Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Villes et projets urbains en Méditerranée

 | 
Jean-Paul Carrière

Introduction et présentation : l’émergence du "projet urbain" en Méditerranée

Jean-Paul Carrière

Texte intégral

  • 1 Professeur d’aménagement – urbanisme au Centre d’Etudes Supérieures d’Aménagement de l’université (...)

1Note portant sur l’auteur1

LE PROJET URBAIN ET LA MISE EN QUESTION DE LA PLANIFICATION URBAINE EN MEDITERRANEE

2Aucune ville méditerranéenne ne peut prétendre au statut de « global city » (S. Sassen, 1991). Pourtant la mondialisation de l’économie, d’une part, la prise de conscience des limites d’une planification urbaine par trop ordonnatrice et ne procédant que par normes et règlements que l’on ne respecte guère d’autre part, ont conduit les villes méditerranéennes, ces dernières années, à imiter les grandes métropoles mondiales. Elles se sont orientées à leur tour vers une programmation plus stratégique de leur développement et de leur aménagement. La notion de « projet urbain » y a pris la relève d’une approche étroitement réglementaire et coercitive de la planification urbaine, une approche jugée insuffisamment incitatrice et créatrice. De plus le fréquent constat du manque de respect des plans d’urbanisme, illustré dans nombre de villes méditerranéennes par la persistance d’une construction « illégale », a précipité cette évolution.

3La nouvelle conception du « projet urbain » qui a accompagné l’essor de la mondialisation de l’économie se vérifie aussi en Méditerranée : partout, il s’agit de renforcer l’image et la compétitivité de la ville par la revalorisation urbaine de zones dégradées mais présentant de grandes potentialités urbaines et environnementales. Dans ce but, il est fait de plus en plus souvent appel à des partenariats public-privé conçus sur le modèle des Urban Development Corporations britanniques et auxquels sont confiés de spectaculaires transformations de pans entiers de l’espace urbain.

4L’enjeu exprimé par les décideurs est, en Méditerranée comme ailleurs, de prendre place dans la compétition internationale et d’attirer des flux croissants d’investissement, principalement tertiaires et internationalement mobiles. Dès lors, malgré des contextes locaux très variés sur le plan institutionnel, culturel, économique… se reproduit de ville en ville un « projet urbain » généralement articulé autour d’une grande opération emblématique ou événementielle (Jeux Olympiques de Barcelone ou d’Athènes, expositions universelles de Séville ou de Lisbonne, etc.), elle-même souvent intégrée dans un vaste programme de reconversion des zones industrielles et portuaires dégradées (comme le projet Taparura de Sfax, ou celui de la requalification des friches industrielles de Naples par exemple). Ces opérations combinant « gestes emblématiques » et renouvellement urbain deviennent les supports d’un aménagement urbain global mené de plus en plus à l’initiative d’une maîtrise d’ouvrage associant secteurs public et privé. Ces grandes opérations coûteuses, complexes, menées en partenariat et à visée emblématique sont fortement révélatrices des enjeux actuels, souvent contradictoires, du réaménagement interne des villes méditerranéennes. Ces dernières doivent faire face tout à la fois à la continuité de la pression immobilière et foncière, aux surcoûts d’aménagement résultant de contraintes physiques souvent importantes, à l’impératif de rénovation de leurs espaces dégradés tout en préservant un patrimoine bâti exceptionnel et un environnement naturel non moins remarquable, et à l’objectif de renouvellement de leur image.

5Il convient ici de remarquer que les villes du sud ont pu servir de modèle à celles du nord, à l’instar de Lille qui a élaboré son projet urbain à partir de sa candidature aux jeux olympiques en s’inspirant du cas barcelonais. Par mimétisme, cette stratégie des grandes villes du littoral méditerranéen s’étend aussi aujourd’hui aux villes plus petites de l’intérieur, le projet emblématique de caractère plus ou moins identitaire prenant le relais de concepts jugés plus ou moins obsolètes, tels que celui de technopole.

6Si cette évolution de la conception du projet urbain ne peut être qualifiée de méditerranéenne, puisqu’observable dans d’autres espaces (cf. par exemple, les projets Ria 2000 de Bilbao, avec le Musée Guggenheim, de l’île Beaulieu de Nantes, de Canon’s March de Bristol, de Cardiff Bay dans la capitale galloise, d’Euralille , etc.), une analyse critique de sa mise en œuvre mérite d’être développée dans le contexte des villes nord- et sud méditerranéennes. Telle est l’intention première de cet ouvrage qui nous emmène sur les deux rives prendre la mesure de ces nouvelles orientations de l’urbanisme.

