Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Saint François de Paule et les Minimes en France de la fin du XVe au XVIIIe siècle

 | 
André Vauchez
, 
Pierre Benoist

IIème partie. Minimes et minimesses au Siècles des Saints : spiritualité, pouvoirs et société

Abbeville et Soissons : les deux communautés de Minimesses dans le royaume de France à l’époque moderne

Fabienne Bliaux

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Dans le royaume de France, les Minimes sont connus pour être des communautés d’hommes. Il en est de même en Picardie où des couvents sont fondés à Amiens et à Abbeville dès la fin du xve siècle1. Les fondations s’y sont poursuivies jusqu’au milieu du xviie siècle : Beauvais, Château-Thierry, Chauny, Compiègne, Guise, Laon, Péronne, Roye, Soissons2. La Picardie a la particularité d’accueillir deux communautés de femmes religieuses dans l’ordre des Minimes : l’une à Abbeville, l’autre à Soissons3. L’histoire de ces communautés pauvres ne transparaît que très peu au travers des murs épais de leurs clôtures. Toutefois nous allons essayer d’appréhender ces communautés au travers du personnage de la première minimesse française : Gabrielle Foucquart. Puis, nous verrons les aléas que subit la fondatrice de la communauté abbevilloise. Enfin, nous essaierons de connaître la communauté-sœur de Soissons et l’ensemble des religieuses jusque dans les années précédant la Révolution.

GABRIELLE FOUC...

Auteur

Docteur en Histoire
Archives départementales de l’Aisne

© Presses universitaires François-Rabelais, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540