Les entrants et les sortants du marché du travail de 2000 à 2030 (en milliers)

Les entrants et les sortants du marché du travail de 2000 à 2030 (en milliers)

Définition : Entrants : 1/5 des 20-24 ans. Sortants : 1/5 des 60-64 ans

LA POPULATION URBAINE DES PAYS MÉDITERRANÉENS

14La population urbaine (définie selon la base de données Géopolis comme étant la population des agglomérations de 10 000 habitants et plus) des pays méditerranéens est passée de 94 millions en 1950 à 154 millions en 1970, pour atteindre 274 millions en 2000. Les dernières projections élaborées pour le Plan Bleu donnent une population urbaine totale de 378 millions en 2025. Pour les périodes passées 1950-70 et 1970-2000, les taux de croissance annuels moyens ont été respectivement de 2,5 % et de 1,94 %. On constate donc déjà un ralentissement entre les deux périodes.

15Durant les 25 prochaines années, le taux de croissance annuel moyen sera de 1,3 %. Il y a donc une décélération importante de la croissance de l’urbanisation, qui croîtra cependant beaucoup plus vite que la population totale dont le taux de croissance annuel moyen sera de 0,82 % pour la même période. Les urbains supplémentaires seront au nombre de 104,5 millions. La quasi-totalité (98 millions) de ceux-ci se situera sur la rive sud et est, dont 23 millions en Turquie et 36,2 millions en Egypte. La population urbaine de la rive nord augmentera de 6,45 millions. Ces chiffres signifient que chaque année les pays du Sud et de l’Est gagneront presque 4 millions (3,9 exactement) d’urbains en plus alors que ceux-ci ne seront que 258 000 dans les pays de la rive nord. Pour donner une image, le Sud et l’Est aurait chaque année une agglomération de la taille de Barcelone en plus et le Nord une agglomération de la taille de Sousse.

16Le taux d’urbanisation des pays méditerranéens, de 64,1 % en 2000, passera à 72,2 % en 2025 avec une différence marquée entre la rive sud et est où le taux d’urbanisation augmentera très sensiblement de 61,9 % à 74,4 % (gagnant 12,5 points) et la rive nord où il y a stabilisation, le taux d’urbanisation y évoluant de 66,9 % à 68,7 %. Le renversement de tendance est net, le Sud devenant plus urbanisé que le Nord. Une réflexion sur le projet urbain en Méditerranée est donc d’une urgence évidente. En effet, le Sud et l’Est du bassin va être confronté à un afflux de nouveaux habitants à loger, éduquer, soigner, transporter, etc. La structure des villes actuelles permettra-t-elle de répondre à ce défi ? Les services urbains seront-ils en mesure de satisfaire les besoins de ces nouveaux habitants ? Les institutions et les modes de gestion des villes pourront-ils faire face aux mouvements d’urbanisation en cours et à venir ? Au Nord qui se trouvera dans une phase de stabilisation de la croissance urbaine, les agglomérations sauront-elles et pourront-elles profiter du répit démographique pour résoudre leurs problèmes actuels les plus criants (quartiers défavorisés, exclusion, congestion des transports, pollutions atmosphériques, nuisances sonores, déchets, etc.) ? Des réponses données dépendra la qualité de la vie et de la ville.

LA POPULATION DES RÉGIONS COTIÈRES MÉDITERRANÉENNES

LA POPULATION DES RÉGIONS COTIÈRES MÉDITERRANÉENNES

Les régions côtières méditerranéennes

17La population des 221 régions cotières méditerranéennes prises globalement croîtra sensiblement au même rythme (taux de croissance annuel moyen de 0,78 %) que la population des pays pris dans leur ensemble et comptera 176,3 millions d’habitants en 2025, soit 31,2 millions supplémentaires par rapport à 2000 (145 millions). Cette croissance affectera uniquement les pays du Sud et de l’Est. En effet, la rive nord connaîtra dès 2015 une décroissance de sa population méditerranéenne, l’essentiel de ce recul ayant lieu en Italie. Au total, les régions méditerranéennes de la rive nord perdront 450 000 habitants durant la période 2000-2025 avec un taux de croissance annuel moyen négatif (-0,03 %). Cette évolution contraste fortement avec les trois décennies précédentes pendant lesquelles le Nord avait vu sa population côtière méditerranéenne passer de 58,6 millions en 1970 à 68,3 millions en 2000 et le Sud et l’Est du bassin de 37,5 à 76,7 millions. Comme pour les pays dans leur ensemble, la vitesse de la croissance démographique au Sud et à l’Est est presque divisée par deux, le taux annuel moyen passant de 2,42 % à 1,39 %.

18Le poids démographique des régions côtières méditerranéennes (c’est-à-dire le rapport entre la population des régions côtières méditerranéennes et la population totale) reste étonnamment stable aussi bien dans les évolutions passées que dans les projections. Pour l’ensemble du bassin, il oscille autour de 34 % alors que les régions côtières méditerranéennes ne représentent que 12 % de la superficie de l’ensemble des pays riverains.

Population méditerranéenne/population totale (en %)

Population méditerranéenne/population totale (en %)

19Au niveau du bassin, la densité moyenne des régions côtières atteint 141 habitants/km2 en 2000. Elle était de 93 hab/km2 en 1970 et atteindra 172 hab/km2 en 2025, soit presque un doublement. La charge démographique des régions côtières s’accroît donc sensiblement avec le temps, ce qui induit des pressions de plus en plus fortes sur l’environnement et les ressources naturelles.