7Soumises le plus souvent à deux menaces, tantôt alternatives tantôt complémentaires, de marginalisation périphérique et de métropolisation mal maîtrisée, comment les villes méditerranéennes peuvent-elles penser leur projet urbain ? Compte tenu de leur spécificité de métropole régionale pour les plus importantes, de ville moyenne pour les autres, quels sont les atouts qu’elles cherchent à valoriser au travers de leurs plans stratégiques de développement, pour prendre place dans la compétition internationale des territoires, elle-même surdéterminée par la recomposition de la division internationale du travail ? Telles sont quelques-unes des questions auxquelles le présent ouvrage tente de répondre. Mais il entend aussi souligner les contradictions parfois aiguës dans lesquelles s’opère la mise en œuvre de projets urbains dans les villes méditerranéennes. Elles sont le résultat d’un conflit entre l’aspiration à l’intégration dans une société en voie de mondialisation, d’une part, et les difficultés croissantes à répondre aux problèmes de gestion quotidienne de la société locale et de son territoire, d’autre part. Ce conflit apparaît encore plus évident qu’ailleurs dans le cadre d’un ensemble de villes méditerranéennes confrontées souvent à des problèmes singuliers inhérents à une pluriculturalité impliquant des usages différenciés de l’espace selon les groupes sociaux et ethniques, et au poids de leur histoire.

8Le terme de « ville méditerranéenne » s’applique à des formes et des organisations urbaines qui ne concernent pas exclusivement les villes du Bassin méditerranéen stricto sensu. En revanche, les villes méditerranéennes peuvent être identifiées par des caractéristiques tant urbanistiques qu’historiques que toute politique urbaine, y compris de valorisation internationale, ne peut ignorer.

9Faut-il rappeler que l’attractivité touristique des villes méditerranéennes, littorales et intérieures, est d’abord liée à l’existence de sites souvent exceptionnels ? Souvent crées sur des sites défensifs – beaucoup d’entre elles furent des acropoles – elles furent construites sur des reliefs difficiles et leur développement actuel reste conditionné par une topographie ingrate, aux yeux des aménageurs. Les problèmes qui en résultent sont innombrables et concernent l’écoulement des eaux, la gestion des risques naturels (glissements de terrain, risques sismiques…) aussi bien que la circulation, l’accessibilité aux zones centrales, ou encore la qualité de l’air. D’une manière générale, elles sont confrontées à de multiples contraintes issues de la géographie physique qui accroissent considérablement les coûts d’aménagement, rendent plus difficile la création d’aménités nouvelles, et entravent leur adaptation aux impératifs du développement économique. La situation de certaines villes musulmanes, où la circulation autre que piétonnière est parfois pratiquement impossible, est de ce point de vue paroxystique. La redondance de ces difficultés particulières sur l’ensemble du pourtour méditerranéen constitue déjà un élément de spécificité de la ville méditerranéenne.

10Mais aux contraintes du site, s’ajoutent celles de l’héritage historique : ces villes ont rarement été transformées par la révolution industrielle ou par les effets dévastateurs des grands conflits. Il en résulte qu’elles restent fortement marquées par l’urbanisme ancien et une crise urbaine qu’amplifient la croissance continuelle de la demande immobilière et la poursuite d’un exode rural encore inachevé dans nombre de pays concernés. Le poids de l’histoire s’y exprime notamment à travers un patrimoine de première importance. Cet héritage est d’autant plus difficile à gérer que ces villes sont confrontées à la crise de leurs finances locales et de leurs outils de planification et de gestion urbaine.

11Ces contradictions et difficultés ne sont peut-être pas propres aux villes méditerranéennes, mais l’ampleur qu’elles y prennent est une source de singularité du projet urbain méditerranéen. Par delà cette question, c’est évidemment celle de la prise en compte de la méditerranéité par le projet urbain qui se pose. Il ne saurait y avoir de projet urbain en Méditerranée qui ne soit confronté à la question de l’identité, une identité profondément ancrée dans l’histoire.

12Telle est sommairement présentée la problématique générale qui sous-tend les différents chapitres de ce livre. Avant de les présenter, un rappel s’impose des tendances majeures qui affectent les transformations actuelles des villes méditerranéennes

TENDANCES ET ENJEUX DE L’URBANISATION EN MEDITERRANEE

13La Méditerranée a donné très tôt à l’Europe et au monde un modèle de ville spécifique marqué par la mixité des fonctions, la compacité et la continuité du bâti, mais aussi la pluralité ethnique et culturelle. Ce modèle s’oppose avantageusement à celui de l’étalement et de la ségrégation qui s’observe souvent ailleurs. Cependant, force est de constater que sous l’effet d’une croissance démographique accélérée, les cités méditerranéennes sont confrontées aujourd’hui à de nouveaux défis.

14Dans un contexte marqué par la globalisation financière, la mondialisation de l’économie et les échecs de la planification urbaine dans ses formes les plus rigides, les villes méditerranéennes actuelles, de la rive nord comme des rives est et sud, sont confrontées à des tendances difficilement maîtrisables, à des problèmes spécifiques d’aménagement, et à la difficulté de préserver un modèle urbain original qui trouve ses origines dans une histoire aussi ancienne que riche.

Une croissance urbaine tardive et rapide

15De 94 millions en 1950, la population des agglomérations méditerranéennes de plus de 10 000 habitants est passée à 154 millions en 1970, pour atteindre 274,5 millions aujourd’hui. En un demi-siècle la population urbaine a donc été multipliée par un facteur trois, mais tout indique que cet essor des villes en Méditerranée n’est pas achevé, même si on a déjà assisté à un ralentissement du processus, comme le montre le premier chapitre de ce livre (rédigé par Elisabeth Coudert). En toute hypothèse, la croissance urbaine devrait rester supérieure à celle de la population totale au nord comme au sud, et la gestion de cette croissance constitue en elle-même un enjeu important pour l’ensemble des politiques d’aménagement conduites aux différentes échelles, internationale, nationale, régionale et locale.

16Il convient cependant de souligner que l’ampleur de cet enjeu n’est plus aujourd’hui du même ordre selon que l’on se situe sur la rive nord ou sur les rives est et sud. On s’attend en effet à ce que d’ici 2025 le taux d’urbanisation du sud et de l’est de la Méditerranée dépasse celui du nord. Si cette tendance générale peut être perçue en première analyse comme relevant d’un « rattrapage » de l’urbanisation méridionale et orientale, elle peut être aussi comprise comme la source d’une communauté de problèmes de plus en plus proches entre le nord et le sud, ce qui ouvrirait alors le champ à un nouveau domaine de coopération euro-méditerranéenne, celui de la gestion et de l’aménagement de villes dont les spécificités partagées ne se réduisent pas à leur situation géographique.

17L’essor de l’urbain en Méditerranée n’est pas seulement une question de dimension et de densité, mais aussi d’évolution vers un mode de vie citadin, un « mode d’habiter » qui se rapproche des standards nord-européens, en intégrant une consommation de services spécifiquement urbains, et ceci jusque dans des villes intérieures qui pouvaient encore récemment être qualifiées de « gros bourgs ruraux ». Les ressorts de cette urbanisation tardive sont à rechercher à la fois du côté de l’arrêt de l’émigration, de la généralisation de la scolarisation, et des mutations du système productif, ces facteurs étant largement interdépendants. Le ralentissement de l’émigration internationale massive a fait de la ville le seul exutoire désormais possible des excédents de population des régions agro-pastorales, le plus souvent intérieures et en voie de désertification. La généralisation de la scolarisation a, de son côté, constitué un puissant facteur de diffusion des valeurs urbaines et a permis l’apparition de nouvelles qualifications qui ne peuvent trouver à s’employer que dans des activités citadines. Quant aux mutations économiques, elles renvoient ici comme ailleurs, mais de façon plus tardive et conséquemment plus rapide, à un déclin considérable du secteur primaire au profit d’activités urbaines, manufacturières ou tertiaires.

Une urbanisation spatialement déséquilibrée

18La spécificité de l’urbanisation dans le Bassin méditerranéen est à rechercher dans une série de déséquilibres affectant les armatures urbaines des pays qui le composent, entre métropoles et petites villes, et aussi entre villes littorales et villes intérieures ; des déséquilibres qui, tout en corroborant l’asymétrie du développement régional et le clivage littoral – intérieur, font que les organisations urbaines des pays riverains sont souvent fort éloignées du référent christallerien d’un espace polarisé et irrigué par un réseau hiérarchisé de villes. Le fossé qui sépare de plus en plus les grandes et les petites villes a pour corollaire l’insuffisance d’un échelon hiérarchique intermédiaire ; et l’essor des petites villes est lui-même d’autant plus précaire qu’il s’accompagne d’une dépendance accentuée vis à vis des métropoles littorales, notamment, dans de nombreux cas, de la capitale.

19La métropolisation ne concerne généralement que celle-ci ou qu’un nombre très restreint d’agglomérations hypertrophiées. Elle se développe au détriment des villes intermédiaires susceptibles d’exercer de véritables fonctions de commandement régional. Dès lors, on comprend mieux cette singularité, vérifiable aussi bien en Grèce qu’au Portugal ou dans les pays maghrébins, des métropoles méditerranéennes qui assurent à la fois des fonctions supérieures et des fonctions de proximité à destination de l’ensemble des pays auxquels elles appartiennent ; souvent par l’intermédiaire d’un secteur informel persistant. En contrepartie, force est de constater que rares sont les villes moyennes qui ne sont pas sous la dépendance directe des aires métropolitaines. De ce fait, ces villes moyennes sont dans l’incapacité de développer une gamme complète de services supérieurs, notamment à destination des entreprises. Le risque est qu’elles ne soient plus en mesure d’éviter un exode de leurs populations et leurs activités en direction des métropoles. Celles-ci seraient alors les seules à offrir des économies d’agglomération suffisamment attractives aux yeux des entreprises, et des emplois à une jeunesse d’origine rurale mais aujourd’hui mieux formée et qualifiée.

  • 2 soit plus de 75 % des montants entrant au Portugal pour Lisbonne, et respectivement plus de 40 % e (...)

20Le caractère macrocéphalique des armatures urbaines méditerranéennes se renforce donc sous l’effet de la métropolisation et se traduit par une surconcentration des pouvoirs politico-administratifs, économiques et culturels dans un nombre très limité de villes. La localisation des investissements directs étrangers (IDE) en constitue au demeurant un extraordinaire révélateur. Phénomène contrasté selon les pays méditerranéens, puisque très dynamique dans certains cas (Pays ibériques, Grèce, Tunisie, Egypte…) et bien moindre dans d’autres (Algérie), l’internationalisation de l’investissement contribue largement au renforcement de la métropolisation. Les études que nous avons réalisées dans les pays d’Europe du sud concernant la localisation des IDE (Carrière, 2000) montrent que ceux-ci « s’emparent » des disparités territoriales préexistantes et renforcent les hiérarchies spatiales, en privilégiant de façon massive les aires métropolitaines. Par exemple, la localisation des IDE constitue un véritable révélateur du déséquilibre de l’armature urbaine ibérique et du découplage entre le niveau supérieur de celle-ci et les autres niveaux : Lisbonne, Madrid, Barcelone en offrant d’indéniables avantages comparatifs par rapport aux autres villes, captent l’essentiel des flux de capitaux2 qui se dirigent vers leur pays respectif. De nombreux autres exemples attestent de la prédilection des firmes multinationales pour les espaces fortement métropolisés des pays méditerranéens. De la Grèce avec l’axe Parras – Athènes – Thessalonique aux grandes métropoles septentrionales d’Italie en passant par la Tunisie avec l’axe Tunis – Sfax, la prépondérance des implantations étrangères dans les principales aires métropolitaines pose aux aménageurs la lancinante question du poids grandissant de celles-ci. L’attrait des métropoles sur les firmes transnationales, et au demeurant sur nombre d’entreprises de moindre importance, s’explique par une conjugaison d’avantages qui globalement l’emportent sur les coûts résultant de la congestion urbaine.

21Exerçant une attraction quasi exclusive sur les investissements internationalement mobiles qui adoptent leurs pays, et en position de domination hégémonique sur leur territoire national, les aires métropolitaines des pays méditerranéens sont cependant peu nombreuses à acquérir une position dominante à l’échelle internationale, et ceci de façon toute relative : ainsi Barcelone n’apparaît-elle que dans la troisième catégorie des villes européennes classées par la DATAR et le GIP RECLUS (1989) en fonction de 16 critères différents ! C’est dire que le décalage reste souvent important entre l’ambition affichée par le projet urbain de prendre place parmi les villes mondiales et la réalité socio-économique

Une urbanisation essentiellement littorale

22Les dynamiques urbaines à l’oeuvre en Méditerranée s’accompagnent d’un phénomène accéléré de « littoralisation » des pays concernés. La population urbaine des régions littorales ne cesse de croître, même si cela est aujourd’hui à un rythme moins rapide que dans les années cinquante.

23Ce processus de littoralisation s’accompagne de la formation de véritables « métropoles – rubans » du fait d’une urbanisation linéaire se développant le long d’axes littoraux, à l’instar de l’axe Barcelone – Valence ou encore de ceux de Lisbonne – Porto, de Patras – Athènes – Thessalonique, du « Boulevard de la Méditerranée » en France, ou encore de l’axe Tunis – Sfax, pour ne citer que les exemples les plus marquants. En s’insérant dans ces conurbations linéaires, les villes littorales de dimension moyenne et intermédiaire semblent payer leur croissance récente d’une perte de spécificité fonctionnelle, malgré de fréquents particularismes historiques. Elles se transforment progressivement en centres secondaires pourvoyeurs de services banals.

24Simultanément, le renforcement de la métropolisation littorale porte en germe le dépérissement plus ou moins inéluctable des petites villes intérieures soumises à un drainage d’autant plus fort qu’elles n’ont pu jusqu’à aujourd’hui s’organiser en véritable réseau urbain. Certes des petites villes intérieures d’Andalousie, du Mezzogiorno, ou d’autres régions méditerranéennes remplissent aujourd’hui des fonctions administratives, judiciaires, culturelles, hospitalières, voire universitaires, etc. beaucoup plus diversifiées et importantes que dans d’autres villes équivalentes d’Europe. Il n’en reste pas moins qu’elles ne peuvent prétendre à un véritable rôle de pôle régional. Handicapées par la modestie de leur taille, ces villes intérieures n’ont pas pu jusqu’ici véritablement mettre en œuvre une stratégie visant à développer leurs complémentarités dans des réseaux organisés plus ou moins formellement. Ce serait pourtant une voie de résistance au tropisme littoral.

25Au total, la croissance urbaine actuelle en Méditerranée ne favorise pas un rééquilibrage spatial des régions méditerranéennes. Bien au contraire, elle accompagne dans une relation dialectique le processus de découplage littoral – intérieur révélé par les indicateurs de développement.

26La métropolisation linéaire incontrôlée, observable sur le pourtour de la Mare Nostrum, est le corollaire du dépérissement des zones intérieures vouées presque exclusivement à des activités agro-pastorales en déclin, et constitue une source de coûts sociaux et environnementaux importants par effet de congestion des littoraux. Il y a là un chantier considérable d’aménagement du territoire à ouvrir, même si la perspective d’un rééquilibrage territorial est devenu illusoire. Il convient aussi de ne pas oublier que développement socio-économique est intrinsèquement porteur d’hétérogénéité territoriale.

27Quoiqu’il en soit, trois enjeux majeurs apparaissent liées aux tendances sommairement décrites ci-dessus ; le projet urbain pensé à l’échelle de la ville ou de l’aire métropolitaine ne peut les ignorer. Il s’agit de la maîtrise de la croissance urbaine et de ses coûts sociaux, du développement des villes intermédiaires pour garantir une répartition plus équilibrée des services, de l’essor des villes intérieures en contrepoint de l’urbanisation littorale.

28Cependant, les tendances de l’urbanisation et de la métropolisation des grandes villes ne s’expriment pas uniquement en termes de croissance urbaine et de déséquilibre territorial, mais aussi sous forme d’une communauté de problèmes d’aménagement interne à l’origine d’enjeux spécifiques à la « ville méditerranéenne », telle qu’on l’a définie plus haut.

29C’est à la fois pour mieux les identifier, et évaluer les réponses que les acteurs de l’urbanisme leur apportent, que nous avons réunis dans cet ouvrage dix contributions différentes, analysant le contenu et les incidences de « projets urbains » conçus et mis en application dans des villes des rives nord et sud de la Méditerranée. En aucun cas, le choix de ces contributions ne relève d’un souci de représentativité parfaite des pratiques urbanistiques méditerranéennes. Elles doivent simplement être lues comme un ensemble de regards sur quelques réalités urbaines, afin de repérer les principales orientations de l’urbanisme méditerranéen et de mettre en évidence le processus d’émergence du « projet urbain », en tant que dépassement des méthodes traditionnelles de la planification urbaine.

L’AMÉNAGEMENT ET L’URBANISME DES VILLES MÉDITERRANÉENNES : L’ÉMERGENCE DU « PROJET URBAIN » VUE A TRAVERS QUELQUES EXEMPLES

30L’impérieuse nécessité et l’urgence d’une réflexion sur le projet urbain en Méditerranée ne peuvent être mieux mises en évidence que par l’approche régionale de la population et de l’urbanisation en Méditerranée proposée par Elisabeth Coudert dans le premier chapitre. L’analyse rétrospective et les projections à l’horizon 2025 – autrement dit demain en matière d’évolution démographique – nous laissent entrevoir les défis auxquels seront confrontés dans les années qui viennent, les urbanistes et les aménageurs. Le ralentissement déjà très net de la croissance de la population, tant sur la rive nord que sur les rives sud et est, ne doit pas occulter l’enjeu majeur que constitue, pour les pays riverains et principalement leurs régions côtières, une urbanisation accélérée. 104,5 millions de nouveaux urbains devraient peupler les villes méditerranéennes d’ici 2025, dont près de 30 dans les seules villes côtières. Si les villes du sud et de l’est sont les premières concernées par cet afflux, celles du nord ne seront pas exemptes de problèmes structurels, tant d’ordre quantitatif (nouveaux habitants à loger, soigner, éduquer, transporter…) que qualitatif (étalement spatial, éclatement et recomposition de la centralité, identité urbaine…). Leur maîtrise dépendra de l’analyse prospective de ces questions et des choix stratégiques constitutifs du projet urbain.

31Depuis la restructuration de la zone industrialo-portuaire de Barcelone à l’occasion des Jeux Olympiques de 1992, le projet urbain en Méditerranée s’est souvent structuré autour de grandes opérations emblématiques, procédant des nouvelles orientations de l’urbanisme induites par l’apparition de « l’entrepreneurialisme urbain » aux USA. Gênes, Naples, Marseille, Bilbao ou plus récemment Athènes, ont ainsi privilégié le réaménagement par des partenariats public-privé d’espaces dégradés pour permettre l’implantation d’entreprises, d’activités de tourisme et de logements, et simultanément changer l’image de la ville en la rendant plus attractive aux yeux des investisseurs internationaux par la réalisation de grandes opérations emblématiques. La mutation de l’urbanisme, en Méditerranée comme ailleurs, est sujette aux incidences du développement de la globalisation et de la remise en cause de l’action publique. A Lisbonne, cité certes atlantique, mais aussi capitale d’un pays aux traits méditerranéens prononcés, l’exposition mondiale de 1998, dédiée aux « Océans, patrimoine du futur » a été conçue pour permettre la régénération des zones industrielles obsolètes et dégradées. Mais elle a aussi été pensée comme un projet de nouvelle centralité dans un espace d’agglomération soumis à de profondes mutations. Dans le second chapitre de ce livre, Jean-Paul Carrière et Christophe Demazière prennent en exemple ce véritable condensé des tendances actuelles de l’urbanisme contemporain pour nous montrer combien est plausible le pronostic de voir « l’entrepreneurialisme urbain » dominer les stratégies urbaines méditerranéennes, en dépit du scepticisme qu’il peut susciter chez nombre d’observateurs.

32Cependant du chapitre consacré à Lisbonne, le lecteur pourrait peut-être retirer une vision un peu trop réductrice du projet urbain des villes du sud. Cette réserve en forme de mise en garde est précisément l’un des apports essentiels de l’interprétation du projet barcelonais que nous propose Béatrice Sokoloff dans le chapitre suivant. Barcelone est probablement l’une des villes européennes où « l’approche du projet urbain comme alternative à la planification urbaine traditionnelle s’est concrétisée avec le plus de force ». C’est sans doute pourquoi le projet urbain barcelonais est souvent présenté comme exemple paradigmatique. A la lecture de certains commentaires thuriféraires, on pourrait presque se laisser aller à parler de « projet culte » ou encore de « mythe barcelonais ». La Professeure d’urbanisme nous montre qu’en réalité le projet urbain de Barcelone s’inscrit dans un processus de longue durée, non linéaire, et initié bien avant les olympiades de 92, dès la fin des années 70. Sa mise en œuvre a été marquée par de fortes ruptures, à tel point qu’il convient de distinguer trois grandes périodes, celle de la priorité donnée aux espaces publics et aménagements de quartier ( de 1979 à 1985), celle du redéploiement de la centralité dans le contexte de la préparation des jeux (de 1985 à 1992), et enfin celle de l’ambition métropolitaine. Ayant recours à quatre axes conceptuels organisés autour de dimensions antinomiques, l’auteure caractérise chacune de ces phases, nous invitant à considérer le temps présent comme une période dominée par la primauté des enjeux économiques sur les enjeux sociaux, par un partenariat de plus en plus dominé par les acteurs privés, et par une « approche gestionnaire » se substituant de plus en plus à l’approche stratégique. Il importe de préciser que l’apport de ce chapitre est également théorique et méthodologique. Nous présumons que le système conceptuel proposé pourrait contribuer utilement à l’interprétation de projets urbains mis en oeuvre dans bien d’autres contextes.

33Un retour critique sur le cas barcelonais nous est ensuite offert par les anthropologues Danielle Provansal, Cécile Micquel et Elisa Tabakman afin de nous montrer combien le décalage est grand entre la philosophie urbaine qui s’exprime au travers de documents stratégiques successifs et l’image démultipliée de la ville qui découle de l’observation des comportements des groupes sociaux et ethniques occupant les vieux quartiers centraux, ou encore entre les aménagements planifiés des lieux et leurs usages quotidiens. Si tel est le contraste entre la ville « inventée », imaginée par les concepteurs du projet urbain, et celle « créée et pratiquée » par ses habitants, alors force est d’admettre que les modèles de planification urbanistique risquent de ne pas être en adéquation avec les besoins, les désirs et surtout les comportements des usagers. Il y a là indiscutablement source de tensions et matière à s’interroger sur la façon dont le projet urbain peut ou non tenir compte de la diversité ethnique et culturelle caractéristique de nombre de cités méditerranéennes.

