Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Un aliment sain dans un corps sain

 | 
Frédérique Audouin-Rouzeau
, 
Françoise Sabban

Le corps et sa forme

La femme et son corps dans la société gourmande en France au xixe siècle

The woman and her body in French gastronomic society of the 19th century

Karin Becker

Résumé

One of the characteristics of the French gastronomic society of the bourgeois period is a thorough sexualization of the act of eating, especially as it relates to the female eater. The obvious control of gastronomic behaviour appears as an easily recognizable sign for controlling sexual appetite. Women are now obliged to suppress any spontaneous desires if they want to be considered as respectable and decent. In contrast to this, the male eater is permitted a relaxed way of dealing with the gastronomic things of life as an expression of a lively sexual life style. This proves the new bourgeois gastronomic society to be androcentric at least, misogynist even. For the male gourmet the preservation of a privileged position is at stake. The metaphorical discourse – which sees women as a “light meal” to be consumed and the artifices of love as a culinary “refinement” – provides them with a verbal process that in a perfidious way, turns a basic aggressive trait into a civilizing act.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Dans le procès de la civilisation tel que le décrit Norbert Elias1, on constate une très forte sexualisation de l’acte de manger au cours du xixe siècle. Comme le dit Thomas Kleinspehn2 : la société bourgeoise commence à accentuer le rapport entre gourmandise et érotisme, en soutenant que l’observation du mangeur à table permettrait des conclusions pertinentes sur sa vie sexuelle. Ainsi, l’acte de manger devient un signe facilement déchiffrable du degré de contrôle des pulsions sexuelles. L’alimentation devient donc un acte ambigu : la maîtrise de la faim – qui s’exprime aussi par les bonnes manières de table et une forme contrôlée du corps – symbolise désormais une modération intérieure, qui laisse deviner une vie érotique parfaitement disciplinée. Or, cette manière d’interpréter l’acte de manger concerne tout particulièrement la femme, pour des raisons que je vais ici essayer d’éclaircir3.

La société gourmande en France au xixe siècle et le discours gastronomique qu’elle pratique s...

Auteur

Université de Münster / Université du Luxembourg

© Presses universitaires François-Rabelais, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable