Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Saint François de Paule et les Minimes en France de la fin du XVe au XVIIIe siècle

 | 
André Vauchez
, 
Pierre Benoist

IIIème partie. Saint François de Paule, les Minimes et les Arts

L’esthétique musicale du père Mersenne et l’austérité musicale des Minimes1

Corinne Vaast

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Dans ses Essais sur les principes de la musique, Hugues Dufourt déplore le « rôle insignifiant de Mersenne dans l’évolution de l’art musical, [car son] but fut principalement apologétique2 ». De son côté, Frédéric de Buzon conclut ainsi une de ses études sur les fonctions de la mémoire dans les traités théoriques au xviie siècle : « La modernité de Descartes s’explique en grande partie par l’indépendance du Compendium Musicae vis-à-vis des autres théories de la musique »3. Quant à Jean Vignes, dans une communication consacrée à l’étude de la théorie du vers mesuré chez Mersenne, il écrit : « il serait facile de pointer les incohérences du traité de Mersenne sur la poésie et la musique mesurées [...], il lui arrive même de douter de la supériorité rythmique du vers mesuré ou de la nécessité de soumettre la musique au texte »4. Si le but de Marin Mersenne (15881648) était de toute évidence apologétique, son moyen ne le fut assurément pas. Avec ce célèbre minime, nous quittons la rive ...

Auteur

Chercheur indépendant

© Presses universitaires François-Rabelais, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540