34Quoiqu’il en soit, le fait est indéniable : Barcelone reste l’un des référentiels majeurs des concepteurs de stratégie urbaine et des urbanistes méditerranéens. Le chapitre sur le marketing urbain en Méditerranée, que nous livre l’économiste de Venise, Paola Somma, nous en apporte une démonstration supplémentaire. Dans un long voyage qui nous emmène de Gênes à Beyrouth, de Lisbonne au Caire, en passant par un grand nombre d’autres villes des trois rives, l’auteur nous présente une analyse approfondie du « marketing urbain méditerranéen », à partir d’une étude des matériels produits et distribués par les administrations locales, les chambres de commerce et autres agences spécialisées dans la communication urbaine. De toute évidence on ne peut définir un modèle unique en la matière ; mais la diffusion planétaire du concept de « marketing urbain », la généralisation de stratégies « market oriented » a largement favorisé le développement d’une nouvelle orthodoxie, à laquelle les villes méditerranéennes n’échappent pas. Ici comme ailleurs, la priorité des politiques locales se définit à partir d’un désir de changement d’image, en vue d’attirer l’activité économique exogène, y compris par recours au projet emblématique ou à l’urbanisme événementiel (J.O. d’Athènes, G8 de Gênes, etc …). Dès lors, on comprend le caractère répétitif et récurrent des arguments promotionnels que les villes méditerranéennes utilisent pour capter les flux d’investissements internationaux et prendre place au sein du « marché mondial des territoires ». Le mimétisme que nous évoquions au début de cette introduction trouve dans ce chapitre sa pleine illustration. Bien que ne jouissant dans le meilleur des cas que de statuts de métropoles régionales, toutes les cités méditerranéennes affichent une ambition mondiale tant par leurs projets urbanistiques que par le contenu de leur communication. En revanche, le réalisme impose de constater qu’elles n’ont pas toutes la même aptitude à jouer la carte du « business post-industriel » mondial ! elles ne disposent pas toutes des mêmes atouts et des mêmes avantages comparatifs à valoriser dans un contexte de globalisation. Ces différences se reflètent nécessairement dans leurs projets respectifs de marketing urbain. Paola Somma nous montre notamment qu’existe une différence d’échelle entre les projets de marketing territorial conçus par les villes de la rive nord, (sur)valorisant les effets des opérations de régénération intra-urbaine, et ceux de la rive sud qui s’intègrent généralement dans un effort de promotion régionale et nationale, les villes n’ayant pas nécessairement à elles seules les moyens de leurs ambitions.

35Les exemples déjà évoqués dans les chapitres précédents (Lisbonne, Barcelone, Athènes, Gênes…) témoignent de l’importance de « l’urbanisme événementiel» dans la mise en œuvre du projet urbain méditerranéen. La stratégie mise en œuvre vise à articuler l’éphémère et le permanent. Il s’agit d’instrumentaliser de grands événements internationaux pour « recréer » la ville, tout en en modifiant l’image. Et finalement, on ne sait plus très bien ce qui du grand événement international ou du réaménagement urbain constitue le « cœur » du projet urbanistique. Mais ce n’est pas pour autant que l’aménagement événementiel induise toujours une forte recomposition de l’espace urbain et apporte sans coup férir les réponses nécessaires au déficit de fonctionnalité des villes méditerranéennes qui les handicapent au moment de prendre position sur le marché globalisé des territoires. L’exemple de Rome, présenté par la géographe Jacqueline Lieutaud, le montre bien. L’opportunité du Jubilé 2000 (au moins 25 millions de visiteurs et de pèlerins !) aurait pu y être envisagée comme un moyen de promouvoir un véritable projet urbain après des décennies de planification urbaine défaillante. Or, le bilan des retombées urbanistiques se limite somme toute à la sécurisation des flux de déplacement dans l’hypercentre et à la revalorisation du patrimoine historique par le ravalement des façades ! Le caractère restreint des opérations engagées – en dépit de quelques projets-phare tels que le Musée d’Art moderne ou l’Auditorium de Renzo Piano – ne correspond pas aux ambitions métropolitaines de la capitale italienne.

