Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Saint François de Paule et les Minimes en France de la fin du XVe au XVIIIe siècle

 | 
André Vauchez
, 
Pierre Benoist

IVème partie. Des religieux savants et lettrés au XVIIe et XVIIIe siècles

« Le grand négociant des lettres » : contours, évolution, et usages du réseau épistolaire de Mersenne*

Aurélien Ruellet

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Si Mersenne est aujourd’hui objet d’intérêt pour les historiens, c’est largement grâce à sa correspondance. Le volume de lettres conservées,1100 environ, est en définitive assez restreint si on compare aux 10 000 lettres laissées par Peiresc, ou aux 20 000 lettres que Voltaire a léguées à la postérité. Dans le réseau de correspondance de Mersenne, se croisent cependant les philosophes et savants majeurs du temps, comme Descartes, Gassendi, Hobbes ou Torricelli. De son vivant, le minime était déjà célèbre pour son rôle d’intermédiaire intellectuel. Cette image n’a fait que s’amplifier par la suite. Adrien Baillet, le premier biographe de Descartes, y a largement contribué. Mersenne, selon lui, « s’étoit rendu comme le centre de tous les gens de lettres par le commerce continuel qu’il entretenoit avec tous, et tous avec luy. C’étoit à luy qu’ils envoyoient leurs doutes et leurs difficultez pour être proposées par son moyen à ceux dont on attendoit les solutions ; et lorsqu’il les avoi...

Auteur

Doctorant en Histoire moderne – CESR
Université François-Rabelais – Tours

© Presses universitaires François-Rabelais, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540