Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Saint François de Paule et les Minimes en France de la fin du XVe au XVIIIe siècle

 | 
André Vauchez
, 
Pierre Benoist

IVème partie. Des religieux savants et lettrés au XVIIe et XVIIIe siècles

Les Minimes de Lorraine et les réseaux du livre aux xviie et xviiie siècles

Fabienne Henryot

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

En 1790, au moment de la confiscation des bibliothèques conventuelles par l’administration révolutionnaire, les bibliothèques des couvents minimes de Lorraine offrent un tableau contrasté (fig. 1) : autour d’une moyenne de 1 224 volumes par couvent, on compte 3 008 volumes au couvent de la Ville Neuve à Nancy, alors que celui de Marchéville n’en possède que 200. La taille de ces bibliothèques tend à décroître d’ouest en est : on passe de collections assez importantes à la frontière française (Stenay, Dun) et dans le cœur des anciens duchés (Pont-à-Mousson, Lunéville), à des bibliothèques squelettiques aux marges méridionales et orientales de la province, à Épinal ou à Bassing.

Mais la seule hiérarchie numérique est trompeuse et ce tableau de 1790, montrant l’aboutissement de deux siècles d’accumulation, fige aussi la dynamique des bibliothèques, les changements qui les transforment, les continuités qui les font durer, les modalités et le rythme de leur accroissement. Les Minimes étai...

Auteur

Docteur en Histoire – Université Nancy 2
Conservateur à la Bibliothèque universitaire de Lausanne

© Presses universitaires François-Rabelais, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540