36Comment concilier le projet stratégique d’acquérir la dimension mondiale et les spécificités urbaines locales qui s’expriment parfois en une crise urbaine aiguë ? Tel est le problème central auquel est également confronté la mise en œuvre du « Grand Projet Urbain » d’Alger lancé en 1997 et objet d’une réflexion à 2 voix grâce aux contributions successives de Karima Anouche et de Nassima Driss. Forte de ses 3 millions d’habitants, Alger aspire à devenir une métropole internationale à l’instar d’autres grandes capitales. Cette ambition s’est concrétisée par l’adoption en 1997 d’un projet à vocation économique visant à reconquérir les espaces centraux et à les réaffecter à des activités et à des équipements de haut niveau, le G.P.U. On ne peut être que frappé par l’impression de « déjà vu » qui caractérise l’ensemble des opérations sur lesquelles repose ce projet. Articulés autour de 5 « pôles de croissance », les aménagements prévus renvoient à bien d’autres exemples : est ainsi projetée la réalisation d’une liste impressionnante de grands équipements qui vont du port de plaisance et de l’aménagement du front d’eau au centre d’affaires internationales, en passant par de grands complexes sportifs, touristiques et de loisirs,… et même un Futuroscope ! En fait la spécificité de l’exemple algérois réside plus dans les facteurs qui en rendent la mise en œuvre bien incertaine, et en toute hypothèse bien éloignée de la résolution des problèmes quotidiens de ses habitants.

37La perspective de la métropolisation d’Alger, qui sous-tend le G.P.U, paraît bien aléatoire au vu des arguments des deux auteurs. Le texte de l’urbaniste K. Anouche rend compte des limites essentielles du projet algérois en attirant notre attention sur l’instabilité des structures et des systèmes de gestion de la ville (le gouvernorat d’Alger créé également en 97 pour assurer la réalisation du GPU a été dissous 3 ans plus tard !), le « jacobinisme spatial » de l’Etat et le centralisme excessif, mais aussi l’intensité des crises immobilières et foncières, comme autant de facteurs affectant la crédibilité du GPU. De façon complémentaire, le chapitre rédigé par la sociologue-urbaniste Nassima Driss interpelle un « urbanisme de façade [qui] favorise des projets à la visibilité gratifiante, alors que les problèmes ordinaires qui rendent le quotidien invivable sont récurrents » ; et là encore de la ville programmée à la ville pratiquée, il y a une distance qui pourrait devenir une source de caducité des stratégies développées par les villes méditerranéennes, le cas algérois n’étant somme toute qu’un exemple paroxystique de tension entre, d’une part, des projets urbains visant des objectifs d’insertion dans l’économie globale et mondialisée, et, d’autre part, des demandes citoyennes d’espace à vivre et à habiter !

38Le présent ouvrage n’a évidemment pas la prétention de traiter toutes les modalités du projet urbain en Méditerranée. Mais celui-ci ne se réduit pas à l’aménagement des grandes cités maritimes, même si un inventaire sommaire des grandes opérations d’urbanisme peut donner à penser que le projet urbain, en tant qu’alternative à la planification urbaine traditionnelle, concerne principalement les grandes agglomérations littorales. Les chapitres précédents par les exemples qu’ils mobilisent confortent cette impression. Cela ne signifie pas pour autant que l’urbanisme des petites villes intérieures soit dénué de toute orientation stratégique. L’exemple de la petite ville oasienne sud-tunisienne de Tozeur, traité par le sociologue Farid Abachi, nous montre qu’au fil des révisions des plans d’aménagement s’esquisse aussi, à cette échelle de ville, une stratégie de promotion urbaine. Une nouvelle écriture de la ville se forme à travers la sélection des zones bénéficiant de constructions à haute valeur symbolique et un programme d’embellissement des façades valorisant une ornementation particulièrement spécifique.

39De l’ensemble des cas rassemblés dans cet ouvrage, le lecteur pourra difficilement retirer l’idée d’un quelconque « modèle méditerranéen » du projet urbain. En revanche, la perspective d’une profonde mutation de l’aménagement-urbanisme et d’une remise en cause des pratiques et procédures de planification ordonnatrice s’impose comme le résultat d’une tendance générale qui répond de plus en plus au souci d’une plus grande insertion internationale.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE :

Carrière Jean-Paul (2000) : Mondialisation, mobilité internationale des capitaux et recomposition territoriale, 10 pages in : Thierry Paquot, Michel Lussault et Sophie Body-Gendrot : La ville et l’urbain, l’état des savoirs. Ed. La Découverte, 580 p.

DATAR-RECLUS (1989) : Les villes européennes, La documentation Française. Sassen Sasskia (1991) : La ville globale, ed. Descartes, 531 p.

Notes

1 Professeur d’aménagement – urbanisme au Centre d’Etudes Supérieures d’Aménagement de l’université François Rabelais, Tours, Centre de recherches V/S/T.

2 soit plus de 75 % des montants entrant au Portugal pour Lisbonne, et respectivement plus de 40 % et de 30 % pour Madrid et Barcelone.

© Presses universitaires François-Rabelais, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540