20Les évolutions passées renforcées par les évolutions futures amènent des changements significatifs dans la taille de la population dans les régions côtières méditerranéennes de chaque pays. Ainsi, le classement des pays riverains selon la taille de leur population dans les régions côtières voit monter en puissance l’Egypte, la Turquie et l’Algérie, plaçant l’Italie et l’Espagne à des rangs secondaires.

LA POPULATION URBAINE DES RÉGIONS CÔTIÈRES MÉDITERRANÉENNES

21La population urbaine des régions côtières méditerranéennes est passée de 59,2 millions en 1970 à 99,7 millions en 2000, soit un taux de croissance annuel moyen de 1,76 %, nettement inférieur à celui de la population urbaine de l’ensemble des pays (1,94 %) pour la même période. Les projections à 2025 donnent une population urbaine méditerranéenne de 131,1 millions avec un taux de croissance annuel moyen de 1,1 %, cette fois encore inférieur à celui de l’ensemble des pays (1,3 %). La croissance se ralentit incontestablement avec toutefois le même renversement de tendance que pour la population totale méditerranéenne. En effet, les régions côtières du Sud et de l’Est gagneront de 2000 à 2025 un peu moins de 30 millions d’urbains supplémentaires tandis que les agglomérations des régions côtières de la rive nord augmenteront seulement de 2,1 millions d’habitants. Ceci représente au Nord 86 000 urbains supplémentaires par an ; au Sud et à l’Est, ce chiffre atteint 1,170 millions. Pour continuer les comparaisons par image, cela signifie qu’en fin de période il y aurait dans les régions côtières du Sud et de l’Est vingt-cinq nouvelles agglomérations de la taille de Marseille et autant de nouvelles Bizerte au Nord.

Population urbaine actuelle et future des régions côtières méditerranéennes

22Le taux d’urbanisation de l’ensemble des régions méditerranéennes, de 68,8 % en 2000, continue à croître pour atteindre 74,4 % en 2025. Il n’était que de 61,6 % en 1970. Malgré sa faible croissance urbaine durant les vingt-cinq prochaines années, le Nord reste beaucoup plus urbanisé que le Sud et l’Est (respectivement 78,5 % et 71,8 % d’urbains en 2025).

23La continuation du phénomène d’urbanisation constitue un problème majeur pour les régions côtières en Méditerranée, notamment en termes d’occupation de l’espace entraînant des conflits d’usage avec l’agriculture et une tendance à l’artificialisation du sol et de la côte, d’où une perte de ressources.

QUELQUES REMARQUES POUR CONCLURE

24A l’issue de ce panorama de la population des pays riverains de la Méditerranée et de leurs régions côtières méditerranéennes, quelques points particulièrement essentiels méritent d’être mis en exergue.

25En premier lieu, le remarquable ralentissement de la croissance de la population, dû à la rapidité de la baisse de la fécondité, ne doit pas masquer le gain considérable de population (plus de 96 millions d’habitants) que les pays du bassin vont connaître d’ici 2025, équivalent à la population actuelle de l’Egypte et de l’Algérie.

26En second lieu, la vigueur de la croissance urbaine, plus forte que la croissance de la population totale, constitue l’enjeu majeur pour les pays riverains, en termes d’aménagements, d’infrastructures, de développement économique et humain ainsi que d’impacts sur l’environnement et les ressources naturelles. Dans les régions côtières méditerranéennes, les pressions existantes en seront d’autant renforcées.

27En troisième lieu, le vieillissement général de la population affectera tous les pays, le phénomène nouveau étant que la croissance de cette population âgée sera plus forte au Sud et à l’Est qu’au Nord.

28Pour terminer, il reste à souhaiter, et c’est leur objectif, que de telles études rétrospectives et surtout prospectives encouragent les réflexions des responsables pour anticiper les changements démographiques et les décisions nécessaires pour y faire face.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Isabelle Attané, Youssef Courbage, 2001. La démographie en Méditerranée – Situation et projections. Paris, Economica. (Les Fascicules du Plan Bleu n°11).

Youssef Courbage, 1999. Nouveaux horizons démographiques en Méditerranée. INED-PUF, Paris.

M. Grenon, M. Batisse, 1989. Le Plan Bleu, Avenirs du bassin méditerranéen. Paris, Economica.

Moriconi-Ebrard F, 1994. Géopolis, pour comparer les villes du monde. Economica-Anthropos, Paris.

PNUE, PAM, Plan Bleu, 2001. L’urbanisation en Méditerranée de 1950 à 1995. Sophia-Antipolis, Plan Bleu. (Les Cahiers du Plan Bleu n°1).

Notes

1 Chargée de mission Prospective et Territoires, Plan d’Action pour la Méditerranée, Centre d’Activités Régionales du Plan Bleu, 15 rue Ludwig Beethoven, Sophia-Antipolis, 06560 Valbonne, France.

Table des illustrations

Titre Evolution des effectifs de population sur les rives nord et sud et est de la Méditerranée, 1970-2025.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/274/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/274/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 294k
Légende Note : la légende « Sud » signifie « Sud et Est ».
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/274/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Titre Les entrants et les sortants du marché du travail de 2000 à 2030 (en milliers)
Légende Définition : Entrants : 1/5 des 20-24 ans. Sortants : 1/5 des 60-64 ans
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/274/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/274/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 198k
Titre LA POPULATION DES RÉGIONS COTIÈRES MÉDITERRANÉENNES
Légende Les régions côtières méditerranéennes
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/274/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 206k
Titre Population méditerranéenne/population totale (en %)
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/274/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/274/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 221k
Légende Population urbaine actuelle et future des régions côtières méditerranéennes
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/274/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 156k

© Presses universitaires François-Rabelais, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540