Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Saint François de Paule et les Minimes en France de la fin du XVe au XVIIIe siècle

 | 
André Vauchez
, 
Pierre Benoist

IVème partie. Des religieux savants et lettrés au XVIIe et XVIIIe siècles

La bibliothèque des Minimes de Marseille au xviiie siècle reflet d’un parcours intellectuel

Marie-Hélène Froeschlé-Chopard

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Avant d’analyser la bibliothèque du couvent des Minimes de Marseille, il faut rappeler les caractères particuliers de l’ordre fondé par François de Paule. Ces caractères découlent directement de la règle approuvée définitivement par Jules II en 1506, et dont le fondement est l’imitation de Jésus-Christ. Comme le dit Pierre de Rians dans son commentaire, « tous ceux qui veulent embrasser l’ordre des Minimes doivent se proposer pour modèle Notre-Seigneur Jésus-Christ, imiter son humilité, sa pénitence, sa douceur, sa pauvreté, son recueillement, et toutes les vertus mises en valeur dans l’Évangile »1. Ce but ultime est celui de tout religieux. Mais le fondateur de l’ordre a institué pour ceux qui l’ont rejoint un genre de vie marqué par une pénitence plus grande que celle que pratiquent les autres ordres religieux et une humilité encore plus profonde. Ces Minimes, plus humbles que les Frères mineurs de François d’Assise, se caractérisent donc par la rigueur de leur vie de prière et de...

Auteur

Directeur de recherches honoraire – CNRS

© Presses universitaires François-Rabelais, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540